s
19 708 Pages

Gabriele Santini (Pérouse, 20 janvier 1886 - Rome, 13 novembre 1964) Ce fut un conducteur italien, particulièrement bien connu dans le domaine de l'opéra.

biographie

les débuts

Gabriele Santini
Gabriele Santini, dans une photo dédicacée de 1924

Il est sous forme de conservateurs Pérouse et Bologne. Avant même que ses études, il est devenu un assistant Arturo Toscanini (1907-1909) Et pour une courte période de Gino Marinuzzi. Très actif dans argentin, où il va souvent entre 1910 et 1914, Il est l'un des réalisateurs les plus populaires depuis plusieurs années Teatro Colón de Buenos Aires, appel au grand public et la critique de Verdi et les travaux scolaires vériste (Mascagni et Giordano en particulier).

en Février 1914, le seuil de Première Guerre mondiale, fonctionne dans un Trieste plus non amorti La traviata, avec Rosina Storchio et Fernando Carpi, et Don Pasquale, même avec Storchio et Giuseppe Kaschmann. Au cours des années suivantes têtes Rome, Florence, Naples, parme, etc .. A Teatro Costanzi en 1920 dirige La forza del destino avec Ezio Pinza, Manon (Massenet) avec Giacomo Lauri-Volpi et une pince, la 1922 Tosca (opéra) et la relance de "La Fanciulla del West« Et 1923 tir "Madama Butterfly« Et la première de » Petronio « par Gustavo Giovannetti.

Le 16 Juin, 1922 on le retrouve au Teatro Colón de Buenos Aires Francesca da Rimini de Rachmaninov, interprété par la soprano Gilda Dalla Rizza, dans la première représentation de l'opéra en Amérique latine.

Les années Scaligeri

en 1924 Arturo Toscanini, qui, comme indiqué précédemment, avait eu de nombreuses années avant comme assistant et il se sent pour lui un grand respect, l'a appelé à Scala. Gabriele Santini dirigera, en 1924-1929 saisons, de nombreuses œuvres en particulier le répertoire Verdi et jeune école italienne, y compris Macbeth, Il Trovatore, Aida, Madama Butterfly (Une représentation mémorable du 12 mai 1928 avec Rosetta Pampanini et Antonio Melandri) Tosca (Restez dans les représentations de Scala d'or d'Avril 1928 avec Gilda Dalla Rizza, Aureliano Pertile et Mariano Stabile) Et bien d'autres. Quelques semaines avant de partir pour Milan Rome dirige, le 19 Février 1929, la première Scala de L'Heure espagnole de Maurice Ravel; parmi les interprètes de la soprano espagnole Conchita Supervía et le faible Salvatore Baccaloni. L'accueil chaleureux qu'ils ont reçu du même travail trois ans avant turin tourne également l'échelle, grâce à la direction de Santini, dans un vrai triomphe.

Rome

entre 1929 et 1932, puis par 1945 un 1962, Santini est chef d'orchestre et directeur musical du Teatro dell'Opera di Roma. Ce sont les années de maturité, qu'il a été engagé dans la promotion des jeunes compositeurs contemporains italiens et étrangers, et dans la seconde moitié des italiens du XIXe répertoires siècle, en particulier en ce qui concerne Verdi, Bellini et Donizetti. Il néglige aussi le répertoire de la jeune école italienne, et en particulier Pietro Mascagni, toujours en activité au premier semestre de une trentaine d'années. Entre les années trente et cinquante Il dirige une quinzaine de jours des premières représentations, italien (Cristoforo Colombo de Darius Milhaud, Rome 1954), Européenne (Amelia al Ballo de Gian Carlo Menotti, Sanremo 1938) Et du monde (Dr. Antonio de Franco Alfano, Rome 1954).

en 1930 Il dirige la reprise de la Royal Opera House à Rome "Il Trovatore« avec Giacomo Lauri-Volpi et la première représentation de « La précieuse ridicule » à Felice Lattuada avec Ebe Stignani et « Le Roi » de Umberto Giordano avec bidu Sayão et la réplication de « Casanova à Venise » par Riccardo Pick-Mangiagalli, , en 1931 la reprise de « Aida », en 1932 La Bohème avec Claudia Muzio, en 1933 tir "Gianni Schicchi« Dans 1946 tir "la Valkyrie», Le Hansel et Gretel (opéra) avec Alda Noni, de "The Magic Carillon" Pick-Mangiagalli, de "La Wally« Et »le favori« Avec Stignani et Lauri-Volpi, en 1948 tournage Lohengrin (opéra) avec Boris Christoff, en 1949 tir "Manon Lescaut« Dans 1950 les premières représentations de Caracalla Nerone (Boito) et "Moïse en Egypte« avec Rolando Panerai, en 1953 la première représentation de Caracalla Guillaume Tell (opéra) avec Antonietta Stella et Tito Gobbi, en 1954 la première représentation de Caracalla "Nabucco« avec Gabriella Tucci, Miriam Pirazzini, Gobbi et Christoff, en 1956 la reprise de l'Opéra "Les Vêpres siciliennes« Dans 1957 la reprise de « Aida » avec Anita Cerquetti, Giulietta Simionato et Franco Corelli et 1958 tir "L'elisir d'amore« avec Ferruccio Tagliavini et Italo Tajo.

au Théâtre Verdi (Trieste) en 1939 Il dirige Il Trovatore avec Stignani, L'Arlesienne (opéra) avec Tito Schipa, Amelia Menotti danser avec Iris Adami Corradetti, Salomé (opéra), L'amour des Trois Rois Italo Montemezzi, Madama Butterfly Licia Albanese, La magie de la boîte à musique de ballet Pick-Mangiagalli, Hansel et Gretel (opéra) et Carmen (opéra).

en 1941 Il dirige les premières représentations de Teatro Vittorio Emanuele turin de "La Gioconda« avec Cloe Elmo et Beniamino Gigli et Andrea Chénier (opéra).

pour la Théâtre de la ville en 1949 la première représentation de "Le siège de Corinthe« avec Renata Tebaldi, en 1951 la reprise de "Aida" avec Tebaldi, Barbieri et Lauri-Volpi, en 1955 la première représentation Jardins Boboli de "Norma" avec Cerquetti, Fedora Barbieri et Corelli et 1956 Il dirige la relance de « La Bohème » et « Madama Butterfly ».

en 1951 dirige Jeanne d'Arc (opéra) avec Tebaldi après la rupture Teatro San Carlo de Naples et dans la première représentation Théâtre de l'Opéra de Paris. en 1952 Il dirige la reprise du Teatro San Carlo à Naples Adriana Lecouvreur (opéra) avec Tebaldi Giuseppe Taddei.

Maria Callas

Gabriele Santini
Gabriele Santini, dans une photo de 1961

Gabriele Santini dirige pour la première fois Maria Callas 18 septembre 1949 à Pérouse, dans l'église de San Pietro, dans 'art oratoire San Giovanni Battista de Alessandro Stradella, avec alors peu connu Cesare Siepi.

en 1952 dirige les puritains Lauri-Volpi Maria Callas Meneghini au Teatro Costanzi.

La prochaine réunion aura lieu dans la saison d'opéra romain 1952-1953 avec Traviata (15, 18 et 21 Janvier 1953, avec Francesco Albanese et Ugo Savarese), Qui connaît un grand succès. En Septembre de cette même année RAI convoquer à Turin Gabriele Santini et les mêmes interprètes pour le disque d'enregistrement. Selon de nombreux critiques sera un compte rendu des meilleures éditions de l'œuvre. Il écrit à ce sujet Paolo Isotta, critique musical Corriere della Sera:

» ... La traviata ... modèle pour tous les temps à venir est celui avec orchestre EIAR de Turin en 1953 par Gabriele Santini, qui exige de la discipline musicale à Maria Callas, quelques fois plus grande ... Après est venu Georges Prêtre, Carlos Kleiber et Riccardo Muti[1] »

Suite au succès de Traviata, Santini revient à diriger la Callas encore en 1953 à Rome, d'abord en Norma, avec Franco Corelli et Fedora Barbieri et plus tard dans Trovatore, où la soprano grecque-américaine est rejoint dans les trois représentations (16, 19 et 23 Décembre 1953) Par un casting exceptionnel: Lauri-Volpi, les salons de coiffure et Paolo Silveri. Cette fois-ci ne manquera pas un grand succès auprès des critiques et du public, qui sera répétée deux ans plus tard à la Médée, interprété que par Callas, Francesco albanais, barbiers, Boris Christoff et Gabriella Tucci.

Le sort humain et artistique de Gabriele Santini et Maria Callas croix pour la dernière fois au Teatro dell'Opera à Rome le 2 Janvier, 1958, à l'occasion d'une nouvelle production de Norma. Il est le président Giovanni Gronchi et il y a beaucoup attente du public. Ce qui se passe en ce soir mémorable sera discuté à ce jour. Callas refuse de chanter après le premier acte pour des raisons jamais vraiment compris. Italie interprète tout ce refus comme une activité d'infraction engagées dans le pays en la personne de son président et la soprano grecque ne seront plus invités à chanter à Rome. Gabriele Santini alors refuser de donner une opinion personnelle sur l'incident, mais un an et demi plus tard, quand il sera invité à procéder à la Royal Opera House Londres un concert de Callas, oppose un refus poli.

Les dernières années

Gabriele Santini
Gabriele Santini, dans une photo prise lors d'un enregistrement au Teatro dell'Opera de Rome

Toujours en Janvier 1958 à la tête Rome Madama Butterfly avec Antonietta Stella, Ferruccio Tagliavini et Tito Gobbi.

Au cours des dernières années de sa carrière, sans abandonner complètement la direction d'orchestre dans le théâtre, il se consacre principalement aux enregistrements.

Dans les comptes de 1959 EMI, avec l'Orchestre du Teatro dell'Opera di Roma, Madama Butterfly, joué par Victoria de los Ángeles, Jussi Bjorling et Mario Sereni. L'album recevra la même année un des prix internationaux les plus prestigieux: Grammy Award pour les meilleurs enregistrements d'opéra.

au Royal Opera House, Covent Garden de Londres en 1960 dirige Otello (Verdi) avec Giuseppe Taddei.

Alla Scala en Décembre 1960 dirige Don Carlos (opéra) avec Boris Christoff, Flaviano Labò, Ettore Bastianini, Nicolai Ghiaurov, Antonietta Stella et Giulietta Simionato, en 1961 enregistre une seconde Don Carlo, avec 'Orchestre du Teatro alla Scala, joué par Flaviano Labò, Boris Christoff, Antonietta Stella, Ettore Bastianini et Fiorenza Cossotto, en 1962 dirige Semiramide avec Joan Sutherland, Simionato et Wladimiro Ganzarolli et 1964 Le Barbier de Seville (Rossini) avec Luigi Alva, le Cossotto, Sesto Bruscantini et Ghiaurov jusqu'au 21 Avril.

en 1962, maintenant soixante-seize, la renonciation de cession de chef principal et directeur musical du Teatro dell'Opera de Rome.

en 1964, en utilisant une nouvelle fois l'orchestre du Teatro dell'Opera de Rome, a enregistré pour EMI Andrea Chénier, de Umberto Giordano, avec Antonietta Stella et Franco Corelli. Le 12 Avril de cette année, dit au revoir aux scènes en scène à La Scala avec succès, toujours le Don Carlo.

Dans la première semaine de Novembre 1964 Rome commence à gravent Tosca, mais quelques jours plus tard, il a été saisi par un accident vasculaire cérébral et a été admis à une clinique dans la capitale, il sort le 13.

Sur Gabriele Santini un portrait complet dans « Les vertus Elephant » par Paolo Isotta (pour qui dirigent Traviata, il est le meilleur jamais enregistré) est sorti en 2014 (Marsilio): Même dans « Autres chansons de Mars » (2015) l'historien de la musique comprend Santini des plus grands réalisateurs qu'il a entendu.

Discographie sélective

  • La Bohème de Giacomo Puccini; Orchestre et Choeur Teatro San Carlo Naples; Renata Tebaldi (Mimi); Giacomo Lauri-Volpi (Rodolfo); Tito Gobbi (Marcello); Elda Ribetti (Musetta); Giulio Neri (Hills) - 1951 Âge d'or de l'opéra / Opéra Great Performances[2]
  • L'elisir d'amore de Gaetano Donizetti; Orchestre et Choeur Teatro dell'Opera di Roma; Nicola Monti (Nemorino); Margherita Carosio (Adina); Tito Gobbi (Belcore); Melchiorre Luise (Dr Dulcamara) - 1952, EMI
  • La traviata de Giuseppe Verdi; Orchestre symphonique turin de RAI et chorus Cetra; Maria Callas (Violet); Francesco Albanese (Alfredo); Ugo Savarese (Germont) - 1953, Fonit Cetra[3]
  • Don Carlo de Giuseppe Verdi (4 actes); Orchestre et Choeur Teatro dell'Opera di Roma; Boris Christoff (Philippe II); Antonietta Stella (Elisabeth de Valois); Tito Gobbi (Rodrigo); Mario Filippeschi (Don Carlo); Giulio Neri (Grand Inquisiteur); Elena Nicolai (Eboli); Plinio Clabassi (le moine) - 1954, EMI
  • Simon Boccanegra de Giuseppe Verdi; Orchestre et Choeur Teatro dell'Opera di Roma; Tito Gobbi (Simon Boccanegra, qui est devenu Doge); Boris Christoff (Jacopo Fiesco); Victoria de los Ángeles (Maria Boccanegra); Giuseppe Campora (Gabriele Adorno) - 1957 EMI
  • Norma de Vincenzo Bellini; Orchestre et Choeur Teatro dell'Opera di Roma; Anita Cerquetti (Norma); Miriam Pirazzini (Adalgisa), Franco Corelli (Pollio); Giulio Neri (OROVESO) - 1958, enregistrement en direct, Great Opera Performances
  • Don Carlo de Giuseppe Verdi (5 actes); Orchestre et Choeur Teatro alla Scala de Milan; Flaviano Labò (Don Carlo), Boris Christoff (Philippe II); Antonietta Stella (Elisabeth de Valois); Ettore Bastianini (Rodrigo); Ivo Vinco (Grand Inquisiteur); Fiorenza Cossotto (Eboli); Alessandro Maddalena (le moine) - 1961, Deutsche Grammophon
  • Madama Butterfly de Giacomo Puccini; orchestre Teatro dell'Opera di Roma; Victoria de los Ángeles (Papillon / Cio-Cio-San); Jussi Björling (Pinkerton); Miriam Pirazzini (Suzuki); Mario Sereni (Sharpless) - 1959, EMI
  • Andrea Chénier de Umberto Giordano; Orchestre et Choeur Teatro dell'Opera di Roma; Franco Corelli (Andrea Chénier); Antonietta Stella (Madeleine de Coigny); Mario Sereni (Gérard); Luciana Moneta (comtesse de Coigny) - 1964, EMI
  • Manon Lescaut Giacomo Puccini; Orchestre et Chœur du Teatro San Carlo, Naples; Floriana Cavalli (Manon) Carlo Bergonzi (Des Grieux) Giuseppe Valdengo (Lescaut), Mariano Caruso (Edmund), Antonio Cassinelli (Géronte) - 1964 enregistrement en direct, Bongiovanni

notes

  1. ^ S I P A R I O: La Traviata
  2. ^ http://www.operaitaliana.com/autori/interpretebrano.asp?ID=240AUT=6
  3. ^ Selon Paolo musicologue Isotta, le meilleur Traviata Il n'a jamais enregistré en Italie. Voir. La Traviata).

bibliographie

  • R. Sabatini, Musique en Ombrie, Morley, 2016, ISBN 978-88-6074-799-0.

Articles connexes

  • chef d'orchestre
  • Opéra italien
  • opéra
  • Teatro alla Scala
  • Teatro dell'Opera di Roma
autorités de contrôle VIAF: (FR5119658 · LCCN: (FRn83196098 · ISNI: (FR0000 0001 0865 367x · GND: (DE133822397 · BNF: (FRcb13922377f (Date)