s
19 708 Pages

Bernard Berenson
Bernard Berenson

Bernard Berenson, né Bernhard Valvrojenski (Butrimonys, 26 juin 1865 - Fiesole, 6 octobre 1959), Il a été un historien lituanien naturalisé États-Unis. Spécialisée dans la Renaissance, il est devenu l'autorité incontestée dans l'attribution du travail, à un moment où ils ont attiré l'attention des grands collectionneurs américains. Ses jugements à l'époque jouissaient d'une influence large et incontestée. Bien que récemment certaines de ses attributions ont été réfutée, on suppose qu'ils peuvent être dus à des commissions exceptionnelles lui payer. son livre Les peintres de la Renaissance italienne Ce fut un best-seller international.

biographie

Il est né dans une famille juive Lituanie, puis dans l'Empire russe. Son père, Alberto, il a émigré avec sa famille à Boston en 1875 prenant le nom de famille Berenson.

Il a obtenu son diplôme en 1887 à 'Université de Harvard, où il a rencontré le Histoire des études de la Renaissance de Walter Pater publié quelques années plus tôt et philanthrope Isabella Stewart Gardner. Il a déménagé en Europe avec un bourse le philanthrope Gardner et ici il a développé sa vocation pour la critique et l'histoire de l'art. Pendant le temps il a visité les grandes collections d'art européen sur le continent. Il est tombé amoureux en Italie et au cours des premières années du XXe siècle, a acheté une villa sur les hauteurs de Florence, Villa I Tatti, qui abrite aujourd'hui la collection d'œuvres d'art, des photographies et des livres recueillis par Berenson, et est administré par 'Université de Harvard.

Au cours des recherches sur la peinture toscane déposée en monastère bénédictin de Monte Oliveto, où en Février 1891 a reçu le sacrement la baptême. en 1900 Il avait épousé catholique Mary Pearsall Smith.

Il a commencé à travailler en concurrence avec des guides officiels dans les musées, et est rapidement devenu un connaisseur de renom et expert dans l'ancien expert de l'art. En 1895, à l'occasion d'une exposition de peintures vénitien de collections privées, a publié une sorte de modification au catalogue officiel: 33 Titian exposé il a reconnu qu'un seul authentique, il a refusé 18 Giorgione, et ainsi de suite.

Pendant ce temps, il a continué à publier ses travaux: les activités qui se sont poursuivies jusqu'au jour de la mort, dans sa Villa Fiesole où, désormais célèbre dans le monde entier comme le plus grand expert sur d 'art italien, Il a vécu comme un « tyran bienveillant ».

Berenson a également été le premier à apprécier et soutenir l'art post-impressionniste Cézanne et Matisse, donnant ainsi une contribution inestimable à une évaluation correcte de l'expérience 'art contemporain.

Contributions à la critique et l'histoire de l'art

Bernard Berenson
Statue de Berenson dans la loggia Villa I Tatti, Florence

Ses études commencent à une conclusion définitive héritée de la conception artistique de Giovanni Morelli: L'étude de l'œuvre d'art ne doit pas être limitée à l'étude subjective du connaisseur unique, mais doit être enrichi d'une série de documents.

Berenson distingué, d'une œuvre d'art, l'élément de décoration de l'emballage, et tandis que le premier est la forme, le matériau pictural et moulé, la seconde exprime la valeur représentée par l'objet en fonction du contexte historique et culturel et inclinations mentales, sujet émotionnel.[1]

La grande importance de Berenson réside surtout dans les canons critiques proposés par le droit de travailler Peintres florentins (1896) et Peintres italiens Renaissance (1932), basée sur la reconnaissance de l'oeuvre d'art « valeurs tactiles » et « valeurs de déplacement ».

Berenson sosteva que les matériaux sont divisés en:

  • documents contemporains
  • documents littéraires
  • l'œuvre d'art

L'étude de ce qui concerne Berenson des pouvoirs était basée sur les petits détails présents dans le travail. Par conséquent, il a fait valoir qu'il ya un certain nombre de détails anatomiques qui aident à distinguer un artiste donné d'une autre, parce que ces bagatelles à moins que l'artiste suit les caractéristiques formelles du temps pour donner plus d'espace à sa propre subjectivité. Ainsi, il en résulte que les éléments que vous pouvez considérer pour la recherche artistique est les cheveux, les mains, les pieds et les milieux naturels.

Parmi les plus importants ouvrages publiés par Berenson, comprennent: Trois essais sur la méthode, série sur Etude et critique d'art italien, Esthétique, l'éthique et l'histoire dans les arts de la représentation visuelle. Bien nourri est le nombre de monographies, de le Caravage à Piero della Francesca, ainsi que des extraits des journaux.

travaux

  • Les peintres de la Renaissance italienne, traduction Emilio Cecchi, Milano, Hoepli, 1936-1948. - Sansoni, Florence 1952-1990 - BUR, Milan, 2001
  • Sassetta. Un peintre siennois de la légende franciscaine, traduit par A. Malavasi, Florence, Electa, 1946. - Abscondita 2015
  • Méthode et attributions, Florence Arnaud Éditeur, 1947.
  • Esthétique, l'éthique et l'histoire dans les arts de la représentation visuelle, traduction Mario Praz, Florence, Electa, 1948. - Leonardo, Milan 1990; Abscondita, Milano 2009
  • Esquisse pour un portrait, Florence, Electa, 1949.
  • Del Caravage, ses incohérences et renommée, Trad. Luisa Vertova, Electa, Firenze 1950; Leonardo, Milan 1994; avec le titre Caravage, Leonardo, Milan 1994; Abscondita, Milano 2006
  • Échos et réflexions. journal 1941-1944, Carnets de Medusa, Milan, Mondadori, 1950.
  • Piero della Francesca, ou ne pas dire Dell'arte, Trad. Luisa Vertova Electa, Firenze 1950; Abscondita, Milano 2007
  • Regardez et apprendre, Trad. Luisa Vertova, Electa, Firenze 1951; Abscondita, Milan 2012
  • L « forme Arco di Costantino Della ou confiscation, Trad. Luisa Vertova, Electa, Firenze 1952; Abscondita, Milano 2007
  • loto, Trad. Luisa Vertova, Electa, Milan 1954; Leonardo, Milan 1990; Abscondita, Milan, 2008
  • pages du journal. Viaggio in Sicilia. Collection d'essais réalisé par Nicki Mariano, Traduction de Arturo Loria, Milan, Electa, 1955. - Leonardo, Milan, 1992; SE, Milano 2011
  • 1945-1956 évaluations, Avant-propos par Nicky Mariano, trans. et par Arturo Loria, Milan, Electa, 1957.
  • pages du journal. (Vol.I: art pèlerinage, vol.II Littérature-Histoire-Politique), Milano, Electa, 1958-1959. - Abscondita, Milan 2012
  • peintures de la Renaissance italienne. L'école Veneta (2 vol.), Londres-Florence, Phaidon-Sansoni, 1958.
  • Les dessins des peintres florentins (2 vol.), traduction de L.Vertova Nicolson, Florence, Electa.
  • Coucher du soleil et le crépuscule. journaux Derniers 1947-1958, traduction de Alda Anrep, Préface Emilio Cecchi, Cambridge: Polity Press, 1966.
  • Ami de Sandro, traduction de B. Agosti, Milan, Electa, 2005.
  • B.Berenson et Mary Berenson, en Calabre, par Vittorio Cappelli Soveria Mannelli (Cosenza), Rubbettino 2008.

épistolaire

  • (Clotilde Marghieri) Le double miroir. Correspondance 1927-1955, Trad. Margaret Guidacci, Rusconi, Milano 1981
  • (avec Roberto Longhi) Littérature et brochures, 1912-1957, édité par Cesare Garboli et Cristina Montagnani, Adelphi, Milano 1993
  • (FR) Les lettres entre Bernard Berenson et Charles Henry Coster, édité par G. Constable, Florence, Olschki, 1993.
  • Mon cher BB: Les lettres de Bernard Berenson et Kenneth Clark, 1925-1959, édité et annoté par Robert Cumming, Yale University Press, 2015.

Archives et personnel de la bibliothèque

Les œuvres d'art de Bernard Berenson, l'a sauvé pendant la guerre dans la villa « Le Fontanelle » le marquis Filippo Crescenzi Serlupi Ministre plénipotentiaire de Saint-Marin au Saint-Siège, ont été donnés par lui au Centre Harvard pour les études de la Renaissance italienne[2] à Villa I Tatti à Florence[3]

notes

  1. ^ "Muses", De Agostini, Novara, 1964, Vol.II, pag.196-197
  2. ^ Manuscrits et archives, sur http://library.harvard.edu/. Récupéré 19 Avril, 2016.
  3. ^ Berenson, Bernard et Marie. Papiers, 1880-2002: Un instrument de recherche, sur http://library.harvard.edu/. Récupéré 19 Avril, 2016.

bibliographie

  • Roberto Papi Une visite à M. Berenson et Tatti, Sansoni, Florence 1958
  • Umberto Morra, Conversations avec Berenson, Garzanti, Milan 1963
  • Sylvia Sprigge, La vie de Berenson, Ricciardi, Naples 1963
  • Nicky Mariano, Quarante ans avec Berenson, Sansoni, Florence 1969
  • Meryle Secrest, Bernard Berenson. Une biographie critique, Mondadori, Milano 1981
  • Emilio Cecchi, Bernard Berenson, en AA.VV., Littérature italienne. critiques, vol. V, Milano, Marzorati, 1987, pp. 3331-3339.
  • Carlo Ludovico Ragghianti, Influence de WOELFFLIN et Berenson sur critique d'art italien, en AA.VV., Littérature italienne. critiques, vol. V, Milano, Marzorati, 1987, pp. 3339-3344.
  • Arnaldo Di Benedetto, Mémoire d'inimitié: hommage à B. Berenson et R. Longhi, en La poésie et la critique du XXe siècle, Napoli, Liguori, 1994, pp. 219-33.
  • Arnaldo Di Benedetto, lecteurs de Edith Wharton et Bernard Berenson enthousiaste « du » vice-roi ", dans "Journal de la littérature italienne historique", CLXXXIX (2012), pp. 129-33.
  • Carl Brandon Strehlke et Machtelt Brüggen Israëls (ed) la Bernard et Mary Berenson collection de peintures européennes à I Tatti, Milan, Officina Libraria 2015.

Articles connexes

  • Villa I Tatti

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Bernard Berenson
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Bernard Berenson

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR9878607 · LCCN: (FRn79021690 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 101331 · ISNI: (FR0000 0001 2099 0222 · GND: (DE118658344 · BNF: (FRcb121114721 (Date) · ULAN: (FR500121389 · BAV: ADV11041124