s
19 708 Pages

Tchétchènes (Noxçiy)
Lieu de naissance Tchétchénie Tchétchénie
population ~ 1 million et 500000
langue tchétchène
religion Islam sunnite
Groupes Homogènes batsbi; Ingouchie; KISTI
distribution
Tchétchénie Tchétchénie[1] 1031647
Russie Russie[1] 1.360.253 (y compris Tchétchénie)
Drapeau de Ingushetia.svg Ingouchie[1] 95403
Drapeau de Dagestan.svg Daghestan[1] 87867
Drapeau de Rostov Oblast.svg Rostov Oblast[1] 15469
Drapeau de Moscow.svg Moscou[1] 14465
Drapeau de Stavropol Krai.svg Territoire de Stavropol '[1] 13208
Drapeau de Volgograd Oblast.svg Volgograd Oblast[1] 12256
Drapeau de Tioumen Oblast.svg Oblast 'Tyumen'[1] 10623
Drapeau de Astrakhan Oblast.svg Oblast 'Astrakhan'[1] 10019
Europe[1] 100 000 (à l'exception de la Fédération de Russie [2])
Turquie Turquie[1] 70000 [3]
Kazakhstan Kazakhstan[1] 35 000
Jordanie Jordanie[1] 10 000
Azerbaïdjan Azerbaïdjan[1] 5000
Egypte Egypte[1] 5000
Syrie Syrie[1] 4000
Géorgie Géorgie[1] 10 000
Irak Irak[1] 2500
Iran Iran[1] N / A (environ entre 1000 et 2000)
États-Unis États-Unis[1] 500
Canada Canada[1] 100
Tchétchènes
Les femmes tchétchènes

la Tchétchènes (en langue tchétchène: Noxçi, singulier Noxçuo) Constituer le plus grand ethnie natif des régions nord la Caucase. Ils appellent eux-mêmes le nom de « Nokci », dont les origines sur étymologiques sont différentes théories: le nom peut dériver de l'ancien village Nakhsh ou du nom biblique Noé (nokha Tchétchène).

Le mot russe pour Nokci ethnique - « Checeni » - est également l'objet de débats, mais la théorie dominante est celle selon laquelle il provient du nom du village de Chechana, qui en russe est écrit Chechen- aul. Le village en question est situé sur la rive de la rivière Argoun près Grozny.

géographie

La population tchétchène est composée principalement par les habitants de Tchétchénie, une région reconnue internationalement au sein de la Russie. à partir de 1994 un 1996 Il a mené une guerre sanglante et terrible dans toute la région, ce qui a entraîné la mort et la destruction dans de nombreuses villes et détruit des familles entières tchétchènes. En 1996, cependant, il a été conclu un cessez-le-feu général entre les Russes et les Tchétchènes.

D'autres communautés importantes origine tchétchène sont dans différentes régions russes, en particulier dans le Daghestan et dans la ville de Moscou. En dehors du territoire de la Russie, les pays qui abritent les Tchétchènes sont Turquie, la Jordanie et Syrie. Ces communautés sont les descendants de ceux qui ont fui la Tchétchénie au cours de la Guerre dans le Caucase autour 1850, qu'il a conduit à l'annexion du territoire »Ingouchie, comprenant en Ossétie et en Tchétchénie, tout 'Empire russe et la déportation des Tchétchènes Kazakhstan en 1944, commandé par Staline.

Dans ces derniers temps, après la fin de premier et Deuxième guerre de Tchétchénie, des dizaines de milliers de réfugiés tchétchènes installés dans Europe et aussi dans d'autres endroits, en particulier pendant la vague d'émigration vers la 'Ouest eu lieu après 2002.

origines

clans nakh, les ancêtres des Tchétchènes et ingouche, Ils habitaient dans les montagnes de la région jusqu'à ce que XVIe siècle où ils ont commencé à s'installer dans les bas-fonds. Durant cette période, il a également commencé l'islamisation de ce peuple, conduit par l'influence des populations voisines.

population

Bien que de nombreux Tchétchènes en Tchétchénie (robe population de 1,3 millions, y compris les non-Tchétchènes), plus d'un million de Tchétchènes vivant dans d'autres régions Caucase, dell 'Asie centrale, et dans certaines parties de Russie. Environ 100.000 vivent dans Europe. Le rapport des mâles aux femelles est d'environ 1: 1; un tiers de la population vit dans les zones urbaines, tandis que les deux tiers restants dans les zones rurales.

langue

Les principales langues sont tchétchènes tchétchène et russe. La Tchétchénie appartient à la famille des langues caucasiennes du centre-nord. La littérature tchétchène est basée sur le dialecte des zones centrales. Parmi les autres dialectes est l 'ingouche, parlée Ingouchie, et Batsi, la langue des paysans Géorgie.

culture

Avant l'adoption de l'Islam, les Tchétchènes ont pratiqué un mélange de croyances religieuses et les traditions locales. Ils ont pris part à de nombreux rituels, dont beaucoup sont inhérentes à l'élevage ovin et l'agriculture. Parmi eux on peut citer les rituels de la pluie, une célébration qui a eu lieu le premier jour du labour, et le jour de la « Thunderer Sela » ou le jour de la Tusholi Déesse.

La société tchétchène est structuré autour de 130 TEIP ou clans. Le « TEIP » sont basées plus sur le terrain que sur le sang et se rapportent les uns aux autres dans un lieu conflictuel, en particulier en temps de paix. En temps de guerre, cependant, ils ont tendance à s'unir. Les TEIP sont subdivisées en « GAR » (branches) et le GAR dans « nekye » (familles patriarcales). Le code social tchétchène peut se résumer dans l'expression « nokchalla », qui, en dépit de ne pas avoir une traduction directe en italien, implique un comportement moral et éthique de la chevalerie, la générosité et l'honneur de la volonté de la protection des femmes.

religion

la Tchétchénie Il est pour la plupart musulman, parce que ses habitants ont été convertis en 'Islam sous la domination des 'l'Empire ottoman en XVe siècle. Chaque clan est dirigé par un mystique spirituelle. Certains d'entre eux adhèrent à la branche mystique soufi Islam Sunni nommé Muridismo. Environ la moitié des Tchétchènes appartient aux confréries soufies aussi appelés tariqat. Les deux tariqa que plus répandue dans le Caucase Du Nord étaient Naqshbandiya et Qadiriya. Naqshbandiya est particulièrement forte Daghestan et en Tchétchénie orientale, alors que Qadiriya a la plupart de ses partisans dans le reste de la Tchétchénie et Ingouchie.

Presque tous les Tchétchènes appartiennent encore à l'école Shafii de la pensée islamique. [1]

la salafisme Il a été introduit dans la région la cinquantaine. Certains des rebelles impliqués dans guerre de Tchétchénie (En particulier ceux qui suivent Chamil Bassaïev) sont salafistes.

notes

bibliographie

  • Alexandre Dumas. La guerre sainte. Voyage entre les rebelles tchétchènes. Traduction de Antonio Coltellaro Rubbettino 2002
  • (FR) [2] - Qui sont les Tchétchènes?, Johanna Nichols, Université de Californie, Berkeley.
  • (FR) [3] - L'écrasement du mythe tchétchène al-Qaïda, Brian Glyn Williams, Partie 1: La Fondation Jamestown

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Tchétchènes
autorités de contrôle LCCN: (FRsh85022813 · GND: (DE4360541-2 · BNF: (FRcb13519180k (Date)