s
19 708 Pages

la principauté est un forme de gouvernement régie par un prince.

Exemples

pour normans, la Principauté avait l'intention précise de souligner la souveraineté absolue de son prince, prenant presque un modèle l'ancien concept de princeps typique de 'Imperator Roman, qui est, ne portent en aucune chute de façon sous l'autorité (même si seulement nominale) papauté.
Ce fut exactement cette intention qui se déplace, par exemple, Bohémond de Tarente d'établir pour lui-même et ses descendants un domaine croisé à Antioche, ne pas le moins dépendant de la bienveillance du pape ou de 'empereur byzantin.

Au cours de la domination normand, dans l'est Campanie il y avait le Principauté de Salerne, qui ont occupé les provinces actuelles de Salerno, Avellino et la plupart des Bénévent. Le nom est resté et a depuis longtemps la province du même nom du Royaume de Naples, répartis entre Citra (Salerno) et Ultra (Avellino), Benevento exclu (ville de domaine ecclésiastique). Ce dernier a déchiré son territoire actuel Avellino et Caserte suite à l'unification de l'Italie.

champ islamique

De tous plutôt inexact d'assimiler 'émirat la Principauté. le terme arabe Amir (en arabe: أمير), En fait, il met l'accent sur le simple droit (bien que de base) d'émettre des ordres que ses sujets ont le devoir d'accomplir sans délai. Le principe de la primauté est absent. L'expression alors Amir al-Mouminine, souvent mal traduit par « le prince des croyants », a beaucoup plus à juste titre être traduit par « Commandeur des croyants », soulignant que la calife Il a le droit d'être obéi, même s'il n'a pas (comme dans les effets régulièrement manqués) toute aura légale ou spirituelle de la suprématie.

bibliographie

  • Steven Runciman, Histoire des croisades, 2 vols., Turin, Einaudi, 1966 (4e éd.). Trad. En. l'original Une histoire des croisades, Londres, Cambridge University Press, 1951.

Articles connexes

autorités de contrôle GND: (DE4155609-4