s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - "Elementals" voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Elémentaires (désambiguïsation).
élémentaire
Triomphe de Galatée (Raphael, 1511) qui représente créatures marines et elfes sous la forme de putti ailé[1]

un élémentaire Il est un être mythologique présent dans différentes traditions spirituelles et animiste. Le mot est adjectif né dans les théosophique, indiquant la caractéristique particulière d'une telle créature d'appartenir à un seul des quatre éléments classiques: eau, air, terre et feu. Par extension, élémentaire Il est passé de l'adjectif nom, de manière à indiquer directement le type de créature, et non seulement sa nature.

Notes historiques sur la vision du monde vitaliste

La croyance que la nature est peuplé par des créatures et des esprits invisibles semble remonter à l'aube de l'humanité, se présentant comme une caractéristique commune des expressions les plus variées paganisme et rites animistes. Selon les mythologies autochtones africain ou ceux de l'Est stores, Indien ou chinois, Par exemple, il y a une échelle ascendante des esprits jusqu'à deva et de plus, que l'homme commun n'a pas la perception. Même dans 'Grèce antique, De plus, la divinité Panthéon polythéiste Ils étaient considérés comme des personnifications des forces de la nature, et l'ont conçu immanent; Thales Il a déclaré à cet égard que « toutes choses sont pleines de dieux. »[2] Il était conceptions radicalement anti-déterministes, qui déjà opposé depuis les premières formes embryonnaires de mécanicisme,[3] et plus tard, le développement, ils donneront vie aux systèmes philosophiques complexes pitagorismo, la platonisme, et néoplatonisme, pour lequel tous les aspects de l'univers n'est pas un éclat de 'Âme de tout, à travers laquelle il est intimement revitalisé par les énergies et les forces arcaniques, cachées dans l'obscurité de la matière. Un ensemble similaire de croyances, liées dans le cadre de la soi-disant Old Religion,[4] Il a été repris en partie par Christianisme, mais en remplaçant les dieux païens, inacceptable pour le culte monothéiste, des créatures intermédiaires comme anges ou saints protecteurs, chaque charge de la « juridiction » d'un aspect ou un élément particulier de la réalité, qui est ainsi animé par tous. Philosophiquement ces créatures correspondent aux concepts universel capable d'unifier les entités appartenant au même genre, de classe ou espèces, à laquelle les concepts Thomas d'Aquin réel attribué essence, vivant, opposant à ceux qui les considéraient comme lieu purement nominale.

en Renaissance, dans lequel la vision approfondie magie et de la nature ésotérique, sur laquelle l épanouie 'alchimie, Elle est due à Paracelse le premier traité explicite sur les esprits élémentaires, qu'il considérait comme responsable de toutes les lois de la nature et de l'événement.[5]

« Ces êtres, bien qu'ils aient une apparence humaine, ne descend pas du tout de Adam; ont une origine tout à fait différente de celle des hommes et celle des animaux, [...] mais le couple avec l'homme, et de cette union sont nés individus de la race humaine. »

(Paracelse, De Nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris, Trad. en. en Écrits de l'alchimie et la magie, Gênes, Phoenix, 1991)

Si les conceptions panpsichiste Il a ensuite été mis en crise par le retour de mécanicisme, Il se tourna vers une connaissance de la nature limitée de ses aspects quantitatif, flanquée d'une ligne de pensée nominaliste que nier la valeur universelle des essences naturelles de l'espèce à des mots simples assimilées arbitraires sans fondement ontologique, mais ils ont survécu par des auteurs comme Leibniz, défenseur d'un retour à la physique Platonicienne-aristotélicienne, de ressurgir avec l'avènement de romance, au cours de laquelle il va à la redécouverte du passé mythologique des peuples européens, considérés parfois plus véridique de leurs événements historiques.[6] Il propage également dans l'intervalle rites maçonniques la coutume d'invoquer les esprits élémentaires.[7] L'existence des élémentaux, sans l'intervention dont aucun phénomène naturel qui pourrait arriver, a ensuite été explicitement confirmé par la société théosophique fondée par Helena Petrovna Blavatsky en 1875, et il est resté au centre d'intérêt et des découvertes de divers membres de 'anthroposophie et dell 'Esotérisme contemporaine Rudolf Steiner, Annie Besant, Geoffrey Hodson, Charles Webster Leadbeater.[8]

traits

élémentaire
Une procession de faire dans la forêt, illustrée par Arthur Rackham (1908)

Selon Blavatsky, les élémentaux « rester dans »éther et peut traiter et diriger la matière éthérique pour produire des effets physiques, avec la même facilité avec laquelle l'homme peut comprimer de l'air avec un appareil pneumatique:[9] à savoir, ils créent la matière brut, visible, la compression ou la condensation subtile ou invisible, de mise en forme selon les images qu'ils reçoivent du milieu environnant, ou par formes de pensée des esprits supérieurs. De cette façon, il vit et se développe la nature, du solide inorganique dans ses aspects, physiques et de gaz, jusqu'à l'un organique, constitué par les plantes et les animaux.

Les plantes, par exemple, en fonction de Rudolf Steiner, Ils ne peuvent pas être inclus dans les outils intellectuels fournis par le mécanisme matérialiste, puisque leur croissance est due en fait à une coopération des créatures de quatre niveaux élémentaires qui sont sur la terre, qui transmettent racines informations cosmos absorbé dans le sol; celles de l'eau, qui opèrent par des agents chimiques à travers le fluide de sève la transformation de l'éther en éléments nutritifs; celles de l'air, qui absorbent la lumière et le tissage dans des formes idéales, comme cela a déjà deviné Goethe dans sa conception de la « forme archétypale »;[10] et enfin les créatures de feu qui transmettent la chaleur aux plantes du monde, en leur donnant la fécondant. Steiner reprend la thèse selon laquelle Goethe, contestant botanistes de son temps, il a soutenu que la fructification ne se produit pas fleur, dans lequel la pollinisation ne produisent que la formation de la semence mâle, ce qui en soi n'a pas encore été en mesure de générer quoi que ce soit. La fécondation a lieu lorsque celui-ci, qui est le résultat des esprits du feu, se réunit le travail des esprits de la terre, située dans la couche de tissu sous l'écorce (cambium), À savoir l'interaction entre les êtres de la terre et dans le ciel.

« Il est une énorme erreur de croire que la plante-mère principe est pousse. La vérité est que c'est le principe masculin, qui est extrait de l'univers à l'aide des esprits du feu. La mère vient de cambium, qui se prolonge à partir de l'écorce de bois, et descend à partir d'une forme idéale. »

(Rudolf Steiner [11])

Élémentaux fonctionnent en complétant leur conscience dans leurs créations physiques, suivant les directives de êtres supérieurs, connu Inde comment deva, en leur fournissant une 'empreintes digitales pensée résultant à son tour de hiérarchies supérieures. Chaque deva est une forme de « âme collective », qui unifie et rassemble plus de choses vivantes, telles que les plantes ou les animaux, qui ne possèdent pas un "Je« Individu comme un être humain.

Le monde physique est dominé par la présence d'esprits élémentaires emprisonnés dans la matière. Selon Steiner relation quotidienne avec des objets et de la matière elle-même détermine un passage de ces esprits qui viennent à l'homme. Si nous fixons une pierre de Emparez involontairement les esprits élémentaires. La libération de ces esprits arrive tout le temps dans lequel nous adoptons une approche spirituelle.

« Tout au long de sa vie l'homme absorbe en soi, du monde extérieur, les esprits élémentaires. Comme il est contenu à des objets externes, laissez simplement en lui-même les esprits sans les changer; si elle essaie de traiter les choses du monde extérieur dans son esprit, par des idées, des concepts, des sentiments de beauté et ainsi de suite, il sauve et libère les esprits élémentaires. »

(Rudolf Steiner Spirituelles et leur Hiérarchies réflexion dans le monde physique)

A la mort de l'homme esprits non libérés restent avec lui, même dans la prochaine réincarnation. Les libérés sont de retour dans les éléments d'origine.

Esprits élémentaires

élémentaire
Une salamandre illustré sur la physiologiste Berne, manuscrit enluminé du IXe siècle

Chaque élémentaire a son propre symbole, un point cardinal de son invocation, propre Ange, Archange ou Gouvernante et sa propre couleur particulière.

Les esprits élémentaires gardent leur « porte » ou dans le monde d'entrée, qui regardent leur élément.

feu élémentaire

  • cardine: O Sud Darom [12]
  • nom: Salamandres (appels de volcans Paracelse)[13]
  • couleur: Rouge
  • Outil de contrôle: Bougie ou une lampe torche

la salamandres Il est le plus puissant des esprits élémentaires. Belle, parfois décrit comme une poussée de flammes, parfois orbes lumineux. Ils vivent dans des zones désertiques et à proximité des volcans actifs. Rarement ils montrent à l'homme.

élémentaire
l'Elf palet, une illustration de Arthur Rackham (1908)

air élémentaire

  • cardineEst ou Mizrach [12]
  • nom: Les Sylphides (Silvani appels de Paracelse)
  • couleur: jaune
  • Outil de contrôle: Baguette (créateur)

la Sylphides Ce sont des esprits évanescentes et extrêmement timides, même si pas dédaigné le contact avec les humains. souvent trompeur, mais aussi doux et protecteur. Ils vivent dans les vents et se déplaçant suivant le projet. Ils peuvent atteindre millénium tout en maintenant une apparence plus jeune. Ils vivent dans des conditions de vent que les plaines ou dans les montagnes. Parfois, cependant, un sylphe peut être généré par la danse d'une ou plusieurs nymphes; si leur magie et leurs images sont assez fortes, l'élémentaire peut persister même après la fin de la danse, mais doit revenir pour une nuit par mois à l'élément à partir duquel les nymphes ont pris le pouvoir de créer.

Elémentaires d'eau

élémentaire
Ondine, par une illustration par Edmund Dulac (1911)
  • cardine: Ouest ou Maarab [12]
  • nom: Ondine (
  • couleur : Bleu
  • Outil de contrôle: tasse libation

la Ondine sont les esprits de l'eau qui habitent dans des lacs, des rivières, des cascades et des mers. Ils ont l'apparence des filles magnifiques avec cheveux bouffants et les yeux clairs, d'autres fois ils sont comme des vagues entre flutti.Hanno voix merveilleuses qui peuvent parfois être entendu recouvrant le bruit de l'eau.

Une autre exception concerne les Néréides, nymphes d'eau et les sirènes de la chanson qui charme.

Élémentaux de la terre

  • cardine: Nord ou Tzaphon [12]
  • nom: Gnomes (également connu sous le nom Kobolds, Pygmées, et les Nains)[13]
  • couleur: vert
  • Outil de contrôle: Pierre ou Crystal
élémentaire
un kobold, détails à cauchemar (1781), de Johann Heinrich Füssli

Ces petites créatures ont des caractéristiques différentes de celles des elfes. Bien que ces derniers ont l'apparence mince, même si elles sont de taille minimale, la gnomes Ils sont beaucoup plus petits et trapus. Ils sont de grands connaisseurs de minéraux, le royaume souterrain et les propriétés des herbes. Ils vivent dans les forêts et les grottes.

la driadi Elles sont belles filles. Ils portent des vêtements verts ou marron semblables aux feuilles ou le tronc des branches d'arbres, généralement en noyer ou chêne, où ils passent une vie réservée; on peut dire aussi que le Driade à la fois l'arbre et vice versa. La vie de ces créatures est liée à l'arbre dont ils sont les gardiens et si l'arbre meurt ou est coupé, ils suivent son sort et jeter la malédiction terrible ou survivre et vengent. Virgilio en Georgiche Il décrit les pleurs de la mort des Dryades Euridice:

« Ah! Pierres des jougs Orridi laï dryades,
Cui a vécu aussi: le Aeria Rhodope a pleuré,
Et Pangeo fier, et la plaine de guerriers Reso,
Et le Geta, et l'Ebre, et Cccropia Orizia. »

(Virgilio, Georgiche, IV [14])

Une autre exception concerne les Wilis (Vila au singulier), des esprits vengeurs et fantomatiques qui régissent les éléments de la mythologie slave.

notes

  1. ^ Les êtres élémentaires selon Rudolf Steiner.
  2. ^ D'après le témoignage de Aristote, de Anima, 411 a7.
  3. ^ Parmi eux se trouvaient les penseurs Milesi la tradition que l'on appelle ilozoista (Terme dérivé des mots grecque Hyle = "Matière" + Zoon = « Vivre »), qui a conçu la question dans son ensemble (cf. animé et vivant .. Antonio Gargano, Introduction à la philosophie grecque).
  4. ^ Il est fait référence au travail de Margaret Murray, Le Dieu des sorcières (1939), pour qui « la continuité de la religion païenne au Moyen Age est devenu un fait irréfutable quand vous trouvez que survive à ce jour » (M. Murray, Le Dieu des sorcières, Trad. com., Ubaldini, Rome 1972, p. 40).
  5. ^ Paracelse, Liber de Nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus (1566).
  6. ^ Ronald Hutton, Triomphe de la Lune, Oxford University Press, 2000.
  7. ^ De manière similaire au christianisme, qui appelle les anges, cependant, sont situés à un niveau beaucoup plus élevé de la hiérarchie spirituelle « , même en invoquant la franc-maçonnerie l'aide angélique, mais les anges appelés sont plus proches du niveau du développement humain et de l'intelligence. [...] Dans la franc-maçonnerie, nous invoquons l'aide d'entités non-humaines, les résidents des plans plus subtils, parfaitement habitués à traiter et contrôler les forces appartenant à leurs niveaux respectifs (Charles Webster Leadbeater, cit. en Peter Tompkins, La vie secrète de la nature, Mediterranee, p. 169, trans. com., 1997).
  8. ^ Peter Tompkins, La vie secrète de la nature, Mediterranee, 1997 op. cit.
  9. ^ Peter Tompkins, op. cit., p. 117.
  10. ^ Goethe, Versuch die Metamorphose der Pflanzen zu erklären ("plante Metamorphosis"), 1790.
  11. ^ Peter Tompkins, op. cit., p. 125.
  12. ^ à b c Massimo Corradi, Les quatre éléments: l'air, l'eau, la terre et le feu, p. 90, Lulu, 2008.
  13. ^ à b Massimo Marra, Les amateurs de Sylphides, dans "Abstracta", n. 10, 1980.
  14. ^ Trad. En. Giuseppe Domenico et Solari Viviani, p. 229, Stamperia G. Giossi, 1810.

bibliographie

  • Paracelse, De Nymphis, Sylphis, Pygmaeis et Salamandris et ceteris spiritibus, Trad. disponible en Paracelse, Écrits de l'alchimie et la magie, pp. 17-32, Phoenix, Genova 1991; De plus en Bombasto Theophrastus Paracelsus, Liber de Nymphis, édité par Pietro Pizzari, Mondadori, 1992
  • Peter Tompkins, La vie secrète de la nature, par Maria Luisa Forenza, Mediterranee, 2009 ISBN 9788827220283
  • Marco Massignan, Les petites gens. Elfes, nains, lutins et autres créatures de fées, Xenia, 2006

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers élémentaire

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4123824-2