s
19 708 Pages

Cecilia Kin, naissance Цецилия Исааковна Рубинштейн, transcrite Cecilia Isaakovna Rubinstein (Mogilev, 7 mai 1905 - Moscou, 17 janvier 1992), Il a été un écrivain, la critique littéraire, traducteur et italianiste russe.

biographie

Cecilia Isaakovna Rubinstein est né en 1905, la famille Israélite, à Mogilev une ville qui appartient au temps 'Empire russe et actuellement Biélorussie. après la Révolution d'octobre a déménagé sa famille à Ekaterinburg[1]; Ici, il a servi à Cecilia Komsomol, l'organisation de la jeunesse communiste, et dix-huit ans seulement, elle a épousé le jeune écrivain et dramaturge Viktor Kin[2] (Pseudonym Viktor Pavlovič Surovikin[3]). en 1931 Viktor Kin a été nommé correspondant Italie dell 'agence de presse soviétique Tass et, trois ans plus tard, France[3]; Cecilia a suivi son mari Rome et alors Paris, et il a eu l'occasion d'apprendre l'amende langue italienne[1].

en 1937 Viktor Kin a été l'une des victimes de "grandes purges" Staline: Condamné à dix ans, il a été emprisonné dans un Goulag et non s'ils savaient avec certitude le sort, on ne sait que s'il est mort de faim ou été exécuté; un an plus tard, il a été emprisonné le même Cecilia, coupable d'être la femme d'un condamné. Cecilia Kin est sorti bière blonde en 1946 Lev Kin, son fils unique, il était mort à dix-sept ans se battre héroïquement contre les Allemands[1]. Viktor Kin a été reçu une réhabilitation à titre posthume après la XX Congrès du PCUS (1956). Cecilia Kin a été en mesure de retourner au travail, d'abord par Aleksandr Tvardovskij qui l'a invité à se intéresser à la culture italienne et d'écrire pour le journal, il édite "Novy mir». Cecilia Kin a écrit neuf livres, de nombreuses traductions d'écrivains italiens, et de nombreux essais sur les affaires littéraires et politiques de l'Italie, un pays qui considérait comme sa « deuxième maison »[2]. Malade depuis longtemps, en 1992, il a pris sa propre vie[4].

Remerciements

  • Prix ​​Grinzane Cavour pour la fiction italienne pour Autoportrait en rouge en 1990[5].
  • Prix ​​littéraire Racalmare Leonardo Sciascia pour Autoportrait en rouge en 1991[6]
  • Une Cecilia Kin est également appelé Prix Grinzane Cavour pour la traduction et essais, actif depuis 1997[7]

Travaux (sélection)

  • Mif, real'nost », de la littérature: Ital'ânskie Zametki (Le mythe, la réalité, la littérature: notes italiennes). Moskva: Sovetskij pisatel », 1968
  • Choix ou destin (Vybor ili sud'ba); Traduction de Claudia Sugliano et Bruno Mozzone, Milan: Le lichen, 1988
  • Autoportrait en rouge, Rome: Lucarini, 1989, ISBN 88-7033-351-5 (autobiographie)
  • Pages du passé; traduction par Spendel; Avant-propos Vittorio Strada, Milano: Longanesi, 1971

nom

bibliographie

liens externes