s
19 708 Pages

Elias Canetti
Elias Canetti
Médaille du Prix Nobel Prix ​​Nobel de littérature 1981 signature Canetti

Elias Canetti (ruse, 25 juillet 1905 - Zurich, 14 août 1994) Il était écrivain, essayiste et aphoriste bulgare naturalisé britannique de allemand, décerné le Nobel de littérature en 1981[1].

biographie

enfance

Elias Canetti est né en ruse, fils aîné de Jacques Canetti, les marchands Juif des origines éloignées espagnol (Ancêtres paternels sont nés avec le nom de famille Cañete mais, à la suite de l'expulsion des Juifs de péninsule Ibérique en 1492, ils ont modifié son nom de famille), et Mathilde Arditti, né dans une famille riche séfarade juif des origines italien (Ancêtres maternels étaient séfarade Livourne qui se sont installés dans Bulgarie). La langue de son enfance était la Ladin ou giudeospagnolo parlé dans la famille, mais le petit Elias a fait une première expérience avec le allemand utilisé en privé par les parents (qui considéraient la langue du théâtre et de leurs années d'études Vienne).

Après avoir appris la bulgare, il se trouva avoir à traiter avec 'Anglais quand son père a décidé de se déplacer pour le travail Manchester en 1911. La décision a été accueillie avec enthousiasme par Mathilde Arditti, femme instruite et libérale, qui a dû échapper à l'influence de son grand-père paternel Elias, qui avait inscrit à l'école talmudique. en 1912, avec la mort subite de son père Jacques, ils ont commencé les pérégrinations de la famille, qui se déplaçaient d'abord Vienne et alors Zurich, où Canetti a passé entre 1916 et 1921, les années les plus heureuses.

Dans cette période, malgré la présence de jeunes frères et sœurs, la relation Canetti avec sa mère (qui, par 1913 Il a souffert de crises périodiques dépressifs) est devenu de plus en plus près, conflictuel et marqué par une dépendance mutuelle.

Allemagne et Autriche

L'étape suivante a été Francfort, où il a pu assister aux manifestations populaires après l'assassinat du ministre Walther Rathenau, première expérience de masse qui a laissé une impression indélébile. en 1924 Canetti revint avec son frère Georges à Vienne, où il a obtenu son diplôme en chimie et était presque sans interruption jusqu'à 1938. Canetti rapidement intégré dans 'élite culturelle viennoise, l'étude avidement les œuvres de Otto Weininger, Sigmund Freud (Ce soupçon du suscita début), et Arthur Schnitzler, et assister à des conférences Karl Kraus, et polémiste moralisatrice. Dans l'une de ces rencontres culturelles, il a rencontré l'écrivain séfarade Venetiana (Veza) Täubner-Calderon, belle, mais depuis la naissance de la liberté avant-bras gauche; en 1934 Il a épousé, en dépit de l'aversion de la mère.

Sous l'influence de la mémoire des événements vus à Francfort en 1925 Il a commencé à prendre forme sur un projet de livre sur le terrain. en 1928 Il est allé travailler en Berlin en tant que traducteur de livres américains (en particulier Upton Sinclair) Et là, il a rencontré Bertolt Brecht, Isaak Babel ' et George Grosz. Deux ans plus tard, il a obtenu son doctorat en chimie, mais n'a jamais exercé la profession et à partir de laquelle il a montré encore aucun intérêt. entre 1930 et 1931 Il a commencé à travailler sur le long roman Die Blendung (littéralement aveuglement, traduit en italien autodafé), Publié dans 1935, et, de retour à Vienne, il a continué à fréquenter l'environnement littéraire: Robert Musil[2], Fritz Wotruba, Alban Berg, Anna et Alma Mahler.

en 1932 elle sort son premier jeu, mariage. Deux ans plus tard, ce fut le tour de La comédie de la vanité. en 1937 Canetti est allé Paris pour la mort de sa mère, un événement qui l'a marqué profondément et ferme symboliquement le dernier volume de l'autobiographie.

Londres

Elias Canetti
Tombeau d'Elias Canetti Zurich, Suisse

en 1938, après la 'annexion de l'Autriche un l'Allemagne nazie, Canetti émigre d'abord Paris et alors Londres. Les deux prochaines décennies, il se consacre exclusivement au projet impressionnant sur la psychologie des masses, dont le premier et seul le volume, Masse et puissance, Il a été publié dans 1960. en 1952 a pris la citoyenneté britannique deux ans plus tard, à la suite d'une équipe de tournage, il a passé une période Maroc, à partir de laquelle il a dessiné le volume Les voix de Marrakech.

La première de sa pièce la maturité vis Il a eu lieu à Oxford (1956). La femme Veza, marié en 1934 et avec qui il a partagé les socialistes d'enthousiasme et de vénération pour Karl Kraus, se sont suicidés en 1963 après l'échec de leur mariage, peut-être à cause des trahisons fréquentes d'Elias. en 1971 Canetti a épousé Héra Buschor muséologue, qui lui a donné l'année suivante une fille, Johanna. en 1975 la Université de Manchester et de Monaco Ils lui ont donné deux degrés honoris causa. en 1981 a reçu le Prix ​​Nobel de littérature, « Pour les travaux caractérisés par une grande vision, par la richesse des idées et de l'énergie artistique ». Après la mort d'Héra (1988), Elias Canetti est retourné à Zurich, où il mourut en 1994, et dont le cimetière a été enterré à côté de James Joyce.

travaux

Les voyages, les relations et de nombreuses langues pratiquées constituent le patrimoine culturel corsés de Canetti. Son travail, en plus d'être concentré sur métamorphoses, elle-même est une constante métamorphose: un roman, un livre "anthropologie« Quelques pièces, certains essais, quelques-uns aphorismes, un récit de voyage et un 'autobiographie.

Autodafé

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Auto-da-fé (roman).
Elias Canetti
La couverture de l'édition allemande Autodafé

Il est le premier livre d'Elias Canetti et son unique roman. Die Blendung (Littéralement « The Blinding », traduit en italien et d'autres comme Autodafé, titre qu'il a appelé comme Canetti) a été publié en 1935. Il a ensuite été interdit par nazis et, en dépit de l'appréciation Thomas Mann et Hermann Broch, Il n'a pas reçu beaucoup d'attention jusqu'à ce qu'il n'a pas été réédité en sixties.

récit roman de force considérable, pour certains éléments grotesques et démoniaques peut être abordé aux grands travaux du littérature russe la XIXe siècle, en particulier les travaux de Nikolaj Gogol ' mais surtout Fedor Dostoïevski, contre qui le Canetti lui-même a déclaré sa dette.

Masse et puissance

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Masse et puissance.

Dans l'essai Masse et puissance (1960), Analyses de la sociologie tour des masses. Ce fut un travail de gestation difficile, Canetti a fallu quarante ans pour l'écrire et défini comme « l'œuvre d'une vie. » en substance Masse et puissance est une œuvre d'anthropologique et sociologique dans le sens où Canetti, à travers l'étude des premiers éléments de Massa, vient de décapage, d'enseigner les principes qui forment la base du pouvoir. Dans l'essai monumental Canetti ne fusion matériel de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, mythologie, éthologie, histoire des religions), Les noms Évite programme tels que Marx ou Freud (Mentionné qu'une seule fois dans une note de bas).

L'argument montre que ce qui contribue à former une masse est un instinct inné chez l'homme autant que celui de la survie. La première partie analyse la dynamique des différents types de masse et « stupide ». La deuxième partie porte sur la question de savoir comment et pourquoi les masses obéissent à leurs dirigeants. Hitler est présenté comme la tête paranoïaque, fasciné par la taille de la masse qu'il contrôle lui-même. La persécution des Juifs est alors placé par rapport à l'énorme inflation la Première Guerre mondiale.

l'autobiographie

Divisé en plusieurs volumes (La langue enregistrée, Le résultat de l'incendie et Le jeu Eye), Il a été publié entre 1977 et 1985. C'est précisément ce travail, l'un des plus intenses de la littérature contemporaine, qui fait de lui l'un des écrivains les plus importants du XXe siècle.

La langue enregistrée avec Le résultat de l'incendie, Le jeu Eye et Parti sous les bombes Elle constitue une sorte de 'bildungsroman». L'histoire, clairement autobiographiques, est divisé en quatre parties de base, dont chacune correspond à une période de l'emplacement et le temps différent. La première partie, située dans la ville natale de l'auteur, fait référence aux événements liés à l'enfance du premier auteur. Il décrit un monde suspendu entre modernité et de progrès, idéalement de manière similaire, respectivement à la composante paternelle (composé d'une famille nouvellement enrichie) d'une part, et leur mère sur l'autre (dont l'une des familles les plus prestigieuses de la ville).

Une autre force est dirigée par ses propres parents, qui, avec leurs aspirations à la culture (par opposition à la pratique familiale traditionnelle du commerce, un thème qui sera répété à plusieurs reprises par Canetti dans ses œuvres) et à travers un virage continu vers l'Ouest (représenté par Vienne, qui commence à prendre dès les premières pages du livre, les traits de topos par excellence) ouvrent une fracture dans la mentalité locale, presque stagnante dans un long héritage du Moyen Age de passé la domination ottomane. Les aspirations des parents réprimés deviennent l'un des thèmes clés du travail, presque un ressort de traction prêt à sauter, qui sera révélé au cours des travaux de destruction dans la famille.

Elias Canetti décrit les rituels et la vie d'un « bon vieux temps », dans un monde qui n'a pas encore découvert les ravages des guerres mondiales. Les jours du petit Elias dans la ville du Danube une autre sans soucis ou préoccupations que ce soit, à l'occasion rythmées par les fêtes religieuses et quelques autres événements notables. Ainsi, nous trouvons un traitement qui, pour ainsi dire, abhorre un compte historiographique, trouver une dimension intime et personnelle, capable de donner du relief à ces petits objectifs quotidiens qui marquent la vie d'un enfant: on découvre l'amour du petit Elias pour la lecture, lui a été communiqué par sa mère, demande vers le monde des adultes avec ses propres règles incompréhensible, impénétrable, mais la plupart de toute l'affection pour les parents et les jeunes frères et sœurs.

honneurs

Médaille pour la science et les arts (Autriche) - par ruban uniforme ordinaire Médaille pour la science et les arts (Autriche)
- 1972

travaux

  • La comédie de la vanité (Komödie der Eitelkeit, 1934), Traduction de White Zagari, avant-propos par Claudio Magris, avec un essai de Luciano Zagari, Collection théâtre 191, Torino, Einaudi, 1975.
  • Autodafé (Die Blendung, 1935), traduction Bianca et Luciano Zagari, Milan, Garzanti, 1967. -Adelphi, Milan, 1981.
  • la maturité vis (Die Befristeten, 1956), Traduction de Zagari blanc. avant la tragédie à Oxford[3]
  • La foule et le pouvoir (Masse und Macht, 1960), traduction Furio Jesi, Milan, Rizzoli, 1972.
  • Aufzeichnungen 1942-1948 (1965)
  • Les voix de Marrakech (Die Stimmen von Marrakesch. Aufzeichnungen nach einer Reise, 1968), Traduction de Bruno Nacci, bibliothèque Collier 128, Milano, Adelphi, 1983 ISBN 978-88-459-0527-8.
  • L'autre processus. Les lettres de Kafka à Felice (Der Andere Prozess. Kafkas Briefe an Felice, 1969), Traduction d'Alice Ceresa, Collection 36 Olimpia, Milan, Longanesi, 1973.
  • Puissance et de survie. Essais (gespaltene Die Zukunft. Aufsätze und Gespräche, 1972), Traduction de Furio Jesi, Collier petite bibliothèque 13, Milano, Adelphi, 1974 ISBN 978-88-459-0167-6.
  • La province de l'homme. de 1942-1972 notes Cahiers (Die Provinz des Menschen. Aufzeichnungen 1942-1972, 1973), traduction Furio Jesi, Bibliothèque Collier n.80, Milano, Adelphi, 1978 ISBN 978-88-459-0358-8.
  • Le casque témoin. Cinquante caractères (Der Ohrenzeuge. Fünfzig Charaktere, 1974), traduction Gilberto Forti et Raffaele Oriani, Collier petite bibliothèque 345, Milano, Adelphi, 1995 ISBN 978-88-459-1134-7.
  • La conscience des mots. Essais (Das Gewissen der Worte. Essais, 1975), traduction de Furio Jesi et Renata Colorni, Bibliothèque 141 Collier, Milano, Adelphi, 1984 ISBN 978-88-45-90585-8.
  • La langue enregistrée. L'histoire d'un jeune (Die Zunge gerettete. Geschichte einer Jugend, 1977), traduction Amina Pandolfi et Renata Colorni, Bibliothèque Collier n.95, Milano, Adelphi, 1980 ISBN 978-88-459-0417-2.
  • théâtre (Contient: Hochzeit, Komödie der Eitelkeit, Die Befristeten), Traduction de White Zagari, Torino, Einaudi, 1982.
  • Le résultat de l'incendie. Histoire d'une vie (1921-1931) (Die Fackel im Ohr, Lebensgeschichte 1921-1931, 1980), Traduction Renata Colorni et Andrea Casalegno, bibliothèque Collier # 120, Milano, Adelphi, 1982 ISBN 978-88-459-0501-8.
  • Le jeu Eye. Histoire d'une vie (1931-1937) (Das Augenspiel, Lebensgeschichte 1931-1937, 1985), traduction de Gilberto Forti, bibliothèque Collier 161, Milano, Adelphi, 1985 ISBN 978-88-459-0639-8.
  • Le cœur secret de l'horloge. 1973-1985 de notes Bloc-notes (Das Geheimherz der Uhr: Aufzeichnungen 1973-1985, 1987), traduction de Gilberto Forti, bibliothèque Collier 186, Milano, Adelphi, 1987 ISBN 978-88-459-0264-2.
  • La torture des Mouches (Die Fliegenpein. Aufzeichnungen, 1992), Traduction Renata Colorni, Bibliothèque Collier 275, Milano, Adelphi, 1993 ISBN 978-88-459-0998-6.
  • L'esprit rapidement. Notes de Hampstead, 1954-1971 (Nachträge aus Hampstead. Aus den Aufzeichnungen 1954-1971, 1994), traduction de Gilberto Forti, bibliothèque Collier # 330, Milano, Adelphi, 1996 ISBN 978-88-459-1264-1.
  • Un royaume de crayons. 1992-1993 Notes (Aufzeichnungen 1992-1993, 1996), Traduction de Ada Vigliani, Collier 446 Bibliothèque, Milano, Adelphi, 2003 ISBN 978-88-459-1796-7.
  • Parti sous les bombes. Les années britanniques (Parti im Blitz, Englischen Die Jahre, 2003), traduction de Ada Vigliani, édité par Kristian Wachinger, bibliothèque Collier 484, Milano, Adelphi, 2005 ISBN 978-88-459-2018-9.
  • Aphorismes pour Marie-Louise (Aufzeichnungen für Marie-Louise), traduction de Ada Vigliani, édité par Jeremy Adler, Collier # 670 Petite bibliothèque, Milano, Adelphi, 2005 ISBN 978-88-459-2960-1. [Ecrit en 1942, publié à titre posthume en 2005]
  • Le livre contre la mort (den Das Buch gegen Tod, 2014), Avec une postface de Peter von Matt, édité par Ada Vigliani, bibliothèque Collier # 670, Milano, Adelphi, 2017, ISBN 978-88-459-3169-7.

Bibliographie d'Elias Canetti

  • Divers auteurs, Dédié à Elias Canetti, dans: 'Nouveaux sujets', numéro 40-42, N.S. (Juillet-Décembre 1974), pp. 245-409
  • Salvatore Costantino (ed) Raisonnement d'Elias Canetti. Une interview de Palerme (Ecrit par Manfred Durzak, Roberto Esposito, Giulio Schiavoni, Franz Schuh, Hans Georg Zapotoczky et Salvatore Costantino) FrancoAngeli, Milano 1998
  • E. D'Agostini M. (eds), Canetti, numéro spécial de « Annales de l'Institut des langues et littératures germaniques », Université de Parme, éditeur Bulzoni, Rome 1985
  • Matteo Galli, Invitation à lire Canetti, Murcia, Milano 1986
  • Giovanni Scimonello, pour Canetti, Tullio Pironti, Napoli 1987
  • David D'Alessandro, musique et puissance. Le conducteur de Canetti à Furtwängler, Goliardiche, Trieste 2005.
  • Enzo Musolino, le pouvoir et Paranoia. Le concept de pouvoir dans l'analyse d'Elias Canetti, l'éditeur de la pelouse, Padoue 2008
  • Eleonora de Conciliis (dir), La province philosophique. Essais sur Elias Canetti, Mimesis, Milano 2008
  • Antonio De Simone - David D'Alessandro, "les conflits indivisibles Pour trouver votre chemin dans,." Pensée de ce, « éditeur Morley, Pérouse en 2011.
  • Luigi Alfieri - Antonio De Simone (ndlr), "lire Canetti." La foule et pouvoir "cinquante ans plus tard," éditeur Morley, Pérouse en 2011.
  • Antonello Lombardi, L'école d'écoute. Oralité, le son et la musique dans l'œuvre d'Elias Canetti, Ut Orpheus Edizioni, Bologne 2011, ISBN 978-88-8109-474-5
  • Antonello Lombardi, Les animaux disparus. La faune dans les travaux d'Elias Canetti, en Sous la forme de mots, Animaux, deuxième volume, IV 2012, Bologne 2013.
  • Antonello Lombardi, Les souvenirs de Georges Kien, Porteuses d'eau, Pesaro 2015, ISBN 978-88-987790-3-1
  • Antonello Lombardi, Elias Canetti et l'école d'écoute, en De nouvelles informations bibliographiques (Le Moulin) 2/2016, Avril-Juin
  • Attilio Scuderi, L'archipel des vivants. Humanisme et de la diversité Elias Canetti, Donzelli, Rome 2016.

notes

  1. ^ nobelprize.org, Le prix Nobel de littérature 1981, nobelprize.org. Récupéré le 8 Avril, 2014.
  2. ^ V. Manfred Moser, Musil, Canetti, Eco, Calvino: die überholte Philosophie, Wien: Verband der wissenschaftlichen Gesellschaften Österreichs, 1986.
  3. ^ http://omero.humnet.unipi.it/3/matdid/971/Thesenpapier%20Speroni-Bonizzi.pdf

Articles connexes

  • Les voix de Marrakech. Notes d'un voyage

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Elias Canetti
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Elias Canetti

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR108232742 · LCCN: (FRn79084346 · ISNI: (FR0000 0001 2283 9307 · GND: (DE118518801 · BNF: (FRcb11895020c (Date) · NLA: (FR35025618

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez