s
19 708 Pages

Alfonso Sastre
Alfonso Sastre

Alfonso Sastre Salvador (Madrid, 20 février 1926) Il est dramaturge, écrivain, essayiste et scénariste du film espagnol.

L'un des principaux exposants de cette génération d'appel de 1955 ou au milieu du siècle. Sa trajectoire personnelle se caractérise par un compromis politique et social et la déclaration des régime franquiste jusqu'à la fin de la dictature. Depuis le début de l'année 1970 Il a participé de manière significative à l'appui de la gauche nationaliste basque.

biographie

Alfonso Sastre est né le 20 Février de 1926 à Madrid, au sein d'une famille riche. Il a grandi avec trois frères (Aurora, Ana et Jose) et reçu une formation catholique. Il a subi les bombardements et la faim Guerre civile espagnole et il a passé le baccalauréat à l'Institut Cardenal Cisneros Madrid à travers le système « libre » dans une école privée. en 1943 Il a commencé la carrière du génie aéronautique, qui a quitté après une quinzaine de jours; essayé à nouveau avec la carrière Aduanas (douanes) et a commencé la dramatique à la fin des une quarantaine d'années avec des œuvres existentielles écrites soit en solo ou en collaboration avec Nuevo « » groupe d'art fondée en 1945 avec l'intention explicite de mettre fin avec le type de théâtre bourgeois préconisée par Jacinto Benavente.

De ce groupe, il y avait aussi des auteurs comme Medardo Fraile, avec qui il a écrit la pièce Il soñado la muerte (Il a joué la mort), inauguré dans le théâtre Beatriz en 1946; Carlos J. Costas, José Franco, José Gordón, José María Palacio et Alfonso Paso. Sastre a écrit les drames uranium 235, Cargamento de Sueños (Ouvert le 9 Janvier, 1948 dans le théâtre de l'Institut Ramiro de Maeztu de Madrid pour Arte Nuevo sous sa direction, et qui raconte l'histoire d'un mendiant au cours de laquelle l'accident a eu la foi) El Cubo de la basura etc. en 1947 Il a commencé à étudier la philosophie et les lettres et l'université, il a fondé avec le magazine Juan Guerrero Zamora raíz, où il a publié sa traduction Das Urteil, Frank Kafka. Il écrit en collaboration avec Medardo Fraile Comedia sonámbula. Intervient en tant qu'acteur L'annonce faite à Marie de Paul Claudel avec la compagnie Théâtre Universitaire de Ensayo. Il a commencé à collaborer dans le magazine La Hora et fait la première période de service militaire, il La Granja de San Ildefonso, une petite ville province de Ségovie où il y avait un centre militaire de l'éducation. en 1949 commence prólogo patético, se terminant en 1950; le travail de son engagement est interdite et l'auteur augmente avec la marxisme et le théâtre social.

en 1950 José M. de signé avec la cinquième Manifeste du Théâtre de agitación social (TAS) et commence une série de controverses dans les journaux, des livres et des interviews défendant la modification active de la société à travers le théâtre. Ils interdisaient en permanence au groupe pour représenter leurs œuvres et non. en 1953 Il a conclu ses études de Lettres et Philosophie et il était représenté son premier grand succès, Escuadra hacia la muerte, drame en deux actes inauguré le 18 Mars, 1953, interdit à la troisième représentation et interprétée par T.P.U., Teatro Université populaire, où un groupe de soldats se retrouve puni dans une troisième guerre mondiale et elle soulève (mutinerie) tuant la tête; sentir, sans doute, l'angoisse et la solitude et chacun d'eux tente d'échapper à ces deux sentiments comme il peut; Adolfo va essayer de survivre dans la montagne, Andrés passera par l'ennemi et Javier vous pendre. Pedro et Luis confiance dans le pardon. Le 17 Septembre, 1954 il a inauguré le MORDAZA, qui est secrètement le thème de la dictature, la répression et la censure. Le despote tueur Isaías Krappo qui était sa victime au cours d'une guerre civile et en dépit de la famille ne connaît que sa fille brise le carcan du silence, composé de la peur, le respect et la loyauté familiale. Isaías meurt en prison et qui pallie ses enfants. La même année, il écrit le drame révolutionnaire Tierra Roja, Il ne pouvait pas être, puisqu'il a présenté le thème de l'exploitation dans une très crue. Ils ont suivi des morceaux comme La Sangre de Dios, Ana Kleiber (1955, inauguré en Athènes, 1960) Guillermo Tell détient los ojos Tristes (1955), Drame historique représenté en Cagliari (Italie) Dans le 1972, car il a été interdit par la régime franquiste, avec l'aspect historique, il est en fait la répression franquiste. Muerte en el barrio le dialogue entre un commissaire et une taverne sur la demande pressante d'un médecin, qui était absent de son travail quand il a dû occuper d'un enfant qui meurt victime d'un camion. Les travaux suivants tels que En la rouge ou le cornada, tant en 1959, celui-ci sur le monde de la course de taureaux, toutes ces œuvres constituent leur théâtre révolutionnaire. A cette époque, il a commencé à travailler dans des scénarios de films pour les administrateurs et José Maria Forqué Juan Antonio Bardem.

en 1960 préparé le Réaliste Manifeste du Groupe Théâtre même avec J.M. Cinquième pour un théâtre de qualité. Cette expérience se reflète dans son essai Anatomie du réalisme (1965). Il se rapproche du théâtre infantile avec la pièce El circulito de Tiza (1962), Sur la base d'une fable chinoise.

Son théâtre nommé avant-dernier Théâtre (1965-1972) Représente une nouvelle évolution et se compose de sept œuvres: M.S.V. (ou La sangre y la ceniza) (1965) El Banquete (1965) La taverne fantastique (1966) Crónicas Romanas (1968) Ejercicios de terreur (1970) El camarada noir (1972) et Ahola no es de leil (1974).

En plus de ces caractéristiques la tragédie complète, collage de aristotélicien, le théâtre épique Bertolt Brecht et esperpento de Ramón del Valle-Inclan. La Sangre y la Ceniza, ou M.S.V. (Initiale de Villanueva Miguel Servet) est écrit entre 1962 et 1965 et il est publié dans italien et français avant d'en espagnol (1976). Traiter le processus inquisitoire le médecin, humaniste et théologien Miguel Servet, brûlé Calvino; l'influence du théâtre brechtienne mélanges différents éléments: documentation historique solide, des hymnes nazis, journalistes contemporains, images projetées, des effets sonores, des inclusions publiques dans le drame et une langue de contrastes entre sectarisme, archaïsmes et de l'argot pour déconcerter et rendre public bourgeois conscient afin que vous mal à l'aise, et qu'elle brouille. en 1966 Sastre a été emprisonné et La taverne fantástica (1968, Cependant, inauguré le 23 Septembre, 1985) Traite de la question de la marginalisation: quand sa mère est morte de Rojo, lui et cinq autres -quinquilleros- réprimées par la justice et la mise en œuvre compulsivement; visiter la taverne Luis et rafraîchir leurs vêtements sales, se saouler et carbure poignarde Rogelio - Le Rojo -; Crónicas Romanas (1968) Est une version proche de Numancia avec des allusions au travail de Cervantes sur cette question; à nouveau recurs collage avec des images nazies et des références à Ché Guevara. Parlez au narrateur Polybe, qui ne figurait pas dans les versions classiques de Numancia. Il dénonce la violence avec laquelle les civilisations sont imposées foulent aux pieds les droits de l'homme tout en protestant succombent, comme de nos jours, sous les frais de police.

théâtre

  • uranium 235 (1946), Drama.
  • Cargamento de Sueños (1949), Drama.
  • prólogo patético (1950), Drama.
  • El Cubo de la basura (1951), Drama.
  • Escuadra hacia la muerte (1953), Drama.
  • El pan de todos (1953), Drama.
  • le mordaza (1954), Drama.
  • Tierra roja, (1954), Drama.
  • Ana Kleiber, (1955), Drama.
  • La sangre de Dios (1955), Drama.
  • Muerte en el barrio (1955), Drama.
  • Guillermo Tell détient los ojos Tristes (1955), Drama.
  • El Cuervo (1956), Drama.
  • Asalto nocturno (1959), Drama.
  • En la rouge, (1959), Drama.
  • le cornada (1959), Drama.
  • Oficio de tinieblas (1962), Drama.
  • El circulito Tiza ou de Historia de una muñeca abandonada (1962) (tr. en. La poupée abandonnée, 1976)[1], drame.
  • M.S.V. ou La sangre y la ceniza (1965) (tr. en. Le sang et les cendres: dialogues réseau de Miguel Servet: la tragédie en trois parties: le drame en trois actes, 1967. )[2], drame.
  • El banquete (1965), Drama.
  • La taverne fantástica, (1966) (tr. en. La taverne merveilleuse, 1985)[3], drame.
  • Crónicas Romanas, (1968).
  • mélodrame (1969).
  • Ejercicios de terreur, (1970).
  • Askatasuna (1971).
  • Las Cintas magnéticas (1971).
  • El camarada noir (1972).
  • Ahola no es de Leil (1974).
  • Tragédie fantástica de Celestina tzigane (1978).
  • Análisis de commande (1978).
  • El único hijo de Guillermo Tell (1980), (tr. en. Les yeux tristes de Guillaume Tell, 1975)[4]
  • Aventura en Pays Basque (1982).
  • Los hombres y sombras SUS (1983).
  • Jenofa Juncal (1983).
  • El viaje de l'infini Sancho Panza (1984). (tr. en. Le voyage sans fin de Sancio Panza, 1987)[5]
  • El cuento de la Reforma (1984).
  • Les Derniers Jours de Emmanuel Kant (1985).
  • Le tristement célèbre columna (1986).
  • Revelaciones de Moisés sobre (1988).
  • Demasiado Tarde par Filoctetes (1989).
  • Un drame TITULADO (1990).
  • ¿Dónde estás, Ulalume, dónde estás? (1990).
  • Teoría de las catástrofes (1993).
  • Lluvia de Ángeles París sobre (1994).
  • Los Crímenes Extraños (1996).
  • Alfonso Sastre se suicide (1997).
  • No Drama TITULADO (2001).

collections

  • théâtre, prologue-Domingo Perez Minik, Madrid, Aguilar, 1968

Essais

  • Drame y sociedad, Madrid, Taurus, 1956.
  • Anatomía du réalisme, Barcelone, Seix Barral, 1965.
  • La revolución y la crítica de la culture, Barcelone, Grijalbo, 1970 (tr. en. La révolution et la critique de la culture, 1978.[6]
  • Crítica de la imaginación, Barcelone, Grijalbo 1978.
  • Lumpen, marginación y jerigonça, Madrid, Legasa, 1980.
  • Écrite en Pays Basque, Madrid, Revolución, 1982
  • Prolegómenos à un théâtre de Porvenir, Bilbao, Hiru, 1992
  • ¿Dónde estoy yo? Fuenterrabía, Hiru, 1994 Ver Texto PDF
  • El drame y sus lenguajes I, Fuenterrabía, Hiru, 2000.
  • Las dialécticas de l'imaginaire (2000).
  • El drame y sus lenguajes II, Fuenterrabía, Hiru 2001.
  • Los Intelectuales y la Utopía, Madrid, débat, 2002
  • Ensayo lui cómico sobre, Fuenterrabía, Hiru, 2002.
  • Limbus ou títulos los de la Nada, Fuenterrabía, Hiru, 2002.
  • La Batalla de los intelectuales, Cuba, 2003.
  • Manifiesto contra el pensamiento débil, Fuenterrabía, Hiru, 2003.
  • Cuatro en la drames Brecha. La Habana, Ed. Alarcos (2003).
  • El Retorno de los intelectuales (Coautor), Fuenterrabía, Ed. Hiru, 2004. (tr. en. La dérive des intellectuels. A propos intellectuelle et Utopia, 2005)[7]

fiction

  • El Paralelo 38, Madrid, Horizonte, 1964.
  • Las noches lúgubres, Madrid, Alfaguara, 1963
  • Flores rojas par Miguel Servet, Madrid, Ribadeneyra, 1967.
  • El lugar del crimen, Barcelone, Argos Vergara, 1982.
  • nécropole, Madrid, Grupo Libro 88, 1994
  • Historias de Californie, Fuenterrabía, Hiru, 1996

poèmes

  • Balada de la cárcel de Carabanchel y otros poemas celulares, París, Ruedo Ibérico, 1976
  • El Evangelio de Dracula, Camp de l'Arpa, 1976
  • El español à alcance de todos, Madrid, Sensemayá Chororó, 1978
  • T.B.O., Madrid, Zero-Zyx, 1978
  • Vida por él mismo hombre contada invisible, Madrid, Endimyón, 1994
  • residuos urbanos (Escrito de 1942 un Hoy, inédito).
  • Antologado en Poesía y realidad. Moguer, Fundación Juan Ramón Jiménez, 2003.
  • Obra Lirica y doméstica. Poemas completos. Hondarribia, Ed. Hiru, 2004.

Prix

Prix ​​nationaux

  • 1977 - reseña Prix
  • 1985 - Premio Nacional de Teatro
  • 1985- Prix ​​El Espectador y la Crítica
  • 1986 - Premio Nacional de Literatura de Literatura en la Modalidad Dramatica.
  • 1989 - Premio Ciudad de Segovia
  • 1991 - Premio de Literatura Pays Basque
  • 1993 - Prix ​​Txema Zubia
  • 1993 - Premio Nacional de Literatura
  • 2003 - Max de Honor (SGAE)
  • 2005 - Prix ​​Quijote (Asociación Écrivains Colegial, Madrid)

Prix ​​internationaux

notes

  1. ^ Alfonso Sastre, La poupée abandonnée, illustrations par Desideria Guicciardini, Milan, Emme, 1976
  2. ^ Alfonso Sastre, Le sang et les cendres: dialogues réseau de Miguel Servet: la tragédie en trois parties: le drame en trois actes, Cambridge: Polity Press, 1967.
  3. ^ Alfonso Sastre, La taverne merveilleuse, par Tiziana Tosolini, Milan, Tranchida, 1985. ISBN 88-85685-09-9
  4. ^ Alfonso Sastre, Les yeux tristes de Guillaume Tell, Cagliari, S.T.E.F, 1975.)
  5. ^ Alfonso Sastre, Le voyage sans fin de Sancio Panza, traduction de Gianni Varsi, Florence, Letters Publishing House, 1987.
  6. ^ Alfonso Sastre, La révolution et la critique de la culture, introduction de Laura Dolfi et Magda Ruggeri Marchetti, Bologne, Cappelli, 1978.
  7. ^ Alfonso Sastre, La dérive des intellectuels. A propos intellectuelle et Utopia, Datanews, 2005
  8. ^ Source: Site officiel du Prix Viareggio-Repaci

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Alfonso Sastre

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR109523026 · LCCN: (FRn79124915 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 044670 · ISNI: (FR0000 0001 2147 4051 · GND: (DE118794639 · BNF: (FRcb119237436 (Date)