s
19 708 Pages

« La mort coupable eu lieu avant conviction, éteint crime« (Art. 150 du Code de procédure pénale).

Il est une cause commune d'extinction du crime et la peine, selon le avant ou après la condamnation. Cependant, il reste des obligations civiles, découlant de l'infraction. Le juge, conformément à l'article 129 du Code de procédure pénale, peut prononcer la acquittement le bien-fondé du défendeur décédé, si elle considère le fait pas subsistante, ne constitue pas un crime, ou que l'accusé n'a pas commis, puisque ces formules pour poursuivre en justice le plus favorable de la déclaration d'extinction du crime. Le rapport de cette règle est d'être dans le principe discerné de la nature individuelle des peines, de sorte que la mort du délinquant n'est pas, pour l'État, l'intérêt de punir ou d'entamer des poursuites. On prétend que la cause de l'extinction du crime dans l'art. 150 C.P. prévaudra sur toute autre fin et donc prescription, à condition que, comme indiqué ci-dessus, ne résultent pas de preuves pour justifier l'existence d'une cause de non-punition, d'application immédiate conformément à l'article 129 du Code de procédure pénale