s
19 708 Pages

Roland D.ii
Am Flugplatze (BildID 15531513) .jpg
description
type avions de chasse
équipage 1
fabricant Allemagne LFG
Allemagne Pfalz
Date premier vol octobre 1916
Date d'entrée en service début 1917
l'utilisateur principal Allemagne Luftstreitkräfte
Les autres utilisateurs Allemagne Kaiserliche Marine
Bulgarie silos Voennomorski na Balgariya
Les échantillons 300
développé par LFG Roland D.I
D'autres variantes LFG Roland D.III
Les dimensions et poids
longueur 6,93 m
envergure 8,94 m
hauteur 3,11 m
surface de l'aile 22.8 m²
poids à vide 715 kg
poids de charge 954 kg
propulsion
moteur un Mercedes D. III
puissance 160 PS (118 kW)
performance
vitesse de pointe 180 km / h
Vitesse d'escalade à 5000 m 23 min
autonomie 2 h[1]
tangent 5000 m [2]
armement
Mitrailleuses 2 LMG 08/15 "Spandau" calibre 7,92 mm

Les données sont extraites des avions allemands de la Première Guerre mondiale [3]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

L 'Roland D.ii, En outre identifié simplement comme Roland D.II, était chasse monoplace biplan développé par 'compagnie d'aviation impériale allemande Luft-Fahrzeug-Gesellschaft mbH (LFG) dans dix ans la XX siècle et de produits, ainsi que de la même, même licence de Pfalz Flugzeugwerke.

dérivé de LFG Roland D.I, lequel il a répété la cellule équipée d'une motorisation de plus puissance exprimé, il a été adopté principalement par les unités de chasse (Jasta) de Luftstreitkräfte, la composante aérienne la Deutsches Heer (L 'armée Imperial allemand), dans la partie centrale de la Première Guerre mondiale.

Historique du projet

Après la Idflieg, au début 1916, Il a invité à développer le premier avion de combat pour remplacer les projets Fokker Eindecker, létal pour la première partie du conflit, mais rapidement vaincu par la force d'opposition, le Luft-Fahrzeug-Gesellschaft (LFG) a commencé la production d'un modèle de réglage très avancé qui, cependant, a été faite dans une série limitée, Roland D.I. caractérisé par fuselage monocoque en contre-plaqué, Il a réalisé avec un placage en spirale de deux « bandes » de contreplaqué enveloppé sur la structure moitié, cette garantie une plus grande force, le poids inférieur et un excellent niveau de malléabilité au prix d'un coût plus élevé de la production et l'entretien continu de la tendance à se détériorer matériel avec l'humidité.

En dépit de ces problèmes, le modèle avait un excellent potentiel et quand il est devenu disponible un moteur plus puissant a été lancé un programme de développement pour adapter la cellule en remplaçant l'original moteur Mercedes D.I 100 PS (73,5 kW) Avec la prochaine Mercedes D. III, toujours 6 cylindres en ligne Refroidissement liquide mais capable de délivrer une puissance égale à 160 PS (118 kW). L'aspect général reformulé le rôle classique du même âge, un seul moteur en configuration tracteur, le fuselage avec la voiture cabine de pilotage ouvert, configuration de l'aile biplan et train d'atterrissage fixe, cependant, il a été caractérisé par le développement en hauteur du fuselage entre les deux ailes qui ont remplacé le château centrale tubulaire classique.

la prototype Il a été volé pour la première fois en Octobre 1916 avec de bons résultats et a présenté l'évaluation de l'autorisation obtenue comité d'examen dell'Idflieg pour un démarrage immédiat de la production en série. La nécessité de disposer rapidement des nouveaux modèles a convaincu le Idflieg de signer un sous-traiter à Pfalz qui rejoignent désormais dans la production de gaz d'enfouissement et qui produira le plus construit. Au cours de ce stade, il a été initié le développement d'une variante qui accueillerait le moteur plus puissant Argus As.III de 180 ch (132 kW) et de Novembre de cette année remplacera dans l'assemblage des chaînes précédentes, Mercedes à moteur, avec désignation Roland D.IIa.[4] Cependant, en dépit de la montée en puissance disponible, pour les caractéristiques du moteur, le D.IIa a dépassé 3 000 m d'altitude offre une performance plus modeste, de nature à entraver son utilisation dans un contexte qui est devenu opérationnel dans le plus compétitif en même temps.

histoire opérationnelle

Les spécimens ont commencé à être livrés à vos services de chasse à l'avant-garde au début 1917, situé dans le plus France. Surnommé par ses pilotes Haifisch (requin en allemand) Pour leur apparence élégante, Roland D.II n'ont été particulièrement appréciés par leurs équipages essentiellement, en plus de la performance plus modeste que d'autres appareils du même rôle, même pour les pauvres la tenue de route. Même si, à ce moment-là prouve le plus rapide chasseur allemand, la difficulté rencontrée dans la phase de récupération au cours de laquelle l'avion a montré une tendance dangereuse à stalle en garniture battu (Très dangereux en phase atterrissage) Combiné avec d'autres problèmes, tels que la visibilité vers l'avant non optimale[5] et l'incapacité de la décoincer mitrailleuses intégré dans la structure, ils ont augmenté rapidement la méfiance nourrie par les équipages. En outre, le D.IIa, qui a mis en lumière des performances moindres, ont également été grevée par les problèmes de fiabilité du moteur qui compromettaient le fonctionnement réel. La seule exception a été donnée par un escadron de chasse Kaiserliche Marine, la marine Empire allemand, qui, cependant, fut bientôt détruite dans une mission bombardement par les forces britannique.

Le Roland D.ii ont été utilisés avec succès le plus dans le rôle d'escorte de chasseurs à bombardiers lumière, progressivement remplacé le front occidental des modèles plus fiables au cours de cette année et étant largement relégués à des fonctions de deuxième ligne depuis Septembre. En plus d'être affecté aux écoles de pilotage pour la formation des nouveaux pilotes de chasse, ils ont continué à être utilisés dans les salles de guerre moins exigeants que la front de l'Est où ils devaient faire face principalement des avions adopté par Imperatorskij Flot Voenno-vozdušnyj, la composante aérienne dell 'Imperial armée russe.

nous avons été parmi les départements qui ont adopté le modèle de la Jasta 25 qui a fonctionné l'aérodrome de Canatlarzi en Macédoine, puis une partie de Royaume de Serbie[6] et qui avait dans ses rangs Gerhard Fieseler, Jasta 27 et basé à Gand, en Belgique, à ce moment, la commande de Hermann Göring.

variantes

D.II
version équipée d'un moteur Mercedes D.III 160 PS (118 kW).
D.IIa
version équipée du moteur Argus As.III 180 PS (132 kW).

utilisateurs

drapeau Bulgarie
  • Armée de l'Air bulgare
Allemagne Allemagne

notes

  1. ^ Donald, 1994, p. 554.
  2. ^ Angelucci 1981, p.50.
  3. ^ Gray et Thetford en 1962, p.164-165.
  4. ^ (FR) (RU) Roland D.ii / D.III, en Leurs machines volantes, http://flyingmachines.ru/, 22 septembre 2011. Récupéré le 11 Octobre 2012.
  5. ^ (FR) Rob Baumgartner, Aviation allemande: Fighters 1916, en Première Guerre mondiale Aviation Pictorial Histoire Une histoire illustrée de la Seconde Guerre mondiale 1 Aviation, http://www.wwiaviation.com/index.html, 11 mars 2012. Récupéré le 11 Octobre 2012.
  6. ^ (DE) Georg Paul Neumann, Die Deutschen im Luftstreitkräfte Weltkriege, Brême, DOGMA, 2012, ISBN 978-3954549993.

bibliographie

  • (FR) Enzo Angelucci (ed.), Encyclopédie mondiale des avions militaires, Londres, Jane, 1981, ISBN 0-7106-0148-4.
  • (DE) Enzo Angelucci, Paolo Matricardi, Flugzeuge von den anfangen bis zum Weltkrieg Ersten, München, Falken Verlag, 1982, ISBN 3-8068-0391-9.
  • (FR) David Donald (ed.), L'Encyclopédie des aéronefs du monde, Leicester, Royaume-Uni, Editions Blitz, 1997, ISBN 1-85605-375-X.
  • (FR) Peter Gray, Owen Thetford, Avions allemands de la Première Guerre mondiale, 3e édition (1987), Londres, Putnam, 1962, ISBN 0-85177-809-7.
  • (FR) Peter M. Grosz, Roland D.ii (47 Windsock Datafiles), Albatros Productions Ltd., 1994 ISBN 0-94841-462-6.
  • (DE) Heinz J. Nowarra, Die Entwicklung der Flugzeuge 1914-1918, München, Lehmanns, 1959, ISBN inexistante.

liens externes