s
19 708 Pages

LVG C.II
Bundesarchiv Bild 104-0321, Flugzeug LVG C.II.jpg
description
type avion de reconnaissance
équipage 2
concepteur Franz Schneider
fabricant Allemagne LVG
Allemagne août
Allemagne huit
Date premier vol 1915
Date d'entrée en service fin de 1915
l'utilisateur principal Allemagne Luftstreitkräfte
Les échantillons au moins entre 250 et C.I. C.II
développé par LVG B.II
D'autres variantes LVG C. III
Les dimensions et poids
LVG C-II.svg
tables perspective
longueur 8.10 m
envergure 12,85 m
hauteur 2,93 m
surface de l'aile 37,6 m²
poids à vide 845 kg
poids de charge 1405 kg
propulsion
moteur un Mercedes D. III
puissance 160 PS (118 kW)
performance
vitesse de pointe 130 km / h (70 kt)
autonomie 4 h
tangent 4 000 m (13 120 ft)
armement
Mitrailleuses un LMG 08/15 calibre 7,92 mm
un Parabellum MG 14 7,92 mm
bombes 60 kg

Les données sont extraites de Avions allemands de la Première Guerre mondiale[1]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

L 'LVG C.II était avion de reconnaissance deux places, un seul moteur et biplan, développé par impériale allemande Luftverkehrsgesellschaft GmbH (LVG) dans dix ans la XX siècle et de produits, ainsi que de la même, par AGO Flugzeugwerke et Gustav Otto Flugmaschinenwerke.[1]

développé en 1915 Il a adopté la solution de l'échange des deux sièges de l'équipage, avec l'observateur qui, dans le passé que l'arrière, pourrait être équipé d'une mitrailleuse montée sur un support annulaire. Fait de 300 spécimens, est entré en service en les unités aériennes la Deutsches Heer, l 'armée Impériale allemande, déjà dans les premiers stades de la Première Guerre mondiale.

Historique du projet

Pendant les premiers stades de la Première Guerre mondiale, le développement rapide de l'industrie de l'aviation a nécessité d'adapter en permanence la flotte aérienne des différents pays impliqués dans le conflit. L 'Idflieg, l'organisme chargé de la gestion de l'Armée de l'Air Empire allemand, publié à cet égard un certain nombre de spécifications pour obtenir des avions toujours plus performants, adaptés aux nouvelles exigences de la guerre, à allouer à Feldflieger Abteilung (FFA), les premiers départements avions Deutsches Heer.[2]

en 1915 la Idflieg a publié un cahier des charges pour la fourniture d'un nouvel avion type de reconnaissance de deux places sur la base du B-Typ, mais a adopté une arme défensive. Le nouvel avion, qui a pris la désignation de C-Typ, doit être caractérisé par le déplacement du lieu de conduire à 'cabine de pilotage observateur avant, puis en laissant la possibilité d'être équipé d'une mitrailleuse, contrairement à la précédente reconnaissance où il a été placé devant la pilote. Cela a permis à l'équipage d'avoir la capacité défensive contre chasse ennemi qui se développait rapidement.

Pour répondre à cette exigence, le Luftverkehrsgesellschaft a confié le développement à sa ingénieur patron, suisse Franz Schneider, le bureau technique de la tête de l'entreprise Johannisthal depuis 1911. Schneider a d'abord pensé à modifier une cellule dell 'LVG B.I, avion non armé de reconnaissance (B-Typ) pour hélice de traction, il a conçu précédemment, le renforcer et de le relier à un motorisation, tout en conservant la même architecture 6 cylindres en ligne Refroidissement liquide, plus puissance, la Benz Bz.iii 150 PS (110 kW), Ainsi que la fourniture avec armement défensif, un mitrailleuse monté sur un support pivotant à l'anneau arrière de l'habitacle, en exploitant l'expérience acquise sur 'LVG E.i Nieuport de dérivation: dans cette configuration, comme l'exige Idflieg le système de désignation, le modèle a été officiellement désigné LVG C.I. et considéré comme l'autorisation pertinente et obtenu pour la fabrication en petites séries, il a été le premier du type C pour entrer en service opérationnel.[2]

Le C.I. constitué une sorte de la prochaine preserie C.II, élaborée par Schneider au cours de 1915 par la conception sensiblement similaire mais affectée en renforçant davantage la cellule et équipé le plus puissant Mercedes D. III 160 PS (118 kW). la prototype, avant la fin de l'année, il a également été positivement évalué par le jury dell'Idflieg et a commencé à la production de masse.

Le nouveau modèle est apparu sensiblement identique all'LVG B.II à l'exception de quelques différences liées au nouveau moteur, dans le revêtement métallique sur le nez, sur le modèle des différentes formes et dimensions de la Mercedes D.III, nell 'circuit de refroidissement, basé sur un seul radiateur placé au centre dans le plan de l'épaisseur de l'aile supérieure à la différence des deux endroits sur le côté du fuselage B.II, et nell 'échappement, avec le collecteur, commun à tous les cylindres, du type dans la corne de rhinocéros engrenage gaz d'échappement sur 'extrados l'aile supérieure.[3]

technique

La LVG C.II a retenu l'aspect général, l'âge classique, des modèles similaires produits par d'autres sociétés de la même période: biplan, monomoteur à deux places avec le train d'atterrissage fixe.

la fuselage, réalisé avec une structure recouverte de toile peinte, elle a été caractérisée par deux cockpits ouvert en tandem, la destination vers l'avant pilote et l'observateur arrière avec même les tâches de canonnier. fini arrière dans un Archerie mono classiquedérive caractérisé par une nageoire dorsale triangulaire jointe à barre et des plans horizontaux entretoisées par une paire d'entretoises obliques de chaque côté.

la configuration de l'aile ère biplan avec l'aile supérieure de 'ouverture dell'inferiore légèrement supérieur, reliés entre eux par une double paire de messages de chaque côté et complété par liens en câble en acier. Sur l'aile centrale du haut a été placée réservoir de carburant alimenté à la chute du moteur.

la train d'atterrissage a été fixé, très simple, monté sur une structure tubulaire au niveau de la partie inférieure du fuselage, équipé roues grand diamètre reliées par un essieu rigide à l'arrière et intégré avec un sabot de support.

Propulsion a été fournie par un moteur Mercedes D. III, un 6 cylindres en ligne Refroidissement liquide capable de fournir un puissance égale à 160 PS (118 kW), Placé au sommet du fuselage avant, délimitée par un capot métallique et combiné avec un 'hélice deux lames en bois hauteur fixe.

L'armement a été initialement formé à partir d'un seul mitrailleuse Parabellum MG 14 calibre 7,92 mm monté sur un support pivotant à l'anneau de sull'abitacolo arrière, intégré par la suite également par un LMG 08/15 calibre 7,92 mm montés à la chasse et au pilote.[2]

histoire opérationnelle

Le LVG C.II a commencé à envoyer à Feldflieger Abteilung (FFA), les premières petites unités aériennes avec des fonctions génériques du Deutsches Heer, fin en 1915, utilisé comme avion de reconnaissance en coopération avec l'armée, et kampfgeschwader, où il a travaillé comme un bombardier tactique léger.[1] Dans ce dernier rôle, grâce à son autonomie, a été l'un des premiers avions plus lourds que la portée de l'air Londres, Société a réussi à l'équipage se compose de pilote Lieutenant (Leutnant) Walther Ilges et officier (OQOffizier Deck) Paul Brandt. Avec un temps parfait, ils ont décidé de mener à bien une mission bombardement sur le capital (ville) de capitale britannique, à partir du matin du 28 Novembre, 1916 Mariakerke, avec vue sur la station mer du Nord près de Ostende, Belgique, avec une charge de bombes lecture de 10 kg dans le but de frapper le 'Admiralty House, la maison de 'Amirauté britannique[4]. a chuté centrale arrive à Londres bombes sur vingt-deux Knightsbridge, entre Brompton Road et Victoria station, dont six sont tombés près de celle-ci, avant de reprendre le voyage de retour. Mais dès dépassé la côte français une panne de moteur a forcé l'équipage à un atterrissage d'urgence près de Boulogne-sur-Mer[N 1] Ils sont capturés par les forces allié.[5][6][7][N 2]

Le premier bombardement effectué sur capital La Grande-Bretagne était un « plus léger que l'air », le ballon dirigeable zeppelin LZ 38, dans les premières heures du 1er Juin 1915.

Au printemps de 1916, il y avait environ 260, y compris C.I. et C.II, les unités opérationnelles, qui formait l'épine dorsale des services concernés sur Luftstreitkräfte front occidental.

utilisateurs

Allemagne Allemagne
  • Luftstreitkräfte

notes

remarques

  1. ^ Les sources consultées citent génériquement Boulogne, mais la ville la plus proche de la côte française Boulogne-sur-Mer.
  2. ^ Les sources consultées créer une « confusion au sujet de la date, citant un autre jour, le 29 Novembre, et l'année suivante, 1915, cité dans le en.wiki article par Donald en 1997, et même le modèle, citant le LVG C .IV, mais je décidé d'utiliser les plus d'accord apparemment avec l'autre et en donnant la priorité à la, Hyde 2012 la plus détaillée, et à laquelle j'eu un accès direct.

sources

  1. ^ à b c Gray et Thetford 1970, p. 175.
  2. ^ à b c Gray et Thetford 1970, p. 173.
  3. ^ Gray et Thetford 1970, p. 174.
  4. ^ Usine Militaire 2016, LVG C.II Fighter Reconnaissance / bombardier léger.
  5. ^ Cole et Cheesman 1984, pp. 184-185.
  6. ^ Hyde 2012, p. 36.
  7. ^ Killen 2013, p. 19.

bibliographie

en anglais

  • (FR) Christopher Cole, E. F. Cheesman, La défense aérienne de Grande-Bretagne 1914-1918, Londres, Putnam, 1984 ISBN 0-370-30538-8.
  • (FR) David Donald (ed.), L'Encyclopédie des aéronefs du monde, Leicester, Royaume-Uni, Editions Blitz, 1997 ISBN 1-85605-375-X.
  • (FR) Peter Gray, Owen Thetford, Avions allemands de la Première Guerre mondiale, 2e édition, Londres, Putnam, 1970 ISBN 0-370-00103-6.
  • (FR) Peter M. Grosz, 17 Windsock Datafile: LVG C.VI, Berkhampstead, Albatross Productions, 1998 ISBN 1-902207-04-1.
  • (FR) Andrew P. Hyde, Le premier Blitz, Réimprimer édition, Barnsley, S. Yorkshire, Pen Épée militaire, 2012 [2002], ISBN 0-85052-812-7.
  • (FR) John Killen, Les Luftwaffe: Une histoire, Reproduit 6e édition, Barnsley, S. Yorkshire, Pen Épée militaire, 2013 [1967], ISBN 0-85052-925-5.
  • (FR) G. van Wyngarden, Les premiers As allemands de la Première Guerre mondiale, Osprey Publishing Ltd., 2006, ISBN 1-84176-997-5.

en allemand

  • (DE) Enzo Angelucci, Paolo Matricardi, Flugzeuge von den anfangen bis zum Weltkrieg Ersten, Wiesbaden, 1976 ISBN 3-8068-0391-9.
  • (DE) Karlheinz Kens, Hanns Müller, Die Flugzeuge des Ersten Weltkriegs 1914-1918, München, 1973 ISBN 3-453-00404-3.
  • (DE) Günter Kroschel, Helmut Stützer, Die deutschen Militärflugzeuge 1910-1918, Wilhelmshaven, Lohse-Eissing Mittler, 1977 ISBN 3-920602-18-8.
  • (DE) Kenneth Munson, Bomber 1914 - 1919, Zürich, Orell Füssli Verlag, 1968.
  • (DE) Heinz J. Nowarra, Die Entwicklung der Flugzeuge 1914-1918, München, Lehmanns, 1959, ISBN inexistante.
  • (DE) Karl Pawlas, Deutsche Flugzeuge 1914-1918, Nuremberg, 1976, p. 63-65, ISBN 3-88088-209-6.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers LVG C.II

liens externes

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez