s
19 708 Pages

Aviatik C.III
Aviatik C.III.jpg
Le spécimen conservé au Musée de l'aviation polonaise (Muzeum Lotnictwa Polskiego) à Cracovie.
description
type avion de reconnaissance
équipage 2
fabricant Allemagne Aviatik
Allemagne Hannoversche Wagon usine
Date premier vol 1916
Date d'entrée en service 1916
retrait Date du service premier vingtaine d'années
l'utilisateur principal Allemagne Luftstreitkräfte
Pologne Polish Air Force
Les échantillons 80
développé par Aviatik C.IA
Aviatik C.II
Les dimensions et poids
longueur 8,08 m
envergure 11,18 m
hauteur 2,95 m
surface de l'aile 35,0 m²
poids à vide 980 kg
poids de charge kg 1340
propulsion
moteur un Mercedes D. III
puissance 160 PS (118 kW)
performance
vitesse de pointe 160 km / h
Vitesse d'escalade 1 000 m (3 280 ft) Dans 7 min
à 4500 m (14760 pieds) en 55 min
tangent 4 500 m (14 760 ft)
armement
Mitrailleuses 2 Parabellum MG 14 calibre 7,92 mm mobile

Les données sont extraites de Avions allemands de la Première Guerre mondiale[1]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

L 'Aviatik C.III était avion de reconnaissance monomoteur biplan développé par impériale allemande Aviatik AG en dix ans la XX siècle et de produits, ainsi que de la même, même licence de Hannoversche Wagon usine.

le développement précédent Aviatik C.II, à son tour dérivé de 'Aviatik C.IA, Il a été utilisé comme reconnaissance et d'escorte des avions de Luftstreitkräfte, la composante aérienne la Deutsches Heer (L 'armée Imperial allemand), alors que Première Guerre mondiale.

Historique du projet

Pendant les premiers stades de la Première Guerre mondiale, le développement rapide de l'industrie de l'aviation a permis l'ajustement constant de la flotte aérienne des différents pays impliqués dans le conflit. L 'Idflieg, l'organisme chargé de la gestion de l'Armée de l'Air Empire allemand, publié à cet égard un certain nombre de spécifications pour obtenir des avions toujours plus performants, adaptés aux nouvelles exigences de la guerre, à allouer aux ministères de Luftstreitkräfte.

Le Aviatik, après avoir réalisé le C.I., le modèle réussi produit sous licence de Hannoversche Wagon usine, et sa malchance C.II dérivé, équipé de la plus puissant moteur Benz Bz.iv 200 PS (147 kW) Décidé de lancer le développement d'une nouvelle étape de l'évolution, afin d'améliorer encore ses performances.[1]

Le bureau technique a attiré un très similaire à l'appareil précédent, le maintien de l'approche générale des C-Typ modèles déjà réalisés, mais certains éléments de raffinage adoptant différentes solutions techniques et plus raffiné. L'apparition a continué d'être similaire au rôle égal qui ont été développés dans la même période, un seul moteur en configuration tracteur, une cellule qui correspond fuselage tandem cockpits avec une ouverture à une voilage biplan et simple train d'atterrissage Fixe.[1]

Cependant, dans C. III est renvoyé pour utiliser le moteur de C.I., le Mercedes D. III 160 PS (118 kW), qui a adopté un nouveau système d'échappement dirigeant le gaz d'échappement sur le côté droit du fuselage, et a été couplé avec un 'hélice, toujours en bois, et bipale hauteur fixe, à laquelle a été appliquée une grande ogive sur moyeu laquelle elle a été reliée à la partie avant de l'aéronef, afin d'améliorer l'aérodynamisme. En outre adopté était une nouvelle radiateur, positionné dans le profil de l'aile supérieure, à la droite du fuselage, plutôt que dans la position avant, entre le moteur et le plan de l'aile supérieure. Ces améliorations ont permis au modèle d'atteindre, malgré un adopté par C.II, inférieure à la puissance du moteur qu'une vitesse maximale de 18 km / h supérieur. En plus de performances cette solution avantageuse appréciée en libérant avéré le champ avant de vue à la disposition du pilote.[1]

D'autres changements concernent la voile, des dimensions réduites en ouverture et surface de l'aile, et l 'centrale électrique, avec le placement d'au moins quatre réservoirs de carburant séparés à chacun desquels il est possible de tirer parti de, et de tomber à travers un système compliqué de vannes et de tuyaux, afin de permettre le fonctionnement du moteur.[1]

Proposition de la commission d'évaluation Idflieg, il a obtenu la permission de la production de la variante et un ordre d'approvisionnement pour l'entreprise et, comme pour le C.I., d'accorder aussi le Wagon Hannoversche usine.[1]

technique

La Aviatik C.III a retenu l'aspect général, l'âge classique, des modèles similaires produits par d'autres sociétés de la même période: biplan, monomoteur à deux places avec le train d'atterrissage fixe.

Le fuselage, réalisé avec une structure recouverte de toile peinte, a été caractérisée par deux cockpits ouvert en tandem, l'avant observateur destiné à même les tâches de tireur et l'arrière est destiné à pilote. fini arrière dans un Archerie mono classiquedérive et des plans horizontaux entretoisées par une paire de entretoises obliques de chaque côté.

La configuration de l'aile, biplan avec l'ouverture de l'aile supérieure dell'inferiore légèrement supérieur, reliés entre eux par une double paire de messages de chaque côté et complété par liens en câble en acier.

Le train d'atterrissage a été fixé, très simple, monté sur une structure tubulaire au niveau de la partie inférieure du fuselage, équipé roues grand diamètre reliées par un essieu rigide à l'arrière et intégré avec un sabot de support.

Propulsion a été fournie par un moteur Mercedes D. III, 6 cylindres en ligne Refroidissement liquide capable de fournir un puissance égale à 160 PS (118 kW), positionné au niveau de la pointe du fuselage avant, délimitée par un capot métallique et combiné avec une hélice à deux pales à pas fixe en bois.

L'armement est constitué par une paire de mitrailleuses Parabellum MG 14 calibre 7,92 mm monté sur un support pivotant sur les côtés opposés avant de l'habitacle.

histoire opérationnelle

Le Aviatik C.III a commencé à envoyer aux ministères de Flieger Abteilung (reconnaissance et observation) de Luftstreitkräfte au cours de 1916 et utilisé comme avion de reconnaissance en coopération avec l'armée front occidental la Première Guerre mondiale. Il a également été utilisé comme avion d'escorte B-Typ modèles non armés dans les missions de reconnaissance aérienne.[1]

A la fin du conflit, conformément à celle imposée par Traité de Versailles de 1919, presque tous les avions fournis à impériale allemande l'aviation militaire a été détruit ou donné à titre de compensation pour les nations gagnantes. Certains des exemples survivants dans la région prussien Ils ont été réquisitionnés par les troupes de la jeune République de Pologne. Intégré à l'avenir Polish Air Force, Sept spécimens acquis au moins trois ont été utilisés à l'école militaire de vol Lawica (Poznań); probablement d'autres, ils ont jamais été utilisés.[2][3]

En outre, un seul spécimen est connu qui a servi dans les départements de Luchtvaartafdeeling (LVA) composante aérienne la Koninklijke Landmacht (L 'armée de Pays-Bas). L'avion, en service à Luftstreitkräfte, le 11 Octobre 1917 a été forcé de faire un atterrissage d'urgence sur le sol néerlandais. Il a ensuite été réquisitionné par les autorités militaires, qui étaient étrangers aux combats depuis les Pays-Bas ont déclaré leur neutralité pendant la Seconde Guerre mondiale, et intégrée dans la branche naissante de l'aviation de l'armée. Dans un premier temps enregistré comme LA36, il transformé en AV404 en 1918, est resté en service jusqu'à l'accident, causé par des conditions météorologiques défavorables, qui a sombré dans la Reno.[4]

utilisateurs

Allemagne Allemagne
  • Luftstreitkräfte
Pays-Bas Pays-Bas
  • Luchtvaartafdeeling
Pologne Pologne
  • Polish Air Force

Les spécimens existants

Le seul Aviatik C.III existant dans le monde, incomplète et substantielle que dans le fuselage, est le C12250 / 17 réalisé en 1917 et exposé au musée de structures Musée de l'aviation polonaise (Muzeum Lotnictwa Polskiego) à Cracovie.[3]

notes

  1. ^ à b c et fa g Gray et Thetford 1962.
  2. ^ Morgała 1997, p. 117.
  3. ^ à b (FR) Aviatik C.III, sur Musée de l'aviation polonaise, http://www.muzeumlotnictwa.pl/indexen.php. Récupéré 10 Août, 2014.
  4. ^ (NL) Aviatik C.III, sur Nederlandse en Modelbouw Luchtvaartsite, http://kw.jonker.co/index.php?option=com_contentview=featuredItemid=107lang=nl, 5 novembre 2010. Récupéré 10 Août, 2014.

bibliographie

  • (FR) Peter Gray, Owen Thetford, Avions allemands de la Première Guerre mondiale, Londres, Putnam, 1962 ISBN 0-933852-71-1.
  • (PL) Andrzej Morgała, Samoloty Wojskowe w Polsce 1918-1924, Varsovie, Jmj. Bellona, ​​1997 ISBN 83-86776-34-X.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Aviatik C.III

liens externes