s
19 708 Pages

Albatros B.II
Albatros BII-3.jpg
description
type avion de reconnaissance
équipage 2
concepteur Ernst Heinkel
fabricant Allemagne Albatros
Date premier vol 1914
Date d'entrée en service 1914
retrait Date du service 1929
l'utilisateur principal Allemagne Luftstreitkräfte
Les autres utilisateurs Autriche-Hongrie KukLuft
Suède Flygkompaniet
Pologne Polish Air Force
développé par Albatros B.i
D'autres variantes Albatros B.iii
Les dimensions et poids
longueur 7,63 m
envergure 12,96 m
hauteur 3,15 m
surface de l'aile 40,64 m²
poids à vide 698 kg
poids de charge 1078 kg
propulsion
moteur un Mercedes D.II
puissance 120 PS (88 kW)
performance
vitesse de pointe 120 km / h
Vitesse de croisière 104 kmh
autonomie 4 h
tangent 3000 m
notes données relatives à la version B.IIa

Les données sont extraites de Уголок неба[1]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

L 'Albatros B.II, rendez-vous d'affaires L 2, était biplan reconnaissance deux places développé par la société alors impériale allemande Albatros Flugzeugwerke GmbH et il a produit non seulement par lui-même, sous licence de certaines autres sociétés du aéronautique dix ans la XX siècle.

Utilisé principalement par Luftstreitkräfte, la composante aérienne la Deutsches Heer (L 'armée Imperial allemand), le B.II a été produit dans un bon nombre de spécimens aussi sous licence Suède restant en service opérationnel jusqu'à 1929.

Historique du projet

Après avoir développé leur premier avion, la L 1 plus connu sous la désignation Idflieg B.I, a été confié à un nouveau projet Ernst Heinkel que sur la base du premier modèle conçu un appareil qui, tout en reflétant la même approche générale de son prédécesseur et modèles communs de la période, un biplan monomoteur avec train d'atterrissage fixe, avéré particulièrement efficace. Apporté en vol pour la première fois 1914, L 2, il a réussi à pénétrer le marché de l'aviation de plus en plus non seulement dans le pays d'origine, mais aussi à l'étranger en transmettant la marque Albatros.

L'avion diffère de son prédécesseur pour quelques détails, un voilage dall 'ouverture réduit et un moteur basé sur différents modèles qu'ils ont exprimés puissance jusqu'à 120 PS (88 kW), Mais les performances offertes est avéré remarquable. Lors d'un vol en 1914 l'avion a été en mesure d'atteindre le quota de 4500 m un record mondial.

Soumis à l'attention des autorités militaires dell'Idflieg la L 2 a été déclarée apte au service militaire et destiné à des salles d'observation et de reconnaissance aérienne Luftstreitkräfte. Le type d'avion faisait partie de la classe désignée par les autorités militaires impériale allemande B-Typ, dont les spécifications imposées sur un seul moteur modèle biplan à deux places, alors assumé la désignation officielle B. II et la précédente L 1 a été attribué le B.I.

Bientôt ce type d'appareil a montré des problèmes dans les missions dans des conditions opérationnelles au cours de la Première Guerre mondiale: Comme dans le rôle de l'observateur assis à l'intérieur du 'cabine de pilotage tandis que le front pilote Il consistait à faire la queue, mais ce que cet espace visuel très limité des deux membres d'équipage. De plus, l'introduction des premiers éclaireurs, les ancêtres des modernes chasse, équipé d'une arme très efficace mais dangereux, ils ont fait le B. II et son équivalent très vulnérable. De cette expérience, le Idflieg a publié une nouvelle spécification qui elle a renversé la position de l'équipage et est occupée par une mitrailleuse défensive de position de l'observateur, le C-typ.

Le modèle a également été mis au point dans une variante hydravion Botté, connu sous le nom W.I ou B.II-W, et dans un entraîneur-multirole, désignation Idflieg B.IIa, Il équipé d'une voile d'une plus grande ouverture et spécialement conçu pour faciliter la formation de nouveaux équipages.

Par la suite, grâce à la disponibilité des unités d'entraînement d'une plus grande puissance, a été mis au point un nouveau modèle qui suppose la désignation Albatros B.iii, produit dans un nombre limité de copies.

technique

L'Albatros B. II reproduit l'apparence, qui est devenu le temps conventionnel, la technologie du temps combiné à la nécessité d'une vitesse, les coûts de production et de conformité Idflieg spécifiques, a permis aux pionniers de l'aviation militaire: un seul moteur à deux places avec fuselage entièrement en bois, voile biplan et train d'atterrissage fixe.

la fuselage, une semi-monocoque faite avec une structure en bois avec un revêtement à couches multiples, a été caractérisée par deux cockpits ouvert en tandem, l'avant et l'arrière de l'observateur destiné pilote. fini arrière dans un Archerie mono classiquedérive caractérisé par une nageoire dorsale triangulaire jointe à barre et des plans horizontaux entretoisées par une paire d'entretoises obliques de chaque côté, en forme de « flèche » qui caractérisent également les modèles successifs de la société.[1]

la configuration de l'aile ère biplan avec l'aile supérieure de 'ouverture dell'inferiore légèrement supérieure, à la fois caractérisé par une sensible angle dièdre positive. Dans les premiers modèles ont été reliés entre eux par une paire de trois messages de chaque côté adoptant ensuite une double paire de montants configuration, toujours complétée par liens en câble en acier.

la train d'atterrissage a été fixé, très simple, monté sur une structure tubulaire au niveau de la partie inférieure du fuselage, équipé roues grand diamètre reliées par un essieu rigide et intégrée avec un patin arrière du support amorti.

Propulsion a été fournie par un moteur Mercedes D.II, un 6 cylindres en ligne Refroidissement liquide capable de fournir un puissance égale à 120 PS (88 kW), Placé au sommet du fuselage avant, délimitée par un capot métallique et combiné avec un 'hélice deux lames en bois hauteur fixe.

Comme avec tous les modèles B-Typ il n'a pas été prévu tout armement défensif pendant le conflit, mais certains spécimens ont été équipés de casiers pour les bombes de lecture et clips.[1]

histoire opérationnelle

Avec le début de Première Guerre mondiale, le besoin croissant d'avions favorisé la production de la série Albatros B.II qui a continué à être utilisé par les services de Luftstreitkräfte au service de la première ligne jusqu'à l'introduction du C-Typ armée et ceux-ci progressivement remplacées. Cependant, la qualité du modèle a été exploité pendant toute la durée de la Première Guerre mondiale dans les départements de formation et, après la fin du conflit, il est resté opérationnel jusqu'à 1919 en Flygkompaniet, la Force aérienne du Suède, et la toute nouvelle Polish Air Force, de la Force aérienne Pologne, qui l'a employé pendant la Polono-soviétique Guerre la 1920.

Suède

Albatros B.II
L'Albatros B.IIa d'exposition de la construction FVM Flygvapenmuseum, près de Linköping.

En 1914, l'Albatros-Flugzeugwerke GmbH Berlin-Johannisthal a fait une tournée dans plusieurs pays en Europe du Nord pour promouvoir leurs nouveaux modèles, y compris une Albatros B.IIa, à l'époque considéré comme l'un des meilleurs avions d'entraînement de base. Cependant, au cours d'une manœuvre atterrissage territoire suédois chariot et l 'hélice Ils ont été endommagés affectant le vol ont repris. En raison de l'éclatement de la Première Guerre mondiale, cependant, il n'a pas été en mesure d'envoyer les pièces de rechange nécessaires et le plan a été stocké. Seulement plus tard, il a pu être réparé ensuite utilisé en tant qu'entraîneur dans la force aérienne suédoise.

L'avion était alors l'objet d'une l'ingénierie inverse, dessins et les produits ont été utilisés pour démarrer la production en série attribué à six différentes compagnies d'avions: Svenska Aeroplanfabriken (SAF) Södertelge Werkstäder (SW) Marinens Flygväsende (MFV) Nordiska Aviatikbolaget (NAB), AB Thulinverken et Flygkompaniets Verkstäder Malmen (FVM). Le modèle est devenu le premier avion d'entraînement utilisé par la force aérienne suédoise a reçu la désignation officielle sk 1 et Ö2 (Les deux versions diffèrent légèrement, principalement en raison du choix du moteur). L'un des Albatros B.IIa de construction FVM est actuellement sur l'exposition dans les musées de Flygvapenmuseum, près de Linköping. Le modèle est resté en service opérationnel jusqu'à 1935 et l'un d'entre eux a ensuite été vendu à la Finlande.

Finlande

Le type Albatros NAB 9 (et SW 20 Albatros), type 12 et type 17 ont été parmi les premiers modèles adoptés par Suomen ilmavoimat, La Force aérienne finlandaise. Utilisé entre 1918 et 1923 étaient d'abord en service deux types 9, un type 12 et type 17, rejoints plus tard par un SW 20 Albatros, modèle similaire au type 9.

Le type 12 a disparu dans un vol de correspondance à la Finlande et ses restes ont ensuite été découvert à proximité Eckerö, en Îles Åland.

Force aérienne finnoise NAB (SW 20) avions Albatros
type désignation officielle numéro de série premier vol dernier vol
SW 20 Albatros F2 27 Acheté 20 Février, 1918 de NAB Détruit 13 Avril, 1918
Type 9 F4 3 16 mars 1918, Vaasa 4 avril 1923
Type 9 F6 6 15 avril 1918 Demantelé en 1918
Type 12 F10 1 7 mars 1918 coulé en cas d'urgence amerrissage 29 Juin, 1918
Type 17 Jagare F8 1 15 avril 1918, Vaasa 15 avril 1923

versions

B.II
La désignation de la société 5, version équipée de moteurs Mercedes D.I 100 PS, Benz Bz.II 110 PS ou Mercedes D.II 120 PS.
B.IIa
dénomination sociale L 30, version équipée de moteurs Mercedes ou D.II Argus As II 120 PS.

utilisateurs

Albatros B.II
L'Albatros B.II avec insignes Polish Air Force exposés à Lotnictwa Muzeum Polskiego w Krakowie (Musée de l'aviation polonaise) de Cracovie, Pologne.
Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
  • k.u.k. Luftfahrtruppen
Bulgarie Bulgarie
  • Corps de l'aviation armée
Finlande Finlande
  • Suomen ilmavoimat
Il a travaillé avec cinq spécimens après la fin du conflit.
Allemagne Allemagne
  • Luftstreitkräfte
Lituanie Lituanie
  • Air Force lituanienne
Il a travaillé avec quelques spécimens après la fin du conflit.
Pologne Pologne
  • Polish Air Force
Il a travaillé avec quelques spécimens après la fin du conflit.
Royaume-Uni Royaume-Uni
  • Royal Naval Air Service, Royal Flying Corps, Royal Air Force
Ils ont travaillé avec un échantillon d'Août 1914 à Février 1918.[2]
Suède Suède
  • Flygkompaniet
Il a travaillé avec 47 échantillons après la fin du conflit.
  • Marinens Flygväsen
Il a travaillé avec 5 spécimens entre 1920 et 1929.

Les spécimens existants

Un Albatros B. II est exposé à Lotnictwa Muzeum Polskiego w Krakowie (Musée de l'aviation polonaise) de Cracovie, Pologne.

Un second B.I est exposé dans Suède dans la collection de Flygvapenmuseum Linköping.

notes

  1. ^ à b c Albatros B. II (III) Уголок неба.
  2. ^ Jarrett 2010, pp. 82-87.

bibliographie

  • (FR) Hugh W. Cowin, Aviation allemande et autrichienne de la Première Guerre mondiale, Oxford, Osprey Publishing Ltd., 2000 ISBN 1-84176-069-2.
  • (FR) Peter Gray, Owen Thetford, Avions allemands de la Première Guerre mondiale, 2e édition, Londres, Putnam, 1970 [1962], ISBN 0-370-00103-6.
  • (FR) Michael John H. Taylor, L'encyclopédie de Jane de l'aviation, 2e édition, Londres, Studio Editions Ltd, 1989, p. 51, ISBN 0-517-10316-8.

publications

  • Philip Jarrett, Les Alliés Albatros, en avion (Londres), IPC Media Ltd., Juillet 2010, pp. 82-87.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Albatros B.II

liens externes