s
19 708 Pages

Gianluca Paparesta
au sujet de
arbitre Football pictogram.svg football
section Bari
Activités nationales
ans championnat rôle
1997-2008 serie A et B arbitre
Activité internationale
2003-2008 UEFA et FIFA arbitre
Prix
année prix
1999 Prix ​​Giorgio Bernardi

Gianluca Paparesta (Bari, 25 mai 1969) Est un ancien arbitre de football, politique et dirigeant sportif italien.

biographie

Fils de l'ancien arbitre Romeo Paparesta, la saison 2011-2012 est l'équipe de commentateurs prime Calcio.

En Avril 1992, il est diplômé en économie avec mention avec 110, depuis 1993, est le propriétaire d'une étude de l'impôt et des conseils commerciaux[1].

carrière

Bientôt, sa passion l'a amené à participer au cours des arbitres dans la section Bari; 16 ans a commencé ses activités d'arbitrage.

Il a commencé sa carrière en serie A dernière saison de championnat de 1997-1998 le 16 mai 1998 à Vicenza-Udinese et il a dû faire face à l'invasion festive du champ de fans rouge et blanc. La saison suivante, il a reçu le "Prix ​​Giorgio Bernardi« Destinées au meilleur jeune arbitre recrue serie A.

Il a rapidement grimpé au sommet s'imposer comme l'un des meilleurs arbitres italiens et à venir au statut des internationaux. Au cours de sa carrière, il a dirigé quatre finales Coupe d'Italieen 2000 Inter-Lazio, en 2002 parme-Juventus, en 2003 Rome-Milan En 2004, la Juventus-Lazio.

porte 135 présences dans la série maximale. Il avait l'habitude d'arbitrer avec un sifflet bleu.[citation nécessaire] Au cours de sa carrière, il a effectué de nombreuses « classique » du championnat italien trois Juventus-Inter, un derby de Milan, deux derby romain, trois Milan-Juventus, un Juventus-Rome, quatre Milan-Roma et derby della Mole.

Sur le plan international dispose la direction du tournoi de football 'Universiades à Daegu en 2003.

La cession par C.A.N.

À partir du 1er Janvier 2008 ne figure plus parmi les Italiens arbitres internationaux.[2]

Il a été mis hors service pour « rotation normale » le 4 Juillet 2008: contre la décision Paparesta appel devant la Chambre de conciliation et d'arbitrage des sports CONI, et, ayant aucune satisfaction, après T.A.R. Lazio, qui, comme une mesure de précaution, a accepté son recours contre la cession, puis confirmé 18 Février 2009, avec une décision motivée par le Président de l'AIA Cesare Gussoni et le désignateur C.A.N. Pierluigi Collina.

Contre ce dernier acte motivé, Paparesta favorise encore l'utilisation de T.A.R. Lazio[3] qui, le 6 Août 2009, l'accueille en tant que mesure de précaution, il considère que la cession de Bari illégitime et illogique.

Le 8 Septembre 2009, le Comité national de l'AIA, tout en annonçant l'appel de la décision de T.A.R. avant la Conseil d'État, Paparesta admet des examens médicaux et des tests d'aptitude et de remise en forme en vue de la réintégration éventuelle de nell'organico C.A.N.. Mais le Conseil d'Etat[4] 15 Octobre permettant l'application de l'AIA, a déclaré que le manque de compétence de la Cour de justice administrative pour examiner les décisions techniques du demandeur en tant que mesure de précaution, le T.A.R. Lazio[5] le 27 Novembre, il suspend la procédure en attendant la Cour suprême de se prononcer sur la compétence.

Le 9 Avril 2010, il a démissionné de 'Association des arbitres italiens (AIA), éliminant ainsi la possibilité d'une remise en état.[6]

Les processus liés à Calciopoli

En 2006, il est impliqué dans le scandale des Calciopoli pour ses contacts avec les dirigeants Juventus et en particulier avec Luciano Moggi et après quelques conversations interceptées qui Moggi se vantait de l'avoir enfermé dans le vestiaire des Reggio de Calabre après le match Reggina-Juventus du 6 Novembre 2004), pour lequel il a été accusé d'avoir omis de signaler (le coup de sifflet Bari déclare qu'il n'a jamais été fermé dans ce vestiaire, et le procureur de Reggio de Calabre donneront raison); à la fin du processus de sport, il a été inhibée pendant trois mois. On a ajouté une suspension supplémentaire imposée par le Comité de discipline de 'AIA jusqu'à la fin de la saison 2006-2007 en se référant également aux contacts avec l'exécutif milanista Leonardo Meani; La sentence a ensuite été annulée par la Cour fédérale de la FIGC que, en déclarant totalement sans rapport avec les faits, il a marqué la compétence des organes de la FIGC pour les questions relatives aux procédures dans lesquelles les arbitres et les sujets inscrits sont impliqués.

En Avril 2008, pour les mêmes faits, il est une fois acquitté à nouveau après la nouvelle méthode des sections jointes par la Cour de justice de la FIGC. En raison de cette enquête, le commissaire de l'AIA Luigi Agnolin Il a décidé de retrait de la liste des arbitres internationaux pour 2007, en le remplaçant par Andrea De Marco: In extremis, cependant, il y avait une arrière-pensée, et avec l'approbation du Président de FIFA Joseph Blatter, Paparesta est que De Marco ont été inclus dans la liste des arbitres internationaux pour 2007 (liste comprend 11 têtes de race italienne, chiffre jamais atteint partout Fédération). Plus tard, cependant, la notification a été faite par lui de l'avis de fin d'enquête par le Procureur de Naples, qui a contesté l'infraction de conspiration la fraude sportive (enquête Calciopoli en vertu du droit pénal), Paparesta a été suspendu par mesure de précaution par "AIA.

Les accusations affirment que Paparesta serait en contact avec Luciano Moggi par les téléphones mobiles équipés de cartes téléphoniques en Suisse ne peuvent pas être interceptés dans le contenu: le père de Gianluca, Romeo Paparesta (ex-arbitre serie A et agent de l'arbitrage) affirme au contraire que ces cartes seraient vendues par Moggi à lui et non à son fils. Dans l'attente de mieux préciser sa position sur le plan de la procédure, le procureur de Naples a supprimé le fichier qui le concerne et l'AIA a suspendu comme mesure de précaution. En Février 2008, le Procureur de Naples stocke en permanence sa position et par conséquent le Président de l'AIA Cesare Gussoni la révocation de la suspension provisoire. En Avril 2008, cependant, il est à nouveau renvoyée par le Procureur FIGC Stefano Palazzi il veut clarifier l'affaire criminelle a récemment conclu en ce qui concerne la justice sportive et la discipline. Paparesta quitte le processus devant le comité de discipline « patteggiando » une pénalité (permise par le nouveau code de la justice sportive) deux mois d'inhibition (alors que son père Romeo est traité 20 mois d'inhibition, encore une fois grâce à cet accord de plaidoyer).

politique

Le 1er Août 2009, il a été nommé par le maire de Bari, Michele Emiliano, conseiller dans l'affaire avec la délégation aux politiques du Sud, la Communauté, le plan stratégique, les relations internationales, la planification marketing et communications d'entreprise[7]. Il quitte le 18 septembre 2013 pour des raisons personnelles[8].

directeur

Le 7 Octobre 2013, il a été embauché par la Bari comment directeur du club. Comme indiqué dans le communiqué officiel du club, les fonctions de Paparesta il y aura relations avec la communauté locale, les relations nationales et internationales, avec les institutions publiques et privées en particulier au monde des affaires, et toutes les activités liées à l'augmentation de l'image de l'entreprise. Le directeur du club soutiendra la communication, et prendra soin des projets spéciaux visant à la racine du territoire maintenant, rôle qui partira ensuite pour des divergences d'entreprises en Février 2014 avec le club au bord de la faillite.[citation nécessaire]

Le 20 mai 2014 a remporté la vente aux enchères 'société appartenu à 'A.S. Bari S.p.A. 4,8 millions d'euros (y compris le titre de sport) après deux déserté tiges vont, renommer FC Bari 1908 et de devenir son président.[9]

23 Juin, 2016 Paparesta quitte la présidence de Bari vend la totalité de ses actions à l'actionnaire minoritaire Cosmo Antonio Giancaspro qui devient administrateur unique de la société blanche.[10]

Depuis le 23 Juin, 2017 le directeur général de la Matera Football.[11]

Dopage des états financiers Bari

Le 13 Octobre, ici à 2015, il est accusé de dopage financier par les procureurs de Milan pour avoir fixé le budget de Bari pour éviter le risque de ne pas être en mesure d'enregistrer l'équipe en Serie B, tout cela grâce à 500 000 euros d'entreprises suisses liées à Infront et fiscal et des finances.[12]

notes

liens externes