s
19 708 Pages

DIA
Direction antimafia enquête
Logo de la Direction des enquêtes Antimafia.jpg
emblème
vue d'ensemble
permettre 1991 - aujourd'hui
pays Italie Italie
service Ministère de l'Intérieur
type Bureau d'enquête conjointe
rôle Contraste des activités criminelles de la mafia
Garrison / HQ Rome et 20 bureaux locaux
titre vis fortior uni (L'union des forces encore plus forte)
site Web DIA Site
Une partie de
composition
Les commandants
directeur Giuseppe Governale

[citation nécessaire]

Les rumeurs sur les unités militaires sur Wikipédia

la Direction antimafia enquête, mieux connu sous l'acronyme DIA, Il est un organe inter-enquête, encadrée dans Ministère de la Sécurité publique la Ministère de l'Intérieur de République italienne, avec des tâches de contraste à crime organisé type Mafia en Italie.

Simultanément à sa création, il a été supprimé l 'Haut-Commissaire pour la lutte contre la mafia.

histoire

La DIA a été mis en place par le décret Statut 29 Octobre 1991, n. 345[1], suite à l'intensification de la lutte contre Mafia en Italie, ce qui conduira à la mort de magistrat Giovanni Falcone, Sa principale source d'inspiration et promoteur, et a été créé par un décret d'urgence au cours de Gouvernement Andreotti VII, et son ministre de la Justice Claudio Martelli comme inter-organes de police (Carabinieri, police de l'État et de la Guardia di Finanza).

A partir de la date d'entrée en vigueur du décret-loi 6 Septembre 2011, n. 159, les références aux dispositions des articles 1, 3 et 5 du décret-loi 29 octobre 1991, n. 345, converti avec modifications par la loi 30 Décembre 1991, n. 410, où l'heure actuelle, sont destinés à se référer aux dispositions correspondantes contenues dans le décret-loi. Dans le décret-loi. N. 159/2011, l'article 108 est la DIA.

Il a été créé peu de temps avant la Nationale Direction antimafia,[2] avec sa tête la national procureur anti-mafia, et Bureaux antimafia, répartis dans tout le pays à 26 Cours d'appel. La première tête de la DIA était le général de 'carabiniers Giuseppe Tavormina.

A partir de 2013, comme une force de police de la compétence générale aussi la police pénitentiaire Il est entré pour composer le D.I.A. organique et dell 'Interpol grâce au décret Législatives, 15 Novembre 2012, n. 218.

traits

Il est un type spécialisé d'organisme d'enquête à la tâche exclusive d'assurer la performance, de manière coordonnée, le travail d'enquête préventive liée au crime organisé, et de mener des enquêtes police judiciaire crimes liés uniquement imputables à 'association de type mafieux.[3]

Il est une inter-composition; membres sont choisis parmi les membres de La police italienne et l'extension du personnel de l'administration civile (à condition qu'il appartient à la sécurité publique).[4]

structure

La DIA a sa place au sein du ministère de la Sécurité publique. Il doit poursuivre ses objectifs institutionnels totale autonomie de gestion et de gestion administrative et comptable. Sa structure organisationnelle est définie par Ministère de l'Intérieur par décret, après consultation du Conseil général pour la lutte contre la criminalité organisée.[citation nécessaire]

Il fournit au sommet d'un directeur de la structure, choisie en rotation entre les officiers du corps du général Guardia di Finanza, Les officiers généraux de 'carabiniers Et les cadres supérieurs La police de l'État, qui ont acquis une expertise spécifique dans la lutte contre la criminalité organisée.

Pour l'exercice de ses fonctions, le gestionnaire repose sur la collaboration de deux directeurs adjoints, dont un est également chargé avec la fonction du fait d'autrui, qui ont pour tâche de superviser respectivement aux activités opérationnelles et celles administratives. L'organisation se compose d'une structure centrale à Rome, divisé en trois départements ( « enquêtes préventives », « enquête judiciaire » et « Relations internationales à des fins d'enquête ») et 7 bureaux[5], et une structure périphérique, constitué de 12 centres opérationnels (turin, Milan, Gênes, Padoue, Florence, Rome, Naples, Bari, Reggio de Calabre, Palerme, Catane, Caltanissetta) Et 9 sections opérationnelles (Trieste, Salerno, Lecce, Catanzaro, Messina, Trapani, Agrigente, Bologne, Brescia[6]), Pour un total d'environ 1 300 hommes.

fonctions

La DIA a pour mission de mener des enquêtes police judiciaire sur les crimes association de type mafieux et d'assurer l'exécution des activités de prévention liées à l'enquête crime organisé type mafia.

Une importance particulière a la prérogative du Directeur D.I.A. en proposant aux tribunaux compétents pour le territoire d'imposition mesures préventives, à la fois personnel (surveillance spéciale ...) et à la fois patrimoniale (saisie de biens).
En particulier, la Nationale Direction antimafia, coordonné par procureur national antimafia, et Bureaux antimafia tirer parti de la structure DIA pour leurs propres enquêtes, ainsi que de l'ADN du Laboratoire central dirigé par la police pénitentiaire.

activité de données

Dans le domaine de la saisie des biens, 1992-2011, ils ont été saisis des actifs de plus de 12 milliards d'euros et saisies pour près de 2 milliards d'euros.[7]

En outre, de 1992 à 2011, ils ont été arrêtés autour de 9400 personnes soupçonnées d'association mafieuse.[7]

Organes de direction

  • Directeur général Div. Giuseppe Governale, DC (2 Octobre, 2017- dans le bureau) [8]
  • Directeur des Opérations techniques adjoint (Vicaire): B. janvier Adelmo Lusi DC
  • Directeur général adjoint. Dir. Sup Dr. Antonino Messineo, PS

Cronotassi d'administration

  • Giuseppe Tavormina (1991-1993) général de la division de la police
  • Gianni De Gennaro (1993-1994) généraux de l'agent de la Sécurité publique
  • Giovanni Verdicchio (1994-1997) général de la Guardia di Finanza
  • Carlo Alfiero (1997-2001) Général de la Division Carabiniers
  • Agatino Pappalardo (2001-2002) généraux de l'agent de la Sécurité publique
  • Achille Dello Russo (2002-2005) généraux de l'agent de la Sécurité publique
  • Cosimo Sasso (2005-2008) général de la Guardia di Finanza
  • Antonio Girone (2008-2011) Général de la Division Carabiniers
  • Alfonso d'Alfonso (2011- 2012) généraux de l'agent de la Sécurité publique
  • Arturo De Felice (2012- 2014) du directeur général de PS
  • Nunzio Antonio Ferla (2014-2017) Général de la Division GdF[9]
  • Giuseppe Governale (2017 de la charge -in) Général de la Division Carabiniers

notes

bibliographie

  • Francesco Iannielli, Michele Rocchegiani, La direction d'investigation anti-mafia, Giuffre, 1995
  • Raoul Muhm, Gian Carlo Caselli, Le rôle du procureur - Expériences en Europe, Vecchiarelli Editeur Manziana, Rome, 2005, ISBN 888247156X
  • David Sun, Code des lois et des mesures préventives de lutte contre la mafia, Maggs, 2011

Articles connexes

D'autres projets

liens externes