s
19 708 Pages

La guerre austro-napolitain
une partie de cent jours
napolitain War.jpg
Carte de la campagne de Murat, par Une esquisse historique de la campagne de 1815
date 15 mars au 20 mai 1815
lieu Italie
résultat Victoire autrichienne (traité Casalanza)
Combatants
Autriche Autriche
Drapeau du Grand-Duché de Tuscany.svg Grand-Duché de Toscane
Drapeau du Royaume de Sicile 4.svg Royaume de Sicile
Drapeau des États pontificaux (1808-1870) .svg États pontificaux
Royaume-Uni Royaume-Uni[A]
Drapeau du Royaume de Naples (1811) .gif Royaume de Naples
France Premier Empire français[B]
Les commandants
Autriche Johann Frimont
Autriche Federico Bianchi
Autriche Adam von Neipperg
Autriche Laval von Westmeath
Drapeau du Royaume de Naples (1811) .gif Gioacchino Murat
Drapeau du Royaume de Naples (1811) .gif Michele Carrascosa
Drapeau du Royaume de Naples (1811) .gif Guglielmo Pepe
Drapeau du Royaume de Naples (1811) .gif Pietro Colletta
efficace
50 000 en Italie du Nord
35.000 employés
38000[1]
dont environ 5500 en Toscane[citation nécessaire]
pertes
5000 10 000
  1. Il a déclaré la guerre au début Avril
  2. Officiellement, un allié du Royaume de Naples, mais pas impliqué militairement dans la guerre
Les rumeurs de guerres sur Wikipédia

la guerre napolitaine la 1815 Il a été combattu entre le Royaume de Naples Napoléon et le 'Empire autrichien. au cours de la Cent jours de napoléon, le royaume de Naples est allé à la guerre contre l'Empire autrichien pour soutenir l'empereur français et pour empêcher la tentative de restauration de bourbon trône de Naples: l'armée napolitaine, dirigée par le roi Gioacchino Murat, Il a avancé à travers la 'Italie centrale jusqu'à ce que vous atteignez Occhiobello, en Vénétie, où il a subi une première défaite. La retraite de forlì, occupé par le général Adam Albert von Neipperg, Il a marqué l'abandon de 'Italie du Nord. Murat a finalement été battu en Bataille de Tolentino.

La défaite de Murat à Tolentino et celle de Napoléon Bataille de Waterloo Ils ont causé la chute de Murat et le retour de Ferdinand IV le trône de Naples; Néanmoins, l'intervention autrichienne en Italie a commencé la chaîne d'événements qui a conduit à la Risorgimento italien, dont la guerre napolitaine, avec son Proclamation de Rimini, Il a représenté le précurseur.

fond

La guerre austro-napolitain
Gioacchino Murat, Roi de Naples

avant Guerres révolutionnaires (1792-1802), la Royaume de Naples Il a été jugé par le roi bourbon Ferdinand IV. Ferdinand était contre Napoleone Bonaparte aux côtés de la troisième coalition, mais après la défaite dans le Bataille d'Austerlitz et par conséquent La paix de Presbourg (Décembre 1805), a été contraint de céder le royaume à France tôt 1806 et de se retirer Sicile.

Tout d'abord le trône de Naples a été donné à un frère de Napoléon, Giuseppe Bonaparte, mais, en 1808, il est devenu Roi d'EspagneA sa place, il monta sur le trône de Naples en droit et Général de Napoléon, Gioacchino Murat. Plus tôt Murat régnait l'introduction du système juridique et social français et était un allié fidèle des Français, mais après la désastreuse Bataille de Leipzig (1813) ont quitté la Grande Armée pour sauver son trône. La défaite imminente dans la guerre sixième Coalition Murat a persuadé de se éloigner de plus en plus de Napoléon, jusqu'à signer un traité avec l 'Empire autrichien en Janvier 1814, et le parti des Alliés.

avec Congrès de Vienne, Cependant, la position de Murat est devenu de plus en plus fragile, l'horizon a commencé à entrevoir une éventuelle restauration des Bourbons sur le trône de Naples; les plus grands dangers pour le roi de Naples est venu du gouvernement Royaume-Uni, le soutien et le garant de Ferdinand en Sicile. Pour cette raison, Murat, dès qu'il a été informé de l'évasion de Napoléon de 'Île d'Elbe, le début de Cent jours Il est revenu à l'autre avec son ancien commandant, et a déclaré la guerre à l'Autriche.

guerre

avancée napolitaine

Gioacchino Murat déclaré la guerre 'Autriche 15 mars 1815, cinq jours avant Napoleone Bonaparte Il a pour Paris au début de son cent jours. Les Autrichiens étaient prêts à la guerre, parce que la demande quelques semaines plus tôt par Murat, pour permettre le passage dans les territoires autrichiens pour diriger contre les troupes napolitaines France, Il les avait suspects: les Autrichiens avaient alors renforcé ses troupes Lombardie, placé sous le commandement de Heinrich Johann Bellegarde, juste avant la guerre.

Au début de la guerre, Murat a affirmé avoir rassemblé une armée forte de 82.000 hommes, dont 7 000 cavaliers et 90 canons, afin d'encourager les Italiens à se joindre à sa cause; en fait, il avait environ 45 000 hommes au total. De gauche à la maison un contingent, qui devait assurer la défense du royaume en cas d'attaque par Sicile (La 4e division, en construction 6.500 7.000 soldats supplémentaires de gardes provinciaux), Murat envoya ses deux divisions de la Garde (environ 5 500 soldats au total et 20 canons) dans États pontificaux, forçant Le pape Pie VII de fuir vers Gênes; avec le reste de l'armée (3 divisions, les 1er, 2e et 3e, environ 26 500 soldats et 36 canons), le roi placé son quartier général Ancône (Environ 2 200 soldats de réserve et 10 canons) et avancé sur Bologne. Le 30 Mars, est venu Rimini, a fait la Proclamation de Rimini, avec lequel il a exhorté les Italiens à lever son côté contre les étrangers.[2]

La population italienne avait peur des Habsbourg en Autriche, parce qu'il craignait l'influence autrichienne montée en Italie: après dix-neuf ans d'occupation française, les Autrichiens étaient, en fait, en réinstallant Lombardie, tandis que les principes à proximité de la maison d'Autriche ont été installés dans Grand-Duché de Toscane et Duché de Modène. Pour cette raison, Murat devait coaguler une révolte contre les Autrichiens sous leur propre drapeau: en fait, de nombreux Italiens croyaient que Murat défendait sa couronne, alors que les Autrichiens avaient un temps facile à apaiser les quelques poches de rébellion.

La guerre austro-napolitain
Johann Philipp Maria Frimont, commandant en chef des troupes autrichiennes en Italie

L'armée autrichienne dans le nord de l'Italie, 50.000 hommes forts, ont été mobilisés pour attaquer Napoléon en France, mais la menace de Murat changé ses plans à l'état-major général autrichien, qui ont cédé des troupes à la défense italienne du Nord et une partie , sous les ordres du Johann Philipp Maria Frimont, pour contrer l'avancée de Murat: Frimont, à cet effet, a établi son siège social à Plaisance, le roi de Naples pour barrer la route pour Milan.

Pendant ce temps, le même jour de la proclamation de Rimini, l'avant-garde autrichienne, le général Federico Bianchi, Il a été vaincu dans une bataille près de Cesena et forcé de battre en retraite à Modena, bardage sur la défensive derrière la rivière Panaro; Murat avancé à Bologne, qui a conquis le 3 Avril, puis Attaquer et vaincre Bianchi ce jour-là Bataille des Panaro, jusqu'à repousser Borgoforte, tandis que les Napolitains avancé sur Modène. Alors que la division commandée par le général Michele Carrascosa Il a occupé Modène, Carpi et Reggio Emilia, Murat avancé sur Ferrara, dont la garnison, cependant, il a résisté pendant longtemps dans la citadelle, se livrer à un Murat gaspillage siège.

La guerre austro-napolitain
Laval Nugent von Westmeath, commandant des troupes autrichiennes en Grand-Duché de Toscane

Les deux divisions de la garde que Murat avait envoyé États pontificaux Ils avaient pénétré tranquille dans toscane, occupant Florence, la capitale du Grand-Duché, le 8 Avril et en forçant le grand-duc Ferdinand III de Toscane de fuir pise, tandis que la garnison autrichienne de Florence (environ 4000 Autriche-Toscane), sous les ordres du général Laval Nugent von Westmeath, Il a été forcé de se retirer Pistoia, chassé par l'armée à Naples. Nugent, cependant, s'installa dans une solide position défensive, en attendant des renforts venant du nord, de sorte impendendo la conjonction des deux branches des forces murattiane près de la Via Emilia.

Murat avait reçu, jusqu'à présent, peu de soutien du peuple italien qui avait rencontré (400 bénévoles); estime toutefois que, une fois franchi la Po et il est entré dans le territoire sous contrôle autrichien directe, recevrait une réception différente. en fait, la région alors dominée par les Autrichiens, était, sous le contrôle du Royaume d'Italie, un état créé par Napoléon, et a reçu des nouvelles de 40.000 hommes, pour la plupart des vétérans des guerres napoléoniennes, disposées à côté de Murat une fois qu'il était venu à Milan. Pour cette raison, le 8 Avril, Murat a procédé à traverser le Pô Occhiobello, près de Ferrara, entrer sur le territoire de l'Autriche: pour lui opposer, il trouva l'armée ennemie, commandée par Frimont.

autrichienne contre-offensive

la Bataille de Occhiobello a été le point tournant de la guerre: après deux jours de combats (8 Avril à 9) et ayant perdu 2.000 hommes, l'armée napolitaine Gioacchino Murat Il a été forcé de renoncer à la traversée de Po et de se retirer; pour empirer les choses était la déclaration de guerre de Royaume-Uni, qui ont envoyé Italie sa flotte.

La guerre austro-napolitain
Adam Albert von Neipperg, commandant autrichien qui a battu Murat Bataille de Casaglia (12 Avril)

Pendant ce temps, Frimont Il avait ordonné une attaque pour libérer la garnison Ferrara en état de siège: un corps sous le commandement de Federico Bianchi Il a déménagé Carpi, défendue par un brigade commandé par Guglielmo Pepe, tandis qu'une seconde colonne avait la tâche de couper leur retraite. Michele Carrascosa, dans le commandement des troupes cantonnées près de Naples Modena, Il a pris conscience du danger et lui a ordonné de se replier sur une ligne défensive derrière Panaro, où il a été rejoint par le reste de ses troupes, évacués de Reggio Emilia et Modena. Même après le retrait de Carrascosa, Murat a pu continuer le siège de Ferrare: Frimont ordonné, puis, à un organisme chargé de la Adam Albert von Neipperg une attaque sur le flanc droit de Murat retranchés. la Bataille de Casaglia, combattu le 12 Avril, les troupes napolitaines contraints d'abandonner leurs positions retranchées: Murat avait alors de briser le siège de Ferrare et de se retirer jusqu'à Bologne; Même si une tentative de Frimont de traverser la Panaro, le 14 Avril, prouve un échec, Murat et ses troupes ont abandonné la ville de Bologne, immédiatement repris par les Autrichiens, dont 16 Avril. Les deux divisions de la Garde Murat, quant à lui, se sont retirés de Florence pour rejoindre le reste de l'armée napolitaine à Pesaro, et les troupes autrichiennes Nugent Ils ont occupé la capitale de la Toscane le 15 Avril.

Frimont a ordonné de chasser Murat sferrargli pour le coup décisif: Alors que Bianchi devait marcher sur foligno via Florence, menaçant de leur couper la retraite à l'armée à Naples, Neipperg a été chargé de chasser et attaquer Murat dans sa retraite d'Ancône. À ce stade, cependant, Frimont a reçu l'ordre de retourner en Lombardie pour préparer les troupes autrichiennes pour l'invasion de la France pour lutter contre Murat étaient seulement trois corps autrichiens, pour un total de 35.000 hommes, toujours en nette supériorité par rapport aux Napolitains[3]. Le roi de Naples, quant à lui, se retira lentement, faisant confiance à la force de ses divisions de la Garde pour arrêter Bianchi et Nugent, même attaquer deux fois les poursuivants, les Ronco et Savio; néanmoins, l'avant-garde autrichienne a surpris son arrière-garde napolitaine deux fois, Cesenatico et Pesaro. Quickening sa retraite, Murat atteint Ancône à la fin Avril, où il a retrouvé les deux divisions de la Garde.

Bataille de Tolentino

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille de Tolentino.
La guerre austro-napolitain
Federico Bianchi, Vainqueur du classement général de l'Autriche décisive Bataille de Tolentino

Federico Bianchi il a avancé sur Florence 20 avril puis occupé foligno 26 du même mois, menaçant la voie de la retraite Murat, tandis que Neipperg Il était venu Fano (29 Avril); bien que les deux armées autrichiennes étaient proches, à seulement deux jours de mars de l'autre, ils étaient encore séparés: Murat a décidé d'attaquer et vaincre Bianchi rapidement, avant de pouvoir rejoindre à Neipperg, puis aborder ce dernier. comment napoléon avant Bataille de Waterloo, Murat a envoyé un contingent au nord, commandant Michele Carrascosa, dans le but de ralentir Neipperg, alors que la majeure partie des forces marchait vers l'ouest pour rencontrer Bianchi, la planification de l'affronter dans une bataille près de la ville de Tolentino.

Le 29 Avril, cependant, Smith avait gagné Tolentino, ce qui en fait pour évacuer la petite garnison napolitaine, et fortifiant les collines à l'est de la ville, malgré cela, en raison de l'armée approche de Neipperg, Murat fut obligé de donner Bataille à Tolentino (2 mai 1815) Après deux jours de combats sans succès, le roi de Naples a été informé que Neipperg avait contourné et vaincu en Carrascosa Bataille de Scapezzano et qu'il venait à Tolentino; Murat, en étant conscient de l'avance dangereuse de Nugent à Abruzzes, puis a dû ordonner la retraite.

La bataille, qui a tué de nombreux officiers vétérans Murat, a eu un effet décisif sur le moral des troupes napolitaines, qui se sont retirés dérangées. Le 5 mai, une flotte Anglo-autrichien Il a bloqué le port d'Ancône, puis en prenant captive toute la garnison; le 12 mai, Bianchi, après une rencontre avec les forces de Neipperg, a L'Aquila et son château, puis marchant sur peuples.

Pendant ce temps, Nugent Il avait avancé de Florence Rome, entrer dans la ville le 30 Avril et la récupération Le pape Pie VII sur le trône, puis avancer vers Ceprano, où il a remporté une autre victoire. À la mi-mai, Nugent a intercepté Murat près de San Germano (moderne Cassino): Le roi de Naples a décidé de faire face à l'ennemi dans la bataille (Bataille de San Germano), Mais l'approche de la plus grande partie de l'armée autrichienne, commandée par Bianchi, l'a forcé à prendre sa retraite le 16 mai; Peu après, les armées autrichiennes se sont réunis près de Calvi, avançant Naples.

Murat a été forcé de fuir, d'abord Corse puis Cannes, déguisé en marin sur un navire danois, après une flotte britannique Il avait bloqué le port de Naples et détruit tout canonnières présenter là-bas.

Le 20 mai, le général napolitain Michele Carrascosa et Pietro Colletta poursuivi en justice pour la paix en signant la traité Casalanza avec les Autrichiens et la fin de la guerre. Le 23 mai, l'armée autrichienne entra Naples, en mettant sur le trône Ferdinand IV.

Après la guerre

Murat a fait une tentative de regagner son trône; en fait, il est revenu d'exil, a atterri avec vingt-huit hommes Pizzo Calabro, 8 Octobre 1815: Contrairement à Napoléon, cependant, Murat ne reçut un accueil triomphal et fut bientôt capturé et mis à mort dans le château de la ville, mettant fin aux guerres napoléoniennes.

Après la fin de la guerre, les royaumes de Naples et de Sicile ont été unis pour former le Royaume des Deux-Siciles: En fait, bien que les deux royaumes étaient gouvernés par le même monarque depuis 1735, leur mariage a eu lieu seulement 1816. A cette occasion, le roi Ferdinand IV de Naples et de la Sicile a été rebaptisé Ferdinand Ier des Deux-Siciles.

Pendant ce temps, les Autrichiens ont consolidé leur pouvoir en Italie du Nord la formation de la Lombardo-Vénétie, dirigé par un vice-roi d'Autriche.

Bien que Murat n'a pas réussi à sauver sa couronne ou pour augmenter la population italienne, son Proclamation de Rimini Il a commencé un débat sur 'unification de l'Italie, dont la guerre napolitaine est considéré comme le premier épisode: les mêmes vainqueurs Murat autrichien étaient la force étrangère le plus puissant en Italie, ils étaient adversaires des trois guerres d'indépendance qui ont caractérisé le Risorgimento.

notes

  1. ^ Piero Crociano, Armée 1805-1815 napolitaine, édition militaire italienne, p. 18
  2. ^ Le texte de la proclamation est attribuée par la plupart des spécialistes du Risorgimento Pellegrino Rossi (Carlo Alberto Biggini, La pensée politique de Pellegrino Rossi face aux problèmes du Risorgimento italien, Vittoriano, 1937), copie de la proclamation Classé 26 janvier 2008 dans Internet Archive ..
  3. ^ Piero Crociano, Armée 1806-1815 napolitaine, édition militaire italienne, p. 18

bibliographie

  • Burke, Edmund. Chapitre VII, Le registre annuel ou d'une vue de l'histoire, la politique et la littérature pour l'année 1815, J. Dodsley (1816)
  • Le capitaine. Batty, Robert. Une esquisse historique de la campagne de 1815, Londres (1820)
  • Colletta, Peter (traduit par Horner, Susan). Histoire du Royaume de Naples: 1734-1825, Hamilton, Adams, and Co. (1858)
  • Cust, Edward. Annales des guerres du XIXe siècle, (1863)
  • Browning, Oscar. La chute de Napoléon, J. Lane (1907)

Articles connexes

liens externes