s
19 708 Pages

camouflage militaire
Les soldats de 10th Mountain Division Américain portant le 'Armée uniforme de combat en 2011 en Afghanistan
camouflage militaire
Un tireur d'élite de marine française déguisé avec ghillie. Même le fusil et les jumelles étaient déguisées pour éviter d'être vu par l'ennemi

la camouflage militaire Il fait référence à toute méthode utilisée pour le rendre les forces militaires moins détectables aux forces ennemies.[1] Dans la pratique, il est l'application des couleurs et des matériaux utiles pour cacher l'observation visuelle (criptismo) Ou pour la faire ressembler à autre chose (mimétisme) Uniformes, véhicules et équipements militaires.

Le camouflage militaire a été utilisé pour la première fois au début de 1800 par les unités de chasseurs et carabiniers, qui portaient des uniformes verts ou gris pour cacher de l'ennemi. Avant cela, les armées avaient tendance à apporter des couleurs vives et audacieuses, pour impressionner l'unité ennemie, mais aussi pour faciliter l'identification des unités militaires dans le brouillard produit par poudre à canon fusils, pour attirer de nouvelles recrues, et de réduire la désertion. de plus en plus précis L'avènement des armes à feu et répétition fait sur un camouflage militaire tactiques militaires vrai pendant Première Guerre mondiale, où il a été utilisé pour réduire les risques d'incendie d 'artillerie adversaire et les chances d'être observé par voie aérienne. Pionniers de camouflage militaire pendant la Première Guerre mondiale ce sont les Français qui se sont prévalus en 1915 des artistes tels que les arts visuels Fernand Léger, Jean-Louis Forain, Loÿs Prat, et André Mare Louis Abel-Truchet, regroupés dans une section spéciale appelée « de » camoufleurs « », sous le commandement d'un officier, Lucien-Victor Guirand de Scevola. Bientôt les Français suivi de toutes les autres armées impliquées dans le conflit. Le camouflage, donc, élargi également aux véhicules ou aux structures, navires et compagnie aérienne (Où la couleur peut être différente entre le côté supérieur et l'inférieur), et ont été embauchés artistes (appelé camoufleur, du français) pour concevoir des modèles et des modèles pour le camouflage.

Certains modèles de camouflage modernes, tels que la CADPAT, le motif de camouflage de 'armée canadienne, Ils sont invisibles rayonnement infrarouge de lunettes de vision nocturne ainsi que la la lumière visible. Car il y a des uniformes militaires différents systèmes de camouflage, avec des couleurs qui reflètent l'environnement, du béton gris pour les environnements urbains à la couleur de sable dans le désert, et les classiques des tons de bois méditerranéens ou type nordique. Les pays ont pris des chemins différents vers le développement du camouflage militaire.

principes

camouflage militaire
Thaïlande, 1972 A-7D Corsair dissimulée avec un dessin de camouflage au-dessus d'une surface "contre-éclairé« Avec blanc pour cacher les ombres, également conçues selon le schéma perturbateur.

Le camouflage militaire objectif principal tromper l'ennemi sur la présence, l'emplacement et le mouvement de ses unités militaires faisant usage de dissimulations, déguisements et autres trucs trompeurs appliqué aux troupes terrestres, aux véhicules, aux avion et tout type de structure ou de poste militaire.[2] Certaines techniques utilisées dans le camouflage sont l'annulation de l'ombre, la « rupture » des lignées humaines ou des moyens, la mimétisme et le camouflage aveuglante.[3][4]

Étant donné que la vue est la principale organe sensoriel l'être humain, le camouflage se concentre sur dévoyer et tromper l'œil humain. Dans la guerre moderne, certaines formes d'offre de camouflage « abri » aussi de la surveillance radar et rayonnement infrarouge.[5]

compromis

camouflage militaire
Un véhicule blindé Ferret avec un style de camouflage « Berlin » pensée pour l'environnement urbain de la capitale allemande

Si les modes de camouflage sont théoriquement illimité, la pratique dans le domaine impose des limites qui doivent tenir compte des conditions climatiques et la nécessité de se déplacer et tirer.[3] Si des raisons particulières, en outre, le camouflage peut être entièrement abandonné: au cours des dernières étapes de la Guerre mondiale par exemple US Army Air Forces Ils ont donné des avions de camouflage en raison de la réponse maintenant inexistante de la chasse Allemand, alors que dans guerre de Corée certains avions a volé sans peinture, laissant ainsi le métal exposé avec laquelle ils ont été construits, pour réduire la résistance à l'écoulement et le poids.[6]

Chaque sol a besoin d'un motif de camouflage spécial,[7] dont l'efficacité dépend de la contraste et les tons de couleur utilisés. Des contrastes forts et des lignes de rupture sont grands pour les environnements forestiers dominés par les ombres et les jeux de lumière, tandis que les faibles contrastes sont plus appropriés pour la terre ouverte avec quelques ombres.[8] Étant donné que les unités militaires peuvent se déplacer dans des environnements différents le même jour (forêt, etc. ville), les armées du monde ont pensé uniformes qui peuvent adapter à différents scénarios de guerre envisagent généralement deux types de camouflage pour les uniformes: forêt / jungle et désert.[3] Il y a aussi le camouflage « saisonnier » à appliquer sur l'uniforme « normal » ou des uniformes spécialement conçus pour la saison d'hiver; pendant la Première Guerre mondiale Waffen SS ils avaient gardé double face été / automne avec la possibilité d'ajouter de camouflage pour l'hiver.[9]

En 2004, les Etats-Unis a présenté un camouflage universel pour tous les environnements, Motif de camouflage universel (UCP), cependant, retiré au bout de quelques années en raison de sa faible efficacité.[10] D'autre part, comme un exemple de mimétique extrêmement spécifiques, au cours de la guerre froide Les troupes britanniques en Berlin Ils ont demandé à leurs véhicules "Berlin camo», Caractérisé par des formes carrées de différentes nuances de gris pour mieux dissimuler les moyens sur l'arrière-plan de la construction de l'ancienne capitale allemande.[11]

camouflage militaire
Artillerie finlandaise au cours guerre d'hiver avec le camouflage d'hiver un improvisés

mouvement

Les schémas de camouflage produisent dans un des sujets fixes criptismo plus par rapport aux couleurs solides, alors que leur effet est plus faible dans le cas des sujets en mouvement.[7][12] Pendant la Seconde Guerre mondiale soldats anglo-américains ont découvert que le port d'un mouvement vert simple uniforme était plus difficile à identifier que le port d'un motif de camouflage uniforme de combat. Après la guerre, la plupart des pays ont choisi d'abandonner les schémas de camouflage.[3] Certains, comme 'Autriche et Israël, pas adopter jusqu'en 2012.[13][14] En suivant cette ligne de pensée, nous avons tendance à tenir les avions modernes avec de la peinture monochrome gris, les deux surfaces latérales, et ceux supérieurs et inférieurs.[6]

Échelle des systèmes et la numérisation

En fonction de la taille de l'objet à camouflé, vous devez utiliser un motif de camouflage avec un approprié représentation à l'échelle: Les gens veulent et petits véhicules militaires modèles échelle, plus efficace sur de courtes distances moyennes à, tandis que pour les gros véhicules sont utilisés dans les systèmes à grande échelle, pour les rendre moins visibles de loin.[15]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'allemand Johann Georg Otto Schick, directeur depuis 1935 du nouveau camouflage du département, il a dessiné des schémas de camouflage pour la Waffen-SS dans le même schéma en combinant des éléments micro et macro.[9] la les forces armées allemandes Ils ont repris l'idée dans les années soixante-dix en introduisant le motif de camouflage appelé flecktarn, caractérisé par de petites taches avec des bords souples (atténuant ainsi les éléments sur une plus grande échelle) qui rendent le soldat plus difficile à repérer.[16] En fait, le mimétique pixélisée précédé la dessin technique assistée depuis de nombreuses années, même il est étudié en 1944 ou en 1945 Union soviétique, où dans le diagramme pixélisé expériences « TTsMKK » ont été menées, ils ont abouti (TryokhTsvetniy Maskirovochniy Kamuflirovanniy Kombinezon - divisé par le déguisement en trois couleurs - vert olive, sable et noir).[17] Aux États-Unis, l'intérêt pour le pixélisée des uniformes a commencé, sans grand succès, dans les années soixante-dix grâce à l'officier de 'armée Timothy R. O'Neill, qui a laissé entendre que les modèles constitués de carrés de couleur étaient plus efficaces que d'autres camouflage.[18] De 1978 au début des années 1980, le 2e régiment de la cavalerie blindée américaine stationnée en Europe, a utilisé un motif de camouflage pixellisé, Texture double (Dual-Tex), sur leurs véhicules. En 1979 et 1980, l 'armée australienne Il a plutôt connu la double-Tex sur ses hélicoptères.[15] Vers 2000 flecktarn Allemand a été repris par US Marine Corps pour former le MARPAT (motif Mariné) Et 'armée canadienne qui a créé le CADPAT (Dessin de camouflage canadien), Qui a été le premier à introduire un uniforme de combat réalisé à l'aide de l'ordinateur (à partir de laquelle le terme « numérique »).[19] Le terme « numérique » est également en correspondance avec pixélisé, mais pas divisée encore attirée sur l'ordinateur en tant Multicam américaine ou italienne fractale « Végétalisé ».[20] Le camouflage numérique est aussi appelé "appareil photo numérique« English for camouflage numérique.

Toutefois, selon le brevet de MARPAT, la numérisation ne contribue pas en soi effet camouflé, servant seulement une méthode pour simplifier la conception et de faciliter la production de masse d'uniformes. En dépit de leur popularité croissante, les critiques soutiennent que l'aspect pixélisé a une fonction purement esthétique plutôt que fonctionnelle.[18][21]

Le plus utilisé camouflage numérique
type description exemple
flecktarn Camouflage officiel des forces armées allemandes, bundeswehr Flecktarn.jpg
CADPAT camouflage de l'armée canadienne officielle, la Armée canadienne, qui a d'abord adopté un camouflage numérique pixélisé Cadpat001.jpg
MARPAT camouflage officiel des 'United States Marine Corps, photo dans "région boisée " Le pattern.jpg de MARPAT
UCP ou ACUPAT camouflage officiel des 'Armée États-Unis UCP pattern.jpg
vegetato camouflage officiel des 'Armée italienne Vegetato.jpg
Multicam camouflage officiel des différentes unités militaires, y compris la Marine chilienne, la services secrets russes et l 'armée australienne multicam pattern.jpg

la technologie furtive et camouflage non-visuel

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: furtivité.
camouflage militaire
un corvette suédois classe Visby avec le camouflage de la marine classique et le design infiltration

L'avènement de la radar, de sonar et d'autres dispositifs capables de repérer les choses et les gens là où l'œil humain ne viendrait jamais, il a fait d'introduire technologies furtives pour échapper à la surveillance des nouveaux « observateurs électroniques ».[22] Certains navires et des avions ont été conçus selon un plan qui reflète les impulsions de radar, ce qui rend également l'utilisation de matériaux absorbant les ondes radar.[22][23] L'utilisation de missiles à guidage infrarouge Il a donné une forte impulsion à trouver un moyen de réduire la trace de la chaleur des moteurs d'avions, par exemple donner buses de décharge une forme capable de se disperser rapidement la chaleur produite par le moteur avec l'air froid ambiant,[24] ou en plaçant les pots d'échappement des moteurs dans la partie supérieure de l'aéronef dans les conduits ventilé[25] (Comme cela est le cas dans bombardier américain B-2 Spirit).

Pour réduire le bruit sonore sous-marins moderne sont recouvertes avec le matériau capable d'absorber les ondes générées par le sonar,[26] certains hélicoptères adoptent des mesures pour réduire le bruit des lames[27] et, en général, pour les uniformes à l'aide de boutons réguliers au lieu de la pression ou Velcro.[3]

Le camouflage de l'odorat est plus rare.[28] L'un des exemples les plus significatifs de ce type de camouflage est utilisé par tireurs d'élite couvrant sa ghillie avec de la boue ou d'autres matériaux pour couvrir l'odeur de la personne.[29]

histoire

Reconnaissance et Fusiliers

Nous avons des nouvelles d'un camouflage marine ancienne grâce à l'écrivain romain Végèce, au quatrième siècle, il a rapporté que les navires envoyés par Giulio Cesare en Colombie-Britannique 56-54 explorer les côtes de Britannia, au cours de la conquête de la Gaule, Ils ont été peints en « vénitien bleu, » comparable à la marine vert, une couleur aussi utilisé par les troupes embarqua pour leurs vêtements.[30][31][32][33]

camouflage militaire
Deux soldats du 95e régiment britannique Fusiliers (1802-1816) en uniforme vert

au cours de la baroque la diffusion de sidearms par rapport à la nouvelle armes à feu, cependant une portée limitée, il a donné peu impulsion au camouflage des troupes, au lieu de favoriser reconnaissance, bien qu'il y ait des exceptions telles que les petites Les Rangers de Rogers la Uni de Grande-Bretagne en Guerre de Sept Ans qui portaient des uniformes verts. En 1800, l'arrivée de nouveaux fusils, parmi tous les fusil Baker, brièvement inversé cette tendance. Les premières unités régulières à adopter les couleurs de camouflage dans leurs uniformes étaient les 95e et 60e régiment britannique Fusiliers, au cours guerres napoléoniennes: Contrairement à d'autres unités qui portaient des uniformes écarlates, ces deux régiments étaient armés de fusil Baker et vêtus de l'uniforme vert.[34] la Royaume du Portugal, au cours de la guerre péninsulaire, Il habillait les Caçadores (unités de infanterie légère) Brown.[35] Bientôt suivi par d'autres pays, à peu près le chemin de la Grande-Bretagne et le Portugal, institué des uniformes dans diverses nuances de gris ou vert pour les unités de fusiliers et d'infanterie légère.

camouflage militaire
en Le secours de Ladysmith Bacon John Henry Frederick vous pouvez voir l'uniforme de couleur kaki utilisé par les forces britanniques en Seconde Guerre des Boers

Les fusils d'une traînée de poudre d'expansion progressivement de plus en plus puissants et précis ne vont de pair avec le camouflage, principalement en raison du conflit, la nature purement coloniale, après la fin des guerres napoléoniennes: pas jugé nécessaire d'introduire travestissements efficace d'utiliser contre les peuples autochtones, non armés et faciles à vaincre par les armées européennes. En 1846, toujours en poste le Corps des Guides en Grande-Bretagne Inde Il a commencé à utiliser des uniformes de couleur kaki, une poudre brune dont le terme vient du mot urdu-hindi à la « poussière ».[36] L'exemple a été suivi par d'autres unités britanniques engagées pour réprimer la Rébellion indienne de 1857, que « blanchies » leurs uniformes, ils ont pris une variété de couleurs qui est passé de gris au brun clair, en passant par différentes nuances de blanc et parfois, allant jusqu'à être de couleur lavande. Ces mesures de camouflage improvisées se propagent rapidement à toutes les troupes coloniales britanniques basés en Inde et au cours de la Première Guerre des Boers (1880-1881), y compris ceux du continent africain.[37] En 1896, le kaki est devenu la couleur officielle des uniformes des troupes britanniques envoyées hors d'Europe, alors qu'à la fin il est devenu la norme dans toute l'armée de Seconde Guerre des Boers, en 1902 (officiellement appelé "terne« A terme Anglais des moyens plus ou moins « incolore »), appliquée à service Robe (Service uniforme).[38][39][40] Aussi pendant la Seconde Guerre des Boers l'utilisation britannique des Lovat Scouts, qui a présenté les gardes-chasse écossais costume ghillie, retour utilisé pour cacher tireurs d'élite la Première Guerre mondiale.[41]

la États-Unis d'Amérique, ils avaient un uniforme vert pendant American Civil War (1861-1865), se sont empressés de suivre les Britanniques, en prenant la couleur kaki dans ce même 1902. En 1908 aussi le 'Empire russe suivre une partie de ce changement. la Armée royale Italien utilisé initialement la couleur gris-vert pour les troupes alpin de 1906 et seulement en 1909, il a étendu cette couleur pour toute l'armée. L 'Empire allemand adopté la couleur "feldgrau« (Champ gris) en 1910. Au début de la Première Guerre mondiale, en 1914, que la France n'a pas suivi l'exemple des autres nations.[42]

Première Guerre mondiale

A l'avant

camouflage militaire
Exemple de camouflage pendant la Seconde Guerre mondiale, une presse américaine, 1918

la Première Guerre mondiale a été la première à grande échelle des conflits du travail se sont battus avec des armes modernes. Les conditions de vie difficiles des soldats à front occidental finalement, ils ont conduit la France à adopter un nouvel uniforme.[43] Premiers uniformes français, dans les premiers stades de la Grande Guerre, étaient rouge vif (garance) Et bleu.[44] Une tentative d'introduire un uniforme de camouflage est venu en 1911, mais une forte opposition face parce que les pantalons rouges étaient considérés comme un symbole de la doctrine militaire française. Eugène Étienne, l'ancien ministre de la guerre, en désaccord avec l'idée d'uniformes de camouflage: « Abolir pantalon rouge? Jamais! La France a un pantalon rouge ".[43] En ce qui concerne la képi rouge, ont été à la place couverte de feuilles spéciales[45] et l'expérience acquise pendant la guerre, a été introduit un nouvel uniforme gris-bleu[43] et puis aussi un uniforme de camouflage appelé « LEOPARD », conçu par le peintre soldat Louis Guingot.[46]

L'utilisation de mitrailleuses et de l'artillerie à longue portée implique la nécessité d'avoir aussi des véhicules de camouflage et des stations fixes, ainsi que l'artillerie elle-même.[1] canons et obusiers Ils ont été rapidement recouverts de peintures qui dissimulaient autant que possible la forme, tandis que les stations d'observation en acier ont été déguisées comme si elles étaient des arbres.[47] Les troupes spécialisées, en particulier la tireurs d'élite, Ils ont reçu des uniformes spéciaux faits à la main (costumes ghillie - ghillie) Qui ont utilisé des voiles modelés pour couvrir la tête et le pistolet, utilisé à l'origine à l'Ecosse par des agents anti-braconnage[48] mais considéré comme efféminé et méprisés jusqu'à la fin du XIXe siècle.[49]

L 'arrivée sur la scène des avions Il voulait dire pour les troupes au sol, même avoir à cacher éclaireurs dans le ciel, mais à son tour aussi les avions devaient être déguisés lorsqu'ils ne sont pas en vol. En 1917, l'Empire allemand a créé un système de camouflage perturbateur avec des motifs en forme de losange (losange), Bientôt étendu à tous Pouvoirs centraux, avec lequel pour camoufler les avions.[50] Un système de camouflage perturbateur similaire, Buntfarbenanstrich 1918, Il a été adopté en 1918 pour la réservoirs et pour la Stahlhelm, les casques des soldats.[51]

Rôle des artistes

camouflage militaire
Le croquis ci-joint au brevet en 1902 pour cacher l'ombre des navires et des sous-marins inscrits au nom de l'artiste américain Abbott Thayer

En 1892, un artiste américain et zoologiste amateur, Abbott Handerson Thayer, Il a publié un livre intitulé Dissimuler dans le Royaume coloration des animaux (Traduit en « couleur cachée dans le règne animal »), qui a été lu par beaucoup de chefs militaires; Bien que la défense de la Thayer "contre-éclairage« (Masquer les ombres) n'a pas réussi, cependant, l'artiste a enregistré un brevet pour cacher l'ombre des sous-marins et des navires.[52]

la gestaltisme Il a influencé le développement de camouflage, parce que nous nous demandions comment il était possible que l'on pouvait voir quoi que ce soit. Même certains mouvements artistiques contemporains, tels que le Post-impressionnisme, la Fauvisme français, cubisme, la vorticisme et l 'impressionnisme Ils ont influencé le développement de camouflage, aborder les questions sur les contours brisés, sur la théorie de l'abstraction et la couleur.[53][54]

L 'armée française établi, d'abord de toutes les armées, un département dédié au camouflage Amiens en 1915, dirigé par Lucien-Victor Guirand de Scevola.[55] Les experts, il y avait parmi eux, appelé camoufleur, Ils étaient pour la plupart des peintres, des sculpteurs et des artistes de théâtre (rappelez-vous, entre autres, Jacques Villon, André Dunoyer de Segonzac, Charles Camoin et André Mare).[56] Scaevola est aussi l'inventeur des postes d'observation susmentionnés déguisées en arbres, signifiait pour la première fois en mai 1915, et le tissu à mailles pour couvrir les emplacements de mitrailleuses, introduit en 1917 et a utilisé un total de sept millions mètres carrés d'ici la fin de la guerre.[57] En 1918, le Département pour le camouflage français avait emploie environ 9000 personnes, sans compter les camoufleur « Indépendant » à l'avant.[58] Même si la plupart de ces hommes étaient peintres traditionnels, le chef du département a déclaré que pour déformer entièrement l'apparence des objets représentés par les fit exposants du cubisme.[59]

D'autres pays, compte tenu des avantages offerts par le camouflage restauré et utilisé de vrais bureaux et unités impliquées dans l'étude et la mise en œuvre d'uniformes et divers matériaux:[60][58]

  • Grande-Bretagne: British Section camouflage, fondée à la fin 1916 Wimereux;
  • États-Unis d'Amérique
    • New York, Camouflage Société, Avril 1917
    • Officiel Société A, Régiment du génie 40e, Janvier 1918
    • Réserve des femmes Corps de camouflage;
  • Italie: masquage de laboratoire, 1917.

Guerre mondiale

camouflage militaire
Un réservoir croisé déguisé comme si elle était un camion normal. Une partie des mesures de déception a commencé avec 'opération Bertram au cours de la Campagne de l'Afrique du Nord (1940-1943)
camouflage militaire
Un bombardier Boeing B29 pas de peinture, typique de ce que les avions américains pendant la Seconde Guerre mondiale

Dans la période entre les deux guerres, l'Italie et l'Allemagne a présenté les schémas de camouflage pour les tentes, respectivement, l ' « couverture de camouflage M1929 » et splittertarn (Traduit par « système ébréchée »). au cours de la Guerre mondiale, les deux pays ont pris ces régimes pour l'uniforme des paras.[61] paras britanniques ont adopté la Denison Airborne camouflage Smock en 1942,[53] tandis que les Soviétiques utilisaient pour les tireurs d'élite un modèle dans le style "amibe».[62]

En 1940, le zoologiste britannique Hugh B. Cott décrit dans son livre intitulé Coloration adaptative chez les animaux toutes les techniques de camouflage et de camouflage de règne animal, faire des comparaisons avec le camouflage militaire.[63]

Soviétique et britannique a adopté un motif de camouflage aux ondes sur les surfaces latérales et supérieures des plans,[64] tandis que les États-Unis demeurent sur un simple monochrome à thème ou même appliqué aucun motif de camouflage.[65] L'un des modèles les plus communs entre la Regia Aeronautica et certains avions japonais pendant la guerre qui a été repéré.[66][67] Les Allemands principalement utilisé une raison ébréché angle, mais, surtout vers la fin de la guerre, ils ont essayé un grand nombre de systèmes de camouflage.[68] L 'armée allemande Les schémas de camouflage appliqués aux véhicules, tandis que les moyens de alliés Ils étaient pour la plupart d'une seule couleur.[69] Les Soviétiques ont fait usage du concept de maskirovka (Mensonge) pour régler l'effet de surprise, précisément, la tromperie et le camouflage, comme le 'Armée rouge en Bataille de Koursk.[70][71]

Compte tenu de la décisive Troisième bataille d'El Alamein (1942) Le Commandement Moyen-Orient Camouflage Direction (Direction de camouflage du Moyen-Orient) commandement britannique, principalement composée d'artistes inclus dans Corps des Ingénieurs Royaux, Il était l 'opération Bertram pour tromper l'Italie et l'Allemagne sur la position réelle et la force numérique des troupes blindées britanniques a fait une division blindée entière composée de chars faux, alors que les vrais étaient déguisés pour les rendre les véhicules de transport ordinaires.[72][73] tromperie similaires ont également été utilisés en Europe (Garde du corps fonctionnement pour débarquement en Normandie)[72] et Pacifique (Battle Goodenough Island, une partie de campagne de Nouvelle-Guinée).[74]

la bombardements stratégiques Ils ont poussé les factions sur le terrain pour camoufler les aéroports et les autres centres de production industrielle, en créant peut-être en milieu de travail faux.[75] L'avènement de la armes nucléaires rendu ces pratiques inutiles.

applications

uniformes

Allemagne

camouflage militaire
camouflage militaire
Platanenmuster, 1937 SS plan de modèle vers la droite, et Splittermuster, 1931 sx

En Allemagne, les Allemands expérimentent avant la guerre avec certaines unités camoufle Splittermuster. la Waffen SS l'expérience de ces monnaies en 1935. Le premier camouflage pour la Waffen-SS, comme beaucoup d'autres, il a été conçu par le professeur Johann Georg Otto Schick.

  • Platanenmuster ( "Plantain Pattern") (1937-1942): avec des changements au printemps / été et automne / hiver;
  • Rauchtarnmuster ( « Flou de bord de motif ») (1939-1944): avec des changements au printemps / été et automne / hiver;
  • Palmenmuster ( « Palm couleur de motif ») (vers 1941) avec des changements en été / automne;
  • Beringtes Eichenlaubmuster ( « Modèle anneaux feuille de chêne « ) (1942 à 1945);
  • Eichenlaubmuster ( « Motif de feuille de chêne ») (1943-1945): avec des changements au printemps / été et automne / hiver;
  • Erbsenmuster ( « Modèle de pois ») (1944-1945): avec des changements au printemps / été et automne / hiver;
  • leibermuster ( "Modèle de couleur de la peau") (1945);[76]
  • camouflage ( « Tissu de camouflage »), en utilisant le tissu enlevé Italiens en 1943 (le SS Leibstandarte Adolf Hitler portait souvent ce modèle).
  • Sumpfmuster ( 'marais de pattern'), était un camouflage wehrmacht Il a utilisé la première fois en 1943, et avec une variation en 1944.

en plus de leibermuster, les noms officiels des motifs de camouflage allemands utilisés en temps de guerre ne sont pas connus: les noms mentionnés ci-dessus sont ceux utilisés par les historiens militaires et collectionneurs.

camouflage militaire
Uniformes de camouflage bundeswehr (1958)

Les premiers uniformes bundeswehr en 1955 ils avaient un camouflage semblable à celui pris avant la guerre, Splittermuster.[77] Ces couleurs changé, l'adoption en 1960 d'un vert foncé clair, à son tour remplacé par flecktarn en 1990. Cette dernière était basée sur le camouflage du désert Bundeswehr Wüstentarn.

Royaume-Uni

Développé en 1930, le mimaetica kaki a été largement utilisé depuis 1939. Avec le début d'une nouvelle section de camouflage de guerre mondiale ont été réactivés. Les Britanniques ont établi un centre dédié pour le camouflage, la « Camouflage et centre de formation », en 1940 au château Farnham, dans le comté Surrey. Au début, le personnel comprenait des artistes Research Corp Camouflage industrielle comment Roland Penrose et Frederick Gore, et l'illusionniste Jasper Maskelyne (Il est devenu plus connu pour le camouflage pendant campagne d'Afrique du Nord). Les Anglais n'ont pas utilisé un format uniforme perturbateur jusqu'en 1942, avec le peint à la main Denison smock pour les parachutistes, puis en 1943 avec une scission similaire du style M42.[78]

États-Unis

camouflage militaire
uniformes de camouflage exemple utilisés dans le Pacifique, un peu comme celle des parachutistes allemands, la Fallschirmjäger

L 'United States Army Corps of Engineers il a commencé ses expériences en 1940. Cela a entraîné la réversibilité de la conception « grenouille-peau / léopard tache », d'abord en 1942 uniforme réversible « plage » / « la jungle », mais bientôt a été changé avec deux pièces, veste et des pantalons. Il a été utilisé pour la première fois par United States Marine Corps pendant les combats contre les Japonais dans le Pacifique.[79] En 1944, les unités de la 2e Division blindée au cours de la Bataille de Normandie vêtue d'une « peau de grenouille léopard / une tache » uniforme, mais étant donné la similitude avec le camouflage porté par les parachutistes allemands, la Fallschirmjäger, Ceux-ci ont abouti à un feu amical intense, et ont ensuite été retirés. Les uniformes PATCHY ont continué à être porté par le bataillon United States Marine Corps Force de Reconnaissance (Dont le rôle a été repris par l'unité USMC Recon finale 1954) et par Les unités de combat Nageur de reconnaissance (Puis évoluer Navy SEAL).

France

camouflage militaire
Légion étrangère française - bataille de Kolwezi, 1978

le modèle lézard, Aussi connu sous TAP47, il a été utilisé par l'armée française pour leurs uniformes de camouflage, de 1947 jusqu'à la fin des années 1980 environ.[80]

Ce type de tissu de camouflage est constitué de deux gravures se chevauchant, le plus souvent vertes et brunes, imprimée en laissant des lacunes de sorte que la couleur de troisième teinte, comme un vert clair ou kaki, pourrait représenter l'arrière-plan du modèle. Cela a été dérivé du modèle anglais précédent Denison smocks. les modèles lézard, par rapport aux modèles britanniques, ils avaient des zones étroites imprimés et une forte orientation horizontale, coupant la verticale de la forme du corps humain.

véhicules

camouflage militaire
Exemple d'un VBL Komatsu - véhicule blindé léger (JGSDF) Camouflé comme le milieu environnant
camouflage militaire
Autorail Breda camouflée pour échapper aux bombardements 1943 Mezzolombardo

Le but de camouflage pour véhicules terrestres et de l'équipement est différent du camouflage personnel comme la principale menace est donnée par la reconnaissance aérienne. L'objectif est d'arrêter la forme caractéristique du véhicule, pour rendre le véhicule difficile à détecter lorsque cela a une couleur similaire au sol sous-jacent.

La peinture des véhicules est peut-être l'une des mesures les moins efficaces, mais fournir une base pour d'autres techniques. Les véhicules militaires sont souvent sales quand ils fonctionnent, et font vain son camouflage, et malgré les couleurs généralement opaques, un véhicule humide est polie, cependant, et bien distinguer, en particulier d'en haut. Les modèles qui ont été conçus sont destinés à rendre difficile l'interprétation des ombres et des formes d'un véhicule. L'armée britannique a adopté un système perturbateur pour leurs véhicules qui opéraient dans le désert de pierre au cours Campagne d'Afrique du Nord et aussi en Grèce, connu rétrospectivement comme le « système Caunter. « Il a été utilisé avec six couleurs appliquées sur des lignes droites.[81]

la Service aérien spécial Britannique a utilisé le rose comme couleur principale sur ses véhicules de patrouille, Land Rover Series II, surnommé panthères roses, car cela semblait impossible à distinguer du sable, à partir d'une certaine distance.

couvre également équipé de filets peut être efficace pour réduire la visibilité d'un objet. Les filets de camouflage traditionnels guarnitore utilisent un tissu pour générer un textures apparente, avec une profondeur d'ombre qui est créée sous elle. la plupart des réseaux modernes ont tendance à être composé d'un tissu continu, comme plus facile à mettre en œuvre dans un véhicule et ne pas « trous » entre les taches de contour par rapport aux réseaux traditionnels. Les réseaux peuvent parfois être fixés à une position autour des tourelles ou des postes de travail automoteurs, qui peut, si elle est correctement positionné, rester en place sans être identifiés. Malheureusement, les réseaux sont moins efficaces lors de l'utilisation des capteurs radar ou vision thermique. Lourd et plus durable sont les systèmes de camouflage mobiles, mis au point pour combler le fossé technologique entre les filets de peinture et de camouflage. ils sont essentiellement les sous-espèces de couvertures qui peuvent comprendre des matériaux ayant des propriétés thermiques et radar.

bateaux

camouflage militaire
le navire de guerre Rome, modèle avec la livrée de camouflage en 1942
camouflage militaire
Exemple de camouflage éblouir sur un bateau britannique pendant la Seconde Guerre mondiale

jusqu'à ce que XX siècle, armes navales ont eu une très courte portée, et donc le camouflage était pas si important pour les navires et les hommes à bord. systèmes graphiques ont été sélectionnés sur la base de la facilité d'entretien et de l'esthétique, avec une couleur généralement superstructure chamois (Avec raccords en laiton poli) et des blancs o coques neri. A la fin du siècle, avec le nombre croissant de batailles navales, comme en témoigne la Bataille de Tsushima, il est devenu nécessaire l'introduction de même un camouflage pour les navires. Cela devait permettre aux navires de pouvoir se fondre dans la brume, sans être vu. Ce fait avait un peu de gris de camouflage ombre.

Au cours de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, le type de camouflage éblouir Il a été utilisé non pas tant pour faire disparaître les navires, mais pour les rendre plus petits et / ou plus, afin de faciliter misidentification par l'ennemi et de faire les navires plus difficiles à atteindre.[82]

Après la Seconde Guerre mondiale, puis avec l'utilisation de radar en camouflage généralement moins efficace. Cependant, le camouflage des navires peut avoir contribué à protéger les navires américains par les batteries côtières vietnamiennes qui ont utilisé télémètres optiques.[83]

avion

camouflage militaire
Exemple d'un hélicoptère Mil Mi-8 déguisé

La conception du camouflage des avions est plus compliqué, car il dépend du fait que la couleur de l'aéronef varie en fonction de la position de l'observateur (au-dessus ou au-dessous) et la nature de l'arrière-plan. Un grand nombre de systèmes de camouflage contre-aéronefs utilisés dans le passé, ils ont adopté une couleur claire et des couleurs plus foncées en dessous sur le dessus.

D'autres approches mimétiques reconnaissent que l'avion en combat souffre rebondissements et puis la couleur raison / camouflage est appliquée uniformément dans le plan.

Les vitesses plus élevées des avions modernes, et l'utilisation de missiles de radar et de combat, ont réduit la valeur de camouflage visuel, car ils augmentent la valeur des mesures et contre-mesures qui tirent parti technologies infiltration. Ceux-ci sont constitués d'une peinture moderne particulier, conçu pour absorber le rayonnement électromagnétique utilisé par radar, ce qui réduit la signature de l'aéronef, et de limiter l'émission de lumière infrarouge utilisé dans certains types de missiles, tels que ceux pour le suivi chaleur (autodirecteur infrarouge). De nouveaux progrès dans les avions de camouflage sont ceux à base de soi-disant « camouflage actif ».

Des exemples de camouflage militaire

notes

  1. ^ à b L'Encyclopaedia Britannica 1922, p. 541.
  2. ^ Newark 2007, p. 8.
  3. ^ à b c et Brayley 2010.
  4. ^ Behrens 2002.
  5. ^ Newark 2007, p. 160.
  6. ^ à b Richardson 2001.
  7. ^ à b FM 21-76 Manuel de survie de l'armée américaine (PDF), États-Unis Département de l'armée. Récupéré 17 Mars, 2013.
  8. ^ (FR) Photosimulation Camouflage Test de détection, sur scribd.com, Juin 2009. Récupéré 17 Mars, 2013.
  9. ^ à b Peterson 2001, p. 64.
  10. ^ (FR) Sydney J. Freedberg Jr., Armée Drops Camouflage Universal Après Milliards dépenses, sur defense.aol.com, 25 juin 2012. Récupéré 17 Mars, 2013 (Déposé par 'URL d'origine 31 août 2012).
  11. ^ (FR) Wayne Davies, Articles ELMRA - Berlin Brigade plan de la peinture urbaine, sur emlra.org. Récupéré 17 Mars, 2013.
  12. ^ lettres décoration.
  13. ^ (DE) Die Uniforme, sur bundesheer.at. Récupéré 17 Mars, 2013.
  14. ^ Katz, Volstad 1988, p. 64.
  15. ^ à b (FR) Guy Cramer, Texture double - États-Unis camouflage armée numérique, sur uniteddynamics.com. Récupéré 17 Mars, 2013.
  16. ^ (FR) Brad Turner, 1938 modèle amibe, base verte, sur kamouflage.net. Récupéré 17 Mars, 2013.
  17. ^ (FR) 1944-1945 trompeur motif de camouflage 3-couleur, sur kamouflage.net. Récupéré 17 Mars, 2013.
  18. ^ à b (FR) Hugo Gye, Comment US Armée a dépensé 5 milliards $ sur le camouflage de pixel « échoué » ... parce qu'ils « voulaient regarder plus froide que les Marines », sur dailymail.co.uk, 25 juin 2012. Récupéré 17 Mars, 2013.
  19. ^ (FR) Guy Cramer, Histoire Camouflage numérique, sur hyperstealth.com. Récupéré 17 Mars, 2013.
  20. ^ (FR) Making Sense de camouflage numérique, sur strikehold.net. Récupéré 17 Mars, 2013 (Déposé par 'URL d'origine 30 novembre 2012).
  21. ^ (FR) Daniel Engber, Perdu dans le désert, slate.com, 5 juillet 2012. Récupéré 17 Mars, 2013.
  22. ^ à b Rao, Mahulikar 2002, pp. 629-641.
  23. ^ (FR) Chris Summers, navires furtifs avant la vapeur, sur bbc.co.uk, 10 juin 2004. Récupéré 18 Mars, 2013.
  24. ^ (FR) Carlo Kopp, La guerre optique - La nouvelle frontière, sur ausairpower.net. Récupéré 18 Mars, 2013.
  25. ^ (FR) Tom Harris, Comment fonctionnent les Furtif Bombers, sur howstuffworks.com. Récupéré 18 Mars, 2013.
  26. ^ Zimmerman 2000, pp. 103-105.
  27. ^ (FR) MH-X avancée des opérations spéciales hélicoptère, sur globalsecurity.org. Récupéré 18 Mars, 2013.
  28. ^ (FR) Tomasz R. Letowski, Posséder l'environnement: Soldat furtif - Aperçu de la recherche (PDF), De dtic.mil, Mai 2012. Récupéré 18 Mars, 2013.
  29. ^ plâtre 1993.
  30. ^ Casson 1995, p. 235.
  31. ^ Murphy 1917, pp. 35-39.
  32. ^ Sumner 2003, p. 24.
  33. ^ Kaempffert 1919, pp. 17-19.
  34. ^ Haythornthwaite 2002, p. 20.
  35. ^ von Pivka 2002.
  36. ^ (FR) Définition de couleur kaki dans les dictionnaires Oxford, sur oxforddictionaries.com. Récupéré 19 Mars, 2013.
  37. ^ Barthorp 1988, pp. 24-37.
  38. ^ Myatt 1994.
  39. ^ Barthorp 1988, pp. 24-33.
  40. ^ Chappell 2003, p. 37.
  41. ^ Pegler 2001, p. 18.
  42. ^ Showalter 2004, p. 148.
  43. ^ à b c Crowdy 2007, p. 149.
  44. ^ Willmott 2003, p. 53.
  45. ^ Willmott 2003, pp. 53-59.
  46. ^ (FR) çìart de l'invisible, sur ec-lorraine.com. 20 Mars Récupéré, 2013.
  47. ^ (FR) Claire Le Thomas, Cubisme et camouflage, sur histoire-image.org. 20 Mars Récupéré, 2013.
  48. ^ Forbes 2009, pp. 102-103.
  49. ^ (FR) Chronologie de camouflage: un pastiche dans une bouillabaisse, Camouflage Conférence internationale, Université de l'Iowa du Nord, le 22 Avril 2006. 20 Mars Récupéré, 2013.
  50. ^ (FR) Allemand Pastille Camoflage, sur wwiaviation.com. 20 Mars Récupéré, 2013.
  51. ^ (FR) casques d'acier allemand, sur antique-photos.com. 20 Mars Récupéré, 2013.
  52. ^ Forbes 2009, pp. 72-73.
  53. ^ à b Blechman, Newman 2004.
  54. ^ Forbes 2009, pp. 82-83.
  55. ^ (FR) Roy R. Behrens, Art, culture et camouflage, sur tate.org.uk, 1 mai 2005. 20 Mars Récupéré, 2013.
  56. ^ (FR) Henry Adams, Ornithologie, infanterie et abstraction, sur artandantiquesmag.com. 20 Mars Récupéré, 2013.
  57. ^ Forbes 2009, pp. 104-107.
  58. ^ à b Newark 2007, p. 54.
  59. ^ Forbes 2009, p. 101.
  60. ^ Forbes 2009, p. 106.
  61. ^ Davis 1998.
  62. ^ Ferguson 1996.
  63. ^ Cott 1940.
  64. ^ Pilawskii 2003.
  65. ^ Greer 1980.
  66. ^ Massimello, apôtre 2000.
  67. ^ Thorpe 1968.
  68. ^ Bishop 2010.
  69. ^ Restayn 2005.
  70. ^ Smith 1988.
  71. ^ Clark 2011, p. 278.
  72. ^ à b Stroud 2012.
  73. ^ Barkas, barkas 1952.
  74. ^ Casey 1951, pp. 138-140.
  75. ^ (FR) Lisa Wade, Camoufler Aéroports et plantes pendant la Seconde Guerre mondiale, sur thesocietypages.org, 14 avril 2010. Récupéré 22 Mars, 2013 (Déposé par 'URL d'origine 14 juin 2012).
  76. ^ Newark, Tim; Quentin Newark; J.F. Borsarello, leibermuster, sur Livre de camouflage Brassey, de Brassey (UK) Ltd., 2002, pp. 144; voir page 23. Récupéré le 30 Novembre, 2011.
  77. ^ BGS-Splinter (alias "Splittermuster") Battlefront.com. « République fédérale d'Allemagne ». Récupéré le 4 Décembre, 2011
  78. ^ Forbes, 2009, page 150.
  79. ^ Pat Farey et Mark Spicer. Sniping: An Illustrated History. MBI Publishing, 2009. Page 144
  80. ^ (FR) Kamouflage.net 1953 Français modèle « lézard »
  81. ^ Starmer, Mike, Le Caunter Scheme: Guerre mondiale britannique Deux systèmes de camouflage, Partizan Press, 2005.
  82. ^ "Camouflage, Norman Wilkinson," Lettres, The Times, 4 avril 1939
  83. ^ Sumrall, Robert F. "Camouflage de navire (Seconde Guerre mondiale): Art Trompeur" États-Unis Naval Institute Proceedings Février 1973 pp.67-81

bibliographie

en anglais
  • L'Encyclopaedia Britannica, Vol. 30, L'Encyclopédie Britannica Co., 1922, ISBN inexistante.
  • Camouflage dans la guerre et la nature, en lettres décoration, Voll. 8-9, A. Budge, 1917.
  • Michael Barthorp, L'armée britannique sur la campagne 1816-1902, Osprey Publishing, 1988, ISBN inexistante.
  • Hardy Blechman, Alex Newman, DPM: Camouflage DPM, DPM Ltd, 2004 ISBN 0-9543404-0-X.
  • Roy R. Behrens, fausses couleurs: Art, Design et camouflage moderne, Bobolink Books, 2002 ISBN 0-9713244-0-9.
  • Roy R. Behrens, Camoupedia: Recueil de la recherche sur l'art, l'architecture et le camouflage, Bobolink Books, 2009 ISBN 978-0-9713244-6-6.
  • Chris Bishop, escadrons de la Luftwaffe 1939-45, Londres, Amber, 2010 ISBN 1-904687-62-8.
  • J. Brayley Martin, uniformes de camouflage: tenue de combat internationale 1940-2010, Crowood Press, 2010 ISBN 1-84797-137-7.
  • Lionel Casson, Navires et matelotage dans le monde antique, JHU Press, 1995 ISBN 0-8018-5130-0.
  • M. Chappell, L'armée britannique dans la Première Guerre mondiale (1): Le front occidental 1914-1916, Osprey Publishing, 2003 ISBN 1-84176-399-3.
  • Hugh Bamford Cott, coloration adaptative chez les animaux, Methuen Co., ltd., 1940, ISBN inexistante.
  • Terry Crowdy, délits militaires, Osprey Publishing, 2007 ISBN 978-1-84603-148-9.
  • Brian L. Davis, uniformes de l'armée allemande et les insignes: 1933-1945, Londres, Brockhampton Press, 1998 ISBN 978-1-86019-869-4.
  • Gregor Ferguson, Les paras 1940-1984, Osprey Publishing (Reed Consumer Books Ltd., 1996 ISBN 0-85045-573-1.
  • Peter Forbes, Ebloui et Trompé: Mimétisme et camouflage, Yale, 2009.
  • Dana Bell a Greer, couleurs de la Force aérienne, Carrollton, Texas, Squadron / Signal Publications, 1980 ISBN 0-89747-108-3.
  • Philip Haythornthwaite, carabinier britannique, 1797-1815, Oxford, Osprey Publishing, 2002 ISBN 1-84176-177-X.
  • Waldemar Kaempffert, La lutte contre le U-Boat avec Paint: comment les artistes américains et Inglese marins ont appris à éblouir le U-Boat, en Popular Science mensuel, Vol. 94, nº 4, New York, 1919 Avril.
  • Sam Katz, Ronald Volstad, Unités d'élite israéliennes depuis 1948, Osprey Publishing, 1988 ISBN 978-0-85045-837-4.
  • Giovanni Massimello, Giorgio Apostolo, Italien as de la Première Guerre mondiale 2, Osprey Publishing, 2000 ISBN 1-84176-078-1.
  • F. Myatt, L'encyclopédie illustrée des armes à feu du 19e siècle: une histoire illustrée du développement des armes à feu militaires du monde au cours du 19ème siècle, New York, Crescent Books, 1994 ISBN 0-517-27786-7.
  • Robert Cushman Murphy, camouflage marine, Voll. 4-6, Brooklyn Institut des Arts et des Sciences, En Janvier 1917,.
  • Tim Newark, Quentin Newark, J.F. Borsarello, leibermuster, en Livre de camouflage Brassey, Brassey (UK) Ltd, 2002.
  • Tim Newark, camouflage, Thames Hudson, 2007 ISBN 0-500-51347-3.
  • M. Pegler, Le tireur d'élite militaire depuis 1914, Osprey Publishing, 2001 ISBN 1-84176-141-9.
  • D. Peterson Waffen-SS Uniformes de camouflage et dérivés d'après-guerre, Crowood Press, 2001 ISBN 978-1-86126-474-9.
  • Erik Pilawskii, couleurs de chasse de l'Armée de l'Air soviétique: 1941-1945, Hersham, Classique, 2003 ISBN 1-903223-30-X.
  • Otto von Pivka, L'armée portugaise des guerres napoléoniennes, Oxford, Osprey Publishing, 2002 ISBN 0-85045-251-1.
  • John L. Plaster, Le Sniper ultime: un manuel de formation avancée pour les militaires tireurs d'élite de la police, Boulder, Colorado, Paladin Press, 1993 ISBN 0-87364-704-1.
  • G. A. Rao, S.P. Mahulikar, examen intégré de la technologie furtive et son rôle dans la puissance aérienne, en Journal aéronautique, nº 1 066, 2002.
  • Jean Restayn, Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale AFVs, Vol. 1: Tanks, Paris, Casemate, 2005 ISBN 2-915239-47-9.
  • Doug Richardson, furtivité des avions de combat, Osceola, Wisconsin, Pub MBI. Co., 2001 ISBN 0-7603-1051-3.
  • Dennis E. Showalter, Tannenberg: Clash of Empires 1914, Potomac Books, Inc., 2004 ISBN 1-57488-781-5.
  • Graham Sumner, Vêtements militaire romain: AD 200-400, Osprey Publishing, 2003 ISBN 1-84176-559-7.
  • Donald W. Thorpe ,, camouflage et des marques Armée Force aérienne japonaise, la Seconde Guerre mondiale, Fallbrook, Californie, Aero, 1968 ISBN 0-8168-6579-5.
  • H. P. Willmott, Première Guerre mondiale, Dorling Kindersley, 2003 ISBN 1-4053-0029-9.
  • Stan Zimmerman, Le silence rend parfait, en La technologie sous-marine pour le 21e siècle, Victoria, Colombie-Britannique, Trafford Publishing, 2000 ISBN 978-1-55212-330-0.

Articles connexes

D'autres projets