s
19 708 Pages

Salvatore Satta
Salvatore Satta

Salvatore Satta (Nuoro, 9 août 1902 - Rome, 19 avril 1975) Ce fut un juriste et écrivain italien.

biographie

Giovanni Salvatore[1], Salvatore NOTO, était le dernier enfant du notaire Salvatore Giovanni Paolo Satta[2] (Un parent du poète Sebastiano Satta) Et Valentina Mariantonia Galfrè. Après avoir assisté à la State High gymnase de l'école Giorgio Asproni de Nuoro, il a obtenu un baccalauréat en Sassari au Liceo "Azuni" en 1920, diplôme puis dans la même ville en Droit 1924, thèse sur revocativo faillite Système. Il est l'un des plus grands juristes italiens, immense son travail sur la procédure civile, et parmi les grands conteurs[3][4][5].

carrière universitaire

Étudiants et assistant Marco Tullio Zanzucchi, a obtenu une qualification dans l'enseignement 1932, Il a commencé sa carrière universitaire en 1934 à la Faculté de droit de 'Université de Camerino. Devenu un habitué en 1937, il va 'Université de Padoue (1937), Gênes (1938-1958) et Rome (1958-1975) (qui préside également la 1971 un 1975). Dans ces facultés organisera des cours sur le droit de la faillite et le droit de la procédure civile. De 1945 à 1946, il a été recteur de 'Université de Trieste. Depuis 1973, était le partenaire national des Lincei.

Pour la particularité de ses thèses, contrairement à d'autres enseignants du même sujet, Satta ne sera pas un vrai doyen[citation nécessaire]. Parmi ses étudiants, Lucio Lanfranchi, Francesco Cordopatri, Carmine Punzi, Romano Vaccarella, Girolamo Bongiorno, Ferdinando Mazzarella, Girolamo Monteleone, Antonio Nasi.

mariée 1939 Laura Boschian, professeur adjoint de littérature russe à Padoue, avec qui il avait deux fils, Philippe et Luigi (Gino). La première suivra les traces de son père, en optant pour la loi administratif et constitutionnel, le second, un diplôme en physique et enseigne la physique à l'Université de L'Aquila, alors Physique II à la Sapienza.

codification

en 1938 Il est appelé le bureau législatif du ministère de la Justice pour siéger au comité du Code de commerce et du Comité sur la loi sur les faillites. Le Code de commerce ne sera pas approuvé, et une partie des matériaux préparés convergera dans les quatrième et cinquième livres Code civil la 1942, alors que la loi sur les faillites est entrée en vigueur en 1942. Dans les écrits plus tard, Satta éloignerait la loi sur les faillites, probablement parce que les solutions qu'il a proposées ne sont pas considérés par les autres membres du comité, y compris Alberto Asquini. Ne participent pas au travail Code de procédure civile, parce que ses vues sont notoirement divergentes de celles des chercheurs (y compris Piero Calamandrei) Qui préparera le texte du 1940, mais à partir de 1946 Il est appelé à faire partie de plusieurs comités ministériels pour la réforme du code existant.

Travaux juridiques

Dans ses années universitaires, il a publié un certain nombre d'études juridiques, parmi lesquels le plus important est un monumental Commentaire sur le Code de procédure civile, un ouvrage en cinq volumes qui en ont fait l'un des plus célèbres processualcivilisti italiens de la Seconde Guerre mondiale. en 1948 Il est publié le manuel « Droit de procédure civile » depuis longtemps adopté comme manuel de droit civil dans les plus prestigieuses universités italiennes[6]. Le travail est actuellement présent dans sa treizième édition, éditée par le professeur Carmine Punzi.

Bien connu, aussi, ses « principes de droit de la faillite », publié en 1948, qui devint plus tard le manuel le plus étendu « Loi sur la faillite », dont la première édition, pour les types de Cedam, a été publié en 1974. Bien que ce manuel a été mis à jour, ses élèves et en particulier après la mort du maître, par Romano Vaccarella.

entre 1974 et 1975 Elle collabore avec le journal le temps la publication d'une série d'articles sur la justice et sur les questions politiques. Au moment du référendum sur le divorce en 1974, Salvatore Satta défendra l'abrogation oui de la loi de 1970, en faisant valoir les engagements de indissolubilité et possibles du mariage.[7]

Frappé par le cancer, Salvatore Satta meurt Rome le 19 Avril 1975.

l'écrivain

Elle est due à sa famille si Salvatore Satta est également connu comme romancier: en effet après sa mort, la famille a repris les vieilles cartes juriste, découvrir, parmi eux, le tapuscrit de Jour du Jugement dernier (Plus tard, il a été trouvé dans les pages d'un vieux journal, même le manuscrit). Satta il avait commencé à écrire 1970, non sans souffrance, creuser dans ses images de la mémoire des habitants, presque tous morts, que « vécu », pour ainsi dire, Nuoro, la ville de son enfance. Le livre est juste que: il est un défilé de personnages dont l'auteur retrace une enquête psychologique approfondie, de père notaire de se retrouver toute la limite de la ville, dans une reconstitution au milieu entre la rivière cuillère et danse macabre.

Le « roman » a été publié à titre posthume en 1977 Editorial par Cedam, spécialisée dans les publications juridiques. Dans un premier temps passé sous la critique sombre de silence, il a été presque totalement ignoré. Mais quelques années plus tard, quand il est publié à nouveau de Adelphi (1979), il est devenu un événement littéraire de dimension mondiale. Aujourd'hui, le roman, traduit en dix-sept langues, est considéré comme une œuvre littéraire d'une grande profondeur et est largement soutenue par les critiques les plus qualifiés.

D'autres travaux sont la véranda, Elle est née de l'expérience de l'écrivain passé dans un sanatorium Merano, sur la souffrance de leurs propres et d'autres et de Profundis, admirable fresque sur la triste condition humaine, née des réflexions sur l'expérience négative acquise au cours de la période de la seconde guerre mondiale.

travaux

droit

  • Contribution à la doctrine de l'arbitrage, Milan, Giuffrè, 1932.
  • la revente forcée, Milan, Giuffrè, 1933.
  • mise en application, Milan, Giuffrè, 1937.
  • Théorie et pratique du processus, Milan, Giuffrè, 1940.
  • Guide pratique pour le nouveau procès civil italien, Milan, Giuffrè, 1941.
  • Manuel de droit civil, Padoue, Cedam, 1948.
  • Faillite Institutions Droit, "Forum italien" de Rome Publishing Company, 1948.
  • procédure civile, 1948.
  • Commentaire sur le Code de procédure civile, Milano, Vallardi, 1959-1971.
  • Soliloqui et parle d'un juriste, Padoue, Cedam 1968.
  • Cahiers de droit et procès civil, 1969-1973.
  • Droit de la faillite, 1974.
  • Le mystère du processus, Milano, Adelphi, 1994 (à titre posthume).

Autres essais et littérature

  • de profundis, Padoue, Cedam, 1948-Milan, 1980 - Nuoro, 2003.
  • Jour du Jugement dernier, Padoue, Cedam, 1977. 1978. -Adelphi, Milano, 1979. 1990.- Milan, Euroclub, 1979.-Gruppo Editoriale Fabbri-Bompiani-Sonzogno-ETAS 1982.
  • la véranda, Milano, Adelphi, 1981 - Milan, Euroclub, 1982.- par A. M. Morace, Nuoro, Ilisso 2002.

notes

bibliographie

  • U. Nicolini, La lecture du "De Profundis" par Salvatore Satta, "Humanitas", IV, 1949.
  • F. Martinazzoli, de profundis, "Les études de la Sardaigne", IX, 1950.
  • E. Pera Genzone, Salvatore Satta, "De Profundis", "Philosophie", en Avril de 1981.
  • F. Pappalardo La Rosa, Sur la véranda, les âmes mises à nu, "L'humanité", 21/07/1981.
  • R. Morabito, L'histoire sans histoire de Salvatore Satta, en parole et l'écriture, Rome, Bulzoni, 1984.
  • N. De Giovanni, Les routes submergées-écriture Salvatore Satta, Cagliari, Gia Publishing, 1984.
  • G. Mameli, écrivains sardes du XXe siècle, Cagliari, EdiSar, 1989.
  • M. G. Longhi, Eloge de Judgment Day: essais d'analyse textuelle, S.L., Editions mer, 1990.
  • U. Collu (ed) Salvatore Satta giuristascrittore, Actes de la Conférence internationale des études "Salvatore Satta giuristascrittore" Nuoro 6 à 9 Avril 1989 Nuoro, Consortium pour la lecture publique "S. Satta", 1990.
  • Giulio Angioni, anthropologue relisant « jour du jugement », U. Collu en 1990 (voir ci-dessus), p. 283-290.
  • Cristina Lavinio, Le jour du jugement de Salvatore Satta, en Raconter une île. Langue et le style des écrivains sardes, Rome, Bulzoni, 1991, p. 111-120.
  • Cristina Lavinio, L « (voiture) ironie oxymore d'un « dieu ridicule », dans Id. Raconter une île, Rome, Bulzoni, 1991, pp.121-150.
  • B. Bigi, Les autorités de la langue: pour une nouvelle lecture de l'œuvre de Salvatore Satta, Ravenne, Longo 1994.
  • V. Gazzola Stacchini Comme dans un cas. Salvatore Satta vie, Rome, Donzelli, 2002.
  • B. Pischedda, « Maintenant que la terre les couvre tous »: S. Satta, Le jour de giudzio, en La grande soirée de romans apocalyptiques du monde dans l'Italie du bien-être, Aragno, Torino 2004, p. 29-83.
  • B. Pischedda, Les ordres du jour Satta, en Mettre le jugement. 25 occasions de la critique militante, Diabasis, Reggio Emilia 2006, pp. 29-33.
  • (DE) Klaus Lüderssen: Die Düstere Poèmes des Paradoxen im Recht. Juristen sollten Littérature studieren; Kafka, der Dichter des "Prozesses" hatte und europäische Verwandte à Tadeusz Breza Salvatore Satta. dans: FAZ, Nr. 36 vom 11. Februar 2006, S. 45.
  • (DE) Maria Schäfer: Studien zur modernen sardischen Littérature. Die Menschen- und bei Landschaftsdarstellung Grazia Deledda, Salvatore Satta, Giuseppe Dessi und Gavino Ledda. Dissertation, Universität Saarbrücken 1986.
  • Antonio Delogu, Giuseppe Capograssi entre Salvatore Satta et Antonio Pigliaru à Antonio Delogu et Aldo Maria Morace, eds, L'expérience et la vérité, Il Mulino, 2009;
  • Antonio Delogu, Les racines phénoménologique-capograssiane avocat-écrivain Satta en Salvatore Satta avocat écrivain, Nuoro, Consortium pour la lecture « S. Satta », 1990;
  • Antonio Delogu, Jugement et punition Salvatore Satta en U. Collu, eds, Salvatore Satta, au-delà de jugement. Le droit, le roman, la vie, Donzelli, 2005;
  • Antonio Delogu, La justice et la peine de Salvatore Satta en Journal de la philosophie du droit international, 2007 N.4.
  • Cristina Lavinio, Ex ungue leonem. stimuli éducatifs du fragment au texte, en Jour du Jugement. Zones et modèles de lecture, édité par M. Masala et V. Serra, AIPSA Editions, Cagliari, 2012, pp. 123-135.
  • Giulio Angioni, Le lieu du jugement, en Le doigt levé, Palerme, Sellerio, 2012, pp. 186-191.
  • Francesco Casula, la littérature et la civilisation de la Sardaigne, vol.I, Graphics Parteolla Publisher, Dolianova, 2011, pp. 179-189.
  • Emanuele Cutinelli-Rendina, Les résultats des hommes et du jugement de Dieu dans les récits de Salvatore Satta, en Le droit et le mauvais. La sévérité de la loi et la légèreté supportable des arts, par R. Cavalluzzi, P. et R. Guaragnella Ruggiero, Lecce, pensez, 2012, pp. 333-50.

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Salvatore Satta
autorités de contrôle VIAF: (FR39383997 · LCCN: (FRn79072810 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 051832 · ISNI: (FR0000 0001 2128 7838 · GND: (DE119039397 · BNF: (FRcb11923750g (Date)