s
19 708 Pages

dimanche de la Trinité
Sainte Trinité icon.jpg
nom d'origine dimanche de la Trinité
Type de célébration solennité religieux
date Premier dimanche après Pentecôte
période Temps ordinaire
plus tard Pentecôte
célèbre 23 pays
religion Christianisme
Objet de la célébration Mystère du Dieu trinitaire, et un seul, Père, Fils et Saint-Esprit.
Date de création première moitié de XIVe siècle

la Solennité de la Sainte Trinité (Souvent appelé simplement Sainte Trinité, ou SS. trinité) Il est fête mobile dell 'Année liturgique de l'Église catholique.

l'anniversaire

en rite romain, aussi bien dans la forme ordinaire dans laquelle forme extraordinaire, Il tombe le dimanche après Pentecôte. Il fait donc partie du temps par an; sous la forme ordinaire, où cette fois est dit en italien Temps ordinaire, prend la place du premier dimanche de la deuxième partie du temps ordinaire, à savoir la partie qui est célébrée après la Pentecôte.

son couleur liturgique est le blanc, la couleur exprime aussi la joie de l'Église pour célébrer la simplicité et la pureté de l'essence divine.[citation nécessaire]

L'emplacement de la Solennité de la Sainte Trinité après celle de Pentecôte, mémoire de la descente Saint Esprit sur Apostoli, pouvez-vous expliquer:[citation nécessaire]

  • avec le fait que la Evangile de Matthieu Elle se ferme précisément avec l'exhortation ressuscité la mission évangélisatrice dans le signe de la Trinité:
" Allez donc et faites des disciples de toutes les nations, les baptisant au nom de père et fils et Saint Esprit, leur enseignant à observer tout ce que je vous ai commandé. »   (Matthieu 28,19-20)
  • ou avec la considération que, depuis la Trinité révèle pleinement avec la descente de l'Esprit Saint sur les apôtres le jour de Pentecôte, La Trinité elle-même peut enfin être célébré.

Dans ce dernier sens est la Pentecôte qui permet à la célébration Sainte Trinité de la Pentecôte cette fin est largement reconnue au début du numéro 732 Catéchisme de l'Église catholique« En ce jour, il est pleinement révélé à la Sainte Trinité. »

histoire

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Trinity (Christianisme).

la dogme Trinitaire avait déjà été implicitement codé dans l'Eglise depuis l'époque de Symbole des apôtres, datant au plus tard IVe siècle:

« Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, [...] et en Jésus-Christ, son Fils unique [...]. Je crois en l'Esprit Saint [...]. »

Néanmoins, jusqu'à ce que 'huitième siècle l'Eglise n'a pas célébré tout événement spécifique en l'honneur de la Trinité; d'autre part, l'existence du Dieu trinitaire, et un seul a été reconnu, commémoré en permanence, même seulement avec le Signe de la Croix.

Le premier témoignage au sujet provient de Monaco Alcuino di York, a décidé que la rédaction d'un mise en service Votives en l'honneur du mystère de la Sainte Trinité, paraît-il, dans les communautés d'intention avec San Bonifacio, apôtre de Allemagne. Cette messe était encore qu'une affaire privée, une aide à la dévotion personnel, au moins jusqu'à ce que 1022, quand il a été officiellement reconnu par le Conseil de Seligenstadt.

en 920, Pendant ce temps, Stefano évêque de suzerain avait mis en place dans son diocèse un festival dédié à la Sainte Trinité, puis, grâce à l'autonomie accordée aux évêques, il était donc pas exclusivement Saint-Siège création de nouveaux partis; pour cette célébration a dû composer un office liturgique. Son successeur, RICHIERO, a gardé les festivités qui vont avec le temps d'étalement, grâce aussi à l'ordre monastique, en particulier Berno, abbé de Reichenau au début de 'XIe siècle, de sorte qu'un document 1091 dell 'Abbaye de Cluny Il certifie que sa célébration était déjà bien établie.

Dans la seconde moitié de 'XIe siècle, Le pape Alexandre II Il a exprimé son opinion sur ce festival: tout en notant son large déploiement, ne considéraient pas comme obligatoire pour l'Eglise universelle, au fait que « tous les jours la Trinité adorable est sans cesse invoquée par la répétition des mots: Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto, et dans beaucoup d'autres formules de louange "[1].

Néanmoins, le parti a continué dans sa propagation à travers le Angleterre, pour le travail Saint-Thomas de Canterbury, en France, grâce à 'ordre cistercien, si bien que, au début de deux cent, abbé Ruperto Il dit:

« Immédiatement après avoir célébré la solennité de la venue de l'Esprit Saint, chantons la gloire de la Sainte Trinité dans le bureau du dimanche qui suit, et cet arrangement est très approprié, car juste après la descente de l'Esprit divin a commencé à prêcher la foi et, dans le baptême, la foi, la confession du nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

(Ruperto abbé, De l'Office divin, I, XII, c. la[1])

Compte tenu de la reconnaissance de facto de ces célébrations dans de nombreuses parties de l'Eglise, Papa Giovanni XXII, dans la première moitié de trois cents, dans un décret sanctionné que Eglise catholique Il a accepté la fête de la Sainte Trinité et étendue à toutes les Églises locales, en le plaçant dans le premier dimanche après la Pentecôte.

Malgré le lien avec la Pentecôte, la fête de la Trinité, elle n'a jamais fait partie de la saison de Pâques. Dans le Missel de Jean XXIII la saison de Pâques se termine après la messe le samedi après la Pentecôte, le « Sabbat Temporum Pentecostes Quatuor ». Cette masse a une forme longue et une courte; Après la forme courte, le Missel lit comme suit: Poster Missam de la paschale tempus (Après la messe se termine la saison de Pâques). Pour être précis, la saison de Pâques a terminé à la neuvième heure du dit samedi, comme en témoigne la lettre c) des 76 rubriques générales: Missel. Le Missel se place la fête de la Sainte Trinité au début de Tempus par an après Pentecosten (Temps entre l'année après la Pentecôte).

Avec l'introduction de Missale Romanum de Paul VI, en 1970, il a été décidé de rétablir la durée de la saison de Pâques bibliquement certificats dans les 50 jours: le premier jour du temps par an après la Pentecôte devint donc le lundi après la Pentecôte, mais la solennité de la Trinité est resté situé au premier dimanche après la Pentecôte.

La célébration eucharistique

Les lectures de cette fête, pour rite romain sous forme ordinaire, ils sont les suivants:

  • Année A:
première lecture Livre de l'Exode (34,4-6.8-9)
deuxième lecture Deuxième épître aux Corinthiens (13,11-13)
gospel Jean (3,16-18)
  • Année B:
première lecture Livre du Deutéronome (4,32 à 40)
deuxième lecture Lettre aux Romains (8,14 à 17)
gospel Matthieu (28,16-20)
  • année C
première lecture Livre des Proverbes (8,22 à 31)
deuxième lecture Lettre aux Romains (5,1-5)
gospel Jean (16,12-15)

Les lectures de cette fête, pour rite romain sous forme extra-ordinaire, ils sont les suivants:

première lecture Lettre aux Romains (11,33-36)
gospel Matthieu (28,18 à 20)

notes

  1. ^ à b Source: Dom Prosper Guéranger, La fête de la Sainte Trinité, consulté le 17 mai 2008.

bibliographie

  • Dom Prosper Guéranger, La fête de la Sainte Trinité, par idem, L'Année Liturgique, II. saison de Pâques et après la Pentecôte, traduit par L. Roberti, P. Graziani et P. Suffia, Alba 1959, p. 352-368

Articles connexes

  • Année liturgique
  • Christianisme
  • Trinity (Christianisme)

D'autres projets

autorités de contrôle GND: (DE4541333-2