s
19 708 Pages

azulène
formule structurelle
nom UICPA
bicyclo [5.3.0] décapentaène
Caractéristiques principales
Formule moléculaire ou moléculaire C10H8
masse moléculaire (u) 128,18
apparence solide violet
CAS 275-51-4
Einecs 205-993-6
PubChem 9231
SOURIRES C1 = CC = = CC = C2C C2C = C1
propriétés physico-chimiques
solubilité en eau insoluble
Point de fusion 97 ° C (370 K); sublimés
point d'ébullition 241 ° C (514 K); se décompose
propriétés thermochimiques
ΔfaH0 (KJ mol ·-1) 212,3
Consignes de sécurité
symboles de danger chimique
dangereux pour' src=
phrases H 411
Conseils P 273 [1]

L 'azulène (à partir de espagnol azul, Bleu) est un hydrocarbure aromatique, isomère la naphtaline. A température ambiante, se présente sous forme d'un solide cristallin de couleur intermédiaire entre le bleu-violet et noir, insoluble dans l'eau.

Azulène est déjà connu depuis le XVe siècle chromophore bleu obtenu à partir de distillation à la vapeur de camomille. Il a été découvert en achillée et« absinthe et le nom lui a été donné en 1863 par Septimus Piesse. Sa structure a été rapporté par Lavoslav Ružička, et son synthèse organique Elle a été réalisée pour la première fois en 1937 par Placido Plattner.

Dans la nature, il y a des terpénoïdes tels que les sesquiterpènes isomères vétivazulène (2-isopropyl-4,8-dimetilazulene) et guaiazulene (7-isopropyl-1,4-dimetilazulene).

Structure et propriétés

La molécule est plane et se compose de deux noyaux condensés, un à cinq atomes de carbone carbone, l'autre est un 7.

Tant la couleur que le appréciable moment dipolaire 1,08 ré[2] dell'azulene sont à attribuer à la structure: avec le transfert d'une paire de électrons à 7 atomes cycliques dans celui à 5, les deux anneaux semblent être stabilisée parce aromatique 6 électrons; Ce phénomène crée un excès de bureau négatif sur le cycle à 5 atomes de carbone et un excès de charge positive sur l'anneau à 7. Une autre caractéristique particulière de ce composé est la violation de règle de Kasha car il présente une fluorescence à partir de niveau d'énergie électronique excité (S2 → S0) Pour une plus grande énergie du premier état électronique excité S1.[3]

transfert de charge et moment dipolaire dans la molécule' src=

Cependant, il est un composé métastable. À long terme, l'ordre des années, a tendance à réarranger transformé en naphtalène plus stable.[4]

Synthèse organique

Les voies de synthèse pour l'azulène ont longtemps été un centre d'intérêt en raison de sa structure inhabituelle. En 1939, la première tentative a été rapportée par S. Pfau et P.Plattner[5] de indène et diazoacetato d'éthyle.

Une autre synthèse implique l'annulation en cyclopentadiène avec synthons insaturé à cinq atomes de carbone.[6] L'approche alternative cycloheptatriène Il est connu depuis longtemps, de laquelle un procédé illustratif est représenté ci-dessous:[7]

azulène
Première étape:cycloaddition [2 + 2] cycloheptatriène avec dichloro cétène. 2ème: Insertion diazométhane 3ème: déshydrohalogénation avec DMF 4: réduction de l'alcool avec Luche le borohydrure de sodium 5ème: une réaction d'élimination avec un réactif de Burgess 6 °: oxydation avec p-chloreaniline 7ème: déshalogénation avec polyméthylhydrogénosiloxane, le palladium (II) acétate, phosphate de potassium et le liant DPDB

buts

Trouvez principalement utilisé comme colorant et dans l'industrie des cosmétiques.

en chimie organométallique, azulène agit comme un liant pour les centres métalliques d'une valence inférieure, qui sont également connus pour former des complexes avec les ligands cyclopentadiényl et cycloheptatriényle. Certains complexes sont illustratifs (azulène) Mo2(CO)6 et (azulène) Fe2(CO)5.[8]

notes

  1. ^ Sigma-Aldrich; rev. de 03.11.2011
  2. ^ Arthur G. Anderson et Bernard M. Steckler, Azulène. VIII. Une étude de l'absorption visible et Spectra Moments dipolaires de quelques 1- et 1,3-substitués Azulenes1,2, en Journal de l'American Chemical Society, vol. 81, nº 18, Septembre 1 1959, pp. 4941-4946, DOI:10.1021 / ja01527a046. Récupéré le 11 Juillet, 2016.
  3. ^ Nicolas Tétreault, Rajeev S. Muthyala et Robert S. H. Liu, Contrôle des propriétés photophysiques de polyatomiques Molécules par substitution et solvatation: Le deuxième Excité singulet de Azulene, en Le Journal of Physical Chemistry A, vol. 103, nº 15 1er Avril, 1999, p. 2524-2531, DOI:10.1021 / jp984407q. Récupéré le 11 Juillet, 2016.
  4. ^ Carl Salter et James B. Foresman, Et naphtaline Azulene I: Semimicrobalances bombe calorimétrique et Quantum calculs mécaniques, en Journal of Chemical Education, vol. 75, nº 10 1er Octobre 1998, p. 1341, DOI:10.1021 / ed075p1341. Récupéré le 11 Juillet, 2016.
  5. ^ (FR) Saint-Alexander Pfau et Pl. A. Plattner, Zur Kenntnis der flüchtigen Pflanzenstoffe VIII. Synthese des Vetivazulens, en Helvetica Chimica Acta, vol. 22, nº 1, 1 Janvier 1939, p. 202-208, DOI:10.1002 / hlca.19390220126. Récupéré le 11 Juillet, 2016.
  6. ^ Klaus Hafner; Klaus-Peter Meinhardt (1990). "Azulene". Org. Synth .; Coll. Vol. 7, p. 15
  7. ^ Approche des Blues: Une Route très flexible au azulènes Sébastien Carret, Blanc Aurélien, Yoann Coquerel, Mikaël Berthod, Andrew E. Greene, Jean-Pierre Després Angewandte Chemie International Edition Volume 44, numéro 32, pages 5130-33 2005 Résumé
  8. ^ (FR) Melvyn R. Churchill, Métal transition Complexe de azulène et Ligands connexes, en Les progrès en chimie inorganique, John Wiley Sons, Inc. 1 Janvier 1970, pp. 53-98, DOI:10.1002 / 9780470166123.ch2, ISBN 9780470166123. Récupéré le 11 Juillet, 2016.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers azulène

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4143826-7