s
19 708 Pages

Institut central pour les produits sonores et audiovisuelles
logo ICBSA.jpg
état Italie Italie
type organisme public
Sigla ICBSA
établi 1928
directeur Massimo Pistacchi
siège Rome
adresse Via Michelangelo Caetani, 32
site Web

L 'Institut central pour les produits sonores et audiovisuelles (déjà État Disco) Il est organisme public Italien né en 1928 dans le but de recueillir le son patrimoine italien.

histoire

La naissance de l ' « Etat de Disco »

L'institut est né à la suite de la collection de documents phonographiques par Rodolfo De Angelis, auteur et chanteur de chansons très populaires, bien connu dans les milieux de avant-gardes futurologue et dans le théâtre en général. De sa propre initiative, De Angelis a commencé à recueillir des « mémoire future » de disques à 78s les voix qu'il pensait digne d'être transmis à la postérité. Ce travail aurait été, dans les idées futuristes de l'auteur, la base d'un projet plus vaste, qui serait ensuite effectuée par une institution publique (encore à créer).

En 1927, De Angelis a vendu sa collection à l'Association nationale des anciens combattants mutilés et handicapés, ce qui a entrepris de défendre sa proposition d'étendre les archives sonores. Le 10 Août 1928, a ainsi approuvé une loi qui a constitué une bibliothèque enregistrement Etat, « [r] itenuta nécessité absolue et urgente de réglementer et de développer [...] la collecte et la diffusion de phonographe reproduisant la voix des citoyens méritants italiens la mère patrie ".

les années trente

Le premier directeur de l'Institut, Gavino Gabriel, grandement contribué à déterminer les besoins et les intentions de Disco: de sa propre initiative, en 1934, une loi a été adoptée qui a étendu l'activité à « tout dans l'intérêt de la culture scientifique solide, l'art et la littérature » et, plus particulièrement, la collection de chansons et dialectes de toute l'Italie et les colonies, ainsi que les études glottologie et histoire. De plus, l'Institut a également commencé une collection d'instruments de reproduction sonore, à travers le don de frères Loreto, des représentants de l'Italie gramophone (Février 1938).

Le 1er Avril 1935, la responsabilité de l'Etat Disco a été assumée par le Secrétariat d'Etat à la presse et la propagande, puis aller à Ministère de la culture populaire en 1939. Par la même loi, le Disco a une nouvelle expansion de ses activités, en particulier en relation avec l'étiquette de musique de production de plus en plus.

De la Seconde Guerre mondiale à 2000

en raison de Guerre mondiale, Les activités de l'institut ont été suspendus et ses actifs cédés à l'Italie du Nord (transfert qui a causé la perte d'une partie des archives). En 1948, les activités ont été réorganisées et ont repris à Palazzo Mattei di Giove Rome (qui abrite encore l'institut) et la discothèque a été placée sous le contrôle de Présidence du Conseil des ministres.

En 1975, il fait partie de la nouvelle formation Ministère du patrimoine culturel et environnemental.

En 1999, le Disco a acquis une autonomie scientifique, organisationnelle, administrative et financière, ainsi que la création sécurisée du musée de l'audiovisuel, afin de « recueillir, préserver et assurer une utilisation publique du matériel audio, audiovisuel, multimédia , selon des méthodes traditionnelles ou des technologies de pointe ». En 2004, le processus a été conclu avec la cession au dépôt légal de tous les biens sonores et audiovisuels compulsory Disco produits et distribués en Italie.

La réforme de 2007

Le 26 Novembre 2007, l'État enregistrement bibliothèque a été transformée en Institut central pour les produits sonores et audiovisuelles (pris officiellement la Disco, qu'il a acquis « les compétences, les ressources humaines, financières et matérielles, l'équipement et le matériel technique et documentaire « ).

Le 6 Juillet 2012, l'Institut a été déclaré aboli par Montagnes du Cabinet, mais en réponse à une mobilisation de diverses associations de l'industrie[1] la décision a été annulée le 7 Août.

notes

  1. ^ Italie sans mémoire audiovisuelle, « Pas de fermeture de l'Etat Disco ', unité, 12 juillet 2012. 9 Septembre Récupéré, 2016.

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR167897491 · LCCN: (FRn79058366 · ISNI: (FR0000 0001 2290 0825 · GND: (DE1016825-4 · BNF: (FRcb13968193d (Date) · BAV: ADV10256131