s
19 708 Pages

L 'huit pour mille (Souvent abrégé en 8xmille) Est la part de taxe sur le sujet du revenu impôt sur le revenu, que État italien Il distribue, selon les choix effectués dans les déclarations de revenus, entre eux et les confessions religieuses qui ont signé un accord. Il a été introduit par l'art. 47 de la loi 222 du 20 mai 1985,[1] la mise en œuvre de la 'Accord de Villa Madama la 1984 entre la République italienne et Saint-Siège, la qualité du représentant Eglise catholique. La norme définit les domaines dans lesquels les bénéficiaires de huit pour mille peuvent utiliser les fonds reçus, ainsi que la méthode de calcul de ces frais.

Les contribuables ne sont pas tenus d'exercer l'option pour objectif obligatoire de huit pour mille. Cependant, même les huit pour mille en recettes fiscales de ceux qui ne font pas un choix ou qui est exempté de déclaration de revenus répartis entre les bénéficiaires au prorata des choix exprimés (en moyenne 42,73% des contribuables ont exprimé un choix entre 1990 et 2007) et sous réserve de renonciation unilatérale du même.

en 2014 la Cour des comptes Elle a constaté que les fonds alloués aux religions sont « les seuls qui, dans l'éventualité d'une forte réduction des dépenses publiques dans tous les domaines, ont considérablement et augmenté de façon constante. » « Au fil du temps, le flux d'argent avéré être si élevé qui garantissent l'utilisation des sommes importantes à des fins autres que » donner vie « à un renforcement économique sans précédent de l'Eglise italienne »[2].

histoire

La relation entre le État italien et les divers confessions peut être tracée sur son territoire à dos Statut Albertin 1848 (première en vigueur seulement Royaume de Sardaigne, puis étendue à la naissante Royaume d'Italie). Article 1 du Statut Albertino portait tout culte conformément aux lois et a reconnu la catholicisme comment religion d'État.

avec Accords du Latran la 1929, que les relations entre codés État italien et Eglise catholique, l'Etat est engagé à payer le salaire clergé Catholique à travers le mécanisme de Congrua. Ce mécanisme a été fondé sur la reconnaissance du préjudice économique subi par en raison des nombreux catholiques la confiscation des biens de l'église au cours du XIXe siècle, avec l'application de lois Siccardi 1850, les lois Rattazzi de 1854 et 1855, ceux qui ont établi la 'renversement de l'axe ecclésiastique la période 1866-1867 et l'annexion de États pontificaux le royaume d'Italie en 1870 à la suite de violation de Porta Pia.

en 1948 la constitution sanctionné républicain (art. 3) l'égalité des individus sans distinction de religion. Ainsi, il a été aboli de facto la religion d'État[Cette déduction « de facto » est infondée]. L'officier est l'abolition 1984 (Protocole additionnel, point 1) avec la révision des Accords du Latran et dans le jugement n ° 203/1989 de Cour constitutionnelle, fixant la laïcité comme principe suprême de la règle.

en signant nouveau Concordat (18 Février 1984) Entre l'époque Président du Conseil italien Bettino Craxi et le secrétaire d'État Vatican Agostino Casaroli il a été déterminé que le soutien de l'Etat à l'Eglise (conçu par le ministre, puis du budget Paolo Cirino Pomicino) Se produisent dans le contexte de la déconcentration d'une fraction du total des recettes impôt sur le revenu (Huit pour mille, en fait) par l'Etat à l'Eglise catholique et d'autres confessions (à des fins religieuses ou caritatives) ou le même état (à des fins sociales ou caritatives), en fonction des options exprimées par les contribuables sur la déclaration de revenus . La question a ensuite été réglée par la loi n °. 222 du 20 mai 1985 et décrets ultérieurs et circulaires.

Dans les années qui ont suivi l'État italien a signé des accords similaires avec:

  • la Assemblées de Dieu en Italie, en 1986;
  • la Église adventiste du septième jour, en1986;
  • l 'Union des églises vaudoises et méthodistes, en 1993;
  • la Église évangélique luthérienne en Italie, en 1995;
  • l 'Union des communautés juives italiennes, en 1996.

au 2013 Il y avait neuf confessions religieuses qui peuvent recevoir les huit pour mille. en 2016 Ils sont devenus douze.

D'autres accords avec d'autres dénominations ont été signés et sont en attente de ratification parlementaire.[3] Aucune de ces préoccupations des différentes organisationsIslam en Italie[4].

bénéficiaires Sujets

Ils participent à l'allocation de huit pour mille des recettes fiscales sur le revenu:

  • la état
  • la Eglise catholique, en vertu de 'Accord de révision du Latran la 1984[5] contribue à la répartition des contingents non-dits.
  • la Eglise vaudoise, l'Union des Églises méthodistes et vaudoises[6] avec Loi 8 Juin 2009, n. 68 contribue à la répartition des actions ne sont pas exprimés à partir de 2010
  • l 'Union des Églises chrétiennes adventiste du septième jour du septième jour[7] contribue à la répartition des contingents non-dits.
  • la Assemblées de Dieu en Italie (Pentecôtiste)[8] contribue à la répartition que pour les actions exprimées, alors que la renonciation en faveur de l'Etat pour la partie des actions non exprimé.
  • l 'Union des communautés juives italiennes[9] contribue à la répartition des contingents non-dits.
  • la Église évangélique luthérienne en Italie[10] contribue à la répartition des contingents non-dits.
  • l 'Union de l'Italie chrétienne baptiste évangélique, qu'en dépit d'avoir conclu un accord avec l'État,[11] Il a refusé de recevoir des fonds pour huit pour mille jusqu'en 2012. Avec la Loi 12 Mars 2012 so. 34[12] contribue à la répartition des actions non émises en 2013.
  • la Saint-archidiocèse orthodoxe de l'Italie et pour l'Europe du Sud Exarchat[13] contribue à la rupture de 2013 également pour les actions non exprimés.
  • la Église apostolique en Italie (Pentecôtiste)[14] contribue à la rupture en 2013 uniquement pour les actions exprimées, alors que la renonciation en faveur de l'Etat pour la partie des actions non exprimé.
  • l 'Union bouddhiste italienne[15] contribue à la division, même pour les actions non exprimées, après l'entrée en vigueur de la loi du 31 Décembre 2012, n. 245[16] à partir de 2014.
  • l 'Union hindoue italienne[17] contribue à la division, même pour les actions non exprimées, après l'entrée en vigueur de la loi du 31 Décembre 2012, n. 246[18] à partir de 2014.
  • Institut italien bouddhiste Soka Gakkai[19], contribue à la rupture[20][21], même pour les actions non émises, après l'entrée en vigueur de la loi du 28 Juin 2016, n. 130, à partir de 2017.[22]

Ces différentes confessions religieuses et catholiques ont conclu des accords avec l'Etat en vertu de l'art. 8[23] de constitution.[3]

la Congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah, Il a conclu un accord[24]. L'accord entrera en vigueur après la ratification parlementaire. Dans la législature XVI, la commission des affaires constitutionnelles de la Chambre a examiné le projet de loi de mise en œuvre de l'entente avec la Congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah en Italie, sans aboutir à son approbation.[25]

la L'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours[26] (Mormons) a refusé de participer à la distribution.

prêts

Les raisons pour lesquelles les églises individuelles peuvent utiliser les fonds qui leur sont alloués sont d'accord sur la compréhension selon laquelle ils ont été admis au financement.

état

Le gouvernement a consacré à la gestion des fonds publics se rapportant à une section de son site Web, où vous pouvez consulter la liste des activités soutenues au cours des années précédentes, est un candidat pour recevoir des fonds pour les activités qui entrent dans les catégories.

Article. 48 de la loi n. 222/1985 établit que les quotas sont utilisés par l'Etat à des mesures extraordinaires (problèmes de faim dans le monde, les catastrophes naturelles, l'aide aux réfugiés ...).

avec droit financier la 2004 il a été déterminé que la part dévolue à l'Etat de 80 millions d'euros est transféré dans les dépenses ordinaires. Cette décision a suscité la controverse, parce qu'en 2004, avec une partie des fonds de la mission militaire a été financée en Irak (Mission ancienne Babylone)[27][28]. La déduction a été augmenté à 86.624.731 € avec financier 2005 pour le décaissement de l'année 2009, y compris la déclaration 2006[29].

De plus polémique a surgi avec la crise financière 2008. Le retour de 60 millions d'euros à l'objectif initial était prévu dans la loi de finances gouvernement Prodi, mais il a été annulé par la manœuvre Juillet gouvernement Berlusconi afin d'exempter tous les citoyens par ICI sur les résidences principales.

En 2010, les montants alloués à l'État dans les déclarations de revenus 2007, la déduction a été ramené à 7.461.241 €[30].

En 2011, les montants alloués à l'État dans les déclarations de revenus de 2008, le gouvernement, faute de ressources financières, a décidé d'affecter le montant total, environ 145 millions €, à des fins autres que celles couvertes par la Loi no. 222/1985. En fait, avec D.L. n. 211/2011 a été soustrait du quota réservé à l'Etat pour 2011 la somme de 57.277.063 € pour l'ajustement, la mise à niveau et la modernisation des infrastructures carcérales[31], tandis qu'un autre 64 millions d'euros ont été alloués à la protection civile pour les besoins de la flotte d'avions lutte contre les incendies[32].

L'Etat ne fait pas de publicité pour ottopermille et certains disent que cela explique la effondrement des préférences pour l'État: le pourcentage est passé de 23% en 1990 à 8,3% en 2006.[33] Les établissements à but non lucratif qui veulent avoir accès aux fonds doivent soumettre une proposition spéciale avant le 15 Mars de chaque année. pour la 2008 Ils ont suivi les modalités visées à l'D.P.C.M. 23 novembre 2007.

Les données ci-dessus font référence aux fonds collectés durant l'année 2004 (par rapport aux revenus déclarés en 2001). Lorsque les données ne sont pas disponibles, ils ont utilisé les informations des années précédentes. En 2004, l'Etat a reçu environ 100 millions d'euros. Parmi ceux-ci:

  • 80 millions ont été transférés au budget général,
  • 20 millions ont été distribués pour des mesures extraordinaires dans les domaines prévus par la loi, comme suit:
    • rétention 44,64% du patrimoine culturel catholique,
    • catastrophes naturelles, 24,73% des
    • préservation 23,03% du patrimoine culturel civil,
    • la faim 4,44%,
    • 3,16% l'aide aux réfugiés.

Avec la loi. 147 du 27 Décembre, 2013 (loi sur la stabilité 2014)[34] il a été décidé la possibilité de passer huit pour mille destinés à l'Etat d'une action urgente sur la sécurité des installations scolaires. Plus précisément, il est ajouté comme cible possible de la partie réservée à l'Etat de « interventions liées à la restructuration, l'amélioration, en toute sécurité, réglage de l'énergie sismique et l'efficacité des bâtiments de propriété publique utilisée à l'école » .

La répartition du financement de l'État peut être reconstruit depuis quelques années, par secteur, dans ces tableaux fournis par le gouvernement[35]

Le total du financement de l'État, par secteur, en millions d'euros
année 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2013
patrimoine culturel 68,5 64,2 13.9 7.9 - 32,8 - 26.2 108,5 281,5
les catastrophes naturelles 19,0 26.2 5.1 2.8 - 3.6 3.5 14.3 22.6 125,4
aide aux réfugiés 9.0 8.7 0,6 0,6 - 9.8 - 2.6 7.9 22,3
faim dans le monde 2.7 2.3 0,9 0,4 4.7 0,3 - 0,8 5.4 8.7
total 99,2 101,5 20.5 11,8 4.7 46,5 3.5 43,9 144,4 437,5

Pour les années 2011 et 2012 n'a pas rédigé le décret de la distribution de huit pour mille IRPEF pour diriger l'administration de l'État en raison du manque de ressources financières (voir. Appuyez sur la présidence associée du Conseil des ministres du 13 Janvier 2012 et le 26 Janvier 2013). Pour couvrir les frais liés à des intérêts plus élevés sur la dette publique, liée à l'émission d'obligations d'Etat pour le paiement de la dette publique de 17,1 millions d'euros en 2014 (559,5000000 à 576,6000000) et 70350000 de l'année 2015 (570,45000000 à 640,8000000) l'Etat a pris des mesures depuis à 2,1 millions en 2014 et 20 millions à partir de 2015 grâce à la réduction de l'autorisation des dépenses relatives aux « 8 pour mille IRPEF juridiction de l'État[36]. Il a été un projet de loi pour la cible de huit pour mille du produit de l'impôt sur le revenu à la promotion de la langue et la culture italienne à l'étranger[37], une autre destination pour le financement de haut contenu scientifique des projets de recherche visant à améliorer la qualité de vie[38] et un autre pour la destination à l'amélioration des interventions et la modernisation de l'enseignement Immobilier[39], ainsi que l'un sur l'obligation de divulgation, la diffusion et la propagande de l'Etat sur la part[40]. En Août 2013, la Chambre a engagé le gouvernement de ne pas attendre à utiliser dans les décrets à venir ou des factures des fonds huit pour mille d'Etat pour les couvertures de dépenses[41]. Les frais liés à l'exclusion des livres scolaires de l'ordre pour l'abolition partielle des 'TVA facilité, d'un montant de 35 millions d'euros à partir de 2014, le gouvernement a fait, comme 20 millions d'euros pour l'année 2014, par une réduction correspondante de l'autorisation de dépenses pour la partie allouée à l'État huit pour mille, et à 15 millions d'euros pour 2014 et 35 millions d'euros de l'année 2015[42]; De même, il a été décidé de déductions fiscales pour les mesures d'efficacité énergétique, la rénovation du bâtiment et l'achat de meubles[43], pour l'allocation aux familles des citoyens de l'UE résidant en Italie avec au moins trois enfants mineurs[44], pour les prêts à l'achat de nouvelles machines, installations et équipements par les petites et moyennes entreprises, pour l'extension du crédit d'impôt pour l'exposition la production, la distribution et le cinéma, des mesures visant à accroître la productivité ports, pour étendre la durée de paiement de la taxe sur les transactions financières et des mesures urgentes pour la relance du tourisme nautique et plaisance[45]. Des mesures urgentes pour la promotion de la musique par les jeunes artistes émergents et compositeurs, ainsi que des événements de divertissement en direct de plus petite échelle ont été financés à partir du 8x1000[46]. En Janvier 2014, la Chambre a engagé le gouvernement de prévoir la destination, le cas échéant, fournir des interventions de modification de la législation en vigueur, d'une part de 8 pour mille destiné à l'Etat pour le soutien aux politiques sociales de lutte contre la pauvreté[47].

Eglise catholique

Le montant reçu par l'Eglise catholique doit être utilisé « pour les besoins religieux de la population, le soutien du clergé, les interventions caritatives en faveur de la communauté nationale ou pays du tiers monde », comme l'exige l'art. 48 de la loi 222/1985. Chaque année, le Conférence épiscopale italienne publie le rapport sommaire des dépenses, ce qui montre la répartition des fonds entre les principaux éléments,[48] sans énumérer en détail les projets financés et les dépenses correspondantes.[49]

L'assemblée générale 66e CEI tenue 19 au 22 mai 2014 approuvé l'affectation des fonds relatifs à huit pour mille IRE attribué à l'Eglise catholique pour 2014, les fonds se sont élevés à EUR 1,055,321,320.67 dont 15,900,200.96 EUR que le solde de l'exercice 2011 et 1,039,421,119.71 EUR à titre d'avance de l'année 2014. les fonds ont été attribués comme suit (en millions d'euros):[50]

  • Besoins du culte et 433 pastorale (41,04%)[51]
    • les diocèses (pour le culte et pastorale) 156
    • culte bâtiment 120[52]
    • protection du patrimoine culturel ecclésiastique 60
    • Les besoins nationaux 42,95 de secours
    • Fonds pour la catéchèse et de l'éducation chrétienne 42,37
    • tribunaux ecclésiastiques régionaux (pour les cas de mariage) 12
  • Sustentation du clergé 377 (35,73%)[53]
  • bienfaisance interventions 245 (23,22%) de
    • diocèses (par organisme) 130
    • Tiers Monde 85
    • d'importance nationale a besoin de 30

En 2008, l'Eglise catholique a passé 22 millions d'euros dans la publicité, ce qui représente 2,33% des fonds pour cette année[54]. le cardinal Attilio Nicora, ancien président de 'Administration du patrimoine du Siège apostolique, dans une interview diffusée par la RAI le 30 mai 2010 Il a préconisé une augmentation du pourcentage de l'argent pour la charité (au moment d'une part de 20% estimée par lui-même), de sorte que l'allocation reflète le message véhiculé par la campagne publicitaire commandée par l'Eglise[55]. Le 2 Août, 2012 l 'Association pour les droits des utilisateurs et des consommateurs Il a déposé une plainte pour 'Autorité de la concurrence et le marché croyant que la campagne de publicité trompeuse en 2012, dans ce qui semble indiquer que tous les produits de 8 x 1000 pour l'Eglise catholique est destiné à des fins caritatives.[56]

Vaudoises et méthodistes

En 1993, les églises vaudoises et méthodistes ont décidé d'utiliser la loi et l'accès à prélever 8 pour mille IRPEF. En prenant cette décision du Synode, cependant, il a établi une directive. Il a établi que la somme résultante n'a pas été utilisé à des fins de culte, qui est, n'a pas servi à l'entretien des bergers et des activités culturelles de l'église, mais seulement pour des projets ayant trait au bien-être, le développement social et culturel, et qu'une partie correspondant à 30% total devrait être accordée aux projets dans les pays en développement en partenariat avec les organisations internationales religieux et laïcs.[57]

Chaque année est publié le rapport détaillé qui énumère tous les projets qu'elle finance et des dépenses.

En 2014, le huit pour mille des églises vaudoises et méthodistes a financé 1.164 projets, dont environ 50% à l'étranger pour un total de plus de 37 millions d'euros. Ce sont des projets sociaux, culturels et sociaux réalisés par des centaines d'associations de différentes orientations culturelles et religieuses[58].

Les fonds collectés en 2012, pour l'année 2008 se sont élevées à 14,2 millions d'euros, qui ont été ajoutés 0,7 M € de revenus d'intérêts et d'actifs. La répartition de la somme totale disponible, est élevé à 14,9 millions d'euros, ont été les suivants (chiffres en millions d'euros)[59]:

  • Les projets de charité en Italie 9,84 (69,3%)
    • 0,64 personnes âgées
    • le bien-être 1,53
    • la culture, la paix et les droits de l'homme 3.5
    • les enfants et les jeunes 1.4
    • 2.29 culture
    • Droits de l'Homme 0.1
    • 0.16 de formation professionnelle
    • 0,67 immigrés
    • 0.33 santé
    • 0.33 recherche
    • tremblement de terre Emilie-Romagne 0.3
    • fonds d'urgence 0.13
  • Projets de charité à l'étranger 4,05 (28,5%)
    • les personnes âgées et de la santé 1,22
    • les enfants et les jeunes 0,7
    • activités de développement et de production agricole 0,5
    • l'aide sociale 0,5
    • la culture, la paix et les droits de l'homme 0.26
    • 0,15 environnement
    • Heks projets Eto 0,32
  • Publicité 0,7 (5,0%)
  • Les charges d'exploitation et dépenses de personnel 0.13 (0,9%)

Église évangélique luthérienne

Le montant reçu de l'Église évangélique luthérienne est liée par la loi à l'appui de ses ministres du culte, à des besoins spécifiques de culte et de l'évangélisation et de l'action sociale, le bien-être, humanitaire et culturel en Italie et à l'étranger, être menée directement ou par la Communauté connecté avec elle.[60]

Chaque année, il a publié un compte des dépenses[61], qui montre la répartition des fonds entre les principaux éléments sans énumérer les projets spécifiques financés ou le montant correspondant.

Les fonds collectés en 2012 se sont élevés à 3.356.000 euros. Sur la somme totale disponible ont été distribués comme suit (en millions d'euros):[62]

  • Evangélisation 1538 (44,75%)
  • ministres 0,95 (27,63%)
  • mission à l'étranger 0,36 (10,4%)
  • Le travail social 0,28 (8,15%)
  • culture 0,2 (5,91%)
  • la gestion et la communication 0,14 (4,9%)

Union des communautés juives

Sur la base de l'entente 1996, l'Union des communautés juives italiennes alloue les sommes consacrées à des fins institutionnelles d'une institution visées à l'article 19 de la loi le 8 Mars 1989, n. 101, en particulier en ce qui concerne les activités culturelles, la protection des initiatives historiques, artistiques et culturelles, ainsi que social et humanitaire vise en particulier à protéger les minorités contre racisme et l 'antisémitisme[63].

Selon le rapport sur la répartition des fonds sur la 2011 Le montant recueilli a été distribué de cette façon[64]:

ACTIVITÉ FINANCÉS
Cours de formation pour les enseignants
€ 5,000.00
Programme pour les jeunes d'apprendre sur Israël
€ 10,000.00
Amélioration maison de soins infirmiers personnes âgées
€ 16,000.00
Antisémitisme observatoire Portail
€ 40,000.00
Portail mémoire
€ 10,000.00
Projet de mémoire
€ 10,000.00
€ 60,000.00
Soins à domicile pour les personnes âgées
€ 16,500.00
Programme peri jeunes pour savoir Israël
€ 8,000.00
oy oy oy Festival culturel
12000 €
projet social pour assurer un camp d'été pour mal desservies
20000 €
Festival Kolnoa Rome
€ 10,000.00
Camp d'été à Ostie
€ 10,000.00
Education juive école supplémentaire
€ 10,000.00
résidus
€ 41,623.78
TOTAL
€ 219,623.78

Union Églises chrétiennes du septième jour adventiste

La somme reçue par les Églises chrétiennes adventiste du septième jour doit être utilisé pour « sociale, le bien-être, en Italie humanitaire et culturelle et à l'étranger, que ce soit directement ou par une entité établie à cet effet », comme il est prévu par l'article . 30 de la loi 516/1988.

Un site Web spécial donne un rapport détaillé pour l'année 2011[65], ventilées par type d'activité à la fois la distribution régionale, et une archive complète des rapports de toutes les années précédentes. Pour 2011, les adventistes, ils ont déclaré 5% des dépenses sous gestion et à la publicité, en 2003, le chiffre était de 7,5%.

Assemblées de Dieu

Les fonds sont destinés uniquement à des projets culturels et la solidarité en Italie et à l'étranger (activités de culte ne sont pas financés) .Le rapport relatif à 2012 donne les données suivantes (en euros)[66]:

  • Restant actif dans 31-12-2012: 689,377.26
    • Période active: 404,724.49
    • Du 31 Décembre report 2011: 285,152.77
  • Décaissements pour les interventions humanitaires aux personnes et associations en Italie: en 764,320.67
    • ADI-Aid (Distance adoption): 50,530
    • Soins aux personnes âgées: 413790
    • toxicomanes Assistance: 250 000

TOTAL (déduction faite des retenues) 1,169,138.61

Saint-archidiocèse orthodoxe de l'Italie et pour l'Europe du Sud Exarchat

Pour l'entretien des ministres, la construction et l'entretien des églises et des monastères, philanthropiques, charitables, scientifiques et culturelles ainsi être menées dans les pays étrangers.[22]

Union de l'Italie chrétienne baptiste évangélique

Pour des raisons sociales, le bien-être, humanitaire et culturel en Italie et à l'étranger.[22]

Union bouddhiste italienne

Pour les interventions culturelles, aussi sociale et humanitaire en faveur d'autres pays, ainsi que l'assistance et le soutien au culte.[22]

Église apostolique en Italie

Pour les interventions sociales, culturels et humanitaires, également en faveur d'autres pays étrangers.[22]

Union hindoue italienne

Pour la subsistance des ministres, les besoins du culte et des activités religieuses ou interventions religieuses et culturelles, l'aide sociale, humanitaire et peut-être aussi en faveur d'autres pays.[22]

Institut italien bouddhiste Soka Gakkai

Pour la réalisation des objectifs institutionnels de l'Institut et des activités visées à l'article 12, paragraphe 1, lettre a) de la loi 130 du 28 Juin 2016 ainsi que des interventions sociales et humanitaires en Italie et à l'étranger, des initiatives visant à promouvoir la paix, le respect et la défense de la vie sous toutes ses formes existantes et de protéger l'environnement.[22]

produit

Pour ses caractéristiques les huit pour mille mécanisme présente des particularités importantes. Être accroché à l'impôt, le revenu dépend des variables suivantes:

  • la PIB;
  • les tarifs impôt sur le revenu.

Bien que dans une économie mature comme la croissance du PIB italien est déterminé en grande partie par l'inflation (et donc le mécanisme pourrait préserver au fil du temps la valeur de ce qu'on entend distribution), le PIB, le chiffre d'affaires, est également déterminé par le changement en termes réels de la productivité par habitant.

Pour les années 1990-2010 montre les revenus canalisé à travers les huit pour mille confessions religieuses et l'État:

Le montant est exprimé en milliers d'euros. Les montants peuvent avoir des erreurs d'arrondi, car ils sont obtenus en divisant le montant alloué à l'Eglise catholique pour le pourcentage auquel il avait droit.

année produit
1990 398 000
1991 446 000
1992 529000
1993 573 000
1994 569000
1995 590 000
1996 653000
1997 680000
1998 756000
1999 839000
2000 904000
2001 897000
2002 961000
2003 1016000
2004 937000
2005 984 000
2006 930 000
2007 991278[67]
2008 1002513
2009 967538
2010 1067032
2011 1 118 677
2012 1 148 076
2013 1032667
2014 1054310[68]
2015 995462[69]
2016 1018844[70]
2017 986070[71]

La variation en pourcentage des montants est le résultat de:

  • La croissance du PIB inflationniste: l'inflation dans la période a entraîné une augmentation du PIB, ajusté pour tenir compte du pouvoir d'achat. Mesuré selon l'indice ISTAT 1990-2004, le rendement devrait apprécier d'environ 50 à 60%;
  • Croissance du PIB réel: PIB, corrigé de l'inflation, a augmenté d'environ 25% dans la période de 2004;
  • d'autres facteurs tels que la récupération de l'évasion et le changement de la charge fiscale.

Le partage des revenus

Chaque contribuable peut choisir la destination du dell'ottopermille des revenus impôt sur le revenu y compris:

  • état
  • Eglise catholique
  • Église adventiste du septième jour
  • Assemblées de Dieu en Italie
  • Union des Églises méthodistes et vaudoises
  • Église évangélique luthérienne en Italie
  • Union des communautés juives italiennes
  • Saint-archidiocèse orthodoxe et exarque pour l'Europe du Sud
  • Église apostolique en Italie
  • Union de l'Italie chrétienne baptiste évangélique
  • Union hindoue italienne
  • Union bouddhiste italienne
  • Institut italien bouddhiste Soka Gakkai

Le choix se fait en mettant sa signature dans la correspondance de l'établissement choisi.

La décision ne détermine pas la part de leur destination (contribuable de) des recettes fiscales, mais celle d'un taux moyen égal pour tous les citoyens. L'Etat adopte la procédure suivante:

  • détermine les recettes fiscales sur le revenu;
  • Il détermine le 8 pro mille;
  • compter le nombre de signatures des dix organismes;
  • huit pour mille actions entre les entités utilisant la formule suivante:
part ième
le nombre de signatures i-ème
revenu
Nombre total de signatures
allant de 1 à 10.

De cette façon, les choix des contribuables ont tous le même poids, quel que soit le revenu du contribuable.[72]

Huit pour mille, il ne sont pas expressément destinés par les contribuables

Exemption de présenter la déclaration pour certaines catégories de contribuables tels que, par exemple., Pensionnés sans autre revenu et le droit des autres à renoncer à l'exercice de l'option implique que les choix sont exprimés par une minorité. Le document le plus récent délivré par le ministère des Finances indique que seulement 42,79% des contribuables a fait un choix aux fins de la répartition des revenus 2015 déclarés en 2016[73].

Pourcentage de choix exprimé par année de la déclaration
année 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
exprimés choix 55,23 52,92 40,23 43,03 43,70 42,36 44,51 41,15 38,93 37,31 38,33 39,62 41,03 41,17 40,86 41,36 42,94 43,07 43,41 44,29 44,66 45,72 45,81 46,22 45,59 43,58 42,79

Même les huit pour mille IRPEF qui n'exerce pas l'option est déployée, à moins renonciation entre les bénéficiaires, proportionnellement aux choix exprimés. Aujourd'hui, 8 des 10 sujets accès l'allocation des quotas non-dit: la renonciation est exercée par l'Eglise apostolique en Italie, qui a choisi de ne pas participer à l'attribution des quotas non-dits et les Assemblées de Dieu en Italie, qui leur don à la place part à l'Etat.

Les dernières données officielles complètes sont les suivantes[74]:

bénéficiaires Année fiscale décaissé
Revenu en 2008 distribué en 2012 Revenu en 2009 distribué en 2013 Revenu en 2010 distribué en 2014 Revenu en 2011 distribué en 2015 Revenu en 2012 distribué en 2016
Les choix exprimés valides  % Choix du nombre des contribuables  % Des choix au total Les montants  % des montants Les choix exprimés valides  % Choix du nombre des contribuables  % Des choix au total Les montants  % des montants Les choix exprimés valides  % Choix du nombre des contribuables  % Des choix au total Les montants  % des montants Les choix exprimés valides  % Choix du nombre des contribuables  % Des choix au total Les montants  % des montants Les choix exprimés valides  % Choix du nombre des contribuables  % Des choix au total Les montants  % des montants
état 2492645 5,98 13,50 205765971 14,92 2547300 6,14 13,74 192172518 15,07 2533222 6.10 13,35 170347958 13,32 2904884 7,03 15,35 195612564 15,71 2786279 6,73 14,81 187173782 14,88
Eglise catholique début 15310750 36,72 82,92 1030646538 74,72 15198625 36,62 82,01 1004839287 78,79 15604034 37,60 82,24 1038915810 81,25 15185809 36,75 80,22 1013054493 79,94 15226291 36,77 80,91 1011841026 80,46
Réglage Eglise catholique 117430056 8,51 27828310 2.18 15394892 1,20 -17592045 7001740 0,56
Union des églises chrétiennes adventiste du 7e jour 31349 0,08 0,17 2112999 0,15 34,774 0,08 0,19 2328002 0,18 34793 0,08 0,18 2273892 0,18 35119 0,08 0,19 2399406 0,19 29448 0,07 0,16 2000922 0,16
Assemblées de Dieu en Italie 39579 0,09 0,21 1165704 0,09 43445 0,10 0,23 1270403 0,10 46740 0.11 0,25 1457185 0.11 48900 0,12 0.26 1517586 0,12 44229 0.11 0.24 1376434 0.11
Eglise vaudoise (Union des églises vaudoises et méthodistes) 470225 1.13 2,55 14154983 1.03 570415 1,37 3.08 37738142 2,96 613002 1,48 3,23 40803722 3.19 604345 1,46 3.19 40284765 3.24 562313 1,36 2.99 37392222 2,97
Église évangélique luthérienne en Italie 49233 0,12 0,27 3355940 0.24 58566 0,14 0,32 3920846 0,31 61231 0,15 0,32 4042474 0,32 63378 0,15 0.33 4167389 0.33 47859 0,12 0,25 3126440 0,25
Union des communautés juives italiennes 70420 0,17 0,38 4723175 0.34 79860 0,19 0,43 5268637 0,41 81457 0,20 0,43 5432074 0,43 87510 0,21 0,46 5809088 0,47 72238 0,17 0,38 4752189 0,38
Union chrétienne évangélique baptiste 16407 0,04 0,09 1125518 0,09
Eglise apostolique 9597 0,02 0,05 286757 0,02
archidiocèse orthodoxe 23135 0,06 0,12 1500691 0,12
TOTAL 18464201 44 100 1379355366 100 18532985 45 100 1275366145 100 18974479 46 100 1278668007 100 18929945 45,8 100 1245253247 100 18817796 45 100 1257577721 100

On peut noter que seulement dans le cas des Assemblées de Dieu et l'Eglise apostolique le pourcentage des montants correspondant au pourcentage des choix sur les payeurs de nombre, dans d'autres cas, correspond au pourcentage du nombre total de cotisants.

choix contribuables

Les informations sur les choix des contribuables sont dépassées parce que la Ministère des Finances Il fournit des données que des confessions religieuses, qui font souvent leur public.

la gouvernement Il a publié une photo des choix exprimés, qui fait toujours référence aux déclarations 2004[75]. Les données des années 2005[28], 2006[29], 2007[30], 2008[76] et 2010[35] Ils sont disponibles pour les communications que le gouvernement fournit aux Chambre des Députés et le site de l'Église évangélique vaudoise. Les données de 2015) déclarations de 2005 à 2016 (se référer aux revenus de 2004 sont fournis par le ministère des Finances[77][78][79].

Les choix exprimés par année de la déclaration, en pourcentage
année 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Eglise catholique 76,17 81,42 84,94 85,70 83,60 83,68 82,56 81,58 83,36 86,58 87,17 87,25 88,83 89,16 89,81 89,82 86,05 85,01 85,01 82,92 82,01 82,24 80,22 80,91 81,23 81,22 79,94
état 22,31 16,70 13,00 12,42 14,08 13,87 14,43 14,52 13,36 11,04 10,35 10,28 8,65 8,38 7,74 7,60 11.18 11,95 11,65 13,50 13,74 13,35 15,35 14,81 14,37 14,02 14,54
Vaudoises et méthodistes - - - - 1.10 1.10 1,48 1,59 1.33 1.10 1.21 1,27 1,32 1,39 1,43 1.60 1,80 2,05 2,30 2,55 3.08 3,23 3.19 2.99 2,75 2,64 3.00
Union bouddhiste - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,39 0,71 0,99
évangélique luthérienne - - - - - - 0,32 0,60 0,38 0,31 0,32 0,31 0,29 0,27 0.26 0,25 0,23 0,25 0.26 0,27 0,32 0,32 0.33 0,25 0,20 0,36 0,38
Communautés juives - - - - - - - 0,63 0,63 0,44 0,46 0,42 0,46 0,39 0,37 0,37 0,37 0,37 0,39 0,38 0,43 0,43 0,46 0,38 0.33 0,32 0.34
Assemblées de Dieu 0,95 1,30 1,57 0,53 0.33 0,36 0,41 0,44 0,50 0,21 0,21 0,20 0,20 0,20 0,19 0,18 0,18 0,20 0,21 0,21 0,23 0,25 0.26 0.24 0,23 0,23 0,23
archidiocèse orthodoxe - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,12 0,12 0,14 0,18
adventistes 0,57 0,58 0,49 1.35 0,89 1.00 0,80 0,64 0,44 0,32 0,28 0,27 0,25 0,22 0,20 0,18 0,19 0,17 0,18 0,18 0,19 0,18 0,19 0,16 0,14 0.13 0,14
Union hindoue - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0.11 0,10 0,12
Union baptiste - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,09 0,07 0,08 0,09
Eglise apostolique - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,05 0,06 0,05 0,05

Le partage des revenus

année  Les choix exprimés% des recettes d'impôt sur le revenu personnel total État (€) Église catholique (€) Assemblées de Dieu en Italie (€) Union italienne des Églises chrétiennes adventiste du 7ème jour (€) Union des Eglises vaudoises et méthodistes (€) Union des communautés juives italiennes (€) Eglise évangélique luthérienne en Italie (€) Total des (€)
Les salaires de 1998, divisé en 2002[80] 37,31% exprimés choix 34459103 270241770 749462 998814 3925755 1373370 967602 312715876
choix inexprimés 64770147 454072811 0[81] 1678255 0[81] 2307600 1625809 524454622
total 99229250 724314581 749462 2677069 3925755 3680970 2593411 837170498
Les salaires de 1999, divisé en 2003[82] 38,33% exprimés choix 35855302 301981320 727499 969998 4191779 1593569 1108570 346428037
choix inexprimés 65603140 485864545 0[81] 1560652 0[81] 2563929 1783603 557375869
total 101458442 787845865 727499 2530650 4191779 4157498 2892173 903803906
Les salaires de 2000, ventilés en 2004[83] 39,62% exprimés choix 36537390 310105768 710844 959639 4513860 1492772 1101808 355422081
choix inexprimés 63644505 472594303 0[81] 1462469 0[81] 2274952 1679131 541655360
total 100181895 782700071 710844 2422108 4513860 3767724 2780939 897077441
Les salaires de 2001 distribués en 2005[84] 41,03% exprimés choix 34129120 350484362 789112 986390 5208143 1814958 1144213 394556298
choix inexprimés 57671274 503730510 0[81] 1417681 0[81] 2680533 1644510 567144508
total 91800394 854214872 789112 2404071 5208143 4495491 2788723 961700806
Les salaires de 2002 distribués en 2006[85] 41,17% exprimés choix 33234917 353606833 753536 872515 5512713 1546732 1070814 396598060
choix inexprimés 56445316 505287587 0[81] 1246784 0[81] 2210208 1530144 566720039
total 89680233 858894420 753536 2119299 5512713 3756940 2600958 963318099
Les salaires de 2003 distribués en 2007[86] 40,86% exprimés choix 31234392 362423877 766735 807090 5770695 1493116 1049217 403545125
choix inexprimés 54670231 524565543 0[81] 1168167 0[81] 2161109 1518617 584083669
total 85904624 886989420 766735 1975257 5770695 3654226 2567834 987628794
Revenu en 2004 distribué en 2008[87] 41,83% exprimés choix - - - - - - -
choix inexprimés - - - - - - - -
total 83,542,043.21 928,364,294.37 778,226.02 1,860,449.49 6,917,564.63 3,824,257.28 2,583,957.62 1,027,870,792.62
Les salaires de 2005 distribués en 2009[88] 43,43% exprimés choix - - - - - - -
choix inexprimés - - - - - - - -
total 130594137 913216482 875924 1910273 8298225 3926672 2440904 1061262617
Les salaires de 2006 distribués en 2010[89] 43,50% exprimés choix - - - - - - -
choix inexprimés - - - - - - - -
total 151950433 977010978 999882 1953792 10248789 4252371 2873224 1149289469
Les salaires de 2007 distribués en 2011[90] exprimés choix - - - - - - -
choix inexprimés - - - - - - - -
total 12,120,794.54

Variation de pourcentage au cours des années

Au cours des quinze premières années, il y a eu une augmentation graduelle du pourcentage des signatures exprimées en faveur de l'Eglise catholique et à une réduction correspondante des signatures exprimées en faveur de l'Etat. Cependant, ces dernières années, nous assistons à un revirement.

En particulier, le pourcentage de l'Eglise catholique, d'un montant en 1990 à 76,17% en 2004 a augmenté all'89,81%, mais a chuté all'86,05% en 2006 et en 2012 all'80,22[91]. Toutefois, pour les contribuables qui ne fait pas le choix, ils sont plus nombreux que ceux qui le font (dans les déclarations de seulement 43,50% du chiffre d'affaires 2007 exprimé en option), le pourcentage des signataires de l'église catholique sur le total les contribuables est inférieur à 37% des contribuables, beaucoup moins que les Italiens qui se déclarent catholiques[30].

Les souscriptions à l'État, qui en 1990 était 22,31%, ont atteint un niveau record en 2005, le rendement à 7,60%. Dans des déclarations récentes, ils ont rebondi, avec 15,35% dans les comptes 2012.

Les signatures exprimées en faveur de l'Eglise vaudoise, qui compte environ 20 000 membres, sont de plus en plus. En fait, dans la déclaration de revenus 2008 413000 étaient égales à 3,24% des contribuables, QUAI trois fois la première année où il était possible de souscrire à la vaudoise, 1994, où les souscriptions ont été 1,10%[92]. La région avec plus d'abonnements pour l'église vaudoise est le Piémont avec 7,29%, suivi de la Ligurie avec 3,69%, de 2,93% avec la Lazio, Toscane et Lombardie avec 2,69% avec 2,43%[93].

Les décaissements réels en faveur de l'Eglise catholique sont actuellement environ trois fois le montant dépensé pour soutenir le clergé (ce qui est le montant qui est à peu près égale à l'allocation équitable en vigueur jusqu'en 1989, en prenant en compte l'inflation, comme il est logique étant donné que le nombre de paroisses n'a pas changé de manière significative et que les salaires individuels ne sont pas particulièrement élevés). Ce fait a conduit de nombreux observateurs à se demander s'il y a eu des erreurs ou omissions dans la formulation des lois de mise en œuvre du nouvel accord ou dans leur application. Ces critiques sont discutées dans une section ultérieure de cette entrée.

frais de publicité

L'Etat décide de ne pas investir un montant dans la publicité. Pour cette raison, a chuté de manière significative le consensus initial en faveur de l'Etat. A l'inverse, l'Église catholique investit des sommes importantes (en 2008 21.628.882 € 2,33% des fonds reçus) dans la publicité, en particulier dans des publicités télévisées. Les églises vaudoises et méthodistes en 2008 ont investi dans la publicité 5,65%, d'un montant de € 391 000, le pourcentage a chuté à 5,60% en 2009, avec 465 000 €.[94]

En Avril 2005, la RAI[95] Il a refusé de passer « pour des raisons éthiques » un point de Église vaudoise intitulé « De nombreuses écoles, pas d'églises, » avec laquelle les Vaudois ont voulu souligner, en opposition à l'Eglise catholique, comme de 8 pour mille fonds obtenus ne seront pas utilisées à des fins religieuses ou pastorales, mais seulement pour des projets de solidarité et de l'assistance.

Mise à disposition des contributions

L'État se réserve trois ans pour fournir le nombre exact et de verser des contributions aux représentants des confessions religieuses. Chaque année, par conséquent, toutes les confessions reçoivent des fonds liés au dépôt de votre revenu pendant trois ans avant, à l'exception de l'Eglise catholique qui, selon l'art. 47 de la loi n. 222 du 20 mai 1985, Au contraire, il reçoit une avance pour l'année en cours d'un montant au montant final, qu'il possède par rapport à l'impôt sur le revenu pendant trois ans avant, en plus de l'ajustement relatif à cette année.

Étant donné que les sommes versées par l'Etat chaque année et mis dans le budget par les différentes dénominations diffèrent de celles concurrentes de la même année et en particulier les paiements à l'Eglise catholique comprennent des ajustements ou charges à payer par rapport aux années précédentes, les montants présentés dans la section sur l'utilisation des fonds, ne doit pas être confondu avec le montant de la responsabilité de la même année.

rapports

Article. 44 de la loi 222/85 exige que la CEI fournit chaque année un rapport sur l'utilisation des sommes versées et stipule que: La Conférence épiscopale italienne diffuse des informations appropriées sur le contenu de cette déclaration et sur les fins pour lesquelles les sommes allouées visées à l'article 47.[96] Des exigences similaires sont contenues dans les accords avec les autres confessions.[97][98][99][100][101]

Cette tâche est remplie formellement par les journaux. Par exemple, chaque année, ainsi que sur vos nouvelles[102] la CEI Public payé sur les principaux journaux nationaux une page entière sur le rapport de l'année précédente.[103]

La disponibilité toile des informations détaillées sur l'utilisation de huit pour mille fonds des confessions religieuses et de l'État est essentiel pour que le contribuable peut exercer au courant d'une option. En Octobre 2017 cette information est relativement récente et encore rares. rapports annuels synthétiques depuis 2000 sont publiés en ligne de 2005.[104][105][106][107][108][109][110][111] La CEI a également également produit un document de synthèse qui embrasse la période 1990-2007 qui est mis à jour chaque année[112] et une détermination des coûts en fonction des ajustements du taux de huit pour mille impôt sur le revenu des années précédentes et les avances de quotas pour 'exercice courant[113][114][115]. Néanmoins, le document téléchargeable des rapports plus détaillés sur le 6275 est les interventions financées en totalité monde la CEI entre 1990 et 2004[116].

La documentation produite par d'autres confessions était encore très incomplète en Décembre 2007 (l'Eglise vaudoise a publié l'ensemble des taux jusqu'en 2003. L'Eglise luthérienne a communiqué sur son site Internet que le pourcentage de choix de déclarations présentées en 2000, 2001 et 2003. encore plus des données incomplètes d'autres confessions), mais améliorées en 2008. en Octobre 2011, les adventistes, vaudoises luthériens et publier des données sur leurs décaissements en 2007 (probablement liés à la déclaration d'impôt sur le revenu 2004). Le UCEI, cependant, fournit les comptes de la contribution de l'État nominalement 2005 (soit l'impôt sur le revenu des personnes physiques en 2002), mais il serait payé qu'en 2006. Le rapport sur le WEB des contributions versées aux Assemblées de Dieu semble être absent.

Les déclarations publiées ne contiennent normalement que les titres des différents projets financés. Ces titres ne sont pas la plupart du temps suffisant pour permettre le contrôle de la « qualité des dépenses » ou l'exactitude de la classification des mêmes charges; un élément indispensable pour ceux qui veulent faire leur propre choix du contribuable de manière éclairée. Le problème se pose surtout lorsque le bénéficiaire de l'aide est une entité contrôlée ou connecté à la même confession religieuse. Par exemple, l'octroi de subventions à leur propre société d'édition tombe effectivement entre les contributions à la « culture, la paix et les droits de l'homme », ou plutôt il est un soutien à la propagande religieuse?

Les critiques

Répartition des choix inexprimés

L'aspect le plus controversé de 8 pour mille est la répartition des choix non-dits. Cette allocation est actuellement effectuée selon un critère proportionnel par rapport aux choix exprimés. Cette politique, qui, selon les principales critiques, en fait, violent le principe d'un soutien équitable aux confessions religieuses aurait dû se fonder sur lequel le système des huit pour mille,[117] a déjà été défini en 1984 une « monstruosité juridique » par l'historien Piero Bellini dans un article Il Sole 24 Ore,[118] et critiqué par différentes personnalités du monde laïque[119] et le même monde catholique, y compris l'ancien Président de la République Oscar Luigi Scalfaro.[120]

En référence sur les revenus de la surtaxe 2000, parmi ceux qui ont présenté le modèle 730 et le modèle unique (se rappelant qu'il est tenu de présenter la déclaration que les plus de 3 000 euros de revenus, 4.800 € pour les travailleurs indépendants, 7 500 pour retraités et 8 000 pour les employés[121]) Ceux qui ont fait un choix étaient 61,3%[122] en se référant au montant total des contribuables (y compris ceux qui ne sont pas tenus de soumettre une déclaration de revenus, mais seulement CUD), ce pourcentage tombe à 39,62%, ce qui équivaut à EUR 355 422 085 d'un montant total pour les huit 897 077 447 000 euros. Les 60,38% restants (soit EUR 541 655 362), relatif aux choix inexprimées, a été distribué de manière proportionnelle par rapport aux choix exprimés. En vertu de ce mécanisme est généré - pour les établissements qui acceptent de participer à l'attribution d'actions non exprimé - un effet multiplicateur, en 2007, il était égal à 2,3. Compte tenu de ce facteur multiplicatif des préférences exprimées 5,20% pour l'Etat et 39,98% en faveur de l'Eglise catholique a conduit à, par exemple, la réception par les deux entités de% et de '85, 01% du produit. La question a été portée à l'attention des Parlement italien dans le cadre d'un promu par les interpellations Conseils de la Coordination nationale pour le caractère laïque des institutions.[123]

On prétend, par le Concordat, qui à cet effet - consacré à l'article 47, troisième alinéa, de la loi 20 mai 1985 n. 222 - avaient tendance le libellé de l'accord conclu entre Bettino Craxi et le cardinal Agostino Casaroli 18 Février 1984, ratifiée par le président Pertini mandat parlementaire avant est allé avec 25 Mars 1985 la loi n. 121: le cadre actuel (selon lequel la cible est établie proportionnellement aux choix exprimés) seraient couverts par le Concordat obligation de l'accord préalable en ce qui concerne la révision des obligations financières de l'Etat italien à l'Eglise catholique. Mais la même loi 121/1985 portait également l'ordre relatif d'exécution, il est à supposer que avec elle a épuisé toutes les affaire formelle des relations entre les sujets du droit international « République italienne » et « Saint-Siège ». Tout le reste, du contenu de la loi 20 mai 1985 n. 222, semble fermer la pertinence de la structure de l'État: Il est bien dans le cadre de la souveraineté nationale de se prononcer sur l'attribution de huit pour mille par rapport aux non-choix exprimés par les contribuables dans la déclaration fiscale annuelle.[citation nécessaire]

D'autres aspects controversés

D'autres arguments contre 8 pour mille beaucoup aux organisations religieuses par des membres du monde séculier, peuvent être résumés dans les motifs suivants:

  • Le soutien financier est le fonds de croyances remboursables que vous devriez autofinancer et, en particulier dans le cas de l'Église catholique, la plupart de ces contributions aurait aucune utilité sociale.[117]
  • Plusieurs propositions ont été faites pour abolir les huit mille ou un mécanisme pour l'affecter à d'autres fins jugées plus utiles socialement, notamment pour le financement public de la recherche scientifique[124], proposition qui, selon une enquête réalisée en 2002, 78% des Italiens sont favorables déclarent.[125]
  • L'Etat italien, à la différence des confessions religieuses incluses dans la division, ne se fait pas de publicité et ne renseigne pas sur la façon d'allouer ces fonds. selon Curzio Maltese, comme indiqué dans l'enquête du journal "la République« A eu lieu en 2007,[33] Lorsqu'en 1996, le ministre Livia Turco Il a proposé d'allouer une compétence de l'enfance défavorisée des fonds publics, le « caissier »[126][127] de Conférence épiscopale italienne Monseigneur Attilio Nicora Il a vivement réagi, faisant valoir que « l'État ne devrait pas faire de concurrence déloyale contre l'Eglise. » De cette déclaration, note le Journal officiel de la CEI, Il n'y a aucune trace et même maltais n'a jamais fourni la source.[128]
  • Toute utilisation en faveur des programmes de la petite enfance des fonds de 8 pour mille des recettes de l'impôt sur le revenu, « semble aller au-delà du dispositif d'alliance actuellement en vigueur », un changement qui « ne peut pas résulter d'initiatives unilatérales par l'État ». Cela a été déclaré par le Président de la CEI aux problèmes juridiques, monsignor Attilio Nicora.[129]
  • Le chiffre d'affaires par mille huit sont consacrés à des organisations religieuses, que si elles étaient d'accord avec l'Etat une compréhension et cela a été ratifié par le Parlement.[130] Cela exclut certains pour l'instant de nombreux mouvements religieux tels que les musulmans, les chrétiens orthodoxes (incorporés en 2011), la Les Témoins de Jéhovah, Hindous et bouddhistes (ajoutés en 2014), ne pas fournir des alternatives aux contribuables de ces confessions, sauf si le transfert de sa contribution à l'Etat. L 'Union des athées et des agnostiques rationalistes Il estime que l'inclusion d'autres dénominations dans la dispensation de huit pour mille augmenterait le pourcentage de ceux qui expriment un choix, diminuerait le nombre de choix inexprimés et de réduire l'écart entre le pourcentage de choix pour une entité donnée et le pourcentage des revenus don l'institution elle-même (voir tableau ci-dessus). Toujours l'Union des athées et des agnostiques rationalistes a fait valoir que, pour cette raison, l'Eglise catholique, par les parlementaires catholiques, a effectivement bloqué la ratification de l'accord (déjà signé) avec les Témoins de Jéhovah et a empêché l'ouverture des négociations avec islamistes: les adeptes de ces religions grâce au mécanisme des choix conduirait à leurs hiérarchies non-dits une contribution beaucoup plus à leur pourcentage réel, avec un manque de soutien économique pour l'Eglise catholique estimé à des centaines de millions d'euros.[117]
  • De plus en plus en discussion, il est pas tant l'article 7 de dl 504/92, étant donné que l'interprétation authentique qui a été fourni avec le lié au budget 2006 et le décret Bersani-Visco[131][132].
  • Le journaliste Charles de Tecce L'événement quotidien dans un article en Mars 2012, il a fait valoir que les publicités commandées par l'Eglise catholique annoncent la seule destination pour les interventions caritatives des fonds amassés par les huit pour mille et met en évidence le fait que le pourcentage réel utilisé pour ces interventions (20%) ne il est, contrairement à ce qui est arrivé dans le passé, a déclaré dans la publicité[133].
  • En 2009, de nombreuses controverses ont été soulevées par le détournement de fonds appartenant à l'Etat à l'Eglise catholique. Avec l'acte du gouvernement non. 121, préparé au début de Septembre par un diplomate vétéran du président Berlusconi de l'accident le 28 Août avec le Secrétariat d'Etat du Vatican, il a déjà assuré que 10.586.000 d'euros alloués à la section « patrimoine culturel » visent à la restauration et les interventions pour 26 propriétés de l'église.

Même la majorité de centre-droit du Comité budgétaire de la Chambre se plaignait des objectifs aberrants et a conditionné l'opinion finale dans un certain nombre de changements, contestant les lacunes et les incohérences du décret.[134]

  • Un ancien abbé de Montecassino a été formellement accusé d'avoir utilisé des fonds de huit pour mille pour l'achat de médicaments et de loisirs Voyage à l'hôtel de luxe[135]
  • L'ancien évêque de Trapani a été formellement accusé de fonds ayant utilisé de huit pour mille pour l'achat de propriétés de luxe[136]

notes

  1. ^ loi 20 mai 1985, n. 222, en ce qui concerne "Les dispositions sur les institutions et les biens ecclésiastiques en Italie et pour le soutien du clergé catholique au service du diocèse"
  2. ^ http://www.corteconti.it/export/sites/portalecdc/_documenti/controllo/sez_centrale_controllo_amm_stato/2014/delibera_16_2014_g.pdf
  3. ^ à b Service des relations avec les confessions religieuses et des relations institutionnelles, Les accords avec les confessions religieuses, Présidence du Conseil des ministres. Récupéré 4 mai 2012.
  4. ^ Gian Guido Vecchi, Les huit pour mille s'élargit. À gauche sur les musulmans, en Corriere della Sera, 27 août 2010. Récupéré 4 mai 2012.
  5. ^ Service des relations avec les confessions religieuses et des relations institutionnelles, Accord entre l'Italie et le Saint-Siège et les modalités d'application ultérieures, Présidence du Conseil des ministres. Récupéré 4 mai 2012 (déposé 4 mai 2012).
  6. ^ Intesa terminée le 21 Février 1984 et approuvé par loi 11 août 1984, n. 449, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'État et les Églises représentées par le Conseil vaudois"; Révision terminée le 25 Janvier 1993, et approuvé par loi 5 octobre 1993, n. 409, en ce qui concerne "Intégration du Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République italienne et le Conseil vaudois, conformément à l'article 8, troisième alinéa, de la Constitution". D'autres révisions à l'accord avec le Loi 8 Juin 2009, n. 68 "Modification de la loi 5 Octobre 1993, n. 409, l'approbation du cartel du Gouvernement de la République italienne et le Conseil vaudois, conformément à l'article 8, troisième alinéa, de la Constitution ».
  7. ^ Intesa terminé le 29 Décembre 1986, et approuvé par loi 22 novembre 1988, n. 516, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'Union italienne des Églises adventistes du septième jour chrétienne du 7ème jour"; Révision terminée le 6 Novembre 1996, et approuvé par loi 20 décembre 1996, n. 637, en ce qui concerne "Changement du Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République italienne et l'Union italienne des Églises chrétiennes adventistes sept jours, dans l'art. 8, troisième alinéa, de la Constitution". D'autres révisions ont été entente se clôturant au 23 Avril 2004 et 4 Avril 2007, mais n'a pas été ratifié par le Parlement.
  8. ^ Intesa terminé le 29 Décembre 1986, et approuvé par loi 22 novembre 1988, n. 517, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et les Assemblées de Dieu en Italie". La vérification de l'entente a été conclue le 2 Novembre 2011, mais n'a pas été ratifié par le Parlement.
  9. ^ Intesa terminé le 27 Février 1987 et approuvé par loi 8 mars 1989, n. 101, en ce qui concerne "Changement du Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République italienne et l'Union des communautés juives italiennes, dans l'art. 8, troisième alinéa, de la Constitution", Révision terminée le 6 Novembre 1996, et approuvé par loi 29 novembre 1996, n. 638, en ce qui concerne "Changement du Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République italienne et l'Union des communautés juives italiennes, conformément à l'article 8, troisième alinéa, de la Constitution".
  10. ^ Intesa fin à 20 Avril 1993, et approuvé par loi 29 novembre 1995, n. 520, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'Eglise évangélique luthérienne en Italie".
  11. ^ Intesa terminé le 29 Mars 1993, et approuvé par loi 12 avril 1995, n. 116, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'Union baptiste évangélique chrétienne de l'Italie (UCEBI)"; Révision terminée le 16 Juillet 2010.
  12. ^ loi 12 Mars 2012, n. 34, en ce qui concerne "Modification de la Loi 12 Avril 1995, n. 116 fixant l'approbation de l'entente du gouvernement de la République italienne et l'Union baptiste évangélique chrétienne de l'Italie, dans l'art. 8, troisième alinéa, de la Constitution. (12G0054)"
  13. ^ Intesa terminée le 4 Avril 2007 et ratifiée par loi 30 juillet 2012, n. 126, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'archidiocèse Saint-orthodoxe de l'Italie et Exarchat pour l'Europe du Sud, en application de l'article 8, troisième alinéa, de la Constitution."
  14. ^ Intesa terminée le 4 Avril 2007 et ratifiée par Loi n °. 30 juillet 2012 n. 128
  15. ^ Intesa fin à 20 Mars 2000, révision terminée le 4 Avril 2007.
  16. ^ loi 31 décembre 2012, n. 245, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'Union bouddhiste italienne, conformément à l'art. 8, troisième alinéa, de la Constitution"
  17. ^ Intesa pris fin le 4 Avril, 2007
  18. ^ loi 31 décembre 2012, n. 246, en ce qui concerne "Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'Union hindoue italienne, Sanatana Dharma Sangha, la mise en œuvre d'art. 8, troisième alinéa, de la Constitution"
  19. ^ Intesa terminée le 27 Juin, ici à 2015
  20. ^ Intesa IBISG - Etat italien: le communiqué de presse dell'IBISG
  21. ^ Renzi signature de l'accord entre l'Etat et l'Institut bouddhiste Soka Gakkai italien, Il Sole 24 Ore
  22. ^ à b c et fa g 8x1000 choix
  23. ^ Constitution de la République italienne, l'article 8
  24. ^ fin à 20 Mars 2000, révision pris fin le 4 Avril 2007.
  25. ^ Camera.it - ​​XVII Législature - Documents - Sujets Activité parlementaire
  26. ^ Intesa pris fin le 4 Avril 2007, ratifiée par Loi du 30 Juillet 2012, n. 127
  27. ^ « En Irak, le 8 pour mille pour l'art» - Corriere della Sera 10 novembre 2006
  28. ^ à b Chambre des Députés Dossier BI0026
  29. ^ à b Chambre des Députés Dossier BI0168
  30. ^ à b c Chambre des Députés Dossier BI0350
  31. ^ Carlo Alberto Bucci, Le patrimoine artistique reste sec 57 millions de 8 pour mille aller dans les prisons d'urgence, en la République, 29 décembre 2011. Récupéré 3 mai 2012.
  32. ^ Répartition huit pour mille IRPEF pour diriger la gestion d'Etat, Présidence du Conseil des ministres, le 2 janvier 2012. Récupéré 3 mai 2012.
  33. ^ à b Civilization Lay, Etude de la République sur les coûts de l'Église catholique (Octobre-Décembre 2007) (PDF) civiltalaica.it. Récupéré le 4 Septembre, 2008 (Déposé par 'URL d'origine 3 mars 2012).
  34. ^ Parlement italien, Loi sur la stabilité 2014, Journal officiel de la République italienne, 27 décembre 2013. Récupéré le 1er Janvier 2014.
  35. ^ à b http://documenti.camera.it/Leg17/Dossier/pdf/BI0130.pdf
  36. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  37. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Planification - Projets de loi - la carte du projet de loi
  38. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Planification - Projets de loi - la carte du projet de loi
  39. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Planification - Projets de loi - la carte du projet de loi
  40. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Planification - Projets de loi - la carte du projet de loi
  41. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  42. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  43. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  44. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  45. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  46. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  47. ^ Camera.it - ​​XVII législature - Services - Rapports Assemblée - sessions de détail
  48. ^ Conférence épiscopale italienne, Huit pour mille - Villes et emplois 1990-2011.
  49. ^ Les critères de sélection des projets financés à l'étranger et le comité scientifique chargé de la gestion sont toujours publiques. voir Comité pour les interventions caritatives pour le Tiers-Monde, Règles d'application (PDF), Conférence épiscopale italienne, 2006.
  50. ^ Service pour la promotion du soutien économique pour l'Eglise catholique, La distribution et la répartition des fonds provenant de huit pour mille de l'IRE (ex de l'impôt sur le revenu) pour l'année 2014 (PDF), Rome, Conférence épiscopale italienne, en 2014.
  51. ^ Les fonds alloués au diocèse pour les besoins de culte et pastoraux sont moitié répartis à parts égales et l'autre moitié est affectée proportionnellement au nombre d'habitants. Service pour la promotion du soutien économique à l'Eglise, Huit pour mille - Destination et emploi 1990-2014 (PDF), Conférence épiscopale italienne, 2012, p. 7.
  52. ^ Quant à l'édifice religieux, la CEI fournit une contribution (qui ne devrait généralement pas dépasser 75%). Il reste, gérer donc les paroisses et les diocèses, non seulement les actions restantes, mais aussi le coût total des travaux ne peuvent pas être financés par la CEI (entretien ordinaire et extraordinaire, les sports et les systèmes de cinéma ciné, travaux extérieurs, systèmes de sécurité et de rafraîchissement, etc.) Service pour la promotion du soutien économique à l'Eglise, Huit pour mille - Destination et emploi 1990-2014 (PDF), Conférence épiscopale italienne, 2012, p. 8.
  53. ^ En ce qui concerne le soutien du clergé, l'Eglise catholique déclare que, selon le principe de égalisation, déduction faite des frais impôt sur le revenu un jeune prêtre reçoit un salaire du mois 852,93 € / 12 mois, répartis comme suit:
    • contribution de la paroisse dont il est pasteur (€ 0.036 vice-prêtres de paroisse, 0.07 € curés par habitant, par exemple, une paroisse de 8000 habitants prêtre vice-paroisse reçoit 289,00 € par mois, le pasteur 578,00 €)
    • tout autre salaires (par exemple, enseigne): si la somme de la contribution de la paroisse et tous les autres salaires ne pas atteint le 852,93 € / mois, il est tiré de 8 pour mille. Ajouté à cela sont des coups d'ancienneté et de carrière, un évêque proche de la retraite reçoivent un maximum de mois 1,308.57 / €.
    voir: Gianluca Polverari, de n La critique libérale. 123/4 en Janvier-Février 2006, a écrit que « entre les subventions du gouvernement peut-être moins connus en faveur du monde catholique, il y a aussi celui lié au paiement des salaires d'environ 200 aumôniers militaires dans le pays, avec la charge totale supportée par l'Etat conformément à la loi 512/1961 et peut être estimée, retravaillant les données du site web de l'Ordinariat militaire en Italie, à environ 8 millions d'euros pour la seule année 2004 « (soit environ 40 000 euros pour une tête aumônier). Plus d'informations peuvent être trouvées à l'Ordinariat militaire. Il convient également de noter que ces salaires sont ensuite suivis, une fois mis en service, la pension liée (art. 47 de la loi n. 512/1961) du Manifeste du 20 Août, 2011 a été noté, par exemple, le président de la Conférence épiscopale italienne, le cardinal Angelo Bagnasco, comme ordinaire militaire pour l'Italie de 2003 à 2006, il a pris sa retraite avec le grade général du corps d'armée, reçoivent donc près de 4 000 euros par mois. De même, « Avec l'accord entre le ministre de l'Intérieur et le Président de la Conférence épiscopale italienne, signé le 9 Septembre 1999 et appliqué par décret présidentiel n ° 421 du 27/10/1999, « écrit dédié à l'assistance spirituelle du site personnel CEI de la police nationale, » déterminera la méthode pour fournir une assistance spirituelle au personnel de la police nationale de la religion catholique " . Sur le site, il montre que, dans chaque province il y a un aumônier provincial. De plus, en Italie il y a plus de deux cents institutions d'emprisonnement, dans chacun desquels agit au moins un aumônier catholique. Leur traitement juridique est régi par la loi n °. 68/1982, qui était à l'époque en poste pour un tel service la figure 1,414,826,908 lires. Au ministère de la Justice, de la loi n °. 68/1982, est également actif en charge des aumôniers inspecteur. Selon l'agence de nouvelles Adista du monde catholique et réalités religieuses, le 10 Septembre 2011 ont été payés par l'Etat:
    • 240 aumôniers catholiques dans les prisons, à un coût de 15 millions d'euros par an.
    • 750 aumôniers d'hôpitaux à un coût annuel de 50 millions d'euros payés par les autorités sanitaires régionales ou locales, sur un aumônier moyenne pour 300 détenus, mais le nombre dépend de la région. En effet, conformément à l'article 35 du décret présidentiel 128/1969 hôpitaux sont tenus d'adopter un service d'assistance religieuse catholique à ses frais. Pour les autres confessions du ministère de la Santé fournit sur demande des malades.
    • 184 aumôniers militaires catholiques avec des salaires des agents pour un coût total d'environ 10-11 millions d'euros par an (sauf en 2005 contre 190 aumôniers militaires ont dépensé près de 11 millions d'euros).
    Ces chiffres ne comprennent pas les pensions des anciens aumôniers. En fait, pour le clergé et les ministres du culte, il a été mis en place un fonds de pension spéciale à la loi 903/1973; Des modifications ultérieures au fond, et notamment le montant de la contribution de l'État défini à l'article 21, sont intervenus à l'article 4 de la loi 54/1982 et à l'article 42 de la loi 488/1999. L'accord entre l'Etat italien et le Saint-Siège du 16 Juin 2000, puis mis en œuvre par la loi 244/2003 avec son engagement de dépenses (art. 3, paragraphe 1) garantit les employés du Vatican et les organes centraux de l'Eglise catholique, et leur famille, l'assurance et de retraite. Un article paru dans le Corriere della Sera du 21 mai 2011 fait état d'une requête dans le siège du Conseil de la Région Toscane: Le titre a rapporté « controverse sur les coûts du » confort religieux « dans les hôpitaux Les Verts:. 77 coûtent religieux dans le plan de dotation 2 millions d'euros par an ". Dans le corps, il se lit comme suit: « Au cours de l'initiative organisée par les Verts et probablement Sel et d'autres forces laïques de la Toscane en Juin, sera également discuter de l'article dans la Constitution qui oblige, les pouvoirs publics, de faire des hypothèses pour la concurrence. »
  54. ^ Adista, Publicité âme du commerce. CEI Budget 2008: 20 millions d'euros pour la campagne à huit mille
  55. ^ rapport, La morsure du prêtre, Rai 3, 30 mai 2010. Récupéré 2 mai 2012.
  56. ^ Association des défense des consommateurs, le 2 Août 2012, http://www.aduc.it/generale/files/file/allegati/2012/20120802-esposto%20antitrust%208%20x%20mille.pdf. (déposé 8 août 2012).
  57. ^ Union des églises vaudoises méthodiste, HUIT MILLE (OPM), chiesavaldese.org, 2009. Récupéré le 1 mai 2014.
  58. ^ huit pour mille de la déclaration de l'impôt sur le revenu à l'Eglise vaudoise
  59. ^ Union des églises vaudoises méthodiste, Déclaration sur l'attribution de 2008 OPM, chiesavaldese.org, 2013. Récupéré le 4 mai 2014.
  60. ^ Loi 520/1995, les articles 26 et 27.
  61. ^ Eglise évangélique luthérienne en Italie, 8 x 1000, chiesaluterana.it. Récupéré 2 mai 2012.
  62. ^ Eglise évangélique luthérienne en Italie, 8PERMILLE (PDF) chiesaluterana.it. Récupéré le 1 mai 2014.
  63. ^ http://www.ucei.it/files/Pagine/112/art._2_l._638_del_1996.docx
  64. ^ Union des communautés juives italiennes
  65. ^ Union italienne du 7ème jour Églises chrétiennes adventiste, projets humanitaires, sociaux, culturels, la santé et le soulagement durable en 2011 avec huit pour mille fonds de dell'I.R.P.E.F. (PDF) ottopermilleavventisti.it, 26 avril 2011. Récupéré 2 mai 2012.
  66. ^ Avec vos huit pour mille aux Assemblées de Dieu en Italie
  67. ^ http://www.periodicoliberopensiero.it/news/cei_8_per_mille_2007.pdf, CEI huit pour mille.
  68. ^ Huit pour mille à l'Eglise catholique: 23 millions de plus cette année, en Il Sole 24 Ore, 23 mai 2014. Récupéré le 24 mai 2014.
  69. ^ http://www.avvenire.it/Chiesa/Pagine/8-per-mille-ripartizione-2015.aspx, [Le 8 pour mille pour 2015: 995 millions, 60 moins de 8 pour mille pour 2015: 995 millions, 60 moins] . Récupéré le 21 mai 2015.
  70. ^ Répartition des choix exprimés par les contribuables et les montants payés. Consulté le 14 Juillet, 2016.
  71. ^ https://www.avvenire.it/chiesa/pagine/la-ripartizione-e-assegnazione-delle-somme-derivanti-dall-otto-per, Carte. Le 8 pour mille pour 2017: l'allocation et l'attribution.
  72. ^ Art. 47, paragraphe 3 de la loi no. 222/1985
  73. ^ Ministère de l'Economie et des Finances, Analyse statistique - Huit pour mille - Séries - Le partage des revenus provenant de huit pour mille IRPEF, Ministère des Finances, 2014. Récupéré 18 Juillet, 2017.
  74. ^ Ministère des Finances - Statistiques budgétaires - Huit pour mille - séries chronologiques
  75. ^ Service des relations avec les confessions religieuses et des relations institutionnelles, Les huit pour mille - origines historiques. développements juridiques. Comment ça marche (PDF), Le Conseil des Ministres, 2010.
  76. ^ signatures titoloLe de l'italien, http://www.ottopermillevaldese.org/ottopermille/firme_italiani.php. Récupéré le 19 mai 2012.
  77. ^ [1]
  78. ^ [2]
  79. ^ [3]
  80. ^ année 2002 Répartition référence au revenu année 1998 (PDF), Governo.it. 20 Juin Récupéré, 2010.
  81. ^ à b c et fa g h la j k l Les Assemblées de Dieu en Italie et l'Eglise vaudoise (Union des Églises méthodiste vaudoise) ont donné des fonds de choix inexprimées, de sorte que leurs paiements sont comptabilisés dans le fonds en faveur de l'Etat.
  82. ^ Répartition année 2003 référence au revenu année 1999 (PDF), Governo.it. 20 Juin Récupéré, 2010.
  83. ^ Répartition 2004 liée au revenu 2000 (PDF), Governo.it. 20 Juin Récupéré, 2010.
  84. ^ Répartition 2005 liés à 2001 le revenu (PDF), Governo.it. 20 Juin Récupéré, 2010.
  85. ^ Répartition 2006 liée au revenu 2002 (PDF), Governo.it. 20 Juin Récupéré, 2010.
  86. ^ Répartition année 2007 se référant à l'année d'imposition 2003 (PDF), Governo.it. 20 Juin Récupéré, 2010.
  87. ^ La distribution de huit pour mille pour 2008, Deputati.it de la Chambre. Récupéré 24 Octobre, 2011.
  88. ^ La distribution de huit pour mille pour 2009, Deputati.it de la Chambre. Récupéré 24 Octobre, 2011.
  89. ^ La distribution de huit pour mille pour 2010, Deputati.it de la Chambre. Récupéré 24 Octobre, 2011.
  90. ^ Huit pour mille Vaudois. Elle confirme la tendance constante de l'augmentation des fonds, ottopermillevaldese.org. Récupéré le 17 Novembre 2011.
  91. ^ Le partage des revenus provenant de huit pour mille IRPEF [4]
  92. ^ *Blog sur les huit pour mille de l'Eglise vaudoise
  93. ^ Église vaudoise de Milan - Union Eglise vaudoise des Églises méthodistes et vaudoises
  94. ^ Adista, Huit pour mille: chute catholiques, grandir vaudois. En comparant deux Églises qui font des choix différents
  95. ^ Observatoire sur le droit et les droits, RAI refuse l'église au comptant de Valdese 8 pour mille, osservatoriosullalegalita.org, 22 avril 2005. Récupéré le 4 Septembre, 2008.
  96. ^ Loi n ° 20 mai 1985 n. 222 dispositions des institutions ou des biens ecclésiastiques en Italie et pour le soutien du clergé catholique au service du diocèse. (Mise à jour à 5/8/2002)
  97. ^ Art.4 paragraphe 5 de la loi n 5 Octobre 1993. 409: « L'intégration du Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République italienne et le Conseil vaudois, conformément à l'article 8, troisième alinéa, de la Constitution »
  98. ^ Art 30 du Statut 29 Novembre 1995, # 520:. « Normes pour la réglementation des relations entre l'Etat et l'Eglise évangélique luthérienne en Italie (Celi) »
  99. ^ Art.3 de la loi du 20 Décembre 1996, n. 638: « Modification de la loi 8 Mars 1989, 101 Normes de régulation des relations entre l'Etat et l'Union des communautés juives italiennes »
  100. ^ Art 33 de la Règle 22 Novembre 1988, 516:. « Normes pour la réglementation des relations entre l'Etat et l'Union italienne des Églises adventistes du septième jour chrétienne du 7ème jour »
  101. ^ Art. 25 de la Règle 22 Novembre 1988 n.517, « Normes pour la réglementation des relations entre l'Etat et les Assemblées de Dieu en Italie »
  102. ^ Nouvelles de la Conférence épiscopale italienne
  103. ^ Umberto Folena, Eglise et taxes: huit pour mille des « secrets » et la transparence, en Avvenire, 4 octobre 2007. Récupéré 12 Septembre, 2008.
  104. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2000
  105. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2001
  106. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2002
  107. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2003
  108. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2004
  109. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2005
  110. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2006
  111. ^ Déclaration sur l'utilisation de huit pour mille montants IRPEF reçus par la CEI en 2007
  112. ^ La gestion des fonds huit pour mille de l'Eglise catholique pour la période 1990-2007
  113. ^ Il sera possible de comparer que plus tard en fonction des montants réels du revenu:
  114. ^ Répartition des fonds provenant de huit pour mille IRPEF pour l'Eglise catholique en 2007
  115. ^ Répartition des fonds provenant de huit pour mille IRPEF pour l'Eglise catholique en 2008
  116. ^ Conférence épiscopale italienne, De la parole aux œuvres. 15 ans de témoignages de l'Evangile de la charité dans le Tiers-Monde, chiesacattolica.it. Récupéré le 4 Septembre, 2008.
  117. ^ à b c UAAR, Même si vous ne signez pas, finance l'Église catholique (et d'autres), uaar.it. Récupéré le 4 Septembre, 2008.
  118. ^ Piero Bellini, cit. en Curzio Maltese, Les comptes de l'Eglise, voici ce qu'il nous coûte, en la République, 28 Septembre de 2007. Récupéré le 4 Septembre, 2008.
  119. ^ Carla Castellacci Telmo Pievani Les raisons saintes, Milan, lettres claires, 2007, p. 196.
  120. ^ F. Leavy, D. Paris, Ne jamais abandonner. Entretien avec Oscar Luigi Scalfaro, Milan, publié par Paulist Press, 2007.
  121. ^ Internal Revenue Service: Guide du nouveau régime fiscal Irpef (PDF) agenziaentrate.it. Récupéré le 7 Septembre, 2008.
  122. ^ Umberto Folena, l'information financière transparente: les coûts Eglise, bévues et vérité, en Avvenire, 29 septembre 2007. Récupéré le 6 Septembre 2008.
  123. ^ Interpellation des consultations parlementaires et la lettre envoyée par la Coordination nationale pour le caractère laïque des institutions de ministre de l'Economie, italialaica.it, 10 mai 2007. Récupéré le 4 Septembre, 2008.
  124. ^ 8 x 1000 à la recherche, clubfattinostri.it. 9 Décembre Récupéré, 2008.
  125. ^ Alberto Masacci, Pierluigi Sacco, La collecte de fonds de santé sociale, Meltemi Editore, 2006 ISBN 88-7881-009-6.
  126. ^ Curzio Maltese attribue un rôle jamais couvert Nicora, alors évêque de Vérone et dans la CEI, il était chargé des questions juridiques Concordat et donc pas sur les questions financières.
  127. ^ biographie officielle de Attilio Nicora, vatican.va. 9 Avril Récupéré, 2008.
  128. ^ Umberto Folena, L'argent à l'Église, la vérité et le mensonge, en Avvenire, 4 octobre 2007. Récupéré le 4 Septembre, 2008.
  129. ^ La réponse CEI Turc, en Corriere della Sera, 13 juillet 1996. Récupéré le 4 Avril, 2009 (Déposé par 'URL d'origine la ).
  130. ^ Paul A. Marshall, La liberté religieuse dans le monde, Rowman Littlefield Publishers, 2008, p. 42, ISBN 0-7425-6212-3.
  131. ^ Andrea Carinci et Thomas Tassani, ICI, Église et privilèges, en lavoce.info, 31 août 2007. Récupéré 3 mai 2007.
  132. ^ Maria Cecilia Guerra, L'exemption ICI des corps ecclésiastiques: la genèse d'une interprétation « authentique », en lavoce.info, 2 novembre 2011. Récupéré 3 mai 2012.
  133. ^ Carlo Tresses, Huit pour mille, que la tache faim, en le Quotidien, 23 mars 2012. Récupéré 3 mai 2012.
  134. ^ Les huit pour mille pour l'Etat finit dans les paroisses et monastères, la République. Récupéré 17 Novembre, 2009.
  135. ^ http://roma.corriere.it/notizie/cronaca/15_novembre_12/ex-abate-montecassino-hotel-lusso-ed-ecstasy-viaggi-vescovo-soldi-dell-8-mille-27b08f4c-8904-11e5-9216- e8e41772d34a.shtml? refresh_ce-cp
  136. ^ http://www.rainews.it/dl/rainews/articoli/vescovo-trapani-micciche-ville-soldi-otto-per-mille-eaaf707d-b6ac-49ea-826f-110c7825abdf.html

bibliographie

Articles connexes

liens externes

déclaration

Utilisation des fonds

Les différends