s
19 708 Pages

Giorgio La Pira
Lapira.jpg

Maire de Florence
mandat 7 mars 1961 -
15 février 1965
prédécesseur Lorenzo Salazar
successeur Lelio Lagorio

mandat 5 juillet 1951 -
27 juin 1957
prédécesseur Mario Fabiani
successeur Lorenzo Salazar

Secrétaire d'État la Ministère de la Sécurité du Travail et social
mandat 23 mai 1948 -
27 janvier 1950
président Alcide De Gasperi
prédécesseur Luciano Magrini
successeur Leopoldo Rubinacci et
Vittorio Pertusio

Adjoint de la République italienne
corps législatif la
groupe
parlementaire
démocrates-chrétiens
collège Florence - Pistoia
missions parlementaires
  • Composant de 4à Commission (finances et trésorerie) de 2 Février 1950 et le 18 Novembre, 1950
  • Membre de 7à Commission (Travaux publics) du 10 Juillet 1951-24 Juin 1953
  • Membre de 11à Commission (travail et sécurité sociale) du 15 Juin au 10 Juillet 1948 1951
site web d'entreprise

Membre de l'Assemblée constituante
groupe
parlementaire
démocrates-chrétiens
collège Florence - Pistoia
missions parlementaires
  • Membre de la Constitution le 19 Juillet 1946-31 Janvier 1948
  • 1à Sous-comité du 19 Juillet 1946-31 Janvier 1948

données générales
Parti politique démocrates-chrétiens
qualifications diplôme en loi
profession professeur d'université

Giorgio La Pira (Pozzallo, 9 janvier 1904 - Florence, 5 novembre 1977) Ce fut un politique et professeur italien, Maire de Florence, tertiaire dominicain et franciscain, appartenant à 'institut séculier de Missionnaires de la Royauté du Christ père Agostino Gemelli, serviteur de Dieu pour Eglise catholique.

biographie

Il est né le 9 Janvier 1904 à Pozzallo (province de Ragusa), Dans Sicile, deuxième (il pensait être le premier de la mort prématurée de la fille aînée Cristina) d'une famille de conditions sociales modestes.

la croissance académique et conversion

en 1921 Il a obtenu en Messina un diplôme en comptabilité, en 1922 Aussi une éducation classique avec la préparation d'un professeur de l'italien Federico Rampolla, qui le dirige de poursuivre ses études jurisprudence.

Giorgio La Pira
La maison de Giorgio La Pira Messina.

Le jeune La Pira est fasciné par Gabriele D'Annunzio et Tommaso Marinetti, leur idéal de changement[1], Il lit beaucoup et approches à d'autres expériences, de les partager avec son groupe de jeunes amis qui font également partie Salvatore Quasimodo et Salvatore Pugliatti, avenir recteur dell 'Université de Messine.

La Pira a été laissé très impressionné en écoutant un concert de sœurs[2], Il sentit une dimension supplémentaire, mais doit attendre la Pâques 1924 si l'intuition devient conversion. Date marquée à la chaux sur son sommaire, outil de travail quotidien pour un enseignant droit romain.

Il n'est pas étrangère à cette réunion de découverte avec Mgr. Mariano Rampolla[3], frère du prof. Federico Rampolla.

« [...] il est une nouvelle aube de la vie. Je ne pourrai jamais oublier que Pâques 1924, quand j'ai reçu Jésus dans l'Eucharistie: ressentiments dans les veines une circulaire innocence si plein qu'ils ne peuvent pas tenir la main et de bonheur incommensurable. »

(Lettre de Giorgio La Pira Salvatore Pugliatti)

la réunion eucharistique Il se transforme en un besoin de communion, le désir consécration[4] qui sera satisfaite en devenant tertiaire dominicain déjà en 1925, à Messine, en prenant le nom de Fra Raimondo, dans le premier groupe de tertiaire fondé par son père Henry de OP vie en Sicile, et plus tard, grâce à une dispense spéciale, même tertiaire franciscain à travers la fondation de l'Institut de la Royauté construite par le père franciscain Agostino Gemelli. La Pira choisir d'être « libre apôtre le Seigneur « , comme il appelle lui-même à la recherche de sa mission dans la société.

En 1926, il a déménagé à Florence À la suite de professeur Emilio Betti, Rapporteur de sa thèse droit romain; Ici, comme tertiaire La Pira est logé au couvent dominicain de San Marco, il a obtenu les honneurs avec une thèse sur l'héritage. L'année suivante, il est devenu professeur de droit romain à autre »Université de Florence et 1934 devenir ordinaire. Il a fondé la « messe de saint Proclus », pour l'aide matérielle et spirituelle des pauvres.

Giorgio La Pira
timbre commémoratif émis par Poste italienne le centenaire de sa naissance.

en 1939 il a fondé "principes" magazine en langue latine Une fois que la défense des droits de l'homme, critique fascisme et condamne ouvertement l'invasion de Pologne. Le magazine est supprimée par le régime. Dans ces années parmi ses étudiants il y a aussi le sociologue Franco Fortini. La Pira créée en 1943 un clandestin San Marco. Le régime fasciste et forcer avverserà La Pira pour arrêter les publications[5]. En Juillet de la même année, il a pris part aux travaux qui ont conduit à la rédaction de Code de Camaldoli.

Il est recherché suivant par la police et se sauve d'abord Sienne et alors Rome. Il retourne à sa vie à Florence 1945.

engagement politique

la vocation Social La Pira a exprimé l'engagement politique; mossigli les accusations et les avertissements de nombreux quartiers, sur le risque de perte de valeur de l'activité politique, répondra:

« Ne dites pas l'expression frivole habituelle: la politique est quelque chose de « mauvais »! Non: l'engagement politique -ie l'engagement direct à la construction d'un chrétien inspiré de la société dans tous ses systèmes de démarrage dall'economico- est un engagement de l'humanité et la sainteté: il est un engagement qui doit être en mesure de transmettre vers des efforts un tissu tout au long de la vie de la prière, la méditation, la prudence, le courage, la justice et la charité. »

(de Notre vocation sociale. Giorgio La Pira)

le constituant

en 1946 Il est élu 'Assemblée constituante et fait partie intégrante du noyau « de dossettismo » central: dans la même année avec Giuseppe Dossetti et d'autres, ont fondé l'association Civitas Humana; fait partie de la « communauté du porc », il collabore à la magazine "Chroniques sociales. « Le petit groupe d'associés est composé Giuseppe Dossetti, Amintore Fanfani, La Pira, Giuseppe Lazzati.

La Pira joue un travail apprécié dans le cadre du « Comité des 75 », en particulier dans l'élaboration des principes fondamentaux. L'art actuel. 2 constitution Il est moulé autour de sa proposition initiale. L'article 2 de la Constitution italienne Il se lit comme suit: « La République reconnaît et garantit les droits inviolables de l'homme, en tant qu'individu, et dans les groupes sociaux où il exprime sa personnalité, et exige l'accomplissement des devoirs obligatoires de solidarité politique, économique et sociale. »

son Le rapport du Sous-comité Il a approché la place centrale selon la tradition chrétienne la religion d'Etat de hégélienne réalisé par le fascisme en Italie. En raison de cette expérience historique était nécessaire une mention spécifique des droits de l'homme Constitution italienne, pour la première fois dans l'histoire occidentale.

« Certaines constitutions récentes (Autriche 1920, la Lettonie en 1932, Pologne 1935) manque cette prémisse et manquent pour la raison que les droits de l'homme essentiels et traditionnels sont-ils considérés comme l'hypothèse tacite et éliminé toute Constitution. Contrairement au cas de la nouvelle Constitution italienne: elle est nécessairement liée à l'expérience difficile de l'Etat « totalitaire », qui n'a pas seulement ceci ou qui violent le droit fondamental de l'homme: la racine nié l'existence des droits d'origine devant l'homme à l'état: il en effet, se félicitant de la « théorie des droits réflexes » était un avocat et interprète de cette thèse: - il y a, pour l'homme, naturel et les droits d'origine; il y a des concessions que, les droits des réflexions: ces « concessions » et ces « droits de réflexions » peuvent être à tout moment totalement ou partiellement retirée, selon le but de celui à partir duquel seuls les droits dérivent, l'État. »

(Giorgio La Pira)

Secrétaire avec Fanfani

élu à Chambre des Députés au Collège de Florence - Pistoia avec les élections du 18 Avril 1948, il a été nommé sous-secrétaire le ministère de la Sécurité du Travail et social Gouvernement De Gasperi V. Le ministre était l'ami Amintore Fanfani.

Le maire de La Pira Florence

Le 6 Juillet 1951 Il a été élu maire de Florence. Parmi ses premiers actes serait, comme un geste symbolique de sa ligne politique, donnant à la galeatese Don Giulio Facibeni le titre de citoyen méritoires de Florence pour son Œuvre de la Divine Providence Madonna del Grappa.

Il sera maire pendant deux moments: 1951-1957 et 1961-1965. Parmi les principales réalisations comprennent la reconstruction ponts Alle Grazie, Vespucci et Santa Trinita détruit par la guerre, la création du district par satellite 'îlot, le réglage du quartier Sorgane, la construction de nombreux logements sociaux, la reconstruction théâtre de la ville, la réalisation de l'usine de lait, le resurfaçage du centre historique. Florence était équipé d'un certain nombre d'écoles de nature à retarder d'au moins vingt ans, la crise de la construction de l'école dans la ville.[6]

Face au grave problème des personnes expulsées, a rejeté sa demande d'obtenir leur diplôme expulsions par les propriétaires, La Pira leur a demandé de louer à la ville un certain nombre de maisons inutilisées. En l'absence d'une volonté de le faire, il a ordonné la confiscation des propriétés elles-mêmes, sur la base d'une loi 1865 qui donne le droit de réquisitionner un hébergement Mairie en présence de raisons de santé graves ou l'ordre public. Devant le conseil municipal, il a prononcé un discours sincère pour la défense de ses actions:

« Eh bien, messieurs les conseillers, je le déclare avec fermeté fraternelle mais ferme: vous avez contre moi qu'un seul droit: le droit de me refuser la confiance! Mais vous avez pas le droit de me dire, monsieur le maire ne se soucie pas des créatures sans travail, sans-abri (évincé), sans assistance (personnes âgées, les malades, les enfants, etc.) (chômeurs ou licenciés). Il est de mon devoir fondamental ceci: le devoir ne reconnaît pas la discrimination et qui vient devant moi de ma position en tant que chef de la ville, puis chef de la cittadina- familiale unique et solidaire par ma conscience en tant que chrétien: avez ici au fond de jeu la même grâce et l'Evangile! S'il est celui qui souffre, j'ai un devoir: d'intervenir dans tous les sens avec toutes les précautions que l'amour et suggère que la loi prévoit, parce que la souffrance est soit diminuée ou apaisée. Une autre règle de conduite pour un maire en général et pour un maire chrétien en particulier là! »

Giorgio La Pira
La Pira Enrico Mattei, Président de 'ENI

Il se bat pour éviter la faillite et l'cihusura Fonderie Cure. Il intervient activement et avec succès à Enrico Mattei la défense de la Pignone emplois ateliers, dont la crise a durement touché la région Toscane menaçant d'impliquer trois mille travailleurs, qui ont commencé les besoins mécaniques du service de groupe ENI sous le nom de Nuovo Pignone. en 1972 travailleurs Pignone dans les ateliers, inspiré par les principes de l'humanité et du christianisme de Giorgio La Pira[citation nécessaire], a fondé le G.I.D.S. (Groupe international des donneurs de sang). À la suite CONTRIBUE Officine Galileo et la Cure.

Pour son discours, il a été accusé d'étatisme et le « communisme blanc ». Autres critiques pour la défense de la libre entreprise don Luigi Sturzo qui met en garde contre le risque de se retrouver dans un « marxisme faux » sinon adhéré aux principes de non-étatisme et de l'Inter. La Pira dit-elle:

« 10000 chômeurs, évincé 3000, 17000 des livrets de pauvreté. Ensuite, les considérations: ..Qu'est devrait faire le maire? Vous pouvez laver les mains tout le monde dit: « désolé, je ne peux pas intéressé à vous parce que vous n'êtes pas étatiste mais inter-classe » »

(Giorgio La Pira)

La Pira voulait à ses côtés, comme conseiller des Beaux-Arts et éducation, Piero Bargellini (Plus tard, également maire de Florence au lieu de la même La Pira, on se souviendra que le maire de 'inondation qui a frappé la ville en 1966) sous les palais ont été restaurés conseils, monuments et lieux saints, a été racheté Forte Belvedere, les cantines scolaires rénovées, ont été dopés sur Fiorentino Maggio et Craft Show, est venu la Foire des Antiquaires.

A partir de 1947 La Pira a inspiré la naissance d'un mouvement catholique jeune Florentin appelé « Objectif Jeune St. Prokulus », du lieu où il se réunissait dans la prière avec des bénévoles. Son disciple et le bras droit de cette initiative était le jeune prêtre florentin Danilo Cubattoli, qui, avec Ghita Vogel, Ulysse et Marigu et Pelleri Fioretta Mazzei, Elle a donné naissance sous l'égide de La Pira à une véritable association axée sur l'assistance et la formation professionnelle des jeunes issus des classes les plus humbles des citoyens. Au cours des décennies qui ont suivi l'association a encouragé les institutions et les individus à prévenir et à surmonter les situations d'inadaptation et de la marginalisation de nombreux jeunes en difficulté. Cette créature provient de la passion chrétienne de Giorgio La Pira et Danilo Cubattoli pouvait se vanter d'ouverture Firenze du premier maison familiale Italien dans le premier la cinquantaine. Président de Société San Vincenzo de Paoli, Florence, il a animé les activités caritatives et sociales.

Giorgio La Pira
Tombeau de Giorgio La Pira en Eglise Saint-Marc à Florence

Avec compagnon Pira Florence Philadelphie, Kiev, Kyoto, fez et Reims. Le Secrétaire général de 'ONU U Thant et l'architecte Le Corbusier Ils sont nommés citoyens d'honneur de Florence. La Pira à Florence cherche à promouvoir le Comité international de la recherche spatiale, un panel de discussion sur les initiatives de désarmement pour mettre en évidence la valeur et l'importance du tiers monde et émergents Etats africains. Parmi les protagonistes de ces initiatives est Ernesto Balducci. La Pira à Florence invite le Président du Sénégal Léopold Senghor. Pour la première lancé l'idée d' 'universités européennes être mis en place à Florence.

Paix et guerre froide

La Pira en 1952 organise la Première Conférence internationale pour la paix et la civilisation chrétienne. De là commence une tâche, seulement en Occident, visant à promouvoir les contacts en vie, profonde, systématique entre les responsables politiques de tous les pays. En 1955, les maires des capitales du monde SIGNE Palazzo Vecchio un pacte d'amitié. En 1958, organise les Entretiens de la Méditerranée impliquant, entre autres, des représentants arabes et israéliens. En 1959, La Pira, invité à Moscou, Il parle (après l'approbation du pape[7], mais pas celle du ministre italien des Affaires étrangères) à Soviet suprême pour la défense de detente et le désarmement.[8]

Dans les années difficiles de la crise entre les Etats-Unis et l'Union soviétique, il a réussi à réunir à Florence la neuvième session de la table ronde est-ouest sur le désarmement. Dans la ville de Adjubei il a reçu l'un des meilleurs dirigeants de l'URSS et la fille de Khrouchtchev.

Pendant la guerre du Vietnam, il a organisé un colloque à Florence, à partir de laquelle il a été fait appel à la paix.

Il a fait un voyage à Hanoï arrêt à Varsovie, Moscou, Pékin, la réalisation d'une proposition de paix qui a fait naufrage en raison d'une avance dans les journaux américains.

Au Palazzo Vecchio, en 1958, il a reçu les plus hautes autorités Pékin. scandale et Réveillé salutation hilarité pleine d'esprit: Dites à votre gouvernement que la République de San Procolo populaire reconnaît République de Chine populaire. Vous devez vous rappeler que, à ce moment-là la République italienne Il a reconnu l'autorité du République de Chine (Taiwan) comme le seul gouvernement légitime de la Chine.

En 1965, il est allé Viêt-Nam et il rencontre en personne Ho Chi Minh. Ils ont travaillé ensemble avec un projet d'accord bilatéral, mais la proposition sera rejetée un an plus tard, lorsque le président de USA Johnson Il a reçu du message de La Pira et Fanfani Ho Chi Minh. A la fin de l'expérience désastreuse de la guerre, les conditions convenues des États-Unis beaucoup plus défavorables que celles proposées dans sa médiation, confirme lui-même La Pira[9].

La Fédération Mondiale des Cités Unies

En 1967, La Pira a été élu président de la Fédération Mondiale des Cités Unies. Son slogan est « Unir les villes pour unir les nations. » après la Guerre des Six Jours visite Hébron, Jérusalem, l 'Egypte. Elle a de longs pourparlers avec le ministre des Affaires étrangères d'Israël Abba Eban, avec le président égyptien Nasser et les maires d'Hébron, Bethléem et des représentants palestiniens à Jérusalem-Est dans la Cisjordanie occupée. en 1968 la Fédération des jeunes Conférence déclare « Les jeunes sont comme des hirondelles, allez au printemps. » Pendant six ans, qui activation sans aucun doute à tous les établissements de niveau dans le monde (villes, régions, Etats) par la Fédération de s'organiser des réunions au sommet sur le désarmement, la paix et la sécurité. En 1973, ils ont tenu à Helsinki au sein de la Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), les consultations d'Helsinki, multilatérales préparatoires. Pas un hasard si le travail a été défini politique de La Pira par les mots « l'art de la paix. » Il a été fortement orientée vers le multilatéralisme, la parité et la coexistence de plusieurs niveaux de dialogue pour rendre justice à la complexité du conflit.

Plus tard, La Pira, ancienne star des tentatives de médiation sur divorce entre catholiques et communistes, il a été parmi les membres du comité d'organisation du référendum abrogation de la loi 1970 introduit en Italie divorce.

À l'automne 1971, à l'invitation Salvador Allende, se rend au Chili et le président chilien, il suggère un accord avec le DC pour lutter contre les forces extrémistes qui divisent le pays[10]. Au lendemain du coup d'Etat a eu lieu le 11 Septembre 1973 a envoyé un télégramme à Augusto Pinochetammonendo, 14 septembre: «Rappelez-vous la voix admonestation de Dieu ici Gladio Ferit, épée perit ». Ensuite, il intervient dans la défense des prisonniers politiques[11].

spiritualité

« Tout ce que vous pouvez comprendre de La Pira avec la foi, personne ne peut le comprendre sans la foi. »

(homélie les funérailles de La Pira, le cardinal Giovanni Benelli)

Giorgio la Pira est formé spirituellement catholique italienne; la formation dominicaine de fer est également important de la relation avec la spiritualité franciscaine, comme en témoignent ses nombreuses visites à La Verna, Assise, où il assistait et de la correspondance avec le président des études franciscaines Arnaldo Fortini et donc la dévotion aux saints franciscains, tels que Camilla da Varano, à savoir la Bienheureuse Battista. La spiritualité La Pira se concentre sur la vision prophétique l'histoire (empruntée au prophète Isaïe) Et l'heure actuelle, où se poursuit l'action de Dieu. A partir de la réalité de la Résurrection, décrit comme « transformateur de levure [...] de la réalité cosmique et historique », La Pira met le chiffre de Christ, vivant comme un homme qui concilie avec Dieu par 'incarnation, chaque problème humain est visité, ennobli, racheté, non seulement une fois pour toutes, mais de façon continue tout au long de l'histoire. Christ, dit La Pira, doit assimiler par la grâce, dit-il Saint-Paul, tous les fidèles, actifs et dans sa vie intérieure.[12]. La Pira considère la taille dominante contemplatif dans la vie intérieure, qui, compte tenu de son engagement principalement public, il manque. Il ne signifie toutefois pas oublier l'importance, comme en témoignent les lettres Carmelo (Voir dans les travaux) qui appelle en permanence un engagement politique est accompagné du spirituel engagement. L'action sociale profonde est en fait fondée sur le commandement, compris comme la réalisation du corps mystique de église dans l'histoire humaine.

béatification

En 1986, sous Pape Giovanni Paolo II a commencé sa béatification. A Florence quelques indiquent comme le « maire saint »[13], comme ils l'appelaient les pauvres Messe St. Prokulus. Le 4 Avril 2005, il a fermé la phase diocésaine de la cause de béatification. Une fois que les documents ont été envoyés au Vatican. A la fin d'Octobre 2007, en prévision du trentième anniversaire de sa mort, ses restes ont été transférés dans l'église florentine de Saint-Marc.

Dédicaces

Giorgio La Pira
Plaque sur la façade de la maison Messine de Giorgio La Pira

En 1996, lors du congrès du citoyen Parti populaire italien de Asola (MN) il était partie dédiée du parti.

Le 20 Janvier 2008, au cours de la première congrès citoyen Parti démocratique de Manfredonia il a été consacré section du Parti de la ville Gargano.

A Caserta est nommé d'après lui la chapelle de la cathédrale, le point de repère et un lieu de rassemblement pour les jeunes de la ville.

Le 5 Octobre 2008 Pozzallo, lieu de naissance de Giorgio La Pira, à l'occasion, il a été nommé le nouveau hélistation à Pozzallo construit dans la zone adjacente à la port de Pozzallo. De plus, dans la ville sicilienne sont nommés après lui la mairie et un Institut d'enseignement supérieur, y compris un Institut technologique des transports et de la logistique, un institut technique de génie électronique et électrique, un Institut de tourisme, un Institut de marketing et des finances et High School.

Depuis le printemps 2014 est présent à Bari, dans la rue Soca et près de l'église orthodoxe russe, un département de la démocratie Cristina qui porte son nom - avec des fonctions de bureau de soutien pour le citoyen et l'entreprise - organisée à l'initiative du conseiller national DC Roberto Loporcaro.

A Messina Ils sont nommés d'après lui et un groupe scolaire fucus (Fédération italienne Université catholique).

travaux

  • L'héritage en-tête et contre son gré dans le droit romain, Florence, Vallecchi, 1930.
  • L'âme d'un apôtre. La vie intérieure de Ludovico Necchi, Milan, Vita e Pensiero, 1932.
  • Notre vocation sociale, Roma, AVE, 1945.
  • La vie intérieure de Luigi Moresco, Roma, AVE, 1945.
  • Présentation de la politique, Florence, Libreria Editrice Fiorentina 1945.
  • La valeur de la personne humaine, Milan, Istituto propagande Libraria, 1947.
  • Architecture d'un Etat démocratique, Rome, Serve édition, 1948.
  • Institutions Droit romain, Firenze, Editrice Universitaria, 1948 (lithographié).
  • L'attente des pauvres, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1951.
  • Pour l'architecture chrétienne de l'Etat, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1954.
  • principes, par Angelo Scivoletto, Florence, Philosophia, 1955.
  • Ainsi, sur la terre comme au ciel, Milan, O.R., 1970.
  • L'unité, le désarmement et la paix, préface de H. Camara, Florence Culture 1971.
  • La genèse du système dans le droit romain, Florence, Setti, 1972.
  • principes, réimpression photostat avec une préface de Giorgio La Pira, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1974.

Autres écrits:

  • Un témoignage chrétien, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1955 (Série de documents 1).
  • Livre blanc sur Officine Galileo, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1959.
  • Correspondance de La Pira avec Khrouchtchev et Malenkov. Les armes atomiques. La religion et le réalisme, par Mario Castelli, extrait du journal "Mises à jour sociale", XVI, Février-Mars 1965 nn. 2-3, Milan, Centre d'études sociales, 1965.
  • Que dit aujourd'hui La Pira, par Vittorio Citterich, Libreria Editrice Fiorentina, 1970 (collier Corée Notebooks 5), 1970.
  • Noël 1974. La Badia. Feuille hebdomadaire de lecture, édité par L. Cavini, Cassa di Risparmio di Firenze, 1974. (1991 Réimprimer).

Écrits de Giorgio La Pira publié à titre posthume (divisé par année de publication).

1978

  • Le chemin d'Isaïe, Florence Culture 1978. Deuxième édition, 1979; nouvelle édition révisée intitulée Le chemin d'Isaïe. Écrits et discours 1965-1977, édité par Gianni Giovannoni et Giorgio Giovannoni, avec une préface de M. Gorbachev, Florence, nouvelle culture, 1996; nouvelle édition entièrement révisée avec une préface de Walter Veltroni, Milan, publié par Paulist Press, 2004.
  • A. Fanfani, Giorgio La Pira: un profil et 24 lettres, Milano, Rusconi en 1978.
  • Lettres au cloîtrée, par Giuseppe Lazzati, Milan, Vita e Pensiero 1978.

1979

  • La maison commune. Une constitution pour l'homme, édité par Ugo De Siervo, Florence Culture 1979; deuxième édition Florence, New Culture Publishing House, 1996.

1980

  • Lettres à Salvatore Pugliatti (1920-1939), édité par Francesco Mercadante, Roma, Studium, 1980.
  • G. La Pira-S.Quasimodo, Carteggio, édité par A. Quasimodo, Milano, Scheiwiller 1980, nouvelle édition augmentée et annoté par Giuseppe Militi, Modena, Artioli Editore, 1998.

1981

  • Lettres à la maison (1926-1977), édité par Dino Pieraccioni, Milan, Vita e Pensiero, 1981.

1985

  • Lettres à Carmel, édité par Dino Pieraccioni, Vita e Pensiero, 1985; deuxième édition étendue Milan, Vita e Pensiero, 1987

1986

  • Une stratégie d'espoir, Nuovo Pignone, Florence, 1986

1987

  • Sangiani A., Giorgio La Pira-Don Giuseppe Brusadelli. Une correspondance inédite, Enzo Pifferi, Como, 1987

1988

  • Giorgio La Pira Mayor. Écrits, discours et lettres, édité par Ugo De Siervo, Gianni Giovannoni, Giorgio Giovannoni, vol. I, 1951-1954, Florence, Nouvelle Culture, 1988
  • Giorgio La Pira Mayor. Écrits, discours et lettres, édité par Ugo De Siervo, Gianni Giovannoni, Giorgio Giovannoni, vol. II, 1955-1957, Florence, Nouvelle Culture, 1988
  • Giorgio La Pira Mayor. Écrits, discours et lettres, édité par Ugo De Siervo, Gianni Giovannoni, Giorgio Giovannoni, vol. III, 1961-1965, Florence, Nouvelle Culture, 1988

1989

  • G. La Pira, parle de Badia avec une annexe de lettres et de documents, édité par Renzo Poggi, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1989.

1992

  • G. La Pira, la fondation et la conception de tout espoir, édité par A. alpiniste Lamioni et P. Andreoli, préface de G. Dossetti, Rome, AVE 1992 (le livre contient les articles La Pira publiés dans la revue "Le foyer" 1948-1977).
  • La feuille Badia Prokulus, par Nicola Lisi, Pietro Parigi, Giorgio La Pira, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1992 (Collier Quête du Graal - Documents et spiritualité Textes 22).

1993

  • Lettres à soeur Peppina et de la famille, édité par L.Rogasi, Milan, Vita e Pensiero, 1993.

1994

  • La Pira autobiographiques. pages anthologique, Torino, SEI, 1994.

1995

  • G. La Pira, juvénile G. Miligi par écrit, Les années de Messine et « paroles de vie » de Giorgio La Pira, Messina, intilla Publisher, 1995.

1996

  • La Pira à Gronkowski. Lettres d'espoir et de la foi (1952-1964), édité par G. Merli et E. Sortez, Pise, Giardini, 1996.
  • G. La Pira, Pour FUCI, par la Fondazione G. La Pira et l'Opéra Madonnina del Grappa, Florence 1996, 12 p. (Supplément au « foyer » du 4 Avril 1996).
  • L'Assomption de Marie, nouvelle édition, organisée par la Fondation La Pira et les bénédictines de Marinasco, Firenze, Fondazione La Pira, 1996.

1998

  • Giorgio La Pira-Salvatore Quasimodo, Correspondance, nouvelle édition élargie annotée par Giuseppe Miligi, Modena, Artioli, 1998

2001

  • principes. Réimprimer de l'édition Libreria Editrice Fiorentina, 1974 Index général et sources, organisée par le Centre d'études de droit romain et systèmes juridiques - CNR - Università La Sapienza à Rome, Turin, Giappichelli, 2001.
  • Le rêve prophétique du Jubilé. Les textes et pensées pour les années saintes 1925, 1950, 1975, Fondazione Giorgio La Pira - Les livres de 1 Badia, Florence, Polistampa, 2001.

2003

  • Cher George ... Cher Amyntor. 25 ans d'histoire dans le tableau La Pira-Fanfani, Fondazione Giorgio La Pira - Les livres de Badia 4, Florence, Polistampa, 2003.
  • Scivoletto A., Giorgio La Pira. La politique comme l'art de la paix, Anthologie de textes. (Collier La pensée politique et sociale de l'Église catholique italienne 28) Rome, Edizioni Studium, 2003.

2004

  • Très Saint-Père. Lettres à Pie XII, par Andrea Riccardi et Isabella Piersanti, Milan, Mondadori, 2004.
  • Sparks de la spiritualité, écrits publiés sur « La vie chrétienne », édité par p. Fausto Sbaffoni O. P. et Giulio Conticelli, Florence, Nerbini, 2004.

2006

  • Le grand lac de Tibériade, des lettres de Giorgio La Pira pour la paix en Méditerranée, édité par M. Giovannoni, Les livres de l'abbaye 7, Florence, Polistampa, 2006.

2007

  • G. La Pira, écrits lazaristes, par Giancarlo Gallici, Rome, New Town, 2007.
  • Mes pensées, édité par Riccardo Bigi, Florence Società Editrice Fiorentina 2007.

2008

  • Giorgio La Pira. A Saint-François au XXe siècle - édité par: Carmelo Vigna, Elisabetta Zambruno avec essai de G. Bellia, Bologne, AVE 2008.

notes

  1. ^ Fiches de données biographiques la Fondazione La Pira Voir les liens externes.
  2. ^ L'épisode est rappelé par Fioretta Mazzei, Il conclut que « [...] le professeur devait être un peu plus de quinze », voir les références, « True Grit Christian Giorgio La Pira »
  3. ^ Voir les références, "Christian Grit Giorgio La Pira"
  4. ^ Voir les références, « Nostalgie de l'autre. La spiritualité de Giorgio La Pira »
  5. ^ vue Alessandro Bedini: "Giorgio La Pira, entre l'Italie et le monde", geocities.com. (Déposé par 'URL d'origine la ).
  6. ^ A. Lugli, Giorgio La Pira, Padoue 1978, p. 40
  7. ^ Source: voir la bibliographie, "Christian Grit Giorgio La Pira"
  8. ^ source: [1] Biographies antifascistes
  9. ^ Bosco Teresio. Christian Grit Giorgio La Pira. Elledici. ISBN 88-01-03158-0
  10. ^ Michele Brancale, Allende et le conseil de la paix de La Pira, Avvenire, le 27 Mars, 1999
  11. ^ Michele Brancale, La Pira et Allende, lettres contre la haine, Avvenire, le 3 Janvier 2013
  12. ^ Voir les références. Nostalgie de l'autre.
  13. ^ Voir Bibliographie: « La détermination chrétienne de Giorgio La Pira »

bibliographie

1955

  • BRISCHOUX C, Georges La Pira, de Jean Daniélou Préface, Paris, Le Puy, 1955 traduction italienne Anna Zampori avec le titre Giorgio La Pira maire avec Dieu, Avant-propos de Lorenzo Bedeschi, Milan, Massimo, 1956 (série 1 Enquêtes); Traduction espagnol sous le titre La Pira Jorge Alcalde de Florencia, version prologue Espanola y por Eduardo Lopez Sanz, Desclée de Brouwer

1957

  • Jacob M., Giorgio La Pira der seltsame Burgermesister von Florenz, Colmar, Alsatia Verlag 1955 Traduction française Giorgio La Pira Maire de Florence, traduit par A. Thumann, Colmar, Editions Alsatia 1955; traduction italienne Giorgio La Pira maire de Florence, Florence, Vallecchi, 1955

1957

  • Di Franca M. N., Giorgio La Pira. Le maire avec des chaussettes blanches, "Collier Biographies", Modena Contemporaries, publié par Paulist Press, 1957
  • G. Vallquist, Giorgio La Pira, Natur och Kultur, Stockholm, 1957.

1959

  • Un pont de l'Entre Prières et Orient Occident: La Pira en URSS, "Informations catholiques internationales" 1er Novembre 1959, pp. 15-24.

1960

  • Citterich V., La Pira en Russie, School House Buoni Typographical Fanciulli Papers Perspectives Ferraresi », Ferrara 1960, pp. 29

1964

  • Les Suisses, La Pira et la manière catholique au communisme, série « Les livres de Borghèse », Milan, Edizioni del Borghese, 1964

1977

  • Fiorillo L., Les fondements théoriques de l'engagement politique de Giorgio La Pira (1926-1945) en XXe siècle mineur. Et la société en Intellectuels Italie, par Giovanni Unconquered, Lecce, Ceglie édition 1977 (avec bibliographie des écrits de Giorgio La Pira)
  • Stefani L., Se souvenir de Giorgio La Pira, Carnets de "The Spur", Florence 1977.

1978

  • A Giorgio La Pira dans "Dominicains. __gVirt_NP_NN_NNPS<__ bulletin bimestriel de la province de Saint-Marc et la Sardaigne", XII (1978), n. 1.
  • Florence Giorgio La Pira, dans "Cahiers. Special", édité par Marcello Lazzerini, Florence, Florence Conseil municipal, 1978.
  • Giorgio La Pira dans "Témoignages", XXI (1978), nn. 203-206, Avril-Juillet de 1978.
  • La Pira et croyant mystique, dans "Magazine ascétique et mystique", 1978, 1, Florence 1978.
  • Pour Giorgio La Pira, par la province de Florence, Florence, 1978.
  • Coppetti M., F. Vasey, Giorgio La Pira l'agent de Dieu. Du « rapport secret de Khrouchtchev » du voyage à Hanoi, Milan, Libreria Feltrinelli, 1978.
  • FanfaniA., Giorgio La Pira: un profil et 24 lettres, Milano, Rusconi, 1978.
  • Lugli A., La grande paix. Giorgio La Pira, Padoue, Padoue Messaggero édition, 1978.
  • Deuxième édition avec le titre Giorgio La Pira messager de la paix, Padova, Editrice Messenger Graphics de Saint-Antoine en 1987.

1980

  • Hommage à La Pira. Rencontre entre deux villes de Florence et Pozzallo, par la ville de Pozzallo, Ragusa, 1980.
  • Miligi G., Les années Messine de Giorgio La Pira, avant-propos par A. Fanfani, Milan, sous la Pesce d'Oro en 1980.

1981

  • F. Mazzei, La Pira Les choses vues et entendues, Florence, Libreria Editrice Fiorentina, 1981.
  • A. Del Noce, Le catholique communiste, Milano, Ed. Rusconi, 1981

1982

  • Carlino S. L., L'humanisme chrétien de Giorgio La Pira entre l'histoire et la prophétie, Rome, l'Université pontificale du Latran en 1982

1983

  • AA.VV, La Pira aujourd'hui, Compte rendu de la 1ère Conférence des études sur le message Giorgio La Pira dans l'époque actuelle, Florence 4-7 Novembre 1981, Firenze, Publishing Culture 1983
  • Puissant V., Giorgio La Pira et la pensée de saint Thomas, Milan, Massimo 1983
  • Rogge P., Catholiques et le plein emploi. L'attente des populations pauvres de Giorgio La Pira, Milan, A. Giuffre Editeur 1983

1984

  • La Pira et perspectives dans "Perspectives. Numéro spécial", XVI (1984), n. 85
  • révolution technologique et les choix économiques. En relisant « L'attente des pauvres de Giorgio La Pira », « Perspectives de Notebooks. 3 », supplément à pas. 85 "Perspectives", XVI (1984)
  • R. botticelli, maire de la paix Giorgio La Pira, Brescia, La Scuola Editrice 1984
  • Galli G., ...Il a défendu Pignone, Florence, Libreria Editrice Fiorentina 1984

1985

  • Bernabei D. Giuntella P., Giorgio La Pira « vendeur d'espoir », Roma, Città Nuova Publishing, 1985
  • Giovannoni, G., La Pira, un homme de paix, « Cahiers de la Bibliothèque publique de Terre-Neuve Bracciolini », n. 14, Septembre 1985
  • Raneri G., Les enfants du tremblement de terre, préface de Giuseppe Miligi, Messina, Pungitopo Publishing, 1985
  • Auteurs divers 8e anniversaire de la mort du messager Giorgio La Pira de la paix mondiale, Modica, Lithographie La graphique, 1985

1986

  • E. Balducci, Giorgio La Pira, S. Domenico di Fiesole, publié par la culture de la paix 1986 (Masters Series)
  • Citterich V., Un saint au Kremlin. Giorgio La Pira, Milan, publié par Paulist Press 1986

Deuxième édition: Pauline Publications 1992 (Témoins de Collier d'hier et d'aujourd'hui 8)

  • Maffeo P., Giorgio La Pira, Bologne, EDB, 1986 (Collier Marche de l'Esprit)
  • G. Parenti, ACLI et syndiqué à Florence dans les années 1945-1950, Florence Culture Publishing 1986
  • Divers auteurs, La Pira et la politique. Compte rendu de la 7ème réunion de l'éducation culturelle, S. Biagio à Mondovi 26 Octobre 1986, Florence, Publishing Culture 1987
  • R. doni, La ville sur la colline, Rusconi 1986
  • Nargi L., Giorgio La Pira et Notre-Dame de Castelvetere, Typographie Grappone, Avellino 1986

1987

  • AA. VV., La prophétie de la politique de paix. Le témoignage de Giorgio La Pira, Bologne, EMI 1987
  • Antonielli A., Giorgio La Pira, le témoin du temps, l'administrateur, l'homme politique. La première période d'administration de Florence (1951-1954), Florence, Publishing Culture 1987
  • U. Di Tullio, Les réquisitions de Giorgio La Pira. analyse historique et juridique, Roma, Editrice La Parole 1987

Deuxième édition en format électronique: glyphe ebooks, 2012

  • A. Rizzo, Le problème de la justice et la paix dans la pensée de Giorgio La Pira, Treviso, théorème 1987
  • M. Signorini, La Pira. La dernière campagne électorale, Firenze 1987

1989

  • G. Di Capua, La Professorin l'Assemblée constituante, Roma, Edizioni 1989 EBE
  • Q. Sigona F., La Pira et le Pozzalesi, Pozzallo, Edi, 1989

1990

  • P. Chenaux, Une Europe Cité du Vatican? Entre le plan Marshall et de Rome le Traités, Bruxelles, Ciaco, 1990, p. 215-232
  • G. Bean, Un Sacristie de comunistello. Giorgio La Pira et l'effondrement du communisme, préface de G. Andreotti, Rome, Logos, 1990 (série mettant en scène 6)
  • Carlino S. L., Le « sens » de l'histoire dans les écrits de Giorgio La Pira, présentation de Cesare Martino, Florence, New Culture Publishing 1990
  • Carlino S. L., Histoire et témoignage. Essai sur Giorgio La Pira langue, présentation Aniceto Molinari, Florence, New Culture Publishing 1990
  • Meridiani, Le jeune Pira. itinéraire historique et spirituel jusqu'à la publication de principes (1904-1939), Florence, Nouvelle Culture édition 1990
  • A. Thome, Die Leiden der Volker begriffen. Giorgio La Pira Christ und Poltiker, Trèves, Paulinus Verlag, 1990
  • G. Gallons, L'enseignement de Giorgio La Pira à l'épingle de l'histoire d'aujourd'hui , Les Cahiers de « foyer », Florence, 1990

1991

  • Amodeo N., constituant Giorgio La Pira, préface de Giuliano Amato, Rome 1991
  • M. Cioffi, Giorgio La Pira. Étant donné que la loi et les catégories histoire d'Isaïe, Firenze 1991
  • Citterich V., Professeur, je me souviens. Lettres à Giorgio La Pira. 1981-1991, la présentation d'Enzo Biagi, Turin, New Editions Rai Eri 1991
  • Leoni S., La formation de la pensée politique de Giorgio La Pira, Florence, Nouvelle Culture édition 1991
  • S. Perrone, « Bonjour » dit La Pira « Il y a des grillons à Florence », Reggio Emilia, Villes Harmonieux, 1991 (Collier Ville Harmonieux 4)
  • M. Sica, Marigold n'a pas de fleurs. La contribution italienne à la paix au Vietnam, Florence, Ponte alle Grazie, 1991

1992

  • E. De Miribel, Espérer contre toute espérance. Giorgio La Pira. Un prophète au coeur de notre histoire, de Jean Lacouture préface, Paris, 1992. Desclée de Brouwer G. Carocci traduction italienne sous le titre Giorgio La Pira. Espérant contre toute espérance, présentation Francesco Malgeri, Rome, New Town, 1994
  • Giorgio La Pira vu par Giuseppe Lazzati, édité par O. Oberti, Lazzati Dossier 2, Rome, AVE, 1992

1993

  • Divers auteurs, La Pira et les années des « Principes ». La pensée de Thomas d'Aquin et la lutte contre la dictature, Florence, Nouvelle Culture (Collier Spes contre Spem), 1993
  • Burigana R., Giorgio La Pira homme du dialogue, San Pietro in Cariano - Vérone, le siège (Collier témoins Europe sans frontières 4), 1993
  • Lensi Orlandi G. C, Avec saint François et La Pira, Pescia, impression Benedetti, 1995

1994

  • P. Chenaux, Paul VI et Maritain. Les du Rapports "montinianisme" et du "maritanisme", Institut Paul VI de Brescia, 3 Sages, Roma, 1994 Studium, p. 45-57

1995

  • Miligi G., Les années de Messine et « paroles de vie » de Giorgio La Pira, Messina, intilla, 1995 (Collier Culture Bibliothèque 14)
  • Pancaldo D., A l'intérieur des espoirs de l'homme un témoin réel. Giorgio La Pira catholique, Ora Ensemble Cahiers, carnets, Communauté Marie Notre Mère AIAS, Pistoia, 1995
  • Ryan L.C.s M., Principios y practica de la ética Segun sociale La Pira, (Excerpta ex dissertatione à Doctorandum dans facultate Philosophiae Pontificiae Universitatis Gregorianae), Rome, 1995
  • Nargi L., Giorgio La Pira en Castelvetere, Lioni, Poligrafica Irpina, 1995

1996

  • Catholiques et marché une grande controverse. Giorgio La Pira et Luigi Sturzo, édité par D. Antiseri, Rome, Concept, 1996
  • Dall'Asta G., Giorgio La Pira (1904-1977), Urbino, Quattroventi, 1996
  • Murgia O., Giorgio La Pira chrétienne et engagement politique, Rome, Dehoniane (Collier Futuroggi), 1996
  • P. Palagi, Giorgio La Pira. Politique et option pour les pauvres, Bologne, EDB (Collier Aujourd'hui et demain 25), 1996

1997

  • F. Di Scala, Giorgio La Pira vendeur d'espoir, introduction de Mons. Max Lauro, Ischia, Engagement Cercle, 1997
  • Piva L., Giorgio La Pira. L'éternel dans le temps l'utopie du Royaume de transformer l'histoire, Milan, San Paolo, 1997
  • La Fondation Pira, Giorgio La Pira, images d'histoire, Florence, Polistampa, 1997

1998

  • Giorgio La Pira Assemblée constituante, le maire et Messager de la paix, Actes de la Conférence des Sarmeola di Rubano, Padova, le 7 Novembre 1998, la ville de Rubano, 1998
  • La Fondation Pira, La Pira, son temps, ses amis 1926-1977. Les textes, documents et images, Florence, Polistampa, 1998
  • V. Péri, La Pira, Dossetti, Lazzati. Dans le silence de l'espoir, Roma, Editrice Studium, 1998 (Collier Religion et Société. Histoire de l'Eglise et les mouvements catholiques 31)
  • Divers auteurs, Giorgio La Pira: l'espoir et la prophétie chrétienne, Milan, Dialogue, Actes de la Conférence: «L'espoir et la prophétie chrétienne au seuil du troisième millénaire Dans le vingtième anniversaire de la mort de Giorgio La Pira », 1998
  • Cavallaro N., Giorgio La Pira et GIAC Catania. lettres inédites, "Synaxe" (Catania), 16 (1998) 1, pp. 283-309

1999

  • Carnemolla P.A., Un siciliano cristiano. Étude critique de Giorgio La Pira (1978-1998), Centre d'études A. Cammarata, Caltanissetta-Rome, Salvatore Sciascia, 1999

2001

  • De Giuseppe M., Giorgio La Pira. Un maire et les voies de la paix, Milan, Centro Ambrosiano (Collier Protagonistes de notre époque), 2001
  • V. Péri, Giorgio La Pira. historiques les zones frontalières évangéliques, Centre d'études A. Cammarata, Caltanissetta-Rome, Salvatore Sciascia, 2001
  • Radi L. Tonini F., Début de la vie de Giorgio La Pira, Assise, Cittadella Editrice (série Biographies), 2001

2002

  • AA.VV, L'identité religieuse de Florence au XXe siècle, La Pira Foundation - Les Livres de 2 Badia, Florence, Polistampa, 2002
  • Auteurs divers La Pira: la prophétie accomplie, le gouvernement des choses - Florence, Polistampa, 2002

2003

  • Vinerba R., Le témoignage moral des chrétiens en politique. L'exemple de Giorgio La Pira, Archidiocèse de Pérouse Città della Pieve - Province de Pérouse, Pérouse, 2003
  • Scivoletto A., Giorgio La Pira. La politique comme l'art de la paix, Roma, Studium (collier La pensée politique et sociale de l'Église catholique italienne 28), 2003
  • Auteurs divers Giorgio La Pira communicateur prophétique, des ordinateurs portables de bureau, Naples, UCSI, 2003

2004

  • Puissant V., La Pira entre l'histoire et la prophétie. Avec maître Tommaso, Gênes, Marietti 1820, 2004.
  • Bigi R., Le maire de Saint, Milan, San Paolo, 2004
  • Auteurs divers Être dans le monde la mission du Seigneur. Témoignages Eglise de Giorgio La Pira, Les livres de Badia 6, Florence, Polistampa, 2002
  • E. Bianchi, G. Conso, Putrella R., F. Machado, L'unité, la diversité, le dialogue, Toscane Délégation régionale de A.C., Rome Ave, 2004
  • R. doni, Sainteté « Weekday » et la sainteté dans l'histoire, Padova, Edizioni Messaggero, 2004

2005

  • Divers auteurs, Giorgio La Pira de la Sicile en Méditerranée, par Marcello Saija, Actes de la conférence d'ouverture des célébrations du centenaire de la naissance de Giorgio La Pira, Messine-Pozzallo, 8-10 Janvier 2004, Messina, Trisform 2005
  • Divers auteurs, Giorgio La Pira et en France: enjeux et chemins de recherche de Maritain De Gaulle, édité par P. L. Ballini, Florence, Giunti, 2005
  • Divers auteurs, Giorgio La Pira et la Russie, édité par M. Garzaniti et L. Tonini, Florence, Giunti, 2005
  • Divers auteurs, Les attentes des pauvres: Giorgio La Pira et la culture économique anglo-saxonne, édité par P. Rogge, Florence, Giunti, 2005
  • Divers auteurs, Giorgio La Pira: racines ibériques de la théologie de l'histoire, organisée par la Communauté de S. Leolino, Florence, Giunti, 2005
  • Divers auteurs, Giorgio La Pira et la vocation d'Israël, par L. Martini, Florence, Giunti, 2005
  • Nostalgie de l'autre. La spiritualité de Giorgio La Pira, par Vittorio Puissant, Gênes-Milan, Marietti, 2005.
  • Cerrato S., La spiritualité de Giorgio La Pira à la lumière des mystères du Christ, Ragusa, Argo, 2005
  • Orlandi M. G., Construire la Terre. Adventures vie Giorgio La Pira - Léopold Sédar Senghor, Florence, Anscarichae Domus, 2005

2006

  • Badalamenti M., La Pira franciscain. Faire la vie de la foi, Villa Verucchio, Rimini, Pazzini, 2006
  • Rogasi L., Giorgio La Pira, une ville sicilienne dans le monde, Les livres de l'abbaye, 8, Florence, Polistampa, 2006

2007

  • Vezzosi G., Construire le Corps du Christ, Montespertoli, Aleph, 2007
  • M. Toschi, Giorgio La Pira et le visage de la paix, Florence, Opera Madonnina del Grappa, 2007
  • R. doni, Giorgio La Pira prophète du dialogue et de la paix, Milan, Paulist Press, 2007
  • P. D. Giovannoni, « A Florence, un conseil des nations » - La première conférence pour la paix et la civilisation chrétienne, Les livres de l'abbaye, 9, Florence, Polistampa, 2007

2008

  • M. Caracciolo, Aldo Capitini et Giorgio La Pira - prophètes de la paix dans le chemin d'Isaïe, Lecce, Milella, 2008
  • Vittorio Peri, Giorgio La Pira, Salvatore Sciascia Editore, Caltanissetta, 2008

2009

  • Badalamenti M., Les pèlerins de la paix. François d'Assise et Giorgio La Pira en Terre Sainte, Milano, Ed. Terre Sainte, 2009

2010

  • A. Volpe, Quatre chrétiens. Madeleine Delbrêl, Giorgio La Pira, Alcide De Gasperi et Charles de Foucauld, Rome, Ed. De l'Atelier 11, 2014

Articles connexes

  • Code de Camaldoli
  • David Maria Turoldo
  • démocrates-chrétiens
  • Gouvernement De Gasperi V
  • Mouvement catholique en Italie
  • Nuovo Pignone
  • Les maires de Florence

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Giorgio La Pira
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Giorgio La Pira

liens externes


prédécesseur Maire de Florence successeur FlorenceCoA.svg
Mario Fabiani 5 juillet 1951 - 27 juin 1957 Lorenzo Salazar la
Lorenzo Salazar 7 mars 1961 - 15 février 1965 Lelio Lagorio II
prédécesseur Secrétaire d'État la Ministère de la Sécurité du Travail et social successeur Emblème de Italy.svg
Luciano Magrini 23 mai 1948 - 27 janvier 1950 Leopoldo Rubinacci et
Vittorio Pertusio
autorités de contrôle VIAF: (FR66475500 · LCCN: (FRn79079162 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 003842 · ISNI: (FR0000 0001 2096 3021 · GND: (DE118945378 · BNF: (FRcb119465533 (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez