s
19 708 Pages

Marc Bloch
Marc Bloch Benjamin Léopold

Marc Bloch Benjamin Léopold (Lyon, 6 juillet 1886 - Lyon, 16 juin 1944) Il était historique français.

biographie

La famille et l'éducation

Né à Lyon par une famille juif source alsacien dont il a été transféré à conserver la nationalité française après Guerre franco-prussienne[1], Il était le deuxième fils de l'historien Gustave Bloch et Sarah Ebstein.[2]

Marc Bloch a conduit brillamment ses études secondaires à Paris Lycée Louis-le-Grand; il a obtenu la baccalauréat dans la littérature et de la philosophie en 1903, pour entrer dans l'année suivante à 'École Normale Supérieure vient de fusionner à Sorbonne; Ici, il a étudié pendant quatre ans d'histoire médiévale sous la direction des enseignants qui Ferdinand Lot et Christian Pfister, et son père du même.[2]

Il a passé avec brio l 'agrégation[3] de cependant, en haute histoire de l'école et la géographie en 1908 et était destiné, seulement en 1912 Montpellier. Pendant ce temps, 1908-1909, il a suivi avec l'aide du ministère des cours des universités étrangères Berlin et Leipzig, où il est devenu familier avec la tradition historiographique Allemand, l 'ethnologie, l'histoire juridique et comparative histoire économique. Il a été particulièrement attirée par la pensée Karl Büchner, professeur à Leipzig, a décidé de défendre l'importance de 'économie de marché quel moteur le processus de libération des masses du Moyen Age; d'autres éminentes personnalités rencontrées à Leipzig était Karl Lamprecht, auteur du concept de « histoire totale » et une grande inspiration Henri Pirenne (Ami et mentor ci-après de Bloch).[2]

A son retour à Paris, il a été admis à la Fondation Thiers (1909-1912) où il a écrit sa thèse de doctorat sur la disparition de servage dans 'Ile-de-France dans les XIIe et XIIIe siècles.[2][4]

La Première Guerre mondiale

Après une année d'enseignement à Montpellier, il a déménagé à Amiens en 1913, où il a pris l'épidémie de Première Guerre mondiale. Bloch a été rédigé en sergent de infanterie servant de réservistes en 272º régiment, et il a atteint le contraire de 'Argonne à l'automne 1914.[2]

En 1915, hospitalisé la fièvre typhoïde, Il a rassemblé leurs expériences Souvenirs de guerre, réflexions sur la psychologie individuelle et collective des officiers et des soldats, où l'accent a été mis sur le courage tranquille de secondes et la myopie tragique du premier. La vie des tranchées lui a coûté un 'la polyarthrite rhumatoïde qui le tourmentait pour le reste de la vie.[2]

Sous le commandement d'un section, Il a terminé la guerre avec le grade de capitaine dans les services d'information. Il avait quatre citations à l'ordre du jour, a été décoré avec Légion d'honneur des faits militaires, et a la Croix de Guerre.[5]

carrière universitaire

il fut après la guerre, appelé à 'Université de Strasbourg, Français est revenu à la ville en 1919, où avec Christian Pfister Il a jeté les bases de la section d'histoire médiévale. La thèse de débats, en 1920, il est devenu professeur, et en 1927 a officiellement pris la chaire d'histoire médiévale. Bien qu'il vise encore au siège plus prestigieux Sorbonne, Bloch à Strasbourg qui pourrait émerger comme éminent historien du Moyen Age: dans un environnement académique animé comme aucun autre en France à l'époque, sans doute par le désir de rivaliser avec les voisins allemands, réunis les meilleurs représentants des sciences historiques et sociales, telles que Gabriel Le Bras, Maurice Halbwachs, André Piganiol, Ernest Hoepffner, Charles Blondel, Henri Baulig, Charles-Edmond Perrin, Georges Lefebvre; Strasbourg Bloch se lie d'amitié avec un collègue en particulier plus Lucien Febvre, avec qui il a collaboré pour le reste de la vie.[2]

En 1919, il a épousé Simone Vidal (1894-1944); le mariage a produit six enfants, dont Etienne que son père en 1997, il a écrit la « biographie impossible »[2][6].

Bloch n'a pas manqué d'appliquer l'expérience de la guerre, son esprit critique aiguisé: une perspective tout à fait originale, et conscient de désinformation en place au moment de la 'affaire Dreyfus, Il a analysé le processus de falsification des nouvelles par voie orale développé entre les soldats par l'action de censure; Il a suivi un article en 1921, intitulé D'un Réflexions sur les Fausses Historien de la guerre nouvelles.[7]

Il a publié en 1924 son ouvrage magistral, Les Rois thaumaturges (Les rois thaumaturges; J'éd. Italienne: Einaudi, 1973), où il a expérimenté une méthode comparatiste hardiment marquée par les maîtres de linguistique (Il était lui-même polyglotte) Et l'importance de la affirme avec force psychologie dans l'étude de l'histoire.[2]

Est 1931 son œuvre la plus citée, pour de nombreux chercheurs aujourd'hui la contribution de l'auteur maximale à l'historiographie, Les Caractères de l'histoire originaux English Rural, très innovant imposant un'interdisciplinarità rare pour l'époque, dans le but de mieux comprendre l'évolution des structures agricoles occidentale médiévales et modernes.[2]

Dans les années 1930, il a prévu de publier une collection de ses écrits sur la méthode historique, sous le titre Historiens à l'atelier, et il a l'idée Editrice Gallimard. La chose n'a pas aller de l'avant, et la mort prématurée en 1944 a quitté le travail inachevé, jusqu'à ce qu'un squelette a été découvert à Fougeres, la villa où Bloch avait vécu la dernière période de la vie. En 1949, son ami et collaborateur Lucien Febvre ont pris en charge de la publication à titre posthume, sous le titre de -voluto dall'autore- Apologie pour l'histoire d'UO métier Historien (l'histoire ou l'artisanat historique Apologie; J'éd. Italienne: Einaudi 1950).

école des Annales

Entre 1920 et 1926, avec Lucien Febvre, le projet a tenté de lancer une revue internationale de l'histoire comparative sociale et économique, avec l'ambition de solliciter la participation et les échanges scientifiques entre les experts européens dans les différentes disciplines. Les deux, à la recherche d'un conservateur d'un profil académique de haut, tourné en 1921 Henri Pirenne. Grâce à Pirenne, en 1925, Bloch et Febvre ont contacté le 'American Historical Association, dans l'espoir d'obtenir un prêt du fonds nommé d'après Laura Spelman Rockefeller. Le projet a sombré, en partie à cause des intérêts nationaux des deux côtés, mais pas moins la réticence par Bloch et Febvre à admettre des chercheurs allemands du comité de rédaction, en dépit du caractère international du magazine.[2]

En 1929, avec « le groupe de Strasbourg » qui comprenait également Febvre, Bloch a fondé le magazine au lieu Annales d'histoire économique et sociale (Depuis 1994, l'appel Annales. Histoire, Sciences Sociales), Dont le titre, il était déjà une rupture avec « l'histoire historicisation », en vogue en France grâce à positivisme. Bloch, l'un des premiers historiens français à être intéressés par l'étude comparative des civilisations et l'histoire de la pensée (aussi vu que l'histoire anthropologique), il publié dans la période avant la guerre des éléments importants, principalement centrés sur féodalisme, et brillantes notes de lecture dont la contribution méthodologique est restée en vie, même après la mort de l'auteur, et à ce jour.[2]

En 1928, il a couru à Bloch Collège de France, attirés par les ressources intellectuelles plus d'une des institutions françaises les plus prestigieuses, et a proposé d'enseigner une « histoire comparée des sociétés européennes, » mais il n'a pas été admis; être en mesure d'y accéder qu'en 1933 febvre est également couru sans succès,; Bloch a essayé de nouveau en 1934-1935, avec le soutien du même Febvre et Étienne Gilson, mais en vain. Le concours estompé l'amitié entre les deux, bien que l'harmonie ne intellectuelle.[2]

Après le dernier échec Bloch a cherché une position plus prometteuse à Sorbonne: En 1936, il a réussi Henri Hauser à la présidence locale de histoire économique, alors seulement existant en France; commandé son intérêt pour stimulé l'affaire, et a donné la porte à une grande production d'articles, revues et publications. Il a fondé en 1938, avec le sociologue Maurice Halbachs, l'Institut d'histoire économique et sociale, centre de recherche créé afin de promouvoir l'étude des facteurs économiques de l'histoire.[2]

la Guerre mondiale Je pris alors la hauteur de sa carrière et de la recherche, culminant avec la sortie, entre 1939 et 1940, les deux volumes La Société féodale (la société féodales); dernier ouvrage publié au cours de sa vie, et l'étude sans doute plus durable de sa carrière, avait une grande résonance en France et à l'extérieur, les médiévistes, les historiens et les fans.[2]

Marc Bloch
Plaque commémorative à 'Université de Strasbourg, bâtiment de l'Université.

Un historien de la guerre

Marc Bloch
Le monument érigé Roussilles sur la place de Marc Bloch.

Malgré son âge (53 ans), un polyarthrite la désactivation et une grande famille, il a été appelé une semaine avant 'invasion allemande de la Pologne. Après un passage en Alsace, il a été admis au commandement suprême de la France du Nord, Picardie, et destiné à l'alimentation. Il y est resté pendant la guerre étrange et Campagne de France jusqu'à capitulation de la Belgique; Bloch se trouvait parmi les milliers de soldats sont montés à bord Dunkerque, Mais quelques semaines plus tard, il est retourné en France, peu de temps avant l'occupation de Paris.[2]

Au cours de la brève expérience de la guerre Bloch a vu LOUPE le naufrage troisième République; les événements ont pris Le Étrange défaite, Il est écrit dans la maison qu'il possédait à Fougères, ville de Le Bourg-d'Hem (Creuse), Juillet à Septembre 1940, le livre a été publié à titre posthume en 1946 et accrédite l'idée que la défaite française était due aux niveaux de commandement suprême, et en raison de plus d'un manque de préparation et la capacité d'innovation que l'esprit mauvais de combat des troupes . Il aborde également la question de ce que les élites avaient préféré gagner la Le national-socialisme en France et en Europe, face à la menace de communisme. En particulier, il exprime le découragement de l'auteur devant l'attitude d'une partie de bourgeoisie Français et intellectuels, qui, selon lui, avait contribué à la paresse de la défaite, ne s'allier avec fascisme et coopérer activement avec les Allemands.[2]

Comme Juif, après l'armistice du 22 Juin 1940 et la démobilisation, Bloch a été exclu de la fonction publique (Octobre 1940). Au début, elle pensait trouver refuge aux États-Unis, où il avait été offert une place à New School for Social Research de New-York; mais plus tard, le projet a été abandonné parce qu'il ne pouvait pas prendre avec lui le fils aîné de l'âge militaire. Il a été réadmis à ses fonctions de mérite un service exceptionnel, grâce à la décision du Secrétaire d'État pour l'éducation nationale, l'historien Jérôme Carcopino, ancien élève de son père, et a obtenu un rendez-vous à la faculté de la branche Strasbourg Clermont-Ferrand. Ici, Bloch a poursuivi ses recherches, dans des conditions très difficiles et en proie à une grande agitation. Pour l'état de santé précaire de sa femme, il a demandé et a reçu un transfert Montpellier en 1941.[2]

Même après avoir perdu l'accès à votre bibliothèque personnelle continue d'écrire pour le magazine Annales (Rebaptisée melanges pour échapper à la censure des publications universitaires), la signature Fougeres. Dans cette période difficile, sans consulter les documents, il a écrit le 'Apologie pour l'histoire, d'Historien OU Métiers, publié à titre posthume en 1949 à l'initiative de Lucien Febvre.[2]

Quand les Allemands Ils ont envahi la zone libre, jusqu'alors contrôlée par le gouvernement de Vichy, Bloch a dû revenir avec sa famille à Fougeres; à la fin de 1942 ou au début de 1943, il est entré dans la résistance; Il a choisi le nom fictif Narbonne.[2]

Il a ensuite déménagé à Lyon, où sous le pseudonyme Blanchard personnellement, il a contribué à l'activité du Franc-Tireur. Il a été arrêté le 8 Mars 1944 par la gestapo, Il a torturé pendant trois mois, et a tiré le 16 Juin prochain avec 29 autres partisans.

Contribution à l'histoire du Moyen Age

Marc Bloch
Dédicace de Marc Bloch Maurice Halbwachs (1928).
Conservé à la Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Paris Descartes-CNRS.

De nombreux historiens, français ou non, ont reconnu leur dette intellectuelle à Marc Bloch: Fernand Braudel, Georges Duby, Jacques Le Goff, Bronisław Geremek et d'autres.[2]

Les historiens modernes célèbrent dans Bloch (comme aujourd'hui critiqué pour sa rationalisme et sa croyance en cours), la rigueur analytique, l'ampleur de la vision et la volonté d'ouvrir le champ de l'histoire à d'autres disciplines scientifiques. En outre, sa contribution à l'étude de l'histoire médiévale, par la variété des sources et la rigueur analytique, il est encore largement utilisé par les chercheurs.[2]

Comme ses collègues de 'École des Annales, Marc Bloch a suggéré de ne pas utiliser comme sources seuls les documents écrits, mais aussi compter sur d'autres preuves: artistique, archéologique, numismatique, et ainsi de suite. Il est ensuite orienté vers l'analyse de la histoire économique, et, préconiser également l'unité de sciences humaines, il a eu recours sans cesse méthode comparative, la prédication parmi les historiens le travail interdisciplinaire et collective.

Bloch a laissé une grande influence dans le domaine de historiographie par son incomplète histoire apologie ou métier d'historien), Dédié à son ami et collègue Lucien Febvre, auquel il travaillait encore au moment de la mort. Le livre de Bloch et Qu'est-ce que l'histoire? de Edward Carr Ils sont aujourd'hui considérés parmi les œuvres les plus importantes de la théorie historiographique XX siècle.

travaux

monographies

  • L'Isle-de-France: les paie de Paris Autour (Paris: 1913)
  • Et serfs Rois: une histoire capétienne d'Chapitre (Paris: Champion, 1920); Roi et serviteurs. Un chapitre de l'histoire capétienne, Napoli, Edizioni immanence, 2016 ISBN 9788898926787
  • Souvenirs de guerre (1914-1915) (Paris: Armand Colin, 1969); La guerre et les faux rapports. Souvenirs (1914-1915) et réflexions (1921), Série # 4, Donzelli, Rome, 1994 ISBN 88-7989-087-5
  • Reflexion d'un sur les Fausses Historien de la guerre nouvelles, en Revue de synthèse historique, 1921; Réflexions d'un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, dans M. Bloch, Les historiens et l'histoire, Turin, Einaudi, 1997 pp. 163-184
  • Les Rois thaumaturges: Etude sur le caractère surnaturel à la puissance attribué particuliérement en France royale et en Angleterre (Strasbourg: Publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1924); Les rois thaumaturges. Les études sur le caractère surnaturel attribué à la puissance des rois notamment en France et en Angleterre, traduction italienne de Silvestro Lega, 121 Bibliothèque de la culture historique, Einaudi, Torino, 1973-1980
  • Les Caractères de l'histoire originaux English Rural (Oslo et de Paris: Les Belles Lettres, 1931); Le caractère original de l'histoire rurale française, Collier petite bibliothèque 207, Einaudi, Torino, 1973
  • La Société féodale, vol. 1: La Formation des privilèges de dépendances (Paris: Albin Michel, 1939); vol. 2: Les classes et Le gouvernement des hommes (Paris: Albin Michel, 1940); la société féodales, traduction italienne de Bianca Maria Cremonesi, 36 Bibliothèque de la culture historique, Turin, Einaudi, 1949
  • La défaite Etrange (Paris: Société des Editions "Le Franc-Tireur", 1946); La défaite étrange. Le témoignage écrit en 1940, suivi par les écrits du sous-sol. 1942-1944, Napoli, Guide, 1970
  • Apologie pour l'histoire d'UO métier Historien (Paris: Armand Colin, 1949); histoire apologie ou métier d'historien, traduction italienne de G. Gouthier, Einaudi, Torino, 1950

Cours publiés

  • Esquisse d'une histoire de l'Europe monétaire (Paris: Armand Colin, 1954); Donne un aperçu d'une histoire monétaire de l'Europe, Collier petite bibliothèque 414, Einaudi, Torino, 1981
  • La France sous les Capétiens, 1223-1328 Derniers (Paris: Armand Colin, 1964)
  • English et seigneurie anglais Manoir (Paris: Armand Colin, 1967); Signoria français et manoir anglais. Des conférences sur la propriété foncière en France et en Angleterre, Cambridge: Polity Press, 1980
  • Le règne de Louis XIV. aspects économiques, Corso repris par P. Heumann, trans. et édité par Frédéric Ieva, Bibliothèque Collier, Turin, Aragno, 2016, ISBN 978-88-8419-776-4.

monographies à titre posthume

  • Histoire et Historiens (Paris, Armand Colin, 1995), textes réunis par Étienne Bloch; Les historiens et l'histoire, Bibliothèque Collier, Einaudi, 1997, ISBN 88-06-14169-4
  • La terre et le paysan (Paris, Armand Colin, 1999), textes réunis par Étienne Bloch
  • carnets inédits (1917-1943), par Massimo Mastrogregori, Bibliothèque Collier, Turin, Aragno, 2016, ISBN 978-88-8419-789-4.

Collections d'articles publiés en italien

  • Travail et technique au Moyen Age, traduction de Giuliano Procacci, Gino Luzzatto Préface, Culture moderne Bibliothèque, Roma-Bari, Laterza, 1959
  • Les domestiques dans la société médiévale, Trad. Maria Teresa Grendi Hirschkoff, historique Pensée Collier n.65, La Nuova Italie Editrice, Florence, 1975
  • L'ordre de la communauté et de l'individualisme agraire naissance en France du XVIIIe siècle, Milan, livre Jaca, 1978-9
  • Que demander l'Histoire?, édité par Grado Giovanni Merlo et Francisco Mores, Collier etcetera, Castelvecchi, Rome, 2014 ISBN 978-88-6826-244-0

honneurs

Croix de guerre 1914-1918 - ruban ordinaire uniforme Croix de guerre 1914-1918
Chevalier de la Légion d' src= Chevalier de la Légion d'honneur
Medaille militaire - ruban ordinaire uniforme medaille militaire

notes

  1. ^ Une disposition de la Traité de Francfort permis Alsace-Lorraine résidents dans l'une des communes françaises devaient opter pour l'une des deux nationalités avec une simple déclaration; également permis aux citoyens des municipalités annexées à l'Allemagne de conserver la nationalité française quitter la région avant le 1er Octobre 1872
  2. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v Michaud
  3. ^ En France, un concours public pour les enseignants de l'enseignement secondaire et supérieur.
  4. ^ Publié en 1913 sous le titre L'Isle-de-France: les paie de Paris Autour, Il a constitué le matériau de base pour sa thèse de doctorat Et serfs Rois: une histoire capétienne d'Chapitre, dans lequel Bloch faisant usage de documents juridiques, politiques et fiscaux, traité le sujet d'une nouvelle perspective infirmant l'ancienne conception historique selon laquelle les rois capétien Ils avaient tous émancipé les esclaves dans les domaines royaux, ce qui prouve bien que le phénomène était très limité et pas du tout hors du commun. Bloch ne pouvait pas discuter de la thèse jusqu'en 1920, en raison de la guerre.
  5. ^ La période écoulée de Marc Bloch en Argonne pendant le conflit, voir. Daniel Hochedez, Un front de au Historien: Marc Bloch en Argonne (1914-1916), en Horizons d'Argonne, nº 89, Sainte-Menehould, Centre d'études Argonnais, Juin 2012, p. 59, ISSN 0441-2303.
  6. ^ (FR) impossible Biographie, Étienne Bloch.
  7. ^ en Revue de synthèse historique 33, 1921, pp.41-57

bibliographie

  • Carole Fink, Marc Bloch: Une vie dans l'histoire, Cambridge University Press, 1989 ISBN 0-521-40671-4
  • Massimo Mastrogregori, Présentation de Marc Bloch, Laterza, 2001
  • Marcello Mustè, La politique et l'histoire à Marc Bloch, Arachné, 2000
  • (FR) Francine Michaud, Marc Bloch, Daileader Philip et Philip Whalen (Eds) Les historiens français 1900-2000: Nouvelle écriture historique au XXe siècle en France, Oxford, Blackwell, 2010 ISBN 978-1-4051-9867-7.

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Marc Bloch
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Marc Bloch

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR46757545 · LCCN: (FRn79142969 · ISNI: (FR0000 0000 8343 3397 · GND: (DE118659081 · BNF: (FRcb118923821 (Date) · NLA: (FR36052414 · BAV: ADV10269207