s
19 708 Pages

Production de marchandises par le moyen de produits de base. Introduction à la critique de la théorie économique (Production de marchandises par le moyen de produits de base. Prélude à une critique de la théorie économique) Il a été publié en 1960 et il est l'œuvre principale de Piero Sraffa (1898 - 1983).

Compréhensions et les hypothèses de l'analyse de Sraffa

Il semble opportun d'abord saisir les objectifs souhaités et les hypothèses, de sorte que les malentendus ne se posent pas à la véritable étendue du modèle sraffiano.

les objectifs

Étant donné que beaucoup ont avancé l'idée que la théorie de Sraffa est née de la nécessité de résoudre les problèmes qui se posent pour la théorie ricardienne dès que vous abandonniez l'idée de seulement fond de roulement et la composition uniforme du capital dans tous les secteurs.

Le problème qui se traduit par Sraffa production Il est sans doute celui qu'il avait prévu David Ricardo dans toutes ses œuvres: pour faire l'étude de la répartition des revenus de indépendante théorie de la valeur. Sraffa ne peut pas trouver le produit en espèces très recherché par Ricardo, il résout aussi le problème de qui permet de déterminer le taux de profit (si elle est le taux de salaire exogène) avant la fixation des prix et indépendamment de celui-ci.

En plus de cela dans production Il y a aussi une critique implicite de toute la construction marginaliste. Le sous-titre de l'ouvrage est Introduction à la critique de la théorie économique et dit Sraffa Avant-propos:

« Il est a été conçu de manière à pouvoir servir de base à une critique de cette théorie cependant, le caractère particulier de la série de propositions qui sont publiées maintenant qu'ils, jusqu'à ne pas addentrino examiner la théorie marginale de la valeur et de la distribution,. Si la base a tenu, la critique sera tentée plus tard, ou par l'auteur ou par quelqu'un de plus jeune et mieux équipé pour l'entreprise. »

Il faut cependant dire que Sraffa vraisemblablement développé son analyse aussi grâce à la contribution de John Von Neumann. Ceux-ci avaient publié en 1945 un essai - dont le titre, dans la traduction anglaise par Nicholas Kaldor, il est: Un modèle d'équilibre économique général - dans lequel le problème du changement des méthodes de production a été traitée dans les mêmes termes. Sraffa connaissait certainement le travail, étant cité par David Gawen Champernowne, le conservateur des mathématiques Annexe en traduction anglaise, pour l'aide qui lui est fournie.

hypothèses

Les rendements d'échelle

Sraffa était enclin à accepter l'hypothèse de retourne à l'échelle constante, contrairement à la littérature que marginaliste censé rendements décroissants à l'échelle.

Il convient toutefois de souligner que cette hypothèse n'est pas du tout nécessaire pour la validité du modèle: Selon le même fait Sraffa:

« On ne considère pas, en fait, aucun changement dans le volume de la production et même (au moins dans les deux premières parties du volume) aucun changement dans les proportions dans lesquelles les différents moyens de production sont utilisés dans ciascun'industria, de sorte que la question de savoir si les rendements sont des constantes ou des variables il ne se lève même. »

Ce qui intéresse Sraffa est d'analyser, choses, la relation entre les variations dans les variables de distribution et les prix:

« Ce point de vue, qui est celle des économistes classiques, a été submergée et oubliée suite à l'avènement de la théorie néo-classique », nécessairement axée sur le changement, parce que sans changement, il ne peut pas être un produit ou coût marginal. »

« Il est nécessaire », l'auteur met également en garde, « attention à ne pas confondre les marges parasites des marges réelles. Ils rencontreront dans ces cas pages qui, à première vue, semblent impossibles à distinguer des exemples de production marginale; mais le signe certain qu'ils sont faux est l'absence de tout changement du type requis. »

(1960 pp Préface. V-VI)

salaire de subsistance et de l'excédent des salaires

Dans les salaires sraffiano modèle, il est considéré comme payé à la fin de la période de production; le fonds de salaires est donc pas compté parmi le capital avancé. L'abandon du concept d'un salaire avance des économistes classiques du capitalisme, est strictement en conséquence l'absence de distinction dans la production des deux éléments du salaire: Subsistence et de l'excédent. La première est donnée en termes réels et indique l'ensemble de ces produits sont strictement nécessaires à la subsistance des travailleurs, et en tant que tels sont parmi les moyens de production (ce qui était le seul élément considéré par les économistes classiques). La seconde, qui est déterminée uniquement post factum, à savoir la production a réalisé, au lieu de mesurer la partie de l'excédent réalisé attribué aux travailleurs.

Bien enclin à considérer séparément les deux composants, cependant, en harmonie avec sa formation classique, en hommage à la tradition néoclassique Sraffa choisit de ne pas faire une telle distinction. L'auteur lui-même met en garde, cependant, que l'inconvénient de ce choix est la diversité du rôle effectué au sein du système des produits destinés à la consommation de subsistance; mieux, et l'anticipation des concepts qui seront expliqués plus loin, la conséquence est que ces actifs « sont ipso facto relégué dans les limbes du non-marchandise ».

La distribution variable exogène

La théorie de Sraffa est en mesure de déterminer la structure des prix et l'une des deux variables de distribution (taux de bénéfices ou salaires), compte tenu de l'autre variable et technologie. Il reste donc à décider lequel des deux variables indépendantes choisir comment et de quelle manière de le déterminer.

Sraffa favorise la fixation exogène du taux de profit, parce que, quand il abandonne le salaire d'hypothèse classique ancrée aux niveaux de subsistance et le même salaire est considéré comme donné en termes d'unités plus ou moins abstraite de la mesure, il ne peut être mis en place jusqu'à ce qu'ils ne sont pas les prix des matières premières.

Dans le cas où à la fois le taux de profit des solutions variables exogènes peuvent être:

  • qui est déterminé l'hypothèse sur le marché monétaire;
  • lien avec le taux de croissance pour étudier le modèle dans un contexte dynamique;
  • l'embaucher comme fixé dans une économie planifiée pour la réalisation des objectifs spécifiques;
  • se référer à un bénéfice moyen sage considéré comme normal par les entrepreneurs dans le cadre de la situation particulière de l'économie dans une période donnée.

Le modèle unique de production

La première partie de la production

Suite à la classification utilisée par Léon Walras en Les éléments des économies politiques et, un classique de la théorie marginale qui analyse la 'équilibre général, production Il est divisé en trois parties: la première traite de la plus simple cas de production unique, où chaque industrie ne produit qu'une seule bonne, et que le fonds de roulement; la seconde est introduite la production conjointe hypothèses sont insérés et capital fixe et des ressources limitées; dans le troisième, enfin il est traité le problème que l'on appelle le choix de la technique.

Les méthodes de production (le jeu d'équations qui relient les moyens de production pour les produits) acceptent des données dans les deux premières parties, tandis que d'inconnues sont considérées dans le troisième.

Production de subsistance

Sraffa, en phase avec Ricardo, donne une représentation du système économique axé autour des inter-relations.

Nous avons les produits 1, 2, ... n, chaque produit par une autre industrie. Siano les quantités produites chaque année, respectivement, des produits 1, 2, ... n. Siano aussi les quantités de marchandises 1, 2, ... n an utilisé par l'industrie qui produit le bon; le montant correspondant utilisé par l'industrie qui produit les produits 2; et ainsi de suite. Les conditions de production prennent la forme suivante:

Il convient de noter qu'il est pas nécessaire de supposer que chaque produit pénètre directement dans la production de l'autre; si une partie du montant dans les premiers membres des équations peut bien être zéro.

Compte tenu de la prise en charge de la réintégration de l'état du système, vous aurez la somme de la première colonne () Est égal à la première ligne (), La somme de la deuxième colonne égale à la seconde ligne, et ainsi de suite. Ce sera alors comme conséquence que, pour cette condition supplémentaire est satisfaite, chacune des n équations du système dépendra de l'autre.

Maintenant, compte tenu de ces conditions, il y aura un ensemble unique de valeurs d'échange () Qui, adopté par le marché, permettent de restaurer la distribution originale des produits, créant ainsi les conditions nécessaires pour le processus de renouvellement.

Il convient de noter que, compte tenu des hypothèses, ces valeurs découlent directement des méthodes de production.

L'excédent de production

Lorsque vous passez de l'état d'hypothèse de réintégration à proprement parler à l'état de la réinsertion des difficultés résultant de surplus. La raison en est que l'excédent généré dans le système économique est distribué proportionnellement aux moyens de production prévus (capital), mais cette proportion, constando les moyens de production de produits hétérogènes, ne peut être déterminé indépendamment des prix.

Nous pourrions définir le rapport entre le produit net du système et la somme des produits utilisés comme moyens de production excédent essai et indiquer avec R, cependant, une telle relation ne serait pas logique par rapport à la quantité, étant produits non homogènes.

Seule la référence aux prix individuels des matières premières pourrait donner un sens à la relation. Il semblerait donc n'a pas pu établir de cet essai indépendamment du prix.

Le système de type

Détermination de l'essai excédentaire indépendamment des prix

Toutefois, envisager un système (appels Sraffa système de type) Dans lequel les différents produits sont produits dans la même proportion dans laquelle se trouvent dans le complexe des moyens de production; puis

où:

Dans ces rapports, les montants comparatifs concernent des biens homogènes. Maintenant, depuis:

nous pouvons écrire:

(1)

Un examen plus approfondi du numérateur de ce ratio ne dépasse pas le produit net généré par le système, alors que le dénominateur représente les moyens de production prévus. L'équation ci-dessus, détermine donc l'essai excédentaire:

(2)

En outre, R indique à la fois la proportion dans laquelle la quantité produite de chaque type de produits est supérieure à la quantité du même utilisée comme un moyen de production, est le rapport entre le surplus total des marchandises par rapport aux quantités utilisées dans la production, où une telle relation est logique, et -à-dire dans le système de type.

« Être capable de parler d'un rapport entre deux différents groupes de marchandises sans avoir à recourir à la commune mesure du prix est donc dû au fait que les deux groupes sont constitués dans la même proportion. » Comme il est un rapport de la quantité, « le résultat ne changerait pas si les produits individuels se multiplient par les prix respectifs. [...] Et une telle relation ne serait même pas contrarié si, après avoir multiplié les produits pour leurs prix, ces prix étaient varient pour chaque compte propre dans des directions différentes et mesures ". (Sraffa, 1960, p. 27)

La marchandise norme

L'excédent total de marchandises dans le système de type, qui est le produit net du système de type, est appelé par Sraffa: type de produit net.

Compte tenu de la façon dont le système de type a été construit, le produit net sera composé des mêmes produits de type, combinés dans les mêmes proportions que l'on retrouve dans l'ensemble des moyens de production du système.

Le produit de type net peut également être considéré comme une marchandise composite particulier dans lequel les marchandises entrent dans le système dans une proportion bien déterminée. De tels produits composites, ou un multiple ou une fraction de celui-ci, est appelée par Sraffa: type des produits.

Détermination du profit indépendamment des prix

Ce qui a été dit au sujet de la relation entre le produit net et des moyens de production peut être répétée en tant que telle si au lieu du produit net que nous avons fait une fraction de celui-ci: ce rapport est déterminé indépendamment de la structure des prix et reste inchangée quelle que soit la variation de celle-ci.

Supposons donc que le salaire consiste en une fraction du type de produit net. Soit donc w la partie du produit qui va aux salaires. Les parties du bénéfice net sera qui ira au reste, à savoir:

Le taux de profit peut donc être exprimée comme suit:

Des équations 1 et 2 résultats:

(3)

Le taux de profit dans le système de type est ainsi présenté comme un rapport entre la quantité de marchandises sans avoir à recourir à leurs prix.

La relation entre le taux de profit et le taux de rémunération est linéaire: les premières augmente en proportion directe par rapport à la réduction globale de ce dernier.

Le système de prix

Considérons le système d'un point de vue des prix. indiquant avec prix des produits 1, 2, ... n, avec les quantités utilisées chaque année pour travailler dans les industries qui produisent les marchandises respectivement 1, 2, ... n, avec w le taux de salaire, et se souvenant de ce qui a été dit au sujet de la possibilité de Sraffa des salaires payés post factum, nous pouvons représenter le système économique comme suit:

Si l'excédent produit par le système va autour de la capitale, le système prendra la forme suivante:

Où Π indique la profit maximum: Le taux de profit connu dans le cas où tous les revenus nets générés par le système passe aux bénéfices.

excédent Essay et profit maximum

Il faut maintenant rappeler ce qui a été dit au sujet de l'excédent sage dans le système de type: cela est non seulement la relation entre le produit net et les moyens de production, mais ne pas être le résultat modifié par référence aux prix, aussi la relation entre la valeur du produit net et la valeur des moyens de production.

est rien de plus que le maximum de profit mais, ce deuxième rapport,; puis:

Par conséquent, la substitution dans l'équation 3, nous avons:

(4)

La marchandise standard numeraire

La validité de la relation entre le profit et les salaires dans le système actuel

L'équation 4 peut, cependant, être d'intérêt que s'il est possible de montrer que sa validité ne se limite pas au système de type imaginaire, mais est adapté pour être étendu au système économique réel. Il est en d'autres termes pour voir, Sraffa dit: « si l'importance que le type de marchandises dans le présent rapport est fondé sur le fait qu'il est la substance à partir de laquelle ils sont faits le revenu national et des moyens de production, ou le fait qu'il est la mesure dans laquelle les salaires sont exprimés ». Dans la première hypothèse, la relation s'appliquera uniquement pour le système de type; la seconde au contraire, elle continuera d'être valable même dans le système actuel, à condition que les salaires sont exprimés en termes de produits type approprié.[1]

Revenant sur les mesures prises à ce jour pourrait giungersi la conclusion qu'il est vrai que la première hypothèse. En effet, la détermination du taux de profit en termes physiques semble avoir été rendue possible par la construction particulière du système de type: dans ce système, en fait, le rapport entre la quantité produite de tout produit et la quantité utilisée de la même comme moyen de production est la même chose pour tous les produits.

« Mais le système réel est constitué des mêmes équations de base qui se compose du système de type, seulement pris dans des proportions différentes; de sorte que, si on lui donne le salaire, le taux de profit est déterminé pour les deux systèmes, quels que soient les proportions dans lesquelles les équations sont prises dans l'un ou l'autre d'entre eux. [...] La relation linéaire entre le salaire et le taux de profit est donc valable dans tous les cas, à la seule condition que les salaires sont exprimés en termes de type de produit. Le même taux de profit obtenu dans le système de type comme un rapport entre la quantité de marchandises, se traduira par le système réel par un rapport entre l'ensemble des valeurs. »

(1960, p. 29-30)

Par exemple, considérons un type de système dans lequel l'essai de l'excédent est de 20% et le déplacement du revenu national 3/4 de type aux salaires; le taux de profit sera de 5%. Dans le système réel correspondant, si les salaires continuent d'être exprimées en produits standard, le taux de profit continuera d'être 5%. Notez toutefois que dans ce dernier cas « la partie des bénéfices sera composé de ce qui reste du revenu national réel, et non le type, après avoir déduit l'équivalent de 3/4 de type de produit net: et les prix seront être telle que la valeur de ce qui se passe aux bénéfices équivalant à 5% des moyens réels de la valeur de production de la société ".[2]

Constitution type de catalogue

Nous avons dit que le système de type comprend les mêmes équations de base qui se compose du système réel, seulement pris dans des proportions différentes. Il en résulte que, étant donné un système réel, la recherche du type de système correspondant est réduit à la recherche de multiplicateurs appropriés qui, lorsqu'ils sont appliqués aux secteurs respectifs du système d'origine, la détermination d'une expansion (si elle est supérieure à 1) ou d'une contraction (si mineur 1). Ces multiplicateurs () Doit être telle que la quantité résultant des marchandises diverses sont entre eux dans les mêmes proportions sur le côté droit des équations (sous forme de produits) où ils sont en général du côté gauche (qui est, comme moyen de production). Cela implique égale pour toutes les industries du taux de l'excédent (R).

La condition ci-dessus peut être exprimé au moyen d'un système d'équations qui contient les mêmes constantes (qui représentent les quantités de marchandises) qui se trouvent dans la production du système d'équations réelles considéré, mais disposé de manière différente; -à-dire de telle sorte que les colonnes correspondent à une des autres rangées. Ce système est le suivant:

(5)

Il y a n + 1 équations à n inconnues (les multiplicateurs de n x plus R).

Pour résoudre le système peut demander à l'un des multiplicateurs égaux à 1; de cette façon, cependant, il en résultera que dans la structure de la production (les rapports de production des différents processus), et non l'échelle de production (production totale). Étant donné que cette dernière est déterminée par la quantité de la population active occupée, et puisque nous voulons que cette quantité est égale à celle du système réel, on définit l'unité par une équation supplémentaire qui contient cette condition, à savoir:

sont la quantité de travail utilisée chaque année dans les industries qui produisent les marchandises respectivement 1, 2, ... n, et, à partir de cette normalisation de l'équation supplémentaire, exprimant des fractions du travail annuel de la société, considérée comme une unité.

Il devient maintenant possible de déterminer toutes les inconnues.

L'existence et l'unicité du système de type

Il est à ce point nécessaire de démontrer que pour chaque système réel il existe un système de type correspondant, à savoir qu'il existe une série de multiplicateurs de n (x), où n est le nombre d'industries dans le système considéré, non négatif et non tous nuls, et un essai de surplus (R) de telle sorte que la proportion dans laquelle chaque marchandise produite est trouvée dans le complexe de moyens de production devient le même pour chaque produit.

Elle doit aussi démontrer, non seulement l'existence d'un tel système, mais aussi qu'il est unique, de sorte que, étant donné un système réel, sont excédent essai unique et produit standard dans lequel les salaires sont mesurés.

en production Sraffa peut prouver l'existence et l'unicité du système de type, fournissant des preuves qui peuvent être considérés comme des applications particulières du théorème de Perron-Frobenius pour les matrices non-négatives.

Les marchandises et produits non essentiels

L'hypothèse d'un système dans un état de réinsertion avec l'excédent implique l'existence éventuelle de « produits de luxe », à savoir les marchandises qui ne sont pas utilisés pour la production d'autres biens, ni comme moyen de production ou comme moyen de subsistance. Quand au contraire, il est considéré comme le cas de la production de subsistance, tous les produits devaient être autant que entre les produits entre les moyens de production.

En regardant la façon dont nous avons construit le système de type de l'avis réel que les multiplicateurs associés aux industries qui produisent des biens de luxe sont nuls; ces marchandises ne pénètrent pas, par conséquent, faire partie de la marchandise standard. Un changement dans les processus de production qui ne concernent que l'un de ces produits aurait un impact que sur le prix du même, et non le moindre effet sur les prix relatifs des autres et le taux de profit. Sraffa les définit non produits (ou produits de base non).

A l'inverse des appels produire (ou marchandises) base ceux qui entrent, directement ou indirectement, dans la production de tous les biens. Les conditions de production de ces produits affectent la détermination à la fois la structure des prix et du taux de profit. Si rien n'était également produit la quantité d'un seul de ces produits, il doit nécessairement être rien la production de tous les biens, de base et non de base.

Une caractéristique, jusqu'à présent assumé implicitement, le système économique à l'étude est l'existence d'au moins un produit de base. De plus, si elle était pas, nous ne serions pas confrontés à une véritable « économie », mais plusieurs systèmes à côté de l'autre.

Il convient enfin de noter que ce qui a été dit au sujet de la marchandise ne base se rapporte également à ces produits qui sont utilisés dans la production d'autres produits qui ne sont pas fondés, parmi lesquels on peut s'inclus. Si, en effet, un produit de cette espèce est utilisée uniquement pour la production d'une base non marchande des espèces considérées en premier lieu, il est clair que suivre le sort de cela et son multiplicateur sera également zéro.

Ainsi, par exemple, si les marchandises 2 entrés dans la production de biens basez pas 1 les deux premières équations de (5) serait:

Maintenant, étant , suivre .

Comme il est utilisé pour sa propre production le rapport de la quantité en tant que produit et sa quantité en tant que moyen de production sera indépendante de R, et donc en général incompatible avec le système de type.

En effet, si par exemple les produits 1 ont été utilisés uniquement comme moyen de production de l'équation correspondante (5) deviennent:

Dans cette équation, prendre toute valeur du multiplicateur, il ne serait pas affecter la mesure de l'excédent sage; puis l'une des deux choses: soit le sage surplus dans le processus est exactement ce type de système recherché - puis peut prendre une valeur quelconque;[3] ou le taux de la plus recherché est pas trouvé dans le processus - et la valeur unique de qui pourrait satisfaire l'équation est 0.

En résumé, on peut distinguer trois types de produits non essentiels:

  1. les produits qui ne sont pas parmi les moyens de production de toute l'industrie;
  2. produits dont chacun est situé à seulement parmi ses propres moyens de production;
  3. produits qui ne se trouvent entre les moyens de production d'un groupe de produits de base non reliés entre eux.

partie III production

Le changement dans les méthodes de production dans un seul modèle de production

Jusqu'à présent, on a supposé que pour chaque produit que vous avez une seule méthode de production, de sorte que les changements dans la répartition des revenus ne peut avoir aucun effet sur les procédés de production utilisés. La dernière partie de production Il est dédié à la discussion de l'affaire, au contraire, pour un ou plusieurs produits, il y a une ou plusieurs méthodes de production.

Pour être en mesure de faire un choix entre des options est nécessaire d'adopter un critère de choix. Sraffa suppose que ce critère est celui de la rentabilité, et plus précisément, quelles que soient les caractéristiques institutionnelles, lorsque vous êtes confronté à plus d'un processus technique alternative pour la production du même produit, vous choisissez ce qui implique le coût minimum .

Dans ce qui suit, nous définissons technologie l'ensemble de tous les processus de production et disponibles technique tout sous-ensemble de ces processus tel qu'il y a un et un seul processus pour chaque produit fabriqué.

Les choix technologiques pour les biens non essentiels

Supposons d'abord que le choix entre les méthodes alternatives ne concerne exclusivement une base de produits qui ne sont pas requis dans tous les autres produits de base non de production.

Étant donné que les changements dans les processus de production qui affectent uniquement ce type de produit n'a aucun effet sur les prix des autres et le maximum de profit du système, les deux techniques ne diffèrent que dans le prix du produit. Il est donc possible, choses, une comparaison des seuls procédés alternatifs.

Si, par exemple, pour produire les produits ne connaissent pas la base 2 deux méthodes alternatives que nous j'appelle et II, l'utilisation alternative de l'une de ces deux méthodes de production entraîne pour les marchandises 2 l'un des deux coûts de production alternatifs, et , ainsi obtenu:

où les prix du système économique considérés sont exprimés en termes de toutes espèces.

Voici les données:

  • les quantités produites et utilisées comme moyens de production des produits de n pour les deux techniques alternatives:
;
  • les prix de tous les autres produits marchandises n-1 et le taux de salaire (ou le taux de profit si la variable exogène était le salaire).
Production de marchandises par le moyen de produits de base
alternatives techniques à la production des produits de base ne repose pas dans le cas de fabrication

Le problème du choix de la méthode de production pour les produits 2 et puis exécutez dans la simple comparaison des deux prix et le choix de cette méthode qui implique le prix, à savoir le coût, mineur. Ce choix est bien sûr par rapport à un taux donné de profit (salaire). Il peut être différent si vous deviez adopter un taux différent. Nous savons que, en faisant varier le taux de profit, les prix varient et salarial unitaire. En plus de l'augmentation progressive (ou diminution) du taux de profit, ne suivent pas toujours une augmentation ou toujours une baisse du prix des marchandises produites par une méthode par rapport au prix des mêmes biens produits par une autre méthode; là, par exemple, ils peuvent être des cas où le prix des marchandises 2 produits avec le processus I, par rapport au prix des marchandises 2 produits avec le processus II, augmentera dans un certain domaine du changement variable, par exemple, diminuer ou rester constante (la la figure montre l'un des cas possibles).

Les taux de profit correspondant aux points d'intersection des courbes de prix représentent des points de changement technique ou des points entraîne un transfert (dans la figure et ). Ces points singuliers du taux de profit est indifférent à l'adoption d'une méthode de production plutôt que d'une autre, étant donné que les prix des biens sont les mêmes ().

Le raisonnement tenu ici car ils sont indépendants du type d'argent utilisé pour le système de fixation des prix. De la variation de la trésorerie, il ne descend que le changement de la forme de toutes les courbes, cependant, en raison de l'invariance des points de changement.

Les choix technologiques pour les produits de base

Le problème se complique lorsque le choix entre les méthodes alternatives concerne un produit de base. Dans le cas des produits de base en fait, entrer dans le même, directement ou indirectement, dans la production de tous les biens, le changement d'une méthode de production dans l'industrie unique a des effets qui étendent l'ensemble du système économique. Le problème du choix de la technologie pour les produits de base ne peut donc pas se régler simplement en comparant les alternatives de prix, comme il serait possible de le faire en cas de produits non basiques.

« Dans de telles circonstances, il semble manquer un terrain commun sur lequel on peut comparer les deux méthodes. En fait, selon que l'une ou l'autre méthode utilisée, nous nous trouvons dans un ou l'autre système économique, et à tout taux donné de profit correspondra, dans chaque système, un salaire différent, même si exprimé en termes de même produit, et un autre système de prix relatif; avec la conséquence que la comparaison entre les prix des marchandises produites selon les deux méthodes, il est dénué de sens. »

(Sraffa, 1960, la page 104)

Toutefois, notez Sraffa, les niveaux du taux de profit qui correspondent aux points d'intersection des deux méthodes, identiques le prix des produits de base produits par les deux méthodes, les deux systèmes économiques présentent la même structure des prix relatifs et le même salaire.[4]

A puis fin de faire comparable dans le même système, les deux méthodes alternatives, même à ces niveaux, le taux de profit qui les font entre elles incompatibles, Sraffa supposer que ces méthodes produisent deux produits distincts qui, bien qu'ils puissent être considérés comme identiques pour tous les possibles les utilisations de base, pour des utilisations non base ne sont pas remplaçables. La conséquence de cette hypothèse est que, alors que pour la base utilise le choix tombera sur la méthode à tout taux donné de profit est moins cher, mais l'autre méthode sera appliquée pour les utilisations sans base.

Le système définit alors le système économique dans lequel elle est la première méthode à utiliser pour l'utilisation du système de base et II que dans lequel on utilise pour de telles utilisations de la deuxième méthode. Si l'on suppose maintenant que le maximum de profit du système I est supérieure à celle du deuxième système (\ Pi ^ {(II)}} « />), Les taux de profit entre ces (au maximum) Pour la production du produit de base de la méthode que je serait la seule possible, puis a fortiori le plus commode, parce que ces valeurs au taux de profit du système II éprouverait un salaire nul ou négatif. Comme alors que le taux de profit ont diminué, tout changement dans l'ordre de la commodité des deux méthodes devraient « se produire également dans les deux systèmes, car il consiste à faire passer par un point d'intersection, et ces points sont évidemment communs aux deux systèmes » . Maintenant, depuis l'arc de changement du taux de profit, nous avons vu que peut avoir lieu plus intersections entre les prix en raison des deux méthodes suivront autant de changements dans l'ordre de la commodité de ces derniers et des mesures qui en découlent d'un système à un autre.

« Compte tenu de cette possibilité - il conclut Sraffa - on ne peut pas affirmer (contrairement à ce que l'on pouvait s'y attendre) qu'en général, entre deux méthodes de production des mêmes produits, celui qui correspond au système de type avec une proportion plus élevée entre le produit et des moyens la production (dans la pratique, le système économique au profit maximum le plus élevé) est le plus pratique lorsque le taux de profit est relativement élevé et moins pratique quand il est relativement faible. »

L'analyse peut être étendue aux cas où les méthodes d'entre eux sont plus de deux, et ce non seulement pour l'un des produits, mais pour chacun d'eux. Dans ce cas, l'augmentation du taux de profit, il y aura une « succession rapide des changements dans les méthodes de la production d'un ou l'autre des produits ».

Il convient enfin de noter que, en dépit du fait que, à chaque changement de la méthode de production, le type et le maximum du taux de profit du système peut aller vers le haut ou vers le bas, cependant, augmente le taux de profit, quels que soient les produits choisis en espèces, toujours suivre un baisse des salaires. Cela se produit parce que les variations du taux de profit et des salaires qui se produisent sans qu'il y ait un changement dans la méthode, ont lieu dans le même système; tandis que, en cas de passage d'une méthode à l'autre, cela se produit aux données des niveaux de salaires et le taux de profit, sans que cela implique en soi aucun changement dans les variables distributives.

notes

  1. ^ Le fait que le taux de rémunération est mesurée en termes de produits standards ne signifie pas qu'il devrait être dépensé dans l'achat du type de marchandises; Il implique seulement que les produits que les travailleurs vont acheter (quels qu'ils soient) auront une valeur égale à la valeur de cette quantité de type de marchandises qui représente le salaire.
  2. ^ Étant le produit net réel, en général, différent du type de produit net, une partie du produit net réel qui reste pour les bénéfices ne sera pas égale ou 1/4 du produit net réel (depuis retiré 3/4 reportez-vous à type de produit net), ou un quart du type de produit net (depuis 3/4 du même ont été retirés du produit net réel); et pourtant sa relation avec les moyens de production sera de 5%.
  3. ^ Ceci est un cas aberrant discuté séparément par Sraffa, dans l'un des appendices production. En fait, à cette valeur particulière de R tous les prix seraient nuls en termes de biens aucune base en question.
  4. ^ Le salaire peut être exprimé en termes d'une marchandise. Il convient cependant de noter que, étant différent du profit maximum et le rapport de type dans les deux systèmes, ceux-ci diffèrent dans l'un des processus liés à une base de produits de base, le type de produit net sera différent. Ainsi, le salaire, bien que l'égalité en termes de produits, correspondent aux différentes proportions des produits de type nets respectifs dans les deux systèmes

bibliographie

  • Pasinetti, Luigi (1989), Leçons de théorie de la production, Bologne, Il Mulino;
  • Roncaglia, Alessandro (1981) Sraffa et de la théorie des prix, Roma-Bari, Laterza;
  • Sraffa, Piero (1960), Production de marchandises par le moyen de produits de base, Turin, Einaudi;
  • Salvadori, N. Kurz, H.D. (1995) Théorie de la production, Cambridge, Cambridge University Press.

Articles connexes

liens externes