s
19 708 Pages

Shirvanshah (persan: شروانشاهان, azerbaïdjanais Şirvanşah; écrit aussi SHIRWAN Sharwān Shah et Shah), était le nom d'une dynastie arabe persianizzata.[1][2] Ils se sont installés dans Chirvan (courant Azerbaïdjan)[3] et ils ont été aussi connu sous le titre de Kasranidi à certains moments.[4]

Origines et histoire

Le nom depuis la date Shirvanshah l'époque pré-islamique. Ibn Khordadbeh mentionne Shirvanshah comme les chefs locaux qui ont reçu leur titre par l'empereur sassanide Ardachîr.[1] aussi al-Baladhuri mentionne Shirvanshah, ainsi que le potentat adjacent de Layzanshah, affirmant qu'ils ont été traités par les envahisseurs arabe musulmans Shirwan et documents qui, pendant le temps de calife Outhman. Affan, Il a été soumis au commandant islamique Salman b. Rabi al-Bāhilīi.[1]

Depuis la fin de deuxième siècle à l'ensemble 'VIII, Chirvan était sous l'hégémonie de la famille arabe de Yazid b. Mazyad Shaybani (d. 801).[5] Comme étaient à l'origine Yazididi la tribu arabe des Banu Shayban et appartenaient aux rangs supérieurs de l'armée abbasside.[5] Ils ont gardé un contrôle strict sur une large région se compose de Azerbaïdjan, Arran, Arménie et Caucase Est.[1] Après la mort de calife al-Mutawakkil, lentement, ils ont ouvert les possibilités d'émancipation du royaume de califat. Le grand-petit-fils de Yazid b. Mazyad Shaybani était Haytham b. Muhammad, qui a pris le titre ancien de Shirvanshah. La dynastie a continué à régner la zone de Chirvan, parfois en tant qu'Etat indépendant, mais plus souvent comme un vassal, jusqu'à ce que les temps des Safavides[1].

L'un des livres les plus importants sur l'histoire du début de cette dynastie, est l'anonyme Tarikh al-Abwab Bāb, qui parle d'un règne actif dans 1075. Une traduction anglaise de cet important travail a été publié par l'orientaliste Vladimir Minorsky[6] en 1958.[5] Nous savons de ce livre que l'histoire de Shirvanshah était étroitement liée à celle de la famille arabe hachémite Darband (arabe al-Bāb Abwab) et les mariages mixtes entre les deux familles arabes étaient communs avec Yazididi qui, souvent, a régné pendant différentes périodes dans la ville[1].

A partir du moment où le travail anonyme Hudud al-Alam (C. 982), Shirvanshah, de leur capital de Yazīdiyya (très probablement la prochaine Shamakha), a absorbé les royaumes voisins au nord de la rivière Kur et a assumé les titres supplémentaires de Layzan Shah et Shah Khursan[1]. On peut donc comprendre la persianizzazione progressive de cette famille arabe[1]. Selon 'Encyclopédie de l'Islam« Après le Shah Yazīd b. Ahmad (991-1028), les noms arabes ont été remplacés par les Perses comme ceux Manūčihr, Qubādh, Feridun, très probablement en raison des mariages avec les familles locales, et peut-être celle des anciens dirigeants de Shābarān, l'ancienne capitale, et Yazididi a commencé à réclamer un nasab datant du roi sassanide Bahram Gur ou Khosrow Anushirwan ".[1] Selon Vladimir Minorsky, plus la responsabilité de la famille persianizzazione était due aux mariages avec des membres des anciens dirigeants de Shabaran.[5] Il a écrit plus tard: L'attrait d'une descendance sassanides a prouvé plus forte que celle d'une lignée shaybanide ».[5]

Shirvanshahs construit de nombreux châteaux défensifs le long de toutes les frontières de Chirvan à opposer aux nombreuses invasions de l'extérieur. De la ville fortifiée de Bakou avec son Tour de la vierge la XIIe siècle de nombreux châteaux médiévaux à nell'Absheron forteresses inexpugnables le long des montagnes de Chirvan et Shaki, il existe de nombreux exemples d'architecture militaire médiévale. Cependant, Chirvan a été dévastée par l'invasion de Mongols en 1235, dont il n'a pas été en mesure de se remettre complètement pour le siècle prochain.

La dynastie Shirvanshah, existait en tant qu'indépendant ou un état vassal, dall'861 à 1538, donc plus que toute autre dynastie dans le monde islamique. Il est connu pour son soutien à la culture. Il y avait deux périodes d'un Chirvan indépendant et puissant: d'abord en XIIe siècle, dessous sultans Manuchehr et Ahsitan, qui a construit la forteresse de Bakou, et le deuxième XVe siècle sous derbendide dynastie. au cours des siècles XIII et XIVe siècle, Chirvan était un état vassal des empires les plus puissants mongol et Timurid.

Shirvanshah le Ibrāhīm Il a levé la fortune du pays, et par son habileté politique a pu résister à la conquête Timurid, en payant un péage.

Shirvanshah le Khalilullah et Farrukh Yassar Ils régnaient dans la période la plus réussie dans l'histoire de Chirvan. Le complexe architectural Palais des Shirvanshahs Bakou, qui était aussi un lieu de sépulture des membres des Frères soufi de Halwatiyya, Il a été construit sous le règne des deux souverains au milieu du XVe siècle. Les dirigeants Shirvanshah étaient pour la plupart sunnites. en 1462 Shaykh Junayd, le chef de Safavides, Il a été tué dans une bataille avec Shirvanshah près de la ville de Khachmaz - un événement que les Safavides jamais oublié. Depuis 1500, un Chirvan très affaibli a subi l'assaut vengeur par les Safavides.

Shah Isma'il I Bakou limogé en 1501, et de venger son grand-père, exhumé les corps des Shirvanshahs, enterrés dans le mausolée, puis les brûler. La plupart de la population de Bakou a été faite par la force de se convertir à la religion Shia.

L'état vassal de Chirvan a survécu jusqu'en 1538, quand, affaibli par les conflits internes et un derviche[peu clair], Il est devenu une proie facile au fils de Shah Isma'il Tahmasp I, qui a donné Chirvan à son frère Mirza Alqas.

La poésie persane

La dynastie des Shirvanshahs était connu pour le patronage accordé à la poésie persane. Parmi les poètes célèbres sont apparus à leur cour ou qui a consacré leurs poèmes, ils se souviennent et Khaghani Nizami Gangavi. Nizami poésie composée en persan, original arabe Wa Layla Majnoun Abu-l Jalal al-Din Muzaffar Shirvanshah Akhsatan. Il a également envoyé son fils à étudier dans le fils de Shirvanshah. Khaghani dans sa jeunesse a utilisé le titre poétique Haqiqi. après Il se consacre[peu clair] la cour de Fakhr al-Din Manuchehr Fereydun Shirvanshah (également connu sous le nom Akbar Khaghan), a choisi le pseudonyme Khaghani et il a servi comme poète de la cour sous Akhsatan, fils de Fakhr al-Din Manuchehr Fereydun.
D'autres poètes et écrivains qui se sont présentés au cours de la règle des Shirvanshahs comprennent Falaki shirvani, Aziz shirvani, Jamal Khalil Shirvani, Bakhtiyar Shirvani et la multitude d'autres personnes mentionnées dans le livre Nuzhat al-majalis, une anthologie compilée par Jamal Khalil Shirvani.

architecture

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Palais des Shirvanshahs.

la Palais des Shirvanshahs est le plus grand monument architectural dédié à la branche dynastique Chirvan-Absheron et est situé dans vieille ville de Bakou. Le complexe comprend le bâtiment principal, divanhane, la voûte tombe, mosquée avec minaret, le mausolée de Seyid Yahya Bakuvi, la porte de Murad, un approvisionnement en eau et les ruines des thermes.

Shah de Chirvan

La première branche Yazidi Shah (861-1382)

Shirvanshah
Palais des Shirvanshahs
Shirvanshah
Tombeau des Shirvanshahs

La liste est tirée de[4] avec quelques différences de prononciation des noms en raison du livre de Minorsky.

  • 799 - Yazid b. Mazyad al-Shaybani, gouverneur d'Azerbaïdjan, Arménie, Arran, Sharvan et Bab al-Abwab (d. 801).
  • 820 - Khalid b. Yazid (mort 843 ou 845).
  • 845 - Muhammad b. Khalid, gouverneur de l'Arménie, l'Azerbaïdjan, Arran et Sharwan, résidant à Arran (m. 845).
  • Haytham b. Khalid, indépendant Sharvan comme Sharvan Shah.
  • Muhammad b. Haytham, à Layzan
  • Haytham b. Muhammad, en Layzan
  • Avant 913 - Ali b. Haytham, à Layzan, en 917 déposé.
  • 916 - b Yazid. Muhammad b. Yazid, Abu Tahir, un Sharvan, plus tard aussi à Bab al-Abwab (Darband)
  • 948 - Muhammad b. yazid
  • 956 - Ahmad b. Muhammad
  • 981 - Muhammad b. Ahmad
  • 991 - b Yazid. Ahmad
  • 1028 - Manuchihr b. yazid
  • 1034 - Ali b. Yazid, Abu Mansur
  • 1043 - Qubadh b. yazid
  • 1049 - Bukhtnassar Ali b. Ahmad b. yazid
  • 1053 - Sallar b. yazid
  • 1063 - Fariburz b. Sallar b. yazid
  • 1094 - Fereydun b. Fariburz (d. 1120)
  • 1094 - Manuchehr II b. Fariburz, prédécesseur immédiat ou successeur Fariburz ou règne contemporain probable de Sharwan pendant royaume Fereydun.
  • 1120 - Manuchehr III b. Fereydun
  • 1160 - Le Akhsatan ibn Manuchehr III, qui est mort entre 1197 et 1204.
  • 1179 - Shahanshah b. Manuchehr III, probablement contemporain règne Akhsatan, jusqu'en 1204 après J.-C.
  • 1187 - Fereydun II b. Manuchehr III, règne probablement contemporain avec son frère jusqu'en 1204
  • Après 1187 - Fariburz II b. Fereydun II, probablement règne contemporain avec son père ou d'un oncle.
  • Après 1187 - Le Farrukhzad b. Manuchehr III, probablement contemporain avec son neveu règne frère ou jusqu'à 1225
  • Après 1204 - Le Garrshasp b. Farrukhzad
  • 1255 - AkhsatanII b. Fariburz III
  • 1258 - Garshasp Gushnasp II ou b. Akhsatan II
  • 1265 - Farrukhzad II b. Akhsatan II

... (Information manquante)

  • 1345 - Kay Qubadh
  • 1348 - Kay Kawus b. Kay Qubadh
  • 1372 ou 1378 ou 1382 - Hushang b. Kay Kawus

Selon la branche Shah (1382-1538)

  • 1378 - Ibrahim b. Muhammad b. Kay Qubadh
  • 1418 - Khalil b. Ibrahim
  • 1463 - Farrukhsiyar b. le Khalil
  • 1500 - Bayram / Bahram b. Farrukhsiyar
  • 1502 - Ghazi b. Farrukhsiyar
  • 1503 - Mahmud b. Ghazi
  • 1503 - Ibrahim Shah II ou Shaykh Mahmud oncle b. Ghazi
  • 1524 - Khalil II b. Ibrahim II
  • 1535 - Shah Rukh b. Farrukh b. Ibrahim II, tué en 1539.
  • 1538 - Profession Safawida
  • 1544 - abortive par Burhan b revanche. Ali b. Khalil II, m. 1551.
  • 1551 - Profession Safawida.
  • 1579 - Abu Bakr b. Burhan gouverneur Ali aux Ottomans.
  • 1607 - Royaume des Safawidi final.

Après la chute de la dynastie déplacé certains principes en Turquie et en Europe et est restée dans Shamakhi. Aujourd'hui, leurs descendants existent dans Shamakhi et Bakou.

notes

  1. ^ à b c et fa g h la Barthold, W., C. E. Bosworth sous vide "Shirwan Shah, Shah Sharwan", en: la Encyclopédie de l'Islam, édité par P. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel et W.P. Heinrichs. Brill, 2e édition
  2. ^ C. E. Bosworth, "ŠERVĀNŠAHS", en: Encyclopédie Iranica. Signification 1: « ŠERVĀNŠAHS (Šarvānšāhs), plusieurs lignes de dirigeants, d'origine arabe, mais persianizzati bientôt » Signification 2 « ) famille d'origine arabe comme dans Rawwādidi. Azerbaïdjan, devenir curdizzata pour ses racines kurdes, de sorte que devient peu à peu persianizzati Šervānšāh, probablement en raison des mariages interraciaux avec les familles en Transcaucasie orientale; par temps Manučehr b. yazid (reg. 1028-1034), leur nom est devenu complètement persan plutôt qu'arabe, avec un 'onomastique il se rappela les héros mythiques Iraniens, comme Bahrām Gur ".
  3. ^ Tadeusz Swietochowski. La Russie et l'Azerbaïdjan: Un Borderland en transition, Université de Columbia, 1995, p. 2, ISBN 0231070683: « Dans un siècle quindicesimmo indigène Etat azerbaïdjanais de la Shirvanshahs, a prospéré au nord de l'Araxe. »
  4. ^ à b Clifford Edmund Bosworth, Les Dynasties New islamiques: Un chronologique et Manuel Genealogical, Université de Columbia, 1996.
  5. ^ à b c et V. Minorsky, Une histoire de Sharvan et Darband dans les 10ème 11ème siècles, Cambridge, 1958.
  6. ^ Encyclopædia Iranica, "Minorsky, Vladimir Fedorovich," C. E. BOSWORTH

bibliographie

  • S. Ashurbeyli "Histoire de Shirvanshahs», Bakou, Elm, p 1983 405