s
19 708 Pages

Nobati
L'ancien royaume de Nobatia.

la Nobati (en latin Nobates) Avait une population de Nubie, allié des 'empire romain les jours de Dioclétien.

« De la ville de Axum jusqu'à la frontière égyptienne de l'Empire romain, où la ville de éléphantesque, Il y a de mars de trente jours, un bon marcheur. Il vit beaucoup de peuples, y compris Blemmyes et Nobati, très nombreux. Mais Blemmyes vivent dans le centre de la région, alors que Nobati occupent la région de la rivière Nil »

(Procopio di Cesarea, Wars, I, 19.)

histoire

De cette population, nous savons que dans 298, à la fin d'une sorte de soulèvement Egypte et noyée dans le sang par "empereur romain Dioclétien, le long de la côte, il a été restauré la circulation mer rouge, mais les territoires de Dodecascheno Ils ont été abandonnés et confiés à Nobati comme fédérée contre Blemmyes.[1][2][3]

Le royaume de Nobati a été placé dans l'ancienne Nubie, avec le capital Pajoras, le courant Faras (Construit entre les siècles IV et V). On croit que le royaume de Nobatia est le prolongement naturel de ce qui était au moment de Augusto, le règne de Napata (Dont il tire le terme Nobatia) et celui de Méroé.

en 330 les jours de Constantin I, un Ezana, Roi d'Axoum, Il a étendu ses dominations vers l'ouest, en battant la Nobati et de détruire la ville de Méroé.

en 391 l'empereur Théodose I, quand il s'installe partout pour interdire les cultes païens dans 'empire romain, Il exempté de cet édit la seule ville Philae, à la frontière avec Nobati et Blemmyes, par crainte de représailles de leur entraînant de nouvelles incursions dans le territoire romain.[4] Il est, enfin, à ajouter à celle du règne de Dioclétien à celle de Justinien, gouverneurs romains de l'Egypte a rendu un tribut annuel en or pour prévenir leurs éventuelles incursions dans les territoires romains.[5]

religion

« Problèmes et Nobati, croire en tous les dieux qu'ils croient que les Grecs, et le culte pur Isis et Osiris, pas moins de Priape. »

(Procopio di Cesarea, Wars, I, 19.)

notes

  1. ^ Procopio di Cesarea, Guerres: persan, le vandalisme et gothique, I, 19.
  2. ^ Robert B.Jackson, Au bord de l'empire. Explorer frontière de Rome egyptien, p.152.
  3. ^ Mazzarino, p. 588.
  4. ^ Robert B.Jackson, Au bord de l'empire. Explorer frontière de Rome egyptien, p.123.
  5. ^ Robert B.Jackson, Au bord de l'empire. Explorer frontière de Rome egyptien, p.90.

bibliographie

sources primaires

sources secondaires

  • Divers auteurs, Rome et les Barbares, la naissance d'un nouveau monde, Milan, catalogue de l'exposition au Palazzo Grassi à Venise, organisée par Jean-Jacques Aillagon, 2008, ISBN 978-88-6130-647-9.
  • (FR) Robert B. Jackson, Au bord de l'empire. Explorer frontière de Rome egyptien, New Haven Londres, Yale Univ.Press, 2002 ISBN 0-300-08856-6.
  • Santo Mazzarino, L'Empire romain, Bari, 1973 ISBN 88-420-2377-9 et.