s
19 708 Pages

antitrinitarisme Il est un terme qui indique la négation de la doctrine de trinité de Dieu (Car le Dieu trinitaire est une, mais mystérieusement manifesté en trois personnes: Père, Fils et Saint-Esprit) qui est considéré comme orthodoxe par la plupart des confessions chrétiennes.

Ils existaient et existent encore aujourd'hui des groupes trinitaire chrétiens, tels que Mormons et Les Témoins de Jéhovah, qui rejettent la doctrine de la Trinité et de l'unité de Dieu tel que défini par Premier concile de Nicée (325) et Conseil de Constantinople (381), par rapport au différend aryen.

Contrairement à certaines croyances populaires, les anti-Trinitaires ne nie pas du tout divinité Jésus Christ, soulignent en effet que bibliquement il n'y a pas de concept de la Trinité (doctrine déduit par les hommes), mais un seul Dieu le Père qui est Esprit, un fils alors manifesté dans la chair (Jésus-Christ) et le Saint-Esprit comme une force que vous avez besoin Dieu ministre .

histoire

Antitrinitaires des premiers siècles

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: christologie et Hérésies des premiers siècles.

Il y avait et il y a beaucoup d'autres points de vue sur les relations entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit (marque comme hérétiques par les Trinitaires qui, à son tour hérétiques ont été pris en compte); les principaux sont les suivants:

  • la Ebionites Ils croyaient que le Fils était subordonné au Père étant plus qu'un être humain spécial. Ils ont affirmé que Jésus ne fut pas le fils de Dieu, mais plutôt un homme ordinaire qui était un prophète. Cependant, ces groupes totalement rejeté les doctrines de Paolo di Tarso, Il considéré comme un imposteur, et ils avaient une canon de la Bible distincte de ce qui est devenu un catholique.
  • Marcion (Sinope, Pontus, ca 85 - ca 160) croyait qu'il y avait deux divinité, l'un de la Création / Ancien Testament et le Nouveau Testament.
  • la subordinationisme Il a conçu la subordination du Christ (le Fils) le Père (Dieu). Soutenu par certains apologistes du deuxième ou du troisième siècle, affectant certains penseurs chrétiens, d'Origène jusqu'à Ario.
  • la modalisme ou patripassianism ou sabellianisme de Sabellius (IIIe siècle) dit que Dieu a pris différentes formes dans l'Ancien Testament et le Nouveau Testament et que Dieu a été manifesté de trois façons principales par rapport au salut de l'humanité. Ainsi Dieu est le Père création (Dieu a créé ou engendré un enfant par la naissance virginale), pour le Fils rachat (Dieu manifesté ou a vécu généré à l'intérieur Jésus-Christ homme dans le but de sa mort sur la croix), et Saint-Esprit régénération (L'Esprit de Dieu qui habite dans les âmes des croyants chrétiens). A la lumière de cette croyance Dieu n'est pas trois personnes distinctes, mais plutôt un Dieu qui se manifeste de plusieurs façons. Ses partisans soutiennent que ce point de vue maintient le strict monothéisme qui se trouve dans le judaïsme et l'Ancien Testament.
  • Ario (256-336) croyaient que le Fils était subordonné au Père, dans lequel il a souligné l'unicité absolue et la transcendance déclarant pas son origine la source de toute réalité, une des créatures d'ordre supérieur, engendré du Père comme le premier-né de toute la création et ayant un statut divin, qui est, même si on l'appelle Dieu, il n'est pas vraiment Dieu et donc pas de la même substance que le Père.
  • la Macédoniens de le Macedonio Evêque de Constantinople (342-360), ledit Pneumatomachians (Hostile à l'Esprit) parce qu'ils voient refuser la divinité et consubstantialité l'Esprit Saint et considère une réalité intermédiaire entre Dieu et les créatures.
  • la eunomiens ou aeziani (Ezio théologien début aryenne sec IV-367) coïncide avec l'essence divine "étant engendré" (en gr. agennesia), Seul le Père est Dieu, le Fils est de Lui fondamentalement différent (en grammes. anomoios).
  • L 'adoptianisme Il voit Jésus comme le fils adoptif du Père. Adoptée, selon certains, après le baptême, selon les autres, après la résurrection. Christ était, dans un sens, divinisé par le Saint-Esprit se la capacité d'accomplir des miracles sans devenir Dieu.
  • Les monarchistes (Paul de Samosate) Ont confirmé l'unicité de Dieu, le Christ est l'homme lié à Dieu d'accueillir en elle la force divine.
  • la gnosticisme l'identifier Saint Esprit avec la mère Jésus puis les femmes. La doctrine gnostique était particulièrement répandue dans Egypte et Syrie. Selon des documents anciens trouvés à Nag Hammadi l'Esprit Saint était Sophia. Selon les gnostiques le vrai Dieu le Père était complètement inconnaissable et éloigné des hommes. à partir de pleroma, la zone divine qui avait formé de Dieu émanations, la Eons, Il se éloigna un d'entre eux, Sophia. Pour tenter de rejoindre le Père, par erreur, il a donné naissance à l'univers. L'une de son adoption, Yahvé, parce que le résultat d'une erreur, créée en cosmos un monde imparfait: la nôtre. Christ avait la tâche rejoindre Sophia d'apporter pleroma Père, après quoi les cieux se sont effondrés, le monde finirait et le bien sur le mal allait gagner.[1]

historiens Antritrinitari de la Réforme

Après la réforme du XVIe siècle, certains groupes protestants dérivés remis en question la formulation trinitaire. Parmi ceux-ci:

  • Michele Servet (Miguel Servet 1511-1553), médecin et réformateur religieux espagnol. Contexte, la doctrine de la Trinité De Trinitatis erroribus, Il ne niait totalement la Trinité comme elle a soutenu que Dieu est un et trois de son peuple mode simple approche de la modalisme. Il a rejeté le baptême des enfants et considéré comme le Cène du Seigneur une nourriture purement spirituelle. Il a été condamné au bûcher par calvinistes à Genève. Un sort semblable espagnol Giovanni Valentino Gentile, condamné à décapitation de calvinistes pour hérésie en 1566.
  • Socinianisme, fondée par Fausto Socini (Fausto Paulo Sozzini lat. Socinus 1539-1604) poursuite des travaux menés par son oncle Lelio (1525-1562). La théologie de Socin, basée uniquement sur l'Écriture et finitude L'homme, il découle de l'application d'un strictement philologique et critique Bible rationaliste. Selon Socini Dieu se fait connaître par le mot (Écriture) et surtout par le Christ (son interprétation de la Logos) Que le Christ serait en concurrence l'appellation (Comprise comme un titre) de Dieu parce qu'il est le représentant le plus remarquable de l'humanité est ainsi mis en place une plus petite distance entre l'homme et Dieu, il a nié le péché originel, donc le salut de Jésus est exprimé ne pas expier le péché, mais en montrant l'exemple pour montrer l'amour qui causerait Dieu de pardonner. Ce point de vue est largement expliquée De Jesu Christo observateur, Son autre travail est la De auctoritate Sancta Scripturae. Dans Socinianisme a fusionné plusieurs idées anti-Trinitaires: celles du Servet ci-dessus au mouvement anabaptiste, des idées de la tradition humaniste de la doctrine de Juan de Valdés et des parties de la philologie Lorenzo Valla. En 1658, ils se sont installés dans Transylvanie, Moravie, Hongrie, Allemagne, France, Pays-Bas, Angleterre et Amérique du Nord. influencé la arménien, la mennonites, et contestataires déistes Britannique, les Allemands et les Lumières Ugo Grozio et Baruch Spinoza
    Les diktats de Socinianisme étaient l'application de l'esprit critique aux faits religieux, une dévaluation de la taille dogmatique, soutenir un idéal rationnel christianisme, pacifiste et humanitaire basée sur l'éthique.
  • arminiens de Jacobus Arminius (Jakob Harmensz, 1560-1609) que le Divin était composé de trois égaux dans la nature mais des degrés différents: le Fils et le Saint-Esprit venu du Père.

adventism

au sujet de trinité, un aspect intéressant des origines adventiste Il est leur emplacement anti-trinitaire (Ou mieux non-Trinitaire) d'origine. Dans le livre adventiste À la recherche d'une identité. Développement des doctrines fondamentales adventistes le prof.George R.Knight (adv. Edizioni, 2004, pp 13-14) nous lisons ce passage intéressant: La plupart des pionniers adventistes Aujourd'hui, il peut être difficile de faire partie de l'église si elle devait donner leur consentement vingt-sept points de doctrine la dénomination. Pour entrer dans les détails, ne pouvait pas accepter le numéro du point 2 qui concerne la doctrine de la Trinité. En fait, pour Joseph Bates, trinité représenté un doctrine unscriptural, tandis que James Springer blanc le nom de cette ancienne absurdité trinitaire et M. E. Cornell était le résultat de la grande apostasie, ainsi que d'autres fausses doctrines telles que le respect des dimanche et l 'immortalité dell 'âme. De même, la plupart des fondateurs ils seraient mal à l'aise avec le paragraphe 4, qui stipule que Jésus Il a une nature éternelle et est vraiment Dieu. Pour JN Andrews la Fils de Dieu...avait Dieu comme Père et, à un temps indéterminé à un éternel passé, ses jours a commencé. Mais les personnages les plus connus de 'adventism ils ne seraient pas même signé le point 5 sur la personnalité Saint Esprit. Uriah Smith, par exemple, non seulement nié la Trinité et l'éternité de fils, comme beaucoup de ses frères, mais, encore une fois comme eux, décrivant l'Esprit Saint que 'divine, à travers lequel mystérieuse émanation à la fois la père que le fils Ils réalisent leur travail grandiose et infini. À une autre occasion, il a appelé l'Esprit Saint comme influence divine et non comme personne comparable au Père et au Fils

églises modernes ne font pas trinitaire

Plusieurs groupes modernes d'enseignement différentes unité doctrines et trinité de Dieu. Plus la Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, la Les Témoins de Jéhovah, ainsi que d'autres petits groupes, y compris:

  • Antoinisti
  • Christadelphians
  • Vivre Église de Dieu
  • église scientiste
  • Eglise de l'unification
  • Les églises qui remontent à 'unitarisme
  • Abonnés de William M. Branham
  • la Franco
  • la Maison de Yahvé
  • la Iglesia de Cristo
  • Armstrongismo
  • Free Bible étudiants
  • Eglise du Royaume de Dieu

Tous ces groupes ensemble différents points de vue sur l'unicité de Dieu, mais ils rejettent toute la trinité des personnes.

L'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours

Mormons (L'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours) Croire à la Trinité formée par le Père, le Fils et l'Esprit Saint a examiné trois personnages distincts mais parfaitement unis et en harmonie de l'objet et de la doctrine.[2] Le Père a un corps tangible de chair et d'os glorifié, mis au point, de même le Fils a un corps tangible de chair et d'os glorifié, mis au point, le Saint-Esprit n'a pas un corps de chair et d'os, mais seulement un corps spirituel, sinon il pourrait demeurer chez l'homme. Selon les théologiens ce serait une forme de trithéisme.[citation nécessaire]

Leur concept de la Divinité est basée sur les révélations qu'il a reçu le prophète mormon Joseph Smith en particulier une dite Vision première. En plus de mormons cette doctrine serait en harmonie avec d'autres textes bibliques tels que le récit évangélique du baptême Jésus. En fait, quand Jésus est descendu dans 'eau la Giordano, l'Esprit Saint reposait sur lui sous la forme de colombe, et il sentit la voix du Père du ciel (voir Luca 3,21-22). Dans ce document, il apparaît trois caractères, clairement séparés et distincts:

  1. La voix de père venant d'en haut, montrant sa amour à son Fils.
  2. Jésus tandis que S'il vous plaît au moment de son baptême.
  3. la Saint Esprit se manifestant sous la forme d'une colombe et sur posatosi tête de Jésus.

Les Témoins de Jéhovah

la Les Témoins de Jéhovah insister sur l'unicité de Dieu et de rejeter la doctrine trinitaire sur la base d'une analyse des Saintes Ecritures que, selon des témoins, ni explicite, ni nous conduire à penser le concept trinitaire[3].

La brochure « Qu'est-ce que Dieu attend de nous »[4] publié par les Témoins de Jéhovah 1996, Chapitre 11 p. 22 intitulé « Les croyances et les coutumes qui déplaisent à Dieu, » lit littéralement:

  • « Trinity: Jéhovah est peut-être une Trinité, trois personnes en un seul Dieu Non Jéhovah, le Père, est le seul vrai Dieu! » (Jean 17: 3; Marco 12h29)
  • « Jésus est le Fils premier-né de Dieu, et sont soumis à Lui » (1 Co 11: 3)
  • « Le Père est plus grand que le Fils. » (Jean 14h28)
  • « L'esprit saint est pas une personne, elle est la force active de Dieu. » (Genèse 1: 2; actes 02h18).

la Les Témoins de Jéhovah cependant, ils ne nient pas la divinité du Christ[5][6], croyant non seulement à son existence préhumaine dans le ciel, créé par Dieu et appelé le "Fils unique" et « la Parole »[7], mais la nature divine qui a pris après son sacrifice rédempteur, la mort comme un homme parfait, puis élever. Les Ecritures disent qu'il est assis à la droite de son Père, Jéhovah[8] (actes 02h33).

Judaïsme et l'Islam

L'enseignement trinitaire est typique du christianisme et en désaccord avec l'autre religions abrahamiques, hébraïsme et Islam; la première rejette complètement la mission divine de Jésus, ces derniers acceptent Jésus comme un prophète humain comme Mohammed mais rejette totalement sa divinité.

Beaucoup dans le judaïsme et l'islam accusent les chrétiens trinitaires à la pratique polythéisme, de croire en trois de au lieu d'un seul. Islam soutient parce que Allah est un et absolu (Tawhid). La Trinité est impossible et a même été condamné comme polythéiste. Comme il est indiqué par le Coran qui dit: «Di « » Il, Allah est Un, Allah est l'Absolu. Il a pas engendré, n'a pas été engendré, et il n'y a rien à Lui «[9]

Les objections à la doctrine monothéiste / trinitaire

La critique de la doctrine comprend l'argument selon lequel son mystère, paradoxe clair, dans lequel il est dit que le Peuple de Dieu partager complètement une seule substance divine, l'Être de Dieu mais ne fait pas partie de l'identité de chacun. Les critiques remettent en question la doctrine parce qu'ils croient que cet enseignement, défini manque fondamental d'un soutien scripturaire direct. Ceux qui professent la doctrine orthodoxe reconnaît l'absence d'un soutien direct ou formel dans l'Ancien Testament, mais pas dans le Nouveau, comme serait révélé la doctrine de la Trinité dans la venue de Jésus.

Le débat sur la base biblique de la doctrine tend à tourner principalement sur la question de la divinité de Jésus.

Les différends sur l'Écriture

l'ancien Testament

Certains commentateurs sont plusieurs en termes de l'Ancien Testament Elohim D'autres nient Elohim indique la pluralité, en notant que, ce nom, dans presque toutes les circonstances exige un verbe singulier et en faisant valoir que lorsque il semble pluralité suggère est démentie par la grammaire juive.

Les nouveaux rapports Encyclopédie catholique que « La doctrine de la Sainte Trinité n'est pas enseignée dans l'Ancien Testament » et « Dans l'Ancien Testament ne trouvent aucune indication claire d'une troisième personne. Il est souvent mentionné comme Esprit de Dieu, mais rien ne prouve que l'Esprit est distinct de Yahvé lui-même. Le terme est toujours utilisé en relation avec Dieu all'operare "[10]. En fait, l'encyclopédie dit aussi que « La première Pères de l'Église Ils étaient convaincus de l'existence de références à la doctrine de la Trinité dans l'Ancien Testament et ils ont trouvé ces références dans de nombreux passages de la Bible. Beaucoup d'entre eux croyaient non seulement que les prophètes avaient rendu témoignage de la doctrine, mais croyaient aussi qu'il a été connu même Patriarches ". Cette croyance a un fondement biblique dans le différend entre Jésus et la sadducéens sur la résurrection et l'unicité de Dieu, a pris fin avec l'interprétation messianique du Psaume 110. Dans le passage en question (montré par les trois Synoptiques: Mt 22,23-ss, ss-Mc 12,18 et Lc 20,27) Jésus résout la question de la résurrection se référant à torah, les cinq premiers livres de la Bible, les seuls qui reconnaissent les sadducéens, avec les autorités en disant le nom de Dieu ( « je suis ») que Dieu seul peut prononcer. C'est prononcé blasphématoire de Jésus qui implique d'être Dieu, de Jésus comme le Père qui fait un scribe à Jésus exige la synthèse de la foi juive du temps, Shema. « Shema Israël ,. Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est un ». Le scribe anonyme après avoir souffert de Jésus, le parfait de la « récitation Shema conclut (Mc 12,32): » Eh bien Rabbi, en vérité, vous avez dit que l'on a et pas plus que Lui. Mais l'argument ne se termine pas ici, Jésus apprécie le scribe parce que son être Dieu ne nie pas l'unicité de Dieu et cite David, Psaume 110, dans lequel il y a une relation d'égalité entre Dieu et celui que David l'appelle Seigneur. Ainsi, Jésus cite la Torah et les prophètes pour affirmer sa divinité donnant une nouvelle interprétation de la Bible.

le nouveau Testament

Pour ceux qui professent la divinité de Jésus, il est présent dans cette doctrine christologie dell 'apostolo Giovanni, quand dans le prologue de son gospel stipule que "Au commencement était la Parole (la Logos), Et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. « L'Eglise croit que, Logos, un terme dérivé de la langue grecque et philosophique utilisé par Jean, l'apôtre fait référence à Jésus comme inhérente à Dieu et donc Dieu lui-même. Jésus a également accepté le culte, pardonné les péchés, a déclaré que seulement avec le Père et utilisé l'expression « je suis » en écho Nom divin (Selon certaines traductions) a donné Moïse sur Sinaï. Il est fait cette déclaration devant le grand prêtre qui détermine la condamnation de Jésus comme blasphémateur, vous ne pas besoin de plus de preuves pour condamner Jésus, après avoir prononcé le Nom Divin I Am, avait déclaré Dieu, blasphémant les yeux ceux qui n'admettent que antitrinitaires il pourrait y avoir un Dieu-homme comme une personne distincte mais identique à la substance divine. Le quatrième évangéliste, nous dit (Jn 18,6) d'une chute au sol de ceux qui étaient sur le point d'arrêter Jésus, quand il proclame solennellement son être « je suis », et se termine le cycle de la Passion et de la Résurrection avec la profession solennelle la foi de l'Église, mettre dans la bouche de Thomas, l'apôtre sceptique: « mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20:28). Non seulement Seigneur, ce serait suffisant, mais Theos, Dieu, telle est la foi des Apôtres, la foi de l'Église primitive et de tous les temps en Jésus, vrai homme et vrai Dieu. Selon le christologie catholique-orthodoxe pour Jésus est vraiment homme et vraiment Dieu n'existe en fait « autres » dieux à côté de Dieu, celle-ci étant explicitement interdit par décalogue. Cette dualité de la nature divine de Jésus est présent dans les différentes parties du Nouveau Testament et Jésus comme un homme est inférieur à son père, en effet, il apprend l'obéissance et essayez de réduire le total, mais en indiquant plus tard qu'il « monte vers mon Père et Père le vôtre, mon Dieu et votre Dieu », distinguant ainsi entre être des enfants de Dieu au sens figuré (typique des hommes) et au sens propre (une caractéristique de Jésus), comme décrit dans le premier chapitre des Hébreux 1,1-14et aussi en plusieurs étapes de Saint-Paul.

Position de Raymond E. Brown

Raymond E. Brown en Des études théologiques, écrit que certaines écritures [11] semble impliquer que le titre Dieu il a été utilisé à Jésus et qu'il y a "des preuves négatives qui sont souvent, dans une certaine mesure, ignoré, de la façon que les catholiques font face au sujet«Cependant, la conclusion de Brown est que Jésus est appelé Dieu dans le Nouveau Testament, mais le développement a été progressif et n'a pas émergé jusqu'à la fin de l'ère de la tradition du Nouveau Testament, dans lequel »Il y a trois raisonnablement clair et cinq déclarations probables où Jésus est appelé Dieu. Utilisez « Dieu » pour que Jésus est venu au début deuxième siècle que l'utilisation continue a commencé à l'époque du Nouveau Testament. « Jésus est le Seigneur », il était évidemment une formule confessionnelle populaire à l'époque du Nouveau Testament, et avec cette formule a donné les chrétiens à Jésus le titre de Kyrios, qui est la traduction de la Septante pour YHWH. Si Jésus est donné ce titre parce qu'il ne peut pas être appelé Dieu (Theos), que la Septante souvent utilisé pour traduire les Elohim?« Il faut dire que le terme Dieu, mais dans quelques chansons, il semble qu'il est utilisé pour décrire d'autres créatures surnaturelles ne sont pas identifiables avec le Créateur Dieu des Hébreux, ainsi que pour décrire certains hommes qui faisaient des gestes clamorosi.Anche le Nouveau Testament semble attribuer aux créatures spirituel en opposition à Dieu le titre Theos équivalent de Elohim (2 Corinthiens 4.4) le même titre donné à la personne de Jésus (cf. Jn 1.1 texte grec interlineate Merk) donc on ne sait pas si les premiers chrétiens la personne créditée la nature de Jésus et le rôle de tous Theos spécial ou si le terme associé à sa personne, il avait le simple but de l'identifier comme une créature vraiment divine, mais complètement séparé du Créateur Dieu des Juifs. mais en tenant compte du fait que les premiers chrétiens étaient encore propriétaires juifs une culture juive fortement monothéiste semble peu probable que Jésus attribuissero le concept théologique trin itario qu'il a développé que plus tard et qui semble être complètement étranger à toute théologie développée dans toute la Bible.

Les théories sur l'origine et l'influence polythéiste

Beaucoup de chrétiens non-Trinitaires rejettent la doctrine de la Trinité parce que, selon eux, est un exemple évident de l'influence polythéiste sur Christianisme.

Ceux qui professent la doctrine du monothéisme trinitaire rejette cette accusation, parce que l'ancienne église comme païenne interprété l'idée d'une trinité des dieux, ou que Jésus-Christ était un autre dieu, et moins la nature distincte et unique de Dieu Tout-Puissant. Ce fut la doctrine d'Arius, qui a fait de Jésus un puissant divin de l'être, mais pas toute-puissante, comme les dieux de l'antiquité classique, Apollon, ou Hercule, ce dernier est né en tant qu'homme mais prise dans 'Olympe de Jupiter). Selon ce point de vue, en fait, la doctrine de la Trinité, en fait, ne peut jamais être distincte de celle de l'unité de Dieu, et c'est précisément l'idée d'une pluralité de suivant Dieu ce qui est contraire au premier commandement dell ' Judaïsme: « vous n'avez pas d'autres dieux à côté de moi. »

Ceux qui l'accusent de paganisme églises chrétiennes croient idée la plus simple de Dieu a été perdu au début de l'histoire de l'Eglise, par l'adaptation aux idées païennes et la doctrine incompréhensible de la Trinité aurait pris leur place. Ils croient qu'il ya une affinité avec le culte des païens regroupés pour trois ou triades également présent dans Egypte, Grèce et Rome et Babylone, siècles avant, pendant et après Jésus-Christ.

Selon les anti-Trinitaires après la mort des apôtres, nous aurions été une infiltration de ces croyances dans le christianisme. Cependant, certains disent déjà écrits chrétiens des premier et deuxième siècles, y compris le canon du Nouveau Testament, reflète en quelque sorte la croyance que Jésus était un avec Dieu le Père (Groupes chrétiens qui rejetaient en fait cette déclaration ont été les Ebionites, qui, cependant, n'a pas accepté les livres sacrés qui sont devenus canoniques de façon permanente au IVe siècle). Les anti-Trinitaires soutiennent qu'il était à ce moment que la nature de l'unicité a évolué à partir coexistence omniprésente à identité et a trouvé un lien direct entre la doctrine de la Trinité et théologiens Alexandria école qui, avec sa forte accent sur la divinité de Jésus, il agirait à titre d'intermédiaire entre le patrimoine religieux égyptien et le christianisme. En fait, même Arius était à Alexandrie, et sa théologie reflète aussi la tradition de cette école.

Le christianisme orthodoxe est accusé donc d'adopter des principes païens inventées par les Egyptiens et les Babyloniens, adoptés par la pensée chrétienne à travers la philosophie grecque. A ce jour, les critiques de la doctrine, le point à l'adoption largement reconnue par le christianisme, de la philosophie platonicienne, évidente dans les formules trinitaires qui apparaissent à la fin du IIIe siècle. En fait, les formules platoniques sont déjà dans l'Evangile de Jean, comme les logos terme est largement utilisé par Platon et Philo. La doctrine trinitaire est devenu solidement ancrée dans les territoires hellénisés. Donc, essentiellement, idée païenne serait imposée par la force aux églises à partir de la période constantinienne. Bien que la trinité néo-platonicienne, comme celle de l'un, les BNO et l'âme, ne sont pas une trinité d'être avec l'équité, comme dans le christianisme orthodoxe. En fait, bien que le concile de Nicée est la doctrine orthodoxe actuelle a prévalu, dans les décennies qui ont suivi, depuis les dernières années de Constantin (qui a été baptisé sur son lit de mort selon l'arianisme) et surtout sous Costanzo, qui était un arien convaincu, le christianisme Nicée était fortement opposé par le pouvoir politique au point que presque tous les évêques orthodoxes ont été exilés. La situation calmée sous l'empereur Giuliano qui, indifférent au christianisme, il a permis aux catholiques de retourner à leur place.

Les non-Trinitaires affirment que les catholiques doivent avoir reconnu les racines païennes de la Trinité, parce que les revendications des prêt Ils ont été élevés par certains disputants pendant le temps que la Doctrine Nicée Il a été officialisé et adopté par les évêques. Pour prouver cette thèse avance à titre d'exemple, la IVe siècle, les écrits de l'évêque catholique Marcellus d'Ancyre la Sainte Eglise qui disent:

« Maintenant, avec l'hérésie aryenne qui a corrompu l'église de Dieu ... ces dix enseignent trois hypostase »

[12] Valentino comme l'hérétique, qui ont d'abord utilisé dans son livre Les trois natures. Il a été le premier à utiliser les trois hypostases et les trois personnes du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et il est apparu[citation nécessaire] qui a attiré d'Hermès et Platon. « Ces déclarations sur Terme clé de Niceana Cristianità, attribué à un gnostique, Il donnerait de la crédibilité à l'accusation qu'il avait emprunté des religions polythéistes, mais ce terme est également utilisé dans la Bible, dans le Nouveau Testament Hébreux 1: 2-4 où Jésus est appelé hypostase dans l'original grec. Marcello, après sa mort, il fut condamné comme hérétique (381), accusé d'enseigner une forme de sabellianisme (Modalisme).

la première apologistes, inclus Giustino, Tertullien et Irénée, Ils ont souvent discuté des parallèles et les contrastes entre le christianisme et le paganisme syncrétisme[13] répondre, dans leur apologétique chrétienne, aux allégations selon lesquelles il a emprunté du paganisme.

Triades et leurs représentations

Babylone: jamais, Shamash et Ishtar; Anu, Enlil ou Bel, et Ea
Egypte: Ptah, Ra et amon ou Ptah, Sokar et Osiris
Grèce: Zeus, Poséidon et Enfers
Rome: Jupiter, Mars et Quirino premier et Jupiter Juno et Minerva puis
brahmanisme: (Entre les siècles neuvième et sixième BC) Dieu Brahm est représenté par trois têtes
Religion celtique: (entre les sixième et troisième siècles avant notre ère) Les divinités celtiques étaient de la végétation, la guerre et les divinités tutélaires et certains ont été représentés avec trois têtes ou trois faces ou trois chiffres identiques.
hindouisme: Brahma, Vishnu et Shiva
bouddhisme:
  • Représenté par trois roues sont les trois fondations ou des pierres précieuses du bouddhisme (Triratna) et qui est le Bouddha, son enseignement et de la communauté.
  • Selon la métaphysique de l'école Mahayana Svatantrika et ses dérivés tels que yogacara, trikaya désigne les trois corps ou trois niveaux d'existence buddha, ajoutant Samboghakaya et Nirmanakaya à l'original Dharmakâya Mahayana[14].

Le « Prologue » de l'Evangile de Jean ou le paradoxe du Logos « dieu »

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Jean le Théologien.

Dans le prologue de l'Evangile selon saint Jean, vous croiserez quelques versets controversés.

La dernière phrase du verset, dans presque toutes les versions, est traduit par "et la Parole était Dieu" (Revised Standard Version, King James Version King James Version, Nouvelle version internationale, Luzzi, Bible du monde Inglese, une version conservateur, Darby) ou "et la Parole était Dieu" (Vulgate, CEI, Reina Valera). Cette forme est maintenue par des unitariens, d'autres anti-Trinitaires comme les Témoins de Jéhovah se traduisent par « la Parole était un dieu », alors que d'autres encore font les considérations suivantes:
Le grec utilise le mot « Dieu » (theos) est de se référer au Père et à d'autres autorités. Ceux-ci incluent le diable (2 Corinthiens 4.4), divinités mineures (1 Corinthiens 8.5) et de l'autorité humaine (Jean 10,34.35; Actes 12:22).
Au moment de la rédaction du Nouveau Testament, la langue utilisée était le koinè grec sa caractéristique devait être écrit en lettres majuscules. Ne pas avoir majuscules et minuscules ne pouvait pas faire, nous faisons maintenant la distinction entre Dieu et Dieu. En général, il est le contexte qui agit comme juge.
Presque toujours dans le Nouveau Testament comme « Dieu » fait référence au Père, dans le texte grec apparaît l'article défini (l'article est vu que dans le texte grec mais jamais traduit). Les traducteurs sont généralement très sensibles à ce (voir Jean 10:33). La différence entre theos avec et sans l'article noté dans John 1.1:
  • « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec » theos «et la Parole était » theos ».
comme l'article défini dans le second cas de « theos » ( « Dieu »), il est généralement le sens serait « dieu » ou « divine ».
James Moffatt, qui était professeur de grec et Exégèse du Nouveau Testament à Mansfield College, Oxford, Angleterre, et auteur de la Bible Moffatt même nom, traduit l'expression, « les logos était divin. »
Vous trouverez une explication très claire de la façon de traduire theos sans l'article défini Jésus comme ils le reconnurent, William Barclay, professeur de Trinity College, Glasgow:
« Dans un cas comme celui-ci, nous ne pouvons rien faire, mais aller aux mots grecs » theos en ho logos ». Hó est l'article défini, la, et vous pouvez voir qu'il ya un article défini avec « logos », mais pas « theos ». Lorsque deux noms sont rejoints par le verbe grec « être », et quand les deux ont l'article défini, signifie que l'on est complètement identifiée avec l'autre; mais quand l'un d'entre eux est sans l'article, il devient plus un adjectif qu'un nom, et décrit plutôt la classe ou de la sphère de l'autre appartenance ».
Un exemple serait l'idée. Si je dis: « Le prédicateur est homme«J'identifie avec le prédicateur, une personne en particulier, j'ai à l'esprit si, au contraire, ne pas mettre l'article en disant: » Le prédicateur est homme« Je veux dire est que le prédicateur est classé comme un être humain, dans la sphère de la virilité est un être humain.
Tout comme la dernière phrase de John 1,1 John l'article avant « theos » a dit, « Dieu ». Les logos, par conséquent, ne sont pas identifiés comme Dieu ou avec Dieu; le mot « theos » est devenu adjectif et décrit la sphère d'appartenance des logos. Par conséquent, nous pouvons dire que les lógos appartient à la même sphère de Dieu, mais sans être identifié avec Dieu.[16]
Voici la nouvelle Inglese Bible utilise ce qu'il considère comme la traduction parfaite: Quel était Dieu, la Parole était.
La Bible-An American Translation (1935) se traduit par et la Parole était divine,
Le Nouveau Testament dans une version améliorée (1808) et la Parole était Dieu,
Le Emphatic Diaglott (1864) et Dieu était la Parole,
La Sainte Bible (1879) et la Parole était Dieu,
La Bible du Centenaire (1928) et la Parole était un être divin,
Das Evangelium Johannes, par Siegfried Schulz (1975) et un dieu (ou, d'une sorte divine) était la Parole,
Das Evangelium Johannes, par Johannes Schneider (1978) et quelque chose comme Dieu était le logos,
Das Evangelium Johannes, par Jürgen Becker (1979) et un dieu était le logos
  • Une confirmation indirecte est donnée par Giuseppe Flavio[17] Dans la page d'introduction. XLVIII sont dit:
Fréquemment Giuseppe [Flavio] pour signifier l'intervention divine dans les affaires humaines, préfère employer un générique tó theion, divinité, plutôt que le bien plus personnalisant ò theos, qui bien sûr car il est le dieu des Juifs.

L'idée de base, le dogme implicite est que Jésus est une créature, n'est pas Dieu, alors une simple traduction littérale du premier verset johannique ne peut être acceptée en tant que telle est un interlinear moderne comme celle d'Alberto Bigarelli 1998:

« Au commencement était la Parole, et la Parole était Dieu, et Dieu était la Parole. »

(Depuis le « prologue » de Evangile de Jean)

Le texte ajoute:

« Ce fut au commencement vers Dieu; toutes choses ont été faites par lui et sans lui fait même un. »

(Depuis le « prologue » de Evangile de Jean)

Mais si rien n'a été fait de ce qui est créé sans le Logos, même si le Logos est une créature doit être faite par le Logos! Tel est le paradoxe qui est atteint en lisant le deuxième verset du prologue de Jean refusant la preuve littéraire, à savoir que l'auteur considère le Logos créateur et non créé, Dieu et non pas une sorte de Dieu!

Il est vrai aussi que d'autres bien traduire le texte original de John:

« Καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν,
καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. »

(Depuis le « prologue » de Evangile de Jean)

avec

« Et la logos qui était au commencement était avec Dieu
Et Dieu était le logos "

(Depuis le « prologue » de Evangile de Jean)

Soulignant et soulignant avec cette lecture du texte de John, l'identité de ce Logos qui était au commencement avec Dieu lui-même et en même temps une distinction entre eux, distinction dont la nature est telle qu'elle n'a pas, cependant, nier leur mêmeté explicitement confirmé et des lettres claires « καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος » de « un seul qui a vraiment compris Jésus« Comme nous l'avons à plusieurs reprises il a dit.
Cependant, il y a d'autres considérations à faire, et qui conduisent à réfléchir. Le apostolo Giovanni quand il a écrit son gospel Certes, il ne pouvait pas en contradiction avec les Ecritures dell'A.T. sur une telle question fondamentale que la 'Unicité de Dieu. Dieu est un.
Yahvé (ou YeHoWaH) lui-même déclaré catégoriquement:

« Je suis l'Éternel (ou YeHoWaH) qui a fait toutes choses; qui seul, j'étendu les cieux, j'ai étendu la terre, et qu'il n'y avait personne avec moi. »

(Esaïe 44:24)

Mais Jean 1: 1 fait connaître que toutes les choses créées ont été créées par logos, terme qui a été traduit par « mot » ou plus souvent "verbe« Un terme qui en italien a un sens complètement différent en vérité, et qui est l'un des nombreux italianizzazioni des termes latins faites par l'Eglise catholique, mais qui pourrait aussi se traduire par » raisonnement « ou, mieux encore, la » sagesse », ce qui en fait plus de sens d'origine. confirmer, nous trouvons également la déclaration de l'apôtre Paul dans le chapitre Colossiens 1 verset 15, quand il déclare que toutes choses ont été créées par le Christ. John n'a pas été vague, mais comme il était dans son style clair, simple a clairement sur ce point également à la suite de sa polémique avec les chrétiens instruits et donc plus avertis techniquement, le gnostiques, répéter plusieurs fois la place occupée par le Christ dans sa conception: il, le Rabbi Jésus de Nazareth est non seulement un maître d'écritures comme l'apparence semble témoigner, mais est l'incarnation de Dieu ou l'incarnation de leurs propres logos que c'était en principe, à savoir le Messie tant attendu par les anciens prophètes Israël pour rétablir et renouveler l'alliance entre Dieu et ceux qui sont de Dieu. Il en a fait « le mystère des logos qui était au début » le noyau de ce nouveau genre de la plus ancienne foi hébraïsme. De plus, nous savons qu'au-delà de la controverse entre gnostique et John orientation chrétienne, « l'intime de Jésus » était le seul chrétien orthodoxe, entre autres, le plus autorité, ils estimés compte tenu sincèrement dans un sens d'entre eux, donc un allié dans la lutte contre la nouvelle institution du nouveau-né a tendance à être en mesure de gagner les masses, pour aplatir en banalisant 'exotérisme le message révolutionnaire de celui qui se faisaient appeler « le Seigneur », mais ils ont cru, étant donné la complexité et la profondeur de cette « bonnes nouvelles », réservé, pour être vraiment compris, à une élite d'initiés.
D'autres, cependant, se sont mis à la question que le nouvel événement de l'incarnation de Dieu: donc un autre dieu avec Dieu?
La traduction de Jean 1: 1 a été fait différemment de nombreux modèles. Mais gardez à l'esprit que dans koinè grec ne manque les mots pour définir qualitativement quelque chose ou quelqu'un, et la rédaction de N.T. ces mots ont été utilisés pour d'autres sujets, mais pas pour définir la Parole de Dieu.

L'influence de l'empereur Constantin dans la définition de la Trinité

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Constantin I et Premier concile de Nicée.

quelques-uns[vague] Antitrinitaires considèrent l'empereur romain Constantin I l'avocat de la doctrine de la Trinité, affirmant qu'il avait fait pression sur les évêques réunis à Premier concile de Nicée résolus si rapidement controverses doctrinales.

« Constantin, comme son père, a adoré le Sol Invictus; . . . sa conversion ne doit pas être interprété comme une expérience intérieure de la grâce. . . Il était une affaire militaire. Sa compréhension de la doctrine chrétienne n'a jamais été très claire, mais il était sûr que la victoire dans la bataille dépendait de la faveur du Dieu des chrétiens "

(Henry Chadwick, l'Église primitive, Harmondsworth 1967, p. 122, 124)

Le Encyclopædia Britannica explique:

« Constantin lui-même présidé, guider activement les discussions, et personnellement proposé. . . la formule cruciale exprimant la relation du Christ à Dieu dans la foi délivrée par le conseil, « d'une substance avec le Père ». . . Craintif de l'empereur, les évêques, à deux exceptions près seulement, ont signé le credo, beaucoup d'entre eux bien contre leur gré. "

(Chicago 1971, vol. 6, p. 386.)

Sur ce point de vue il n'y a pas d'accord entre les historiens.

all'antitrinitarismo critique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Apocryphe de l'Ancien Testament, Livre d'Enoch, manuscrits non bibliques de Qumrân, Dead Sea Scrolls, Histoire d'Israël, Historicité des Evangiles et L'historicité de la Bible.

Les théories de dell'antitrinitarismo se sont opposés, depuis leur création et leur poursuite: Michele Servet fut brûlé vif sur le bûcher parce que, dans son « De Trinitatis erroribus », a montré que la doctrine de la Trinité a non seulement le soutien Bible mais pas celui de la raison [1].

Depuis le début de XXe siècle, quelques découvertes biblistes, les historiens de la religion, historiens et archéologues bibliques ont montré que la croyance en plusieurs dieux 'hébraïsme Il était déjà présent dans la VI-Vème siècle avant JC Hénochique dans le judaïsme, la pensée religieuse du courant la période du Second Temple, à partir de laquelle je suis né le premier Judéo-chrétiens[18] et Esséniens[19];
Jésus même utilisé un titre totalement juif et apocalyptique, celle de "Fils de l'Homme« Affirmer leur descendance divine[19][20][21].
Selon Boyarin, la trinité[22] est un concept théologique et eschatologique juif, où il ne semble pas une influence païenne ou hellénistique[19][23][24][25][26][27][28][29][30][31].

Boyarin nie tout type d'influence polythéiste dans le judaïsme hellénistique, et en effet comme déjà expliqué dans 'Israël primitif et tribal il y avait des idées de la dualité (quoique subordinazionistica) de Dieu. Parmi les exemples qu'il fait est rapporté dans l'incident Livre de Daniel concernant la Fils de l'Homme, c'est un être divin, rédempteur des péchés, aspect humain et plus jeune que le père, qui est YHWH, qu'il descend des nuages ​​et est couronné seigneur du royaume de la terre par son père.

" Je vis et je vis des trônes lieu, et le sit antique. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête comme de la laine pure; flammes de feu étaient son trône, qui avait des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait et tomba de sa présence; mille milliers le servaient, sur des myriades de myriades se tenaient devant lui. »   (Daniele 7,9 à 10)
" J'ai vu dans mes visions nocturnes, et voici les nuées du ciel comme un fils de l'homme; Il est venu à l'Ancien et a été amené près de lui; Ce fut la domination, la gloire et un royaume, que les peuples de chaque peuple, nation et langue prosternèrent devant lui. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera point, et son royaume est celui qui ne sera pas détruit. »   (Daniele 7,13-14)

Cette même économie figure et dominante est alors également cité dans Psaumes et quelques livres prophètes. Selon Boyarin est naturel qu'un adorateur peuple de Dieu avait développé sévère et immanente l'idée d'une figure humaine, matérielle et plus jeune que Dieu lui-même, qui agit comme un « avocat » pour les torts commis par des hommes. Dans le même livre Boyarin continue, analysant comment la figure du fils de l'homme et celui de Messie, c'est un roi humain qui, selon les Juifs, rétablirait un royaume de la même splendeur David et enfin apporté la paix à Israël, a progressivement évolué et transformé au cours de la la période du Second Temple en ce que le fils de Dieu[31].

En plus la thèse Boyarin restent positions officielles juives de monothéisme absolu, se référant au Deutéronome 6: 4, « Ecoute, Israël ... », Rabbi JH Hertz note que « Le Shema exclut la trinité de la foi chrétienne étant une profanation unité de Dieu ».

La position chrétienne pluraliste Vaudoises

en Chiesa Cristiana Vaudoises un débat a été ouvert sur la question de la Trinité, par les théologiens importants et pasteurs, y compris Paolo Ricca et Alessandro Esposito[32]. Paolo Ricca, le non. 8 de la « réforme » de 2010, explique que le dogme trinitaire a été imposée, sous peine de mort, l'empereur Théodose en 380, et qui ne se trouve pas en tant que telle dans la Bible. En particulier, le mot « trinité » n'existe pas dans la Bible; ou « substance » est une catégorie biblique. En ce qui concerne le mot « personne », il a maintenant un sens différent de celui qu'il a fait au cours du quatrième siècle [33] . Néanmoins Paolo Ricca conclut que la doctrine de la Trinité est biblique en substance, sinon sous forme, et que la question de savoir s'il est possible ou non d'être chrétien si vous ne croyez pas en la Trinité, la réponse « ont tendance à être », tout en suspendant la réponse parce que " les chrétiens reconnaissent les fruits plutôt que par les doctrines. " [32] Paolo Ricca se penche baptême pour l'exclusion de la formule trinitaire[34] .

Le pasteur Alessandro Esposito note que la trinité, comme question épineuse, même demandé la convocation des conseils, ce qui suggère que certains des débuts du christianisme n'avouaient pas Jésus comme Dieu. Alessandro Esposito doute que la nature trinitaire de Dieu brille même de l'Ancien Testament et invite à saisir le caractère relationnel de « Dieu afin d'éviter l ' « identité aplatissement juste un peu de lecture du dogme trinitaire selon lequel confessera que Jésus est le fils de Dieu coïncide avec l'affirmation selon laquelle il est le Dieu-enfant. »[35]

notes

  1. ^ Franco Capone, foyer, Janvier 2010, p. 110-116.
  2. ^ Dieu, la Divinité, Bible, Livre de Mormon, le site officiel de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.
  3. ^ Trinity -index 1986-2016 - Citations: « En ce qui concerne l'adoption du concept païen de la Trinité par l'église, l'Encyclopédie Nouvelle catholique dit: » Avant la fin du quatrième siècle, la formule « un seul Dieu en trois personnes » n'a pas été solidement établie et certainement il n'a pas été pleinement assimilé dans la vie chrétienne et sa profession de foi. Mais il est précisément cette formulation qui a le premier titre du dogme trinitaire. Parmi les Pères apostoliques, il n'y avait rien qui approchait même de loin à une telle mentalité ou la vue ». - Nouvelle Encyclopédie catholique. - La Tour de Garde (2000) « - » Encyclopædia Britannica observe: « Ni le mot Trinité, ni la doctrine explicite apparaît dans le Nouveau Testament. . . La doctrine a progressivement évolué au cours des siècles et à travers de nombreux litiges « - La Tour de Garde (2010)», wol.jw.org. Récupéré le 30 Décembre, 2016.
  4. ^ Qu'est-ce que Dieu exige de nous: Les croyances et les coutumes qui déplaisent à Dieu
  5. ^ « Divine » dans perspicace des Écritures, Volume 1, wol.jw.org. Récupéré le 30 Décembre, 2016.
  6. ^ "Nature" (par. Nature divine) dans perspicace des Écritures, Volume 2, wol.jw.org. Récupéré le 30 Décembre, 2016.
  7. ^ Jésus-Christ - Insight, Volume 1 (voir: existence préhumaine, dans quel sens est le « » Fils unique, « Pourquoi est-il appelé » la Parole ", wol.jw.org. Récupéré le 30 Décembre, 2016.
  8. ^ Résurrection Insight, Volume 2, wol.jw.org. Récupéré le 30 Décembre, 2016.
  9. ^ Al-Ikhlas CXII 1-4, de "Le Coran" par Hamza Roberto Piccardo Newton Compton ISBN 88-8289-223-9
  10. ^ Encyclopédie catholique, La Sainte Trinité B. Ancien Testament
  11. ^ Matthieu 19,17; 27,46, Marco 10,18; 15,34; 13,32, Luca 18,19, Jean 20,17; 17,3; 14,28, Ephésiens 1,17; 4,4-6, 1 Co 8,6; 12,4 à 6; 15,24 à 28, 2 Corinthiens 1,3; 13,14, 1 Timothy 2,5, Philippiens 2,5-10 et 1 Pierre 1.3, affiche toutes les étapes ensemble ici
  12. ^ Le Zingarelli 2000 définit l'hypostase:
    • 1 Dans la philosophie de Plotin et les néoplatoniciens, un terme qui désigne les trois substances spirituelles, l'un, l'intellect, l'âme en même temps que la matière constituent le monde intelligible.
      2 Dans la théologie chrétienne, la personne de la Trinité en tant que substance subsistante elle-même absolue union de la nature humaine et divine.
  13. ^ Alastair H. B. Logan - Marcel d'Ancyre (Pseudo-Anthime), 'Sur l'Eglise Saint': Texte, traduction et commentaire. Les versets 8-9. Journal of Theological Studies, NS, Volume 51, Pt. 1, Avril 2000, p.95
  14. ^ être Dharmakâya le buddha corps enseignant, Il n'y a rien que le vide (désignation métaphorique origine dépendante), Cette image de toutes les entités et donc la théorie des embryons de Tathagata (tathagatagarbha) Selon laquelle le buddha (= qui est réveillées) Est présent au bas de chaque entité, de sorte que même nous les humains.
  15. ^ biblique unitarienne
  16. ^ Le Zingarelli 2000 à la fin divin Il donne cette définition:
    2 Quelle a été la nature de la divinité, qui prend part de la perfection divine: un être d.; une créature divine. NAS Celeste.
    qui est défini comme:
    2 Pertinent au ciel considéré comme le siège des êtres surnaturels ... Cour c., les anges et les saints
  17. ^ Histoire des Juifs - de Alessandro Magno à Nero - (Antiquités juives, livres XII-XX) -Présentation, traduction et notes par Manlio Simonetti - 2002 Arnoldo Mondadori Editore S.p.A. Milan
    ISBN 88-04-50314-9
  18. ^ Paolo Sacchi, Apocryphe de l'Ancien Testament (1981), Volume 1. d'édition basée à Union-Turin typographes. ISBN 88-02-03581-4.
  19. ^ à b c Paolo Sacchi, op. cit.
  20. ^ Gabriele Boccaccini (ed) Messie Enoch et le Fils de l'homme: Revisiter le Livre de Paraboles. Wm. B. Eerdmans Publishing Co. 2009. ISBN 978-0-8028-0377-1.
  21. ^ Daniel Boyarin, L'Evangile hébreu (2013), Castelvecchi Publisher.
  22. ^ « Trinity, idée juive. Et Jésus manger casher ", kolot.it. Récupéré 10 Août, 2016.
  23. ^ E. Schürer, Geschichte des Jüd. Volkes im Zeitalter Jesu, 4e éd., III, Leipzig 1909, pp. 268 et suiv., 524 et suiv., 555 et suiv.
  24. ^ István Székely, Bibliotheca apocryphes, I, Fribourg B. 1913.
  25. ^ J. M. Lagrange, Le Messianisme chez les Juifs, Paris 1909.
  26. ^ M. R. James, Les Apocryphes perdu de l'ancien test. Leurs titres et Les fragments recueillis, traduits et discuté, Londres 1920.
  27. ^ Huit Bardenhewer, Geschichte der altkirchl. Literatur, 2e éd., I, Fribourg B. 1913, p. 498-622.
  28. ^ Apocalyptique et apocryphes (J. B. Frey), dans suppl. un Dictionn. de la Bible de Vigouroux, Paris 1928.
  29. ^ Gabriele Boccaccini, op. cit.
  30. ^ Daniel Boyarin, op. cit.
  31. ^ à b Armando Torno, Miles Jack, « Trinité, idée juive et Jésus a aussi mangé casher ». 23 septembre 2012. Corriere della Sera.
  32. ^ à b Vous pouvez être chrétien sans croire en la Trinité?, ildialogo.org.
  33. ^ Dialogues avec Paolo Ricca, « Vous pouvez être chrétien sans croire à la Trinité? », ildialogo.org.
    « Puis le masque signifie que l'acteur portait sur son visage de jouer un personnage. Aujourd'hui, cependant, signifie un individu, un seul sujet et irréductible à toute autre chose. Alors, maintenant dire « un Dieu en trois personnes » suggère trois dieux, côte à côte, introduisant ainsi une forme déguisée de polythéisme. « ».
  34. ^ PAOLO RICCA, Du baptême à sbattezzo, Claudiana, 2015, pp. 49, 51.
    « [P.49] il serait hautement souhaitable que la formule de baptême » au nom de Jésus « - éclipse après deux mille ans! - retourne à être utilisé dans les églises, non seulement parce qu'elle est la formule chrétienne d'origine, mais aussi parce qu'elle exprime la signification du baptême peut-être mieux de la formule trinitaire. [P.51] Mais quelle était la confession de foi nécessaire pour le baptême? A l'origine, il était une confession de foi non encore défini au sens trinitaire, mais est limitée à la personne de Jésus, reconnu comme le Fils de Dieu »..
  35. ^ Alessandro Esposito, La complexité de la question trinitaire, ildialogo.org.

bibliographie

  • La Nouvelle Encyclopédie catholique, édition 1967, vol. XIV, p. 299 et p. 306.
  • A.Gianni et A. Desideri, histoire, manuel, Ed. G.D'Anna, 1979, p. 239-249.
  • Raymond E. Brown, "Est-ce que l'appel NT Jésus Dieu?", Dans Des études théologiques numéro 26 (1965) p. 545-573.
  • Peter de Rosa, Vicaires du Christ, Arménie Editore, 1989.
  • Anthony F. Buzzard et Charles F. Hunting, La doctrine de la Trinité. La blessure que le christianisme a infligé, texte en ligne.
  • Marie-Emile Boismard, A l'aube du christianisme. Avant la naissance des dogmes, Edizioni Piemme, 2000, pp. 156-157.
  • Helmut Fischer, Les chrétiens ont un Dieu ou trois?, Claudiana Editions, 2010.
  • Pinchas Lapide et Jürgen Moltmann, Le monothéisme judéo-chrétienne doctrine trinitaire. Un dialogue, Queriniana Publishing, 1992.

liens externes

Sites unitariens
autorités de contrôle GND: (DE4002341-2