s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres significations pour ce nom, voir Hamlet (désambiguïsation).
Hamlet
pièce de théâtre
HamletSkullHCSealous.jpg
Hamlet avec le crâne de Yorick

Henry Courtney Selous (1803-1890)

auteur William Shakespeare
titre original La Tragédie d'Hamlet, Prince du Danemark
langue originale Anglais
sexe tragédie
caractères
  • Hamlet, Prince du Danemark, fils du roi Hamlet.
  • Claudio, Roi du Danemark, l'oncle d'Hamlet et frère du roi Hamlet.
  • Spectre du vecchio Amleto, le roi mort.
  • Gertrude, la reine, la mère de Hamlet, épousa Claude.
  • Polonio, conseiller d'Etat.
  • Laërte, fils de Polonius.
  • Ophélie, fille de Polonius, la petite amie de Hamlet.
  • Horace, confiance ami de Hamlet.
  • Rosencrantz et Guildenstern, courtisans, ex-collègues des universités Hamlet.
  • Fortinbras, Prince de Norvège.
  • Voltimando, Cornelius: conseillers danois, des ambassadeurs en Norvège.
  • Marcello, Bernard, Francis: Gardes du Roi.
  • Osrico, mignardise courtisan.
  • Rinaldo, serviteur de Polonius.
  • Acteurs.
  • Un courtisan.
  • Un prêtre.
  • Deux fossoyeurs.
  • Le compagnon du croque-mort.
  • Un capitaine, Messenger de Fortinbras.
  • Les ambassadeurs de l'Angleterre.
  • Dame, messieurs, officiers, soldats, marins, messagers et serviteurs
Réductions de film Voir la section pertinente

Hamlet (La Tragédie d'Hamlet, Prince du Danemark, « La Tragédie d'Hamlet, Prince du Danemark ») est l'un des tragédies Shakespeare le plus connu et cité. Il a probablement été écrit entre 1600 et l'été 1602.

Il est parmi les œuvres les plus souvent représentés dans presque tous les pays occidentaux et est considéré comme un texte clé pour les acteurs matures. la soliloque Hamlet "être ou ne pas être« (Acte III, Scène I), le passage le plus célèbre du drame, offre une vaste gamme d'interprétations sur les scènes du monde entier, même si fréquemment mal cité soliloque est à côté de celui de Hamlet tenant un crâne en réalité, la scène du crâne est dans la dernière partie de la pièce (Acte V, scène I) et n'a rien à voir avec « être ou ne pas être », qui est situé dans la partie centrale (Acte III, scène I).

Hamlet est l'un des plus célèbres œuvres dramatiques dans le monde, traduit dans presque toutes les langues existantes. Il est considéré comme le chef-d'œuvre de Shakespeare et l'une des plus grandes œuvres de la littérature de tous les temps.

en XXe siècle prince danois Elle était représentée sur scène par les acteurs talentueux comme Laurence Olivier et John Barrymore, et acteur britannique John Gielgud.

intrigue

« Se souvenir de moi. »

(Spectre du père d'Hamlet)

en XVIe siècle, les tours qui encerclent Elsinora, capital Danemark, deux soldats s'interrogent sur fantôme que, dans les dernières soirées fait une apparition, en attendant le quart de nuit. En retour, ainsi que la garde Horace arrive, ami du prince, appelé la garde pour surveiller le phénomène étrange.

la spectre Il apparaît pour la première fois, peu après minuit et est immédiatement noté par Horace pour la ressemblance avec le roi mort; cependant, il reste silencieux, et disparaît bientôt. Les deux sont toujours en attente d'autres apparences. Horace explique le fils de Marcello Fortinbras rassemble une armée sur les frontières de Norvège, pour récupérer les territoires que son père a perdu dans un duel avec le défunt roi. Avant l'aube, le fantôme réapparaît, mais quand il est sur le point de parler en réponse aux demandes répétées de Orazio, le chant du coq et le son disparaît.

La scène se déplace maintenant dans le conseil royal qui a ouvert récemment. Il y a le roi Claudius, la reine Gertrude, Hamlet, la chambellan Polonius, son fils Laërte, à la fois Cornelius et ambassadeurs Voltimando, et d'autres. La réunion vient première question discutée était le fils de Fortinbras, et il a été décidé d'envoyer deux ambassadeurs du roi de Norvège pour le convaincre d'induire son neveu à des mesures plus douces. Ensuite, Laërte demande au roi de pouvoir partir pour France et elle le laissa.

Horace, quant à lui, atteint Hamlet pour l'informer des apparitions d'un esprit sous la forme de son père et de sa propre intuition qu'ils veulent seulement parler avec lui. Ils décident alors de rencontrer sur les murs autour de onze ans. Une fois sur les murs de l'esprit fait une apparition et demande immédiatement à parler le seul Hamlet. Ceux-ci, se rendant compte que c'est l'esprit de son père, accepte sans hésiter. Resté seul, le spectre révèle à Hamlet cette terrible vérité: la femme et le frère de son père se sont aimés depuis avant sa mort, et celui-ci, désireux de son trône, un après-midi, en le voyant endormi dans le jardin, il versa oreille un poison mortel fait de herbe aux poules. A la fin de l'histoire tragique du fantôme demande au jeune homme de le venger, et il a accordé la demande sans délai.

Retour parmi ses amis (Horace et garde Marcello), malgré les appels à ces de leur révéler le contenu de la conversation, Hamlet reste silencieux et fait aussi jurer, aidé dans cette tâche par la voix spectrale, sans parler à personne de apparences. Après avoir recueilli Hamlet devient encore plus morne, et souverains inquiets envoyer à appeler Rosencrantz et Guildenstern (Deux amis de collège) d'enquêter sur la mélancolie du prince. Les deux parlent depuis longtemps avec Hamlet, ému par le sentiment d'amitié, ils révèlent aussi la raison de leur venue; essayant toujours de remonter le moral du prince en profitant de l'occasion de l'arrivée d'une compagnie de théâtre.

L'idée fait Hamlet euphorique, pas pour le divertissement qui promet, mais parce que le jeu lui donne l'occasion de mettre en pratique un plan visant à vérifier si le père de l'information du spectre est vrai ou s'il est plutôt une vision démon qui le pousse à l'assassiner de son oncle. Les deux partenaires sont quant à lui appelé par le roi pour savoir s'ils ont trouvé quelque chose sur la crise de Hamlet et comment nous pouvons le ramener à l'ancien divertissement. Aussi présent Polonio, quand il voit que les deux ne peuvent pas expliquer la cause des problèmes du prince, proposa au roi de vérifier si la tristesse de Hamlet vient de ne pas voir Ophélie. Ainsi, mis à pied Rosencrantz et Guildenstern et notant l'arrivée d'Hamlet, Polonius, le roi et la reine sont cachés, ne laissant que Ofelia afin que nous puissions rencontrer dans un « hasard » avec Hamlet. Mais Hamlet arrive à ce moment-là en proie à la fureur que lui aurait causé la révélation du spectre, de sorte que rejette toute idée de mariage et le pauvre Ophélie, qui lui rappelle les vieilles promesses d'amour, peut vouloir devenir religieuse mettant fin à leur dialogue avec la phrase sombre « Il se produira plus de mariages et mourra marié. » Son oncle, en entendant cette phrase, soupçonne que Hamlet aurait pu deviner quelque chose de ses crimes, et commence à envisager l'idée d'exil en Angleterre sous prétexte de certaines tâches administratives.

Hamlet après qui va par les acteurs de les recommander une bonne performance dans le spectacle de la soirée. Son plan de fait consiste à vérifier si les allégations du spectre sont vraies mettant en scène une drame, « L'assassinat de Gonzagues », semblable à ce qui est arrivé et en observant les réactions du roi: Si le roi a été montré bouleversé, cela signifierait que les accusations fantômes étaient fondées. L'idée sait probablement mieux: en effet, pendant la scène d'empoisonnement, le roi est en colère par théâtre. Puis la mère, pour apaiser la colère du roi, appelé Hamlet dans sa chambre pour lui faire expliquer lui-même avec son oncle sur la base de la représentation du drame.

La reine pond aux côtés de Polonius que pendant qu'elle parlera avec son fils Hamlet, ceux-ci (Polonius) se cache dans sa chambre, afin qu'il puisse dire au roi les paroles de Hamlet. Hamlet, et aérateurs sa colère avec sa mère, Polonius échangée contre le roi et le tue avec des cris de « une souris, un rat, » et à la fin apporte pas de corps de remords avec lui pour l'enterrer rapidement.

En entendant parler de cet acte, le roi a décidé qu'il devrait hâter son départ pour la Grande-Bretagne et Manda Rosencrantz et Guildenstern pour l'exhorter à quitter immédiatement avec l'excuse du vent favorable. Pendant ce temps, Ophélie vient au palais dans un état de folie complète a été parce que, après avoir été submergé par la douleur à nouveau appris des rumeurs selon lesquelles son père a été tué Polonius, avait rejoint la déception amoureuse imposée à Hamlet.

Hamlet quant à lui, sur leur chemin vers le port pour se lancer dans la direction de 'Angleterre, MEETS les armées de Fortinbras qui passent sur le territoire danois à l'attaque Pologne. Informatosi aux soldats de l'importance du territoire, il apprend qu'il est une terre stérile et stratégiquement inutile, mais ils conquerra bien bien défendue que par les Polonais pour l'honneur qui vient d'une conquête. Cela conduit Hamlet à réfléchir sur leur bassesse qui fait de lui laisser assassiner vengée de son père, malgré sa demande de vengeance.

Laertes quant à lui, est arrivé à de fausses rumeurs que son père a été tué par le roi, assis à la tête des criminels et des aventuriers groupe arrive au Danemark, l'armée danoise met en déroute et est présenté au roi pour lui demander compte à la fois la la mort de Polonius à la fois manqué les honneurs funèbres. Le roi, après une longue conversation, au cours de laquelle apparaît également Ophélie, parvient à expliquer à toute la vérité de Laërte furieux, bien sûr, en omettant la raison de la fureur du prince.

Pendant ce temps, Horace arrive dans une lettre de Hamlet dans lequel il dit que tout l'équipage du navire seulement il a été capturé par pirates, et lui ordonne de porter la lettre ci-jointe à celui qui est en train de lire le souverain. Horace a immédiatement envoyé un courrier au roi qui vient à la fin de sa discussion avec Laërte. La lettre annonçant le souverain le retour imminent de Hamlet au Danemark.

Le roi propose alors Laërte, comme un moyen de vengeance, de contester Hamlet à un duel, mais pour lisser l'épée de l'adversaire, en plongeant dans une mortelle poison et d'empoisonner la Coupe de leur gagnant avec une substance tout aussi mortelle dans le cas de Pearl Hamlet gagne. Laërte est d'accord.

en attendant Ophélie, fou maintenant, elle se suicida en sautant dans un lac et deux fossoyeurs creusent la fosse. Hamlet, étant à partir de là avec Horace, est incertain auquel noblewoman (parce qu'un aristocrate pourrait avoir une sépulture chrétienne même de tuer) doit y être enterré. Quand il voit le cortège funèbre comprend tout et ne peut que se précipiter sur le cercueil de Ophélie. Laërte, plein de colère contre lui, le remplit d'insultes et le défie en duel. Le lendemain, Hamlet est appelé dans la salle de roi pour le défi, il sera à la mort. Mais Hamlet avant le duel avec Laërte se réconcilie par des excuses sincères et démonstrations estimation.

Démarrez le duel et tout cela se produit, la reine demande à boire, boire à la coupe du vin empoisonné. Les duellistes tout en échangeant à plusieurs reprises de petites fleurs afin que chacun se blesse avec ce empoisonnée. Le premier à succomber est la reine. Alors Laërte, désolé que je suis venu avec un tel système méprisable, révèle tout à Hamlet, puis meurt du poison à la pointe de la feuille. La fureur des grèves de prince alors le roi qui est percé d'Hamlet avec l'épée empoisonnée et meurt.

Hamlet est en train de mourir quand Horatio lui dit que Fortinbras vient de rentrer victorieux Pologne. Hamlet propose alors comme un nouveau roi et meurt. Fortinbras, puis venir au château, monte sur le trône en tant que titulaire d'un plus grand droit de réclamer, et a de grandes funérailles pour le prince défunt.

origines

sources

L'histoire de Hamlet est principalement basée sur la légende Amleth, racontée par Saxo Grammaticus en Amlethi vie, une partie de Gesta Danorum. La version de Saxo, narré dans les livres 3 et 4, est très semblable à Hamlet de Shakespeare. Dans ce document, deux frères, Orvendil et Fengi, Il est chargé avec le gouvernement Jutland le roi des Danesi Rorik Slyngebond. Peu de temps après, Orvendil a épousé la fille du roi Rorik, Geruth (Gertrude dans Hamlet); Hamlet est leur premier et seul enfant. Fengi mariage de indignés son frère et veut aussi le commandement absolu du Jutland, tue donc Orvendil. Après une brève période de deuil, épouse Fengi Geruth et se déclare seul chef du Jutland. Cependant Hamlet venge l'assassiner de son père la planification de l'assassiner de son oncle et devient le nouveau souverain juste du Jutland.

Alors que la version de Shakespeare Amleto meurt peu de temps après son oncle, dans la version de Saxo, il survit et commence à gouverner son royaume. Une partie du texte pourrait être basé sur Tragiques Histoires de François de Belleforest, une traduction française par Saxo, dans lequel l'auteur présente la mélancolie le protagoniste. On croit que Shakespeare est encore principalement basée sur un texte antérieur, maintenant connu sous le nom Ur-Hamlet, écrite dix ans plus tôt par le même ou Shakespeare Thomas Kyd, auteur de La tragédie espagnole.

Composition et impression

l'universitaire Gabriel Harvey Il griffonna sur une copie des œuvres de Geoffrey Chaucer un commentaire sur les goûts de l'époque, en nommant la tragédie adaptée pour répondre aux personnes les plus instruites. La note a été pendant une certaine période considérée comme un test de la composition du même avant la 1598, étant donné le livre, probablement l'année où le professeur de Cambridge acheté. Edmond Malone Il a souligné que l'annotation a été faite en même temps que d'autres, y compris un commentaire à Jérusalem délivrée Traduit par Edward Fairfax seulement 1600[1]. Ceci, en plus d'assister à l'attention du monde universitaire élisabéthaine autour de ce travail, ne nous permet pas à ce jour la tragédie avant l'année 1600. Un autre indice Comte d'Essex, décapités 1601, Il signalerait une rencontre entre ces deux années.

Ce qui est certain est que la tragédie a été enregistrée au registre de 26 Juillet Stationer 1602, aussi sûrement que la liste Palladis Tamia la tragédie n'est pas mentionné Francis Meres de 1598.

Il existe trois versions de Hamlet du début du XVIIe siècle le format folio et quarto.

la drame Il apparaît pour la première fois 1603 dans une version connue sous le nom de « mauvais trimestre. » Cette édition fait suite essentiellement l'intrigue du drame comme nous le savons, mais il est beaucoup plus courte et la langue est souvent très différente. Par exemple, la version la plus connue se lit "Être ou ne pas être, telle est la question« Le » mauvais quarto « est écrit »Être ou ne pas être, aye il y a le point».

Ces différences donnent à penser que le texte a été publié sans le consentement de la société, et mis en place en sténographie ou par petits joueurs qui se souvenaient les blagues des autres par cœur.

Hamlet
Le « deuxième trimestre » (Q2)

Le « deuxième trimestre » (Q2), autorisé, a été publié en 1 604, et il est le plus long texte de Hamlet qui a été publié à ce moment-là.

La troisième édition a été publiée dans le premier folio des œuvres complètes de Shakespeare. Ce texte est plus court, mais contient aussi des scènes pas dans Q2.

éditions modernes sont le compromis entre Q2 (voir sens) et les folios de texte. Quelqu'un intègre les deux éditions pour un très long texte. D'autres croient que le texte Folio représente les intentions finales de Shakespeare et que les coupes ont été faites par lui. Habituellement, vous pouvez trouver les passages de coupe Q2 en annexe.

Au théâtre, ce qui représente l'ensemble du texte intégré Q2 / folio a une durée d'environ 4 heures. Pour cette raison, de nombreuses productions utilisent un texte de coupe.

Certaines entreprises ont connu la performance de « mauvais quarto », qui dure deux heures, indiquant que, si la lecture semble pire, l'action est la plus directe de la version officielle.

commentaire

Hamlet
David Garrick dans des tissus Hamlet.

A la cour du Danemark doute et l'ambiguïté prévaut. Il existe une incertitude entre l'être et l'apparence, la pensée et l'action. Le jeune prince semble déterminé à prendre sa revanche, mais remettre à plus tard sans cesse l'action; l'hésitation semble être sa maladie. Le doute est son adversaire (obstacle) qui le hante jusqu'à la fin (de sorte que « Hamlet » est sinomimo de douteux et irrésolu)[2].

Bien qu'il soit basé sur une structure classique, Hamlet ouvre la voie à un concept moderne du théâtre. Se déplace l'attention d'une vengeance privée sur une enquête sur la base de l'existence humaine et la validité des actions humaines. Il met sous surveillance un certain nombre de sujets (la légitimité du pouvoir, l'inceste), les idées (la mort, le suicide, l'existence d'un monde surnaturel), les valeurs (la chasteté, l'honneur, la loyauté, l'amitié), le manque de valeurs (incohérence, l'hypocrisie , trahison), les relations (liens familiaux), les émotions (amour, la jalousie, la haine), des formes sociales (pouvoir souverain, hiérarchie).

La tragédie est construit sur la confusion et des contradictions qui résistent à des explications logiques qui reflètent le point de vue de Shakespeare par écrit. à Goethe Hamlet est le héros romantique, sensible, douteux, wertheriano, écrasé par une entreprise plus grande que lui. la Schlegel Hamlet voit dans presque hypocrite envers lui-même, dont les scrupules ne sont pas des prétextes pour dissimuler son manque de détermination; alors que, selon Coleridge, la cause directe de l'incapacité d'agir du prince mélancolique est l'excès de la pensée, la réflexion. Au contraire, Nietzsche« L'homme dionysiaque ressemble à Hamlet: les deux ont jeté un coup d'œil une fois l'essence des choses, ils connu nausées et essayer d'agir devant; parce que leur action ne peut pas changer quoi que ce soit l'essence des choses éternelles [...] La connaissance tue l'action, d'agir doit être enveloppé dans l'illusion « (La naissance de la tragédie). à Karl Jaspers« Ce Hamlet sait, et son désir de savoir, le séparer du monde. Il ne peut pas vivre selon ses lois. Et en jouant alors le rôle du fou. La folie dans ce monde faux, est le masque lui permet de ne pas cacher l'ironie [...] est accordée pour être vrai « (le tragique). Hamlet (homme ou caractère) écrit Eliot « Est dominé par une émotion qui est inexprimable parce que » excessive « par rapport aux faits tels qu'ils apparaissent dans le texte. L'identité supposée de Hamlet avec son auteur est authentique, dans la mesure où l'échec de Hamlet (manque de fiabilité objective) correspond à l'échec artistique de l'auteur ». Par conséquent, du point de vue littéraire est un échec de travail, mais qui ne peut être résolu par le stade de l'interprétation qui en fait un chef-d'œuvre.

Pour Raffaello Piccoli qui enraye la volonté de Hamlet est la conscience d'une demande infinie qu'il sait qu'il ne pourra jamais accomplir un acte particulier; que son action de vengeance ne sera pas justifiée que dans la mesure où il aura une valeur universelle. Il n'est pas le roi immature pour recevoir la punition, mais Hamlet donner. Il est encore et toujours l'esclave de la passion, et les mesures prises dans ces conditions serait elle-même et entachées de corruption, un nouveau maillon de la chaîne sans fin du mal. La faiblesse de Hamlet est donc une incapacité générale d'agir: il est le sentiment de l'insuffisance de son action de conscience moralement justifiée. L'écrivain irlandais James Joyce est un grand espace à la figure de Hamlet dans son livre « Ulysse », il dessine de nombreuses citations du travail, souvent mis dans la bouche de Leopold Bloom et Dedalus à Sthepen. En outre, dans le dialogue entre Dedalus et poètes irlandais dans la bibliothèque, il parle de sa propre théorie en ce qui concerne la compréhension de Hamlet, selon Dedalus, Joyce et selon lui, l'auteur s'identifie dans Hamlet, mais son père.

Contexte et interprétation

religion

Hamlet
Ophélie Il dépeint la mort mystérieuse de la noyade d'Ophélie. Dans le travail, les fossoyeurs discutent Ophélie si la mort était un suicide ou non et si elle mérite une sépulture chrétienne. (Artiste: John Everett Millais 1852).

Écrit à une époque de troubles religieux et l'éveil de schisme anglican, le travail est tour à tour catholique (Ou dévotion médiévale) et protestant (Consciemment ou moderne). Le Saint-dit être purgatoire, depuis qu'il est mort sans l'extrême-onction. Ceci, ainsi que les funérailles d'Ophélie, qui est typiquement catholique, constituent la majeure partie du travail des connexions catholiques. Certains chercheurs ont observé que les tragédies de vengeance viennent des pays traditionnellement catholiques comme l'Espagne et l'Italie; et une contradiction, puisque selon la doctrine catholique le plus grand devoir est due à Dieu et de la famille. L'énigme de Hamlet, alors, est de savoir si pour venger son père et tuer Claudius, ou si de laisser la vengeance à Dieu, comme l'exige sa religion

La plupart du protestantisme tire de son emplacement de travail au Danemark - à l'époque et est maintenant un pays à majorité protestante, même si on ne sait pas s'il y avait une intention de tenir compte dans le travail imaginaire Danemark. Dans le travail est mentionné Wittenberg, où Hamlet, Horatio, Rosencrantz et Guildenstern aller à l'université, et où Martin Lutero pour la première fois son clouée 95 thèses.[3] Lorsque Hamlet parle de « providence à l'automne d'un moineau », il reflète la croyance protestante que la volonté de Dieu - divine Providence - contrôle également l'événement le plus petit ( « même pas un moineau tombe à terre sans la volonté du Père » Matthieu). Au premier trimestre, dans la première phrase de la section est la même loi: « Il y a une providence prédestinés à l'automne d'un moineau »[4], ce qui suggère une liaison encore plus grande à travers la doctrine protestante de prédestination Giovanni Calvino. Les chercheurs spéculent que Hamlet peut avoir été censuré puisque le mot « prédestinés » apparaît seulement dans ce quartier.[5]

philosophie

Hamlet
Les idées philosophiques 'Hamlet Ils sont semblables à ceux de l'écrivain français Michel de Montaigne, contemporain de Shakespeare. Artiste: Thomas de Leu (1560-1612).
(FR)

« Être ou ne pas être, telle est la question:
Que ce soit « tis plus noble dans l'esprit de souffrir
Les frondes et les flèches de la fortune outrageante,
Ou pour prendre les armes contre une mer de troubles,
Et, en s'opposant, d'y mettre fin. »

(IT)

" Être ou ne pas être, telle est la question:
si elle est plus noble dans l'esprit de souffrir
coups de la fronde et les flèches de scandaleux chance
ou de prendre les armes contre une mer de troubles
et, en opposant, y mettre fin. »

(Hamlet, Acte III, Scène 1)

Hamlet est souvent perçue comme un caractère philosophique, qui expose des idées qui aujourd'hui sont décrits comme relativisme, existentialisme et scepticisme. Par exemple, il exprime l'idée relativiste quand il dit Rosencrantz: « il n'y a rien qui est bon ou mauvais, mais la pensée le rend si » [Acte II Scène 2].[6] L'idée que rien est réel que l'esprit de l'individu a ses racines dans sophistes Grecs, qui ont fait valoir que, puisque rien ne peut être perçue que par les sens - et parce que les gens se sentent et perçoivent donc les choses différemment - il n'y a pas de vérité absolue, mais seulement des vérités relatives.[7] Le meilleur exemple de l'existentialisme se trouve dans le monologue Être ou ne pas être[8], où Hamlet utilise le « » être « pour désigner à la fois à la vie est l'action, et « non » pour répondre à la mort et l'inaction. La contemplation du suicide dans cette scène, cependant, est plus religieux que philosophique Hamlet croit que continuera d'exister après la mort.[9]

Les chercheurs sont d'accord pour affirmer que 'Hamlet reflète le scepticisme contemporain qui a prévalu dans 'humanisme Renaissance.[10] Avant les jours de Shakespeare, les humanistes avaient fait valoir que l'homme était la plus grande création de Dieu, a fait à son image et être en mesure de reconnaître leur nature, mais ce point de vue a été remis en question, en particulier par Michel de Montaigne. Le Hameau « Ce morceau de travail est l'homme » aborde un grand nombre des idées de Montaigne, mais les chercheurs sont en désaccord que Shakespeare ait extrait directement de Montaigne ou si les deux hommes avaient simplement réagi de manière similaire à l'esprit du temps.[11]

politique

Au début du XVIIe siècle satire la politique a été découragé, et dramaturges ont été punis pour le travail « offensive ». En 1597, Ben Jonson il a été emprisonné pour sa participation aux travaux L'île de chiens.[12] Thomas Middleton a été emprisonné en 1624, et son Un jeu d'échecs Il a été interdit après neuf représentations.[13]

Le réglage au Danemark était un gimmick Shakespeare pour faire la satire sur la situation politique anglaise sortir la censure du royaume.[14], En fait, le travail a pu échapper à la censure; et, loin d'être supprimée, Hamlet a remporté le 'la sanction royale, comme le montre la crête royale sur le titre de 'Hamlet 1604.[15]

De nombreux chercheurs ont révélé que, en fait, de Polonius'Hamlet faire le tour du défunt William Cecil (Lord Burghley) - conseiller Trésorier et de la Reine Elizabeth I[16] - parce que vous pouvez rencontrer plusieurs parallèles. Le rôle de Polonius en tant qu'homme de l'état le plus ancien est similaire au rôle qu'elle aimait Burghley;[17] conseil de Polonius à Laertes peut appeler à son fils Burghley Robert Cecil; la verbosité fastidieuse Polonio ressemble à celle de Burghley.[18] « Corambis » (le nom de Polonius au premier trimestre) présente une similarité avec le terme latin « dual-core », ce qui pourrait être la satire de la devise latine de Lord Burghley Cor Unum, au moyen d'un ( « Un cœur, une route »).[19] Enfin, le rapport de la fille de Polonius, Ophélie, Hamlet peut être comparé avec le rapport de la fille de Burghley, Anne Cecil, le comte d'Oxford, Edward de Vere.[20] Ce qui, selon certains, prêtent également un appui à la théorie selon laquelle la auteur des pièces de Shakespeare tant du comte d'Oxford.[21]

psychanalyse

Hamlet
Freud Il suggère que la cause de l'hésitation de Hamlet est un conflit œdipien inconscient. (Artiste: Eugène Delacroix 1844).

Depuis la naissance de psychanalyse à la fin du XIXe siècle, le 'Hamlet Il a fait l'objet de ces études, notamment par Sigmund Freud, Ernest Jones, et Jacques Lacan, qui ont influencé des productions théâtrales. dans son Interprétation des rêves (1900), l'analyse de Freud part du principe que « le travail est construit sur l'hésitation de Hamlet sur la satisfaction de la tâche de vengeance qui a été attribuée; mais le texte ne propose pas des raisons ou des raisons impérieuses justifient cette hésitation ".[22] Après un examen des diverses théories littéraires, Freud conclut que Hamlet a un "désir œdipien pour sa mère et la culpabilité qui vient de ce qu'il l'empêche de tuer l'homme [Claude] qui a fait ce qu'il voulait inconsciemment à faire ».[23] Confronté à ses supprimé, Hamlet se rend compte que « il est lui-même pas mieux que le pécheur qu'il doit punir. » Freud suggère que le « dégoût de la sexualité » apparente Hamlet - articulée dans la conversation « avec Ophélie monacale - est conforme à cette interprétation.[24] John Barrymore Freud a introduit le sens caché dans son travail à New York en 1922, qui a été mis en scène pour le temps record de 101 nuits.

Dans les années quarante, Ernest Jones - et biographe psychanalystes de Freud - développé des idées freudiennes dans une série d'essais qui a abouti à son livre Hamlet et Œdipe (1949). approche Influencé psicanalitico Jones, plusieurs productions ont dépeint la « scène du placard »,[25] où Hamlet confronte sa mère dans ses quartiers privés, dans une lumière sexuelle. Dans cette lecture, Hamlet est dégoûté dall'incestuosa rapport de la mère avec Claudio quand, en même temps, peur de le tuer, car cela éliminerait son chemin pour atteindre le lit de la mère. Même la folie de Ophélie après la mort de son père peut être lu dans la perspective freudienne, en réaction à la mort de son amant espérait, son père. Elle est submergée par ne jamais avoir rencontré l'amour pour lui, tellement pris fin abruptement, qui apporte l'oubli de la folie.[26] En 1937, Tyrone Guthrie à tête Laurence Olivier dans un Hamlet inspiré par Jones, représenté all 'Old Vic.[27]

Dans les années cinquante, la théories structuralistes de Lacan sur « « Hamlet » ont été présentés pour la première fois dans une série de séminaires organisés à Paris, puis publié dans « Le désir et interprétation du désir dans « Hamlet » ». Lacan postule que psyché humaine est déterminée par les structures du langage et des structures linguistiques de « lumière cast » Hamlet » sur le désir humain.[23] Son point de départ est la théorie œdipienne de Freud, et le thème central du deuil qui imprègne l'ensemble ' « Hamlet ».[23] Dans l'analyse de Lacan, Hamlet assume inconsciemment le rôle de faute - la cause de son inaction - et distances de plus en plus de se réalité « En raison de la douleur, l'imagination, la narcissisme et psychose«Ce qui crée des trous (ou manquants, » manque « ) de façon réelle, imaginaire et symbolique de la psyché.[23] Le « Hamlet » Les théories de Lacan ont influencé la critique littéraire de «à cause de sa vision alternative de l'œuvre et l'utilisation de sémantique d'explorer la psychologie du travail.[23]

féminisme

Hamlet
Ophélie Il est accablé de douleur. Les critiques féministes ont exploré la descente dans la folie.[28] (Artiste: Henrietta Rae 1890).
Hamlet
Hamlet essaie de montrer le fantôme du père de sa mère Gertrude (artiste: A. Nicolai Abildgaard ca. 1778).

Dans la critique féministe du XXe siècle ont ouvert de nouvelles approches de Gertrude et Ophélie. Les critiques de nouveau historicisme et matérialisme culturel examiner les travaux dans son contexte historique, en essayant de rassembler son contexte culturel d'origine.[29] Ils se sont concentrés sur la rôle de genre Angleterre pré-moderne, montrant la trinité commune de jeune fille, épouse ou veuve, avec seulement prostituées exclus du stéréotype. Dans cette analyse, l'essence de la 'Hamlet Il est la nouvelle perception de la mère par le protagoniste, qui voit maintenant comme une prostituée pour ne pas être en mesure de rester fidèle à l'ex-conjoint. En conséquence, Hamlet perd la foi en toutes les femmes, le traitement Ophélie comme si elle aussi était une pute et malhonnête avec lui. Ophélie, peut être belle et honnête cependant, par certains critiques,; il est pratiquement impossible de relier ces deux caractéristiques, la beauté est un trait extérieur, alors que l'honnêteté est à l'intérieur.[30]

L'essai 1957 par Carolyn Heilbrun La mère de Hamlet Il défend Gertrude, en faisant valoir que le texte ne suggère jamais que Gertrude savait qu'il était un empoisonnement Claudius roi Hamlet. Ce point de vue a été défendu par de nombreux critiques féministes. Heilbrun prétend que les hommes ont pendant des siècles complètement mal interprété Gertrude, en acceptant la vue qu'elle Hamlet, au lieu de suivre le texte du travail. Considérant le texte, en fait, il n'y a aucune preuve manifeste que Gertrude était une femme adultère: vous adaptez simplement les circonstances de la mort de son mari pour le bien du royaume.[30]

Même Ophélie a été défendue par les critiques féministes, notamment Elaine Showalter.[31] Ophélie est entouré par des hommes puissants: son père, son frère et Hamlet. Tous les trois disparaissent: une partie Laërte, Hamlet abandonne, et meurt Polonius. Les théories conventionnelles ont fait valoir que, sans ces trois hommes puissants qui ont pris des décisions pour elle, Ofelia est conduit à la folie.[32] Les théories féministes soutiennent plutôt qu'elle devient obsédé par la culpabilité parce que, quand Hamlet tue son père, elle répond à son désir sexuel que Hamlet tue son père afin qu'ils puissent être ensemble. Showalter souligne que Ophélie est devenu le symbole de la femme désemparée et hystérique dans la culture moderne.[33]

qui était Gonzagues

Bien que le drame Hamlet Il est situé dans Danemark, quelques références à un Gonzagues[34]

» ... Ce drame est un meurtre commis à Vienne; le nom du duc est Gonzagues; le nom de sa femme Baptista; vous verrez bientôt; est un très mauvais travail ... poisons Ei dans le domaine jardin carpirgli. il a nommé Gonzagues; l'histoire existe encore écrit en bon italien ... "

(Shakespeare, Hamlet, Acte III, Scène II.[35])

et l'assassinat du mode Hamlet suggère que l'auteur a été refait à neuf certains rapports à l'époque, passé « en bon italien ». Ce serait l'épisode qui a conduit à sa mort en 1538 la Duc d'Urbino Francesco Maria della Rovere I,[36] mari Eleonora Gonzaga, peut-être empoisonné par un assassin de Marquis de Castel Goffredo Aloisio Gonzaga, cousin de sa femme. La référence au lieu de « Baptista » couvrirait un autre duc d'Urbino, Federico da Montefeltro, qui a épousé Battista Sforza.

Représentations et adaptations

films transpositions

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: § Shakespeare de film dans Hamlet.

Hamlet est de loin le travail shakespearien qui était représenté au cinéma avec une plus grande fréquence et la réussite. Le personnage qui incarne le doute existentiel a été représenté depuis les débuts de la cinématographie est par les acteurs des deux actrices. Parmi les interprétations féminines, ils ont fait les gros titres de Sarah Bernhardt en 1900, et inférieure preuve de la renommée du film de l'actrice danoise Asta Nielsen en Film de '21, dans lequel il a présenté une note de érotisme dans la relation avec Horace, par une longue et prend des pauses langoureuses.

L'interprète le plus populaire des pièces de Shakespeare au cinéma d'après-guerre, le baron du mérite Laurence Olivier, Elle a essayé sa main Hamlet en 1948: Son prince danois, bien rodés sur la scène britannique, est une espèce de tigre en cage, en gardant avant même la caméra physique et la puissance de leur théâtre de dell'Olivier.

De loin la plupart des « effets » - ce qui lui vaut les éloges somptueux dell'Olivier - était le « » Amleto Russo « ("Gamlet") De 1963-1964 écrit et réalisé par Grigori Kozintsev, qui a fait usage de la musique Dimitri Shostakovich, de la traduction de Boris Pasternak et, surtout, l'interprétation de l'un des géants de la scène soviétique: Innokentij Michajlovic Smoktunovskij. Film, mais très « théâtral » la mise en la mise en scène et d'agir. Quant au personnage principal, fort impact a prouvé les monologues du prince danois, jamais répété, mais « pensée » que la caméra fournit un cadre pour le visage, les yeux, la démarche. Pour le marché du cinéma et de la télévision italienne, l'acteur de voix de Smoktunovskij était Enrico Maria Salerno.

en Italie Il est jeune Vittorio Gassman de présenter le plus connu époque du cinéma italien sur l'intrigue Elsinora.

Dans les dernières décennies, ils ont joué Hamlet avec beaucoup de succès à l'écran entre autres Ian McKellen, Mel Gibson, Kenneth Branagh et Ethan Hawke.

Il y a eu de nombreuses expériences, puis des adaptations libres, comme la vidéo-expérience des années soixante-dix Un Hamlet Moins de Carmelo Bene, en fait, il est extrait d'un texte Jules Laforgue; La vue de Hamlet de la tragédie avec les deux yeux distraits acteurs de soutien Rosencrantz et Guildenstern sont morts de Tom Stoppard; le conte poétique Kenneth Branagh autour d'une compagnie minable aux prises avec le Barde (Au milieu d'un hiver glacial). Rappelez-vous aussi la version cinématographique du réalisateur finlandais Aki Kaurismäki dans son Hamlet Goes affaires (1987).

en 1994, la Disney lancé dans les salles un film inspiré au hasard Hamlet, intitulé Le Roi Lion.

Hamlet dans la musique

opéras

ont été au moins 26 opéras écrits d'après Hamlet, y compris:

Poèmes symphoniques

  • Hamlet de Franz Liszt (1858)
  • Hamlet de Pyotr Ilyich Tchaikovsky (1888)
  • Etude non symphonique. 2: Hamlet et Ophélie de Guillaume Lekeu (1889-90)
  • Hamlet et Ophélie, poèmes symphoniques Edward MacDowell

Scène de Musique

  • Hamlet de Pyotr Ilyich Tchaikovsky (1891)

musique pop

  • Le caractère d'Ophélie a inspiré la chanson « Ophélie » par Francesco Guccini.
  • la chanson dream Theater Pull Me Under Elle est influencée par, et fait référence à Hamlet.
  • la chanson Lou Reed Bonne nuit Ladies, la 1972 de l'album transformateur, Il utilise un battement de la folie de Ofelia (Loi 4, Scène 5) choeur.
  • Ophélie apparaît également dans la chanson via la pauvreté de Fabrizio De André (1974, comme d'ailleurs dans l'original anglais Desolation Row de Bob Dylan (1965).
  • La chanson « Ophélie », de l'album cibles assis de Peter Hammill Il est aussi le caractère de Hamlet.
  • Les paroles de « What A Piece Of Work Man est » la comédie musicale cheveux Il est entièrement tirée de Hamlet.
  • en Concerto Grosso pour New Trolls (New Trolls, 1971 ) Le court texte 'adagio, écrit par Sergio Bardotti, Hamlet est inspiré par le dernier verset « Mourir, dormir, rêver peut-être » (Dans Hamlet le verset est plutôt « Mourir, dormir, rêver peut-être »; le même texte, avec l'ajout initial est repris dans ombres.
  • Dans la finale de la chanson la guillotine, Caparezza Il cite les fameuses lignes de Hamlet « Etre ou ne pas être »
  • Le verset « Être ou ne pas être » est mentionné au début de la chanson amour inclus dans l'album de plus en plus de 1986 al Bano Romina Power
  • Au début de la chanson Karma West, Francesco Gabbani Il se réfère à chanter Hamlet « Pour être ou devrait être, la question Hamlet semblable. »

Hamlet dans le théâtre et la littérature

De nombreuses adaptations, transpositions, interprétations et versions 'Hamlet Ils ont été mis en place pour la scène théâtrale ou transportés dans les romans et nouvelles.

Dans la littérature italienne, parmi les plus connus sont les 'Hamlet (1918) de Riccardo Bacchelli et le célèbre le Ambleto (1972) par Giovanni Testori, appartenant à Trilogy scarrozzati écrit par l'auteur. Dans cette version des interprètes de la tragédie, named estropiés, retracent grosso modo dans l'histoire originale langue Lombard.

bandes dessinées

en 1960 l 'Hamlet Il était une parodie de Mickey Mouse, dans l'histoire Donald Prince de Dunimarca[37].

en 1975 Gianni de Luca et Raoul Traverso a construit une adaptation de bande dessinée de l'œuvre théâtrale, puis publié sur le journal. Dans le travail dans la bande dessinée, les dessins animés sont abolis la manière habituelle et le temps est marqué par l'architecture et la scénographie. L'objectif était en fait de rendre les images se déplacent « continue » des acteurs du théâtre.[38]

Jeu vidéo

en Devil May Cry 4 Il est cité un célèbre monologue de la tragédie.

notes

  1. ^ Hamlet, W.S., Classic Books Company, 2001, ISBN 0-7426-5285-8 p.10
  2. ^ Hamlet, Vocabulaire Treccani en ligne.
  3. ^ Maccary (1998, 38).
  4. ^ Hamlet Q1 17,45 à 46.
  5. ^ Blits (2001, 3-21).
  6. ^ Hamlet F1 2.2.247-248.
  7. ^ Maccary (1998, 47-48).
  8. ^ Hamlet 3.1.55-87
  9. ^ Maccary (1998, 28-49).
  10. ^ Maccary (1998, 49).
  11. ^ Knowles (1999, 1049 et 1052-1053), cité par Thompson et Taylor (2006a, 73-74); Maccary (1998, 49).
  12. ^ Baskerville (1934, 827-830).
  13. ^ Jones (2007, page Web).
  14. ^ Dario Fo, après 13 minutes, La culture que nous mangeons
  15. ^ Matus (1994, 234-237).
  16. ^ Textes français de 1869: « Les personnages les plus importants du travail sont le chambellan, Polonius, et son fils, Laërte, sa fille, Ophélie, suppose qu'ils représentent le trésorier célèbre une grande partie de la reine Elizabeth I, Sir William Cecil, Lord Burghley , son second fils, Robert Cecil, et sa fille, Anne Cecil « (301). Vous pouvez essayer sourcetext.com. En 1932, a écrit John Dover Wilson, "la figure de Polonius est presque sans aucun doute sous-tendue par la caricature de Burleigh, qui est mort le 4 Août, 1598" (1932, 104).
  17. ^ Winstanley (1921, 112). Winstanley a consacré 20 pages offrant des connexions entre les scènes impliquant le polonium et les gens et les événements Angleterre élisabéthaine.
  18. ^ Rowse (1963, 323).
  19. ^ Ogburn (1988, 202-203). Comme passé sous silence par Mark Anderson, « Avec « cor » qui signifie « cœur » et « a » ou « Ambis » qui signifie « deux fois » ou « double », corambis peuvent être prises pour le latin de « double cœur », qui implique « deceitful'or » deux il a fait face ».
  20. ^ Winstanley (1921, 122-124).
  21. ^ Ogburn (1984, 84-86).
  22. ^ Freud (1900, 367).
  23. ^ à b c et Britton (1995, 207-211).
  24. ^ La conversation que nous appelons est Hamlet 3.1.87-160.
  25. ^ La scène Closet: Hamlet 3.4.
  26. ^ Maccary (1998, 104-107, 113-116) et de Grazia (2007, 168-170).
  27. ^ Smallwood (2002, 102).
  28. ^ Hamlet 4.5.
  29. ^ Wofford (1994, 199-202).
  30. ^ à b Howard (2003, 411-415).
  31. ^ Showalter (1985).
  32. ^ Bloom (2003, 57).
  33. ^ Maccary (1998, 111-113).
  34. ^ (FR) Gonzagues, hamletonline.com. Récupéré 22 Décembre, 2016.
  35. ^ Hamlet, Acte III, Scène II, it.wikisource.org. Récupéré 22 Décembre, 2016.
  36. ^ Del Sapio Garbero, La traduction de Hamlet dans la culture européenne, Pages 31-32, Marsilio, 2002, uniba.it. Récupéré 22 Décembre, 2016.
  37. ^ Donald Prince de Dunimarca, coa.inducks.org.
  38. ^ Gianni De Luca, Dans les coulisses de Hamlet Stefano Gorla et Sergio Rossi, en Hamlet. De l'œuvre de William Shakespeare, adaptation de Raoul Traverso, Bologne, Black Velvet, 2012, ISBN 978-88-96197-73-8.

bibliographie

Bibliographie italienne

  • Hamlet, traduction de Carlo Rusconi, Sonzogno Editeur, 1882, Milan
  • Hamlet, traduction Gabriele Baldini, Milan, Rizzoli, 1963. ** introduction et soins de Keir Elam, essai Viola Papetti, 29 Rist. BUR, Milano, 2007, ISBN 978-88-17-00695-8.
  • Hamlet, traduction Eugenio Montale, essai de Anna Luisa Zazo, Milan, Oscar Mondadori, 1988 ISBN 88-04-31466-4.
  • Hamlet, traduction Luigi Squarzina, avec l'anglais texte parallèle, grande poche à bas prix, Rome, Newton, 4e éd. 2007 ISBN 978-88-8289-778-9.
  • Hamlet, introduction, introduction, traduction et notes de Nemi D'Agostino, avec l'anglais texte parallèle, Milan, Garzanti, ed 22. 2008 ISBN 88-11-36301-2. ISBN 978-88-11-36301-9.
  • Pavel Aleksandrovič Florenskij, Hamlet (1905), édité par A. S. Trubačev, éd. en. édité par A. Dell'Asta, trans. en. S. Zilio, Milan, Bompiani, 2004.

Anglais Bibliographie

  • Bate, Jonathan, et Eric Rasmussen, éd. 2007. oeuvres complètes. Par William Shakespeare. Le RSC Shakespeare. New York: Modern Library. ISBN 0-679-64295-1.
  • Edwards, Phillip, éd. 1985. Hamlet, Prince du Danemark. ser New Cambridge Shakespeare. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-29366-9.
  • Hibbard, G. R., éd. 1987. Hamlet. Classics Ser Oxford mondiale. Oxford. ISBN 0-19-283416-9.
  • Hoy, Cyrus, et. 1992. Hamlet. Norton ser Critical Edition. 2e éd. New York: Norton. ISBN 978-0-393-95663-4.
  • Irace, Kathleen O. 1998. La première Quarto de Hamlet. ser New Cambridge Shakespeare. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-65390-8.
  • Jenkins, Harold, éd. 1982. Hamlet. Arden Shakespeare, deuxième ser. Londres: Methuen. ISBN 1-903436-67-2.
  • Lott, Bernard, éd. 1970. Hamlet. ser New Swan Shakespeare avancée. Nouvelle éd. Londres: Longman. ISBN 0-582-52742-2.
  • Spencer, J. T. B., éd. 1980 Hamlet. ser New Penguin Shakespeare. Londres: Penguin. ISBN 0-14-070734-4.
  • Thompson, Ann et Neil Taylor, éd. 2006a. Hamlet. Arden Shakespeare, troisième ser. Volume une. Londres: Arden. ISBN 1-904271-33-2.
  • ---. 2006b. Hamlet: Les textes de 1603 et 1623. Arden Shakespeare, troisième ser. Volume deux. Londres: Arden. ISBN 1-904271-80-4.
  • Wells, Stanley, et Gary Taylor, éd. 1988. Les Œuvres complètes. Par William Shakespeare. The Oxford Shakespeare. Compact et. Oxford: Clarendon Press; New York: Oxford University Press. ISBN 0-19-871190-5.
  • Alexander, Peter. 1964. Les introductions d'Alexandre à Shakespeare. Londres: Collins.
  • Banham, Martin, éd. 1998. Le Guide de Cambridge Theater. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-43437-8.
  • Baskerville, Charles Read. ed. 1934. Élisabéthaine et Stuart Plays. New York: Henry Holt and Company.
  • Benedetti, Jean. 1999. Stanislavski: Sa vie et l'art. édition révisée. Edition originale publiée en 1988. London: Methuen. ISBN 0-413-52520-1.
  • Blits, Jan H. 2001. Présentation. en Pensée mortelle: « Hamlet » et l'âme humaine: 3-22. Langham, MD: Lexington Books. ISBN 0-7391-0214-1.
  • Bloom, Harold. 2001. Shakespeare: L'invention de l'être humain. Et Open Market. Harlow, Essex: Longman. ISBN 1-57322-751-X.
  • ---. 2003. Hamlet: Poème illimité. Edinburgh: Cannongate. ISBN 1-84195-461-6.
  • Braun, Edward. 1982. Le directeur et la scène: De Naturalisme à Grotowski. Londres: Methuen. ISBN 978-0-413-46300-5.
  • Britton, Celia. 1995. « structuraliste et poststructuraliste théories psychanalytiques et marxistes » dans Cambridge Histoire de la critique littéraire: De Formalisme à poststructuralisme (Vol 8). Ed. Raman Seldon. Cambridge: Cambridge University Press 1995. ISBN 978-0-521-30013-1.
  • Brode, Douglas. 2001. Shakespeare in the Movies: Du silence était à nos jours. New York: Berkley Boulevard Books. ISBN 0-425-18176-6.
  • Brown, John Russell. 2006. Hamlet: Guide du texte et de sa vie théâtrale. Shakespeare ser Handbooks. Basingstoke, Hampshire et New York: Palgrave Macmillan. ISBN 1-4039-2092-3.
  • Buchanan, Judith. 2005. Shakespeare sur film. Harlow: Pearson. ISBN 0-582-43716-4.
  • Buchanan, Judith. 2009. Shakespeare sur Silent Film: Un excellent discours Dumb. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-87199-9.
  • Burian, Jarka. 1993. "Hamlet Théâtre tchèque Postwar". en Shakespeare étrangère: Contemporary Performance. Ed. Dennis Kennedy. Nouvelle édition. Cambridge: Cambridge University Press, 2004. ISBN 0-521-61708-1.
  • Burnett, Mark Thornton. 2000. «Pour entendre et voir la matière»: la technologie de Michael Almereyda Communicating de Hamlet (2000) ». Cinéma Journal 42,3: 48-69.
  • Carincross, Andrew S. 1936. Le problème de Hamlet: une solution. ed réimpression. Norwood, PA:. Norwood Editions, 1975. ISBN 0-88305-130-3.
  • Cartmell, Deborah. 2000. "Franco Zeffirelli et Shakespeare." Jackson (2000, 212-221).
  • Chambers, Edmund Kerchever. 1923. Le Elizabethan Stage. 4 volumes. Oxford: Oxford University Press. ISBN 0-19-811511-3.
  • ---. 1930. William Shakespeare: Une étude des faits et problèmes. Oxford: Clarendon Press, 1988. ISBN 0-19-811774-4.
  • Michael Cotsell, Le matriarcale Offense, en Le théâtre des traumatismes: drame moderniste américain et la lutte psychologique pour l'esprit américain, New York, Peter Lang, 2005 ISBN 978-0-8204-7466-3.
  • Crowl, Samuel. 2000. "Flamboyant Réaliste: Kenneth Branagh". Jackson (2000, 222-240).
  • Cristal, David, Ben et Crystal. 2005. Shakespeare Miscellanées. New York: Penguin. ISBN 0-14-051555-0.
  • Davies, Anthony. 2000. "Les films de Shakespeare Laurence Olivier." Jackson (2000, 163-182).
  • Dawson, Anthony B. 1995. Hamlet. Shakespeare in Performance ser. Nouvelle éd. Manchester: Manchester University Press, 1997. ISBN 0-7190-4625-4.
  • ---. 2002. "International Shakespeare." Wells et Stanton (2002, 174-193).
  • Eliot, T. S. 1920. « Hamlet et ses problèmes ». en Le bois sacré: Essais sur la poésie et la critique. Londres: Faber Gwyer. ISBN 0-416-37410-7.
  • Foakes, R. A. 1993. Hamlet contre Lear: La politique et l'art culturel de Shakespeare. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-60705-1.
  • Français, George Russell. 1869. géologiques Shakspeareana. London: Macmillan. Reproduit de New York: AMS, 1975. ISBN 0-404-02575-7.
  • Freud, Sigmund. 1900. L'interprétation des rêves. Trans. James Strachey. Ed. Angela Richards. Penguin Freud bibliothèque, vol. 4. London: Penguin, 1991. ISBN 0-14-013794-7.
  • Gay, Penny. 2002. « Les femmes et la performance shakespearien ». Wells et Stanton (2002, 155-173).
  • Gillies, John, Ryuta Minami, Ruru Li et Poonam Trivedi. 2002. « Shakespeare sur les étapes de l'Asie. » Wells et Stanton (2002, 259-283).
  • Greenblatt, Stephen. 2004a. Est-ce que dans le monde: Comment Shakespeare Est devenu Shakespeare. New York: W.W. Norton Co. ISBN 0-393-05057-2.
  • ---. 2004b. "La mort de Hamnet et Making of Hamlet". N.Y. Review of Books 51,16 (21 octobre 2004).
  • Greg, Walter Wilson. 1955. Le Shakespeare First Folio, son histoire et Bibliographical textuels. Oxford: Clarendon Press. ASIN B0000CHBCM.
  • Guntner, J. Lawrence. 2000. "Hamlet, Macbeth et Le roi Lear sur le film. « Dans Jackson (2000, 117-134).
  • Halliday, F. E. 1964. Un compagnon Shakespeare 1564-1964. ser Shakespeare Library. Baltimore, Penguin, 1969. ISBN 0-14-053011-8.
  • Hattaway, Michael. 1982. Élisabéthaine Théâtre populaire: joue dans la performance. Pièce de théâtre ser. Londres et Boston: Routledge and Kegan Paul. ISBN 0-7100-9052-8.
  • ---. 1987. Hamlet. Les critiques se ser. Basingstoke, Hampshire: Macmillan. ISBN 0-333-38524-1.
  • Heilbrun, Carolyn. 1957. « Le caractère de la mère de Hamlet ». Shakespeare Quarterly 8.2: 201-206.
  • Hollande, Pierre. 2002. "Touring Shakespeare." Wells et Stanton (2002, 194-211).
  • ---. 2007. "Shakespeare Abbreviated". Dans Shaughnessy (2007, 26-45).
  • Hortmann, Wilhelm. 2002. « Shakespeare sur la scène politique du XXe siècle ». Wells et Stanton (2002, 212-229).
  • Howard, Jean E. 2003. "La critique féministe". en Shakespeare: Guide d'Oxford: 411-423. Ed. Stanley Wells et Lena Orlin. Oxford: Oxford University Press. ISBN 0-19-924522-3.
  • Howard, Tony. 2000. "Cinematic Offshoots de Shakespeare". Jackson (2000, 303-323).
  • Hurstfield, Joel et James Sutherland. 1964. Monde de Shakespeare. New York: la presse de Saint-Martin.
  • Innes, Christopher. 1983. Edward Gordon Craig. Administrateurs en perspective ser. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-27383-8.
  • Jackson, MacDonald P. 1986. "La transmission du texte de Shakespeare". en Le Cambridge Companion to Shakespeare Studies Ed. Stanley Wells. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-31841-6. 163-185.
  • ---. 1991. « Editions et études textuelles Revisitée ». en Shakespeare Survey 43, La Tempête et après: 255-270. Ed. Stanley Wells. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-39529-1.
  • Jackson, Russell, éd. 2000. Le Cambridge Companion to Shakespeare Film. Compagnons de Cambridge à la littérature ser. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-63975-1.
  • Jenkins, Harold. 1955. « La relation entre la deuxième et la quatrième Folio Texte de Hamlet». Des études en Bibliographie 7: 69-83.
  • Jones, Gwilym. 2007. Thomas Middleton au Globe. Londres: Centre de ressources éducatives Globe Theater. Récupéré le 30 Décembre de 2007.
  • Kermode, Frank. 2000. Langue de Shakespeare. Londres: Penguin. ISBN 0-14-028592-X.
  • Keyishian, Harry. 2000. « Shakespeare et Genre du film: le cas de Hamlet« . Dans Jackson (2000, 72-84).
  • Kirsch, A. C. 1968. "A Commentaire Caroline sur le drame". philologie moderne 66: 256-261.
  • Knowles, Ronald. 1999. "Hamlet et contre-Humanism" Renaissance Quarterly 52,4: 1046-1069.
  • Lacan, Jacques. 1959. « Le désir et l'interprétation du désir Hamlet. « Dans Littérature et Psychanalyse: La question de la lecture Dans le cas contraire. Ed. Shoshana Felman. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1982. A l'origine Apparue comme un double problème de Yale French Studies, nos. 55/56 (1977). ISBN 0-8018-2754-X.
  • Lennard, John. 2007. William Shakespeare: Hamlet. Littérature Insights ser. Lettres-Ebooks, 2007. ISBN 1-84760-028-X.
  • Maccary, W. Thomas. 1998. « Hamlet »: Guide du jeu. Greenwood Guides de Shakespeare ser. Westport, CT: Greenwood Press. ISBN 0-313-30082-8.
  • Marsden, Jean I. 2002. "Améliorer Shakespeare: de la restauration à Garrick". Wells et Stanton (2002, 21-36).
  • Matheson, Mark. 1995. « Hamlet et« Une question tendre et dangereux ». Shakespeare Quarterly 46,4: 383-397.
  • Moody, Jane. 2002. "romantique Shakespeare." Wells et Stanton (2002, 37-57).
  • Morrison, Michael A. 2002. "Shakespeare en Amérique du Nord." Wells et Stanton (2002, 230-258).
  • --- 1997. John Barrymore, Acteur shakespearien. Cambridge University Press, ISBN 0-521-62028-7.
  • Novy, Marianne. 1994. L'engagement avec Shakespeare: Les réponses de George Eliot et autres romancières. (Athens, Géorgie) à Thompson et Taylor (2006a, 127).
  • O'Connor, Marion. 2002. « reconstructive Shakespeare: Reproduire élisabéthain et jacobin étapes ». Wells et Stanton (2002, 76-97).
  • Osborne, Laurie. 2007. « Narration et Mise en scène dans Hamlet et ses afternovels « à Shaughnessy (2007, 114-133).
  • Inglese Oxford Dictionary (deuxième édition) sur la version CD-ROM 3.1. 2004. Oxford: Oxford University Press. ISBN 978-0-19-861016-8.
  • Pennington, Michael. 1996. « Hamlet »: Guide de l'utilisateur. Londres: Nick Hern. ISBN 1-85459-284-X.
  • Pitcher, John, et Woudhuysen, Henry. 1969. Compagnon Shakespeare, 1564-1964. Londres: Penguin. ISBN 0-14-053011-8.
  • Quillian, William H. Hamlet et la Nouvelle Poétique: James Joyce et T. S. Eliot. Ann Arbor, MI: UMI Research Press, 1983.
  • Rosenberg, Marvin. 1992. Les masques de Hamlet. Londres: Presses universitaires associés. ISBN 0-87413-480-3.
  • Rowse, Alfred Leslie. 1963. William Shakespeare: A Biography. New York: Harper Row. Reproduit de New York: Barnes Livres Noble, 1995. ISBN 1-56619-804-6.
  • saxo, et Hansen, William. 1983. Saxo Grammaticus la vie d'Hamlet. Lincoln: University of Nebraska Press. ISBN 0-8032-2318-8.
  • Schoch, Richard W. 2002. "Pictorial Shakespeare." Wells et Stanton (2002, 58-75).
  • Shapiro, James. 2005. 1599: Une année dans la vie de William Shakespeare. Londres: Faber, 2006. ISBN 0-571-21481-9.
  • Shaughnessy, Robert. 2007. Le Cambridge Companion to Shakespeare and Popular Culture. Compagnons de Cambridge à la littérature ser. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-60580-9.
  • Shaw, George Bernard. 1961. Shaw sur Shakespeare. Ed. Edwin Wilson. New York: Applaudissements. ISBN 1-55783-561-6.
  • Showalter, Elaine. 1985. « Représentant Ophélie: Les femmes, la folie et les responsabilités de la critique féministe » En Shakespeare et la question de la théorie: 77-94. Ed. Patricia Parker et Geoffrey Hartman. New York et Londres: Methuen. ISBN 0-416-36930-8.
  • Smallwood, Robert. 2002. « La performance du XXe siècle: The Stratford et Londres entreprises ». Wells et Stanton (2002, 98-117).
  • Starks, Lisa S. 1999. « Le corps Déplacés du désir: La sexualité en Kenneth Branagh de Hamlet. « Dans Shakespeare et appropriation: 160-178. Ed. Christy Desmet et Robert Sawyer. Accents sur ser Shakespeare. London: Routledge. ISBN 0-415-20725-8.
  • Taxidou, Olga. 1998. Le masque: Un périodique Performance par Edward Gordon Craig. Etudes Théâtrales Contemporary ser. Volume 30. Amsterdam: Harwood Academic Publishers. ISBN 90-5755-046-6.
  • Taylor, Gary. 1989. Réinventer Shakespeare: Une histoire culturelle de la Restauration à nos jours. Londres: Hogarth Press. ISBN 0-7012-0888-0.
  • ---. 2002. "pièces de Shakespeare sur les étapes de la Renaissance". Wells et Stanton (2002, 1-20).
  • Teraoka, Arlene Akiko. 1985. Le silence de l'Entropie ou discours universel: le Postmodernist Poétique de Heiner Müller. New York:. Peter Lang ISBN 0-8204-0190-0.
  • Thompson, Ann. 2001. "Shakespeare et de la sexualité" dans Catherine M S Alexander et Stanley Wells Shakespeare et la sexualité: 1-13. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-80475-2.
  • Thompson, et Ann Taylor, Neil. 1996. William Shakespeare, "Hamlet". Plymouth, Royaume-Uni: Northcote House. ISBN 0-7463-0765-9.
  • Thomson, Peter. 1983. Théâtre de Shakespeare. Pièce de théâtre ser. Londres et Boston: Routledge and Kegan Paul. ISBN 0-7100-9480-9.
  • Uglow, Jenny. 1977. Hogarth: Une vie et un monde. Nouvelle éd. Londres: Faber and Faber, 2002. ISBN 0-571-19376-5.
  • Vickers, Brian, éd. 1974a. Shakespeare: Le patrimoine critique. Volume One (1623-1692). Nouvelle éd. London: Routledge, 1995. ISBN 0-415-13404-8.
  • ---. 1974b. Shakespeare: Le patrimoine critique. Volume quatre (1753-1765). Nouvelle éd. London: Routledge, 1995. ISBN 0-415-13407-2.
  • ---. 1974c. Shakespeare: Le patrimoine critique. Volume cinq (1765-1774). Nouvelle éd. London: Routledge, 1995. ISBN 0-415-13408-0.
  • Vogler, Christopher. 1992. Le voyage de l'auteur: Mythique Structure pour Conteurs et Screenwriters. ed deuxième révision. London: Pan Books, 1999. ISBN 0-330-37591-1.
  • Ward, David. 1992. « Le roi et« Hamlet ». Shakespeare Quarterly 43,3: 280-302.
  • Weimann, Robert. 1985. « Mimesis dans Hamlet. « Dans Shakespeare et la question de la théorie: 275-291. Ed. Patricia Parker et Geoffrey Hartman. New York et Londres: Methuen. ISBN 0-416-36930-8.
  • Wells, Stanley, et Stanton, Sarah, éd. 2002. Le Cambridge Companion to Shakespeare sur la scène. Compagnons de Cambridge à la littérature ser. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-79711-X.
  • Wilson, John Dover. 1932. The Essential Shakespeare: Une aventure biographique. Cambridge: Cambridge University Press.
  • ---. 1934. Le manuscrit de « Hamlet » de Shakespeare et les problèmes de sa transmission: Essai en Bibliographie critique. 2 volumes. Cambridge: La University Press.
  • ---. 1935. Que se passe-t Hamlet. Cambridge: Cambridge University Press, 1959. ISBN 0-521-06835-5.
  • Gallois, Alexander. 2001. Hamlet dans ses Guises modernes (New Jersey: Princeton) à Thompson et Taylor (2006a, 125).
  • Winstanley, Lilian. 1921. Hamlet et la succession écossaise, Être un examen des relations avec la lecture de Hamlet à la succession écossaise et la conspiration Essex. Londres: Cambridge University Press. Réimprimer Philadelphie: R. West, 1977. ISBN 0-8492-2912-X.
  • Wofford, Susanne L. 1994. "Une histoire critique de Hamlet" Dans Hamlet: complet, Texte Autoritaire Contextes biographique et historique, Histoire critique et Essais de cinq Perspectives critiques contemporaines: 181-207. Boston: Bedford Livres de St. Martins Press. ISBN 0-312-08986-4.

Articles connexes

  • Hamlet (mythologie)

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient le texte intégral de 'Hamlet
  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient le texte intégral Anglais dell 'Hamlet
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations de 'Hamlet
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers sur 'Hamlet

liens externes

  • Hamlet, traduction originale de Goffredo Raponi de liberliber.it
  • Hamlet, traduction de Carlo Rusconi, Milan, Edoardo Sonzogno Editeur, 1882
  • (FR) HyperHamlet, projet de recherche à l'Université de Bâle
  • (FR) Hamlet, Version HTML / XML avec le moteur de recherche
  • (FR) La Tragédie d'Hamlet, version HTML de ce titre
  • (FR) Hamlet sur les Ramparts, de MIT« S Shakespeare Archive électronique
  • (FR) Hamletworks.org, différentes versions de Hamlet, de nombreux commentaires, comparaisons, etc., facsimilés
autorités de contrôle VIAF: (FR176993890 · LCCN: (FRn80008522 · GND: (DE4099350-4 · BNF: (FRcb11936813g (Date)