s
19 708 Pages

campagnes parthes de Lucius Verus
une partie de Guerres romano-parthe
Éphèse-Museum - Guerre Scene.jpg
Scène de la guerre entre les Romains et les Parties concernant les campagnes militaires de Lucius Verus (monument parthe de Ephèse, Aujourd'hui, dans le « Musée Ephèse » dans Hofburg, à Vienne).
date 161 - 166
lieu Arménie,
Mésopotamie et
médias
résultat victoire romaine
Combatants
Empire romain parties
Les commandants
Vexilloid du Empire.svg romain Lucius Verus
et général:
Vexilloid du Empire.svg romain M. Sedazio Severiano
Vexilloid du Empire.svg romain Avidius Cassius
Vexilloid du Empire.svg romain Publio Marzio vrai
Vexilloid du Empire.svg romain Marco Claudio Frontone
Vexilloid du Empire.svg romain Marco Stazio Prisco
Vologèse IV
Khosrow[1]
efficace
16 légions,
nombreux vexillationes
unités auxiliaires
(Total:
environ 200.000 hommes)
Les rumeurs de batailles sur Wikipédia

la campagne parthe de Lucius Verus (161-166) sont l'un des derniers moments de dell'offensivismo romains avant finale crise, eu lieu avec IIIe siècle. Ils ont été conduits par co-empereur Lucius Verus, déjà traité d'un siècle sur la base de la première Trajan.

contexte historique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Âge Antonine.

Sur son lit de mort, Antonino Pio avait exprimé sa colère contre certains clients roi, les pièces Birley étaient celles situées le long de la frontière orientale.[2] Le changement au sommet de l'Empire romain semble avoir encouragé Vologèse IV de parthia de faire le premier pas en fin d'été ou début de l'automne 161,[3] attaquer la Royaume d'Arménie, allié Empire romain et l'installation d'un roi fantoche à son goût, Pacorus III, Arsacid comme lui.[4][5] L 'Empire parthe, vaincu et partiellement atténué par Trajan près de cinquante ans avant (114-116), Il était de retour pour renouveler ses attaques provinces de l'Est romaine, par les anciennes terres de 'Empire perse. la gouverneur de Cappadoce, la province qui a été la première ligne de défense le long de la frontière arménienne, était Mark Sedazio Severiano, un haut commandant avec une grande expérience militaire.[4][6]

A la mort de princeps, l 'Empire romain, Il a subi une série d'attaques le long de ses contemporains fronts. la Pitti en Écosse Ils se pressaient contre rempart de Antoninus, la Espagne subi les raids continus des pirates Mauri, tandis que dans Allemagne, entre le haut Danube et Reno, la Catti et Cauci Ils pénétraient à travers les frontières et le long des côtes, envahissant Gallia Belgica et Agri Decumates. Il semblait être de retour à la période des grandes guerres du Trajan ou Augusto, tandis que dans 'Europe centrale etest le monde barbare Il a été secoué par une forte agitation interne et la migration entre ses populations qui avaient tendance à déplacer l'équilibre avec le monde romain à proximité, ce qui, à la fin des campagnes de l'Est au début de guerres marcomanes (fin 166-tôt 167).

belle Casus

en 161, avec la mort de Antonino Pio,[7] le trône de Royaume d'Arménie (royaume « client » de Rome) Il était devenu vacant. Prétendre qu'il était Sohaemus d'Arménie, un prince Emesa qui était aussi Le sénateur romain. le roi Vologèse IV Il a réagi en fin d'été ou début de l'automne, en Arménie en envoyant sa cavalerie sous le général Osroe (Osrow), Qui a infligé une défaite aux Romains. Sohaemus de l'Arménie a été renversé et se sont enfuis, tandis que l'Arménie, la main Parthes, avait une nouvelle règle du nom Pacorus.[8]

Forces dans le domaine

campagnes parthes de Lucius Verus
buste de Lucius Verus qui avec son frère adoptif Marco Aurelio, les gouvernés 'empire romain de 161 un 169.
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Armée romaine et citrons verts de l'Est.

Certes, les légions romaines impliquées au cours de ces six années de guerre, étaient celles de Cappadoce comme XII Fulminata et XV Apollinaris, plus susceptibles de VIIII hispana.[9] En outre, les légions syrien (la III gallica, la IV Scythica, la legio VI ferrata et Legio XVI gallica), Et les voisins Judée (la X Fretensis) et saoudien (la III Cyrénaïque).[10]

Pour ceux-ci, ils ont été ajoutés, avec l'arrivée au camp de 'empereur Lucius Verus, de nombreuses autres légions principalement de citrons verts Danube et vin du Rhin (la Italica, la Minervia, II Adiutrix Pia Fidelis, II traiana Fortis, V macedonica, VII Claudia Pia Fidelis, XI Claudia Pia Fidelis et XXX Ulpia Victrix), Ainsi que de nombreux vexillationes (légions la Adiutrix, III Augusta, IIII Flavia Felix, X Gemina, XIII Gemina, XIIII Gemina Martia Victrix et XXII Primigenia).[10]

Le total des forces envoyées sur le terrain par l'Empire romain a peut-être passé, à la hauteur de l'effort militaire 200000 armée; de ces derniers, la moitié était composée légionnaires, le reste de auxiliaires.[11]

Les étapes du conflit

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Histoire campagne parthe de Lucius Verus et Monnayage des Antonins.

entre 163 et 166 Lucius Verus il a été forcé par son frère Marco Aurelio de mener une nouvelle campagne contre l'Est parties, que l'année précédente avait attaqué les territoires romains Cappadoce et Syrie. Le nouvel empereur, qui a déménagé depuis quatre ans principalement Antioche en Syrie,[12] laisser ses généraux devaient le maintenir, y compris lui-même Avidius Cassius qui serait en mesure d'usurper le trône impérial, même si seulement pour quelques mois, dix ans plus tard 175.

Année 161: La réponse romaine et la parthe offensive

campagnes parthes de Lucius Verus
Le théâtre des campagnes militaires Lucius Verus

Et si le général parti Khosrow, commandant une grande cavalerie lourde, il avait réussi à pénétrer dans le royaume d'Arménie, puis un protectorat romain, dans le but exprès de placer sur le trône »Arsacid Pacorus.[13] Au moment de l'invasion, le gouverneur de la Syrie était L. Attidio Corneliano. Attidio avait conservé le poste de gouverneur, même si son mandat a expiré en 161, sans doute pour éviter de donner aux parties la possibilité de profiter de son remplacement. Le gouverneur de Cappadoce, Les frontières de la province avec l'Arménie, était Marco Sedazio Severiano, un coq très expérimenté dans les affaires militaires, sous le commandement de deux ou peut-être trois légions (sûrement le XII Fulminata et XV Apollinaris). Mais son séjour en Orient a eu un effet délétère sur son caractère.[14]

Le gouverneur de Cappadoce, Severiano, a été convaincu par le Prophète Alexandre de Abonuteichos (Un prophète qui portait toujours un serpent nommé Glyco) Qu'il pouvait vaincre les Parthes facilement, en obtenant l'honneur et la gloire militaire.[15] -Frère du sénateur respecté P. Mummius Sisenna Rutiliano, alors proconsul de 'Asie, Abonuteichos avait d'étroites relations amicales avec de nombreux membres de l'élite romaine Est.[16]

Et si Severiano a conduit l'un de ses légions en Arménie (peut-être IX hispana[10][17]), Mais après a été pris au piège de mars de deux jours par le général parthe, Khosrow élégie, un lieu juste au-delà de la frontière romaine, non loin des sources de 'Euphrate. Le commandant romain, se rendant compte que la défaite était inévitable, interloqué, a préféré se suicider plutôt que de tomber entre les mains ennemies en vie alors que toute la légion a été complètement massacrée. La campagne n'a duré que trois jours.[4][18]

Il y eut plus de mauvaises nouvelles: l'armée de Attidio Corneliano avait été vaincu dans la bataille par les Parthes, et se retira en désordre.[19] des renforts ont ensuite été envoyés à la frontière parthe.

Publius Julius Geminio Marciano, un sénateur africain commandant Legio X Gemina à Vindobona (Vienne), Elle a quitté pour la Cappadoce avec de nombreux vexillationes tout légions danubiennes.[20] Le même sort a suivi les légions le Minervia, de la forteresse Bonna (Bonn) en Allemagne supérieure,[21] la II Adiutrix de Aquincum (Budapest) Sous la commande de Legatus legionis Quintus Antistius Adventus[22] et V Macedonica de Troesmis.[23] La frontière nord a donné lieu stratégique affaibli, et les gouverneurs des frontières a cherché à éviter tout conflit avec les barbares à travers la frontière, lorsque cela est possible.[24] Marco Annio Libone, un cousin (et fils de console du même nom, qui avait servi sous Antonino Pio), il a été envoyé pour remplacer le gouverneur de la Syrie. Il était un jeune trentaine consulaires[25] et comme patricienne, sans expérience militaire. Marco avait préféré choisir un homme très fiable.[26]

Décerné l'initiative, les Parthes ont attaqué toute la frontière de la Cappadoce et Syrie, Ils ont vaincu la plupart des garnisons locales, des ravages jusqu'aux murs de Antioche et ils ont conquis la forteresse de frontière Edessa. Les Parthes ont été accueillis par la population locale et Syriaque juive comme des libérateurs.[27] Il était plus que jamais nécessaire d'agir très rapidement, même dans le choix des meilleurs officiers à envoyer vers le bas que 'importante secteur stratégique. Marco a décidé de mettre à la tête de l'expédition (expeditio Parthica) Frère, Lucio, parce que comme l'a suggéré Cassio Dioné Cocceiano "Il était robuste et plus jeune frère Mark, l'activité militaire le plus approprié».[28] Le biographe de Augusta historia Il suggère que Mark voulait inciter Lucio à se priver de la vie dissolue qu'il menait, et de comprendre ses fonctions. Toutefois, le Sénat a donné son consentement, et, à l'été 162, Lucio a quitté, laissant Marc-Aurèle à Rome, parce que la ville "Il a demandé la présence d'un empereur».[29] Mais il fallait lui donner un personnel militaire approprié (comitatus) Large et riche expérience, d'un des deux prétoriennes préfets, et il a été choisi Tito Furio Vittorino.[30]

Les autres frontières ont été menacés en Britannia, et rezia et Haute-Allemagne, où le Catti Tauni de Monti avait récemment franchi la citrons verts.[31] Marco Aurelio, le successeur de Pie, était dépourvu. Pio ne semble pas avoir pris soin de lui faire l'expérience militaire: le biographe écrit que Mark avait passé tout le règne de vingt-trois ans de Pie à côté de l'empereur et non provinces, où la majorité des empereurs précédents avait passé le début de leur carrière.[32][Notes 1] Marco a fait le récit requis: Marco Stazio Prisco, le gouverneur de la Grande-Bretagne, a été envoyé pour remplacer Severiano en tant que gouverneur de la Cappadoce,[34] et il a été à son tour remplacé par Sextus Calpurnius Agricola.[35]

Marco a essayé d'amuser prendre des vacances de quatre jours Alsium, Une ville balnéaire sur la côte de 'Étrurie, mais il était trop pris d'anxiété pour se détendre. Dans une lettre à son ancien tuteur Marco Cornelio Frontone, Il a déclaré qu'il ne parlerait pas de ses vacances.[36] Répondit ironiquement Fronton: « Ce que je ne sais pas que vous alliez Alsium avec l'intention de consacrer à des jeux, des blagues et bien échappé pendant quatre jours entiers? »[37] Il a encouragé Marcus pour se reposer, comme ils l'avaient fait à d'autres occasions ses prédécesseurs (Pius apprécié l'exercice en palaestra, mais aussi il se consacre à la pêche et la comédie)[38] dire aussi une histoire sur la division faite par les dieux en prenant soin des questions juridiques plutôt que des loisirs entre matin et le soir-Marco normalement apparemment passé la soirée.[39] Marco n'a pas accepté les conseils de Fronton "J'ai tâches à accomplir qui peut difficilement être annulé« Elle a répondu.[40]

Fronton envoyé pour marquer une sélection de matériel de lecture, qui comprenait la pro lege Manilia Cicéron, où l'orateur a parlé en faveur de la confiance Troisième guerre de Mithridate Pompey. Il était une référence appropriée à l'heure actuelle (la guerre de Pompée avait apporté en Arménie), et peut-être influencé la décision de l'empereur d'envoyer Lucio sur le front de l'Est.[41] « Vous y trouverez de nombreux chapitres adaptés à vos conseils présents sur le choix des commandants, les intérêts des alliés, la protection des provinces, la discipline des soldats, les qualifications requises pour les commandants sur le terrain et plus [...][Notes 2]"[43] Pour calmer son anxiété pendant la guerre des Parthes, Gable a écrit pour marquer une longue lettre, pleine de références historiques. Dans les éditions modernes des œuvres de Fronton, est appelé De bello Parthico (La guerre des Parthes). Roma a certainement subi de lourdes pertes dans le passé, écrit Gable, à Allia caudium, à Cannae, à Numance, Cirta, et Carrhes;[44] dessous Trajan, Adriano, et Pio;[45] mais, néanmoins, en fin de compte, les Romains avaient toujours emporté sur leurs ennemis "toujours et partout [Mars] a transformé nos succès et désastres dans nos terreurs en triomphe».[46]

Année 162: première réaction romaine

campagnes parthes de Lucius Verus
Coin Vologases IV, roi des Parthes, la 152/53

L'année en cours a vu par Vologèse IV la reconnaissance sur le trône d'un roi Armania métalliques de machinesparthe et de nouvelles attaques, cette fois dirigées contre les provinces romaines de Syrie et Cappadoce. Ce n'est que grâce aux capacités militaires de ses généraux, comme Avidius Cassius, Publio Marzio vrai, Marco Claudio Frontone et Marcus Statius Priscus, envoyé le long du front de l'Est avec la plus grande urgence aussi par de nombreuses provinces de l'Ouest, qui évoquaient un nouveau désastre militaire semblable à ce qui est arrivé l'année dernière et de repousser les armées de parties.

Pendant ce temps dans Rome Marco Aurelio et son frère Lucius Verus ils ont planifié leur intervention directe le long de la citrons verts Est, l'approfondissement de ce qui est arrivé il y a cinquante ans au cours campagnes parthes de Trajan (114-117).

Pendant l'hiver 161-62, quand d'autres mauvaises nouvelles était arrivé une rébellion avait éclaté en Syrie- il a été décidé que le commandement de l'expédition parthe fut confiée à Lucius lui-même. La raison de la décision est qu'il a été plus forte et en meilleure santé que Marco et l'a amené à commander les armées.[47] Le biographe de Lucius suggère des raisons supplémentaires: pour contenir la débauche de Lucius, pour faire Thrifty, le changement pour le mieux du point de vue moral avec la terreur de la guerre, se rendant compte qu'il était un empereur.[48][Notes 3] Quelle que soit la motivation, sénat Il a donné son assentiment, et Lucius gauche. Marco resterait à Rome; la ville « a exigé la présence d'un empereur ».[50]

Furio Vittorino, l'un des deux prétoriennes préfets, Lucio a été envoyé, avec quelques sénateurs, M. Ponzio Leliano Larcio Iallio Sabino et M. Basso, et une partie de Garde prétorienne.[49] Vittorino avait déjà servi procureur de Galatie, et donc il a une certaine expérience dans ces branches.[51][Notes 4] De plus, il était de loin le plus qualifié de l'autre préfet du prétoire, Cornelio soudaine, qui était d'influencer son bureau Pius amant Galeria Lysistrate.[52] avait soudain au rang de sénateur, mais pas d'accès réel aux cercles-son sénatoriales était simplement un titre décoratif.[53] En tant que préfet devait accompagner la Garde, Vittorino était le choix évident.[52]

Leliano avait été gouverneur à la fois la Pannonia celle de Syrie (en 153); avait par conséquent une connaissance de première main armée orientale et les stratégies militaires sur les frontières. Il a obtenu sa nomination comme vient Augustorum ( « Ami des empereurs ») pour ses services.[54] était Leliano, selon Gable, "un homme très sérieux et une discipline sévère vieux».[55] Basso était gouverneur de inférieurs Mesia, et il a également été vient.[56] Lucio il a choisi ses favoris freedmen, y compris Geminus, Agaclito, Cede, Ecleto,[57] et Nicomède, qui a renoncé à ses fonctions praefectus vehiculorum pour exécuter le poste de police de la force expéditionnaire.[58] la la flotte de Misène Il a été utilisé pour transporter l'empereur et pour le transport en général et des communications.[59]

Lucio est allé à l'été 162 à prendre un navire Brundisium; Mark l'a suivi jusqu'à Capua. Lucio régalé dans les maisons du pays pendant le voyage, et il se plaisait à la chasse Pouilles. Il est tombé malade Canosa, probablement frappé par un accident vasculaire cérébral léger et était alité.[60] Marco a demandé aux dieux païens pour son rétablissement devant le Sénat, et il lui est allé visiter.[61] Gable était inquiet quand il a appris la maladie Lucio, mais a été rassuré par une lettre de Lucius décrivant son rétablissement. Dans sa réponse, Gable a recommandé son élève à modérer ses désirs, et de prendre quelques jours de repos au lit. Lucio était mieux après trois jours de jeûne et effusion de sang. Il était probablement un accident vasculaire cérébral léger.[62]

Certes continua son chemin à la traversée de l'Est Corinthe et Athènes, accompagné par des musiciens et des chanteurs.[63] A Athènes a passé quelques instants avec Herodes Atticus, et il a participé à mystères d'Eleusis.[64] Pendant le sacrifice, une étoile filante dans le ciel a été observée: elle marchait de l'ouest à l'est.[65] il a arrêté Ephèse, où il se trouvait dans l'aristocrate locale tenue Vedius Antonino,[66] et il a fait un arrêt inattendu Erythrae, où un poème élégiaque fait allusion à sa visite.[67] Le voyage se poursuit en bateau sur la mer Égée et la côte sud de l'Asie Mineure, persistante dans les endroits connus de plaisir pamphylia et Cilicie, avant de venir Antioche.[68] On ne sait pas combien de temps était le voyage à l'est de Vero; Il ne pouvait pas être arrivé à Antioche avant 162.[69] Statius Priscus, quant à lui, aurait déjà été en Cappadoce; il a acquis une renommée en 163 pour quelques succès militaires.[70]

Pendant ce temps, Lucio, enfin arrivé en Syrie, en Antioche son "siège social», Passer l'hiver dans Laodicée et étés Daphne. Les critiques lui reprochaient un ralenti de style de vie et de luxe.[71] la Augusta historia Il raconte qui a participé au jeu, jouant souvent "noix toute la nuit« En compagnie des acteurs. Pendant ce temps Libo, le cousin de Marco Aurelio, est mort après avoir discuté avec Lucius, si bien que certaines sources malignes ont dit qu'ils avaient été Lucio faire du poison.[72]

Dans Lucio Est avait comme maîtresse une certaine Panthea,[Notes 5], de Smyrne.[74] Le biographe l'appelle « la petite amie humbles origines »[75] Mais elle est probablement plus proche "femme beauté parfaite« de Luciano, plus belle que toute statue Fidia et Praxitèle.[76] Éduquée, prise en charge, modeste, parfaitement chanté et parlé à la lire ionique grec.[77] Panthea lu la première version de l'œuvre de Luciano, et je ne dis rien de flatterie. Il avait comparé à un dieu, la spaventò- qu'elle ne devienne pas une nouvelle Cassiopée.[78] Être l'amant de Lucio garanti son pouvoir. Il a convaincu Lucio de se raser la barbe. Les Syriens se moquaient de lui pour cela, comme pour d'autres choses.[79]

Les critiques ont déploré le mode de vie de Lucius Verus.[80] Les sources disent passer méchant « dans la nuit pour lancer les dés »[81] Il était souvent en compagnie d'acteurs,[82] et il a fait une demande spéciale d'entendre de Rome à être mis à jour sur la façon dont ils allaient les courses avec des chars.[83] On dit qu'il avait apporté avec lui une statue d'or du cheval vert Volucer.[84] Fronton défendu son protégé contre certaines de ces rumeurs malveillantes: le peuple romain, dit-il, avait besoin pain et cirques Lucio pour les garder sous contrôle.[85][Notes 6]

Ce sont, au moins, les opinions malveillantes du biographe. La section entière de vie qui traite des vices Lucio (Augusta historiaLucius Verus, 04.04 à 06.06) est inséré au milieu d'un récit qui pour le reste est entièrement tirée d'une source existante. Alors que certaines étapes et quelques-uns semblent authentiques,[Notes 7] et d'autres semblent avoir été retravaillé à partir de la source d'origine,[Notes 8] le reste semble avoir été inventé par le biographe sur la base de sa propre imagination.[90]

Lucio a dû faire face à une situation critique. Gable a décrit la scène comparant l'arrivée de Corbulo Juste un siècle avant.[91] L'armée syrienne avait rammolito en raison de la période excessive de la paix dans l'Est, passer plus de temps dans les loisirs locaux dans la ville qui ne le font pas dans leurs camps. À l'arrivée de Lucio, le tournage de l'armée à une formation en préparation pour les combats à venir maintenant. Pontius Leliano rétabli l'ordre et la discipline, en retirant le rembourrage des selles des chevaux et des soldats interdisant aux loisirs dans le jeu et boire.[92] Gable a écrit que Lucio était souvent à la tête de son armée, à pied et à cheval. Il premurava personnellement inspecter les soldats sur le terrain et dans le camp, y compris les malades.[93]

Lucio envoyé à un certain FRONTON début des messages de guerre. Dans l'un d'eux, présenter des excuses pour son silence par écrit qu'il ne pouvait pas décrire les plans qui pourraient être dans la course pour changer de jour en jour, et que, en effet, son travail commençait.[94] Lucio ne voulait pas Gable subi les angoisses qui l'oppressait jour et nuit.[95] L'une des raisons de la réticence de Lucius est peut-être l'échec des négociations avec les parties après la conquête romaine de l'Arménie. La présentation des termes de paix Lucio a été considéré comme un signe de lâcheté.[96] Les Parthes n'étaient pas prêts, pour l'instant, à négocier.[97]

Au milieu de la guerre, probablement à l'automne ou au début 163 164, Lucio est rendu à Ephèse pour épouser la fille de Marcus, Lucilla.[98] Lucilla avait treize ans dans 163 Mars; quand il se marie donc, il avait moins de quinze ans.[99] Marco avait reporté la date: sans doute la découverte que Lucio avait une maîtresse nommée Panthea l'avait troublé.[100] Lucilla était accompagné de la mère Faustina et M. Vettuleno civique Barbaro, le frère du père de Lucius.[101] Marco aurait prévu de les accompagner tout le chemin jusqu'à Smyrne (le biographe dit qu'il a dit au Sénat qu'il le ferait), mais cela ne se produisait.[102] Mark a accompagné le groupe que Brindisi, où ils sont montés à bord d'un navire pour l'Est.[103] Marco revint à Rome immédiatement après, et a envoyé des instructions spéciales à ses proconsuls donner aucun groupe hôte officiel.[104] Lucilla générerait trois des enfants Lucio pour les années à venir, devenant ainsi Augusta Lucilla.[105]

Année 163: occupation du royaume d'Arménie

les légions le Minervia et V Macedonica, sous la commande du lien Marco Claudio Frontone et Publio Marzio vrai, qui a servi sous Marco Stazio Prisco, Ils se sont ensuivies de nombreux succès militaires, pénétrant profondément Arménie, et ils infligent une lourde défaite parties, gagner la capitale arménienne, Artaxata.[106] A la fin de cette année, Lucio a été saluée imperator pour la deuxième fois et a pris le titre de armeniacus,[107] malgré jamais participé directement aux opérations militaires; Marco Aurelio cependant refusé d'accepter la titre victorieux jusqu'à l'année suivante. A l'inverse, quand Lucio a été saluée imperator, Marco a également accepté son deuxième salutatio imperatoria.[91][108]

L'armée de la Syrie, quant à lui, a été renforcé par la Legio II Adiutrix et des légions danubiennes placées sous le commandement de Legatus legionis le « »X Gemina, Publio Giulio Gemino Marciano.[109]

En 163, alors que Statius Prisco était occupé en Arménie, les Parthes intervint en Osroène, un état client des Romains situés en Mésopotamie, à l'est par la Syrie, dont le capital Edessa. Ils ont mis le client roi romain, Manno, et l'ont remplacé par leur candidat, qu'il resterait en fonction jusqu'à 165.[110] (Le edessena de monnaie commence en fait autour de cette date, avec des pièces montrant un visage Vologases IV et « Wael le roi » (syrien: W'L MLK « ) au verso.[111]) Les généraux romains ont réagi en déplaçant leurs troupes vers le sud le long de la rivière, puis traverser l'Euphrate à un point plus au sud.[97] Pour certificat de Luciano, les Parthes contrôlaient toujours la rive sud de l'Euphrate (en Syrie), appartenait auparavant aux Romains, de 163 (aucune mention d'une bataille près de Surat, qui est situé sur le côté sud de la rivière).[112] Avant la fin de l'année, cependant, les troupes romaines avaient déplacée vers le nord pour occuper Dausara et Nicephorium sur la rive nord de la rivière, qui appartenait aux Parties.[113][Notes 9] Immédiatement après la conquête de la rive nord de l'Euphrate, les armées romaines plus emménagé Osroène en provenance de l'Arménie, succédant à l'assaut Anthemusia, une ville située au sud-ouest de Edessa.[116] Pour l'année 164 il n'y avait pas d'événements dignes de mention; la majeure partie de l'année a été consacrée à la préparation d'une nouvelle attaque sur le territoire parthe.[100]

monnaie de l'année
image valeur droit revers datation poids; diamètre cataloguer
Denier-Lucius Verus-Arenia-s1537.jpg denarius le VERUS AVG armeniacus, Il a obtenu la tête Lucius Verus vers la droite; TR P III IMP II COS II ARMEN, l 'Arménie sam. se tourna vers la gauche (le témoignage de l'occupation romaine). inventé en 163 Après la première campagne Arménie; 19 mm et 3,15 gr; RIC Lucius Verus, III, 501; MIR 18, 62-14 / 10; RSC 6.

Année 164: soumission Arménie et les préparatifs contre les Parthes

en 164 Il a été reconstruit une nouvelle capitale en Arménie, en Kaine Polis ( "New City", Ečmiadzin 40 kms d'aujourd'hui au nord-est de Artaxata)[117][118] Selon la reconstruction de Birley, il était éloigné trente miles de frontière romaine.[100] Détachements de légions Cappadocie se sont élevées à Etchmiadzine, au-delà de la façade sud de la Mont Ararat, 400 kilomètres à l'est de Satala. Il faudrait un mois de mars de vingt jours ou plus, à travers un territoire escarpé et montagneux, à retourner sur le territoire romain; un « exemple remarquable de l'impérialisme », selon Millar Fergus.[119]

Pendant ce temps, la naissance souveraine Pacorus de l'Arménie, a été détrôné, ancienne console source romaine emesana, Julius Sohaemus d'Arménie, destitue à son tour par Vologèse, il a été couronné à nouveau Roi affluent de l'Arménie,[120] Ephèse ou Antioche, avec le consentement de Marc.[91][121] Pas un hasard si quelques-unes des inscriptions sur les pièces 164 ont le texte REX ARMENIIS Datus un témoignage de cette investiture par Lucius Verus[122] Les armées romaines se préparaient ainsi à l'invasion de la même Mésopotamie pour l'année suivante.[123]

monnaie de l'année
image valeur droit revers datation poids; diamètre cataloguer
LUCIUS VERUS-RIC III 525-80000643 ARMENIA.jpg or • L • VERVS AVG armeniacus, Il a obtenu la tête Lucius Verus à droite avec une armure; TR P IIII IMP II COS II, Victoria droit debout, feuille de palmier qui met un bouclier avec légende VIC (tory) / PAR (tica) (Sur deux lignes) d'un palmier. inventé en 164 après la deuxième campagne contre la parties (Monnaie de la Rome antique); 7:32 gr, 6 h; RIC Lucius Verus, III 525; MIR 18, 94-12 / 37; Calicó 2177; BMCRE 297/295.
LUCIUS VERUS RIC III 1371-83001458.jpg sesterzio Le AUREL VERUS • AVG armeniacus, Il a obtenu la tête Lucius Verus à droite, avec une armure; TR P IIII IMP II COS II, Lucius Verus assis à gauche sur une chaise curule placée sur une petite plate-forme, la main gauche repose sur parazonium, la main droite tendue pour mettre la tiare royale sur la tête du roi Sohaemus d'Arménie, qui est opposée à la plate-forme et lève les mains pour recevoir le diadème; en arrière-plan sur la plate-forme, un officier debout à droite, tenant une lance et deux officiers à gauche. inventé en 164 après la deuxième campagne contre la parties (Monnaie de la Rome antique); 24,55 g, 11 h; RIC III 1371 (Aurelius); MIR 18, 92-16 / 35; Banti 98.
Marc-Aurèle Denier 164 859966.jpg denarius ANTONINVS AVG armeniacus, Il a obtenu la tête Marco Aurelio vers la droite; PM TR P XVIII IMP II COS III, Mars debout vers la droite, tenant une lance et un bouclier verse reposant sur le sol. inventé en 164; 17 mm, 03:36 gr, 6 h (Monnaie de la Rome antique); RIC Marc-Aurèle, III 92; MIR 18, 88-4 / 30; RSC 469.

Année 165: occupation de la Mésopotamie

campagnes parthes de Lucius Verus
Personnification de la rivière tigres (Remontant à 160-170 - Musées du Vatican).
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Mésopotamie (province romaine).

En même temps, les Parthes avaient pris des mesures pour mettre en place leur propre roi sur le trône de Osroène, à proximité Mésopotamie (Dans le 163). En réponse aux forces romaines dans un procédé mouvement tenailles, voile de l'ouest le long de la 'Euphrate d'occuper un après l'autre, une série de la ville-forteresse comme la clé Dausara,[117] Edessa, Carré et Nisibe.[124] La campagne militaire romaine a continué, avec des batailles favorables aux Romains près de Sura[125] et Nichephorium.[117] Les Romains pénétrèrent, donc dans Osroène du Nord (Arménie nouvellement acquis) et occupé Anthemusia, une ville au sud-ouest de Edessa.[91][126]

L'avance romaine a poursuivi Marzio vrai et legio V Macedonica, jusqu'à en Mésopotamie. Edessa Il a été réoccupé,[127] Manno réinstallées en tant que roi client de Rome.[128] Il a également renouvelé sa monnaie: 'Ma'nu le roi' (Syrie: M'NW MLK) ou Antonina dynastie sur obverso et King Manno, un ami des Romains (grec: Basileus Mannos Philorōmaios) Au verso.[111] Les Parthes à battirent en retraite Nisibe, Mais cela a également été pris d'assaut et assiégés par les armées romaines. L'armée parthe a traversé le Tigre en désordre; leur Khosrow général a nagé à travers la rivière et caché dans une grotte.[129] Pendant ce temps, une seconde armée, sous le commandement de Avidio Cassio (Legatus legionis de Legio III Gallica), Vers le bas et l'Euphrate ont combattu une bataille d'une grande importance près de Dura Europos.[130] Plus tard cette année Avidio Cassio a atteint les villes jumelles de la Mésopotamie: Séleucie sur la rive droite tigres et Ctésiphon à gauche. Ctésiphon a été prise et brûlé son palais royal. Les citoyens de Séleucie, toujours en grande partie grecque (la ville avait été fondée cinq cents ans auparavant, en tant que capitale de la 'empire séleucide, l'un des royaumes surgi après la mort de Alexandre le Grand) A ouvert les portes aux envahisseurs, mais la ville a également été brûlé, laissant une ombre sur la conduite de Cassius et la réputation de Lucius Verus. La version officielle qu'ils voulaient étaient les Seleuceni de briser les accords.[131][132]

Cependant, le pillage a marqué un chapitre particulièrement destructeur dans l'histoire du long déclin de Séleucie.[133][Notes 10] Au cours du sac, les troupes romaines pillées la statue d'Apollon Comaeo de son temple et amené à Rome, où il a été placé dans Temple d'Apollon Palatin.[135] Cet acte peut avoir été considéré comme blasphématoire par Marco un lectisternium, une grande offrande aux dieux, au début de guerres marcomanes (Californie. 167) pour chasser les maux qui affligent l'état.[136]

Cassio, malgré la pénurie de fournitures et les premiers effets de peste sous contrat à Séleucie, il a pu ramener en bon ordre et son armée victorieuse. Pour ces nouveaux succès, Lucio et Marco Ils ont reçu le troisième à remonter le moral imperator, tandis que Lucio également le titre honorifique Parthicus maximus.[131][137] Marco a reçu l'année suivante. Comme preuve supplémentaire de l'occupation romaine en Osroène, au-delà "Euphrate, une inscription trouvée à Edesse et daté à 165,[138] ainsi qu'à une suite Dura Europos l'ère de Commodus (Dans le 183) En ce qui concerne la présence de cohors II Ulpiae equitatae Commodianae.[139]

monnaie de l'année
image valeur droit revers datation poids; diamètre cataloguer
Lucius Verus Æ Sestertius 120203.jpg sesterzio Partie [illisible] PARTH MAX, Il a obtenu la tête Lucius Verus droit en uniforme militaire (paludamentum); Partie [illisible] IMP III COS II, trophée aux côtés de la parthia assis sur des boucliers. inventé en 165 après l'occupation de la capitale parties, Ctésiphon; 21:11 gr; RIC Lucius Verus, III, 1430. Mir 18, 114-16 / 35; notes BMCRE 1274 (Aurelius); Cohen 191.
Lucius Verus Æ Sestertius 1630313.jpg sesterzio le VERUS août ARM PARTH MAX, Il a obtenu la tête Lucius Verus vers la droite; TR P V IMP III COS II, un prisonnier de parties assis, attaché à un trophée (au centre), les armes à la main droite; S C sur les côtés. inventé en 165 après l'occupation de la capitale parties, Ctésiphon; 32 mm, 22:35 gr; RIC Lucius Verus, III, 1433.
Marc-Aurèle Denier 0163.4.jpg RIC denarius M ANTONINVS AVG ARM PARTH MAX, Il a obtenu la tête Marco Aurelio vers la droite; TR P XX IMP IIII COS III, Victoria propre, avec feuille de palmier qui pose un bouclier avec la légende VIC (tory) / PAR (tica) (Sur deux lignes) d'un palmier. inventé en 165/166; 03:46 gr; RIC Marc-Aurèle, III 163; BMCRE 406; RSC 878.

Année 166: Les écarts de peste

L'armée de Cassius, malgré commencé à souffrir d'une pénurie d'approvisionnement et les effets d'une épidémie de peste, Il a contracté à Séleucie a réussi à retourner en toute sécurité dans le territoire romain.[140] Junius Maximus, un tribunus laticlavius qui a été utilisé en III gallica sous Cassius, il a apporté les nouvelles de la victoire à Rome. Massimo a reçu une généreuse récompense en espèces (fait un don) Et la promotion immédiate au poste de police pour amener les bonnes nouvelles.[141] Lucio a pris le titre Parthicus Maximus, et Marco a de nouveau été acclamé imperator, gagnant le titre de Imp. III.[142]

en 166 Avidius encore Cassius prouvé à Rome de la force, envahir la terre de Medi au-delà de la tigres, Lucio permettant de porter le titre victorieux Medicus. les deux princesse ils ont été salués imperatores pour la quatrième fois, alors que Mark a reçu le titre de vainqueur Parthicus Maximus.[140][143][144][145] sur le papier Claudio Tolomeo non seulement la Mésopotamie, mais aussi Babylone et désert saoudien, sont apparus comme des territoires appartenant à l'Empire romain.[146]

la peste, cependant, a éclaté au cours de la dernière année de la campagne, il a forcé la Romains de se retirer des territoires nouvellement conquis, ce qui porte cette terrible maladie au sein de leurs propres frontières et flagellandone sa population depuis plus de vingt ans.

monnaie de l'année
image valeur droit revers datation poids; diamètre cataloguer
Verus 566 RIC - 151264.jpg denarius le VERVS AVG ARM PARTH MAX, Il a obtenu la tête Lucius Verus vers la droite; TRP VII IMP IIII COS II, Victoria propre, avec feuille de palmier qui pose un bouclier avec la légende VIC (tory) / PAR (tica) (Sur deux lignes) d'un palmier. inventé en 166 après sa victoire sur parties; 20 mm, 3:42 gr; RIC Lucius Verus, III, 566.
VERUS-72-144369 LUCIUS Gnecchi ARMÉNIE MEDALLION.jpg médaillon Æ le VERVS AVG ARM PARTH MAX, Il a obtenu la tête Lucius Verus à droite avec une armure et paludamentum; TRP VIII IMP IIII COS II, Lucius Verus Cheval piétine un Arménien, de suivre un légionnaire romain avec une bannière. inventé en 167 après la Arménie peut occupation romaine; 37 mm, 51,20 g; Gnecchi pl.72, 5.

conséquences

campagnes parthes de Lucius Verus
apothéose Lucius Verus de monument dédié à lui à Ephèse (Maintenant au Musée Ephèse Vienne).

réactions immédiates

Lucius Verus et son frère Marco Aurelio obtenu les deux titres armeniacus (Lucio en 163 et Marco en 164), De Parthicus maximus (Dans le 165 la première et 166 la seconde) et Medicus maximus (Dans le 166) Sur le plan de l'emploi des territoires Arménie et Mésopotamie,[147] en plus d'avoir mené armées romaines en médias. Plus tard, peut-être seulement après la mort Lucio (en 169), La même chose a été consacré un arc de triomphe pour commémorer ses campagnes victorieuses contre les Parthes.

Une grande partie du crédit pour la victoire de la guerre doit être attribuée au général employé. Les troupes avancées dans Osroène ont été menées par Claudio M. Gable, une lignée grecque route asiatique qui avait conduit dans le passé l'Minervia en Arménie sous Prisco. Ce fut probablement le premier de sa famille à devenir sénateur.[148] Fronton a obtenu le consulat de l'année 165, probablement en récompense pour avoir conquis Edessa. Claudio Frontone retourne en Italie pour prendre le consulat; De plus, le gouverneur de la Syrie, Cn. Julius Verus, il est retourné en Italie.[149] P. Marzio vrai avait conduit le V de Macédoine pendant le conflit, et avait également déjà servi sous Prisco. Certes Marzio est venu des provinces occidentales de l'Empire, et son patrie il était probablement Toulouse en Narbonne Gaule.[150] Toutefois, le général le plus important, était C. Avidio Cassio, le commandant du III Gallica, une des légions syriens. Cassius était un sénateur d'origine modeste de la ville d'origine de nordsiriana Cyrrhus. Son père, Eliodoro, n'a jamais été un sénateur, tout en couvrant les frais d'un certain prestige: ce fut le ab epistulis Adriano, après l'empereur dans ses voyages, et, vers la fin du règne d'Hadrien, recouvert le poste de préfet de l'Egypte. Même Cassius a réclamé la descente d'un Censé empereurs séleucides.[151] Cassius et Martius Verus, probablement encore dans la trentaine, ils ont obtenu le consulat de l'année 166. Après leur consulat, a remporté le poste de gouverneurs: Cassio, il est devenu la Syrie; Marzio vrai Cappadoce.[152]

À son retour du pays, Lucio a célébré triomphe; Le défilé était inhabituel parce qu'il comprenait les deux empereurs, leurs fils et leurs filles célibataires encore comme une grande fête de famille. Les deux fils de Marco Aurelio, Commodus et Marco Annio Vero Ils ont été élevés au rang de César à cette occasion.

La base d'une statue, construite pour commémorer la victoire de Lucio, survit Sardes (L'Empereur se serait rendu la ville pendant le voyage de retour à Rome).[153] Le sophiste riche Flavio T. Damiano a eu l'honneur d'accueillir l'empereur et son armée pendant le voyage de retour.[154]

Impact sur l'histoire

Les campagnes menées dans l'Est a conduit à une conséquence fondamentale: l'occupation permanente des territoires de l'Est à l'est de 'Euphrate et la création de nouvelles province de Mésopotamie par Romains, défense également dans les phases successives pendant toute IIIe siècle (à partir de Settimio Severo à Dioclétien-Galère). Il a également démontré l'utilité de la présence d'un empereur sur le front de l'Est (Lucius Verus), Tandis qu'un deuxième empereur du même grade (Marco Aurelio) Maintenue le contrôle sur l'Occident, il a également répété quelques décennies plus tard avec Valeriano et Gallieno, mais seulement officialisé Dioclétien et son tetrarchia. Un besoin stratégique clé pour une empire si grand que celui romain.

Nisibe sur le cours supérieur de l'Euphrate est resté en mains des Romains depuis plusieurs décennies après la fin du conflit. Depuis le milieu du IIIe siècle, la ville, le territoire contesté entre la Perse et Rome, avait déjà pris l'aspect caractéristique d'une ville typique de la garnison romaine.[155]

notes

remarques
  1. ^ Alan Cameron conduit le commentaire à l'appui de l'écrivain cinquième siècle Sidoine Apollinaire que Mark était responsable des « innombrables légions » Pio vivant de contester l'affirmation selon laquelle Mark Birley avait aucune expérience militaire. (Ni Apollinaris ou Augusta historia (La source de Birley) sont, cependant, des sources très fiables en ce qui concerne le rapport des événements du deuxième siècle.[33])
  2. ^ Le texte se détache ici.[42]
  3. ^ Birley estime qu'il ya une « vérité dans ces considérations.[49]
  4. ^ Vittorino avait également servi en Grande-Bretagne, sur le Danube, en Espagne, comme préfet des flottes Italique, comme préfet de l'Egypte, et a tenu des missions importantes même à Rome.[51]
  5. ^ O "Pantheia".[73]
  6. ^ Gable appelé Annone et spectaculis, de préférence à l'expression de Juvenal pain et cirques.[86] (La notion était monnaie courante,[87] Et frontons, en tout cas, n'a pas pris en compte Juvenal, qui allait devenir pour lui un auteur inconnu; Juvenal, en fait, n'a pas adhéré à la manie classique de la seconde sophistique, et deviendrait connu que sur la fin du IVe siècle.[88])
  7. ^ De l'avis de Barnes 1978, 4.8 "Il aimait beaucoup les courses de chars, et favorisé les Verts« ; Barnes 1978, 4.10 "Il n'a jamais eu besoin de beaucoup de sommeil, bien; et sa digestion était excellent« Peut-être 5.7, »Après le banquet, plus important encore, ils jouent aux dés jusqu'au lever du soleil».[89]
  8. ^ De l'avis de Barnes 1978, 4.8 ( "Il aimait beaucoup les courses de chars, ce qui favorise les Verts« ) Et Barnes 1978, 10.9 ( "Parmi les nombreux types d'extravagances qu'il avait une coupe de cristal, Volucer nommé en l'honneur du cheval dont il aimait beaucoup, qui avait une capacité jamais vu auparavant« ) Je suis la source de 6.2-6, » Et enfin, même à Rome, où il était présent et assis avec Marco, a souffert d'insultes de la « Azzurri », parce qu'ils avaient pris le parti oltragiosamente, comme l'a affirmé contre eux. Car il avait une statue en or du cheval du « Verts » Volucer, et s'il portait toujours avec lui, en fait, utilisé pour fabriquer des raisins secs et des noix au lieu d'orge dans la crèche de ce cheval, et a ordonné qu'il soit amené à lui, Tibère dans la maison, recouverte d'une couverture teinte pourpre, et même construit une tombe, quand ils sont morts, la colline du Vatican. Ce fut à cause de ce cheval a commencé à exiger des pièces d'or et des prix pour le cheval, et ce cheval avait reçu tant d'honneurs, souvent la faction des « Verts » nécessaire pour lui beaucoup de pièces d'or « . 10.8 « un peu plus « discours bégayant, a également été un joueur de pari téméraire, et a mené une vie extravagante; était, par conséquent, dans de nombreux aspects, à l'exception de l'absence de cruauté ou le fait que vous ne donnez pas à agir, un second Nero. «pour la comparaison avec d'autres » mauvais empereurs « dans 4.6 ( » ... alors rivaliser avec Caligula, Nero, et Vitellius dans les vices ... « ), et, de manière significative, sous prétexte d'utiliser Suétone.[89]
  9. ^ La lettre cite les victoires (pignonPour Verum imperatorem 2.1) est daté à 164 (Fronton fait référence à la décision de Marco de reporter la prise en charge du titre de armeniacus; depuis pris le titre en 164, la lettre ne peut pas avoir été écrit avant cette date.[114]), Mais les combats ont eu lieu à 163.[115]
  10. ^ Birley estime que le siège a marqué la fin de l'histoire de la ville;[134] Matthews, cependant, nie que la fin de Séleucie peut être lié à un événement unique, et se fixe à d'autres facteurs, le déclin de la ville, comme la montée de Ctésiphon, le cours variable des Tigres, et un déclin du patronage royal.[133]
sources
  1. ^ Luciano, historia conscribenda, 19
  2. ^ Augusta historiaAntonin le Pieux, 12.7; Birley 1990, p. 148.
  3. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8.6; Birley 1987, p. 121; A propos de la date: Flinterman 1997, p. 281.
  4. ^ à b c Birley 1990, p. 149.
  5. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8.6.
  6. ^ pignonDe Feriis Alsiensibus 4 = Haines 2:19; pignonDe bello Parthico 1-2 Haines = 2,21 à 23; et 10 = Haines 2:31).
  7. ^ Augusta historiaAntonin le Pieux, 12.7.
  8. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8.6; Birley 1990, pp. 148-149.
  9. ^ Grant 1996, pp. 30-33
  10. ^ à b c Gonzalez 2003, p. 727.
  11. ^ Le Bohec 1993, pp. 34-35.
  12. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 08h12; Augusta historiaLucius Verus, 7.1-3.
  13. ^ Grant 1996, p. 30.
  14. ^ Luciano di SamosataAlessandro, 27; Birley 1987, p. 121.
  15. ^ Luciano di SamosataAlessandro, 27; Birley 1987, pp. 121-122. Alexander, voir. Fox 1986, pp. 241-250.
  16. ^ Luciano di SamosataAlessandro, 30; Birley 1987, p. 121.
  17. ^ Birley 1987, p. 278 n. 19.
  18. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 21, 24-25; Cassio Dioné, 71, 2.1; Luciano di Samosata, 21; 24-25; Birley 1987, pp. 121-122; Grant 1996, p. 30.
  19. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8.6; Birley 1987, p. 123.
  20. ^ CIL VIII, 7050; Birley 1987, p. 123.
  21. ^ Incriptiones Latinae Selectae 1097-98; Birley 1987, p. 123.
  22. ^ CIL VI, 41119; AE 1890 151; Incriptiones Latinae Algeriae 02-01, 613; Birley 1987, p. 123.
  23. ^ Birley 2000, pp. 150-164.
  24. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 12h13.
  25. ^ AE 1972 657; Birley 1987, p. 125.
  26. ^ Augusta historiaLucius Verus, 9.2; Birley 1990, pp. 154-155.
  27. ^ Farrokh 2007, p. 164.
  28. ^ Cassio Dioné, 71 2.1.
  29. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8.9.
  30. ^ Birley 1990, pp. 151-154.
  31. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8,7; Birley 1987, p. 122.
  32. ^ Augusta historiaAntonin le Pieux, 07h11; Augusta historiaMarc-Aurèle, 7.2; Birley 1987, p. 103-104 et 122.
  33. ^ Pan. Ath. 203-4, traduit par Cameron 1967, p. 349.
  34. ^ Birley 1987, p. 123, cite Birley 1981, p. 123 ss ..
  35. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8,8; Birley 1987, p. 123, cite Eck 1985, p. 65 ss ..
  36. ^ pignonDe Feriis Alsiensibus Haines 1 = 2,3; Birley 1987, p. 126.
  37. ^ pignonDe Feriis Alsiensibus Haines 3,1 = 2,5, traduit par Birley 1987, p. 126.
  38. ^ pignonDe Feriis Alsiensibus Haines 3,4 = 2,9; Birley 1987, pp. 126-127.
  39. ^ pignonDe Feriis Alsiensibus Haines = 3,6 à 12 2,11 à 19.
  40. ^ pignonDe Feriis Alsiensibus 4 = Haines 2:19; Birley 1987, pp. 126-127.
  41. ^ Birley, Marc-Aurèle, 127.
  42. ^ pignonDe bello Parthico 10 = Haines Haines 02:31 = 02:31).
  43. ^ pignonDe bello Parthico 10 = Haines Haines 2:31 = 02:31), traduit de Birley 1987, p. 127.
  44. ^ pignonDe bello Parthico 1 = Haines Haines 02:21 = 02:31).
  45. ^ pignonDe bello Parthico 2 = 02:31 Haines Haines = 2,21 à 23); Birley 1987, p. 127.
  46. ^ pignonDe bello Parthico 1 = Haines 2,21 traduit de Birley 1987, p. 127.
  47. ^ Dio 71.1.3; Birley 1987, p. 123.
  48. ^ Augusta historiaLucius Verus, 5.8; Birley 1987, p. 123-125.
  49. ^ à b Birley 1987, p. 125.
  50. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 8,9, tr. Magie; Birley 1987, p. 123.
  51. ^ à b Birley 1987, p. 125, H. G. cites Pfalum 1982, n. 139.
  52. ^ à b Augusta historiaAntonin le Pieux, 8,9; Birley 2000, pp. 160-161.
  53. ^ Camodeca 1981, p. 47.
  54. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 1094, 1100; Birley 1987, p. 125.
  55. ^ pignonPour Verum imperatorem 2,6 = 2,84 Haines et suiv., Traduit de Birley 1987, p. 125.
  56. ^ Birley 1987, p. 125, cite Prosopographia imperii romani2 1.4.
  57. ^ Augusta historiaLucius Verus, 8,6, 9,3 à 5; Birley 1987, p. 125.
  58. ^ Birley 1987, p. 125, cite Pfalum 1982, n. 163.
  59. ^ Birley 1987, p. 125, cite C. G. Starr, La marine impériale romaine, (1941), 188ff.
  60. ^ Augusta historiaLucius Verus, 6,7 à 9; Augusta historiaMarc-Aurèle, 8,10-11; Birley 1987, p. 125-6. A propos de la course: Birley 1987, p. 126; Haines 2,85 n. 1.
  61. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 08h11; Birley 1987, p. 125-6.
  62. ^ pignonPour Verum imperatorem Haines 2,6 = 2,86 à 87; Birley 1987, p. 125-6.
  63. ^ Augusta historiaLucius Verus, 6,9; Birley 1987, p. 126; Birley 2000, p. 161.
  64. ^ Birley 1987, p. 126, cite SIG3 1869, 872; HA Hadrien 13.1.
  65. ^ Birley 1987, p. 126, citant Cassiodoro S.A. 162.
  66. ^ Birley, Birley 2000, p. 161, cite la Eph 728, 3072; H. Halfmann, Itinera Principum. Geschichte und der im Reich Kaiserreisen Typologie Römischen (Stuttgart, 1986), 210-11.
  67. ^ Christian Habicht, "Pausanias et la preuve des inscriptions" Antiquité classique 3: 1 (1984), 42-43, citant IErythrai 225.
  68. ^ Augusta historiaLucius Verus, 6,9; Birley 1987, p. 126.
  69. ^ Birley 1987, p. 126; Birley 2000, p. 161.
  70. ^ Dieu 71.3.1; Augusta historiaLucius Verus, 7.1; Birley 1987, p. 126.
  71. ^ Augusta historiaLucius Verus, 9; Augusta historiaMarc-Aurèle, 9.4; Birley 1990, p. 159.
  72. ^ Augusta historiaLucius Verus, 6,7 à 9; Augusta historiaMarc-Aurèle, 8,10-11; Birley 1990, p. 162.
  73. ^ Barry Baldwin, avis sur C.P. Jones' Culture et société en Lucian, American Historical Review 92: 5 (1987), 1185.
  74. ^ Luciano di Samosataimagines, 2; Birley 1987, p. 129.
  75. ^ Augusta historiaLucius Verus, 7.10, traduit par Birley 1987, p. 129.
  76. ^ Luciano di Samosataimagines, 3 traduit par Birley 1987, p. 129.
  77. ^ Lucian, imagines 11, 14-15; Birley 1987, p. 129.
  78. ^ Luciano di Samosataimaginibus Pro, 7; Birley 1987, p. 129.
  79. ^ Augusta historiaLucius Verus, 7.4 et 7.10; Birley 1987, p. 129.
  80. ^ Augusta historiaLucius Verus, 4.4; Birley 1987, p. 129.
  81. ^ Augusta historiaLucius Verus, 4.6, traduit par Magie; cfr. 5.7; Birley 1987, p. 129.
  82. ^ Augusta historiaLucius Verus, 8,7 8,10-11; fronto, Principia Historiae 17 (Haines = 2,217); Birley 1987, p. 129.
  83. ^ Augusta historiaLucius Verus, 6.1; Birley 1987, p. 129.
  84. ^ Augusta historiaLucius Verus, 6.3-4; Birley 1987, p. 129.
  85. ^ Principia Historiae 17 (= Haines 2216-17); Birley 1987, p. 129.
  86. ^ pignonPrincipia Historiae 17 = Haines 2216-217; Juvenal, 10,78; Birley 1987, p. 129.
  87. ^ Leofranc Holford-Strevens, Aulugelle: Un Antonine Scholar et sa réalisation (New York: Oxford University Press, 2005), 2 n. 8.
  88. ^ Cameron 1964, pp. 367-68.
  89. ^ à b Barnes 1978, p. 69. Traductions de Augusta historiaLucius Verus: Magie, ad loc.
  90. ^ Barnes 1978, p. 69.
  91. ^ à b c Birley 2000, p. 162.
  92. ^ pignonPour Verum imperatorem 1.2.19 = Haines 2148-149; Birley 1987, p. 129.
  93. ^ pignonPrincipia Historiae 13 = Haines 2209-11; Birley 1987, pp. 129-130.
  94. ^ pignonPour Verum imperatorem Haines 2,2 = 2,117; Birley 1987, p. 130; Birley 2000, p. 162.
  95. ^ pignonPour Verum imperatorem 2,2 = Haines 2117-19; Birley 1987, p. 130; Birley 2000, p. 162.
  96. ^ Birley 1987, p. 130, cite Panegyrici latine 14 (10) 0,6.
  97. ^ à b Birley 1987, p. 130; Birley 2000, p. 162.
  98. ^ Augusta historiaLucius Verus, 7,7; Augusta historiaMarc-Aurèle, 9,4 à 9; Barnes 1978, p. 72; Birley 2000, p. 163; cf. Barnes également, « La législation contre les chrétiens » Journal of Roman Studies 58: 1-2 (1968), 39; « Certaines personnes dans l'Histoire Auguste » phénix 26: 2 (1972), 142, citant le Abercii vie 44ff.
  99. ^ Birley 1987, p. 131; Birley 2000, p. 163.
  100. ^ à b c Birley 1987, p. 131.
  101. ^ Augusta historiaLucius Verus, 7,7; Augusta historiaMarc-Aurèle, 9.4; Birley 1987, p. 131.
  102. ^ Augusta historiaLucius Verus, 7,7; Birley 1987, p. 131.
  103. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 9.4; Birley 1987, p. 131.
  104. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 9,5 à 6; Birley 1987, p. 131.
  105. ^ Birley 2000, p. 163.
  106. ^ Birley 2000, pp. 161-162, cite Prosopographia imperii romani2 C 874 (Claudio Frontone); Prosopographia imperii romani2 M 348.
  107. ^ CIL II, 1946 (P 875); AE 1947 128; CIL X, 17; CIL III, 1373; AE 1920, 54; AE 1980 818; CIL VIII, 19690; CIL VIII, 4207; RMD-2, 116; RMD-1, 63; AE 1957 199; CIL VIII, 11927; CIL VIII, 1574; AE 1986 528; CIL VIII, 10999.
  108. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 9.1; Augusta historiaLucius Verus, 7.1-2; pignonPour Verum imperatorem Haines 2,3 = 2133; Birley 1990, p. 159; Mattingly 1940Marc-Aurèle et Lucius Verus, 233 et suivants ..
  109. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 8977 (II Adiutrix); CIL VIII, 7050 et CIL VIII, 7051 (Marcianus); Birley 2000, p. 162.
  110. ^ Birley 1987, pp. 130 et 279 n. 38; Birley 2000, p. 163, cite Prosopographia imperii romani2 M 169.
  111. ^ à b Millar 1993, p. 112.
  112. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 29; Birley 1987, p. 130; Birley 2000, p. 162.
  113. ^ pignonPour Verum imperatorem 2.1.3 Haines = 2,133; Astarita 1983, p. 41; Birley 1987, p. 130; Birley 2000, p. 162.
  114. ^ Champlin, "Chronologie", 147.
  115. ^ Astarita 1983, p. 41; Birley 2000, p. 162.
  116. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 1098; Birley 1987, p. 130.
  117. ^ à b c pignonPour Verum imperatorem 2.1.
  118. ^ Dieu 71.3.1; Birley 1987, p. 131; Birley 2000, p. 162; Millar 1993, p. 113.
  119. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 394; 9117; Millar 1993, p. 113.
  120. ^ Titre qu'il a longtemps tenu, avec des hauts et des bas (Farrokh 2007, p. 165).
  121. ^ Birley 1990, p. 163; Birley 2000, p. 162; Mattingly 1940Marc-Aurèle et Lucius Verus, nos. 261ff;. 300 et suiv.
  122. ^ RIC III, Antonin le Pieux à Commodus, n. 511-513 p. 255 et n. 1370-1375 p. 322.
    LUCIUS VERUS RIC III 1371-83001458.jpg.
  123. ^ F.A.Arborio Mella, L'empire perse par Cyrus le Grand à la conquête arabe, Milano 1980 Ed.Mursia, p.333.
  124. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 15.
  125. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 29.
  126. ^ Birley 1990, p. 161; pignonPour Verum imperatorem 2.1.3 = 2133 Haines
  127. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 22.
  128. ^ Birley 2000, p. 163, cite Prosopographia imperii romani2 M 169.
  129. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 15h19; Birley 2000, p. 163.
  130. ^ Luciano di SamosataComment écrire l'histoire, 20, 24 et 28; Mattingly Sydenham, RIC III, p. 199; Ronald Syme, Documents romains V, pp. 689 et suiv.; Birley 2000, pp. 150-164; Augusta historiaLucius Verus, 8,3 à 4; Birley 1990, p. 174; McDowell 1935, p. 124.
  131. ^ à b Birley 1990, p. 174.
  132. ^ Augusta historiaLucius Verus, 8,3 à 4; Birley 2000, pp. 150-164; R. H. McDowell, Pièces de monnaie de Séleucie du Tigre, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1935, 124ff, sur le pillage datant. F.A.Arborio Mella, op.cit., P.334.
  133. ^ à b John F. Matthews, L'Empire romain Ammien (London: Duckworth, 1989), 142-43.
  134. ^ Birley 2000, pp. 163-164.
  135. ^ Ammien 23.6.23-24; McLynn, 334-35.
  136. ^ Augusta historiaMarc-Aurèle, 13,1 à 6; McLynn, 334-35.
  137. ^ AE 1999 1357; AE 1994 910.
  138. ^ AE 1924, 56.
  139. ^ AE 1928, 86.
  140. ^ à b Birley 2000, p. 164.
  141. ^ Birley 2000, p. 164, il cite Alföldy et Halfmann, Iunius Mauricus und die Victoria Parthica, en Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 35 (1979): 195-212 = Alföldy, Römische Heeresgeschichte. Beiträge 1962-1985 (Amsterdam, 1987), 203 et suiv. (Avec addenda, 220-1); pignon, pour amicos 1.6.
  142. ^ Birley 2000, p. 164, cite H. Mattingly, Pièces de monnaie de l'Empire romain au British Museum IV: Antonin le Pieux à Commodus (Londres, 1940), Marc-Aurèle et Lucius Verus, nos. 384 et suiv., 1248 et suiv., 1271 et suivants.
  143. ^ ILS 1098; Birley 1990, pp. 179-180; Mattingly 1940Marc-Aurèle et Lucius Verus, pp. 401 ss ..
  144. ^ Birley 2000, p. 164, cite P. Kneissl, Die Siegestitulatur der Kaiser. Untersuchungen zu den Siegerbeinamen 1. und 2. des Jahrhunderts (Göttingen, 1969), 99 ff.
  145. ^ Birley 2000, p. 164, cite H. Mattingly, Pièces de monnaie de l'Empire romain au British Museum IV: Antonin le Pieux à Commodus (Londres, 1940), Marc-Aurèle et Lucius Verus, nos. 401 et suiv.; AE 1975 785; AE 2001 2154; AE 1998 1626; AE 1997 1332; CIL VIII, 4208; CIL VIII, 2348.
  146. ^ Mazzarino 1973, pp. 335 ss ..
  147. ^ Cassio Dioné, LXXV, 1, 2-3; Grant 1996, p. 32, suggère que l'Arménie aurait pu rester fidèle à Rome au moins jusqu'à la mort Sohaemus d'Arménie (185-192).
  148. ^ Birley 1987, p. 130, cite Prosopographia imperii romani2 C 874.
  149. ^ Birley 2000, p. 164, cite Alföldy, konsulat, 179 et suiv.
  150. ^ Birley 1987, p. 130, cite Prosopographia imperii romani2 M 348.
  151. ^ Birley 1987, p. 130, cite Prosopographia imperii romani2 A 1402f;. 1405; Astarita 1983passim; Syme, Bonner-Historia Augustia Colloques 1984 (= Documents romains IV (Oxford: Clarendon Press, 1988) ,?).
  152. ^ Birley 2000, p. 164, cite Alföldy, konsulat, 24, 221.
  153. ^ Sherman E. Johnson, « Rapport préliminaire sur les inscriptions épigraphiques Trouvé à Sardes en 1958 » Bulletin des écoles américaines de recherche orientale 158 (1960): 6-11.
  154. ^ Elizabeth Grier, « Certains hommes riches du deuxième siècle après Jésus-Christ » Chaque semaine classique 23:15 (1930): 114, citant Forschungen à Éphèse, Veröffentlicht vom Institut Oesterreichischen Archäeologischen (Vienne, HOLDER, 1906-1923) 3,161 n. 80.
  155. ^ C.S. Lightfoot, « Faits et fiction: Le troisième Siège de Nisibe (350 apr. J.-C.), » historia 37: 1 (1988): 106-7.

bibliographie

sources primaires
  • Yonge, Charles Duke, trans. Histoire romaine. Londres: Bohn, 1862. En ligne à Tertullien. Consulté le 15 Août de 2009.
  • Banchich, Thomas M., trans. Un Livret A propos du style de vie et les mœurs des imperatores. Canisius College Textes traduits 1. Buffalo, NY Canisius College, 2009. En ligne à Imperatoribus De Romanis. Consulté le 31 Août de 2009.
  • Haines, Charles Reginald, trans. La correspondance de Marcus Cornelius fronto. 2 vols. ed Loeb. Londres: Heinemann, 1920. en ligne sur l'Internet Archive: Vol. 1, 2. Consulté le 26 Août de 2009.
  • Timothy D. Barnes, Les sources de la « Augusta Historia », Latomus 1978.
  • Galen.
  • à Pisonem de Theriaca.
  • de Antidotis.
  • Luciano di Samosata, Les travaux de Lucien de Samosate, en H.W. chasseur H. G. Fowler (eds), Les travaux de Lucien de Samosate.
  • Alexander.
  • Harmon, A. M., trans. Les travaux de Lucien de Samosate. 9 vol. ed Loeb. Londres: Heinemann, 1936. Alexander en ligne à Tertullien. Consulté le 26 Août de 2009.
  • Quomodo Historia Conscribenda (La façon d'écrire l'histoire).
  • Fowler, H. W. et H. G., trans. Les travaux de Lucien de Samosate. 4 vol. Oxford: Clarendon Press, 1905. La façon d'écrire l'histoire, Volume 2, en ligne à Textes sacrés, sur la base Gutenberg e texte. Consulté le 26 Août de 2009.
  • imagines (Essais en Portraiture [images]).
  • Fowler, H. W. et H. G., trans. Les travaux de Lucien de Samosate. 4 vol. Oxford: Clarendon Press, 1905. Une étude Portrait, Volume 3, en ligne à Textes sacrés, sur la base Gutenberg e texte. Consulté le 26 Août de 2009.
  • imaginibus Pro (Essais en Portraiture Soutenue).
  • Fowler, H. W. et H. G., trans. Les travaux de Lucien de Samosate. 4 vol. Oxford: Clarendon Press, 1905. La défense de la « Portrait-étude », Volume 3, en ligne à Textes sacrés, sur la base Gutenberg e texte. Consulté le 26 Août de 2009.
  • Farquharson, A.S.L., trans. méditations. New York: Knopf, 1946 rept. 1992.
  • Pausanias. Description de la Grèce.
  • Jones, W.H.S. et H. A. Omerod, trans. Description de la Grèce de Pausanias. 4 vol. ed Loeb. Londres: Heinemann, 1918. En ligne à theoi et Persée à Tufts. Consulté le 27 Août de 2009.
  • Philostrate. Heroicus.
  • Abercii vie.
littérature historiographique
  • F.A.Arborio Mella, L'empire perse par Cyrus le Grand à la conquête arabe, Milano 1980 Ed.Mursia.
  • Maria Laura Astarita Avidio Cassio, Rome, Editions de l'histoire et de la littérature, 1983.
  • Anthony Richard Birley, Le Fastes de la Grande-Bretagne romaine, 1981.
  • Anthony Richard Birley, Marco Aurelio, Milano, Rusconi, 1990 ISBN 88-18-18011-8.
  • Anthony Richard Birley, Marc-Aurèle: Une Biographie, Londres, Routledge, 1987 ISBN 0-415-17125-3.
  • Anthony Richard Birley, Hadrien aux Antonins, en L'histoire ancienne Cambridge, XI: Le Haut Empire, après Jésus-Christ 70-192, 2000, pp. 132-194, ISBN 978-0-521-26335-1.
  • Alan Cameron, Allusions littéraires dans l'Histoire Auguste, en Hermès, 92, 3, 1964.
  • Alan Cameron, Anthony Birley de: « Marc-Aurèle », en Classical Review, vol. 17, nº 3, 1967, pp. 347-350.
  • Giuseppe Camodeca, La carrière du préfet prétorienne Sex.Cornelius Repentinus dans une nouvelle Puteolana d'inscription, en Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, vol. 43, 1981.
  • Edward Champlin, La chronologie des fronto, en Journal of Roman Studies, vol. 64, Londres, 1974, p. 136-159.
  • Edward Champlin, Fronto et Antonine Rome, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1980 ISBN 0-674-32668-7.
  • Werner Eck, Die Statthalter Germanische Provinzen der vom 1. - 3. Jahrhundert, 1985.
  • Kaveh Farrokh, Ombres dans le désert: Perse antique à la guerre, Osprey Publishing, 2007 ISBN 1-84603-108-7.
  • Jaap-Jan Flinterman, La date de la visite de Lucian à Abonuteichos, en Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, vol. 119, 1997.
  • Robin Lane Fox, Païens et chrétiens, Harmondsworth, Penguin, 1986.
  • J.R.Gonzalez, Historia del las Legiones Romanas, Madrid, 2003..
  • Michael Grant, Le point d'orgue de Rome: Les réalisations finales du monde antique, AD 161-337, Boston, Little, Brown, 1968.
  • Michael Grant, Les Antonins: l'Empire romain en transition, New York, Routledge, 1996 ISBN 978-0-415-13814-7.
  • Pierre Grimal, Marco Aurelio, Milano, Garzanti, 2004 ISBN 88-11-67702-5.
  • Yann Le Bohec, L'armée romaine. Les armes impériales par Auguste à la fin du IIIe siècle, Roma, Carocci, 1993 ISBN 978-88-430-1783-6.
  • Harold Mattingly Edward Allen Sydenham, Le Roman Imperial Coinage, vol.III, Antonin le Pieux à Commodus, Londres 1972.
  • Frank McLynn, Marc-Aurèle: Guerrier, Philosophe, empereur, Londres, Bodley Head, 2009 ISBN 978-0-224-07292-2.
  • Fergus Millar, Proche-Orient romain: 31 BC - AD 337, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1993 ISBN 0-674-77885-5.
  • H. G. Pfalum, Les carrières procuratoriennes sous le Haut équestres-Empire romain I-III, Paris, 1960-1961; supplément 1982.