s
19 708 Pages

Bataille de Fleurus (1794)
une partie de Guerre de la Première Coalition
Bataille de Fleurus 1794.JPG
date 26 juin 1794
lieu Fleurus, Belgique
résultat Victoire française
Combatants
Autriche Autriche
Kgr hanover flagge.jpg Hanovre
Royaume-Uni grande-Bretagne
France France
Les commandants
prince Prince Josias de Saxe-Cobourg-Saalfeld, général Jean-Pierre de Beaulieu Jean-Baptiste Jourdan
efficace
52.000 hommes C.A. 75.000 hommes C.A.
pertes
2.300 morts, blessés et prisonniers. 4000 C.A. tués et blessés
Les rumeurs de batailles sur Wikipédia

la Bataille de Fleurus la 1794 (Belgique) Il a été combattu le 26 Juin entre les troupes révolutionnaires françaises commandées par le général Jourdan et les troupes alliées de l'Autriche, Hanovre et l'Angleterre dirigé par Prince de Cobourg et son général Jean-Pierre de Beaulieu, dans le cadre de la guerre première coalition.

fond

après la Bataille de Tourcoing (17- 18 mai 1794) à Jourdan, il reçut le commandement des Ardennes et quatre divisions de l'armée »armée du Nord pour un total d'environ 96.000 efficace. Ce nouveau groupe a été appelé l'armée de Sambre et Meuse et fut chargé d'occuper la place Charleroi.

Le 12 Juin, la ville a été attaquée par les troupes françaises de Jourdan sous la supervision du membre Comité de la Sécurité publique Louis de Saint-Just. Quatre jours après une force austro-néerlandaise d'environ 46 000 hommes, il a attaqué le français en les forçant à battre en retraite au-delà de Sambre. Mais le 18 Juin à Charleroi Jourdan il a attaqué à nouveau revient à nouveau et en pressant le siège. La ville se rendit le 26 Juin au moment où il vient à l'aide de l'armée du prince Coburg.

Développement de la bataille

L'armée autrichienne et ses alliés, comprenant environ 50 000 efficaces, sous le commandement du prince de Cobourg et le général Jean-Pierre de Beaulieu Il a essayé de desserrer le siège de Charleroi attaquer les Français à l'aube le 26 Juin (le prince de Cobourg était inconnu à l'accord déjà écoulé entre la ville et le général Jourdan pour le rendement qui aura lieu le même jour). Une partie des troupes alliées, la commande de Archduke Carlo et Prince d'Orange Il avait déjà occupé la région autour de la ville et la reddition de la ville fait les commandants hésitants. Il a profité de l'occasion générale Jean-Baptiste Kléber, commandant l'aile gauche du déploiement français, d'attaquer et de les rendre, remonter dans les camps de Chapelle d'Erlemont (dans cette attaque est particulièrement distingué Jean-Baptiste Jules Bernadotte, avenir Maréchal de France et alors Roi de Suède, Ici, il a obtenu le grade de major général).

Même l'attaque frontale des colonnes de Beaulieu générale comprend brisé dans la résistance opposée par le général Lefebvre et Jean Étienne Championnet et Beaulieu, entendant les nouvelles de la reddition de Charleroi, a décidé de prendre sa retraite. La même pensée et fait commandant en chef de la coalition, le prince de Cobourg. La bataille qui a eu lieu sous un soleil brûlant, avait fini avec la victoire française et le retrait des troupes alliées Bruxelles. Les Français, à court de munitions, pas incalzarono l'ennemi. Au cours de la bataille, l'armée française est servie, première fois dans l'histoire, une ballon sur lequel ils avaient pris place des observateurs militaires sous le commandement d'un capitaine, d'avoir des informations immédiates sur le déploiement et sur les mouvements de l'ennemi. L'utilisation de ce milieu, fortement encouragé par Lazare Carnot, Il ne dit pas avoir produit d'excellents résultats. Napoleone Bonaparte refusera de l'utiliser dans ses actions militaires comme étant trop lent et dangereux, ou si vous connaissez d'autres utilisations telles bataille sauf que, pour la première fois à Fleurus, alors que American Civil War.

conséquences

Même dans les pertes Fleurus étaient plus élevées que celles du gagnant du perdant (et beaucoup, dans le cas de Fleurus) et là encore la victoire était due principalement à la compétence des Français, l'attitude hésitante et méprisante des dirigeants alliés, en particulier le prince Coburg, qui il était le commandant en chef. Et comme à Valmy la bataille, inattendue, je suscité beaucoup d'intérêt dans les Français et la conviction que le monde politique révolutionnaire de l'armée révolutionnaire française a pu résister à toute l'Europe en dépit de ses lacunes, tant du point de vue logistique cette expérience militaire. Du point de vue politique, d'ailleurs, la fin de la menace immédiate aux fruits de la Révolution est devenu, aux yeux des Français, inutile et insupportable le régime répressif et les contraintes économiques de la Terreur: un mois seulement après la victoire du Jourdan Prise de vue de l'Etat 9 thermidor (27 Juillet) a terminé la terreur culminant avec l'exécution de Robespierre le lendemain[1]. Les conséquences stratégiques ont été le retrait des Autrichiens de la Belgique et les Pays-Bas, qui est devenu si illusionné expansionnisme français. Dans la bataille se distingue des officiers français qui deviennent alors célèbre les campagnes de Napoléon.

notes

  1. ^ Jacques Godechot - Révolution et contre-révolution en France et en Europe dans « L'histoire » et UTET. Mondadori 2007, vol. 10 p. 266

D'autres projets

autorités de contrôle GND: (DE4402010-7