s
19 708 Pages

Gioacchino Murat
Murat2.jpg
Roi de Naples
crête
au bureau 1 Août 1808 - 3 mai 1815
prédécesseur Giuseppe Bonaparte
successeur Ferdinand I
Grand-duc de Berg et de Clèves
au bureau 25 décembre 1805 - 1 Août 1808
prédécesseur titre créé
successeur Louis Napoleon Bonaparte
naissance Labastide-Fortunière, France, 25 mars 1767
mort Pizzo, Royaume de Naples, 13 octobre 1815 (48 ans)
enterrement Eglise de San Giorgio
Maison Royale Murat (famille)
père Pierre-Murat Jordy
mère Jeanne Loubières
épouse Carolina Bonaparte
enfants Achille Murat
Letizia
Napoleone Luciano Carlo
Luisa Giulia Caroline

Gioacchino Murat, né Joachim Murat-Jordy (Labastide-Fortunière, 25 mars 1767 - Pizzo, 13 octobre 1815), Il a été un général français, Roi de Naples et Le maréchal de l'Empire avec Napoleone Bonaparte.

Il était le plus jeune des onze enfants d'un couple d'hôteliers, Pierre Murat Jordy et son épouse, Jeanne Loubières. Ils géraient les biens communs et les avantages ecclésiastiques du prieuré de La Bastide-Fortunière (de 1763) et du prieuré Anglars (A partir de 1770). Il est devenu un frère de Napoléon Bonaparte mariait Carolina Bonaparte, sœur cadette de l'empereur.

biographie

En tant que fils d'un roi hotelier

Murat est un excellent exemple de mobilité sociale qui caractérise l'époque napoléonienne (et même les fins tragiques de nombreuses carrières éblouissantes). Maintenant, pour la carrière ecclésiastique, il est parmi les séminaristes Cahors, puis à la Lazaristes de Toulouse. Il se préparait pour le noviciat des prêtres, mais il était un amoureux de la bonne vie, contracté des dettes et craignant la colère de son père se sont enrôlés, le 23 Février 1787, dans les « Chasseurs Ardennais », puis dans le 12e régiment de chasseurs à cheval, des unités de cavalerie a recruté des hommes gras. Éduquée, il se distingua tôt, mais 1789 il a été expulsé pour insubordination et est retourné à la maison de sa famille.

Il l'a fait pendant un certain temps le temps de la profession du père puis enrôla, il faisait partie de la garde constitutionnelle Louis XVI. A la chute de la monarchie, il rejoint le révolutionnaire de l'armée et est rapidement devenu officiel.

en 1795 Il était à Paris pour le soutien napoléon contre soulèvement loyaliste et suivi dans Campagne italienne. en 1796 Il a pris part à la Bataille de Bassano où il commandait une cavalerie dont les charges sont d'une importance décisive pour le succès de l'affrontement[1]. en 1797, lors d'une visite au château de Mombello, il a rencontré Carolina Bonaparte, sœur cadette napoléon, qui est tombé en amour avec lui[2].

En mai 1798, il a navigué de Gênes à bord du 'Artémise et il a pris part à la campagne égyptienne, où il a été nommé général et a joué un rôle dans victoire d'Aboukir contre les Turcs. activement participé à la coup de 18 Brumaire 1799 et il est devenu commandant de la garde du Premier Consul. L'année suivante, le 20 Janvier, il a épousé Carolina Bonaparte, avec qui il a eu quatre enfants, deux garçons et deux filles.

Elu en 1800, adjoint de son département, la lot, puis il a nommé commandant de la première division militaire et gouverneur de Paris, à la tête de soixante mille hommes, en 1804 il a été nommé Le maréchal de l'Empire et deux ans plus tard « grand-duc de Clèves et de Berg », un titre qu'il a laissé à son neveu Louis Napoleon Bonaparte (Son-frère Luigi Bonaparte), Après être devenu Roi de Naples.

soldat Murat

Grand soldat et grand commandant de cavalerie, était avec Napoléon dans toutes les campagnes, sans renoncer à leurs opinions quand il est opposé à l'exécution du Duc d'Enghien. Il était en effet un combattant né, un homme méprisant de danger, prêt à attaquer, même si la situation était risquée et dangereuse: le courage dont il n'a jamais fait défaut. Sur son sabre, il avait gravé: « L'honneur et les femmes[3]

Plusieurs fois la charge écrasante de sa cavalerie avait résolu en faveur des Français une situation critique, comme cela est arrivé dans Bataille d'Eylau, et était cruciale pour le succès du coup bonapartiano sa contribution le 18 brumaire, quand, en même temps que Leclerc, Il commandait les troupes qui étaient stationnées à Saint-Cloud devant la salle où était réuni le Conseil des Cinq-Cents. Toutefois, aucun militaire a excellé dans l'art et quand le courage et le mépris du danger devaient céder la place à froid calcul, la capacité immédiate d'évaluer la situation sur le champ de bataille et leurs décisions stratégiques, n'a pas montré de grandes qualités: on peut dire que au combat, il avait beaucoup plus de courage (et le cœur) la tête.

Gioacchino Murat
Murat à la bataille d'Aboukir, de Antoine-Jean Gros, 1807

Il exprime bien cet aspect, comme le prétend le général Savary sur le comportement imprudent Murat Bataille de Heilsberg (10 Juin, 1807): » ... il serait préférable qu'il [Murat] étaient équipés avec moins de courage et un peu plus de bon sens! »[4] Tout aussi significatif des qualités et des défauts du maréchal sont deux incidents qui se sont produits entre Bataille d'Ulm et celle de Austerlitz.

Le 12 Novembre 1805 Murat est venu en vue Vienne, déclarée par les Autrichiens "ville ouverte« Et était sur le point de traverser la Danube dans la banlieue de la ville en utilisant le dernier pont restant accessible, qui un contingent d'ingénieurs autrichiens était prêt à exploser. Ne pas être en mesure de prendre le pont d'assaut, craignant que la bombe ennemie n'exploser les mines, et Murat Lannes, accompagnés de leur ensemble du personnel, ils ont fait preuve sur la rive sud du Danube dans le défilé uniforme complet et se mit à marcher à travers les cris de pont « Armistice, Armistice » et de sport de grands sourires. Les officiers autrichiens qui dirigeaient les opérations de Sappers étaient abasourdis et ne pas osé ouvrir le feu sur le groupe d'officiers supérieurs français, ne semble pas, à l'époque, belliqueux. Ils ont traversé le pont et dès qu'il est arrivé sur la rive nord ont abandonné les sourires et leurs épées tirées, se sont précipités sur la bombe le plus proche neutralisation. A ce moment, une colonne de grenadiers du général français Oudinot, qui avait été caché dans les bois sur la rive sud, à travers une étape de chargement du pont et facilement surmonté le département autrichien Sapeurs: le pont était donc à moins que et les troupes de Murat et Lannes pourraient traverser en toute sécurité.[5] L'incident grandement amusé napoléon que « il a oublié » comme un précédent, la récente erreur en droit.

Peu après, cependant, quelques semaines avant Bataille d'Austerlitz, à Hollabrunn, tandis que l'armée française tente d'encercler la Russie Koutouzov, Murat a été convaincu par le général russe Wintzingerode, est arrivé à négocier, de conclure, sans avoir le pouvoir d'une trêve qui a été le seul résultat de permettre au général russe Bagration à se détacher de l'emprise qu'il avait été obligé de couvrir la retraite de camarade Koutouzov.

Gioacchino Murat
Murat à Naples, de François Gérard, 1812

Voici ce qu'elle a écrit Napoléon enragé quand il a appris la trêve que le frère avait signé avec imprudents le Wintzingerode rusée: « Votre travail est vraiment inadmissible, et je n'ai pas de mots pour exprimer pleinement mes sentiments! Vous êtes seulement un commandant de mon avant-garde et n'a pas le droit de conclure un armistice sans mon ordre spécifique à cet effet. Vous avez jeté l'air tous les avantages d'une campagne entière. Briser immédiatement la trêve! Attaque l'ennemi! Marcia! Détruire l'armée russe! Les Autrichiens se laissent berner au pont de Vienne, mais vous maintenant que vous avez laissé duper par l'aide d'un tsar ».[6] Inutile de dire que Murat n'a pas besoin d'être dit, mais maintenant la plus grande partie des troupes Bagration a été secouru.

En 1808, Murat a été envoyé à l'Espagne, où la férocité réprimées soulèvement le peuple de Madrid contre l'occupation française.

Murat à Naples

en 1808 Napoléon l'a nommé Roi de Naples, après que le trône soustrait à bourbon Il était devenu vacant par la nomination de Giuseppe Bonaparte Roi d'Espagne. A Naples le nouveau roi, maintenant connu sous le nom « Gioacchino Napoleone », a été bien accueilli par les gens qui ont apprécié le beau, le caractère sanguin, le courage physique, le goût du spectacle et quelques tentatives pour remédier à la misère, mais était au contraire haï par le clergé.[7]

Gioacchino Murat
Murat a visité le Albergo réel des pauvres, de Benjamin Rolland.

Après une expédition militaire fulgurante qui lui a permis de chasser les Anglais de 'Isle of Capri, Pendant son court règne, Murat fondé par décret du 18 Novembre 1808, la Corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées (L'origine de Faculté de génie à Naples, la première en Italie) et le président de la agraire la même université par décret du 10 Décembre 1809, mais il a condamné la fermeture par décret du 29 Novembre 1811, l'ancien Ecole de médecine de Salerne. En outre commencé grands travaux publics non seulement à Naples (le pont Santé, via Posillipo, de nouvelles fouilles dans Herculanum, le Champ de Mars, etc.), mais aussi dans le reste du Royaume (éclairage public Reggio de Calabre, le projet du Nouveau Village Bari, la remise en état de port de Brindisi, la mise en place de 'Hôpital San Carlo de puissance etc.). L'approbation de la population pour son travail a été payé de retour par le même souverain, qu'il se faisait appeler toute la ville Torre Annunziata, et a changé son nom Gioacchinopoli.

Le 1er Janvier, 1809, Murat introduit dans le royaume code Napoléon, que, parmi les différentes réformes, légalisé, pour la première fois dans la péninsule, divorce, la mariage civil et l 'adoption, quelque chose qui n'a pas été apprécié par le clergé, qui ont perdu le pouvoir de gérer les politiques familiales. La noblesse apprécié les charges et la réorganisation de l'armée sur le modèle français, qui offraient de bonnes possibilités de carrière. Les Lettrés apprécié la réouverture de 'Académie Pontaniana à travers le travail d'intellectuels qui se sont réunis à la résidence de Giustino Fortunato, et la mise en place de la nouvelle Académie royale, et l'attention technique aux études scientifiques et industrielles.

Cependant le plus malheureux étaient les commerçants, auxquels le blocus imposé à Naples gâchée par les entreprises du commerce britannique (bloc contre lequel même Murat toléré et a favorisé la contrebande, ce qui était une autre raison de lui accorder la faveur populaire). Très efficace, même si elle est menée avec des méthodes de cruauté choquante, a été la répression banditisme confié d'abord au général Andrea Massena puis au général Charles Antoine Manhès.

Le 11 Juin, 1809 Il a fondé le Conseil suprême de Naples (appelé Deux-Siciles) de Rite Ecossais Ancien et Accepté, dont il est le premier grand commandant souverain jusqu'en 1815[8].

en 1810 pendant trois mois Murat a gouverné le royaume des hauteurs de Piale (Fraction actuellement Villa San Giovanni, en province de Reggio de Calabre). Il, passant de Naples pour gagner la Sicile (Où il avait fui le roi Ferdinand I sous la protection des Britanniques, une armée qui campait à Punta Faro Messina), Elle est venue Scilla 3 juin 1810 et il y est resté jusqu'au 5 Juillet, quand il a été achevé le grand camp calabraise Piale.

Gioacchino Murat
Carolina Bonaparte à Naples, de Giuseppe Cammarano.

En bref séjour, Murat construit trois forts Tour de cheval, Altafiumara et Pialé, ce dernier avec tour télégraphique (Telegraph Chappe). Le 26 Septembre de la même année, en notant la tâche difficile de la conquête Sicile Aussi pour le petit soutien indéfectible de Napoléon, le camp de Murat rejette Piale et conduit à la capitale. Enfin, ne pas sous-estimer le rôle joué dans la période Murat du gouvernement par sa femme Carolina, femme intelligente, bien que très ambitieux.

batailles récentes avec Napoléon

Son nouveau rôle en tant que roi ne l'a pas empêché de participer à Grande Armée, un campagne de Russie de 1812, sous le commandement de cavalerie napoléonienne et contingent de soldats du royaume de Naples: Sa conduite dans la bataille était, comme toujours, excellent. Sa charge en Bataille de Moscou Il a décidé le sort du même en faveur de l'armée napoléonienne. Il était sous son impétuosité que Murat, responsable de l'exploitation de l'avant-garde de l'armée napoléonienne, avec sa colonne serrée de cavalerie envahi Moscou et il est venu kremlin.[9]

Donc, il était pendant la retraite et 5 Décembre 1812 Napoléon, laissant rentrer à Paris, lui a donné le commandement de ce qui restait de Grande Armée.[10] Cependant Murat, qui est arrivé à Poznań, Il a laissé se tourner vers le commandement de l'armée française Eugenio di Beauharnais 16 janvier 1813 et elle est allée à la hâte à Naples. De cette période, les premières négociations avec les Autrichiens, influencés par les conseils de la reine Caroline. Il est revenu, mais à côté de Napoléon dans le temps de se battre dans Dresde et Leipzig, après quoi il a quitté l'armée.

trahison

en arrivant à Milan 8 novembre Murat fit dire à l'ambassadeur d'Autriche à être prêt à laisser le champ napoléonienne et deux mois plus tard (Janvier 1814) a été signé un traité d'alliance entre l'Autriche et le Royaume de Naples. Les nouvelles envoyées à lui par Eugenio di Beauharnais, Napoléon est venu alors qu'il était engagé dans la défense du sol français, le soir du 6 Février et ainsi réagi:

» ... ne peut pas être! Murat, à qui je donne ma sœur! Murat, à qui je donne un trône! Eugene doit avoir été trompé. Il est impossible que Murat a déclaré contre moi. »

(Napoleone Bonaparte.[11])

Murat, confronté au choix de perdre ce royaume qui avait laborieusement construit et mis la situation financière après le court règne Giuseppe Bonaparte, récemment diplomate circonspect a choisi ce qui était la trahison. Outre ses relations avec Napoléon lui-même, il avait depuis longtemps tellement détériorée que le frère illustre, en oubliant souvent les liens familiaux qui les liaient, et en tout cas lui toujours considéré comme un « vassal ».[12] Dans le traité Autriche garanti à Murat ses états (y compris la Sicile),[13] plaçant ainsi une hypothèque sur les décisions du Congrès de Vienne, qui, au début, il ne voulait pas le priver du royaume de Naples, soutenu en cela aussi d'Angleterre, qui avait officiellement reconnu le Traité de Janvier.[14]

Nouveau changement de bord et à l'automne

Gioacchino Murat
Le tournage de Gioacchino Murat

Le 1er Mars 1815 napoléon Il a atterri près Cannes, après s'être échappé de l'île d'Elbe, et le 5 Mars, Murat a écrit à la cour de Vienne et à Londres, que tout ce qui avait été le sort de Napoléon après Rentré en France à partir de l'île d'Elbe, il restera fidèle à l'alliance avec les deux états,[15] aussi bien qu'il a demandé au frère même de lui écrire que « le passé entre eux n'existait plus » et le pardon de sa conduite l'année dernière, aussi particulièrement recommandé de rester en accord avec les Autrichiens et les tenir simplement si elles avaient marché contre France.[16] Mais déjà le 19 du même mois, craignant les intentions de restauration de Bourbon sur les territoires de son règne, il a envahi l'Etat pontifical avec une armée de 35.000 hommes.[17] Murat est allé plus loin encore au nord, est venu avec son armée légations, policée par l'armée autrichienne qui, après quelques tentatives de résistance, se retira, laissant Murat aussi la ville de Bologne, où il est entré dans le 2 et le 8 Avril Avril a été présenté à ses plénipotentiaires à Vienne une note dans laquelle, tout en protestant contre l'attitude autrichienne, a réitéré sa volonté de respecter les accords de Janvier 1814.[17] La réponse de la diplomatie autrichienne a été rapide: le 10 du même mois, le ministre autrichien Metternich Il avait à Murat Plénipotentiaires la déclaration de guerre et 28 Avril Autriche a signé un traité d'alliance avec Ferdinand Ier des Deux-Siciles[18] et la souveraineté de ce dernier sur le royaume de Naples et de la Sicile a été ratifiée par le plus tard le Congrès de Vienne.

Murat a été vaincu par les Autrichiens, premier Occhiobello, puis, après une retraite par FAENZA et forlì, occupé par Adam Albert von Neipperg, à Tolentino (2 mai 1815); la prochaine traité Casalanza (20 mai 1815), signé à Capua au nom du même Murat par Pietro Colletta et Michele Carrascosa, enfin fait sa chute et le retour des Bourbons sur le trône.

Gioacchino Murat
Murat statue sur la façade de Palais Royal de Naples.

Pendant ce temps Murat, après la défaite de Tolentino et après avoir émis le 12 mai, le célèbre proclamation, faussement en date du 30 Mars, 1815[19] et dédié aux Italiens, qui ont appelé la révolte contre les nouveaux maîtres, se présentant comme un porte-étendard de leur indépendance, il a commis une de ses erreurs passées. Il avait l'intention d'apporter Gaeta pour défendre son royaume maintenant perdu, mais ses courtisans l'ont forcé à quitter le France pour aller se battre avec Napoléon. Il a été convenu que la reine resterait dans Naples pour traiter les Britanniques et 19 mai à 8 heures, il a quitté sa cour et sa famille:[20] personne ne jamais les revoir. Le matin du 20 mai, il embarqua pour Ischia et a réussi à atterrir en Cannes 25 mai. Ici, je promenais longtemps pour Provence, dans l'espoir que le frère illustre, repris le pouvoir après s'être échappé de 'Île d'Elbe, Je rappelle dans l'armée. Mais Bonaparte, non seulement ne l'a rappelé, mais il a posé, par un envoyé du ministre des Affaires étrangères Caulaincourt, de rester loin de Paris et de séjourner dans Grenoble et Sisteron.[21] Le Murat veut pas à ses côtés était une erreur de regret par Napoléon lui-même dans ses mémoires: la Belgique « et il aurait pu nous amener la victoire: qui avait besoin à certains moments de la journée de Waterloo? Pour briser trois ou quatre places de l'anglais: maintenant Murat était admirable pour un tel besoin; Ce fut précisément l'homme de la chose; jamais, la tête de la cavalerie, il a été vu un plus déterminé, plus intelligent, plus courageux que lui. "[22] Après avoir pris connaissance de la défaite de Napoléon à Waterloo, où l'empereur avec 120000 hommes ne pouvait pas défendre son empire[23], Murat et ayant une taille de quarante-huit mille francs sur la tête, mis à disposition par le marquis de Rivière[24], Murat lui-même un homme qui l'avait sauvé de la potence, le roi de Naples se réfugie en osant Corse, où il est arrivé le 25 Août 1815, et qu'il fut bientôt entouré par des centaines de ses partisans. En attendant un passeport trop longtemps de l'Autriche pour atteindre son épouse Caroline à Trieste et avoir des informations fausses sur le mécontentement des Napolitains, était persuadé d'organiser une expédition pour récupérer le royaume de Naples. L'expédition, mis en place à la hâte et forte de 250 hommes, partirent de Ajaccio 28 septembre 1815. Murat voulait premier atterrissage près de Salerne, mais pris en otage par une tempête en Calabre et livré par la tête du Bataillon Courrand[25], Il a débarqué le 8 Octobre dans le petit port Pizzo.

Gioacchino Murat
Le château aragonais à Pizzo Calabro, un lieu d'emprisonnement et l'exécution de Gioacchino Murat.

Interceptés par la gendarmerie Bourbon sous le commandement du capitaine Trentacapilli, il était de ces arrêtés et enfermés dans les prisons du château local. Informé de la capture de l'ancien dirigeant, le général Vito Nunziante (Tel que gouverneur militaire de la Calabre) se précipita incrédulité de Monteleone, où il était, de chercher à assurer l'identité du prisonnier. Ferdinand IV, de Naples, il a nommé une commission compétente juge militaire Joachim, composé de sept juges et présidé par Vito loyaliste Nunziante, que le roi avait ordonné d'appliquer la peine de mort en vertu du Code pénal promulgué par le Gioacchino Murat, qui a fourni le maximum punition pour ceux qui avaient fait l'auteur des actes révolutionnaires,[26] et seulement accorder au condamné une demi-heure pour obtenir la consolation spirituelle.

Gioacchino Murat
Sentence condamnant à mort de Gioacchino Murat conservé dans les archives historiques de Naples.

En écoutant la peine capitale Murat n'a pas été impressionné. Il a demandé d'écrire une dernière lettre à sa femme et ses enfants en français (dont ils étaient assis sous la protection du drapeau britannique, ont été transférés plus tard par les Autrichiens[27] à Trieste), Qui a remis à Nunziante dans une enveloppe avec quelques mèches de ses cheveux. Il voulait se confesser et communier, avant d'affronter l'équipe de tir était en avance, et il a été tourné en Pizzo Calabro 13 octobre 1815. Devant une équipe de tir se comportait très fermement, refusant d'être les yeux bandés. Il semble que ses derniers mots ont été:

(FR)

Mais le visage Sauvez - mon coeur Visez - feu!»»

(IT)

« Enregistrer mon visage, ciblé au cœur, le feu! »

(Gioacchino Murat)

Charles Gallois, presque comme un chroniqueur, nous dit: « Les soldats ont été déplacés, deux coups de feu partent sans le toucher. « Pas de grâce! Commençons! Le feu! » Cette fois dix coups de feu a explosé en même temps; 6 balles l'ont frappé. Elle est restée debout pendant un moment. Puis il tombe à terre frappé par la foudre ».[28]

Gioacchino Murat
Plaque commémorant le lieu de sépulture de Murat dans Gioacchino l'église de San Giorgio Matrix à Pizzo Calabro.

Après s'être débarrassé d'un tel rival dangereux, Ferdinand de Bourbon Pizzo lui a décerné le titre de « loyal » et accordé au Nunziante général de la succession et le titre de Marquis de San Ferdinando di Rosarno.[29]

Plus tard, des rumeurs ont circulé que Murat croyait que la victime d'un complot concocté par Giustino Fortunato et Pietro Colletta, qu'ils auraient attiré en Calabre en leur faisant croire qu'ils ont reçu et acclamé par le royaume, mais l'histoire se est sans fondement.[30] Huit jours après la fusillade a été nommé le Nunziante général Marquis comme le lieutenant qui a effectué le tir est devenu commandant. Sull'epilogo la vie de son frère Napoleon Murat a exprimé dans ses actes de procédure, un jugement lapidaire:

« Murat a tenté de reprendre ce territoire avec deux cents hommes qui avaient échoué à tenir quand il était à la disposition de quatre-vingt mille. »

(Napoleone Bonaparte[31])
Gioacchino Murat
L'église de San Giorgio Matrix à Pizzo Calabro, un lieu de sépulture de Gioacchino Murat.

Murat est commémoré aujourd'hui par une plaque dans le présent Cimetière du Père Lachaise, à Paris, même si elle déclare qu'elle ne soit pas réellement enterrée, mais son corps a été perdu ou détruit après son exécution. D'autres disent qu'il a été enterré dans une église à Pizzo Calabro, rendant le déménagement de son corps que possible par la suite. En vérité, son corps a été enterré dans l'église de Saint-Georges, dans une fosse commune. Une plaque sur le sol au milieu de l'allée, vous souvenez-vous de l'enterrement dans ce temple.[32]

descendance

Gioacchino Murat
Jeune Luciano Murat Painted présent à Reggia di Caserta, Rolland Benjamin, 1811.

de Carolina Bonaparte Gioacchino Murat avait quatre enfants:

  • Napoleone Achille, (Paris, 1801 - Wacissa, 1847), Émigré 1821 en USA où a épousé Catherine Willis, un neveu George Washington.
  • Letizia (Paris, 1802 - Bologne, 1859), Marié le marquis de l'ancienne noblesse bolognaise Guido Taddeo Pepoli (1823), Dont elle avait Gioacchino Napoleone Pepoli.
  • Napoleone Luciano Carlo, (Milan, 1803 - Paris, 1878), Prince de Pontecorvo, Il a rejoint son frère Achille aux Etats-Unis (1825) Où il épousa. Il est retourné en France en 1848 et il a été nommé Ambassadeur de France turin (1849 - 1850). cousin Napoléon III Il l'a nommé sénateur et lui a donné le titre de noble prince.
  • Luisa Giulia (1805 - 1889). Elle a épousé le comte Ravenne Giulio Rasponi, dont l'union sont nés: Gioacchino Murat Rasponi, Achille Murat Rasponi et Letizia Rasponi Murat, mère Gabriella Spalletti Rasponi.

ascendance

Joachim Murat, roi de Naples père:
Pierre-Murat Jordy
Grand-père paternels:
Guillaume Murat
grand-père paternel:
Pierre Murat
père Grand-mère:
Catherine BADOURES
grand-mère paternelle:
Marguerite Herbeil
grand-père paternel:
Bertrand Herbeil
père Grand-mère:
Anne Roques
mère:
Jeanne Loubières
Grand-père maternel:
Pierre Loubières
Grand-père maternel:
?
Maternelle Grand-Mère:
?
grand-mère maternelle:
Jeanne Viellescazes
Grand-père maternel:
?
Maternelle Grand-Mère:
?

honneurs

l'image du ruban pas encore présent 2e Grand Maître du Grand Orient de Naples Rite Français réformé (royaume de Naples)
- 20 Juillet 1808
l'image du ruban pas encore présent 1er Souverain Grand Commandeur du Conseil suprême de l'Ancien et Accepté Rite écossais (dit de Naples ou les Deux-Siciles) (royaume de Naples)
- Janvier 1809
Grand Maître de l'Ordre royal des Deux-Siciles (Royaume des Deux Siciles) - par ruban uniforme ordinaire Grand Maître de l'Ordre royal des Deux-Siciles (Royaume des Deux-Siciles)
Chef de la 2e cohorte de' src= Chef de la 2e cohorte de l'Ordre de la Légion d'honneur décoré du Grand Collier (pas statuaire du mérite) (Empire français)
Grand Aigle de' src= Grand Aigle Ordre de la Légion d'honneur (empire français)
- Février 1 1805 (13 pluvieux XIII)
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre de la Toison d'Or (branche espagnole)
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre royal des Pays-Bas (Royaume des Pays-Bas)
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de la Couronne de Westphalie (royaume de Westphalie)
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de la Couronne de fer (Royaume d'Italie, Napoléon)
chevalier de' src= Black Eagle suprême Chevalier de l'Ordre (Royaume de Prusse)
- 18 mai 1805
chevalier de' src= Chevalier Impérial de Saint-André Apôtre « le premier appelé » (Empire russe)
- Tilsit, 9 juillet 1807
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de la Couronne Dynastique Fiorita (royaume de Saxe)
Dresde, 12 juillet 1807
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre du mérite sous le titre de Saint-Joseph (Grand-Duché de Toscane puis Würzburg)
- Almanach impérial de 1810

Cinéma et télévision

  • Les beaux jours du roi Murat, Théophile Pathe, (1946), Alfred Adam.
  • Les grands caméléons, Série TV Edmo Fenoglio (1964), avec Glauco Onorato dans la partie de Murat
  • Murat, de Silverio Blasi (TV, 1975), avec Orso Maria Guerrini dans le rôle du roi Gioacchino
  • Napoléon (Mini-série TV, 2002), de Yves Simoneau, avec Claudio Amendola
  • Focus sur moi, direct Lamberto Lambertini, (2006), Omar Sharif

notes

  1. ^ A.Hilliard Atteridge,Joachim Murat marchal de France et roi de Naples, Londres, Methuen Co., 1911, p. 27
  2. ^ Comte Jean-Baptiste Spalletti,Souvenirs d'enfance de la comtesse Rasponi fille de Joachim Murat, Paris, Librairie Académique Perrin et Cie, 1929, p. 19
  3. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Fratelli Melita Publishers, p. 15
  4. ^ David G. Chandler, Les campagnes de Napoléon, Vol I, p. 691
  5. ^ David G. Chandler, Vol I, p. 510
  6. ^ David G. Chandler, Vol I, p. 511
  7. ^ Le 8 Août 1809 Murat, par le décret n ° 448, a commencé la suppression des ordres religieux dans le royaume de Naples et en particulier l'ordre de dominicain, entraînant la confiscation de tous leurs biens, la conversion des couvents à un autre usage (souvent militaires) et le passage de leurs églises au clergé diocésain.
  8. ^ Luigi Sessa, Les Souverains Grands commandants et bref historique du Conseil suprême italien du Rite écossais ancien et accepté. Palazzo Giustiniani de 1805 à nos jours., Foggia, Bastogi Ed., 2004, p. 182.
  9. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 114-115
  10. ^ David G. Chandler, Les campagnes de Napoléon, Vol II, p. 1 016
  11. ^ David G. Chandler, Les campagnes de Napoléon, Vol II, p. 1048
  12. ^ Claudio Asciuti, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 2
  13. ^ Guglielmo Ferrero, Le Congrès de Vienne - 1814-1815, vol. II, p. 236
  14. ^ Guglielmo Ferrero, Le Congrès de Vienne - 1814-1815, vol. II, pp. 238-239
  15. ^ Guglielmo Ferrero, Le Congrès de Vienne - 1814-1815, vol. II, p. 348
  16. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 150-151
  17. ^ à b Guglielmo Ferrero, Le Congrès de Vienne - 1814-1815, vol. II, p. 352
  18. ^ Guglielmo Ferrero, Le Congrès de Vienne - 1814-1815, vol. II, p. 353
  19. ^ Giuseppe Campolieti, Le roi rascal, p. 410
  20. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 164-165
  21. ^ Cet ordre de Napoléon est conservé dans les archives du Ministère des Affaires étrangères de la France.
  22. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 170-171
  23. ^ atlas historique GARZANTI, Milano, Garzanti Editore, 1967, p. 327
  24. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 175
  25. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 209
  26. ^ Aujourd'hui encore, à Naples, en relation avec la mort de Joachim Murat, un dicton populaire: "facettes Joachim à la loi, Joachim murette « mpiso».
  27. ^ Charles Gallois, Murat, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990, p. 169
  28. ^ Charles Gallois, Murat, p. 229, Gênes, Melita Brothers Publishers, 1990
  29. ^ murat italienne
  30. ^ Gerardo Raffaele Zitarosa, Giustino Fortunato vieux, Pellegrini, 1970, p. 340
  31. ^ Giuseppe Campolieti, Le roi rascal, p. 416
  32. ^ Guide touristique de Pizzo Calabro

bibliographie

  • Silvio De Majo, GIOACCHINO NAPOLEONE Murat, roi de Naples, en Dictionnaire biographique des Italiens, vol. 55, Rome, Encyclopédie italienne Institut, 2001. Récupéré 12 Juillet, 2014.
  • Renata De Lorenzo, Murat, Rome, Salerne Editrice, 2011 ISBN 978-88-8402-712-2.
  • Alexandre Dumas, Calabria Voyage (traduction: Antonio Coltellaro), Soveria Mannelli, Rubbettino 2006.
  • David G. Chandler, Les campagnes de Napoléon, vol. 1, Milan, R.C.S. Livres, 1998 ISBN 88-17-11576-2.
  • David G. Chandler, Les campagnes de Napoléon, vol. 2, Milan, R.C.S. Livres, 1998 ISBN 88-17-11577-0.
  • J. Tulard, J.F. Fayard et A. Fierro, Histoire et Dictionnaire de la Révolution française, Paris, Éditions Robert Laffont, 1998 ISBN 2-221-08850-6.
  • Alexandre Dumas, Murat, par Giovanna Arese, Palerme, Sellerio, 2005 ISBN 88-389-2059-1.
  • Giuseppe Campolieti, Le roi rascal, Milan, Mondadori, 1999 ISBN 88-04-40528-7.
  • Guglielmo Ferrero, Le Congrès de Vienne - 1814-1815, vol. II, édition spéciale "Il Giornale" (imprimé sous licence de l'éditeur Corbaccio), Milan, 1999.
  • Mario Mazzucchelli, Murat Knight Napoléon, Milan, Longanesi 1970.
  • AA.VV., Murat 1815. La bataille de Occhiobello, l'effondrement et la naissance de la nation, Rovigo, Minelliana, 2017 ISBN 978-88-6566-061-4.

Articles connexes

Gioacchino Murat
Joachim Murat

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Gioacchino Murat
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Gioacchino Murat
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Gioacchino Murat

liens externes

prédécesseur Grand-duc de Berg et de Clèves successeur Drapeau du Grand-Duché de Berg (1806-1808) .svg
Maximilien Ier de Bavière
Duc de Berg
1806-1808
élevé au Duché 1806
Louis Napoleon Bonaparte
prédécesseur Roi de Naples successeur Drapeau du Royaume de Naples (1811) .svg
Giuseppe Bonaparte 1808 - 1815 Ferdinand I
prédécesseur prince Murat successeur
Titre inexistant 1806 - 1815 Achille Murat
autorités de contrôle VIAF: (FR71399783 · LCCN: (FRn50040041 · SBN: IT \ ICCU \ LO1V \ 134810 · ISNI: (FR0000 0001 2138 665X · GND: (DE118746928 · BNF: (FRcb119639427 (Date) · ULAN: (FR500322997 · NLA: (FR51934024 · BAV: ADV10286488