s
19 708 Pages

Pingo
Certains Pingo près de Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, Canada
Pingo
Pingo en fusion et des coins de glace polygonal près de Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, Canada

un Pingo, alias idrolaccolite, un monticule de glace recouvert de terre qui est situé à "Arctique et dans la région subantarctique et qui peut atteindre 70 m en hauteur jusqu'à 600 m de diamètre. Le terme a été introduit par le botaniste Alf Erling Porsild Arctique (qui a été consacrée à Pingo Porsild à Tuktoyaktuk) En 1938 et vient du mot dans le dialecte inuvialuktun ce qui signifie « petite colline ».[1]

Le pingo est une forme de sol périglaciaire, non défini glacial ou en raison d'un processus lié dans les climats froids. Ils sont essentiellement les formats de glace de la Terre qui se développe pendant les mois d'hiver lorsque les températures diminuent.[2][3]

emplacements

hémisphère nord

Tuktoyaktuk, en delta du Mackenzie en Territoires du Nord-Ouest, Il est l'une des plus fortes concentrations de Pingo,[4] avec environ 1350 exemplaires, dont la zone naturelle du Haut-lieu touristique national Pingo huit protège.[5] Ces conformations typiques du sol sont présents dans Canada[6] (Dans le Nunavut et Yukon[7]) Alaska, Groenland, Sibérie et l'île norvégien de Spitsbergen.[2] Certains anciens restes de Pingo sont présents dans Angleterre, en Breckland la Norfolk, et Pays-Bas, en Dantumadeel et 'Opsterland en Frise et dans la province de Drenthe.[8]

en Sibérie, les Pingo sont appelés Sakhas linguistiques (Langue yakoute) bulganniakh.[4]

hémisphère sud

En 1983, John Pickard a rapporté des observations de Pingo (68 ° 40'S 78 ° 00'E/68.666667 ° de 78 ° E-68.666667; 78(Vestford Hills)) Sur les collines Vestfold, en Antarctique, mais des recherches ultérieures ont donné lieu à la possibilité d'une interprétation erronée.[9][10]

types

Les sommets des pingos plus petits ont généralement une forme arrondie, tandis que le sommet des plus grands montrent souvent des fractures dans la glace. Ce dernier peut avoir des cratères avec des cônes ressemblant à ceux de volcans. Cela est dû à la rupture de la glace et la fusion de l'âme interne. Les couches qui sont formées sur le sable stratifié ou sur limon souvent ils ont tendance à se pencher vers l'extérieur, comme si elles étaient adjacentes à une masse intrusive. Le pingo qui se forment dans base Ils peuvent montrer des déformations identiques.
La glace de l'âme habituellement pingos provient de la séparation ou de l'injection d'eau liquide, et peut être solide. Les fractures dues à la tension est normale au sommet de la butte, mais l'expansion de la glace dans pingo est courte et relativement rare. Un petit lac d'eau douce peut occuper le sommet où la fonte de la glace est venu pour former un cratère.

Les Pingo sont généralement classés comme hydrostatique (Système fermé) ou hydraulique (système ouvert). Le résidu Pingos hydrostatique et les hydrauliques peuvent être distingués les uns des autres par déterminer si les dépôts lacustres sont ou ne sont pas associés à sa formation.

formation

Le Pingo peut être formé que dans un environnement où il y a la pergélisol. Certificats de Pingo effondrés (parfois appelés ognip[11]) Dans une zone donnée suggèrent qu'il ya une fois il aurait pu le pergélisol.

Le Pingo croître habituellement seulement quelques centimètres par an, comme Pingo Ibyuk,[5] et d'atteindre la taille maximale prend des décennies, voire des siècles. On suppose que le processus par lequel sont créés le Pingo est étroitement liée à soulèvement par le gel.

Le système hydrostatique sont formées de pingo à la suite de pression hydrostatique que le pergélisol exerce sur l'eau et, en général, dans les lacs asséchés ou des canaux fluviaux. Permafrost est de 'lit de rivière Corps préalablement séché. L'eau interstitielle est expulsée en raison de l'augmentation du permafrost, et la pression qui en résulte provoque l'élévation du sol gelé avec la formation d'un noyau de glace. La forme et la taille d'un pingo hydrostatique (ou système fermé) est souvent proche de la masse d'eau dont il est issu. Leurs formes peuvent varier de symétrie de dômes asymétriques coniques collines allongées.

Le système hydraulique de pingo sont dus à l'eau qui coule depuis une source externe, aquifères sous-pergélisol et intra-pergélisol. La pression hydrostatique Initialise la formation de la partie centrale de glace que l'eau monte et se bloque en conséquence. Le système Pingo ouvert ne comportent aucune restriction sur la quantité d'eau disponible à moins que les aquifères ne gèlent pas. Ils se produisent souvent à la base des pentes et sont généralement connus sous le nom de type Groenland. L 'eaux souterraines Il est placé sous pression artésien, en poussant vers le haut le sol où elles forment un noyau de glace en expansion. Il n'est pas la pression artésienne lui-même qui provoque la poussée du sol vers le haut, mais plutôt la partie centrale de glace qui est alimenté par l'eau de l'aquifère. Le Pingo proviennent souvent d'un pergélisol mince et discontinu. Dans ces conditions, il est possible non seulement la formation d'un noyau de glace, mais aussi un approvisionnement en eau aquifère artésienne. Ces pingo sont souvent de forme ovale ou rectangulaire. Il est pas encore tout à fait clair pourquoi le Pingo système ouvert ou hydraulique se développent normalement dans un terrain non glacé.

L'effondrement Pingo finit par s'effondrer. On estime que durera environ 1000 ans.

notes

  1. ^ J. Ross Mackay, La naissance et la croissance de Porsild Pingo, la péninsule de Tuktoyaktuk, district de Mackenzie (PDF), Dans Arctique, vol. 41, nº 4, 1988, pp. 267-274. Récupéré le 3 Mars, 2011.
  2. ^ à b Jennifer Vinck, Pingo (PPT), De géologie 495, Université de Regina, 2006. Récupéré le 2 Mars, 2011.
  3. ^ (FR) B. Merkel, hydrogéologie, TU Bergakademie Freiberg, le 29 Novembre 2004. Récupéré le 3 Mars, 2011.
  4. ^ à b (FR) Pingo, L'Encyclopédie canadienne. Récupéré le 2 Mars, 2011.
  5. ^ à b (FR) Pingos canadien, Parcs Canada. Récupéré le 2 Mars, 2011 (Déposé par 'URL d'origine 3 juin 2007).
  6. ^ (FR) R.J.E. Brown, PEWE, T.L, Répartition ofpermafrost en Amérique du Nord et de sa relation à l'environnement: un examen 1963-1973., en Contribution en Amérique du Nord à la deuxième Conférence internationale permafrost, 13-28 Juillet 1973 Yakutsk, URSS., National Academy of Sciences, 1978, pp. 71-100, publication n ° 2115.
  7. ^ (FR) George W. Scotter, Un Pingo dans la vallée de la rivière Mala, l'île de Baffin, dans les Territoires du Nord-Ouest, Canada (PDF), Dans Arctique, vol. 38, n ° 3, 1985, pp. 244-245. Récupéré le 2 Mars, 2011.
  8. ^ (FR) A. H. Lanting, Heath tourbières terrestres et des restes Pingo dans Lheebroekerzand et Gasselterveld. Sont-ils sensibles aux changements dans les eaux régionales?, IVEM, Université de Groningen, 2009. Récupéré le 2 Mars, 2011.
  9. ^ (FR) S.J. Fitzsimons, Réinterprétation de pingos dans l'Antarctique (PDF), Dans Quaternary Research, vol. 32, nº 1, 1989, pp. 114-116, DOI:10.1016 / 0033-5894 (89) 90037-9. Récupéré le 3 Mars, 2011.
  10. ^ (FR) J.G. Bockheim, Hall, K. J., Permafrost, de la dynamique de la couche active et les environnements périglaciaires de l'Antarctique continental (PDF), Dans South African Journal of Science, vol. 98, 1-2, 2002, pp. 82-90. Récupéré le 3 Mars, 2011.
  11. ^ (FR) Paul De Schutter, Pingo, sur € u (ro) ck, OUGS Europe continentale, 2004. Récupéré le 3 Mars, 2011.

bibliographie

  • (FR) Don Easterbrook, O'Neill, W. Scott., Processus de surface et Reliefs, 2e éd., Prentice-Hall, inc., 1999 [1993], pp. 412-416, ISBN 0-13-860958-6.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Pingo

liens externes