s
19 708 Pages

Cinéma de'orrore
Frankenstein (1931)

la films d'horreur ou horreur[1] est un genre de film caractérisé par la présence de scènes et d'événements visant à éveiller le spectateur passions de horreur, peur ou dégoût[2]. Les parcelles voient généralement le sens de la présence inconnue souvent hostile (comme monstres, forces, événements, personnalités mauvais d'origine surnaturel) Dans le monde tous les jours[2].

histoire

prime étapes

Les origines de la date genre d'horreur remonte presque l'aube elle-même du cinéma. La première des images surnaturelles se trouve dans une courts métrages muet créé par les pionniers du film telles que Georges Méliès pendant 'dernière décennie du XIXe[3]; le plus célèbre est Le Manoir du Diable (1896) Qui est considéré comme le premier film d'horreur dans l'histoire. Un autre de son projet d'horreur Les grottes Maudite la 1898.[citation nécessaire]

Les premières années de XX siècle Ils ont apporté plus d'œuvres considérées étapes dans le genre d'horreur: il y avait la première apparition d'un monstre dans un long métrage, Quasimodo, tout Le Bossu de Notre-Dame. Parmi les films avec ce personnage que je suis: Esmeralda de Alice Guy (1906) le Hunckback (1909) L'amour du Hunkback (1910) et Le Bossu de Notre-Dame (1923).

Un grand nombre des premiers films d'horreur ont été faites par directeurs allemand parmi dix ans et vingt; beaucoup de ces films ont eu une influence significative sur les futures productions Hollywood (le golem de Paul Wegener la 1915 Il est un exemple). Nosferatu de Friedrich Wilhelm Murnau (1922), Une adaptation non autorisée Dracula de Bram Stoker. Le plus important de cette époque est probablement Le Cabinet du docteur Caligari qui est considéré comme le symbole de la cinéma expressionniste.[4].

Plus tard, les films de Hollywood ont les vieux thèmes comme Le Bossu de Notre-Dame (1923) et le monstre (1925), Les deux avec Lon Chaney, la première star de cinéma horreur, dont le rôle principal était Le Fantôme de l'Opéra (1925).

Quarante et une trentaine d'années

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Universal Monsters.

Il était au début une trentaine d'années que les fabricants États-Unis, en particulier la Universal Pictures, fait des films d'horreur populaires[5], ce qui porte à l'écran comme les gens qui réussissent Dracula (1931) Frankenstein (1931) la momie (1932) et L'homme invisible (1933). Certains acteurs ont commencé à construire des carrières entières sur des films comme ceux-ci (par exemple, Boris Karloff et Bela Lugosi).

D'autres studios de cinéma ne sont pas si bien réussi, mais ils méritent d'être mentionnés Dr. Jekyll de Rouben Mamoulian (Dr Jekyll et M. Hyde, suprême, 1931) et Maison de cire de Michael Curtiz (Warner Bros, 1933).

Cinéma de'orrore
film d'image la momie

La série de films d'horreur Universal a continué à une quarantaine d'années avec Le loup-garou (1941), Pas le premier film sur loups-garous, mais certainement les plus influents. De plus, Universal a poursuivi au cours de cette décennie, série de films sur Frankenstein, ainsi que d'autres films déjà vu des monstres sur l'écran. Dans la même décennie, Val Lewton Il a produit pour RKO une série de films d'influence importants, y compris Cat People (1942) Man Leopard (1943) Je marchais avec un zombie (1943), Toutes les parties qui se distingue par la présence d'éléments typiques du genre (les créatures effrayant, ombres sur les parois), caractérisé en dirigeant Jacques Tourneur.

la cinquantaine

Cinéma de'orrore
Dracula (1958). Il est ce film d'introduire canins atteindre comte Dracula (Ici l'acteur Christopher Lee le premier de ses 16 interprétations du caractère)

Avec les changements radicaux dans la technologie que nous étions la cinquantaine, même l'horreur changé et passé par la ligne gothique avec celle de science-fiction. Il y avait une interminable série de films d'horreur seconde classe où les humains s'ils devaient faire avec des entités extra-terrestres: invasions étrangères, des mutations, des plantes ou des insectes. Ces films ont été utilisés de nouveaux trucs, comme 3-D, qui a fait monter la semaine du public après semaine pour effrayer plus et mieux. La qualité de la plupart des films de cette période, en plus de La Chose d'un autre monde (1951; attribué des crédits Christian Nyby mais en réalité il considéré comme un travail de Howard Hawks) et Invasion des profanateurs de Don Siegel (1956), Ils ont essayé de mettre le spectateur dans l'atmosphère guerre froide.

Les cinquante dernières années au début sixties Ils ont vu la montée des studios exclusivement aux films d'horreur, tels que Film Productions Marteau. Marteau rejoint un grand succès international impliquant des personnages classiques d'horreur, souvent joué par Peter Cushing et Christopher Lee, comment La Malédiction de Frankenstein (1957) Dracula (1958) et la momie (1959) Et beaucoup ont suivi. Le marteau et le directeur Terence Fisher, Ils sont universellement reconnus comme les pionniers du film d'horreur moderne.

L 'American International Pictures (AIP) a également fait une série de films inspirés par les histoires de Edgar Allan Poe produits Roger Corman et Vincent Price. Ces productions, parfois controversées, ont ouvert la voie à une violence plus explicite à la fois l'horreur que dans d'autres types de films[6].

les films horreur décennies précédentes jusqu'à ce que les années cinquante sont toutes parsemées de figures archétypales de 'imaginaire collectif, souvent empruntés à littérature de genre. Mais il est de cette décennie qui a introduit de nouveaux concepts et des personnages; et il est de cette décennie que les films d'horreur commencent vraiment à assimiler les craintes répandues pour les rendre à l'écran sans filtres, ou presque pour devenir le reflet le plus crédible des progrès de la société. Car il est de ces années, l'introduction des étrangers comme une modification (souvent négative) des mythes classiques faire et elfes, maintenant passé de mode et trop peu de crédibilité; mais étrangers sont également utilisés pour parler et mettre en garde, la menace communiste (En ce qui concerne cette lecture, sur tous les stands Invasion des profanateurs). Un autre caractère typique de cette époque est le savant fou, ou le scientifique qui sort de la main sa découverte (voir L'expérience du Dr K) Concept pris de cours Frankenstein, mais elle est prise en raison de l'évolution technique et scientifique rapide de ces années, trop vite et le développement trop radical parce que les gens sans crainte qu'il approprièrent (en particulier, dans ce point de vue est Eux!, film dans lequel la science, ainsi que d'être en raison, ou en même temps, le mal est représenté comme une solution unique).

sixties

Cinéma de'orrore
Un jeune zombi dévorant le cadavre de son père, il Nuit des morts-vivants (1968)

en sixties le genre déplacé vers horreur « psychologique », avec thriller comment psycho (1960) de Alfred Hitchcock et Qu'est-il arrivé à Baby Jane? (1962) de Robert Aldrich, ils ont déménagé l'effet suspens de l'habituel "monstres« à psychose l'homme qui a donné lieu à des actes odieux sadomasochiste; Peeping Tom de Michael Powell (1960) Est un exemple clair de cette fonctionnalité. L'horreur psychologique a continué à produire de façon sporadique, avec Le Silence des Agneaux (1991), Parmi les plus importants.

la spectres et les monstres encore ont continué à rester populaire: suspens (1961) et la hantise (1963) Il était deux horreur psychologique teints surnaturel. les oiseaux (1963) par Alfred Hitchcock Il a été le premier exemple de "nature devenir fou « combiné avec horreur psychologique[7].

Il y avait aussi de nombreux film réalisé sur un petit budget. En voici quelques exemples Blood Feast (1963) (le premier film sang) et Deux mille Maniacs! (1964), Deux Herschell G. Lewis, qui comprenait et éclaboussures de sang svisceramenti sanglante[8]. Remarquable pour des scènes très fortes, mais pas considérable éclaboussure, il est Les yeux sans visage (1960) de Georges Franju, chef-d'œuvre du cinéma d'horreur français.

L'un des films d'horreur les plus influents des années soixante était Nuit des morts-vivants (1968) de George A. Romero[9]. Ce film sur zombi Il a été déclaré plus tard assez « culturellement, historiquement ou esthétiquement importants » à préserver dans Registre national du film. Il a l'horreur encore plus loin de l'ancien genre gothique du début et l'a amené dans la vie de l'homme moderne[10].

soixante-dix

Avec le succès des films à faible budget et l'intérêt croissant du public à 'occulte, le genre a pu churn une série de films très intenses, souvent avec un contenu sexuel, devenir A-film (Malgré les caractéristiques de B-movie). Beaucoup de ces films ont été réalisés par des réalisateurs respectés.

Baby Rosemary - Ruban rouge à New York (1968) par Roman Polanski Il a été acclamé par la critique et le public, et a été un précurseur à l'explosion d'occulte soixante-dix; cette explosion comprend le grand succès l'exorciste (1973) (Mise en scène William Friedkin et écrit par William Peter Blatty, qui a également écrit le roman), et d'autres films où le diable prend possession du corps d'une femme ou d'un enfant. Les enfants des incarnations démoniaques, et sont devenus des thèmes populaires dans les films d'horreur (comme Audrey Rose la 1977 de Robert Wise, où un homme prétend que sa fille est la réincarnation d'une personne morte). Un autre film d'horreur religieuse célèbre était le présage (1976), Dans laquelle un homme découvre que son fils adoptif est le 'Antéchrist.

Les événements des années soixante (comme la guerre au Vietnam) ont commencé à influer sur l'horreur de cette période: La Dernière maison sur la gauche (1972) de Wes Craven et Le Texas Chainsaw Massacre (1974) de Tobe Hooper Je suis un exemple; George Romero a examiné l'expansion de la nouvelle société de consommation dans sa nouvelle suite zombie, Zombi (1978); directeur canadien David Cronenberg Il a renouvelé le caractère de savant fou explorer les craintes des gens au sujet de la technologie et de la société, en commençant par frisson (1975).

Il est également important, en Italie, Rouge profond Dario Argento considéré par Hitchcock lui-même son héritier. Aussi dans les années soixante-dix, il est venu au grand écran Stephen king. Plusieurs de ses livres ont été transformés en films, en commençant par son premier roman, Carrie, qui est devenu film en 1976 grâce à Brian De Palma, Il devait également être nommé oscar, même si il a été noté à plusieurs reprises que sa force était pas la capacité de faire peur, mais l'exploration psychologique. John Carpenter, qui avait auparavant dirigé dark Star (1974) et le film d'action District 13 - Les brigades de la mort (1976), inspiré par Rio Bravo Howard Hawks, créé Halloween - sorcières de nuit (1978), Qui a présenté la caractéristique de « adolescent tué par un super-meurtrière », qui caractérise le nouveau-né de type slasher. Halloween Il est devenu l'un des films indépendants les plus réussis jamais fait et a eu plusieurs suites. Ce film avait donc comme protagoniste une femme et ce fut un réel changement.

étranger (1979) de Ridley Scott Il a combiné la violence typique des soixante-dix films ans avec « film de monstre » des années précédentes et a rejoint l'horreur à la science-fiction. Il y avait plusieurs suites de grande qualité à ce film et d'innombrables imitations dans les années suivantes. Encore une fois, nous avons une femme comme protagoniste (Ellen Ripley, joué par Sigourney Weaver), Mais cette fois son rôle est encore plus certain.

Dans la même période, il y a eu une explosion de la production d'horreur Europe, Merci aux administrateurs italien comment Dario Argento, Mario Bava, Pupi Avati, Ruggero Deodato et Lucio Fulci, et espagnol comme Paul Naschy (né Jacinto Molina) Amando de Ossorio et Jesús Franco. Ces films généralement impliqués les personnages classiques de films d'horreur (vampires, loups-garous, démons, zombies, tueurs psychotiques) mais possédaient un style caractéristique, différent de l'horreur faite aux Etats-Unis.

Pendant ce temps, les directeurs de Hong-Kong Ils ont commencé à être inspirés par les films et la production Marteau européenne et ont commencé à faire des films d'horreur mettant en vedette exclusivement asiatique. la Champ d'application Shaw produit Légende des Sept Vampires d'Or (1973) en collaboration avec le marteau, et a commencé plus tard pour créer leur film le plus original. Ce genre a éclaté en années quatre-vingt, avec Rencontres du genre Spooky (1981) de Sammo Hung qui a lancé le sous-genre de la « comédie d'horreur kung-fu »; Des exemples de ce nouveau genre sont M. Vampire (1985) et Une histoire de fantômes chinois (1987).

Depuis les années soixante, jusqu'à ce que les années soixante-dix (et surtout dans cette décennie), le film d'horreur subit une modification nouvelle et importante; il est dans cette période qui sont créés ceux qui sont les styles classiques actuels comme ça. Au-delà des créations de divers sous-genres, le changement le plus radical est le protagoniste négatif de l'histoire. Le monstre en fait, que dans le film d'horreur classique était en fait un être totalement non humaine ou non humaine (du Black Lagoon Dracula), maintenant dans ces années vous devenez un être humain, ou à la recherche de vengeance ou folle et soif sang; la méfiance n'est plus ce que les gens ne savent pas, comme dans ce que les gens savent, mais qui ne peuvent pas être tout à fait confiance.

années quatre-vingt

Pratiquement tous les films d'horreur à succès des années quatre-vingt avaient un suivant: Poltergeist - présence Démon (1982) Réalisé par Tobe Hooper avait deux suites et une série télévisée. Le grand nombre suivi Halloween et Vendredi 13 (1980), Et les films surnaturels de splatter Wes Craven cauchemar (1984) La déclaration visage populaire des films d'horreur dans les années quatre-vingt, avec la naissance de véritables icônes telles que celles de Michael Myers, Freddy Krueger et Jason Voorhees.

Films d'horreur originaux ont continué à apparaître de façon sporadique: Hellraiser (1987) de Clive Barker et Jeu d'enfant (1988) Ils ont tous deux été salué par la critique, et ils ont jeté un certain suivi, qui ont été considérés comme inférieurs par les critiques et les fans. en 1980 Il est venu l'un des plus importants et les plus influents films d'horreur de tous les temps, brillant, tiré de 'roman du même nom de Stephen king et réalisé par Stanley Kubrick.

Un exemple de film d'horreur métaphysique et apocalyptique valable aussi (mais moins de succès en ce qui concerne le succès public) est possession réalisé par Andrzej Żuławski, métaphore apocalyptique sur la séparation d'un homme et une femme qui aiment mais ne parviennent pas à comprendre: l'histoire macabre se déroule dans un Berlin imaginaire, abandonné et spectral encore divisé par deux fractions de paroi différente.

Le box-office pour l'horreur moderne sanglante a commencé à décliner (comme l'a démontré la chose 1982 John Carpenter qui avait peu de succès), mais a augmenté le marché de la vidéo à domicile, en dépit de la nouvelle génération de film pour avoir un ton moins sombre. Motel enfer (1980) et Basket Case (1982) de Frank Henenlotter ont été les premiers films des années quatre-vingt à révolutionner les conventions des films d'horreur de la décennie précédente (les films de zombies comme Nuit des morts-vivants et zombi Ils contenaient une satire et critique de la société, mais ils étaient plus sombre que drôle). Re-Animator de Stuart Gordon, Le retour des morts-vivants de Dan O'Bannon et The Toxic Avenger de Lloyd Kaufman (Toutes 1985) Ils ont été suivis par remake David Cronenberg de la mouche (1986), Qu'il est sorti quelques semaines de Aliens - The Final de James Cameron. La maison 2 (1987), suite de la maison (1981), tous deux réalisés par Sam Raimi, contenait une violence comique, dans lequel les rires étaient causées par certaines séquences d'éclaboussures, comme dans le cas de Merde violente (1987), Un réalisateur allemand nommé Andreas Schnaas. le directeur nouvelle-Zélande Peter Jackson Il a suivi les étapes de la réalisation Raimi Ridgemont (1987), quand ils ont un très petit budget.

des films d'horreur ont continué à provoquer des débats en Royaume-Uni, la croissance des ventes de cassettes vidéo a augmenté le risque que le film décrit ci-dessus pourrait se retrouver dans les mains des enfants. De nombreux films ont été classés comme des « visions découragées » et censurés. Aux États-Unis, Le sang de Noël, un film très controversé de 1984, a échoué au cinéma et a été retiré de la vente par son protagoniste: un Père Noël meurtrière.

Dans les années quatre-vingt, avec la réduction des coûts de production et la diffusion de VHS l'horreur devient accessible à tous; tant que la jouissance, à la fois dans la production. Il a en effet au cours des dernières années, la prolifération des sous-genres (comme une tentative de se mettre en place dans de nouveaux créneaux de marché), sur toutes les éclaboussures; tandis qu'en termes de caractères et représentations sociales, vous atteignez une véritable frénésie, l'intention de petites productions pour remplir toutes les niches possibles conduit à ressusciter des personnages comme les Gremlins et les elfes ainsi que des zombies, et plus tard aussi les poupées tueur.

années nonante

Dans la première moitié de années nonante, le genre a continué avec des thèmes des années quatre-vingt. Il y avait des films qui ne sont pas particulièrement réussi comme la série farfadet. les films cauchemar, Vendredi 13 et Halloween avait suivi toutes les années nonante, dont beaucoup ont reçu un succès modéré au box-office, malgré les critiques que le public considérait les films à faible niveau, à l'exception de Nightmare - New Nightmare de Wes Craven.

Remarque: Nightmare - New Nightmare, avec La folie de la bouche, The Dark Half et Candyman - Terreur derrière le miroir, Ils faisaient partie d'un mouvement d'horreur petite « auto-réfléchissant ». Chaque film a touché les véritables enjeux du monde, ainsi que ceux de la fiction d'horreur. Candyman par exemple, un lien mythe urbain et l'horreur réaliste racisme qui produit un monstre. La folie de la bouche Il a une approche plus littéraire: le protagoniste fait partie d'un roman d'un écrivain (dont il était à la recherche) est en train d'écrire. Ce style est devenu plus ironique quand il a été abattu cri.

Le film canadien Cube - Le cube (1997) Ce fut probablement l'une des rares années nonante d'horreur à la base d'un concept relativement nouveau; le directeur a pu évoquer un large éventail de peurs, et a touché une variété de problèmes sociaux (comme la peur de la bureaucratie) qui n'a pas été explorées.

Deux problèmes principaux ont poussé le classique d'horreur en arrière-plan au cours de cette période: d'abord, le genre d'horreur a été submergé par la prolifération continue des films et des éclaboussures de sang; d'autre part, le public adolescent qui avait assisté aux précédents films des décennies a grandi et est allé à la vision des films de science-fiction, qui a attiré les gens à travers l'utilisation de nouvelles techniques dans les effets spéciaux.

Pour réinviter le public, l'horreur est devenu plus autodérision, en particulier dans la seconde moitié des années nonante. - Splatters Alive (1992) Peter Jackson a apporté le film éclabousser à un niveau comique. Dracula de Bram Stoker (1992) du Francis Ford Coppola, Elle était composée d'un ensemble de joueurs de différents films d'époques, en prenant le style du film Marteau des années soixante et avec une intrigue qui se concentre sur les deux l'intrigue du roman sur les aspects horribles. La série de films cri, a commencé en 1996 par Wes Craven, impliquant des adolescents très intéressés à des films d'horreur (en fait, dans ces films que nous trouvons de nombreuses références à des classiques comme « Halloween ») où se mêlait la comédie à l'horreur.

En plus du film d'horreur populaire en langue anglaise des années nonante, seul le film indépendant Le Projet Blair Witch (1999) Causé peur considérable. Le succès international anneau (1998) de Hideo Nakata, Il a lancé une série de films d'horreur qui mettaient l'accent sur les problèmes psychologiques plutôt que sur le sang. Sixième sens (1999) de M. Night Shyamalan Il était un exemple de grand succès.

Dans les années nonante, le film d'horreur est changé à nouveau. Ce qui se passe, il peut être défini comme faisant l'horreur quotidienne que dans les décennies précédentes était considérée comme lointaine. D'une part, il y a l'humanisation des caractères négatifs même classiques (voir le caractère complexe Vlad en conte Dracula de Bram Stoker) Sur l'autre, vous avez la généralisation du mal, le monstre est un homme, mais cette fois il n'est plus sûr de qui il est, tout le monde est dû et tout le monde peut douter; Il est une société malade qui crée et se cache le monstre. Une caractéristique commune horreur classique est-ce toujours le monstre est bien identifié et le bon est toujours présent et gagne souvent.

deux mille ans

après L'anneau, d'autres films d'horreur japonais - aussi bien que États-Unis - produits ont été obtiennent un certain succès: le soi-disant "J-Horror« Comme Ju-on (2000) de Takashi Shimizu et Kairo (2001) de Kiyoshi Kurosawa. Autre nouvelle horreur japonaise est venue de l'animation, et leur culture cinématographique a commencé à apparaître en Occident.

Il a continué le pillage des personnages de films d'horreur classiques avec remake, suite et dans les précédentes décennies tributs de film. Rappelez-vous d'avoir eu un certain succès au box-office sont Freddy Vs. Jason (2003), La « renaissance » de l'ancien Universal Monsters avec Van Helsing (2004), Le prequel à l'exorciste (L'Exorciste - Le commencement), Et d'autres suite à Halloween et Jeu d'enfant. quelques-uns remake dignes de mention sont l'anneau (2002) de Gore Verbinski (Nouvelle version du film japonais anneau) Dawn of the Dead (2004) (Remake des films de Romero Zombi) et Amityville (2005) remake dell 'film éponyme.

En 2005, le film est venu Constantine.

Le genre zombie a connu une résurgence dans le monde, grâce à jeux vidéo. Certains de ces jeux sont également devenus film (par exemple, Resident Evil 2002 et Silent Hill la 2006). House of 1000 Corpses de Rob Zombie, Cabin Fever de Eli Roth et surprenant Wrong Turn - La forêt a faim de Rob Schmidt Ils ont repris les caractéristiques des années soixante-dix et quatre-vingt, avec l'utilisation des premières méthodes pour faire peur.

Le film d'horreur originale de cette période exploité l'adolescent comme la série Destination finale, a commencé en 2000, et les films sérieux de M. Night Shyamalan.

James Gunn, les films de l'écrivain Scooby-Doo, Il a écrit et réalisé onduler. publié en 2006, Il n'a pas été un grand succès au box-office, mais a reçu de meilleures critiques que toute autre horreur américaine au cours des dernières années.

Un phénomène particulier, maintenant très courant dans les films d'horreur, doit être interdit aux États-Unis à l'âge de 13 ans non accompagnés. des films comme Stay Alive et darkness Falls Ils ont des éléments caractéristiques des films d'horreur et certains considèrent l'interdiction trop restrictive. des films d'horreur avec cette interdiction aux États-Unis sont généralement des histoires de fantômes (l'anneau, L'Exorcisme d'Emily Rose, Bruit blanc - Ne pas écouter), Alors que la plupart du film d'horreur a encore une interdiction sur les enfants de moins de 17 ans non accompagnés (Saw - The Riddler, auberge).

scie Il est la série d'horreur qui a lancé la torture de film de genre (ou la torture porn dont les éléments récurrents sont la violence, la torture, la nudité et de sadisme) et devient le succès commercial d'horreur la plus moderne en créant une nouvelle figure de monstre: le casse-tête.

L'horreur britannique de retour vers le succès avec des films comme 28 jours plus tard (2002) Dog Soldiers (2002) Dawn of the Dead (2004) la descente (2005).

La société de lutte World Wrestling Entertainment il a lancé Films WWE, le premier film du nouveau fabricant a été No Evil, un film d'horreur avec le lutteur Kane. Une autre tendance est la remake films d'horreur asiatiques comme One Missed Call, The Eye, obturateur et A Tale of Two Sisters.

Les grandes innovations dans le domaine de l'horreur, la première décennie de 2000, mentionné ci-dessus porno torture et les caractéristiques que l'on trouve actuellement presque exclusivement au cinéma Rob Zombie. Le sous-genre torture porno est seulement en partie similaire à éclabousser. De cette mutuelle exposé à la violence, mais alors que le gore a tendance à montrer le sang, la mort violente; la film torture Il veut montrer la souffrance, au-delà de l'effusion de sang, et la mort est la dernière étape d'un long processus et il ne domine pas (ce qui est l'opposé splatter). Les significations sociologiques peuvent être beaucoup, au-delà de ce qui précède abu-Ghraib, même l'affichage ostentatoire de la vidéo avec les meurtres brutaux ou la torture sur Internet (en particulier ceux avec les fondamentalistes islamiques protagonistes), et à travers le phénomène de vidéo YouTube qui conduisent spontanément à montrer la souffrance ou la violence inutile. Pour souligner ce film de torture, comme il l'a fait l'éclabousser, il ne se limite pas à être un sous-genre, mais a créé une nouvelle langue; Beaucoup d'horreur de la décennie au-delà des styles classiques à côté d'un goût de la souffrance (à la fois psychologique et physique) manque presque complètement au cours des décennies précédentes; à titre d'exemple, dans ce sens, la remake en Le Texas Chainsaw Massacre. Pendant ce temps, en 2003, ses films pègre. Enfin, il convient de mentionner ce qui précède Rob Zombie, ce qui rend une discussion spéciale sur l'histoire et la direction. Les thèmes sont en fait la progression naturelle de l'œuvre commencée dans les années soixante avec l'humanisation du monstre; le concept est poussé à l'extrême (pour l'instant), l'idée du mal étendu à la société avant que le monstre; fait Rob Zombie promulgue le côté humain des figures horribles non sans ironie noire et les excès; les personnages sont tous tombés dans une société identique à eux, même si les méthodes et les comportements avec des buts différents (dans ses films les flics ne sont pas très différents des criminels); Par conséquent, l'entreprise d'être un monstre est déviantes mais l'un de ses ramifications; le bon fond n'existe plus. En ce qui concerne le directeur, Zombie adopte beaucoup de place les gros plans en éliminant les mouvements de caméra; puis opte pour une surexposition externe. La langue créée par Zombie, au moins pour le moment, cependant, n'est pas entré dans le genre d'horreur et reste confinée au microcosme directeur. Au cours des années 2007 un 2011 sort de la trilogie Paranormal Activity. Le film, tourné comme faux documentaire, Il est juste un des nombreux filmé avec cette technique de la caméra (Cannibal Holocaust, Le Projet Blair Witch, Le quatrième type, REC..) Et connaît un grand succès, étant donné le très faible budget de production.

Cinéma gothique d'horreur

Le film gothique a été créé avec le genre d'horreur avec des films comme Nosferatu ou le golem, par la société de production marteau (Série de films de Dracula, de la momie et Frankenstein) Mario Bava et Roger Corman. Tim Burton Il est sans aucun doute l'un des principaux directeurs du cinéma gothique contemporain, mais pas le gothique classique, car il offre une version contaminée par glam et influences pop et une ironie forte.

Les éléments typiques de films d'horreur gothiques sont principalement atmosphères gothiques. Thèmes et personnages récurrents monstres, vampires, zombi (Ou d'autres formes de morts-vivants) loups-garous, spectres, démons, ancien malédictions, créatures possédées par démon, occulte, animaux démoniaques, des objets inanimés doués d'une vie de la magie, sorcières, savants fous, maisons hantées, anthropophages et créatures extra-terrestres.

Les histoires et les personnages de la littérature, en particulier par romans gothiques, Ils sont devenus très populaires et ont inspiré de nombreux suite et remake. Parmi ceux-ci, ils sont à retenir Dracula, Frankenstein, la momie, Étrange Cas du Dr Jekyll et Mr Hyde, l'homme invisible, les histoires de Poe et Lovecraft.

Pas souvent des films d'horreur sont débiteurs d'autres genres, en particulier les films de science-fiction, films fantaisie et thriller. Les frontières entre les films d'horreur, et ceux-ci ne sont pas toujours exactes, devenant ainsi l'objet de débats entre les critiques et les fans.

des films d'horreur japonais, qui pointent beaucoup d'atmosphères inquiétantes, sont d'avoir ces derniers temps un certain succès, si bien que certains de ces films sont abattus réusinage (remake) Dans le États-Unis (Parmi eux, l'anneau, The Grudge, dark Water et The Eye).

En général, les films d'horreur d'Asie orientale ont tendance à décrire la plupart des histoires de fantômes et vendus, alors que les Occidentaux comptent plus sur les monstres concrets, souvent créés par l'entreprise elle-même; la différence substantielle peut peut-être expliquer par l'influence que leur religion a eu sur les deux sociétés, la religion bouddhiste respectivement / Shinto mettant l'accent sur l'âme, la réincarnation, la présence des esprits dans les choses et la réalisation un état de paix spirituelle purement a conduit à l'examen de la seule présence spiritualiste; l'autre la religion chrétienne, avec la présence d'un ennemi, le diable, non seulement monstrueux et le mal, mais aussi très réel et concret a conduit à un intérêt de toutes les variables que l'idée d'un monstre sanguinaire tangible et peut avoir conduit . Ces derniers temps, il est alors un nouveau formant brin, ce qui peut être défini comme horreur espagnol (né, essentiellement par Guillermo del Toro; dont le film le plus représentatif Le Labyrinthe de Pan, Il n'est pas la première du genre, mais il reste le meilleur et le plus représentatif de la présence de tous les thèmes essentiels) qui a les caractéristiques de la présence d'enfants suspendus entre deux mondes, l'un réel et l'autre fantastique / spiritualiste; ces films ont des liens étendus avec la réalité actuelle ou historique (en particulier ceux du fondateur du genre, Del Toro lui-même) et en général ont tendance à être utilisé comme un moyen pour décrire l'humeur ou Reconnaissances tout à fait réaliste, dont le composant est fantastique contrebalancée par la création d'un monde en voie de disparition, mais inconnu, et donc effrayant.

Plaintes au film d'horreur historique

des films d'horreur ont généralement été associés à petit budget, mais aussi des études importantes et respectées sont les producteurs de ces films. Le statut marginal du genre signifie que les films d'horreur étaient souvent l'objet de critiques et de la condamnation dans histoire du cinéma. Néanmoins, au cours des dernières décennies, de nouvelles générations de critiques, plus enclins à accepter le genre, ils ont accordé une attention au genre de l'horreur. Mais en même temps, de nouveaux conflits ont surgi, notamment en ce qui concerne la violence, et les allégations de misogynie, en particulier des critiques féministe.

Les principaux personnages d'horreur

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: film tueur en série.

notes

bibliographie

  • Teo Mora, l'histoire du film d'horreur, vol. 1, Rome, Fanucci, 2001.
  • Teo Mora, l'histoire du film d'horreur, vol. 2, Rome, Fanucci, 2002.
  • Teo Mora, l'histoire du film d'horreur, vol. 3, Rome, Fanucci, 2003.
  • Robert F. Moss, Karloff Co. films d'horreur, édité par Ted Sennet, traduit par Carlo Oliva, Milan, Milan Books, 1977 SBN IT \ ICCU \ VEA \ 0030133.
  • Lotte H. Eisner, L'écran hanté. Les influences de Max Reinhardt et expressionisme, préface de Gian Piero Brunetta, Rome, Editori Riuniti, 1983 ISBN 88-359-2639-4.
  • David J. Skal, Le Salon Monster. Histoire et culture d'horreur, traduction de Manlio Benigni et postface Alberto Pezzotta, Milan, Baldini Castoldi, 1998 ISBN 88-8089-424-2.
  • Rudy Salvagnini, Dictionnaire des films d'horreur. "Araignée Hug" à "Zora la Vampira" Dall, Venise, Corte del Fontego, 2007 ISBN 978-88-95124-02-5.
  • Brando Taccini, Horreur Stracult. Guide des meilleurs (et le pire) des années 80 du cinéma d'horreur italien, Rome, Quintilia, 2012, ISBN 978-88-900304-5-1.
  • Luigi Cozzi et Antonio Tentori, Horreur made in Italy. Le cinéma gothique et ITALIENS, vol. 1, Rome, monde inconnu, 2001 ISBN 88-89084-15-4.
  • Luigi Cozzi et Antonio Tentori, Horreur made in Italy. Le cinéma gothique et ITALIENS, vol. 2, Rome, monde inconnu, 2001 ISBN 88-89084-33-2.
  • Luigi Cozzi et Antonio Tentori, Horreur made in Italy. Le cinéma gothique et ITALIENS, vol. 3, Rome, monde inconnu, 2003 ISBN 88-89084-34-0.
  • Fabio Giovannini, Histoire noir. De le fantôme d'Edgar Allan Poe au grand cinéma aujourd'hui, Rome, Castelvecchi, 2000 ISBN 978-88-8210-180-0.
  • Roberto Curti, Les fantômes de l'amour. Le gothique italien entre le cinéma, la littérature et la télévision, turin, Lindau, 2011 ISBN 978-88-7180-959-5.
  • Manuel Cavenaghi (ed) Cryptes et des cauchemars. Dictionnaire du film d'horreur italien, Milan, éditions Bloodbuster, 2011 ISBN 978-88-902087-5-1.
  • Sabatino Landi et Giorgio Placereani (ed) Cinéma et littérature. Horreur: Mary Shelley Stephen King, avec des essais de Dario Argento, Gianni Canova, Giuseppe Lippi, Gustavo Pietropolli Charmet, Giorgio Placereani, Adelina Preziosi, Pordenone, Cinemazero Editions, 1998 SBN IT \ ICCU \ IFC \ 0395400.
  • Siegfried Kracauer, De Caligari à Hitler. Histoire psychologique du cinéma allemand, édité par Leonardo Quaresima, 2e éd., Turin, Lindau, 2007 ISBN 978-88-7180-701-0.
  • Andrea Sauchelli, Horreur et de l'humeur, American Philosophical Quarterly, 51, 1 (2014).
  • Daniela Catelli, Ciak tremble. Guide de films d'horreur, theoria 1996/2006 Murcia

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers horreur

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4127415-5