s
19 708 Pages

Bonjour les amis!
Bonjour les amis! .jpg
film de capture d'écran
titre original Guns Great
langue originale Anglais
Pays de production USA
année 1941
durée 70 minutes
caractéristiques B / N
sexe comédie
Réalisé par Banques Montague (Monty Banks)
sujet Lou Breslow
scénario Breslow faible
producteur Sol M. Wurtzel
Maison de production 20th Century Fox
photographie Glen Mac Williams
montage A DeGaetano
musique Emil Newman
scénographie Thomas Little
costumes costumes Herschel
interprètes et caractères
  • Stan Laurel: Laurel
  • Oliver Hardy: Hardy
  • Sheila Ryan: Ginger Hammond
  • Dick Nelson: Dan Foresta (forêt)
  • Edmund MacDonald: Sergent Pippo (hippopotame)
  • Charles Trowbridge: Colonel Ridley
  • Ludwig Stössel: Dr. Schickel
  • Kane Richmond: le capitaine Baker
  • Mae Marshtante Marthe
  • Ethel Griffies: Tante Agathe
  • Paul Harvey: Général Taylor
  • Charles Arnt: médecin
  • Pierre Watkin: Colonel Wayburn
  • Russell HicksLe général Burns
  • Irving Bacon: postier
les voix des acteurs italiens
1er doublage (1948)

2ème doublage (1986)

Bonjour les amis! (Guns Great) Il est film la 1941 réalisé par Monty Banks avec Laurel et Hardy. Il a été tourné avec le titre de travail avant mars.

intrigue

Laurel et Hardy sont respectivement jardinier et conducteur jeune Dan Foresta. Un jour, une lettre est arrivée de l'armée qui invite Dan à enrôler. Le garçon est considéré par la famille et par la Laurel et Hardy malade, mais après l'examen médical, il est parfaitement capable. Malgré cela, Laurel et Hardy ne font pas confiance et avec lui font appel, en regardant tous les moyens de l'entraver dans son activité militaire en vous assurant que vous ne rentrez chez vous. Pendant ce temps, Dan tombe amoureux de la belle Ginger Hammond qui dirige un magasin de photographie, qui a également attiré Sgt Pippo. Par la suite, malgré les dégâts combinés dans l'armée, ils sont en mesure de sortir triomphant d'un faux, mais risqué, l'exercice de la guerre.

curiosité

  • Il est le premier film Laurel et Hardy après séparation du producteur Hal Roach.
  • Dans une scène dans le studio photographique de Ginger apparaît brièvement future star Alan Ladd.
  • Laurel lors de l'assemblage du pont ennemi porte différents moments de faisceaux longs, apparaissant au début et à la fin réapparaissant comme si elle était la même personne à transporter la tête et la queue de l'axe de bois, sous le regard étonné de Hardy. Le gag original avait été inventé dans le film La touche finale (La touche de finition) Dans le 1928 et la victime des jeux Laurel était le policier Edgar Kennedy.

Scènes supprimées

Dans les deux cas de doublage du film présente des coupes considérables de séquences, certains ont fait dans le processus de doublage, d'autres pour des raisons de calendrier, les scènes manquantes sont les suivantes:

  • La conversation de Laurel et Hardy avec les patients dans la salle d'attente avant d'entrer dans le bureau du médecin.
  • Laurel et Hardy qui prennent soin avec le médecin pour la santé Dan.
  • Le sergent qui ordonne Pippo à Laurel et Hardy pour leur indiscipline lors de leur première réunion (peu avant la scène se déplace avec la course de chevaux).
  • La première conversation amicale, longue et joyeuse avec Dan développeur Ginger Hammond.
  • Laurel et Hardy dans la tente avant d'entrer Dan, avec Laurel à raser sa barbe.[Présent dans le film]
  • Le différend Laurel et Hardy au gingembre qui essaie de montrer tous les défauts de Dan, elle le laisse.
  • Laurel et Hardy en faisant valoir avant d'entrer dans la salle de Pippo Sgt.

le doublage

En plus du premier doublage Alberto Sordi et Mauro Zambuto, Il y a aussi le doublage de Enzo Garinei et Giorgio Ariani exécuté en 1986.

critique

« Le film, pour faire court, semble plein de cas et gimmicks occupés: le corbeau en écharpe Crok pendant la revue, Crik qui se rase avec une ampoule dans sa bouche, et l'aventure de la cible, sont parmi les meilleurs. Puis le dispettucci d'habitude, les mouvements habituels, les contrastes habituels gras et maigre, l'orgasme, et le flegme, et généralement pas moins hilarante doublé. »

(Leo Pestelli[1])

notes

liens externes