s
19 708 Pages

La destruction du monde
La destruction de mondo.jpg
Une scène de l'effondrement des gratte-ciel New-York
titre original inondation
langue originale Anglais
Pays de production États-Unis d'Amérique
année 1933
durée 70 min
caractéristiques B / N
sexe science-fiction, dramatique
Réalisé par Felix E. Feist
sujet S. Fowler Wright (Comme Sydney Fowler Wright)
scénario Warren B. Duff, John F. Goodrich
producteur Sam Bischoff, Burt Kelly, William Saal
photographie Norbert Brodine
montage Martin G. Cohn, Rose Loewinger
effets spéciaux Ned Mann (miniatures), Russell E. Lawson (artiste arrière-plans), William Williams (photographie effets spéciaux)
musique Val Burton (non crédité)
interprètes et caractères
  • Peggy ShannonClaire Arlington
  • Lois WilsonHelen Webster
  • Sidney BlackmerMorris Webster (Martin Webster dans l'original)
  • Fred Kohler: Jepsen
  • Lane Chandler: Jack
  • Ronnie Cosby: Ronny Webster
  • John Elliott: prédicateur
  • Ralf Harolde Norwood, compagnon Jepsen
  • Samuel S. Hinds: météorologue
  • Edward LeSaint: Passerby
  • Philo McCulloughBellamy, membre d'un gang
  • Matt MooreTom, a survécu
  • Harry Semels: bras droit Bellamy
  • Edward Van SloanProf. Carlysle, astronome en chef
les voix des acteurs italiens

La destruction du monde (inondation) Il est film la 1933 réalisé par Felix E. Feist. film science-fiction post-apocalyptique distribué par RKO Radio Pictures, raconte l'histoire d'un groupe de les catastrophes naturelles leader mondial de la destruction de la Terre.

Le film est vaguement basé sur le roman inondation ( « Inondation ») de S. Fowler Wright 1928, en déplaçant le cadre de 'Angleterre à États-Unis. Il est l'un des plus anciens et les plus rares exemples de film catastrophe.[1]

La bande originale a été presque entièrement perdu et survit la version doublée en italien.[1]

intrigue

Les météorologues sont confrontés à un dilemme: la pression barométrique Il descend à des niveaux records, ce qui indique le début d'une tempête d'une puissance sans précédent. Tous les avions sont appelés au sol. Le champion de natation Claire Arlington doit renoncer à son entreprise de sport pour nager autour de l'île de Manhattan.

Quand il manifeste une éclipse solaire inattendu, météorologue en chef en contact avec la Société américaine d'astronomie. Le chef astronome professeur Carlysle rapporte que le phénomène inquiétant est répandu dans le monde et en Europe a commencé une série de grands Les tremblements de terre. Parmi la population commence à semer la panique. À la suite de l'astronome reçoit des rapports selon lesquels la Côte du Pacifique des États-Unis Il a été frappé par un puissant tremblement de terre, et qui est interrompu toute forme de communication avec l'Europe. Il se profile une catastrophe énorme.[1]

L'avocat Martin Webster alarmé par l'entend des nouvelles et décider, avec sa femme Helen, à chercher le salut avec ses deux enfants dans une cabane en briques, considérant l'endroit le plus sûr autour.

Les tremblements de terre provoquent un énorme tsunami. La ville de New York City Elle est détruite par un tremblement de terre, puis immédiatement est touché par le raz de marée qui engloutit. Presque tous les habitants des villes périront. Webster meurtri se réveille dans un paysage désolé, convaincu que sa famille ont péri dans la catastrophe, et se réunit dans les ruines de la ville avec d'autres survivants, parmi lesquels Claire Arlington.[2]

état de conservation

Pendant de nombreuses années La destruction du monde Il a été considéré comme un film perdu, jusqu'à ce que, en 1981, a été jugée Forrest J. Ackerman une copie doublée en italien dans une archive Rome.[2]

Avant cette découverte, la seule partie du film que vous saviez avait survécu à la séquence d'onde qui détruit la ville de New York, qui avait été réutilisé dans en série de Republic Pictures Dick Tracy vs. Criminalité, Inc. (1941) et Roi des hommes Rocket (1949).

production

La série impressionnante d'effets spéciaux de la destruction de New York a été créé par une équipe qui a travaillé plus tard dans le film dramatique H. G. Wells Les choses à venir (Les choses à venir, 1936).

distribution

Le film a été distribué par RKO Radio Pictures États-Unis 18 Août 1933.[3]

Il a été distribué dans différents pays européens en 1934, y compris l'Italie; en Portugal (comme O diluvio) Le 10 Mars, Finlande le 4 Novembre.[3]

Après sa redécouverte en Italie, le film est sorti en plusieurs versions, ce qui élimine certains des dialogues en italien et en ajoutant d'une simple bande-son musicale, comme un film muet, et sous-titres anglais; dans cette version la seule scène avec la bande originale est celle de la destruction de New York.[1]

critique

Fantafilm écrit que « les historiens du cinéma ont toujours parlé en termes positifs, mettant l'accent sur la qualité des effets spéciaux Ned Mann qui a reconstruit les pièces de studio de New York. »[2]

notes

  1. ^ à b c Charles P. Mitchell, Guide de Apocalyptique Cinéma, Greenwood Publishing Group, 2001, pp. 54-58, ISBN 978-0-313-31527-5.
  2. ^ à b c Bruno Lattanzi et Fabio De Angelis (ed) La destruction du monde, en Fantafilm. Consulté le 14 Janvier, 2014.
  3. ^ à b Déluge (1933) - Release Info - IMDb

bibliographie

Articles connexes

  • Fin du monde
  • apocalyptique et post-apocalyptique Sci
  • La fin du monde (film de 1931)

liens externes