s
19 708 Pages

Armoiries de la famille Cantelmos
Cantelmo.jpg Crest
blason
Lion d'or à la croix rouge dans la tête par un lambello trois pendentifs rouge.

la famille Cantelmos (ou Cantelmi) Il est l'un des plus anciennes familles nobles D 'Italie. Ils ont acheté les premiers privilèges féodaux en Italie 1269, lorsque Giacomo Cantelmo, suivant Charles Ier d'Anjou la conquête de Royaume de Naples (1266) territoires Acquise Abruzzes et Terra di Lavoro. suivant Charles II, en 1284, il l'a nommé mort dell 'Abruzzes Hither.

arbre généalogique

Il est en dessous des Cantelmos de la généalogie de la famille par l'arrivée en Italie de la naissance de Jacques Ier Duché de Sora, selon une reconstruction de Domenico Santoro[1].

James I Cantelmos
│
Restaino I († 1310) "Le capitaine de Naples»[2]
├──> Cantelma
├──> Joanna l'épouse de Adenolfo III d'Aquin, monsieur d 'alvito
├──> Rostaino († 1327
│ ├──> Giacomo Seigneur des Atina
│ ├──> Agoto
│ └──> Restaino
└──> James II, La mort des Abruzzes[3] († 1333)
├──> John Seigneur des Arpino
├──> Berlinghiero
└──> Rostaino
├─> Rostaino, restaure le château de Alvito († 1383)
└─> James III († 1381)
├─> épouse Rita de Giovanni Antonio Caldora m. 1382, a épousé en 1367
├─> Catherine
├─> Antonella
├─> Maria
├─> Berlinghiero Seigneur des Arce et Atina
│ └─> Giacomo († 1419)
├─> James IV Seigneur des Alvito († 1393)
└─> Rostainuccio Seigneur des peuples († 1396)
└─> James V la Comte de Alvito[4] († 1406)
├─> Nicholas
├─> Francis II Nombre de peuples († 1423)
└─> Antonio Comte de Alvito († 1439)
├─> Onofrio
└─> Nicholas Duc de Sora et Alvito († 1454)
├─> Piegiampaolo Duc de Sora et Alvito († 1497)
│ ├─> Sigismond
│ ├─> Caesar
│ ├─> Ferrando
│ ├─> Victoire
│ ├─> Cornelia
│ └─> Diana
└─> Pier Giovanni VI Nombre de peuples († 1478)
├─> Laura
├─> Dianora
├─> Diana
├─> Lavinia
├─> Portia
└─> Restaino Cantelmos VII Nombre de peuples († 1514)

histoire

origines

Une reconstitution de la généalogie XVIIe siècle Il veut que la famille est originaire de Everardo, qui était le dernier fils du roi écossais Duncan, qui descendent des membres de la famille de Stuart. Une branche de la famille Stuart serait établie en Italie, en prenant le nom de leur premier Français fief, il a reconnu dans un acte du roi Charles II d'Angleterre en 1683 et, pour la deuxième fois, dans un second acte de Charles II, Roi d'Espagne, la 1688. De la famille qui se sont installés à Stuart Écosse la famille Cantelmos-Stuart aurait alors partie hérité plus tard de l'emblème (le lion rampant, l'emblème du lion Cantelmos et placé sous tourné vers le haut et avec les trois jambes). Les parents des cadeaux de la famille sont toujours interrogés par la plupart des historiens et on croit généralement que cette généalogie est un faux.[5] En fait Cantelmos étaient une famille française, en effet Provence, dont le nom d'origine était Gantelmi[6].

Cantelmos
le "Taverna Ducale« Cantelmo dans peuples

James et Rostaino

La terre d'origine est encore en France, selon des sources italiennes. James, le fondateur de la dynastie, un chef d'origine provençale qui se sont aventurés à la suite de Charles Ier d'Anjou dans la guerre contre les Souabes midi, Il a demandé du roi de Naples dans les fiefs Abruzzes (peuples) Et vallée de Comino (alvito), Territoire que pendant des siècles ont fait l'objet des revendications par Abbayes féodales comme Montecassino et casauria, les frontières de la juridiction civile des 'Abruzzes. Giacomo est généralement décrit comme une personne de peu d'importance, radin et sans grandes ambitions politiques. Mais, depuis, il était une course qui a pu compléter les plans du premier souverain napolitain Angoino, parce que ses héritiers ont pu à la fois pour faire face efficacement à l'expansion territoriale de Montecassino et casaurensi, est de parvenir à des positions politiques importantes dans le domaine et les provinces.

Giacomo morì en 1310, la même année, il est mort son fils Rostaino. Mais il était père plus de succès, parce que depuis 1292, il avait été nommé par le roi, « capitaine de Naples », un titre qui lui garantissait la régence des cours suprêmes du royaume. Il était responsable de la construction du premier palais de la famille napolitaine.

Les héritiers Rostaino

En 1310, quand Rostaino est mort, il a laissé quatre enfants, deux garçons et deux filles: Rostaino II, Jacques II, Cantelma et Giovanna. Étant donné que nous possédons la plupart des territoires qui étaient autrefois la Thomas d'Aquin, presque partout, il entouré par des propriétés monastiques, diocésains ou à côté États pontificaux, en Rostaino d'imposer sa règle, il n'a pas d'autre choix que de poursuivre une salle de politique visant à renforcer le prestige et la richesse de sa famille et d'assurer le soutien politique des anciens pro-souabe féodaux, en particulier dans la puissante famille de Aquinati. Les intentions du dovvettero français soient payés par les nobles de la Campanie, parce que la faveur que Cantelmos jouissait à la cour napolitaine et des positions bureaucratiques considérables qui ont couvert, ainsi que dès le XIVe siècle ont le mariage importante entre les deux familles, comme celle entre Rostaino II Margaret Corban, veuve de Thomas d'Aquin Adenolfo, et parmi Adenolfo III et Giovanna Cantelmo, appelé Giovannella. Ces mariages étaient d'un grand avantage pour la noblesse française, qui a ainsi réussi à étendre progressivement leur rivalité même Terra di Lavoro. Un tel Cantelma, ailleurs connu comme Catherine, était mariée à Bertrand d'Arthois (ARTUS), mais rendu célèbre pour devenir l'amant de Robert d'Anjou, qui a bien fait cette relation un fils, Charles, puis comte de Sant'Agata de « Goti. Il a été une génération heureuse, qui a émergé l'un des fils de Rostaino II, qui a également été nommé, se souvient d'avoir reconstruit le château Alvito, détruite par un tremblement de terre, puis il laissera un héritage à d'autres Cantelmos, non sans avoir obtenu le « achat:

(LA)

« Il, sans se soucier de sa propre santé, dommages et dépenses personnelles, persévéré sur le visage, sa promesse honnête. »

(IT)

« Iste promissi cultor honesti fuit, nca Sibi, nca de les parcens, nca de Ullis. »

(ancienne inscription au alvito Château)

lit un texte écrit dans sa mémoire, où il est loué pour la défense du château alvitano la Royaume de Naples agression hongroise menée par Louis Ier de Hongrie.

Rostaino et James III

De l'élargissement de cours des deux familles ont également apporté les premiers désaccords sur les deux côtés. Rostaino, fils de Jacques II, commença bientôt à faire, les titres nobles hérités de son père, à se positionner comme l'héritier non seulement de la propriété familiale, mais aussi le caractère impitoyable et envie forcée à la conquête de ses ancêtres. A la fin de XIVe siècle Il a mené une guerre contre la Thomas d'Aquin en Valcomino, qui possédait des fonds agricoles riches et productifs, attaquant les châteaux Campoli, San Donato et Settefrati, puis de Francesco et inimitiés Berardo Thomas d'Aquin; l'issue de la guerre a été favorable pour les Français, qui les villes Cominesi approprié, pendant des années il les obtient rentes, qui se traduit par 1382 Il avait déjà gagné plus d'un millier onces or. L'usurpation n'a pas à être un mouvement politique intelligent, il a été cause de ravages dans toute la Terra di Lavoro, où les autorités de Aquinati prévalaient encore, de sorte que l'affaire a été portée par la cloche à la famille des audiences Roi Carlo III, qu'il a mobilisé pour faire face à la Cour suprême napolitaine. Ce Rostaino qui a été forcé de retourner le pays conquis Cominesi, a également subi plusieurs saisies à la main directe du roi, il semble qu'il a également été repéré dans le crime de rébellion, et 9 Décembre 1382 a dû céder immobilier à Naples, dans la localité Cap Trio, Bartholomew Tomacelli-Cibo. En fait, on ne sait pas s'il avait un fils ou un petit-fils de Jacques II, parce que plusieurs autres Cantelmos ont été appelés Rostaino, mais si les interprétations historiographiques fournies à ce jour ont fait correctement la lumière sur la question Cantelmo généalogique, on peut supposer dans la pratique qu'il est frère de Jacques III, célèbre pour sa part d'être maître de Alvito et constructeur du palais ducal de Atina et serveur Carlo III, et ainsi les enfants de ces Rostaino et petits-enfants de Jacques II. Il a mis un terme définitif à ses impulsions entre 1383 et 1384, sans enfants, les années où vous incluez la date de sa mort[7].

Les héritiers de Jacques III

Giuseppe Cantelmo

La famille est morte Cantelmos avec Joseph, qui avait seulement deux filles:

  • le 1er était marié à la famille Tocco, de sorte que la famille a changé son nom en contact Tomasello-Cybo[citation nécessaire] Touch-Cantelmo Stuart,
  • 2 est allé à la femme Carafa, dont les descendants (le deuxième né) a changé son nom à Carafa-Cantelmo Stuart,

Feudi

Les querelles de famille Cantelmos ont été principalement placés entre 'Abruzzes, la Molise et une partie de Terra di Lavoro qui tombe maintenant Lazio Sud; ils ont saisi les possessions des Abruzzes pro-souabe féodaux, des barons qui avaient toujours été en bonne relation avec les empereurs germaniques[5]: Acciano, Acquaviva delle Croci, alfedena, bombe, Cagnano Amiterno, Campo di Giove, casalbordino, Forcapalena, Montorio, Navelli, Pacentro, Pentima, peuples, Prezza, Rivisondoli, rocchetta, Vittorito. Par la suite à leur règlement, grâce aux mariages combinés avec D'Aquino, qui jusque-là avait été parmi les plus riches seigneurs de Royaume de Sicile, Ils ont réussi à acquérir des droits féodaux Arpino, alvito, Atina, au cours de la XIVe siècle, et alors Sora[8]. Ils étaient d'origine française, et au-delà des Alpes avaient possédé les propriétés Tinkerbell et Luc Lunel.

les principaux membres de la famille

  • Giacomo Cantelmo, bourreau des Abruzzes Hither de 1284
  • Restaino Cantelmos, grand capitaine du Royaume des deux Siciles 1301
  • Simone Cantelmo, Mort du Travail de la Terre et de Molise 1320
  • Antonio Cantelmo, qui flanquée Bras Fortebraccio de Montone Bataille dans l'Aigle
  • Giuseppe Cantelmo, 1er duc de peuples, du côté de Charles V, Il a conduit les Français du sud, le dernier membre de la famille

notes

  1. ^ Santoro D., pages éparpillées de l'histoire alvitana, vol. I, Jecco, Chieti, 1908, pp. 51 (I TAV.), 58 (tableau II.), 72 (Tableau III.), 103 (tableau IV).
  2. ^ Régent des tribunaux britanniques. A. Mancini, famille Cantelmos, dans "L'histoire de Atina. collection de divers écrits« Arnaldo Forni ed., 1994, p. 691
  3. ^ A. Mancini, ibid.
  4. ^ ambassadeur roi Ladislas. A. Mancini, ibid.
  5. ^ à b Santoro D., pages éparpillées de l'histoire alvitana, vol. I, Jecco, Chieti, 1908, p. 48.
  6. ^ Alfonso Colarossi-Mancini, Peuples de souvenirs historiques jusqu'à l'abolition des fiefs - Deuxième édition, pp. 66 et 67, 2007 Peuples
  7. ^ Santoro 61 Note
  8. ^ Santoro D., pages éparpillées de l'histoire alvitana, vol. I, Jecco, Chieti, 1908, p. 49.

bibliographie

Articles connexes

  • alvito Château
  • Château Caldora (Pacentro)
  • Abruzzes Citra
  • Terra di Lavoro
  • Duché de Alvito
  • Duché de Sora
  • Polycopiés de la première série des célèbres familles italiennes

liens externes