s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
Sineoamphisbaena
Image de Sineoamphisbaena hexatabularis manquantes
classification scientifique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
phylum chordata
classe Sauropsida
ordre squamates
Sous-ordre sauriens
Infra Scincomorpha
famille  ? polyglyphanodontia
sexe Sineoamphisbaena
espèce S. hexatabularis

la sineoanfisbena (Sineoamphisbaena hexatabularis) Il est reptile appartenant à l'espèce égrené. Il vivait dans crétacé supérieur (Campanien, environ 75 millions d'années) et leurs restes fossiles ont été trouvés dans Chine.

description

Cet animal est connu que grâce à un fossile partiel, comportant un crâne compléter avec beaucoup de mâchoires, de nombreuses vertèbres et une partie de la branche avant gauche. L'apparition de Sineoamphisbaena Il devait être très différent de celui de lézards en cours, et en fait cet animal a d'abord été considéré comme un membre de anfisbene (Amphisbaenia). Le crâne, environ 2 centimètres de long, a une forme inhabituelle: il était assez courte et équipée, dans sa partie supérieure, d'une structure plane et solide, de forme carrée. L 'orbite Elle était petite, entourée d'os solides. Les mandibules sont très courts (environ la moitié de la longueur du crâne) et l'os carré Il a été tourné autour de 90 ° vers l'arrière.

la côtes Ils étaient robustes, tandis que 'humérus Il était tout à fait robuste. La longueur du corps, ainsi que sa morphologie, est inconnue.

classification

Cet animal a été décrite pour la première fois 1993, en fonction des fossiles trouvés dans Mongolie intérieure (Chine). Dans un premier temps, de nombreuses études (Wu et al, 1993, Wu et al., 1996;. Gao, 1997) ont indiqué Sineoamphisbaena comme le plus ancien anfisbenide connu. Cette classification a été remise en question par d'autres études (Kearney, 2003, Conrad, 2008), qui avaient cru pouvoir assigner Sineoamphisbaena mise à l'échelle du groupe connu sous le nom poliglifanodontidi.

Une étude à grande échelle en ce qui concerne décortiquées vivants et disparus (Gauthier et al., 2012) n'a pas trouvé d'affinité particulière entre anfisbene et Sineoamphisbaena. Au contraire, l'étude suggère que cet animal était le taxon soeur un clade comprenant le serpents, la anfisbene, famille dibamidae et américains lézards apodes. L'analyse de 2012 ne considère même pas une relation étroite entre Sineoamphisbaena et le poliglifanodontidi, bien que dans une autre analyse cladistics tout aussi valable (qui ne considère pas les lézards apodes et les mosasaures) dans la même étude Sineoamphisbaena Il est considéré comme un poliglifanodontide des habitudes fossorie.

paléobiologie

La forme bizarre du crâne et l'humérus robuste l'hypothèse selon laquelle Sineoamphisbaena Il était un animal d'habitudes de fossorie, creuser des tunnels et déplacé à l'intérieur eux.

bibliographie

  • Conrad J (2008). « Phylogénie et de Systématique squamates (Reptilia) basés sur la morphologie. » Bulletin du Musée américain d'histoire naturelle. 310: 1-182. doi: 10,1206 / 310,1.
  • Gao K 1997. Sineoamphisbaena relations phylogénétiques ont discuté. Revue canadienne des sciences de la Terre. 34: 886-889. article en ligne
  • Gauthier, J. A;. Kearney, M;. Maisano, J. A;. Rieppel, O;. Behlke, A. D. B. (2012). « Calibré Montage de l'arbre de vie: Perspectives de la Phénotype et des fossiles. » Bulletin du Musée d'histoire naturelle Peabody 53: 3. doi: 10,3374 / 014.053.0101. éditer
  • M Kearney 2003. La position phylogénétique de Sineoamphisbaena hexatabularis réexaminées. Journal of Vertebrate Paleontology 23 (2), 394-403. DOI: 10,1671 / 0272-4634 (2003) 023 [0394: TPPOSH] 2.0.CO; 2
  • Wu XC., DB Brinkman, Russell AP, Dong Z, Currie PJ, Hou L et G Cui 1993. Le plus ancien de amphisbène connu du Crétacé supérieur de la Mongolie intérieure chinoise. Nature (Londres) 366: 57-59.
  • Wu X-C Brinkman et DB Russell 1996. AP Sineoamphisbaena hexatabularis, un amphisbène (diapsid: Squamata) des couches rouges du Crétacé supérieur à Bayan Mandahu (Mongolie intérieure, République populaire de Chine), et des commentaires sur les relations phylogénétiques du Amphisbaenia. Canadian Journal of Earth Sciences, 33: 541-577.