s
19 708 Pages

Apologie d'Al-Kindi
titre original رسالة الكندي
auteur « Abd al-Masih ibn Ishaq al-Kindi
1 re éd. original IXe siècle après J.-C.
sexe sage
langue originale arabe

L 'excuses d'al-Kindy (Risalat al-Kindi, ar: رسالة الكندي) est apologétique arabo-chrétienne du Moyen Age sous la forme d'un dialogue la correspondance entre un chrétien et un musulman croyant. le travail défend la Christianisme et il attire l'attention sur les lacunes perçues dans 'Islam. Il est attribué à un chrétien arabe nommé Abd al-Masih ibn Ishaq al-Kindi. Il est une figure par ailleurs inconnu, ce qui est susceptible d'une identification claire avec le philosophe péripatéticien islamique Abu Yûsuf ibn Ishaq al-Kindi.

L'importance particulière de ce travail réside dans sa propagation à l'intérieur d'élite européenne cultivée depuis le XIIe siècle et le rôle qu'elle a joué en Europe en tant que source d'information sur 'Islam.

publications Histoire

La composition de la date Apologie est débattue. Les premiers survivants manuscrits du texte arabe sont tout le travail des scribes chrétiens (dans une variété de Oriental arabe ou syriaque); De plus, aucun d'entre eux avant la XVIIe siècle et, en effet, la plupart d'entre eux sont de la fin du XIXe et début du XXe siècle. Cependant, il y a traduction latine du travail datant du XIIe siècle et préparé en Espagne, à partir de laquelle on peut faire valoir que le texte arabe est distribué parmi les mozarabes (Circulation de ce « genre » est témoin d'un petit corpus de cinq apologétique en arabe au XIIe siècle qui survivent encore).[1] La traduction latine a été fait en 1141 par un groupe de chercheurs dirigé par le spagnolo Pietro di Toledo à la demande de Pierre le Vénérable[2], neuvième abbé de 'Abbaye bénédictine de Cluny. Avec Pierre de Tolède a également collaboré Pierre de Poitiers et Robert de Ketton. Ces chercheurs faisaient partie d'une équipe recrutée par Pierre le Vénérable, qui a également commandé les traductions d'autres textes arabes, y compris Coran.[3] Pierre le Vénérable était destiné à convertir les musulmans au christianisme, et pour cette raison, il peut faire valoir que son interprétation de l'islam est intrinsèquement négatif, mais ce programme culturel, mais idéologique, a été en mesure d'établir « une approche plus rationnelle à l'islam. .. à partir de sources islamiques au lieu de celles produites par l'imagination de quelques écrivains chrétiens occidentaux ».[4] Après avoir été distribué en manuscrit, le travail a été publié dans un 'édition imprimée au XVIe siècle avec une préface de Martin Lutero.

Unknown est la nature réelle de l'œuvre et l'origine de son auteur: ne sais pas si on considère cependant le travail créatif d'un seul auteur anonyme ou une vraie correspondance entre deux entités vraiment existé (dont la vie,, On ne sait rien, le même texte trahi Il précise que les vrais noms des correspondants ont été omis pour « une raison », sans précision), dont les lettres seront rassemblées par un compilateur inconnu qui aurait les a réunis pour composer le texte de l'œuvre.

À l'époque contemporaine, des extraits ont été publiés en anglais orientalistes écossais William Muir en 1882.[5] Son travail a également été traduit en russe. En 1985, Georges Tartar a publié une traduction française du travail. En 1998, elle a publié une traduction italienne: « Al-Kindi, Apologie du christianisme, introduction, traduction, notes et indices », organisée par Laura Bottini, le quatrième volume de la collection « du patrimoine culturel arabo-chrétien ».

le contenu du travail

YApologie a la forme d'un dialogue entre un musulman et un chrétien. En fait, le livre contient deux excuses: le premier à embrasser musulman invite le chrétien 'Islam. Dans le second, le chrétien refuse cette invitation et à son tour, invite les musulmans à embrasser le christianisme. La réponse chrétienne couvre environ six septièmes du texte. Les deux parties au différend sont nommés par Pseudos: le musulman, appelé « Abd-Allah ibn Ismail al-Hashimy "(ar: عبد الله بن إسمعيل الهاشمي, qui se traduit par" serviteur d'Allah, fils d'Ismaël, le clan Banu Hashim « ), il est décrit comme un cousin d'un calife, qui vit dans son château et est bien informé au sujet de la théologie chrétienne; le chrétien est appelé « Abd al-Masih ibn Ishaq al-Kindi "(en arabe: عبد المسيح ابن اسحاق الكندي), qui se traduit par" serviteur du Messie, fils d'Isaac, la tribu Banu Kindah ». En plus de la désignation « serviteur du Christ » ou « esclave d'Allah », vous devez noter ce qui suit: « le fils d'Isaac » et « fils d'Ismaël. » En fait, alors que Isaac nommé la Bible comme la semence promise par Dieu à Abraham, Ismaël musulmans considèrent comme l'un des ancêtres des Arabes et croient en compagnie de son père Abraham avait reconstruit Kaaba. Enfin, alors que le clan des « ASHIM Sons » (le Achémiti) est un clan de la tribu arabe Qurayshiti dont également inclus Mohammed, Kindah clan de la tribu inclus les juifs et les chrétiens, même après l'avènement de l'Islam.

Les litiges concernant la datation de l'Apologie

Muir a reconnu la difficulté d'obtenir une version fiable du texte arabe, mais a défendu l'authenticité du travail, notant que la présentation d'excuses est cité par Abu-Rayhan Birouni autour de l'année 1000 comme l'épître de "Abd al Masih ibn Ishac, Al Kindy". Les deux croient tous les deux Muir van Koningsveld que le travail doit être daté au IXe siècle. Muir a fourni une date plus précise, identifiant le Calife, qui reste sans nom dans les lettres, avec la figure de Al-Ma'mûn, qui a régné 813-833.[6]

Éditions et traductions

  • La présentation d'excuses d'Al Kindy écrit à la cour d'Al Mamun (environ 215 A. H., A. D. 830) dans la défense du christianisme contre l'islam. édité et commenté par Sir William Muir, Société pour la promotion de la connaissance chrétienne (SPCK), Londres, 1887
  • Dialogue Islamo-Chrétien sous le calife al-Ma'mûn (813-834): les épîtres de Al-Hashimi et d'Al-Kindi, Nouvelles Editions Latines, Traduites par Georges Tartar, 303 pp ISBN 978-2-7233-0266-1 LC Cote BP172.H2914, 1985 Les livres de Google Extraits consultables
  • Al Kindi, Apologie du christianisme par L. Bottini, Milan, Jaca Book, 1998, ISBN-10: 8816404574

notes

  1. ^ Post-scriptum van Koningsveld, La présentation d'excuses d'Al-Kindi, Polémiques religieux dans leur contexte: les documents présentés à la deuxième Conférence internationale de l'Institut de Leiden pour l'étude des religions
  2. ^ « Abd Allāh ibn Isma'il Hashimi, Kindi, Georges Tartar, Dialogue Islamo-Chrétien sous le calife al-Ma'mûn (813-834): les épîtres de Al-Hashimi et d'Al-Kindi, p. 17, Nouvelles Editions Latines, 1985, ISBN 2723302660.
  3. ^ Bishko, Charles, Pierre le voyage du Vénérable en Espagne, initialement publié en Il a étudié Anselmiana 40 (1956)
  4. ^ Hugh Goddard, Une histoire des relations entre chrétiens et musulmans, Chicago, New Amsterdam Books, 2000, p. 95.
  5. ^ Thomas Patrick Hughes, Un Dictionnaire de l'Islam, J. Jetley pour l'Asie des services d'éducation, 2001 [1885].
  6. ^ David Richard Thomas, Barbara Roggema, Juan Pedro Monferrer Hall, Relations Islamo-Chrétiennes: Une histoire Bibliographical (600-900), p. 587, Brill, 2009, ISBN 900416975X

Articles connexes