s
19 708 Pages

de architectura
de Architectura027.jpg
Manuscrit sur parchemin (environ 1390)
auteur Vitruve
1 re éd. original sur 15 BC
sexe traité
subgénero l'architecture, l'ingénierie
langue originale latin

de architectura (sur l'architecture) Il est traité latin écrit par Vitruve autour 15 BC[1] Il est le seul texte sur 'architecture survécu intacts les temps anciens et est devenu le fondement théorique de l'architecture occidentale, la Renaissance jusqu'à la fin de XIXe siècle. Le travail constitue également une source importante de connaissances sur les méthodes modernes de construction Rome antique, ainsi que la conception des structures, grandes (aqueducs, bâtiments, bains, ports) et petits (machines, instruments, outils de mesure).

(LA)

« Haec ita autem fier debent, ut habeatur rapport firmitatis, utilitatis, Venustatis. »

(IT)

« Dans toutes ces choses que vous devez faire doit viser à se engage la solidité, l'utilité et la beauté. »

(Vitruve, de Architectura, Liber I, 2)

Le traité à travers les siècles

de architectura
édition "homme de Vitruve" L 'illustré par Cesare Cesariano, 1521.

Le travail a été écrit probablement autour de 15 BC,[1] dans les années où l'empereur Augusto, qui a été consacré au traité, il prévoyait un renouvellement général du logement public. L'influence de Vitruve dans les temps anciens semble avoir été très limitée, cependant,[2], ainsi que des œuvres de Vitruve lui-même, qui dans le traité ne donne que la Basilique de Fano.

Le traité a survécu grâce à un seul exemplaire, sans d'illustrations probablement à l'origine, les travaux situés en provenance des îles britanniques et apporté de Alcuin la cour de Carlo Magno, où il a créé un seul intérêt philologique (Par exemple, dans Eginardo). Copié dans divers spécimens de la copie originale perdue aujourd'hui, il semble que le traité n'a pas exercé aucune influence sur l'architecture tout au long du Moyen Age, bien qu'un manuscrit de Architectura à Oxford ours gloses dans la marge par la main de Petrarca, et bien que Boccaccio il possédait une copie. D'autres copies sont documentées, même en Italie, à la fin trois cents. Il perd le crédit, donc, le mythe de la redécouverte 1414 Montecassino par Poggio Bracciolini,[3] qui, en tout cas doit avoir trouvé une copie dans ses recherches, peut-être dans la région allemande,[4] contribuant encore à sa diffusion et à la redécouverte culturelle.

en XVe siècle, En fait, la connaissance et l'intérêt pour Vitruve devenaient de plus en plus, notamment grâce à Lorenzo Ghiberti (Qu'elle en tire pour sa commentaires) Leon Battista Alberti (Ce qui en fait une sorte de réinterprétation critique et créative De re aedificatoria) Francesco di Giorgio Martini (À qui nous devons la première traduction partielle la langue vernaculaire, est resté en manuscrit)[5], Raphael (Qui l'avait traduit par Fabio Calvo pour être en mesure d'étudier directement)[6].

Entre le quinzième et XVIe siècle le traité a été publié à plusieurs reprises à partir de l'édition prince organisée par Sulpicio de Veroli appelé "sulpiciana" (Rome, 1490 type de G. Herolt, 2 volumes in-folio).

Une grande importance a été l'édition de Fra ' Giovanni Giocondo que 1511 il a publié en Venise, pour les types de Giovanni Tacuino, la première édition illustrée du traité, puis repris dans les éditions suivantes. Fra « Giocondo ajoute 136 dessins, reproduits dans xylographie, en ce qui concerne les aspects architecturaux et les aspects techniques, tels que les machines de construction, en essayant de reconstituer les illustrations qui avaient probablement enrichiront l'œuvre originale et en tout cas important d'interpréter le sens même de nombreuses parties du traité. La grande importance de cette question, ainsi que la précision technique et philologique que seule la compétence de Giocondo, littéraire et technique en même temps, il aurait pu, était un appareil iconographique en raison du travail de vitruvina est la clé de lecture essentielle.

Illustré avec de nombreuses illustrations et édition annotée a été organisée par Cesare Cesariano dont il a été le premier traduit en langue vernaculaire italien (1521)[7]. Une autre question importante est celle de 1556 édité par Daniele Barbaro avec des illustrations Andrea Palladio. Le XVIe siècle a encore quatre éditions en latin et en italien neuf.

en 1547 Il a été publié la première traduction française de Jean Martin. Guillaume Philandrier était l'auteur de la première édition critique du texte latin en France (Lyon, 1552 types de Jean de Tournes).

bibliographie complète et de travaux en ligne sur la page Web http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Auteur/Vitruve.asp?param=en (Université de Tours, Centre d'études supérieures de la Renaissance).

structure

de architectura
Une question à l'italienne de architectura 1521, traduit et illustré par Cesare Cesariano.

Le travail est divisé en dix livres différents, qui est utilisé chacun pour une introduction (ou prologue), comme suit:

  • Livre I: définition du vaste domaine de l'architecture, l'architecte et les compétences. Le traitement de la planification urbaine.
  • Livre II: matériaux, techniques de maçonnerie et edificatoria. Dans le deuxième livre contient la célèbre exposition d'architecture sur l'origine, où Vitruve évoque un monde primitif[8] dans lequel l'homme découvre le feu et construit les premiers abris en bois,[9] créant le mythe de la « hutte primitive » et la colonne de bois comme source du temple dorique et toutes les formes architecturales.
  • Livre III, livre IV: bâtiments sacrés (temples) et ordres architecturaux.
  • Livre V: les bâtiments publics avec une référence particulière à trou, un basilique et théâtres.
  • Livres VI et VII: bâtiments privés (localisation, type, plâtrage, planchers).
  • Livre VIII: Description merveilles aquarum et ouvrages hydrauliques.
  • Livre IX: digression astronomique et astrologique, éléments gnomonique (Réalisation de 'analemme, cadrans et de l'eau).
  • Livre X: mécanique. Dans ce document sont décrits, entre autres, trois équipements différents pour soulever des poids dans la canalisation (en utilisant des combinaisons de poulies, treuils et palans)[10], la vis sans fin et d'autres machines hydrauliques et de la guerre.

sujets

Dans ce traité, l'architecture Vitruve donne le titre de science, mais il ne se limite pas à cela: en fait, il élève à la primauté, car il contient pratiquement toutes les autres formes de connaissances. Dans ce cas, le 'architecte doit avoir une connaissance de:

  • géométrie: Vous devez connaître la façon dont travail
  • mathématiquesLe bâtiment doit se tenir, cela devrait être fait de calculs spécifiques
  • anatomie et médecine: Construire des lieux pour la vie humaine, pourquoi elle doit connaître les proportions humaines, doit être prudent éclairage, de ventilation et de la santé des ville et bâtiments
  • optique et acoustique: Il suffit de penser de la théâtres
  • loi: Il est clair que la construction doit suivre normes précis
  • théologie: Dans le cas de la construction temples, ceux-ci devaient être agréables aux dieux
  • astronomie: Certains types de bâtiments, en particulier lieux de culte, Ils devaient tenir compte de la position des étoiles
  • météorologie: le microclimat le lieu de la construction du bâtiment est essentielle pour les caractéristiques qui doivent avoir.

L'architecture est l'imitation nature, le bâtiment doit intégrer harmonieusement dans 'environnement naturel. L'architecte doit avoir une large formation générale, voire philosophique (le modèle du orateur de de Cicéron est présent en Vitruve), en plus de la connaissance des 'acoustique la construction de théâtres et de bâtiments similaires, dell 'optique pour l'éclairage des bâtiments, des médecine pour l'hygiène des zones de construction.

Vitruve, en savoureux, vise également à donner le prestige culturel et social architecte généralement refusé aux techniciens anciens.

Le langage utilisé par Vitruve, qui apparaissait déjà « obscur » aux érudits de la Renaissance, a été sévèrement jugé par les philologues du XIXe siècle[11], par rapport à la période latin de Cicéron classique contemporaine. Il est en fait une petite langue littéraire et sans fioritures, pleine de tournures et des éléments de jargon également d'origine grecque; une sorte de spécialiste latine et « vulgaire », précurseur de l'évolution future linguistique.[12] en proems Cependant, le style devient plus élégant et rhétorique.

Les composants de l'architecture

« Tous ces bâtiments doivent avoir la solidité, l'utilité et la beauté. Ils solidité lorsque les fondations, construites avec des matériaux choisis avec soin et sans avidité, se reposer profondément et fermement sur le sol ci-dessous; utilité, lorsque la distribution de l'espace interne de chacun d'un bâtiment est l'utilisation correcte et pratique; beauté, enfin, quand l'aspect du travail sera agréable pour la proportion harmonieuse des pièces que vous obtenez avec le calcul astucieux de symétries. »

A partir de cette étape Vitruve basé sur le premier livre, ce fut au XVIIe siècle, de Claude Perrault, une simplification célèbre du traité dans une formule efficace et réussie (triade Vitruve) Pour que le 'architecture Il doit satisfaire à trois catégories:

  • firmitas (Solidité);
  • utilitas (Fonction, l'utilisation prévue);
  • venustas (Beauté).

Cette formule efficace condensent le traité de Vitruve, mais contient une vision théorique plus complexe et si étroitement cohérente.

notes

  1. ^ à b Annuaire GmbH [1] dernier accès 3/9/2008
  2. ^ H.-W. Kruft, Histoires de théories architecturales de Vitruve au XVIIIe siècle, en 1988
  3. ^ H.-W. Kruft, Op. Cit., 1988.
  4. ^ Probablement à Saint-Gall: L.Ciaponi, Le « De architectura de Vitruve dans le premier humanisme, dans « l'Italie médiévale et humaniste », III, pag.59-99.
  5. ^ Divers auteurs,Cesare Cesariano et le classicisme du début du XVIe siècle, 1996
  6. ^ Traduction par Fabio Calvo, l'un des premiers connus, dont il existe deux éditorial écrit à la main, est resté inédit: F. Di Todaro, Vitruve, Raphaël, Piero della Francesca, dans les Annales de l'architecture n. 14, 2002.
  7. ^ Divers auteurs,Cesare Cesariano et le classicisme du début du XVIe siècle,1996
  8. ^ Selon Panofsky cette évocation suggestive et « moderne » trouve sa représentation dans certaines œuvres hermétiques Piero di Cosimo: E.Panofsky, iconologie étude, 1975, p. 45-50
  9. ^ Alessandro Rovetta (édité) Vitruve De architectura: Livres matériaux II-IV, les temples, les commandes, 2002
  10. ^ P.Fleury, La mécanique de Vitruve, 1993
  11. ^ L'écart avec la prose de Cicéron, il prit l'origine provinciale (Afrique) Vitruve ou la main d'un faussaire du troisième ou quatrième siècle: Elisa Romano, Parmi le langage abstrait et concret de Vitruve, dans "Vitruvius Pollio, De l'architecture", sous la direction de Pierre Gros, Einaudi, 1997
  12. ^ Elisa Romano, Op. Cit., Einaudi, 1997

Articles connexes

  • homme de Vitruve

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient le texte intégral de architectura
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers de architectura

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR182669421