s
19 708 Pages

Effets secondaires. Comme les compagnies pharmaceutiques induisent en erreur les médecins et les patients
titre original Bad Pharma. Comment les médecins et les compagnies pharmaceutiques Mislead Les patients des méfaits
Bad Pharma us.jpg
auteur Ben Goldacre
1 re éd. original 2012
1 re éd. italien 2013
sexe essai
subgénero médecine
langue originale Anglais

Effets secondaires. Comme les compagnies pharmaceutiques induisent en erreur les médecins et les patients (Titre original anglais Bad Pharma. Comment les médecins et les compagnies pharmaceutiques Mislead Les patients des méfaits) Il est un essai écrit par le médecin et écrivain scientifique britannique Ben Goldacre. Publié dans l'original 2010 et en Italie 2011 de mondadori, est le problème de l'influence de l'industrie pharmaceutique sur les processus qui mènent aux choix des institutions publiques, les médecins et les patients sur l'efficacité des thérapies disponibles.

contenu

Dans ce livre, l'auteur aborde le problème des manipulations et des distorsions fabriqués principalement à partir 'industrie pharmaceutique les procédures utilisées pour démontrer la validité de leurs produits, mettant en lumière à travers une documentation rigoureuse et statistiques comment cela affecte l'action des institutions, les médecins et les patients dans le choix de la façon de traiter eux-mêmes.

Pour comprendre comment cela peut se produire, il est d'abord expliqué le fonctionnement des méthodes statistiques modernes (revues systématiques et méta-analyse) Utilisées dans le domaine médical pour évaluer le plus précisément possible à l'efficacité réelle des médicaments, et comment nous pouvons agir pour modifier le résultat. En commençant par le mécanisme le plus simple et subtile, la non-divulgation de études cliniques défavorable, habitude très dangereux aussi souvent difficile de retracer et de prouver, en particulier dans le cas des études financées par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes, de toute évidence pas intéressés à faire des résultats connus ne conviennent pas à leurs intérêts. Des études récentes faites sur le sujet ont montré une différence significative dans la publication du procès, lié ou non obtenir les résultats souhaités. Un problème, cependant, connu sous le nom « biais de publication », ce qui, concerne le champ de la recherche scientifique, où les résultats négatifs ont tendance à être considérés comme moins importants par les chercheurs eux-mêmes et donc pas publiées ou rendues publiques par choix, qui implique manque de données essentiel d'évaluer correctement l'efficacité thérapeutique des médicaments. Les données qui est encore difficile à récupérer, même pour le manque de coopération et de transparence adoptée par le contrôle des organismes publics et l'assurance de la qualité, y compris FDA, EMA, MHRA, qui sont souvent moins leurs fonctions, ce qui entrave le travail des chercheurs.

Dans le chapitre suivant les étapes sont expliquées qui est soumise à un nouveau médicament au cours des phases de test, et quels sont les points critiques correspondants dans le processus. alors que la tâche des autorités de contrôle est l'évaluation subséquente de la preuve obtenue et le degré de sécurité démontré, d'accorder la commercialisation d'approbation. Même si à ce stade il y a des problèmes, liés à la trop grande proximité entre ceux qui travaillent dans l'action de surveillance et qui est contrôlée, avec des cas fréquents d'échange de rôles, pratique au moins inappropriée. Un encore plus grave problème est celui des normes moins rigoureuses utilisées dans les essais requis pour l'approbation des filtres peu sélectifs, et amplement l'occasion pour les extensions, qui cependant, en cas de défaut ne suivent jamais les sanctions. Tout cela par la tendance au secret des autorités de surveillance, peu disposés à divulguer ces informations en leur possession. coutume Unjustified, qui va à l'encontre de la vérification scientifique des besoins plus larges peuvent étudier à la recherche d'éventuelles erreurs et manipulations qui, souvent, il se cachent. Cela peut prendre des aspects très différents: la fraude brute, les changements les plus subtiles dans les protocoles des essais, les défauts liés à l'absence de représentativité de l'échantillon, jusqu'à ce que la réinterprétation insolente des résultats à sa convenance. Obtenir l'effet paradoxal d'un manque important de données fiables sur les meilleures stratégies de traitement de la maladie très fréquente, même face à l'abondance des études publiées et réalisées. Pour résoudre ce problème, l'auteur suggère un mode simplifié pour effectuer d'essai à grande échelle, l'exploitation des systèmes de santé publique, avec des dépenses limitées et des changements minimes sur les procédures actuelles, accablés par un excès de bureaucratie souvent inutile.

Le prochain chapitre est consacré à la question des politiques de marketing des entreprises pharmaceutiques et les systèmes qu'ils utilisent pour promouvoir leurs produits, souvent bien au-delà de leur utilité thérapeutique réelle. Créant ainsi un lourd fardeau pour les systèmes sociaux et de l'assurance, contraints de supporter les dépenses inutiles liées aux décisions commerciales des entreprises privées. Que cet aspect investissent beaucoup plus grand nombre que ceux qui sont utilisés dans la recherche et le développement de médicaments, qui subventionnent afin que les médecins ne sont pas toujours manifestes, des célébrités, des organisations médicales, les groupes de patients et de leurs campagnes pour l'accès aux soins parfois encore douteux. Il arrive dans des cas extrêmes pour soutenir la création de maladies fictives et leurs attentes en matière de traitement, selon un procédé connu sous le nom maladie belliqueuse. Le plus souvent, le soutien de diverses façons les médecins complaisants, qui sont fournis avec des cours gratuits voyages liés et dîners, les rôles des intervenants à la conférence et, dans le cas d'une collaboration encore plus étroite, articles déjà emballés par écrivains ombre d'augmenter la production académique favorable. Une influence qui tend à impliquer les plus importantes revues universitaires, subventionnés de façon ouvertes et secrètes, en dépit de plusieurs tentatives visant à freiner cette interférence.

Le dernier chapitre résume brièvement les questions abordées, mettant l'accent sur la pertinence et de la gravité, ce qui suggère des lignes directrices pour commencer des changements importants qui nous permettront dans un avenir proche pour obtenir des données fiables et vraiment exempt des distorsions actuelles.

Index des chapitres

  • introduction
  • données manquantes
  • II Où les nouveaux médicaments?
  • III régulateurs Bad
  • essais mauvais IV
  • V Des essais plus larges et simples
  • VI marketing
  • Conclusion: de meilleures données

réception

Le document a été accueilli par un certain nombre de commentaires positifs des grands journaux anglo-saxons, y compris gardien[1], économiste[2], télégraphe[3], mais aussi de la critique prévisible des représentants des sociétés pharmaceutiques, la cible principale des allégations contenues dans le texte. En particulier, le chef représentant de l'Association principale britannique de l'industrie pharmaceutique ABPI adressée après la sortie du livre à l'auteur une lettre, indiquant que le texte fait référence aux cas obsolètes et ne portait pas sur leur pays, auquel la lettre ' auteur a répondu en confirmant leurs allégations sur tous les chefs d'accusation[4][5]. Quelques critiques spécifiques ont été soulevées par le psychiatre et auteur d'essais sur un sujet comme David Healy, qui avait demandé un examen sur le livre par le magazine London Review of Books, Examen rejeté et que l'auteur a publié sur son blog, dans lequel la même Goldacre a répondu, et sur lequel il a mis au point un échange de vues[6].

Editions

  • Ben Goldacre, Effets secondaires. Comme les compagnies pharmaceutiques induisent en erreur les médecins et les patients, traduction de Tullio Cannillo, 1re éd., Mondadori, Avril 2013 [2012], ISBN 978-88-04-62926-9.

notes

  1. ^ (FR) Auteur: Luisa Dillner, Bad Pharma par Ben Goldacre - Critique, en The Guardian, 17 octobre 2012.
  2. ^ (FR) Choisissez votre pilule d'un chapeau, en The Economist, 29 septembre 2012. 20 Octobre Récupéré, 2013.
  3. ^ (FR) Auteur: Max Pemberton, Bad Pharma par Ben Goldacre: examen, en Le Daily Telegraph, 22 octobre 2012. 20 Octobre Récupéré, 2013.
  4. ^ Les sociétés pharmaceutiques britanniques contre Goldacre, en question, CICAP, 5 février 2013. 20 Octobre Récupéré, 2013.
  5. ^ (FR) Ben Goldacre c l'Association de l'industrie pharmaceutique britannique, en New Statesman, 19 octobre 2012. 20 Octobre Récupéré, 2013.
  6. ^ (FR) David Healy, So Bad Pharma Non, Dr David Healy, le 28 Mars 2013. 20 Octobre Récupéré, 2013.

Articles connexes

  • pharmacologie
  • Médecine fondée sur des preuves

liens externes

  • [1], entretien avec l'auteur du livre sur le site Web du magazine CICAP.