s
19 708 Pages

La banalité du mal
Eichmann à Jérusalem
titre original Eichmann à Jérusalem:
Rapport sur la banalité du mal
auteur Hannah Arendt
1 re éd. original 1963
1 re éd. italien 1964
sexe essai
subgénero éthique
langue originale Anglais

La banalité du mal. Eichmann à Jérusalem (Eichmann à Jérusalem: Rapport sur la banalité du mal) Il est un essai de Hannah Arendt.

Genèse du travail

La lettre « Eichmann à Jérusalem: rapport sur la banalité du mal « est essentiellement un journal de l'auteur, envoyé par semaine New Yorker, sur le processus aux sessions Adolf Eichmann. le hiérarque nazi, réfugiés en 1945 argentin, Il y était pris par Israéliens en 1960, il a essayé de génocide en 1961 Jérusalem et condamné à mort pour suspendu. La sentence a été exécutée le 31 mai 1962[1].

Au moment où le procès d'Eichmann a provoqué diverses controverses: d'abord parce que Eichmann n'a jamais été légalement arrêté, mais enlevé par les services secrets israéliens sur le territoire argentin, où il jouissait de l'asile politique. Eichmann a été enlevé et secrètement ne se rendre en Israël, contre la volonté de l'Argentine. En second lieu, parce que Eichmann, en dépit d'être accusés de crimes contre l'humanité, a été jugé par l'Etat d'Israël, qu'il ne pouvait pas intenter une action civile, car il n'existe pas encore au moment des infractions alléguées. En outre, étant donné que les crimes contre l'humanité commis par Eichmann ont été considérés comme des crimes contre les Juifs et qu'il a été jugé en Israël, semblait opposé à toute loi pénale que les victimes (les Israéliens) giudicassero le bourreau, et il y avait un juge impartiale de le faire.

Le titre original est "Eichmann à Jérusalem - Rapport sur la banalité du mal. « Non sans raison, l'éditeur italien a jugé bon d'inverser l'ordre du titre du débat en classe, en fait, Arendt va tirer l'idée que le mal commis par Eichmann -. Comme la majorité des Allemands qui ont fait coresponsable holocauste - était due non pas à une maligne, enracinée nettement dans l'âme (comme l'a soutenu dans sa Les origines du Totalitarisme) Mais plutôt à une méconnaissance complète de ce qu'ils voulaient dire leurs propres actions.

Le tribunal, les conditions de traitement et le défendeur

La banalité du mal commence par une discussion des conditions sociales au moment du procès d'Adolf Eichmann: selon Arendt est évident que la poursuite Gideon Hausner (fortement influencé par le Premier ministre israélien Ben Gurion) Essayer de toutes les façons de détourner l'attention de la cour - dirigée par Moshe Landau - le jugement de la personne de Eichmann à celle de 'antisémitisme Nazie, de priver de la crédibilité des pays arabes Moyen Orient par quoi Israël Il était en conflit - rappelant leurs sympathies pour le nazisme - et convaincre Juifs à travers le monde que Israël était le seul endroit où sont effectivement protégés leurs droits. Arendt est très critique du discours d'ouverture par le procureur Gideon Hausner. La question critique est particulièrement la peine prononcée par p.m. "nous ne faisons aucune distinction ethnique« . En fait, de l'avis de Hannah Arendt, le procès d'Eichmann devait représenter un spectacle, construit par Ben Gurion, clairement manipulé la politique de l'État nouveau-né d'Israël. En fait, l'accusé a été inculpé de crimes contre le peuple juif et les crimes contre l'humanité commis sur le corps du peuple juif.

Plus tard, nous passons à l'examen de l'accusé. Adolf Eichmann, qui est né en solingen, en Nord, en 1906, Il était étudiant atone, la retraite d'études secondaires comme ceux de la formation professionnelle.

Il a travaillé comme mineur en compagnie de son père jusqu'à ce qu'il puisse lui trouver un emploi à la société autrichienne électro-tramway. L'un de ses oncles - marié à une femme juive - un ami du président de la compagnie pétrolière autrichienne vide Il a réussi à convaincre ce dernier de l'embaucher en tant que représentant.

Il entra dans la parti nazi autrichienne 1932 heartedly, suivant les conseils de son ami Ernst Kaltenbrunner ... m'a demandé: « pourquoi ne pas rejoindre le parti nazi? » - et je l'ai dit « oui, pourquoi pas? » parce que apathique de son travail; il ne savait rien du parti nazi, avait jamais lu la Mein Kampf (Comme aucun autre livre), il justifie en affirmant leur engagement politique de ne pas accepter les conditions imposées Allemagne de Traité de Versailles (1919) et de vouloir changer: une déclaration générale des motifs qui auraient pu parler pour adhérer à un parti, il a été largement admis en Allemagne que le traité était trop punitive[2].

Lorsque le parti nazi autrichien a été mis hors la loi, il est revenu à Allemagne, où il a été conduit par un agent à une carrière militaire. L'auteur souligne que l'image peinte est pas celle d'un crime odieux, mais plutôt un homme simple, dont la personnalité en bordure de la médiocrité. Pendant le régime nazi comme tout au long de sa vie, il a vécu par inertie; Il a dirigé par son père, les amitiés, la situation dans laquelle il a vécu. Il manquait dangereusement dans l'initiative, la profondeur culturelle et morale; ce dernier ne va pas au-delà du conditionnement qui avait été donnée par la société.

La carrière d'Eichmann

L'impression semble être confirmée par la raison de son entrée dans la SSIl est entré au service de sécurité SS (RSHA) Confondre le service de sécurité du parti, qui est la base de son service de haute personnalités. Pendant quatre mois, il a travaillé à contrecœur bureau de collecte d'informations francs-maçons, avant d'être transféré au bureau hébreu correspondant.

Quand il a été donné L'Etat juif, de Theodor Herzl, dévora avidement: ce fut son premier livre; puis apprendre la langue yiddish, et lira sa propre initiative Histoire du sionisme Adolf Böhm; cette culture a réussi à faire nommer "expert en matière juive». Dans un contexte comme celui de lois raciales la 1935 - que, pour beaucoup de Juifs avaient été acceptés comme règlement simple des pratiques déjà en cours d'utilisation - il a cherché à "aider les Juifs à établir leur propre état« L'organisation de l'émigration forcée; Il se considérait comme un réaliste idéaliste réalisé la volonté du parti (l'Allemagne judenrein, débarrassé des Juifs) et la volonté de la race juive (ayant son propre territoire).

Stealing l'idée de son supérieur hiérarchique, résolu les problèmes qui ont été soulevées dans l'émigration: les Juifs devaient acheter des permis nécessaires à l'expatriation de différents bureaux, mais ils ont émis ces permis par la courte durée de vie - viennent à expiration très souvent avant l'émigrant pourrait pour terminer le processus bureaucratique - et il a résolu le problème en se concentrant sur un seul bâtiment d'un représentant de chaque institution capable de les libérer, l'équipement et les émigrés de devises (nécessaires pour entrer dans le pays de destination) par un accord avec les dirigeants de la communauté juive: ils ont fait payer des sommes importantes communautés juives à l'étranger, de revendre l'argent aux Juifs allemands à un double changement.

L'auteur retrace ensuite le profil de Adolf Eichmann: Un homme médiocre, qui vit sur les idées des autres et les mérites attribués qui n'a rien à échapper à la médiocrité; De plus, il sera juste que lui causer des ennuis: publiera une interview avec le journaliste et ancien SS Willem Sassen, fatigué de la vie et non avenu lui offrant sa planque dans argentin (Où il a travaillé comme mécanicien) pour revivre l'excitation des jours où il se sentait rempli. L'image est exacerbée par sa tendance à parler des phrases et son incohérence: le début du processus dit qu'il ne voulait pas prêter serment - comme "J'ai appris qu'il est la seule chose qui ne doit jamais être faite« - puis choisissez la première audience à témoigner sous serment.

Combien peu il a réalisé ce qu'il dit et ce qu'il savait peu comprendre les autres le résultat de la déposition dans laquelle il se déclare "sauveur du peuple juif« Parce qu'il a dû émigrer des centaines de milliers de personnes, autrement condamnés à mort. Peut-être que s'il avait une meilleure mémoire et un avocat plus capable pourrait propager une meilleure idée: commencer les nazis considéré comme unique en fait leurs interlocuteurs sionistes; avait même conclu un accord par lequel le pourrait aussi garder Juifs leur argent en cas d'émigration, à condition que le changement des marchandises produites par l'Allemagne (qui, à leur arrivée Palestine seraient revendues par les dirigeants juifs, ils détiennent une part de la vente pour leur médiation).

Son manque chronique de mémoire le condamner à ne jamais être en mesure de contrer les allégations au sérieux, il ne se souvenait que leurs succès personnels, ses humeurs et des phrases stock qui leur sont associés: rappelez tous ses quatre promotions entre 1937 et 1941, et d'arriver à le rôle du commandant du Centre d'émigration Berlin - pour lui une phrase: en 1941, pendant la guerre, il a parlé de ne pas expulser les Juifs. Sa carrière était terminée.

Ses responsabilités étaient aussi plus petit qu'il ne semblait: il était seulement le chef du sous-section B4 4 'RSHA, Bureau de la sécurité nationale SS. La clameur autour de lui, se leva parce que pendant la Procès de Nuremberg beaucoup ont essayé de télécharger sur la responsabilité de lui, le considérant mort. Un homme de faible culture et classe sociale basse, était extrêmement zélé dans le lieu de travail; non pas par l'idéologie mais par le désir de plaire à leurs maîtres et gagner des prix.

Se trouvant à organiser l'émigration au milieu de la guerre, il a eu l'idée du projet führer d'un État judenrein déplacer tous les Juifs dans l'est Pologne, hors du Reich allemand. Rencontre avec les résistances Hans Frank - gouverneur de la Pologne, qui ne supportait pas de voir préempté son autorité - initiative personnelle abandonnée, sincèrement convaincu que Frank voulait penser pour eux-mêmes aux Juifs vivant en Pologne, et se consacre à la réalisation de projets affectés à son bureau depuis longtemps, mais le mensonge comme impossible à atteindre que l'émigration de quatre millions de Juifs Madagascar, projet attribué par le RSHA comme masquage (évidemment, puisqu'il n'y avait pas de moyens logistiques, ni capacité de se déplacer quatre millions de personnes en France, avec le 'océan Atlantique fermement entre les mains de Anglais).

Il était responsable de l'organisation Theresienstadt, ghetto - un camp de concentration « humaine », créé pour la propagande (seul domaine visité par la Croix-Rouge, lorsque les représentants en visite ont demandé à voir le camp de Bergen-Belsen, il a été empêché de faire valoir que était en place épidémie typhus) et présenté par les nazis comme « exemple typique de la colonisation juive. » À Theresienstadt, ils ont été déportées principalement personnalités anciennes et juives en vue: il était une ville de campagne évacuée, fermée pour l'occasion, où les dignitaires juifs a fait croire à vivre en isolement. Leurs biens ont été confisqués sous prétexte de payer le logement dans lequel ils vivaient, qui - selon la propagande nazie - deviendrait leur propriété. Seulement plus tard, il est devenu clair la fonction de propagande du camp de concentration et son véritable rôle de « tri central » vers d'autres camps de concentration.

Deux mois après l'attaque 'URSS, Reinhard Heydrich Eichmann est allé au courant de la décision du Führer: la solution finale. Il est perdu lors du dépôt de dire les détails de son sens de la perte, en accord avec lui-même. L'extermination ne sera jamais nommé: nous utiliserons des termes tels que le travail « solution finale » et « est ».

Après la réunion, Eichmann sera ordonné d'examiner le nouveau camp de concentration Lublin. Ici, nous avons plus de preuves de la normalité absolue de cet homme, et comment l'idée qu'en lui il y a un mal radical « » n'a pas de sens: il est proche de l'évanouissement quand il est montré une exécution (en connectant le moteur diesel d'un sous-marin russe à une cabane en bois scellé); s'enfuir du champ pour se réfugier à contempler les formes d'une gare, et à partir de là toujours éviter d'aller dans les camps de concentration, à l'exception Auschwitz: Ici, les visions ont été évitées les plus cruelles comme bon ami du directeur Rudolf Höß.

Il savait alors le sort des Juifs déportés de lui, et malgré cela et le sentiment de malaise n'a rien fait pour l'empêcher; Il est en effet forcé de travailler avec plus de zèle pour équilibrer sa répulsion. Face à la preuve que Eichmann était au courant de ce qui a résulté de ses actions, son avocat a déclaré qu'il avait agi pour des raisons d'Etat, mais d'accepter cet argument signifierait accepter la thèse selon laquelle Hitler a agi pour le bien de l'Etat.

de Conférence Wannsee, quand il a été expliqué aux différents ministres que Hitler voulait passer à la solution finale, Eichmann est sorti rafraîchi, il pour sa classe sociale avait la crainte de ceux qui avaient terminé leurs études ou occuper une bonne position dans la société, et est devenu convaincu que - après tout - si ces gens si respectables se sont révélés enthousiastes à l'idée de la proposition, il ne lui appartient de juger.

En tant qu'expert de l'émigration est devenu si expert de l'évacuation: organiser le transport des Juifs de divers domaines, qui ont accepté sans révolte et prêt à travailler, rassurée par les chefs des communautés juives - qui avait sauvé sa vie et celle des autres juifs éminents échange de silence. Selon Arendt, si les Juifs ne sont pas restés dans les mains des dirigeants, au moins 50% d'entre eux serait sauvé; et la manière d'Eichmann - enclin à se sentir inférieurs et légitimer des gestes horribles si désiré par des gens qui pensaient admirable - comporté le reste de l'Allemagne à la fin de beaucoup a déclaré la guerre à avoir jamais été "en interne antonymes« Solutions nazies, mais ont mis de côté leurs convictions personnelles. Leur moral a été donné par la société qu'ils avaient autour, et hésitations dans l'Allemagne nazie étaient simplement dérivés de l'habitude d'une société ancienne, et furent bientôt remplacés par la morale inconsciemment que le Führer propagé.

Ce point de vue a été pris en charge lorsque Eichmann, lors d'une audience ultérieure, il est venu dire qu'il a agi selon l'éthique kantienne; cela implique, plus ou moins, que nous devons agir pour que nos actions peuvent devenir une loi. Eichmann a perverti le concept jusqu'à dire qu'il a agi comme il pensait que le Führer voulait légiférer: à l'appui de cette thèse ont déclaré avoir une crise de conscience quand Heinrich Himmler, vers la fin du conflit, il a ordonné de suspendre les déportations d'ouvrir des négociations avec les Alliés, certains de la défaite. Se trouvant donc sans moyens de transport, sur lequel il n'avait plus d'autorité, Eichmann a marché 50.000 Juifs marchant dans les camps de concentration, car il savait que Himmler ne prenait pas la conduite que le Führer approuverait. Cela rend encore plus à quel point il savait comment se mettre dans la peau des autres, si cela est jugé une justification en sa faveur dans un processus de terre juive.

Le rôle d'Eichmann dans les déportations

Entre la conférence de Wannsee et la fin des déportations bière blonde, Eichmann a perdu ses compétences dans l'émigration, pour devenir directeur de la machine d'organisation: il réquisitionne les trains et les changements prévus en fonction de la capacité des camps de concentration. Sa première mission a été un test d'expulsion dans un ancien camp de concentration dans la France occupée, où environ 7000 Juifs ont été transférés. Eichmann à ce stade atténue leur culpabilité laisser la responsabilité aux gouvernements européens: à son avis, Hitler a été contraint à ce choix étant donné qu'aucun Etat avait accepté les masses juives que l'émigration forcée Eichmann, sans tenir compte que aucun pays aurait accepté des masses de personnes apatrides sans lois sur le patrimoine Reich Ils ont fourni qu'un citoyen qui avait quitté le territoire allemand - sans soumettre une demande de visa - aurait perdu automatiquement leur citoyenneté; la perte de la citoyenneté de l'État a été autorisé à confisquer leurs biens. C'est le truc bureaucratique qui permettra aux nazis d'amasser juifs dans les camps (en dehors du territoire du Reich) et de confisquer tous leurs biens.

en Juin 1943, Reich est proclamé judenrein. Dans le reste de l'Europe occidentale, les déportations ont procédé de façon inégale: la France la gouvernement de Vichy a accepté la déportation de 100.000 juifs étrangers, mais comme l'antisémitisme ici était la nature chauvin, il a fait la même chose pour les Juifs français - déportation sabotant d'une manière similaire à celle des Belges: ils sont venus à laisser ouvrir les voitures directement aux camps de concentration, de sorte que les Juifs pouvaient fuir sans Reich pourrait les blâmer de trahison (bien que cela ne sera pas suffisant pour sauver plus de 25.000 Juifs). la Norvège de Quisling livré presque tous les Juifs restants dans la région (environ 7000), tandis que le Danemark Ce fut l'exemple le plus flagrant de la façon dont les dirigeants nazis, selon Arendt, le mal compissero simplement parce que la société conditionnée par Hitler: tout le peuple danois se sont rebellés contre les déportations.

Même le roi est arrivé à mettre la bande juive, les ministres ont menacé de soumettre la démission si elle est forcée d'adopter des lois raciales et les habitants de Copenhague évacuation organisée avec Suède - qu'il a protégé les Juifs - payer de ses propres frais de poche pour les Juifs indigents. Remis à neuf par de longues années passées dans la société danoise, le commandant allemand Werner meilleur - qui avait reçu l'ordre de procéder à l'expulsion forcée - interdit à ses hommes de violer une propriété privée, et la diffusion de mot du raid imminent pour permettre aux Juifs de se barricader dans leurs maisons. De ce pays que 470 Juifs ont été déportés.

Italie, cependant, selon l'auteur, était agent double, parce qu'il était le seul pays dont la souveraineté a été respecté par les Allemands, et bien que Benito Mussolini adopter des lois raciales, ces esentarono (même si au départ uniquement) tous les membres du Parti Juif fasciste (inutile de dire que les membres du parti était la condition pratiquement nécessaire, dans ces années)[3]. Quand les nazis ont pu agir sur le territoire italien - en 1943 - De nombreux généraux italiens trompé les troupes nazies, en évitant de livrer environ 20 000 Juifs, sous prétexte qu'il n'a pas été possible, car il a fui en principauté de Monaco.

en Balkans, les nazis a obtenu le soutien populaire en créant de nouveaux états; ces territoires ont montré une grande hétérogénéité dans la composition sociale, étaient un ensemble de plusieurs groupes ethniques: Les nazis ont soutenu la création de « états des minorités » comme Croatie. Ce pays n'a rien fait pour contrecarrer la volonté d'Hitler, à moins accorder un statut des Juifs « d'honneur aryens » qui ont accepté de faire don de tous leurs biens à l'État; ici, ils ont été déportés à 30.000.

en Serbie un nombre de victimes est presque impossible; ce pays avait eu l'audace de se révolter contre le gouvernement avec un coup d'Etat pro-nazi, et ces troupes nazies ont été exhortés à tuer sur place les Juifs et partisans.

Les charges, les éléments de preuve et le jugement

Dans ces pays, le rôle d'Eichmann était central dans l'organisation; contrairement au cas des provinces de l'Est, où ils ont commis les plus grands crimes (et non par hasard la première accusation qui venait était lui que d'avoir organisé l'extermination dans ces régions); toute présente documentation dans ces territoires a été détruite par les nazis pendant leur retraite, donc il n'y avait aucune preuve de l'implication de Eichmann (si bien que la peine a dit que le centre de gravité du travail d'Eichmann avait été le Reich et l'Occident, mais pas à l'est).

Le ministère public a donc introduit une ligne sans fin des témoins, déportés dans ces régions, qui ne donnent aucune contribution concrète au processus ou apporté des preuves, mais, devant aucun tribunal (ainsi que le grand public) pourrait nier la possibilité de dire, en vertu des horreurs d'expérience. En outre, étant donné que la charge exagérant grandement les responsabilités de la cour a vu Eichmann presque obligé de « défendre » elle; niant la crédibilité des témoins à charge serait exposé aux juges de vives critiques.

Avec ces audiences serait nécessaire de préciser le rôle d'Eichmann dans:

  • commandant de la Einsatzgruppen (Unités mobiles massacre. Aucune responsabilité Eichmann, ils ont répondu que pour Heydrich);
  • l'offre de transport (. des déportations vers l'est Acquitté: l'administration en Europe était aux commandants SS);
  • Le contrôle des camps de concentration (Acquitté: il ne portait que sur le transport);
  • Décider du sort des Juifs orientaux (Acquitté: il avait été décidé par Hitler lui-même déjà en 1939).

Le procès d'Adolf Eichmann était atypique parce que Ben Gurion la poursuite a commencé à fournir d'énormes moyens financiers, avec lesquels il pouvait se permettre une grande quantité d'employés visant à revérifions les actes de Procès de Nuremberg; permettre à la défense pas contre-interroger les témoins, tels que fixés ailleurs. Le seul argument d'un avocat à la disposition Eichmann contestait la validité du processus et l'enlèvement de son client, étant donné que ses crimes en Argentine avaient déjà expiré. En plus de cours de témoins, sur lequel il avait un point.

Le seul témoin qui a effectivement produit quelque chose d'utile était de Abba Kovner, jew ancien partisan. il a parlé Anton Schmid, sergent wehrmacht Il a condamné à mort pour avoir aidé les Juifs en leur fournissant des faux passeports. Il est venu tout de suite à l'esprit ce que le monde serait différent s'il y avait plus d'hommes comme lui. Bien qu'il soit vrai que le régime totalitaire cherche à éliminer le sens du martyre éliminant la mémoire du martyr, faisant disparaître juste, il est tout aussi vrai que l'immense immensité du monde, des personnes, des cas, il serait impossible d'achever la disparition. Comme cela est arrivé pour Schmid, qui a dû attendre la sortie de alliés parce que quelqu'un était au courant de son héroïsme. Mais il était connu. Et à part cela, même avec la certitude de disparaître, il avait fait ce qu'il fallait faire. Ce fut le seul témoin qui a apporté quelque chose au processus, et certainement pas aux conséquences juridiques.

Pour obtenir une image plus détaillée de la personnalité d'Eichmann est utile d'observer ses gestes à la fin de la guerre; Il a été capturé par les Alliés, mais non identifiés; il a échappé de prison où il avait été enfermé, puis a fui en Argentine sous le nom présumé de Ricardo Klement. Il a vécu ici faire des travaux humiliants jusqu'à ce que sa femme - qui a divorcé a donné lieu à cause de la corruption de certains officiels conformes - non pris avec les enfants. Il est devenu chef mécanicien chez Mercedes Buenos Aires et a construit une maison dans une zone sans électricité ni eau courante. Il a semé beaucoup d'indices à se remarier et de publier un avis de décès avec le nom de famille Eichmann. Il était désemparé par son exiguïté qui n'a jamais manqué une occasion de revivre les gloires de Reich, donc avec plaisir qu'il a accepté d'être interviewé par l'ancien SS Willem Sassen. Quand il se rendit compte traquée par les services secrets israéliens, permettent de capturer sans résistance, parce qu'avec sa exaltante peine de mort serait expier les péchés de l'Allemagne nazie.

La décision l'a reconnu coupable de crimes contre les Juifs (en favorisant l'extermination, les faire vivre dans des conditions qui conduiraient à la mort, causant des dommages psychologiques et prévenir les naissances plus) et les crimes contre l'humanité. Il a été accepté l'argument selon lequel il n'aurait rendu possible l'extermination, mais il serait mis en place personnellement.

Ce point est essentiel de comprendre comment il était possible de 'holocauste, selon Arendt: il n'y avait personne responsable, ou plutôt ne se sentait; juste fait leur travail. Eichmann se sentait victime d'une injustice, et il était profondément convaincu de la star de payer pour les péchés des autres: après tout, il était un bureaucrate qui a fait leur travail, et d'ailleurs, cela a coïncidé avec un crime.

Après la peine de mort il y avait un autre appel, qui a fait peu (l'avocat d'Eichmann présenté comme traductions « nouvelle preuve » de documents déjà soumis par l'accusation). La cour d'appel contredisant la décision antérieure lui a tenu « Supérieur seulement de lui-même » et organisateur de tous les crimes, même si cela était un bureaucrate simple. Nouvelle condamnation à mort, exécuté le jour même du jugement. se contredisant pour la dernière fois, Eichmann avec ses derniers mots, il dit avant d'être Gottgläubiger (Le terme nazi pour un croyant en Dieu, mais qui ne suit pas la religion chrétienne et ne croient pas à la vie après la mort), puis prendre congé avec "Bref, messieurs, nous nous reverrons. Tel est le sort de tous; Vive l'Allemagne, l'Argentine vivre longtemps, vivre en Autriche, ne pas oublier les». Dans ces derniers mots, selon Arendt, il est le plus pur Adolf Eichmann, et l'explication de la façon dont le nazisme a pu perpétrer sa sauvagerie: exploiter la tendance de la société, composée d'hommes ordinaires - presque point sur la médiocrité - comme Adolf Eichmann, un homme qui a joué le rôle d'elle-même afin de se sentir glorifié. "Ce fut comme si dans ces dernières minutes, il ricapitolasse la leçon que son long voyage dans la méchanceté humaine nous avait appris - la leçon de la banalité terrible indicible et impensable du mal.».

conclusions

Selon l'auteur, la phrase n'a pas été tout à fait satisfaisante; même si la conclusion était la bonne, afin qu'il puisse être répété le succès aurait, à terme, établir une raison satisfaisante pourquoi Adolf Eichmann - comme les nazis - a été condamné, comme à Nuremberg a soulevé la question qu'il n'a pas violé les lois déjà en vigueur. Dans un jugement prononcé fait, il fait ce qu'il fallait (condamner à mort Eichmann) par de mauvais moyens, ou le maintien dans les lois d'Israël, ne définissant pas vraiment ce que Eichmann avait vraiment fait. Le seul jugement hypothétique que Arendt serait logique serait fondée sur des objections Karl JaspersEichmann était responsable, avoir commis des crimes contre les Juifs, pour tenter de l'humanité elle-même, qui est, à sa base, le droit de chacun d'exister et d'être différent. En tuant plus de courses se voient refuser la possibilité de l'humanité d'exister, qui est tel que parce que le mélange de la diversité[4].

Ce processus a donné lieu à beaucoup réfléchir sur la nature humaine et les mouvements de cette. Eichmann, comme mentionné, sauf tout était anormal: ce fut sa plus effrayante dot. Il aurait un monstre inhumain été moins redoutable, car tout comme cela a rendu difficile à identifier. Mais ce qu'il a dit Eichmann et la façon dont il l'a dit, ne rien dessiner l'image d'une personne qui aurait pu être quelqu'un: quelqu'un pourrait être Eichmann, serait suffisant pour être sans idées, comme lui. Avant même inintelligente, il avait aucune idée et ne se rendent pas compte de ce qu'il faisait. Il était tout simplement un complètement descendu dans la réalité devant lui pour travailler, chercher une promotion, réordonner les numéros sur les statistiques, etc. Plus de renseignements du Il était incapable d'imaginer ce qu'elle faisait.

Cette distance de la vraie réalité et le manque d'idées sont la base fondamentale de la tentation totalitaire, qui tend à éloigner l'homme de la responsabilité réelle, rendant moins d'un rouage dans une machine. Comme vous ne pouvez pas utiliser ces concepts que vous voyez encore mieux en examinant les justifications avancées par les nazis lors des procès de Nuremberg: « actions pour ordre supérieur »; ceux-ci ont été rejetées parce que, comme il a dit au tribunal, « les actions criminelles manifestement ne doivent pas obéir », un principe qui existe dans la législation de chaque pays. Mais comment pouvez-vous distinguer le crime quand on vit dans le crime? Lorsque vous êtes confronté à un massacre organisé par un Etat? Ce fut le procès d'Adolf Eichmann aurait dû expliquer.

Mais il serait simpliste de voir dans ce livre un totalitarisme simple critique. Arendt traite de la genèse du mal, non pas tant de sa manifestation. Dans la pensée de Arendt pour un être humain est mauvais d'être un bénévole sans le savoir, le bras volontairement pas au courant de quelqu'un d'autre et il est quelque chose de très commun et banal, ce pouvoir peut organiser et utiliser de plusieurs façons. Le régime totalitaire est l'une de ces possibilités, il est naïf de penser que la seule façon de banaliser la pensée d'Arendt.

éditions italiennes

  • La banalité du mal. Eichmann à Jérusalem, traduction de Piero Bernardini, Milan, Feltrinelli, j'éd. Octobre 1964 (revu et corrigé par l'auteur à la première édition. 1963).
  • La banalité du mal. Eichmann à Jérusalem, Collier universel economica.Saggi, Cambridge: Polity Press, 2012, pp. 320, ISBN 978-88-07-88322-4.

Filmographie

  • Un spécialiste - portrait d'un criminel moderne (1999) documentaire tourné avec du matériel provenant du procès a eu lieu en Israël en 1961, écrit par Eyal Sivan et Rony Brauman inspiré La banalité du mal de Hannah Arendt.
  • Hannah Arendt (2012) Margarethe von Trotta Barbara Sukowa, Axel Milberg, Janet McTeer, Julia Jentsch, Ulrich Noethen.

notes

  1. ^ pp. 257-258
  2. ^ (IT) Traité de Versailles Récupéré 10 Avril, 2012
  3. ^ Voir: le décret-loi du 17 Novembre, 1938 XVII, n.1728, Les provisions pour la défense de la race italienne. . Art 10. Les citoyens italiens de race juive ne peut pas: a) le service militaire dans la paix et la guerre; b) exercer les fonctions de tuteur ou curateur des mineurs ou incapables de ne pas appartenir à la race juive; c) ils sont propriétaires ou gérer, à quelque titre que des entreprises intéressantes a déclaré la défense de la nation, [...] et les entreprises de toute nature qui emploient une centaine ou plusieurs personnes, ni avoir ces fermes la direction [...] ; d) propre terre [...]; e) être les propriétaires d'immeubles urbains [...]. Art 13. Ils peuvent ne pas avoir à employer des personnes appartenant à la race juive. A) l'administration civile et militaire de l'Etat; b) le Parti national fasciste et les organisations qui en dépendent ou sont contrôlées; [...] h) l'administration des compagnies d'assurances privées. Art.14. Le ministre de l'Intérieur, la demande documentée des parties intéressées, peut, au cas par cas, de déclarer les dispositions de l'article 10 et l'article ne sont pas applicables. 13, lett. h): a) les membres des familles des personnes tuées dans la guerre de Libye, monde, éthiopien et espagnol et par la cause tombé fasciste; b) ceux qui sont dans l'une des conditions suivantes: 1. estropiés, handicapés, blessés, guerre ou volontaires décorés de la valeur dans la guerre de Libye, monde, éthiopien et espagnol; 2. combattants dans la guerre de Libye, monde, éthiopien, espagnol qui ont au moins la croix du mérite de la guerre; 3. estropiés, handicapés, blessés la cause fasciste; 4. Les membres du Parti national fasciste dans les années 1919-20-21-22 et dans la seconde moitié de 1924; 5. légionnaires; Fiumans 6. ont acquis un mérite exceptionnel, être évaluée en termes de l'article 16. Dans les cas prévus à l'alinéa. b) la prestation peut être étendu aux membres de la famille des personnes qui y sont mentionnées.
  4. ^ Elena Alessiato, Les origines de la pensée politique de Karl Jaspers, Théorie politique. Numéro 3, 2005 Milan: Franco Angeli, 2005.
autorités de contrôle GND: (DE4430639-8 · BNF: (FRcb13511562t (Date)