s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - « esclave », voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Esclave (désambiguïsation).

la esclavage est le système social et pas cher basé sur esclavage:

« [L'esclavage] est l'état ou condition d'un individu sur lequel ils exercent les attributs de la propriété ou certains d'entre eux, et le » esclave « est la personne qui a un tel état ou condition »

(Nations unies, Convention supplémentaire relative à l'abolition de l'esclavage, la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l'esclavage[1][2])

Selon la plupart des sources, le terme esclave Il dérive du terme latin médiéval sclavus, Slavus indiquant la prisonnier slave de guerre[3]. La définition de l'esclavage est pas unique car il existe différentes formes d'exploitation simples, comme le servage Médiévale, et véritable esclavage lui-même. Historiquement, le propriétaire d'un esclave avait le droit de vie et de mort sur elle et sa famille, et pourrait exploiter le travail sans fournir aucune compensation autre que pour assurer sa survie. Un esclave pouvait naître dans cet état, si un fils d'esclaves, ou il pourrait perdre la liberté dans certaines situations, les plus courants étaient la capture dans guerre ou servitude dettes, pour lequel un débiteur, s'il n'a pas été en mesure de rembourser leur créancier, il est devenu lui-même sa propriété.

L'esclavage dans les civilisations anciennes

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: L'esclavage dans la Grèce antique et L'esclavage dans la Rome antique.
esclavage
Le marché des esclaves (Gustave Boulanger)

L'esclavage a été largement acceptée dans la plupart des civilisation ancienne, et a été gouvernée par lois et les coutumes comme toute autre pratique économique. Parmi la civilisation ancienne, la romain Ce fut le point culminant des sociétés d'esclaves, où le travail des esclaves était une composante essentielle de 'économie: Pour les Romains l'un des fruits les plus importants de guerres Gagner a été l'acquisition de nouveaux esclaves. Même le 'Grèce antique basé une grande partie de son économie sur les esclaves, si bien que Athènes pendant de longues périodes, il y avait plus d'esclaves que les hommes libres.

Pour les Grecs, l'esclavage était une institution "droit naturel« Pour les Romains, cependant, l'homme n'a pas été esclave de la nature, mais il pourrait devenir si la loi positive avait décidé Pour cela pouvait être libéré l'esclave romain et obtenir. la citoyenneté romaine.

Une grande portée phénomène social et économique explique comment il était possible, dans l'antiquité, construire des chefs-d'œuvre architecturaux audacieux que, malgré leur simplicité technique, aujourd'hui surpris (ainsi que pour leur beauté) pour leur taille et leur exactitude.

L'esclavage au Moyen Age

esclavage
Marché des esclaves Yémen, XIII siècle
esclavage
Les chemins des esclavagistes arabes en Afrique, au Moyen-Age

Dans l'Europe médiévale, le christianisme, se référant en partie aux philosophes stoïciens de l'antiquité, a contribué à éclaircir l'importance que l'esclavage couvert dans la société et de l'économie. Comme il a reconnu le rôle indispensable de l'esclavage dans ces domaines, une nouvelle conscience morale et religieuse a empêché que l'utilisation faite des esclaves baptisés dans la foi chrétienne, ou qui ont été réduits à des ennemis de l'esclavage qui, au moment de la capture, qui participent déjà une telle foi .[4] [5][6]. Au moins jusqu'à ce que 'Âge des communes, Cependant, l'esclavage a continué à jouer un rôle important dans les grands domaines, et à côté de cela, il a été le servage, qui était la principale institution le travail forcé l'âge médiéval appliqué aux agriculteurs privés de liberté (Villani) Que, contrairement à l'âge classique, cependant, les esclaves ne sont pas considérés comme des « biens », mais « sujets » avec certains droits[7], même certaines formes rares de l'esclavage et de son vrai en ce qui concerne domestiques et ancillae.

Même les couvents, par exemple en Angleterre, utilisation de la main-d'œuvre esclave. Il était, cependant, les vestiges de l'ancien système, dans lequel l'Eglise généralement opposée.[8]

Avec l'arrivée de l'âge des municipalités, tout autour de 'XIe siècle, des raisons démographiques, combinées à un mouvement général de la population de la campagne vers les villes, a conduit à une réduction nette du rôle de l'esclavage et de l'industrie de nell'agraria, qui a toutefois été compensée par une augmentation de l'utilisation d'esclaves dans le cadre de la maison et les services personnels.[4] A la fin de Xe siècle l'esclavage a été pratiquement éliminé dans la plupart de l'Europe. Carlo Magno, par exemple, il interdit aux chrétiens d'utiliser d'autres chrétiens comme esclaves, bien que souvent l'interdiction est pas observée. En Europe médiévale, dans l'esclavage partiel, il est également réduite parce que l'Eglise propage à tous les esclaves accès aux sacrements et a réussi à abolir l'esclavage dans le pays des rois chrétiens[9]. Mesures prises abolitionnistes ont également été de la puissance séculaire des communes: par exemple, vous souvenez-vous Liber Paradisus, un livre contenant le texte de la loi publiée en 1256 par la ville de Bologne, avec laquelle il a proclamé l'abolition de l'esclavage et la libération des serfs.

Si l'esclavage a été interdit, ce ne fut pas le cas de la traite des esclaves, qui a prospéré au Moyen Age.

« Pour l'amour de la vérité, nous devons constater que les Européens de l'époque ne pas alors trop de scrupules au commerce des esclaves. Chrétiens et juifs, et laisser mariner les républiques de Seigneuries ont été traîtresse concurrence dans cette industrie.[10] »

Le principal marché des esclaves organisée par le roi de France était la ville de Verdun, « L'usine des eunuques », géré par les Juifs [11] où les esclaves venaient principalement de Pologne, qui ont ensuite été envoyés, comme eunuques[12], via Espagne dans les pays Arabes. Pas un hasard si le premier pays européen à interdire le commerce des esclaves était précisément la Pologne et Lituanie en XVIe siècle.[13]

L'esclavage dans l'ère moderne

Dans cette période, il a commencé à développer le trafic maritime des esclaves africains à destination des pays islamiques où l'esclavage a prospéré alors. Cette pratique aurait une plus grande expansion à l'ère moderne, après les grandes découvertes géographiques. Par exemple, dans 1430 Espagnols ont colonisé la Îles Canaries et ils réduits en esclavage la population locale, schiavizzandola. lorsque la papa Eugenio IV était au courant de ce qui se passait a publié un bulle papale contre l'esclavage, sicut Dudum dont il a cependant été rejetée par les Espagnols.

Le phénomène de l'esclavage a connu un nouveau pic entre XIV siècles et XVII, et cette fois il a été victimes les pays européens. Les Arabes et les Turcs en fait un commerce florissant coururent des esclaves blancs, le commerce qui a intensifié avec l'expansion des 'l'Empire ottoman en Méditerranée. Intéressé plus dans le commerce des esclaves que les conquêtes territoriales, en particulier les Turcs ont attaqué les côtes de l'Italie, mais aussi l'Espagne et les pays slaves, les enlèvements et asservissant les populations locales.

Bien que les légendes littéraires persistants ont transmis le stéréotype de la soi-disant « esclavage blanc », en fait neuf sur dix étaient des esclaves de sexe masculin parce que le marché a exigé briqueteurs, les agriculteurs et surtout les rameurs dans les cuisines. Vrai que les jeunes femmes et beau - peut-être de noble naissance - pourrait être une proie convoitée pour être mis sur le marché concubines pour harem des messieurs riches ottomans, mais il pourrait aussi être utilisé comme une maison simple pour maître musulman.

Les raids turcs, qui avaient fait de la Méditerranée un véritable « mer de la peur » [14], Ils ont subi un revers après la victoire chrétienne Lépante (1571), Puis une forte poussée au XVIIe siècle, puis finalement disparaître dans XVIII, sauf pour une brève période privilégiée par le chaos provoqué par la guerre napoléonienne.

L'Eglise catholique et de l'esclavage

La découverte du Nouveau Monde pose de nouveaux problèmes théologique l'Eglise. "Déjà l'existence même de la population américaine sur les terres si loin de tout autre continent connu a soulevé la question d'expliquer l'origine et le passage sur le Nouveau Monde d'une manière conforme à l'histoire de Genèse...« Et d'autre part, il était manquant »...ce qui avait été une croyance unanime des théologiens médiévaux qu'il n'y avait pas de pays dans le monde où gospel Il n'a pas été prêché»[15] Il était d'établir "quelle chance de salut avait l'homme vertueux est resté dans l'ignorance de la religion» [16]

L'Eglise a répondu en affirmant que même les gens sont restés en dehors de l'Eglise pourrait participer au salut grâce à une aide directe du Tout-Puissant. Cela signifiait en affirmant l'égalité fondamentale de tous les hommes et toutes les nations, comme il soutiendrait le cordelier Bartolomé de Las Casas, que la défense des indigènes américains défendaient l'homme en tant que tel.

Cette position a été placée latéralement par rapport à certaines croyances répandues en dehors de l'institution ecclésiastique, sujettes à abuser de la religion et la volonté de Dieu pour justifier le fait que les Africains étaient des esclaves et maîtres blancs chrétiens. Selon leurs exploiteurs, ils méritaient un tel sort non seulement parce que vraisemblablement appartenait à la race qui est tombée, selon la Bible, la malédiction lancée par Noé sur les descendants du fils came, mais aussi à cause de l'énormité des péchés commis par leurs ancêtres, dont la couleur de peau était un témoignage incontestable. Même la réticence à travailler avec zèle dans l'esclavage a été invoqué comme preuve de leur insuffisance, et on pensait que l'esclavage aurait accoutumés aux effets bénéfiques d'une vie bien remplie et régulière, en les préparant à recevoir le don de Dieu du message chrétien. Même l'évêque de Darien a dû déclarer 1519 que les Amérindiens étaient "à peine les hommes et l'esclavage, il est le plus efficace et vraiment le seul utilisable avec eux»[17]

Ces considérations peuvent surprendre ceux qui considèrent l'esprit œcuménique de la fraternité chrétienne, mais en réalité ils sont historiquement justifiée la culture de l'époque, où les truands marqués et hérétiques torturé ou brûlés vifs. Il était donc naturel que aucune objection sérieuse à la hausse jusqu'à un traitement similaire infligé aux Noirs, considérés également récalcitrants.[18]

Cependant, cela n'a pas empêché que, après la découverte du Nouveau Monde, qui fait partie du 'Empire espagnol, Charles V interdisant l'esclavage dans tout l'Empire dans le décret 1526, sur les conseils de Conseil royal des Indes, institué pour la protection des Indios , sur la base de la bulle mentionnée ci-dessus sicut Dudum 1435.[19]

Le 2 Juin 1537 aussi Pape Paul III, dans sa bulle "Veritas Ipsa« Aussi appelé » Deus Sublimis « adressée cardinal Juan Pardo de Tavera, Archevêque de Tolède, a déclaré que la Amérindiens « Veros les homines » ( « les Indiens sont les vrais hommes »), et excommunié tous ceux qui avaient réduit en esclavage les Indiens ou les avaient dépouillés de leurs biens.[20]

Le débat sull'abolizionismo

esclavage
Bartolomé de las Casas

Malgré les lois de protection des peuples d'Amérique, l'exploitation des Indiens a continué au point que, depuis 1516 Bartolomé de Las Casas, pour éviter l'extinction totale, a favorisé le transfert des Noirs d'Afrique en Amérique, et cela a également espéré pour des raisons économiques, parce que les noirs semblaient beaucoup plus approprié pour résister aux difficultés.

Il est également clair que les massacres des Indiens »Votre Majesté et ses grands trésors et les richesses de la couronne royale de pardon que toute justice pourrait obtenir, autant par vassales Indiens, comme la population espagnole, qui, si elle a quitté les Indiens vivent, deviendrait grand et puissant, qui ne sera pas possible si les Indiens meurent».

Il est bien établi que chaque colonisateur espagnol a obtenu le droit d'importer douze Noirs africains avec l'obligation de libérer et de mettre hors de son Indien à leurs villages et ce qui restait de leurs terres.

De cet avis, le prêtre Las Casas a vivement regretté, parce qu'il ne pouvait voir et constater que la captivité des nègres est aussi injuste que l'un des Indiens ... que l'ignorance dans laquelle il était et sa bonne volonté, ils ne pardonnent le jugement divin ...[21] »

la Bref rapport sur la destruction des Antilles Las Casas envoya au roi d'Espagne 1542, dénonçant la génocide les Indiens, a provoqué une vive réaction des colons, l'accusant de trahir sa race et sa religion, l'a forcé à quitter son Diocèse de Chiapas et de retourner en Espagne.

La thèse de Juan Ginés de Sepúlveda

esclavage
Transport des esclaves en Afrique

Devant le rapport B. De Las Casas, l'Espagne a été secouée par un grand débat entre les partisans de l'esclavage et « abolitionnistes ». À l'appui du premier haut fonctionnaire, le chroniqueur impérial Juan Ginés de Sepúlveda, écrit-il dans 1547 un Traité sur les causes justes de la guerre contre les Indiens [22]

Selon l'autorité Sepúlveda, dessin aussi Aristote, les Indiens ne sont pas des hommes mais des petits hommes, des esclaves par nature. Leur essence humaine est telle que pour les affecter inexorablement à devenir des esclaves. Ils sont nés comme esclaves au pouvoir que, tôt ou tard devenir esclaves en cours et que précisément "pour leur état naturel, ils sont tenus d'obéir, comme le parfait doit dominer sull'imperfetto.». La preuve de cette infériorité naturelle réside dans le fait qu'ils sont libres de culture et les lois écrites, qui, par leur indolence se laissent conquérir par un petit nombre d'espagnol et, enfin, même ceux qui sont considérés parmi eux les plus civilisés, la Aztèques, élire leur roi au lieu de les désigner plus civilement pour l'héritage.

"Les idées de Sepúlveda« A écrit Laurette Séjourné, archéologue et ethnologue français 'Ils ont été accusés par les autorités qui ont demandé l'aide du casuiste et le manuscrit a ensuite été rejeté par le Conseil des Indes et le Conseil Royal, après le vénérable Université de Salamanque et Alcalá ont été déclarés indésirables travail « pour sa doctrine malsaine » [23][24]

Mais, compte tenu de la bonne volonté du gouvernement espagnol pour le traitement humain des Indiens, ce qui a empêché en pratique? D'abord, il a été le même système de 'encomienda, à savoir la question des colons espagnols non seulement la pleine disponibilité de la terre, mais aussi les Indiens qui y vivaient, avec l'obligation d'assistance en théorie conversion au christianisme.

En outre, compte tenu de l'impossibilité d'appliquer la système féodal le peuple américain, l'indium droit hypothétique, victime de l'oppression et de cruauté, de demander justice à une autorité supérieure à celle du colon son maître, était possible avec un appel direct à l'empereur lointain en Espagne ou le Conseil Royal et suprême de l'Inde, la Cour suprême de justice pour toutes les affaires civiles et pénales des royaumes américains.

La réduction de jésuite

la jésuites Au début, ils ont essayé de contrer la pratique de l'esclavage parmi les colons à travers le système de reducciones, qui soustrait la Indiens slavers les enfermant dans un patronizing villages administrés par les Jésuites. Les indigènes étaient exempts de la juridiction des fonctionnaires royaux et dépendaient directement du vice-roi; Ils étaient libres de l'esclavage et a dû payer seulement un hommage au gouvernement de Madrid (un certain nombre de mat). Un système que les colons ont enduré beaucoup de douleur dans ce XVIIIe siècle Ils ont réussi à obtenir de l'Église, dans le contrôle des idéaux communs laïcs lumières, l'abolition de reducciones Jésuite.[25] Les jésuites se transforme ainsi en propriétaires, en vérifiant 1700 environ un tiers des terres productives des Amériques. Dans leurs domaines, ils ont travaillé, selon le mode économie coloniale typique ibérique, chacun cent cinquante mille Indiens réduits en esclavage des Noirs.[26]

Une attitude positive envers l'abolition de l'esclavage se trouve à l'époque moderne, les papes Pie II, Pie VII et Gregory XVI, qui a ouvertement condamné court Dans suprême Apostolatus (3 Décembre 1839) Du trafic des Noirs. « Ni l'absence d'une louange comme [l'abolitionnisme] D'autres Pontifes romains Paul III qui a travaillé efficacement à la liberté pro des indigènes de l'Amérique ... « et encore Le pape Alexandre III (XII siècle) et bien avant papa Gregorio I. Dans l'année 1102 un conseil catholique Londres strictement interdit aux esclaves il qui a défini le trafic Nefarium negotium (Trafic Infamous) [27]

Giacomo Martina[28] travaux consacrés à Pie IX (3 volumes, 1974-1990.) En ce qui concerne le contraste entre abolitionistes et esclave écrit:

« Pie IX était essentiellement en faveur d'une évolution progressive de l'esclavage et contrairement à une levée immédiate ... a exhorté les évêques à éviter toute discussion sur le problème de l'esclavage et est intervenu que deux fois ... désapprouver plus ou moins explicitement les deux thèses abolitionistes opposées et des conservateurs.[29] »

Bulles et les actes du pape contre l'esclavage

Nombreux sont les actes et les taureaux du pape qui ont été délivrés à temps pour défendre les indigènes et contre l'esclavage. déjà papa Eugenio IV (1431-1447) avant la découverte de l'Amérique, avec le taureau sicut Dudum en 1435, il a souligné l'attitude de la papauté aux populations autochtones (dans ce cas, les habitants des îles Canaries). En fait, il a été ordonné, sous peine d'excommunication, à ceux qui ont été impliqués dans l'esclavage, que dans les 15 jours suivant la réception de la bulle avait « pour rétablir l'état antérieur de la liberté toutes les personnes des deux sexes une fois les habitants desdites îles Canaries, ces personnes doivent être considérées comme totalement et pour toujours libre ( "ac totaliter liberos perpétuelles ils« ) Et doit se laisser aller sans l'extorsion de fonds ou recevoir de l'argent».[30]

Un autre document est la bulle Veritas Ipsa également connu sous le nom Deus Sublimis du 2 Juin 1537 émis par Pape Paul III proclamant "Indios veros ils homines« ( » Les Indiens sont les vrais hommes « ), et excommuniés tous ceux qui avaient réduit en esclavage les Indiens ou les avaient dépouillés de leurs biens.[31]

Dans l'année 1639, Pape Urbain VIII l'écoute de la demande du jésuite paraguay, Il a donné la bulle commissum Nobis, qui a réitéré l'excommunication de Paul III, interdisant absolument « à réduire en esclavage les Indiens de l'ouest ou du sud; les vendre, les acheter, les échanger ou les donner: les séparer par leurs femmes et leurs enfants; les dépouiller de leurs biens; les transporter d'un endroit à un autre; de quelque façon les priver de leur liberté; les garder dans la servitude; encourager ceux qui font ces choses avec le conseil, l'aide et le travail accompli sous aucun prétexte et le nom, ou même d'affirmer et prêcher que cela est permis, ou de coopérer de quelque façon que ce qui a été dit ".[32]

En 1741, papa Benedetto XIV Il a émis le taureau immense Pastorum avec laquelle il défendait les peuples autochtones des Amériques et d'autres pays ont été réduits en esclavage [33]. Papa Gregorio XVI en 1839 avec la bulle Dans suprême Apostolatus réitéré, le chemin tracé par les papes précédents, la condamnation grave de servitude et la traite.[34] en 1888, papa Leone XIII Il a écrit à tous les évêques du Brésil si complètement l'esclavage eliminassero par leur pays après avoir plaidé dans cette même année la cause du cardinal Charles Lavigerie [35] qu'il a fondé à Bruxelles, l'association « Anti-Slavery Society » pour recueillir des fonds en faveur de la lutte contre l'esclavage et de leurs batailles. En tant que référence finale de la lutte contre la discrimination coloniale et à la promotion des peuples autochtones peut pointer l'Encyclique Mater et Magistra (1961) par Jean XXIII un pilier de la doctrine sociale de l'Eglise catholique.[36]

Bulles et les actes du pape en faveur de l'esclavage

en 1452, l'année précédente conquête de Constantinople par les Ottomans, Le pape Nicolas V (1447-1455) a promulgué la bulle Dum Diversas, avec qui a autorisé le roi du Portugal à réduire en esclavage Sarrasins, les païens et les non-croyants en général; en 1454, avec la bulle Romanus Pontifex, Nicholas a confirmé ce droit et ajoute au commerce des esclaves. Ces concessions ont été confirmées par plusieurs papes: de Calixte III en 1456 (bulle Inter Caetera, ce qui a permis aux Portugais d'asservir les Africains de l'Ouest) et Sixte IV en 1481 (bulle Aeterni regis).

Le pape espagnol Alexandre VI Spagnoli également garanti aux mêmes concessions faites par Nicolas V au portugais, au moyen de trois bulles promulgués en 1493, Eximiae devotionis, Inter Caetera (Distinct de celui de la bulle 1456 Callisto III), et dudum siquidem.

En 1488, Le pape Innocent VIII Il a accepté le don d'une centaine d'esclaves par Ferdinand II d'Aragon, et il les répartit entre les cardinaux et la noblesse romaine.[37]

Européenne et l'esclavage Colonialisme

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: traite négrière africaine et L'esclavage en Afrique.

Commerce Triangulaire - traite de l'Ouest

esclavage
Commerce triangulaire: textiles et des bijoux varie (Afrique, Amériques, Europe, Afrique).

ni dans Amérique du Nord, ni dans Amérique du Sud il était possible de tirer profit du travail local pendant la période de colonialisme Européenne. Les Indiens d'Amérique du Sud ne précisaient pas les exigences physiques nécessaires pour effectuer les travaux les plus durs et n'avaient pas résisté aux épidémies de variole introduit par les Espagnols.

la Noirs d'Afrique, pour eux la nature plus résistants, ils ont formé par ce point de vue alternatif. Ils ont été recrutés localement, le plus souvent achetés par des marchands arabes. Le contexte dans lequel ils ont introduit l'esclave était celui de la soi-disant commerce triangulaire qui, autour du XVIIe siècle / fin 1660 tourné entre les continents avec vue sur l'océan Atlantique sur de grands navires modernes. Lorsque vous achetez ou capturés, les esclaves ont traversé l'océan (certains esclaves se suicidaient en sautant dans la mer) sur le continent américain pour effectuer des travaux dans les jardins (voir à droite). De l'Europe à certains produits textiles ont ensuite été exportés, être échangés pour de nouveaux esclaves. Le but de la rotation immense était aussi créer de la richesse en payant les marchands d'esclaves africains avec des biens de peu de valeur, mais assez technologiquement intéressant (ciseaux, bijoux, tissus, etc.).[38]

esclavage
Commerce triangulaire: le sucre et le rhum (Afrique, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Afrique).

Ce système a connu une plage triste et riche de variations (voir photo à gauche): par exemple, les esclaves en provenance d'Afrique ont atteint les pays d'Amérique latine et a travaillé pour l'agriculture, qui a fourni le sucre pour l'exportation en Amérique du Nord. En Amérique du Nord, les produits fabriqués avec ces ressources (par exemple, les spiritueux tels que le rhum) traversant l'Atlantique, transportés du nouveau monde: ils étaient destinés à des commerçants en esclave Afrique ou à la vente Europe, et donc il ferme la boucle. Ce dernier avait une durée d'un an. Chaque itinéraire a été couvert par plusieurs navires.

La principale source de main-d'œuvre était le soi-disant Côte des esclaves, la zone côtière de l'Atlantique entre l'embouchure de la Niger et royaume du Dahomey, dont il était son bassin d'approvisionnement dans toute la zone sud de Sahara prolongée jusqu'au Soudan (Darfour), Qui a été défini à l'époque moderne sahel. Ce pool de main-d'œuvre a été activé au VIIe siècle de l'ère chrétienne, à la suite de la culture arabo-islamique, qui a pratiqué l'esclavage. Du point de vue social, l'arrestation et la traite des Noirs précisément parce que en Afrique étaient les activités juridiques: de la Côte des Esclaves a développé un commerce riche que le travail exporté dans des directions différentes. L'un des esclaves était en fait destiné au marché intérieur africain, en particulier, était en vogue l'exportation d'esclaves destinés aux ports méditerranéens d'Afrique du Nord. Le transport légalement passé au désert du Sahara, formant la partie dite est.[38] Bien que le commerce était en grande partie juridique, l'Eglise catholique a condamné toute l'entreprise construite par les Européens (qui ont utilisé ce que l'on appelle l'Occident est, à savoir l'Atlantique) par la question des bulles papales. Ils se souviennent de la Deus Sublimis de Pape Paul III 2 juin 1537 liée non seulement aux Américains autochtones, mais à tous les peuples, à Pape Urbain VIII publié en 1639 qui a réaffirmé le taureau précédent de Paul III, à Papa Benedetto XIV la Immenses principis pastorum 22 Décembre 1741. Ils ont été placés dans cette façon, les bases primitives de ce qui allait devenir un long conflit. En particulier, l'engagement ferme des Jésuites contre l'esclavage était la cause de la 1767 l'expulsion de l'ensemble du Nouveau Monde aussi de donner vie à la communauté autonome des indigènes très avancés.

Le commerce des esclaves est à l'ouest était contrôlée par les entreprises françaises, néerlandais, allemand et anglais. Il se distingue parmi tous les Inglese Royal African Company, qui a vendu des esclaves aux colonies diverses.[39] De ce grand mouvement, la trace la plus visible est resté jusqu'à nos jours est le mélange de groupes ethniques et de langues dans les Amériques. Le commerce des esclaves sur la partie orientale a été contrôlée par monde arabo-islamique; la route a laissé peu de traces aujourd'hui, parce que les esclaves ont été castrés, assurant ainsi que la « race ».

le manque persistant de l'esclavage dans les Afro-Américains

En Amérique, le système de l'esclavage sur la base du commerce triangulaire a pu survivre à l'époque de l'or du colonialisme. Dans ce qui suit, nous notons le tableau que le phénomène après dix-septième siècle durait encore pendant des siècles. L'année indique le moment où l'esclavage a été aboli. Certains pays (Cuba, Canada), avaient à l'époque pas atteint sa pleine souveraineté.

esclavage

(*): Abolition a commencé à la fin du XVIIIe siècle, sous l'administration de Sir John Graves Simcoe (haut-Canada).

(**) Date de suppression sanctionnée par le gouvernement fédéral par la Constitution après la American Civil War. Plusieurs États fédéraux avaient ratifié l'abolition localement entre 1777 et 1864.

abolitionnisme

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: abolitionnisme.

L'abolition de l'esclavage était un processus séculaire. Bien qu'il y ait eu des incidents antérieurs de la critique de l'esclavage et la libération des esclaves, l'esclavage a été effectivement mis en cause en Europe au Moyen Age par le roi chrétien qui défendaient dans leurs domaines d'intervention directe de l'Eglise qui a étendu à travers des actions et des bulles papale, les sacrements à tous les esclaves, de sorte que d'ici la fin de l'esclavage dixième siècle avait disparu de l'Europe. Ceci concerne notamment l'esclavage chrétien. Dans les colonies du Nouveau Monde (Les Amériques), la tradition esclave a continué et a été interrogé par Pape Paul III en XVIe siècle qui représentait la tradition anti-esclavagiste de ses prédécesseurs (le taureau du pape sicut Dudum de Eugene IV à ceux de Pie II, Sixte IV )[40].

Abolitionnisme et Lumières

Une condamnation sévère de l'esclavage se trouve dans les pages de Encyclopédie sous « esclavage »[41] et l'éditeur du travail, Diderot en 1771 écrit contre les « tyrans religieux « et a ajouté: » le livre que je l'aime et les rois et leurs courtisans déteste est le livre qui soulève les Brutes', ceux qui s'y opposent, même avec violence aux oppresseurs de la liberté parce que« mortel ils sont tous les mêmes " [42] et alors

« Nul ne peut être la propriété d'un souverain, une propriété de l'enfant d'un père, une femme la propriété d'un mari, d'une accession à la propriété d'un maître, une propriété nègre d'un colon. Donc, il ne peut y avoir des esclaves, que ce soit par droit de conquête, mais pas pour l'achat et la vente. Les Grecs étaient donc des animaux sauvages contre lesquels leurs esclaves se sont rebellés à juste titre. Les Romains donc bêtes sauvages [...] [43] »

Mais dans la même école de pensée 'lumières David Hume faire avancer des jugements sur l'infériorité des Noirs justifiant indirectement l'esclavage:

« Je soupçonne que les Nègres et en général les autres espèces humaines d'être naturellement inférieurs à la race blanche. Il n'y a jamais eu les nations civilisées d'une couleur autre que le blanc. Ni personne célèbre pour ses actions ou sa capacité de réflexion ... Il y a parmi eux ni fabrique, ni arts, ni sciences. Sans parler de nos colonies, il y a des esclaves noirs dispersés à travers l'Europe, il n'a jamais été découvert parmi eux le moindre signe d'intelligence.[44] »

Ces considérations peuvent surprendre ceux qui considèrent l'esprit libertaire des Lumières, mais en réalité ils sont historiquement justifiée la culture du temps basée sur une eurocentrique pensait qu'il pensait de la civilisation occidentale comme un modèle de perfection, à partir duquel tous ceux qui leur avaient différé à considérer non des civils. Le siècle des Lumières, comme un mouvement élitiste bourgeois, et croyaient qu'ils devaient être jugés les peuples « barbares » qui n'ont pas apporté leur contribution efficace au progrès de la civilisation humaine. Cette idée qui les a, comme à condamner le Moyen Age comme une époque de mépris total. Par conséquent, il pourrait soutenir l'immoralité et l'injustice de l'espoir pour l'abolition de l'esclavage et, en même temps, tenir les Noirs une course sur le plan culturel inférieur.[45]

Depuis la fin de XIXe siècle à la presse cléricale et anti-Lumières [46] ont été diffuser des nouvelles sur le fait que Voltaire, John Locke et David Hume, ils investissent leurs économies dans le commerce des esclaves [47].

Dans le cas de Voltaire, contre laquelle la référence à une prétendue lettre (en fait écrite alimente la plupart des accusations posthumes du commerce des esclaves, il est exemplaire 1877 le faussaire Jacquot) [48] dans lequel compliments un propriétaire d'esclaves de Nantes. En fait, il n'y a qu'un armateur lettre Montadouin Voltaire, en date du 2 Juin 1768, lorsque le philosophe des Lumières a remercié le propriétaire de donner son nom à un navire [49]

Réflexions sur l'esclavage des Noirs

esclavage
Marquis de Condorcet

en 1 781 marquis Marquis de Condorcet, mathématicien, économiste, philosophe politique et révolutionnaire qui avait fait partie du groupe de "encyclopédistes« La collaboration avec profit en particulier Jean-Baptiste D'Alembert, Denis Diderot, Holbach et Voltaire,[50] Il a décidé qu'il était temps d'abandonner le ton polémique sur la question de l'abolition de l'esclavage et de chercher une solution qui conduirait à une véritable solution du problème en publiant, avec le pseudonyme de Joachin Schwartz, un ouvrage intitulé Réflexions sur l'esclavage des Noirs [51]

« L'Abbe Raynal dans son Histoire des Indes, dans le Contrat social de Rousseau, Voltaire dans Candide et d'autres hommes de la pensée du dix-huitième siècle, étaient en larmes - mais simplement déplacé - au sort des Africains réduits en esclavage. Condorcet, cependant, ébauché un processus implacable, affirme l'illégalité de cette pratique honteuse et rejette les arguments économiques de ses défenseurs [52] »

A affirmé sans aucun doute l'inhumanité du traitement des esclaves Condorcet propose une solution progressive du problème de l'esclavage à « lentement se habituer à la conscience » et éviter un changement trop brusque peuvent provoquer des réactions des colons endommagés dans leurs intérêts économiques d'une éventuelle libération des esclaves. Vous auriez alors commencer par l'interdiction de Ce sont les Noirs et procéder à une série prédéfinie des échéances et des mesures progressives jusqu'à, après une longue période, la libération complète des nouveau-nés.

Condorcet avait également pensé précédemment, vous pouvez créer une phase de transition dans le processus de libération de les transformer en esclaves serfs mais il a abandonné plus tard comme peu pratique ce projet qui n'a pas été mentionné dans le réflexions où avec prudence qu'il espérait que l'abolition de l'esclavage n'a pas endommagé les cultures rentables coloniales déjà commencé mais surtout inviter tout le monde à surmonter les vieux préjugés et de se convertir à la raison plutôt que l'espoir d'une intervention réformateur par les institutions publiques. Ce fut sa méfiance à l'égard des réformes menées par le haut qui a fait le rejoindre à 1788, occupant le poste de président, la « Société des Amis des Noirs », fondée par Jacques Pierre Brissot, qui lui a offert la chance de disputer âprement avec les planteurs coloniaux « Club Massiac ».

Si tout cela fait Condorcet un important théoricien de l'abolitionnisme, nous ne devons pas négliger les croyances des Lumières du philosophe politique qui l'a amené à décrire les conditions de retard moral et culturel des Noirs qui, tout en ne dépendant pas de leur statut naturel, mais il sont des assujettis dans leur processus de libération qui ne peut donc pas être atteint qu'avec l'intervention bienveillante des colons éclairés.[53]

Il est également présent en lui, comme dans tous les Lumières, la » ... contraste entre l'idée de la civilisation et de la nation en raison de cette Europe de l'Ouest prend les caractéristiques marquées d'un dispositif d'exclusion et d'inclusion incarnées par l'altérité colonisé les peuples autochtones ». [54].

Il est que le concept même de la civilisation, préparée sous la culture de l'Europe occidentale, ce qui en soi contient un sens ambigu que d'une part il est à espérer que les peuples « barbares » peuvent entrer à se joindre à profiter du contenu libérateur mais d ' d'autre part, sont avancés jugements négatifs sur ces mêmes populations qui sont considérées comme exemptes de la civilisation et incapable d'élaborer indépendamment un digne d'être uni à l'ouest plus tard.

L'esclavage alors et maintenant

esclavage
Zanzibar 1890: Jeune esclave enchaîné.

Lorsque les jours de 'impérialisme XIXe siècle, la course a repris l'expansion des pays européens (en particulier versAsie et l 'Afrique), L'esclavage était devenu coupé les jambes au large. Au milieu du XIXe siècle, les gouvernements occidentaux ont accepté de considérer le transport des esclaves comme un acte de piraterie. Il a été parmi les plus répandu la croyance des Lumières qu'un serviteur libre pourrait en quelque sorte apporter de meilleurs services qu'un esclave. Aux États-Unis, parmi les plus grands penseurs impliqués dans le mouvement abolitionniste XIXe siècle il y a Henry David Thoreau et Ralph Waldo Emerson.

l'esclavage est aujourd'hui officiellement le statut illégal dans le monde, le fait sanctionné par l'adoption par le Nations unies, de Déclaration universelle des droits de l'homme, en 1948. Une telle déclaration dans les années qui ont suivi a été vu par de nombreux pays en développement (à l'époque encore largement colonisé par les puissances occidentales) comme une déclaration « d'inspiration occidentale » et les nations islamiques et ceux de l'Asie, tout en continuant d'adhérer à la déclaration universelle, ils ont créé leurs propres versions de « pour tenir compte des valeurs locales de différentes cultures », d'où la naissance du Déclaration du Caire sur les droits de l'homme en Islam (Le Caire 1990), suivie par l'Asie (Bangkok 1993) soutenue par 49 pays d'Asie (représentant plus d'un tiers de la population mondiale) de la tradition hindoue, bouddhiste, confucéenne et islamique.

Malgré les énormes progrès réalisé dall'abolizionismo, la condition de l'esclavage est encore vivant aujourd'hui dans un grand nombre de pays très différents les uns aux autres, étant donné que les deux pays se développent, industrialisés. Les différentes estimations de l'esclavage données quotidiennes sont aujourd'hui des différences flagrantes, vraisemblablement en raison des différentes acceptions du terme de l'esclavage: en fonction de la source d'informations enregistrement oscille entre des dizaines et des centaines de millions d'esclaves. L'organisation humanitaire internationale Terre des hommes (2006) Estime que globalement, le nombre de personnes réduit en esclavage ou douze millions. Selon 'ONG L'esclavage empreinte, en 2011 27 millions de personnes dans le monde d'aujourd'hui sont réduits en esclavage, et de produire des biens de consommation pour les autres.[55][56]

La persistance des anciennes formes d'esclavage

La plupart des phénomènes d'esclavage récidivent aujourd'hui, selon Terre des hommes, dans le sous-continent indien et les régions voisines. En fait, les gouvernements locaux sont incapables d'appliquer les règlements officiels, parce que dans ces pays, il y a encore la chance d'être des esclaves nés en vertu des dettes non remboursées par les parents, et plus tard hérité. Cela se produit, par exemple, et plus particulièrement au Pakistan, où il y aura des mariages de sang[57], ou en Afghanistan, où les filles sont vendues comme le paiement d'une dette.[58] D'autres phénomènes spécifiques de l'esclavage se trouvent sur le continent africain: par exemple, mauritanie a conclu le processus législatif de l'abolition seulement 1980, sans les réfutations et les critiques du gouvernement ne sont jamais éteintes.[59] Même les représentants des autorités d'un pays peut être intéressé par une survivance de l'état actuel des choses. Étant donné que les règlements ne sont pas appliqués, on peut parler d'une tolérance de fait. En vertu d'une certaine tradition historique, pour les pays du monde en développement ne sont pas tout à fait approprié de parler de l'esclavage moderne, mais la survie tenace des systèmes sociaux anciens, qui diminuent lentement (seulement) si elles sont dans l'acte de processus de démocratisation , la sécularisation et l'adoption des principes contenus dans Déclaration universelle des droits de l'homme, dans la Charte des droits de l'enfant[60] et même officieusement dans la Charte des responsabilités humaines[61].

Jusqu'à un certain point, des considérations similaires sont valables pour l'esclavage Amérique latine. Alors que ses pays sont proches d'une certaine façon à la culture occidentale (la Brésil Il a aboli l'esclavage en 1888, la même période historique États-Unis), Les autres, les vastes étendues de forêts tropicales sont loin d'être plein contrôle par l'Etat. Sur ce sujet également intervenu Le pape Pie X avec Encyclique « Lacrimabili Statu » du 7 Juin 1912.

En particulier dans le monde islamique vers l'esclavage est un obstacle insurmontable à la donnée philosophique et théologique par le fait que le prophète Mahomet a acheté, ils ont vendu, capturé et possédaient des esclaves, donc selon certains points de vue ne serait pas possible de remettre en question la moralité de l'institution même; En effet, certains passages du Coran parle de donner des indications sur le comportement du croyant envers leurs esclaves.[62] L'esclavage en Islam est légitimé par plusieurs étapes de Coran, de la pratique de Mahomet et les premiers musulmans, et la tradition islamique laïque. Ils peuvent être réduits en esclavage que les non-musulmans, et de maintenir (comme dans d'autres systèmes sociaux et culturels l'esclavage) un rôle marginal dans la société. À l'époque contemporaine, dans les pays islamiques l'esclavage a progressivement réussi à imposer des puissances occidentales. Le Coran et la tradition islamique admettent la légalité de l'esclavage. [63]

Dans le Coran, il y a de nombreux passages qui décrivent la libération des esclaves comme pieux et bon geste, mais l'esclavage total est accepté et réglementé, notamment l'esclavage sexuel féminin. [64]

Les pays de la péninsule arabique ont été parmi les derniers à interdire l'esclavage. En dépit de cette interdiction formelle, ils persistent cas de l'esclavage et la traite des personnes.

en 1962 L'Arabie saoudite a fait la pratique illégale, libérant ainsi environ 10 000 esclaves sur un total estimé de 15-30000 [65]. L'esclavage a été aboli dans le proche Qatar en 1952, en République arabe du Yémen en 1962, en Émirats arabes unis en 1963, en Yémen Sud en 1967 et 'Oman en 1970. Certains de ces Etats, Yémen, étaient protectorats britannique. Les Britanniques ont quitté le Yémen du Sud abrograre pas le forcer à l'esclavage, mais faire pression sur Émirats arabes unis ils l'ont fait.

en 2005, l 'Arabie Saoudite Il a été décrit par le Département d'Etat des Etats-Unis comme le 3ème pays avec le trafic le plus humain. Les trois pays sont « les pays dont les gouvernements ne sont pas pleinement conformes aux normes minimales et ne sont pas encore d'importants efforts à ce sujet. »

Souvent, les pays ont connu depuis des siècles la pratique de l'esclavage, sont affectés par la pratique persistent sous des formes nouvelles, telles que celles relatives à certains des enfants restavek l'île de Haïti.[66]

Naissance de nouvelles formes d'esclavage

L'esclavage a disparu au Xe siècle en Europe, mais a continué de reconnaître l'esclavage à l'extérieur de leurs pays. Pour le reste du monde que depuis le temps de 'lumières Il est venu une disparition progressive du phénomène, favorisé même par des événements réactionnaires tels que la Congrès de Vienne. Depuis la fin du dernier millénaire, cependant, il y a eu un retour inattendu et important de l'esclavage caractérisé par ses propres particularités dans les différents états.

De même ce qui a été observé tout au long de l'histoire, l'esclavage affecte souvent les groupes ethniques des pays étrangers, qui, pour une raison ou une autre se trouvent dans une position inférieure ou défavorisées. Par exemple, chez les immigrants en provenance d'Europe de l'Est et d'autres continents ne sont plus motivés par trouve que le besoin de sécurité ou des moyens de subsistance personnels des émigrants sans rapport quitter le pays contre sa volonté; d'autres fois ce sont les gens qui ont été persuadés de quitter avec des promesses trompeuses. Dans ces cas, il est pas exagéré de perturber le terme est esclaves vers les pays occidentaux (voir note sur la législation à la fin de ce chapitre). En Italie, les secteurs économiques où le phénomène de l'esclavage est peut-être plus commun la prostitution[67] et l 'agriculture.

Les raisons de ce phénomène sont multiples. Selon le chercheur Kevin Bales, l'expansion des nouvelles formes d'esclavage, qui impliquent souvent des sociétés occidentales, serait l'augmentation rapide de la population mondiale et la mauvaise gestion (souvent par les gouvernements des pays pauvres) des nouveaux défis qui doivent aller répondre à la politique. Ceux-ci inclus mondialisation sans aucun doute, il a une place de premier plan[68]. La mauvaise gestion aurait favorisé, enfin la formation et la consolidation des nouveaux groupes d'élite intéressés à exploiter les changements sociaux et économiques en cours.

Pour une caractérisation grossière de nouvelles formes d'esclavage se rappeler quelques points essentiels de vue:[69]

  • reconnaissance sociale: L'ère post-moderne est toujours esclavage et unanimement condamné par la conscience commune (voir par exemple. Convention européenne pour la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales, art. 4, pour le cas de l'Europe). Comme illégale, dans l'ouest de l'esclavage relation peut exister à peine sans le soutien de la criminalité organisée, souvent internationales, et les formes de mobilité tels que l'immigration clandestine.[70]
  • fonctions: Dans le cas de l'esclavage dans les pays occidentalisés, l'éventail des tâches qui peuvent être utilisés un esclave a changé de manière significative. Il y a plus d'esclaves dans les guerriers de l'Ouest, ou les enseignants; même les tâches de ménage dans une famille peut sembler tomber sous le phénomène de l'esclavage.[71] En dehors de la prostitution et l'agriculture, ils sont souvent considérés comme des formes d'esclavage modernes d'exploitation violente racket, l'aumône trafic d'organes et l'abus des mineurs à la pornographie juvénile.[72]
  • Acquisition et la durée de la relation de l'esclavage: La condition de l'esclavage acquis par la naissance est désormais impossible, du moins en théorie. Être moins facile à mettre en place et moins difficile à résoudre, la relation de l'esclavage ne dure presque jamais la vie de la victime, mais elle a tendance à affecter principalement des groupes de jeunes âge. Sont en fait de nombreuses sources pour soutenir que les esclaves sont pour la plupart des mineurs.[73]
  • Les moyens de pression: Pour l'exploiteur actif dans les pays occidentaux, aujourd'hui la manière la plus efficace pour soutenir le rapport esclave est probablement la menace de représailles violentes contre les parents qui sont restés à la maison. Il faut aussi dire que, aujourd'hui encore, les dettes sont utilisées comme moyen de pression contre la victime. De toute évidence, si dans les temps anciens esclavage était souvent l'aspect normal de l'incapacité de payer une dette régulière, l'esclavage aujourd'hui est tout à fait systématiquement basée sur des arrangements de prêts abusifs, car il est pratiquement impossible de rembourser la dette.[74]

En Italie, le législateur est intervenu au nom des victimes. Parmi les mesures engagées, il y a la loi du 11 Août 2003, non. 228, « Mesures contre Ce sont des gens"[75].

notes

  1. ^ Accord additionnel relatif à l'abolition de l'esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l'esclavage, admin.ch. Récupéré 29 Mars, 2014.
  2. ^ Convention du 7 Septembre, 1956, immigrazione.biz. Récupéré 29 Mars, 2014.
  3. ^ Voir. vocabulaire Treccani l'entrée correspondant
  4. ^ à b Treccani esclavage
  5. ^ Paul Allard, Les ESCLAVES Chrétiens, Paris, 1876, V ed. 1914 (en Livio Sichirollo, L'esclavage ancien et moderne: problème, l'histoire, les institutions, Guide des éditeurs, 1979 pp.209-210
  6. ^ R. Stark, "La victoire de la raison", Lindau 2008, p. 57
  7. ^ R. Pernoud, "Moyen-Âge, un préjugé vieillesse", Bompiani 2001, p. 88-90
  8. ^ Rodney Stark, La victoire de la raison: Comment le christianisme a conduit à la liberté, le capitalisme et le succès de l'Ouest, 2005.
  9. ^ ibid, pp. 57-58.
  10. ^ Giuseppe Sandro Mela, "Islam: naissance, croissance, déclin", Armando Editore, 2005 pag.239
  11. ^ G.S.Mela, op.cit. ibid
  12. ^ Musca Giosuè, "L'émirat de Bari (847-871)", Editeur: Dedalus, 1993 - page 75 ISBN 978-88-220-6138-6
  13. ^ Histoire des peuples, éditeur Bonifazi; atlas historique GARZANTI; Encyclopédie Universalis, ed. Michel-Ange.
  14. ^ Giuseppe Bonaffini, Une peur de la mer: la Méditerranée à l'époque moderne, éditeur S. Sciascia, 1997.
  15. ^ R. Romeo, Les résultats de la conscience américaine de la Cinquecento italienne, Ricciardi, Milano-Napoli, 1959.
  16. ^ ibid.
  17. ^ G.V. Scammell, p. 172.
  18. ^ G.V. Scammell, p. 184.
  19. ^ Rodney Stark, faux témoignages Comment démasquer plusieurs siècles d'histoire anti-catholique, Collier Lions, Edizioni Lindau 24 novembre 2016, ISBN: 9788867085897, cap.VIII
  20. ^ http://www2.units.it/storia/Docenti/Abbattista/Sublimisdeus.doc
  21. ^ Istoria ou d'un rapport sommaire de l'Ouest Distruttione Indie Mons. Le révérend Don Bartolomeo de maisons, Ordre des Prêcheurs sévillane Trad. de G.Castellani, Venise, 1643.
  22. ^ G. Gliozzi, La découverte de la nature. Anthropologie et colonialisme de Colombo à Diderot, Principato, Milano, 1971.
  23. ^ en Antiguas culturas precolombinas, México, Siglo XXI Editores de España, 1976.
  24. ^ Singles pourraient être considérés comme le fait que le traité de Sepúlveda, interdit en Espagne XVIe siècle, Il a été publié et largement diffusé dans la 1892, à-dire lorsque le colonialisme Europe était pratique pour rafraîchir la thèse raciste l'esclavage et le chroniqueur espagnol.
  25. ^ En 1759, les jésuites ont été expulsés du Portugal en 1767 en Espagne a entraîné l'arrêt de l'expansion missionnaire. Un autre coup il a souffert avec la suppression en 1773.
  26. ^ G.V. Scammell, p. 193.
  27. ^ La civilisation catholique, Deuxième année, le volume VII, publié par la civilisation catholique, 1851, p.67.
  28. ^ Giacomo Martina (1924), Histoire de l'Eglise italienne. « Jésuite, car il a enseigné plus de trente ans à l'Université grégorienne de Rome (1964-1994); Il a siégé au comité de direction des papes de l'Encyclopédie publiée en 2000 par l'Institut de l'Encyclopédie italienne. « (En Encyclopédie Treccani à l'élément correspondant).
  29. ^ Giacomo Martina, Pie IX, Volume 1, GregorianBiblical librairie, 1985, p. 494.
  30. ^ Bibliographie Henriquina, vol. 1, Lisbonne 1960, p. 118-119, et le texte latin Baronius, Annales Ecclésiastiques, vol. 28, édition 1874, pp. 219-220, https://archive.org/stream/annalesecclesias28barouoft#page/219/mode/1up
  31. ^ Dictionnaire de la doctrine de l'Église. Sciences sociales et du magistère Editeur: La vie et la pensée, Novembre 2004 - p. 540 ISBN 88-343-0588-4 ISBN 9788834305881
  32. ^ "A Igreja et escravidão: uma análise documental" José Geraldo de Carvalho Vidigal Presença 1985 - p. 41
  33. ^ « Dictionnaire de l'érudition de l historique et ecclésiastique. Pietro à notre » Gaetano Moroni - p. 145.
  34. ^ "Tous les encycliques et les principaux documents pontificaux émis de 1740: le pape Léon XII (1823-1829), Pie VIII (1829-1830), Gregory XVI (1831-1846)" par Ugo Bellocchi Libreria Editrice Vaticana, 1994 - Page 272
  35. ^ Dictionnaire de l'Histoire de l'Eglise de Guy Bedouelle, ESD Edizioni studio dominicaine - Février 1997, p. 151 ISBN 88-7094-265-1 ISBN 9788870942651
  36. ^ http://www.vatican.va/holy_father/john_xxiii/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_15051961_mater_it.html
  37. ^ Luis M. Bermejo, S.J. (1992). Infaillibilité on Trial. Christian Classics, Inc. p. 315. ISBN 0-87061-190-9.
  38. ^ à b Antonio Brancati, La civilisation depuis des siècles, vol. II, Nouvelle-Italie, Scandicci 1989 (p. 61).
  39. ^ Le commerce des esclaves
  40. ^ Face à la traite des esclaves exploités par les puissances coloniales, Pape Paul III (1468-1549) a déclaré le père de l'esclavage de Satan, condamnant fermement toutes les formes de pratique (voir. R. Stark, Pour la gloire de Dieu. Comment Monothéisme a conduit à la Réforme, la science, la chasse aux sorcières, et la fin de l'esclavage, Princeton University Press, Princeton, 2003, p. 331.
  41. ^ Encyclopédie
  42. ^ Diderot Lettre ami Friedrich Grimm du 23 Mars, 1771 à la défense de l'abbé Raynal et son esprit libertaire Vincenzo Ferrone, Daniel Roche, Lumières: Dictionnaire historique, Editori Laterza, 1997 p. 52
  43. ^ Girodivite.it)
  44. ^ David Hume, Sur le caractère national, Volume III, 1754
  45. ^ Lucio Villari, L'esclavage moderne. Lumières et le colonialisme. Raynal et Diderot, Edizioni associé, 1996
  46. ^ Christopher L. Miller, Le Triangle atlantique française. Littérature et culture de la traite négrière, Duke University Press (2008), p. 428
  47. ^ Domenico Losurdo, Hegel, Marx et la tradition libérale: la liberté, l'égalité, la règle, Progress Publishers, 1988 p.95
  48. ^ Jean Ehrard, Esclavage et Lumières. Le colonial et l'esclavage opinion publique en France XVIIIe siècle, André Versaille éditeur (2008), p. 28
  49. ^ Voltaire, œuvres complètes, Volume XII "Correspondance générale"
  50. ^ Encyclopédie de la philosophie de l'Université de Stanford: Histoire du féminisme: Marquis de Condorcet
  51. ^ Réflexions sur l'esclavage des Nègres, en D'œuvres de Condorcet édité par A. O'Connor et Condorcet M.-F. Arago, 12 vol., Firmin Didot, Paris 1847-1849
  52. ^ Louis Godart, La liberté fragile, Edizioni Mondadori, 2012
  53. ^ F. loteries, Et perfectibilité Progrès: un des Lumiers Dilemme Françaises, Voltaire Foundation, Oxford 2006
  54. ^ Jean-Antoine Condorcet, Les regards des Lumières. La politique et la raison à l'ère des Lumières, édité par Graziella Durante, Daedalus Publishing, 2009 p.18
  55. ^ Une centaine d'esclaves à chaque consommateur: après tout il y a des objets d'exploitation, Repubblica.it 1er Novembre de 2011. Récupéré le 2 Novembre 2011,.
  56. ^ information
  57. ^ mariages de sang
  58. ^ [1];
  59. ^ Peacereporter
  60. ^ http://www.ass6.sanita.fvg.it/allegati/REGTI02-3.pdf
  61. ^ Charte des responsabilités humaines
  62. ^ Piero Scanziani, la vie de Muhammad, la doctrine, le soufisme, petite anthologie du Coran, Suisse SA Editions, 2005 p.85
  63. ^ Levy, R. (1957). La structure sociale de l'Islam. Londres, New York: Cambridge University Press, avant-première.
  64. ^ Encyclopédie de la Sunna. Wikia.com
  65. ^ Suzanne Miers Article Université de Yale, dans l'esclavage du XXe siècle
  66. ^ Lili Dauphine, Je vais voler à nouveau: le restavek, Première édition Miraques, USA, 2007.
  67. ^ Federica Resta, Ancien et nouvel esclavage. Du trafic pour l'exploitation sexuelle, Giuffre Editore, 2008 p. 197 et suiv.
  68. ^ Kevin Bales, Les nouveaux esclaves. La marchandise humaine de l'économie mondiale, traduit par Maria Nadotti, Feltrinelli, collier universel Essais économiques, 2000.
  69. ^ Maria Grazia Giammarinaro, Néo-esclavage, la servitude et le travail forcé: une perspective internationale, Magazine: JUSTICE AFFAIRE, 2000, numéro 3
  70. ^ Francesca Coin, Les immigrants, le travail, la maison: entre la ségrégation et la mobilisation, Franco Angeli, 2004 p. 90 et suiv.
  71. ^ Francesca Coin, op. cit., p. 47 et suiv.
  72. ^ Voir. Terre des hommes
  73. ^ Francesco Carchedi, Giovanni Mottura, Enrico Pugliese, Le genre de travail et de nouvelles formes d'esclavage, Franco Angeli, 2003, p. 163 passim
  74. ^ Emilio Santoro,Un modèle inclusion néo-esclavagiste des migrants, Université de Pise
  75. ^ La loi italienne de 2003, les mesures contre le trafic

bibliographie

  • Kevin Bales, Les nouveaux esclaves. La marchandise humaine de l'économie mondiale, traduit par Maria Nadotti, Feltrinelli, collier universel Essais économiques, 2000.
  • Marcel Dorigny, Les abolitions de l'esclavage de L.F. Sonthonax à V. Schoelcher. 1793-1794-1848, Presses Universitaires de Vincennes et l'UNESCO Éditions, Paris 1995.
  • Thomas Casadei, Sauro Mattarelli esclavage, Milano, Franco Angeli, 2009.
  • Eric Foner, Forever Free. L'histoire de l'émancipation et la reconstruction, Vintage, New York en 2005.
  • Geoffrey V. Scammell, Genesis dell'Euroimperialismo, Ecig, Gênes, 2000
  • Karamursel, Ceyda. LA LIBERTÉ D'incertitudes: La deuxième constitutionnelle Il et la fin de l'esclavage dans l'Empire ottoman tardif. Journal de l'Histoire des femmes. Fall2016, Vol 28., No. 3, p. 138-161
  • Michel, Johann, Une étude de la mémoire collective et publique Mémoire de l'esclavage en France. Des études africaines. Décembre 2016, vol. 75 numéro 3, p. 395-416
  • Stephen Kershnar, Justice pour le passé, 0791460711, 9780791460719, Université de New York 9781423739807 État Press, 2004

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à esclavage
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "esclavage»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers esclavage
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à esclavage
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "esclavage»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers esclavage

liens externes


autorités de contrôle LCCN: (FRsh85123314 · GND: (DE4055260-3