s
19 708 Pages

L 'épistémologie complexité Il est une branche de la 'épistémologie que les études systèmes complexes et phénomènes émergents qui leur sont associés.

description

« La complexité est un problème de mot et pas un mot de solution » »

(Edgar Morin)

« Dans les systèmes complexes de l'imprévisibilité et le paradoxe sont toujours présents et certaines choses restent inconnues « »

(Edgar Morin)

Il est une vision interdisciplinaire des études qui traitent de systèmes complexes adaptatifs, La théorie du chaos, La théorie des systèmes, intelligence artificielle, cybernétique, phénomènes thermodynamiques loin de état d'équilibre, météorologie, écologie, systèmes sociaux.

Il est également indiqué par les termes science de la complexité, défi de la complexité[1] ou complexité pensée [2].

Dans ce contexte "la complexité d'un système« Ne pas dire ses propriétés intrinsèques objectives, mais plutôt les propriétés de l'ensemble constitué par l'observateur du sujet (et créateur du modèle) et le modèle lui-même.

L'historiographie de l'emplacement le plus commun, il a que la science de la complexité ont été fondée à la fin des 60 par les spécialistes comme la chimie Ilya Prigogine et physique Mann-Murray Gell. D'autres auteurs placent dans une période avant que les locaux et l'émergence de la pensée complexe,[3] et donnera la Edgar Morin son siège dans la systématisation philosophique.[4].

L'épistémologie de la complexité se pose à la fin de XIXe siècle suite à l'observation que le dualisme cartésien et le moule du XVIIIe siècle a pensé réductionniste qu'il a tiré sur étaient maintenant insuffisantes pour comprendre le monde d'interactions complexes tirées par les sciences modernes, et en particulier de physique, ainsi que exposée par Prix ​​Nobel de physique 1969-Mann Murray Gell.[5]. La nouvelle vision et l'approche holistique étude des systèmes physiques et économiques, par exemple, implique une perte « partielle » de principe de cause à effet, typique de l'ensemble la physique classique et déterminisme, car seule interaction mutuelle de tous les composants et les facteurs qu'il est possible d'agir sur le système pour obtenir un "auto-organisation ou comportement émergent (Même si le résultat final est cependant possible de « peser » l'élimination de chaque facteur un à la fois du calcul global). Dans le même domaine d'investigation épistémologique que nous sommes témoins d'une perte de la notion de "certitude absoluetypique du déterminisme « et une prise de conscience" incertitude ou indeterminismo inhérente à toute la science moderne de la physique moderne[6].

L'étude du comportement et de l'évolution des systèmes complexes a particulièrement intéressant sur la rechute philosophie, l 'épistémologie et la même recherche scientifique de nos jours. En particulier, certains développements particulièrement prometteurs et originaux comprennent:

  • De nouvelles formes de collaboration entre la science d'une part, et de la philosophie et le monde du savoir humaniste sur l'autre. Il rejette aussi bien la distinction traditionnelle entre les deux cultures, un développement considéré comme nocif pour une certaine phase de l'histoire de la pensée occidentale, et la positiviste de façon unilatérale la intrusif a envahi la connaissance philosophique au nom d'une vision réductionniste de la recherche scientifique. Aujourd'hui, par exemple, il monte une nouvelle fédération de disciplines parmi les neurosciences, la sciences cognitives, la linguistique, la psychologie, l 'anthropologie, l 'archéologie cognitive, les sciences de l'artificiel, la robotique qui vise à un être humain vision intégrée, l'amélioration (et ne pas mettre déjà entre parenthèses) les contributions à cette vision intégrée peut donner la philosophie, la littérature, la pratique artistique dans différents lieux et des moments différents.
  • Une nouvelle méthodologie de recherche par le biais simulation Ordinateur et approche bottom-up, qu'à côté des méthodes traditionnelles et expérimentales déductive. La simulation permet en particulier l'étude des systèmes complexes historiques et des systèmes chaotiques par rapport à écoulés laquelle il aurait autrement aucune possibilité d'intervention expérimentale, comme le climat mondial actuel et futur ou même la formation des systèmes planétaires à partir des interactions gravitationnelles des corps d'une masse donnée. En répétant plusieurs fois les simulations à partir de conditions initiales très similaire, on comprend en même temps l'individualité et l'unicité de chaque trajectoire, mais aussi les régularités qui peuvent unir une classe particulière de trajectoires, et approfondissent ainsi la contingence du nœud et la légalité qui sous-tend tous les cours de l'histoire. En ce sens, il est de laisser tomber le préjugé traditionnel, encore largement répandue dans les milieux scientifiques, selon laquelle les sciences historiques ne seraient pas pleinement scientifique compte tenu de la non-reproductibilité des expériences qui pourraient être concernés. Dans un sens, les simulations ont ajouté une dimension importante aux sciences expérimentales historiques, qui restent encore essentiellement sciences circonstanciels.
  • Une vision élargie et la profondeur de 'évolutionnisme, qui détecte certains aspects historiques, y compris univers physique-chimique, traditionnellement considéré être régie que par des lois et hors du temps invariants. Ce n'est pas l'abîme des premiers développements au moment de biologie moléculaire (Jacques Monod 1970) est considéré comme devrait nécessairement s'écouler entre l'univers physico-chimique et l'univers des vivants. Au contraire, il devient possible de localiser les racines de la vie dans une certaine dynamique d'auto-organisation de leurs systèmes physico-chimiques avec une grande complexité, tels que structures dissipatives étude Thermodynamique par Ilya Prigogine et son école. En même temps, la vie ne se réduit pas à l'univers chimique, mais physique, il est une sorte de propriété émergente qui résulte de la présence, dans le prébiotique de la Terre, un grand nombre et la variété de macromolécules organiques qui, au fil du temps, ont déclenché un réseau de réactions chimiques auto-organisation et auto-catalytique (hypercycles Manfred Eigen). Il est donc possible d'envisager une « nouvelle alliance » entre l'humanité, la nature vivante et de la nature physico-chimique (Ilya Prigogine, Isabelle Stengers) Et l'humanité devient « une maison dans l'univers » (Stuart Kauffman). Une vision qui aujourd'hui est grandement soutenue par des recherches récentes sur l'origine de la vie sur terre et par les nouveaux développements de la science 'astrobiologie, qui tend à interroger sur les formes possibles, la circulation et la diversité de la vie dans l'univers dans une perspective comparative qui éloigne de l'approfondissement des caractéristiques de la vie sur notre planète.

notes

  1. ^ Gianluca Bocchi, Mauro Ceruti, Le défi de la complexité, Feltrinelli, Milan, 1985 (première édition). Bruno Mondadori, Milan, 2007 (nouvelle édition)
  2. ^ Tullio Tinti, le « défi de la complexité » du troisième millénaire, pdf, article paru dans le magazine du XXe siècle (années 18, 12, pp.7-12, p.25).
  3. ^ Paolo Magrassi, "le chaos Exploiter", pdf, Il Sole 24 Ore Növa Review, n ° 4 à 2008, Septembre 2008, p.23.
  4. ^ Pietro Quattrocchi, Vers la complexité un'epistemogia: Methode Edgar Morin, "Épistémologie", A. 5. 1982 et, plus récemment, Alessandro Cravera, La concurrence dans la complexité - La gestion entre ordre et chaos, ETAS 2008, pp. 27, 33, 34, 212 et Paolo Magrassi, Défendre la complexité, Franco Angeli 2009, pp. 80-85
  5. ^ M.Gell-Mann, Le quark et le jaguar. Aventure simple et complexe, ed. Bollati-Basic Books 1996, pp. 9-49.
  6. ^ https://www.docsity.com/it/la-sfida-della-complessita-4/494779/

bibliographie

  • Arecchi F.T. - M. BERTI, Le défi scientifique et philosophique de la complexité, Rome 2000;
  • Henri Atlan, L'organisation et la théorie biologique de l'Information, Paris, 1972;
  • Henri Atlan, Entre le cristal et la fumée, Paris 1979, tr. en. R. Coltellacci - R. Corona, Florence 1986;
  • Gregory Bateson, L'esprit et la nature. Une unité nécessaire, New York, 1979, tr. en. G. Longo, L'esprit et la nature. Une unité nécessaire, Milano 2004;
  • BAILLY F. - G. LONGO, Mathématiques et sciences de la nature. Le physique Singularité du vivant, Paris 2006.
  • Per Bak, Comment fonctionne la nature. La science de Criticité autogérée, New York, 1996;
  • BALL P., Critical Mass, Londres 2004.
  • Albert-Laszlo Barabasi, lié, Perseus Books, New York, 2002, tr. en. B. Antonielli d'Oulx, Lien. La science des réseaux, Einaudi, Torino 2004;
  • Gregory Bateson, Vers une écologie de l'esprit, New York, 1972, tr. en. G. Longo - G. Trautteur, Vers une écologie de l'esprit, Adelphi, Milano 2004;
  • BENKIRANE R., Théorie de la complexité, tr. en. Bollati Basic Books, Torino, 2007;
  • Bertuglia C.S. - VAIO F., non-linéarité, le chaos, la complexité, Borighieri Bollati, Torino 2003 (deuxième édition, revue et augmentée, 2007);
  • Bertuglia C.S. - VAIO F. La complexité et les modèles. Un nouveau cadre d'interprétation dans les sciences de la nature et de la société (David Lane Préface), Bollati Basic Books, Torino 2011;
  • BOCCHI G. - Ceruti M. (eds), Le défi de la complexité, Feltrinelli, Milano 1984 (nouvelle édition avec une nouvelle introduction, Bruno Mondadori, Milan, 2007);
  • BOCCHI G. - Ceruti M. Origines des histoires, Feltrinelli, Milano 1993;
  • BOCCHI G. - CERUTI M., l'éducation et la mondialisation, Raffaello Cortina, Milano 2004;
  • BUCHANAN M., Nexus, New York en 2002, tr. en. L. Serra, Nexus, Milan 2003;
  • BUCHANAN M., Ubiquity, New York en 2001, tr. en. L. Serra, Ubiquity, Milano 2001;
  • Marcello Buiatti, L'état vivant de la matière. Les frontières de la nouvelle biologie, Utet, Turin 2000;
  • M. CERUTI, la contrainte et la possibilité, Feltrinelli, Milano 1986 (nouvelle édition Raffaello Cortina, Milano, 2009).
  • CERUTI, M., La danse qui crée, Feltrinelli, Milan, 1989.
  • CERUTI M., La fin de l'omniscience. complexité Epistemologie, Studium, Rome, 2014;
  • COVENEY P. - HIGHFIELD R., les frontières de la complexité, New York 1995
  • G. DE MICHELIS, quel jeu? Langue, organisation, technologies de l'information, Milano 1995;
  • DE TONI A. - L. Comello, Prey ou araignées? Les hommes et les organisations dans le réseau complexe, Turin 2005;
  • DE TONI A.F., Comello L., Voyage dans la complexité, Marsilio, Venise, 2007;
  • DUMOUCHEL P. - DUPUY J.-P., Le autoorganisation. De la physique au politique, Paris 1983;
  • EDELMAN G. - TONONI G., Un Univers de la conscience. Comment la matière devient, Torino 2000;
  • G. EDELMAN, le darwinisme Neural, New York en 1987, et. en. édité par S. Ferraresi, le darwinisme Neural, Turin 1995;
  • GALLINO L., L'alliance incertaine. Les modèles de relations entre sciences humaines et naturelles, Turin 1992;
  • GANDOLFI A., fourmilières, des empires, des cerveaux. Introduction à la science de la complexité, Turin 1999;
  • GANDOLFI A. Gagner le défi de la complexité, Franco Angeli, Milano, 2008;
  • A. G. Gargani, connaissances sans fondations, Einaudi, Turin 1975;
  • Gellmann M., Le Quark et le Jaguar, New York en 1994, tr. en. L. Sosio, Le Quark et le Jaguar, Turin 1996;
  • D. GILLIES - Giorello G., la philosophie de la science au XXe siècle, Laterza, Roma-Bari 1995;
  • J. Gleick, Chaos, New York en 1987, tr. en. L. Sosio, Chaos. La montée d'une nouvelle science, Rizzoli, Milan 1989;
  • GOULD S.J., La Structure de la théorie de l'évolution, Cambridge (Massachusetts) en 2002, et. en. édité par T. Pievani, La structure de la théorie de l'évolution, le code, Torino 2003;
  • S. J. Gould, Wonderful Life, New York 1989, tr. en. L. Sosio, La vie est belle, Feltrinelli, Milano 1990;
  • HERBST L., Komplexität und Chaos, München 2004;
  • J. HOLLAND, ordre caché, Reading (Massachusetts) en 1995;
  • HOLLAND J. H., Emergence. Du chaos à l'ordre, Reading (Massachusetts) en 1998;
  • A. IACONO, l'événement et l'observateur, Bergamo 1987;
  • E. Jantsch, L'univers d'auto-organisation, Oxford University Press, Oxford, 1980;
  • G. JOHNSON, le feu dans l'esprit, New York 1995, tr. en. S. Coyaud, symétries, Torino 2002;
  • S. JOHNSON, Emergence, New York en 2001, tr. en. A. Antonini, La nouvelle science des systèmes émergents, Milano 2004;
  • KAUFFMAN S., à la maison dans l'Univers, New York 1995, tr. en. F. Serra, à la maison dans l'Univers, Rome 2001;
  • KAUFFMAN S., enquêtes, New York en 2000, et. en. édité par T. Pievani, Explorations évolution, Turin 2005;
  • KAUFFMAN S., Les origines de l'Ordre, Oxford 1993;
  • KELLY K., hors de contrôle, lecture (Massachusetts) en 1994, tr. en. C. Poggi, hors de contrôle, Milan 1996;
  • LASZLO E., Les systèmes vision du monde, New York, 1972;
  • R. Lewontin, Gene, organisme et environnement, Roma-Bari 1998;
  • LONGO G.O., Homo technologicus, Rome 2001;
  • LONGO G.O., nouveau golem. Comme l'ordinateur change notre culture, Roma-Bari 2003;
  • LORENZ E., L'essence du Chaos, Seattle 1993;
  • Manghi S., Le chat avec des ailes. L'écologie des pratiques d'esprit et social, Milan 1990;
  • MATURANA H. - F. Varela, Autopoiesis et Cognition. La réalisation des vivants, Dordrecht 1980, tr. en. A. Stragapede, Autopoiesis et de la cognition. La réalisation des vivants, Venise 1985;
  • MATURANA H. - F. VARELA, El Arbol del conocimiento, Santiago 1984, tr. en. G. Melone, L'Arbre de la Connaissance, Milan 1986;
  • MC CULLOCH W., l'incarnation de l'esprit, Cambridge (Massachusetts) en 1965;
  • E. MORIN - Piattelli Palmarini M. (eds), L'homme de l'unité, Seuil, Paris 1974;
  • E. MORIN, Introduction à la pensée complexe, tr. en. Sperling Kupfer, Milano, 1993;
  • E. Morin, La Méthode. I. La nature de la nature, Paris 1977, tr. en. G. Bocchi - A. Serra, la méthode. I: La nature de la nature, Milano 2001;
  • E. Morin, Le Paradigme perdu: la nature humaine, Paris 1973, tr. en. E. Bongioanni, Le paradigme perdu, Milano 1994;
  • NICOLIS G. - I. Prigogine étude de la complexité, München 1987, tr. en. M. Andreatta - M.S. De Francesco, Complexité, Turin 1991;
  • OLIVERIO A., l'esprit. Mode d'emploi, Milano 2001;
  • PARISI D., l'esprit. Les nouveaux modèles délé- vie artificielle, Bologne 1999;
  • PARISI D., simulations. La réalité reconstruit dans l'ordinateur, Bologne 2001;
  • G. PARISI, Ordre, désordre et simulations, Singapour 1992;
  • Piaget J., Biologie et Connaissance, Paris 1967, tr. en. F. Bianchi, la biologie et de la connaissance, Turin 1983;
  • Prigogine I. - I. Stengers La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la Science, Paris 1979 éd. en. édité par P. D. Napolitains, la nouvelle alliance. Métamorphose de la science, Turin 1981;
  • SOLÉ R. - GOODWIN B., Les signes de vie, New York 2000;
  • STENGERS I., Cosmopolitiques, Paris 1997, tr. en. Cosmopolitan, Rome 2005;
  • I. Stewart, Dieu joue aux dés?, Oxford en 1989, tr. en. L. Sosio, Dieu joue aux dés, Turin 1993?;
  • Tagliagambe S., le rêve de Dostoïevski. Comme l'esprit émerge du cerveau, Milano 2002;
  • Tagliagambe S., Les deux modes de perception et de l'épistémologie du projet, Milano 2005;
  • TAYLOR M.C., le moment de la complexité, Chicago 2001, tr. en. B. Antonielli d'Oulx, le moment de la complexité. L'émergence d'une culture de réseau, Turin 2005;
  • Telfener U. - CASADIO L. (eds), systémique, Turin 2003;
  • Varchetta G., les situations d'urgence de l'organisation. Textes et histoires, Milan 1997;
  • VARELA F. - E. THOMPSON - ROSCH E., L'esprit incarné, Cambridge (Massachusetts) en 1991, tr. en. I. Blum, Au milieu de la connaissance, Feltrinelli, Milano 1992;
  • VARELA F., Autonomie et connaissance, Paris 1989;
  • VARELA F., principes d'autonomie biologique, New York 1979;
  • VON L. Bertalanffy, théorie générale des systèmes, New York en 1968, tr. en. E. Bellone, théorie générale des systèmes, Milan 1971;
  • H. VON FOERSTER, Cybernétique de Cybernétique, Urbana (Illinois) 1974;
  • H. VON FOERSTER, Les systèmes qui observent, Astrolabe Ubaldini, Rome 1987;
  • J. von Neumann, L'ordinateur et le cerveau, New Haven 1958;
  • WADDINGTON C.H., Outils de la pensée, Edimbourg 1977, tr. en. V. Hall, Outils pour la pensée, Mondadori, Milan 1977;
  • M. M. Waldrop, complexité, New York en 1993, tr. en. L. Sosio, complexité, Turin 1996;
  • Duncan J. Watts, Small Worlds, Princeton 1999;
  • Duncan J. Watts, six Degrees, New York, 2003;
  • WATZLAWICK P. (eds), Die Wirklichkeit erfundene, München 1981 ed. en. édité par A. Encore une fois - A. Fischetti, La réalité inventée, Milano 1994;
  • P. WEISS, Le archipel scientifique, Paris 1974;
  • Norbert Wiener, cybernétique, New York, 1948, tr. en. G. Barosso, cybernétique, Basic Books, New 1968;
  • WINOGRAD T. - F. FLORES, Comprendre Ordinateurs et Cognition, Reading (Massachusetts) en 1987, tr. en. F. Butera - S. Ballance, Calculatrices et connaissances, Mondadori, Milan 1987;

Articles connexes

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4135369-9