s
19 708 Pages

Paolo Serini
Paolo Serini

Paolo Serini (Vicenza, 1899 - turin, 14 février 1965) Ce fut un professeur, traducteur et études françaises italien.

biographie

Il né à Vicenza, dix-huit bénévoles en s'arruolò Armée italienne pour combattre dans Première Guerre mondiale: Cette décision se révéla capitale pour sa formation et le développement de ses idées est que les politiques sociales.[1][2] Il a déménagé à Naples pour des raisons d'études, il a obtenu son diplôme en littérature française portant une thèse sur Henri Bergson et, en attendant, approchant les écrits de Benedetto Croce. Après l'obtention du diplôme, il est devenu professeur d'histoire et de la philosophie, et a déménagé à Cremona pour enseigner à l'école de grammaire locale. Avec l'avènement de fascisme Serini a conservé ses idées libéraux et il est devenu un partisan de 'Anti-fascisme: Il faisait partie de Comité de libération nationale et activement collaboré à la création de Le libéral Risorgimento, opposition au journal de régime.[2] essayé de Tribunal spécial pour la défense de l'Etat pour ses activités dissidentes, il a été emprisonné en Bergame et Crémone.[2] Après la guerre, et finalement abandonné le régime fasciste, Serini a pu reprendre leurs activités éducatives et journalistiques: en fait, est devenu rédacteur en chef, puis rédacteur en chef du journal l'avis, et a commencé une collaboration intense avec les deux Turin par jour Print[1] que le magazine le Monde.[2] Il a également travaillé pour la maison d'édition Einaudi, pour qui a publié des traductions et des essais sur littérature française, en prenant soin des collections et des livres par des auteurs tels que Marcel Proust, Voltaire, Descartes et Blaise Pascal. Il a également étudié pour recueillir des lettres de l'avant Adolfo Omodeo. Elle avait une fille, Maria Livia. Serini est mort le matin du 14 Février 1965 à Turin, souffrant d'une maladie grave qui a longtemps été contraints de fuir leurs activités habituelles.[1][2]

travaux

séquestres

  • Luc de Clapiers, Réflexions et maximum, Firenze, Sansoni, 1923 (y compris la traduction)
  • Vincenzo Gioberti, Pages choix, Milan, Mondadori, 1928
  • Descartes, Méditations et extrait Métaphysique des objections et des réponses, Milan, Mondadori, 1929 (y compris la traduction)
  • Boutroux, La science et la religion dans la philosophie contemporaine, Milan, Mondadori, 1933 (y compris la traduction)
  • Henri Bergson, Creative Evolution, Milan, Mondadori, 1935
  • Descartes, Discours de la Méthode, Milan, Mondadori, 1941 (y compris la traduction)
  • Blaise Pascal, Opuscules et Lettres, Milan, Editions de l'Homme, 1946
  • Gustave Flaubert, courrier, Turin, Einaudi, 1949
  • Stendhal, Lucien Leuwen, Turin, Einaudi, 1956 (y compris la traduction)
  • Marcel Proust, Jours de lecture, Turin, Einaudi, 1958 (y compris la traduction)
  • Voltaire, Écrits philosophiques, Bari, Laterza, 1962
  • Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Turin, Einaudi, 1963 (7 vol.)
  • Blaise Pascal, provincial, Bari, Laterza, 1963 (y compris la traduction)
  • Blaise Pascal, pensées, Turin, Einaudi, 1966 (y compris la traduction)
  • Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, Milano, L'Essayeur, 1968
  • Benjamin Constant, revues, Turin, Einaudi, 1969 (y compris la traduction)

Essais

  • Emilio Boutroux, Napoli, Perrella, 1922
  • Bergson et le spiritualisme français du 19ème siècle., Gênes, Perrella, 1923
  • pascal, Turin, Einaudi, 1942
  • L'unité de période de trois ans (1859-1861), Florence, Italie Nouvelle, 1960 (avec Franco Antonicelli)

traductions

  • Louis Villat, La Révolution française et l'Empire napoléonien, Turin, Einaudi, 1940
  • Bertrand de Jouvenel, La puissance: l'histoire naturelle de son développement, Milan, Rizzoli, 1947
  • Gustave Glotz, La ville grecque, Turin, Einaudi, 1948
  • Marcel Proust, le prisonnier, Turin, Einaudi, 1950
  • Léon Robin, l'histoire de la pensée grecque, Turin, Einaudi, 1951
  • Georges Lefebvre, La Révolution française, Turin, Einaudi, 1958
  • Alfred Loisy, Les origines du christianisme, Milano, L'Essayeur, 1964

notes

  1. ^ à b c Il est mort Paolo Serini, Soirée Imprimer, 15 février 1965, p. 2.
  2. ^ à b c et Il est mort Paolo Serini, la province, 16 février 1965, p. 4.

liens externes