s
19 708 Pages

Âge Trajan et Hadrien
Trajan, l 'Optimus Princeps, à-dire le meilleur de empereurs romains.
Âge Trajan et Hadrien
Portrait de l'empereur Adriano.

Le soi-disant âge de Trajan et Hadrien Il a représenté, dans le contexte de l'ensemble histoire romaine, l'un des meilleurs moments des deux « âge d'or » de 'Empire romain.

contexte historique

A l'intérieur du histoire romaine Il se définit habituellement l'âge de empereurs adoptifs, la période de 96 (Election Nerva) à 192 (Mort de Commodus), Caractérisé par une succession au trône non établi par la famille (en dehors de Commodus, fils de Marco Aurelio), Mais par 'adoption, dans le cadre du 'empereur en fonction contre son successeur. Considéré comme l'un à l'unanimité la plus brillante âge de l'histoire romaine, la première partie de cet âge (de Nerva à Hadrien), il a suivi la période troublée de la fin de dynastie des Flaviens avec la mort de Domitien (la 96), Et a précédé le soi-disant dynastie antonine (à partir de 138 un 192).

les événements politiques et militaires (96-138)

Pour les principaux événements politiques militaires consulter pour plus de détails sur l'article sur la empereurs adoptifs.

La société et le gouvernement

Trajan Il était un sage homme d'État et philanthrope, intéressé par les conditions de ses citoyens et, par conséquent prudent dans les réformes sociales et politiques. Pour surmonter la misère des classes inférieures, et à tâtons pour faire revivre les conditions en déclin de l'économie italienne, il a mis en place le 'Institutio Alimentaria. Avec ce dernier Trajan sacrifié une partie de sa fortune personnelle pour assurer des centaines d'enfants et des jeunes dans la subsistance de besoin. Sull 'Arc de Trajan Benevento Il représente la distribution de nourriture à la population et en particulier les enfants pauvres selon Institutio Alimentaria. De même, les reliefs sont conservés dans le Forum romain, se référant à l'institution "pouvoirs Italiae« En faveur de »pueri et nourriture puellae». Avec le produit et le produit des réformes mises en œuvre, Trajan a construit des écoles et des orphelinats internats pour les enfants illégitimes et les orphelins de son militaires leur garantissant une allocation mensuelle et une éducation adéquate. Ce faisant, l'empereur garanti aux empereurs suivants la classe dirigeante une qualifiée et compétente.

empereurs

  • (1) = premier conjoint
  • (2) = deuxième conjoint (non représenté)
  • (3) = troisième conjoint
  • CAPS Divinisé = (Augusto, Augusta, ou autre)
  • la ligne en pointillés indique l'adoption ou (dans le cas de Adriano et Antinoüs) Les amateurs présumés
Marcia
TRAIANO Pater
NERVA (R. 96-98)
Ulpia
MARCIANA
TRAIANO, fils adoptif (r. 98-117)
PLotina
Elio africaine
Paulina maggiore
Libo Rupilio Frugi (3)
MATIDIA
L. Vibio Sabino (1)
Rupilia Annia
M. Annius Verus
Rupilia Faustina
SABINA
ADriano, fils adoptif (r. 117-138)
ANTINOO
Paulina mineur
Domitia Lucilla
M. Annius Verus
M. Annius Libo
faAustina
ANTONINO PIO, fils adoptif (r. 138-161)
Elio Cesare, fils adoptif
Julia Paulina

nouveau provinces romaines

la Dacia Il a été capturé au cours de deux campagnes militaires menée par Trajan contre le roi Decebal (101-102 et 105. La création de provinces Procuratorie de Dacia, est venu au cours de la principauté de Adriano: le Dacia Inferior, établie à un moment ultérieur à 120 est resté Procuratoria jusqu'à 169 (dans l'appel récent des années Malvensis), Tandis que Dacia Porolissensis a été élevé à la province dans le 119-123 et est resté ainsi jusqu'à 168, alors que la province en même temps que l'autre soeur Dacia Inferior, Il a été réduit à un quartier financier simple, sous le commandement de l'égalité Dacia supérieure, dans l'intervalle, devenu attaché les trois Dacian.

La province de Mésopotamie. Elle a été fondée en 115 suite à la campagne contre parties de Trajan: Le territoire conquis est divisé en provinces, et la Mésopotamie a été établi de manière à couvrir le territoire de moderne Syrie à l'est de 'Euphrate et celle de 'Irak Nord. Le premier gouverneur était Dixième Terence Scauriano.[1]. Il a été abandonné par Adriano deux ans plus tard 117.

Royaumes / peuples « clients »

Les Romains sentait que la tâche de gouverner et civiliser un grand nombre de personnes à un moment donné était presque impossible, et il serait plus simple de laisser les résultats de l'organisation de ces petits royaumes, dirigés par des princes nés et élevés dans le pays d'origine. Il est né, puis la figure de clients roi, dont la fonction était de promouvoir le développement politique et économique de leurs royaumes, la promotion de la civilisation et de l'économie. Un « client roi », reconnu par Sénat romain comment amicus populi Romani, Il était généralement rien de plus qu'un outil de contrôle entre les mains de 'Empire romain. Ce ne fut pas seulement sur la politique étrangère et de défense, où le client roi fut chargé d'assumer la charge d'assurer la sécurité le long de leurs frontières contre l'infiltration et les dangers « faible intensité »[2] mais aussi les problèmes internes dynastiques, dans le cadre du système de sécurité impériale.[3] Mais les royaumes et les peuples clientèle, peu qu'ils pouvaient faire contre les dangers de la « haute intensité » (selon Edward Luttwak), Comme les invasions au niveau provincial. Ils pourraient apporter leur contribution, en ralentissant l'avance ennemie avec leurs forces limitées et, au moins jusqu'à l'arrivée allié romain: en d'autres termes, ils pourraient garantir une certaine « profondeur géographique », mais rien de plus.[4]

Trajan: Æ sesterzio[5]
TRAIANUS II 666-650919.jpg RIC
IMP CAES NER TRAIAN OPTIMAVG GER CAD PARTHICO P M TR P COS VI P P, Il a obtenu le droit de la tête. RÈGNE ADSIGNATA, S C en exergue; Trajan, en uniforme militaire, assis sur une chaise curule, il se adresse à trois rois barbares, dont le premier tend à tourner sa main à Trajan; deux officiers de l'armée derrière l'empereur, on tient une baguette et un sceptre.
27,01 gr, inventé en 116.
Trajan: Æ sesterzio[6]
TRAIANUS II 668-75001044.jpg RIC
IMP CAES NER TRAIAN OPTIMAVG GER CAD PARTHICO P M TR P COS VI P P, Il a obtenu la tête à droite; REX PARTHIS DATVS, S C en exergue; Trajan, en uniforme militaire assis sur une chaise curule, il tend la main à Parthamaspates Parthes roi de parthia; Trajan derrière un officier romain à sa gauche.
26,60 gr, 6H; inventé en 116/117.

au cours de la conquête de Dacia de Trajan les années 101-106, l'empereur romain a réussi à obtenir une aide militaire de l'ancien allié de Sarmates Iazyges (Juste ramené à l'obéissance après une décennie de guerres menée contre eux et leurs alliés Suèves) Contre le roi de Daci, Decebal, qui avait ignoré la pactes Amicitia et « clients » à Rome conclu au moment de Domitien (In '89). Celui-ci, après deux guerres sanglantes fut finalement vaincu et Dacia Elle a été annexée et transformée en province romaine.

En tant qu'alliés de Romains, Nabatéens a également joué le rôle de rempart entre Rome et les populations bédouin, peu enclins à arc à l'empire, mais en soumettant leurs marchandises dans les magasins du Nord et en leur fournissant souvent des biens qui venaient de ces régions. Ils ont continué à prospérer jusqu'à la le siècle et au début II, quand Trajan Il a incorporé dans leurs territoires 105/106, l'abolition de leur identité nationale et culturelle, dans le nouveau province Roman dell 'Arabie Pétrée. Leur pouvoir est maintenant bien étendu l'intérieur de l'Arabie, le long de la mer rouge jusqu'à ce que la Yémen, et Petra était un emporium cosmopolite, en dépit de son commerce diminuerait avec l'énoncé des routes commerciales de l'Est, de Myoshormus à coptos le long de Nil.

Quelques années plus tard ce fut le tour de la Royaume d'Arménie ( « Client » à Rome ou parthia en phases alternées), être intégré et transformé en province romaine en 114. Nous savons que Trajan, atteint Antioche en Janvier de cette année, il rallia les légions et ses meilleurs généraux, y compris lusio Mirna et Cinquième Marcio Turbone[7] (alors praefectus Classis Misenis) Il marcha sur l'Arménie et il a conquis son capital Artaxata. Destitué son roi, un certain Partamasiri, ses territoires annexés à l'Empire romain. Ses armées allaient du nord tout le chemin médias est, et Mésopotamie Nord de l'année suivante.

en 116 Trajan, conscients des difficultés croissantes de conquête, la pensée d'avoir à abandonner les territoires de la Mésopotamie du Sud, mais, ce qui en fait un royaume « client », mais mettre sur le trône un roi fidèle à lui: le jeune Parthamaspates Parthes, couronné par le même empereur romain à Ctésiphon. Il a distribué par la suite à d'autres dirigeants de territoires dans le nord et l'est du nouveau province d'Arménie.

Adriano, juste a pris ses fonctions sur le trône, a été contraint de lutter contre une nouvelle guerre Sarmates au fil des ans 117-119, d'abord contre Roxolans de Moldavie et Valachie, puis contre Iazyges de la vallée de la rivière Tisza (Dont il a été suivi par l'abandon romain Banat Ouest. A la fin de ces guerres les deux populations sont entrés dans les rangs des personnes « clients » de Rome.

Les populations de suebe Quades et Marcomanni, retour à l'ancienne alliance romaine 97 (A partir du moment de la dernière phase du Guerre de Sarmates de Domitien), Ils se sont réveillés autour 135, de manière à forcer l'Empereur Adriano, d'envoyer le long avant Pannonie son héritier désigné, Elio Cesare, pour les combattre au cours de deux campagnes (les années 136-137), Où nous savons de Augusta historia, qui a obtenu un bon succès contre eux, comme le montre monétarisation de cette période,[8] les forçant à revenir aux anciennes populations étaient « clients ».

religion

Trajan célébré Providentia, les dieux qui pourraient prédire et fournir. Le sens qui achète en monnaie Trajan Il était bons voeux au nouvel empereur, parce qu'il était en mesure d'obtenir et de fournir des prestations suffisantes pour l'avenir populus Romanus tout.[9]

Adriano, contre chrétiens, Il a montré une plus grande tolérance de ses prédécesseurs. Cette dernière question reste témoin, autour de l'année 122, dans un rescrit adressée à Gaius Minucius Fundanus, proconsul de province d'Asie. Dans ce l'empereur, qui avait été demandé comment se comporter envers les chrétiens et les accusations qui leur sont adressées, a répondu à procéder contre eux que pour les événements circonstanciels qui sortent d'une procédure judiciaire et non pas sur la base d'accusations générales.

Le christianisme et la persécution

de persécution temps de Trajan Il y a des documents très importants. Le premier est une lettre envoyée par l'empereur Pline le Jeune quand, autour de la 110, ère lié dans la province de Bithynie. Pline décrit la ligne adoptée à ce jour avec les chrétiens et les charges retenues contre eux, mais demande des précisions sur la façon de traiter avec eux. La lettre est le jugement négatif contre la religion chrétienne répandue dans les milieux impériaux et intellectuels de l'époque, et a partagé le même Pline "nihil aliud quam superstitionem"(" Rien que la superstition « ). Le deuxième document est la rescrit, c'est la réponse officielle, dans laquelle l'empereur cette méthode pour traiter la question chrétienne qui serait restée valable pour près de 140 ans: aucune recherche active pour l'unité chrétienne, mais, en cas de cessation d'emploi, ils devaient être condamné si elles ont refusé de sacrifier aux dieux ; rapports anonymes ont été rejetées[10]. La correspondance donne des nouvelles intéressantes: à part le partage de l'opinion commune, Pline connaissait presque rien des chrétiens, et encore moins de leur crime présumé, des sanctions à imposer et les règles et procédures à les appliquer; de ce que nous pouvons en déduire que, à l'époque il n'y avait pas de lois ou de décrets anti-chrétiens, que les empereurs avaient jamais officiellement pris position contre eux et qu'aucun procès tenu contre les chrétiens avait eu tant de signification peut être un précédent utile pour une magistrat de Rome. La réponse de Trajan, d'autre part, comme en témoigne la difficulté d'établir une règle, il semble plus attentif à la protection des innocents que l'acquittement du coupable: de frapper les coupables, mais s'abstenir de les rechercher, ou procéder sur la base des plaintes, surtout si anonyme, et nécessitent simple test de sacrifice aux dieux[11].

Lois et coutumes

Trajan Il était attentif aux problèmes sociaux et la protection des Clessi plus umuili. Il, en fait, en matière judiciaire amoindrie fois des processus, interdit les allégations anonymes, a accepté le risvolgimento le procès si condamné par contumace et interdit les condamnations en l'absence de preuves solides, ou en cas de doute. Il trouva alors comment organiser la bureaucratie et les lois promulguées en faveur de la petite propriété paysanne, dont la base a été menacée par l'extension du grand domaine.

Une des pierres angulaires de la politique Hadrien Ce fut l'idée d'étendre, lorsque cela est possible, les niveaux de tolérance. Il est devenu un promoteur d'une réforme législative pour faciliter la position de esclaves qui étaient dans des situations inhumaines se produire lorsqu'un crime contre la Dominus.

Une autre réforme introduite par Hadrien était celle de 'L'édit de préteur. Cet instrument juridique a consisté en une exposition de principes généraux du droit que le juge a informé le moment du règlement. Avec le passage du temps, ces principes forment un noyau de normes consolidées (edictum Vetus ou tralaticium) Pour que chaque magistrat a ajouté les affaires qui visent à protéger. Techniquement, le but de décret était d'accorder une protection judiciaire des relations pas non plus prescrits ius civile. Avec la réforme d'Hadrien, l'empereur confié à juriste romain Salvio Giuliano dans les années 130 un 134, l'édit a été codifié, approuvé par un sénatus et il est devenu permanent (edictum perpetuum).

Toujours dans le domaine juridique Adriano a mis fin au système mis au point par Augusto qu'en accordant à certains juristes ius respondendi ex auctoritate principis, Il avait laissé le droit espandesse progressivement par le travail créatif de certains experts choisis par l'empereur lui-même. Adriano a remplacé au groupe d'avocats isolés de fruits schéma Augusteo un Consilium principis qu'il a contribué à la bureaucratisation progressive de cette figure, la suppression de la gauche sur l'indépendance.

armée

Trajan
  • Au cours de ses guerres conquête de Dacia (101-106) Et parthia (114-117), Cette armée de l'empereur a apporté des changements majeurs, en établissant la position de praefectus Mesopotamiae;
  • Il a introduit l'utilisation de Contus pour les unités de cavaliers auxiliaire, y compris la conclusion d'un département de cavaliers sur dromadaires et enrôlant dans la cavalerie romaine Daci.
  • Toujours Trajan peut avoir aboli la cavalerie de la légion.[12]
  • Le « garde du corps » spécial construit par Augusto et ensuite dissous par Galba, recrutés entre les populations germanique de Bataves (corporis custodes), Il a été ricostituta par Trajan, cette fois organisé en turmae, commandé par décurions, dont le premier officier était tribunus militum.[13]
  • Il est peut-être à cet empereur ou au précédent dynastie des Flaviens que nous devons la création de Equites Augusti singulares, en nombre de 1000 chevaliers (Ou peut-être 500). Ils ont été commandés par decuriones, à son tour soumis à une tribunus militum en tant que commandant en chef, qui a ensuite répondu à préfet de prétorienne. Ils ont finalement été logés d'abord dans un champ Celio, Ensuite, près de la lateran.[14]
Adriano
  • Celui-ci a établi la première numéros (Départements auxiliaires qui conservaient leurs coutumes et caractéristiques militaires, fournies par « Les clients royaumes »);[15]
  • Il ne fortifient citrons verts en Britannia avec la construction de Mur d'Hadrien, un mur de pierre avec fossé à l'avant et une série de forts forts et auxiliaires;
  • Il a institué un nouveau flotte, cette fois-ci Syrie, la Classis Syriaca.[16]

économie

Âge Trajan et Hadrien
Les rues du commerce romain au cours de la dynastie antonine.
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Monnayage de Nerva à Hadrien.

Un grand nombre des pièces de monnaie Nerva En outre, ils ont célébré des mesures administratives ou fiscales telles que fréquentes congiaria ou l'abolition de la taxe injuste Juifs (la Fiscus judaicus) Ou de nouvelles réductions d'impôts sur la circulation des véhicules Italie.[17]

Trajan Il a encouragé la repopulation des paysans libres dans la péninsule, l'investissement de capitaux et fournir aux agriculteurs les moyens de subsistance et le travail dans les champs; en retour, les colons ont accepté de payer une partie des cultures que le solde de la dette. Ce système, connu sous le nom colonato, Il avait besoin d'un contrôle par l'État afin qu'il puisse travailler. D'une part, il était nécessaire d'empêcher les collecteurs d'impôts de la depredassero fiscale colons ou que les propriétaires nécessitant plus que nécessaire aux agriculteurs de réduire la misère et l'esclavage; l'autre a dû défendre les colons contre les bandits et les envahisseurs qui pourraient dévaster la terre forçant l'abandon de la campagne et à affluer dans les espaces naturels quitter la ville. Pour contourner Italique déprise agricole imposée aux sénateurs d'investir en Italie au moins un tiers de leur capital. Il pose all'emigrazioni limites de la péninsule, en essayant d'encourager la présence de la catégorie des entrepreneurs et la main-d'œuvre dans une Italie qui était en train de perdre sa place centrale et il allait commencer à un niveau très bas. Trajan brûlant les journaux des impôts sur le dos (décrit dans la présente loi chancels de curie) Pour réduire la charge fiscale sur les provinces et a aboli certaines taxes prélevées sur les provinces et Italique; mais il a pu créer une sorte d'épargne en espèces en accordant des prêts aux petits agriculteurs et hommes d'affaires romains qui ont bénéficié si larges concessions; Il a ensuite favorisé les premières coopératives et associations de métiers.

Les problèmes économiques ont été résolus par des campagnes militaires, qui étaient deux fois l'intention de pacifier les frontières et d'obtenir l'or et l'argent nécessaire à la construction, la réforme et combler le déficit économique des empereurs précédents. Son successeur, Adriano, il se trouva à régner sur un empire économiquement active. la conquête des territoires de Dacia, au nord de la citrons verts Danube, Ils ont conduit à la création du nouveau province de Dacia,[18] la ville de nouvelle fondation au capital de Colonia Ulpia Traiana Augusta Sarmizegetusa Dacian (Probablement sur la piste de l'ancien camp militaire[19] de Trajan). On dit que la conquête a cédé à Trajan un énorme butin, estimé à cinq millions de livres d'or (égal à 226.800 kg) et double argent.[20] En fait Trajan semble avoir reçu de cet immense butin 2.700 millions d'or, chiffre beaucoup plus élevé du montant total payé par Auguste et documenté dans son Res gestae. Au-delà, la conquête a contribué à une augmentation permanente des revenus dans les coffres d'Etat grâce aux mines Dacia Ouest qu'ils ont été rouvertes sous la supervision des fonctionnaires impériaux.[21] L'avantage, cependant, était que momentanée. À long terme, la fin de la politique expansionniste qu'il a manqué les ressources habituelles du butin de guerre, la diminution de la masse monétaire (la production des mines était inférieure à la demande de métaux précieux), la rareté et donc l'augmentation du prix du marché de esclaves, fait les coûts de plus en plus insoutenable, alors que la charge fiscale est avérée inefficace. L'Etat n'avait qu'un seul moyen d'intervention qui n'a pas encore augmenté la charge fiscale: la dévaluation de la monnaie, par la réduction du poids des pièces (le premier à fonctionner de cette manière était Nerone, afin de mieux soutenir son prestige politique et grands frais). La conséquence, évidente dans tout son drame au cours de l'Empire, sera l'inflation galopante.

Toujours Trajan, en dehors de la distribution de l'habituel congiaria,[22] introduit de nouvelles mesures administratives ou fiscales comme une subvention pour les garçons et les filles dans le besoin de 'Roman italien (nourrit Italiae).[23]

Poids théorique des pièces: de César à Trajan / Adriano
denier César Augusto
(poste 2 BC)
Nerone
(poste 64)
Trajan
Poids théorique (la alliage): Dans livres (= 327.168 g)
1/84
1/84
1/96
1/99
Poids théorique (la alliage): Dans grammes
3895 grammes
3895 grammes
3408 grammes
3,305 grammes[24]
% des titre seulement argent:
98%
97%
93,5%[25]
89,0%[25]
Poids théorique (argent): Dans grammes
3,817 grammes
3.778 grammes
3186 grammes
2941 grammes

culture

Âge Trajan et Hadrien
Buste d'Hadrien.
Âge Trajan et Hadrien
Buste jeune Antinoüs, amant d'Hadrien.
(LA)

« Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quae nunc abibis dans loca
Pallidula nudula rigide
Nec semelles ut Dabis iocos [... »

(IT)

« Âme peu perdu et doux,
partenaire et invité du corps,
Maintenant t'appresti tomber dans des endroits
incolore, ardu et nu,
où vous n'aurez pas l'animation habituelle. [...] »

(la poésie dans le style hellénistique composé par Adriano, peu avant sa mort, traduit par Lidia Storoni Mazzolani)

Adriano fortement protégé l 'art étant lui-même ordre intellectuel, un amoureux des beaux-arts, la poésie et la littérature. Même l'architecture du très passionné et pendant son règne, il cherchait à donner une impression de style personnel aux bâtiments construits progressivement.

Villa Adriana à Tivoli a été l'exemple le plus remarquable d'une grande maison construite avec passion, comprise comme un lieu de mémoire, entrelacée avec des citations architecturales et paysagères, des reproductions sur des échelles différentes, dans des endroits comme la Pecile Athènes ou Canopus en Egypte.

aussi Rome la panthéon, construit par Agrippa, a été rétabli, il construit à nouveau, sous Adriano et la forme finale qui est restée inchangée (il n'a pas été simplement restauré). En outre, la ville a été enrichie de temples, comme le Temple de Vénus et Rome et les bâtiments publics.

Il semble que, souvent, l'empereur lui-même mis la main à des projets qui, selon Cassio Dioné Cocceiano, Il a conduit à un conflit avec Apollodore de Damas, architecte de la cour d'affectation de projet a officiellement investi. Selon l'historien, Adriano, agacé par le mépris de l'architecte que peu pensé plus qu'un amateur, viendrait au point de l'exil, puis le faire pour supprimer. Encore une fois, comme Tacite vers Tibère, Il est difficile de comprendre ce que l'historien rapporte les faits réels et non la spéculation dictées par l'animosité envers l'empereur.

Adriano, bien que toujours selon Cassio Dioné néglige Homer[26], Il était un humaniste profondément goûts ellenofilo, un ami des philosophes grecs comme Epictète. Très bien connu est la relation d'amour avec un jeune grec: Antinoüs. en 130, lors d'un voyage Egypte, Antinoüs est tombé mystérieusement Nil et il est mort. A sa mort, de nombreux doutes ont été soulevés, mais la question restera toujours obscure et il est pas inconcevable qu'il était le suicide ou assassiner.

Accablé par la douleur, Hadrien, en l'honneur du défunt, a fondé la ville égyptienne de Antinoé, où il a construit un temple dédié au culte d'Antinoüs divinisée, assimilée à dieu égyptien Osiris. Pour le reste de la vie d'Hadrien a commandé des centaines (voire des milliers) de statues d'Antinoüs. La passion et la profondeur de Adriano a été montré dans des bustes et des statues trouvées partout dans Europe, représentant un garçon avec un charme mélancolique tout au long, avec un visage rond aux joues pleines dépourvues de cheveux, des lèvres sensuelles et les cheveux épais en mèches frisées épais couvrant ses oreilles.

Littérature latine

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Histoire de la littérature latine (69-117) et Histoire de la littérature latine (117-192).

Si l'empereur Domitien, écrivains et philosophes persécutés, les nouveaux princeps Nerva (96-98), puis le "fils adoptif" Trajan (98-117), ils ont essayé d'éviter l'autoritarisme excessif de la période précédente. Ils ont mis fin à des actes de persécution à l'égard des 'pour sénatoriale delatorie et ceux qui avaient mis en place Domitien. Ils ont renoncé à être adoré comme Dominus et deus; Ils ont remplacé le principe dynastique à celui de 'adoption des meilleures, comme successeur dans le bureau de empereur.[27] Il en est résulté une plus grande liberté d'expression des écrivains (Libertas) Et une plus grande morale politique. Les deux nouveaux empereurs étaient, en fait, renforcée par des écrivains et des poètes, au lieu de condamner la tyrannie de Domitien et se contentaient du nouveau cours en reconnaissant la nouvelle princeps autorité plus libérale, comme on le voit dans Pline le Jeune dans son Panégyrique de Trajan ou Tacite dans la préface de De vita et moribus Iulii Agricolae.[27] Dans Tacite et Juvenal, deux d'origine italique, cependant, est apparu un facteur pessimiste, qui a vu dans cette augmentation excessive de la puissance classes sociales provinciales (Le même Trajan origine hispanique), Ce qui était nécessaire à la Structure cosmopolite dell 'Empire romain, au détriment de italique et leurs anciennes traditions. Les deux écrivains ont cru que cette redistribution des valeurs et des personnes, conduirait à une crise beaucoup plus grande de la morale et de la dignité romaine, qui a ensuite eu lieu dans les siècles à venir, en particulier avec le IIIe siècle.[28]

Planification de Rome et de travaux publics au moment de Trajan et Hadrien

Âge Trajan et Hadrien
carte Rome antique en époque impériale.

Sous l'empire Trajan est revenu pour l'amélioration des conditions de vie des populus Romanus, en commençant à renforcer les routes le long des routes principales dérivé du Urbe (tels que via Traiana, dont il a commencé par une arc qui lui est consacré à Benevento);[29] bâtiment à partir de zéro une nouveau port hexagonal dans le domaine de Fiumicino,[30] en plus d'un nouvel aqueduc[31] et une nouvelle complexe spa au Colisée; la reconstruction et l'élargissement du circus Maximus;[32] renouvellement du centre de Ville de Rome avec la construction d'un immense trou[33] (Avec Colonne commémorant les guerres Dacian[34]) Et marchés contigu, en utilisant l'architecte Apollodore de Damas.

pour Adriano il devrait être le pic d'activité de la construction Rome antique. à partir de 123 il enregistre l'utilisation d'indiquer sur les briques consulaire donné, signe d'activité des fours particulièrement intenses. Car ils doivent Adriano et ses successeurs immédiats panthéon sous sa forme actuelle et la construction d'un mausolée, aujourd'hui transformé en Château Saint-Ange et Temple d'Hadrien, ajouté plus tard dans la Bourse. la Villa Adriana Il était un vrai palais de banlieue. Mais était encore plus important la construction de quartiers entiers avec insulae à plusieurs étages, comme dans l'est de la région VII via LataUn: l'idée de ces zones peut avoir les fouilles de Ostia Antica, à l'ancien port de Rome. Plus précisément:

Trajan (Optimus princeps; 98-117)
Âge Trajan et Hadrien
Modèle qui reconstitue la grande usine trou de Trajan.

Apollodore de Damas Il a terminé la série de Forums impériaux Rome, avec la grande Forum de Trajan,[35] une usine innovante, dépourvue de la fin du temple, en mesure de permettre à la capitale administrative, commerciale, juridique et politique de l'empire. Construit après les travaux d'excavation grandiose,[36] mis à disposition de nouveaux espaces grandes et larges basilique Ulpia il est un témoignage. Il semble aussi avoir été construit un arc de triomphe dédié à la même par décret du Sénat 117, dont l'emplacement est incertain. Les chercheurs formulé diverses hypothèses au sujet de son emplacement, il semblait plus probable par Forum de Trajan même, peut-être une entrée monumentale dans le cadre celui d'Auguste, ou peut-être comme une structure indépendante. Il est en fait une or avec la représentation d'un arc, en fornix unique et surmonté par le char impérial, un balayage vertical en cinq sections divisées par six colonnes; à côté de la voûte centrale deux niches sont représentés avec tympans pour chaque côté, où les statues pourraient être conservés de prisonniers daces (Présent aujourd'hui 'Arc de Constantin). Le char était tiré par six chevaux et flanquée de trophées victoires.

Âge Trajan et Hadrien
reconstruction idéale Basilique Ulpia.

Pour fixer la pente vers la ligne Quirinal, né de la coupe de la colline, on a réalisé un complexe gras, appelé Marché de Trajan, qui a pu articulée d'exploiter l'espace disponible, avec plus de niveaux et un complexe organique des bureaux et des espaces administratifs. autour Colisée, sur les restes de Domus Aurea de Nerone (Quelques années après son feu 104) Ils ont été construits nouvelle centrales thermiques (Inaugurée le 22 Juin, 109). Ils ont été les premiers « grands bains » à Rome et au moment où il était le plus grand bâtiment existant thermique dans le monde.[37] Il a été construit, toujours sous Trajan, la Basilique Argentaria, qui bordait la Temple de Vénus Genetrix en Forum de César, et il avait besoin de fixer les pentes de Capitole après la coupe à l'élimination de la selle de la montagne qui est connecté à ce Quirinale. La richesse qui en résulte, par conséquent, avec campagnes militaires victorieuses dans Dacia a permis le renforcement d'une classe moyenne, qui a donné naissance à un nouveau type de logements, avec plus de maisons regroupées dans un seul bâtiment, de plus en plus semblables aux riches maisons patriciennes.

Âge Trajan et Hadrien
la Port de Trajan hexagonal à Ostia.

Après un grave incendie Domitien, reconstruction circus Maximus, probablement déjà commencé sous cet empereur, il a été complété par Trajan en 103: A ce jour, la plupart des articulations reste à nous. Ils se souviennent encore en cours de restauration Antonino Pio, Caracalla[38] et Constantin I.

Et toujours Trajan doit être deux ouvrages de génie hydraulique: la construction d'un nouvel aqueduc 109, l 'Aqua Traiana, avec la réutilisation partielle du conduit dell 'Aqua Alsietina, raccolgiendo la source sur les eaux monti Sabatini, au lac de Bracciano (Lacus Sabatinus) Et dont la longueur totale est d'environ 57 km et le débit quotidien d'environ 2848 quinarie, égal à un peu moins de 118.200 m³; un nouveau port, ladite Trajan, également conçu par Apollodore de Damas, plus fonctionnel et plus en arrière que celle de Claude, dont le travail a duré de 100 un 112, avec la création d'un bassin artificiel de forme hexagonale (avec des côtés de 358 m, une profondeur de 5 m et d'une superficie totale de 32 hectares et 2.000 mètres de quais), relié à Ostia avec un nouveau canal et une route à deux voies.

Adrien (117-138)
Âge Trajan et Hadrien
conception reconstructive panthéon.
Âge Trajan et Hadrien
Andrea Palladio, Les quatre livres, Plante de la Panthéon (1570)

Le chef-d'œuvre de l'époque d'Hadrien et de 'l'architecture romaine en général, est le panthéon, reconstruite après un incendie en 110 (Les timbres sur les briques confirment la période 115 et 127) Selon une nouvelle circulaire qui comprend un vaste hall couvert par emiciclica dôme, dont le diamètre correspond à la hauteur du bâtiment. Avec le Panthéon est une nette divergence entre l'architecture grecque et romaine: le premier vise principalement l'extérieur des bâtiments, le second se concentre sur l'intérieur. Il n'y a pas d'exemples connus en Grèce du style architectural du Panthéon (un bâtiment de base circulaire avec portique à colonnades organique articulé), alors qu'ils peuvent suivre à Rome époque républicaine (Le temple de B Largo Argentina).

Grandioso était la Temple de Vénus et Rome en Forum romain, conçu par l'empereur lui-même (et critiqué par Apollodore de Damas, architecte de Trajan).

la Villa Adriana Tivoli est un autre grand travail d'Hadrien, où sa passion architecturale a pu trouver un champ d'action gratuit. Certaines parties du complexe ont des formes particulièrement originales et audacieuses, l'élaboration de modèles passé et d'envisager des solutions les deux prochains siècles. Par exemple, la salle de la coupole du Carré d'Or n'a pas d'autres exemples de comparaison dans le monde antique: même dans Domus Aurea Il est arrivé à ces expressions extrêmes, peut-être nés du souverain libre et des idées développées par d'excellents constructeurs.

Opposé à l'idéal Mausolée d'Auguste, Adriano ne fait sur les rives du Tiber son mausolée, aujourd'hui Château Saint-Ange, avec l'annexe pont Elio Il avait besoin de se connecter à la rive gauche.

art

Âge Trajan et Hadrien
A l'intérieur du Panthéon
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: art Trajan et art Hadrien.

la spirale de la colonne couvert de reliefs était une nouveauté dans l'art ancien et est devenu le point final le plus avancé de l'ancien relief romain. en Colonne Trajane nous voyons pour la première fois dans l'art romain dans une expression artistique née légitimement autonome dans tous les aspects (bien que culturellement bien ancré dans le riche passé). L'artiste de la frise de la colonne avait pleinement assimilé le fait 'art hellénistique (et classique) En outre le développer à la suite du récit historique romain, avec des motifs de l'immédiateté de la vie[39].

Les phénomènes artistiques de l'époque d'Hadrien ont été la plupart du temps limités, dans leurs particularités stylistiques, monuments officiels ou celles qui concernent l'influence immédiate de la cour impériale, à la différence des périodes précédant immédiatement (époque flavienne et Trajan), Qui couches sociales plutôt plus intéressés et un territoire plus vaste, en raison des conditions nouvelles de la vie de la population romaine et provinciale. Dans cette période, le 'art romain Il a développé une reprise classiciste, lié au goût et intérêts d'un souverain, très homme raffiné et cultivé, un artiste amateur (peintre et architecte), poète, écrivain, Philhellene dans le sentiment et dans l'orientation des politiques.

Le classicisme Hadrien se éloigne de la reprise classique 'art augustéenne (néo-atticisme), Colder et académique, même maintenant la société romaine profondément changé au moment du premier empereur. Sous fait Adriano Rome a maintenant mis en place une société divisée, une culture propre et un niveau artistique remarquable et indépendant, ne fut plus à ses débuts et n'a donc plus besoin du support rigide des artistes d'Athènes comme il était arrivé au début du premier siècle avant notre ère et le premier siècle après Jésus-Christ L'amour de la Grèce classique Hadrien doit encore être placé dans le contexte de l'intérêt privé princeps, Ce ne fut pas un événement de grande envergure qui a suscité un problème artistique véritable (une « renaissance » ou « renaissance »), et a disparu avec la disparition du protagoniste. Pour cette raison, le Hadrianic fonctionne, en particulier dans la sculpture, ils sont agréables, délicate, nostalgique, techniquement parfait, plus inventif et pour le rendement des œuvres dans le néo-atticisme répétée par programmation[40], mais ils sont toujours sans effusion de sang, manque d'un point de vue du contenu[41].

Hadrien Classicisme, cependant, était aussi l'expression d'un programme politique clair, lié à un rapprochement du souverain (et Rome) aux provinces de la culture hellénique, au lieu de se distancer de la plus lointaine et sans repos (Mésopotamie, Arménie et saoudien), Ainsi que la documentation de ses fréquents voyages.

Voulant faire une comparaison avec le 'art moderne, si 'art augustéenne avait une attitude envers la Grèce pourrait appeler une sorte de "néoclassicisme« Ce Hadrien était plutôt un »romance».

Avant l'atelier d'art romain a été sauvé des préjugés de moisissures académiques neoclassic, Hadrianic l'art, ainsi que d'Auguste, étaient les seules périodes auxquelles les chercheurs reconnus un certain intérêt et la valeur, alors que dans le cadre général de la « décadence » de l'art après la fin de période grecque classique. Néanmoins, l'évaluation qui a donné l'art Hadrianic était essentiellement incorrect, étant plus axé sur la transmission du canon classique à cette époque sur le contexte. Ce paramètre a été dépassé par Vienne École d'histoire de l'art.

Art provincial

Âge Trajan et Hadrien
La reconstruction du tropaeum traiani en Roumanie

Au cours des dernières années du règne de Trajan (114-116) Il a été érigé à Athènes, sur la colline en face de 'acropole, la tombe de Giulio Antioco Philoappos, descendant de la dynastie Séleucides et qu'il avait occupé divers bureaux publics à Athènes. L'architecture est inspirée par les modèles de Syrie, Commagène et Licia, Type grenier avec moulures et une frise montrant une relation avec des reliefs historiques utilisés à Rome: elle montre l'unité et l'échange culturel mutuel actif été entre Rome et les provinces, y compris les plus avancés.

en Dacia puissante infrastructure ont été construits pour les campagnes militaires, y compris les vestiges grandioses Pont de Trajan sur Danube, le plus long jamais construit pont de pierre. Il a également été érigé un grand monument aux morts dans les guerres et la célébration de la victoire finale, tropaeum traiani, à la ville roumaine de Adamklissi. Il est circulaire, selon le modèle funéraire italique-romaine, comme reliefs sur les métopes de la frise et le remparts le couronnement, particulièrement intéressant, car ils montrent que les travailleurs locaux ont utilisé des modèles de Rome iconographique. Les critiques ont parfois à tort, ces conclusions du à l'époque de Constantin ou même médiévale: ils sont en effet un témoignage éloquent de la façon dont 'art de l'Antiquité tardive Il a été inspiré profondément l'art provincial et plébéienne.

Adriano ont effectivement entrepris la construction d'au moins une construction dans presque chaque touché par ses fréquents voyages à la ville, comme son biographe nous dit. Les travaux les plus importants intéressés Athènes, ville choisie d'Hadrien, qui a été achevé l 'Olympeion, Il a été érigé une bibliothèque monumentale (avec 10 colonnes pavonazzetto en marbre et incrustée de marbres précieux[42]), Le temple d'Héra et Zeus Panellenios, un Panthéon et d'autres bâtiments. Le long des murs de la ville, construit une arc en son nom, de la conception mixtilignes inspiré hellénisme.

notes

  1. ^ AE 1974 589.
  2. ^ E.Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain, Milano 1981, p. 37.
  3. ^ E.Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain, Milan, 1981, p. 40-41.
  4. ^ E.Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain, Milano 1981, p. 42.
  5. ^ RIC Traianus, II 666; Strack 475z; BMCRE 1043; Banti 91; Cohen 325.
  6. ^ Roman Imperial Coinage Traianus, II 668; Banti 97.
  7. ^ AE 1955 225, AE 1975 837.
  8. ^ Augusta historia, Aelius Caesar, 3.2-6.
  9. ^ TRAIANUS II 358-251001.jpg RIC RIC Traianus, II, 358; RSC 308.
  10. ^ Lepelley cité. p. 235-6. - Frend 2006 cit. p. 506-8
  11. ^ Gibbon, op. cit., p. 239-240.
  12. ^ Y. Le Bohec, L'armée romaine par Auguste à la fin du IIIe siècle, Rome 2008, p. 33.
  13. ^ Y. Le Bohec, L'armée romaine par Auguste à la fin du IIIe siècle, Rome 2008, p. 31.
  14. ^ Y. Le Bohec, L'armée romaine par Auguste à la fin du IIIe siècle, Rome 2008, p. 32.
  15. ^ Yann Le Bohec, L'armée romaine par Auguste à la fin du IIIe siècle, Rome 2008, p. 36 ss.
  16. ^ Alessandro Milan, Les forces armées dans l'histoire ancienne de Rome, XII, p. 118.
  17. ^ NERVA II 89-73000878.jpg RIC RIC Nerva, II 89; Banti 38.
    NERVA II 93-1860169.jpg RIC RIC Nerva, II 93; BMCRE 119; Cohen 143; Banti 44.
    Nerva fiscus judaicus coin.jpg RIC Nerva, II 82; BMCRE 106; Cohen 57.
  18. ^ CIL XVI, 160.
  19. ^ CIL III, 1443.
  20. ^ Cassio Dioné, LVIII, 14, 4-5.
    Filippo Coarelli, Colonne Trajane, Rome, 1999, pl. 164-165 (CI-CII / CXXXVII-CXL) p. 208-209.
  21. ^ Grigore Arbore Popescu, Les rues de Trajan, en Trajan sur les frontières, édité par Grigore Arbore Popescu, Milan, 1998, p. 190.
  22. ^ TRAIANUS II 461-84001016.jpg RIC RIC Traianus, II 461; Banti 12.
  23. ^ CIL XI, 1147; CIL IX, 1455.
    TRAIANUS II 93-86000702.jpg RIC RIC Traianus, II 93 var. (Unarmored); MIR 14, 345f; Strack 155; Calicó 984; BMCRE 380; BN 427.
  24. ^ Gian Guido Belloni, La monnaie romaine, p.258.
  25. ^ à b A.Savio, monnaies romaines, p. 331.
  26. ^ Cassio Dioné Cocceiano Histoire romaine LXIX 4.6 « Chaque fois ignoré Homer, en le remplaçant par Antimaque, dont le nom, auparavant, avait été en grande partie inconnue.
  27. ^ à b Luciano Perelli, Histoire de la littérature latine, p. 299.
  28. ^ Luciano Perelli, Histoire de la littérature latine, p. 300.
  29. ^ TRAIANUS RIC II 267 - 761960.jpg RIC Traianus, II 267; BMCRE 486; RSC 648b.
  30. ^ TRAIANUS II 632-2290429.jpg RIC RIC Traianus, II 632.
  31. ^ TRAIANUS II 463 RIC - 189605.jpg RIC Traianus, II 463 var. (Sans enveloppe); BMCRE 873 var. (Idem); Banti 14 var. (Idem); Cohen 20 var. (Idem).
  32. ^ TRAIANO RIC II 571 - 700766.jpg RIC Traianus, II, 571; BMCRE 856; Cohen 546.
  33. ^ TRAIANUS II 247-681131.jpg RIC RIC Traianus, II 247; Strack 202b; BMCRE 492; Calicó 988; cf. Cohen 42-43.
    TRAIANUS II 616-79001096.jpg RICSesterzio RIC Traianus, II 616 var. (Non drapée), Banti 36.
  34. ^ Traianus Denier 114 90020186.jpg RIC Traianus, II, 292; Bauten 50. BMC BN 452. 746. 558. Cohen colline 618.
  35. ^ Cassio Dioné, LIX, 4, 1.
  36. ^ Cassio Dioné, LVIII, 16, 3.
  37. ^ Filippo Coarelli, Guide archéologique de Rome, Arnoldo Mondadori Editore, Vérone 1984, p. 204.
  38. ^ RIC Caracalla, IV 500a; Banti 46; BMCRE 251; Cohen 236.
  39. ^ R. Bianchi Bandinelli, Archéologie et culture, Progress Publishers, 1979, p. 184.
  40. ^ La récupération des modèles de Dellea classique Grecia néo-atticisme sous Auguste et la dynastie julio-claudienne a été causé avant des raisons intellectualisée, puis le shopping, avec des accents plus froids et métalliques, parfois académiques, même dans les plus prestigieuses commissions impériales.
  41. ^ bandinell-Torelli Bianchi, cit., p. 95.
  42. ^ Pausanias, 1, 18, 9.

bibliographie

sources anciennes
épigraphiques Sources
historiographie moderne
  • CAH (Cambridge Histoire ancienne - Histoire du monde antique) L'Empire romain d'Auguste à Antonini, Milano, 1975.
  • AAVV., Trajan: sur les frontières, édité par Grigore Arbore Popescu, Milano 1998.
  • Julian Bennet, Trajan Optimus Princeps, Bloominghton (USA), 2001.
  • J.B. Bury Une histoire de l'Empire romain depuis sa fondation jusqu'à la mort de Marc-Aurèle, 1913.
  • G. Cascarino, L'armée romaine. Armament et organisation, Vol. II - d'Auguste à Sévères, Rimini 2008.
  • N. Fields, Roman auxiliaire Cavalryman, Oxford 2006.
  • Albino Garzetti, L'Empire de Tibère à Antonini, . Cappelli, Bologne, 1960 (v P. 493 et ​​suivants.: Marco Aurelio et Lucius Verus)
  • A.K. Goldsworthy, L'armée romaine à la guerre, 100 BC-200 AD, Oxford - N.Y. 1998.
  • A.K.Goldsworthy, Histoire complète armée romaine, Modena 2007. ISBN 978-88-7940-306-1
  • J. Rodríguez Gonzalez, Historia de las Legiones Romanas, Madrid 2003.
  • P. Grimal, Histoire de Rome, Lecce, Argo, 2004.
  • P. Holder, Déploiement auxiliaire dans le règne d'Hadrien, 2003.
  • L. Keppie, La fabrication de l'armée romaine, de la République à l'Empire, Londres 1998.
  • Y. Le Bohec, L'armée romaine par Auguste à la fin du IIIe siècle, Rome 1992 VII réimprimer 2008.
  • Mario Attilio Levi, Adriano Augusto: études et recherches - L'Erma di Bretschneider, 1993. ISBN 88-7062-843-4
  • Mario Attilio Levi, Adriano vingt ans de changement, Bompiani (1994). ISBN 88-452-9061-1
  • E. Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain, Milano 1981.
  • S.Mazzarino, L'Empire romain, Laterza, Roma-Bari 1995.
  • Guido Migliorati, Cassio Dioné, et l'Empire romain par Nerva à Antonino Pio, Milano, 2003.
  • Davide Nardoni, La colonne Ulpia Traiana, Rome, 1986.
  • Mario Pani, La principauté par Flavian Adriano, en Histoire de Rome, Einaudi, Torino, 1990, vol. II, volume 2; republié Einaudi Histoire des Grecs et des Romains, Ediz. de Il Sole 24 ORE, Milano, 2008 (v. Vol. 16 °).
  • H. Parker, Les légionnaires romains, N.Y. 1958.
  • Luciano Perelli, Histoire de la littérature latine, 1969, ISBN 88-395-0255-6, Pearson.
  • M. Redde, Mare Nostrum, Paris 1986.
  • Rostovtzeff, M., Histoire économique et sociale de l'Empire romain, Florence en 1980.
  • Saltini Antonio, Les graines de la civilisation. Le blé, le riz et le maïs dans l'histoire des sociétés humaines., Avant-propos de Luigi Bernabò Brea, Bologne 1995.
  • Chris Scarre, Chronique des empereurs romains, Londres, 1999 ISBN 0-500-05077-5.
  • Wacher, J. (eds), Le monde de la Rome impériale, Roma-Bari 1989.
  • Watson, R. G., Armées et les frontières de Trajan à Settimio Severo, en Histoire de Rome, Einaudi, Torino, 1990, vol. II, Volume 2.
  • G. Webster, L'armée impériale romaine, Londres - Oklahoma 1998.
  • Wheeler, M., La civilisation romaine au-delà des frontières de l'empire, Turin 1963.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Trajan
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Adriano