s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
atelestidae
Photo atelestidae manquant
Classification classique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
Sous-règne eumetazoa
branche Bilateria
phylum arthropoda
subphylum Tracheata
superclasse hexapoda
classe insecta
sous-classe Ptérygotes
cohorte Endoptérygotes
superordre Endoptérygotes
section Panorpoidea
ordre diptères
Sous-ordre brachycera
cohorte orthorrhapha
famille voir le texte
Classification phylogénétique
ordre diptères
Sous-ordre brachycera
Infra moussu
superfamille empidoidea
famille atelestidae
Hennig, 1970
synonymes

atelestidae
Chvála, 1983

subfamilias
  • Atelestinae
  • Nemedininae

atelestidae Hennig, 1970, est un petit famille de insectes dell 'ordre de diptères (brachycera: moussu). Il comprend dix espèces vivantes.

description

Les adultes sont de petits insectes à corps long 2-3 mm et livrée grise, peu visible. la tête grande, oloptico, fourni avec antennes aristé avec Scape dépourvue de poils et fléau de dimensions similaires à celles des deux articles de base et portant un stylet sommet filiforme composé de segments 2-3. la thorax Il est robuste et convexe, avec pattes long, légèrement épaissie fémurs et tibias retour et tarsiers dépourvu de lobe médian. la coulisses sont tomentose, hyalin, avec une pigmentation faible autour de la partie terminale de la branche antérieure de la radio; l 'Alula Il est bien développé et très prononcé lobe anal. L 'abdomen présente les hommesipopigio symétriques et non entraîné en rotation.

La nervure d'aile a une ramification simplifiée. La structure et la morphologie varie selon le sexe:

  • côte Elle ne couvre pas sur toute la marge, mais arrête ou affaiblit en correspondance avec la confluence M1;
  • subcosta faible dans sa partie terminale, presque incomplète;
  • radio divisé en trois branches, avec R2 + 3 et R4 + 5 longue et sans partage;
  • médias divisé en deux branches, M1 + 2 et M4, en Acarteroptera et Atelestus et trois branches en Meghyperus, la présence de la bifurcation M1 + 2. en Nemedina la partie de base du support est commun avec celui de la coudée;
  • Disque de cellule absent Atelestus et Nemedina, présenter Acarteroptera et Meghyperus; dans ce dernier généralement l'entrejambe M1 + 2 Elle est séparée de la cellule en forme de disque à partir d'une branche M1 + 2 base commune;
  • coudée et anal convergeant dans une branche commune assez long, avec étirement borne de CuA visiblement convexe;
  • tasse cellulaire fermé et loin de la marge.
  • Les cellules basales de (bm et rm) court, contenues dans la moitié proximale de l'aile; en Nemedina Il lui manque le deuxième niveau de référence pour la fusion des sections proximales des médias et de cubitus;
  • cellules marginales (r1), Submarginales (r2 + 3) Et d'abord l'arrière (r5) Longue et étroite.

Une conformation particulière se produit dans Nemedina. La simplification de venulazione se produit avec la fusion des sections de base du système et le système cubitale médiane, avec disparition conséquente de la seconde cellule de base (bm) de la première bifurcation de la moyenne et la moyenne-cubital transversale de la veine (m-cu). La veine M4 Elle est née comme une branche de Cua. Dans ce cas, il est plus approprié d'appeler la veine M4 avec Culb1 et Culb veine avec Culb2 comme il est fréquent dans la littérature. D'autre part, il est rappelé ici que la désignation controversée apparente de cette veine, qui change selon les auteurs, avec M4 ou Culb1 dérive de la simplification de la nervure, l'évolution des diptères, en correspondance avec le système cubital: l'interprétation est que la première branche de la partie antérieure cubital (ACU1 ou Cu1) A fondu avec la quatrième veine du dos de la branche médiane (M4).

aile atelestidae veines 2.svg
Acarteroptera
aile atelestidae veines 1.svg
Atelestus
Schéma de nervure d'aile dans les quatre types de atelestidae
nervures longitudinales: C: coûts; Caroline du Sud: Subcosta; R: Radio; M: Moyenne; Cu: Coudée; A: Anal.
des nervures transversales: h: Humérale; r-m: Radio-médias; m-cu: Moyen-cubital.
cellules: : Disque; br1à base; bm: 2à base; r1: Marginale; r31à submarginales; r51à arrière; tasse: Coupe du téléphone mobile.
aile atelestidae veines 3.svg
Meghyperus
aile atelestidae veines 4.svg
Nemedina

biologie

La biologie de ces diptères est presque inconnue et il n'y a aucune observation directe sur le comportement alimentaire des adultes. Sur la base de l'absence de lames de epifaringee, un caractère de empidoidea qui est généralement associé à un régime alimentaire zoofago, Sinclair Cumming (2006) attribué à cette famille un éventuel régime glicifago, au détriment des nectar fleurs. À l'appui de cette hypothèse là aussi la découverte de granulés pollen abdomen de spécimens disséqués du genre Acarteroptera[1].

Systématique, phylogénie et évolution

jusqu'à la années quatre-vingt, La position systématique des genres qui appartiennent à cette famille était confus et controversé. le genre Atelestus Il a été traité, selon les auteurs, parmi Empididae ou platypezidae, celle-ci une famille de Cyclorrhaphes inférieur. Hennig (1970) ont divisé la famille de Empididae en deux groupes de sous-familles[2]. Dans l'un de ces derniers, Ocydromioinea, appelé la sous-famille Atelestinae et comprendra les genres Atelestus, Meghyperus et Acarteroptera et, sans aucun doute, le genre Anomalempis (diptères: Brachystomatidae). Chandler (1981) décrit une nouvelle espèce Nemedina alamirabilis y compris dans un nouveau genre de la position phylogénétique et taxonomique incertain[3].

Chvála (1983) a révisé la superfamille empidoidea définissant trois nouvelles familles, atelestidae et Microphoridae hybotidae. La définition de la famille atelestidae semble avoir bénéficié d'un large consensus, comme les relations phylogénétiques au sein de la famille sont encore incertains. Dans son examen, Chvála emménagé dans les nouveaux types de famille Acarteroptera, Atelestus, Meghyperus. le genre Nemedina, défini deux ans plus tôt par Chlandler sur la base d'une seule espèce connue, il est resté comme incertae Sedis dans le cadre de empidoidea.

La séparation des atelestidae était déjà largement acceptée dans la littérature, à quelques exceptions près, mais le caractère monophylétique de atelestidae a été récemment confirmée par Sinclair Cumming (2006) et Moulton Wiegmann (2007), fournissant ainsi un soutien supplémentaire du cadre d'exploitation Chvála taxonomique[4][5]. Yeates et al. (2007) mettent en évidence l'incertitude sur la position de touche de atelestidae en corrélation phylogénétique entre la partie inférieure et la Brachiceri Cyclorrhaphes[6]. demeurent également des doutes sur l'emplacement réel, arbre cladistique, du genre Meghyperus, qui, selon Moulton Wiegmann serait paraphyletic[5].

Sinclair Cumming, en plus de soutenir la pertinence taxonomique de cette famille comprennent le genre Nemedina et de proposer la division en deux sous-familles, en distinguant formellement Nemedina d'autres genres liés à atelestidae Chvála sensu. Sur la base de ces révisions, la composition de la famille, limitée aux espèces vivantes, est donc la suivante:

  • sous-famille Atelestinae
    • Acarteroptera
      • Acarteroptera Licina
      • Acarteroptera recta
    • Atelestus (Syn. Platycnema)
      • Atelestus dissonans
      • Atelestus pulicarius
    • Meghyperus
      • Meghyperus occidens
      • Meghyperus nitidus
      • Meghyperus sudeticus
  • sous-famille Nemedininae
    • Nemedina
      • Nemedina acutiformis
      • Nemedina alamirabilis
      • Nemedina zaitsevi

L'origine de la famille ne sont pas suffisamment documentée et les résultats de certains fossiles comme atelestidae sont assez récentes, et nous devons en grande partie les recherches menées par Grimaldi Cumming. Du point de vue phylogénétique, le atelestidae sont considérés comme une lignée primitive divergente de l'autre clade empidoidea (Hybodidae Empididae + + + Microphoridae Dolichopezidae) mais, sur la base de l'analyse morphologique, il existe des incertitudes sur le rôle de atelestidae dans la relation ancestrale entre clade de Cyclorrhaphes et celle de empidoidea[6][7]. Ces éléments signifient différents atelestidae évolueront comme d'autres empidoidea, de Crétacé supérieur et, par conséquent, ils feraient partie de diptères qui ont été remplacées par d'autres Brachiceri inférieure éteinte entre la jurassique et l'ordre du Crétacé dans le processus d'évolution.

espèces fossiles du Crétacé ont été signalés par Grimaldi Cumming (1999) et attribués à cinq genres éteints: Cretodromia, Atelestites, Nemedronia, Phaetempis et Prolatomyia[8][9]. D'autres fossiles, le dernier, date à partir de la Cénozoïque et ils sont classés dans le genre éteint Dianafranksia[10] et dans le salon Nemedina[11].

Habitat et distribution

Les atelestidae sont présents dans trois régions zoogéographiques Terre. Acarteroptera Il est endémique Chili, Atelestus Il est présent dans le centre et le nord Europe, Meghyperus Il a oloartica la distribution, avec deux espèces Amérique du Nord et rapporté dans Russie, et, enfin, Nemedina Il est Paléarctique, avec trois espèces déclarées, respectivement, Espagne, en Europe centrale et Kazakhstan.

en Italie Ils ne sont pas les espèces déclarées appartenant à cette famille.

notes

  1. ^ Sinclair Cumming (2006), p. 70
  2. ^ Willi Hennig. Diptera (Zweiflüger). En J.G. Helmcke, D. Starck, Vermuth H. (eds) Handbuch der Zoologie, Eine der Naturgeschichte Stämme des Tierreiches. IV. Band: Arthropodes - 2- Hälfte: Insecta. 2. Teil: Spezielles. Berlin, De Gruyter, 1973: 46. ISBN 3-11-004689-X (en allemand).
  3. ^ Peter J. Chandler, Le sp.n. de Nemedina, un nouveau genre et espèces de diptères Eremoneura d'affinités incertaines, de la Hongrie, en Acta Zoologica Academiae Scientiarum Hungaricae, vol. 27, 1/2, 1981, pp. 103-113.
  4. ^ Sinclair Cumming
  5. ^ à b John Kevin Moulton, Brian Michael Wiegmann, Les relations phylogénétiques de mouches dans la superfamille empidoidea (Insecta: diptères), en Moléculaire phylogénie et évolution, vol. 43, 2007, pp. 701-713.
  6. ^ à b David K. Yeates, Brian M. Wiegmann, Greg W. Courtney, Rudolf Meier, Christine Lambkin, Thomas Pape, Phylogénie et de diptères: Systématique Deux décennies de progrès et perspectives (PDF), Dans Zootaxa, vol. 1668, 2007, pp. 565-590, ISSN 1175-5326. Récupéré le 8 mai 2009.
  7. ^ Peter J. Chandler. La position de platypezidae Mossy. dans: Les mouches plates-pieds (diptères: opetiidae et platypezidae) de l'Europe. Série:. Entomofaune Scandinavica, vol 36. Brill, 2001: 44-52. ISBN 978-90-04-12023-5 (en Anglais).
  8. ^ David Grimaldi, Jeffrey Cumming, Diptères brachycères dans ambres du Crétacé Mésozoïque et la diversification de l'Eremoneura, en Bulletin du Musée américain d'histoire naturelle, vol. 239, 1999.
  9. ^ BDWD Nomenclator requête. Voir les liens externes.
  10. ^ R. Coram, E.A. Jarzembowski; M. B. Mostovski, Deux mouches rares eremoneuran (diptères: Empididae et opetiidae) du groupe calcaire Purbeck, en paléontologique Journal, vol. 34, Supplément, 2000, pp. S370-S373.
  11. ^ B.J. Sinclair, P. H. Arnaud, Nemedina Eocène nouvelles espèces (diptères: empidoidea) de l'ambre baltique, en Myia, vol. 6, 2001, p. 1-8.

bibliographie

D'autres projets

liens externes

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez