s
19 708 Pages

Dioclétien
Istanbul - Musée Archeol. - Dioclétien (284-305 apr. J.-C.) - Photo G. Dall' src=
Portrait de Dioclétien au musée archéologique Istanbul.
empereur romain
au bureau 20 novembre 284 - 1 Avril 286 (Seul)
286 1 Avril - 1 mai 305 (comme Augusto l'Est avec Maximien Auguste de l'Ouest)[1]
prédécesseur mignon
successeur Constantius et Galère
Nom complet Gaius Aurelius Valerius Diocletianus
autres titres Jovius (286)
persicus maximus II (290[2] et 298[3])
Sarmaticus maximus IV (289, 292, 294 et 299)[4]
Britannicus maximus (297)[5]
Carpicus maximus V (296 et quatre itérations effectuée pendant la période 301-304)[3][5]
Germanicus maximus VI (285, 286, 287, 288, 293 et ​​299)[3]
armeniacus maximus (298)[3]
Medicus maximus (298)[3]
Adiabenicus maximus (298)[3]
naissance Doclea ou Salona[6], ca. 22 décembre 244[7]
mort divisé, en propre palais, 313[8]
époux Prisca
enfants Galeria Valeria

Gaius Aurelio Valerio Dioclétien, né Dioclès (Latin: Gaius Aurelius Valerius Diocletianus; grec: Διοκλῆς, Dioclès; Salona, 22 décembre 244[7] - divisé, 313[8]), Il a été un empereur romain qui a régné du 20 Novembre 284 1 mai 305 avec le nom impérial César Gaius Aurelio Valerio Augusto Dioclétien Iovio (Dans les épigraphes GAIVS AVRELIVS VALERIVS DIOCLETIANVS AVGVSTVS).

Né dans une famille d'origine modeste province romaine de Dalmatie, Dioclès (son nom d'origine) a gravi les échelons de 'armée romaine pour devenir commandant de cavalerie sous l'empereur Marco Aurelio Caro (282-283). Après la mort de Carus et son fils Numérien en campagne contre les Sassanides Il fut proclamé empereur par les légions[9] (A cette occasion, il a changé son nom à Dioclétien) en opposition au fils aîné de Caro, Carin, qui il avait été nommé empereur par son père avant la campagne et qui était en Occident, les deux se sont affrontés dans Bataille de la rivière Margus, Mignon quand il a perdu le pouvoir et la vie (285). Avec l'avènement de Dioclétien terminé la période connue sous le nom la crise du troisième siècle, caractérisé en ce que le point de vue politique par une phase de trouble interne (anarchie militaire), Qui a duré près de cinquante ans, et il a vu une succession d'un grand nombre d'empereurs dont l'ascension et la permanence au pouvoir dépendait exclusivement de la volonté de l'armée. Pour mettre fin à cette instabilité qui est devenu dangereux pour la survie de l'empire qu'il a mené une série de profondes réformes politiques et administratives, parmi lesquelles se distingue dans cet aspect de l'empire partagé entre plusieurs collègues.

A cette fin, en 285 Il a choisi comme un collègue en tant que co-empereur commilitone Maximien, donnant précisément le titre de Augusto et en attribuant la moitié ouest de l'Empire (se réservant l'est). Le 1er Mars 293 Il a complété l'architecture institutionnelle associant les deux deux Augustes Cesari (Une sorte de vice-empereurs) chez les personnes Galère et Costanzo, ce qui donne lieu à ce qu'on appelle "tétrarchie«La » règle de quatre « : chaque Auguste exclurait la moitié de l'empire supporté par votre César, à qui il a délégué à la moitié de son territoire et qui succéderait (comme un nouvel Auguste) après vingt ans de gouvernement, lui-même la nomination d'un nouveau César.[10] Il a séparé les droits civils de l'administration militaire et les renforcer à la fois réorganisés la division administrative de l'Etat, ce qui augmente le nombre de provinces en raison de la scission de ceux qui existent déjà prouvé trop vaste et juge, si difficile à gérer. Et il a construit des villes dans les nouveaux centres administratifs Nicomédie, Mediolanum, Sirmio et Trèves, considérant eux en raison de leur proximité avec les frontières en difficulté de l'Empire, les lieux les plus appropriés à partir desquels coordonnent leurs défenses par rapport à l'ancienne capitale Rome. Il a terminé l'évolution dans le sens autocratique de la figure institutionnelle Empereur (un processus de transformation a commencé plus nettement sous Severi et il a continué tout au long du troisième siècle) qui, sous l'aspect de fond impliqué la transition du gouvernement de ce "principauté« À celui de »dominé», Entre autres manifestant vers l'extérieur par l'élévation de l'empereur au-dessus des masses par l'introduction d'une cour d'apparat très élaboré. L'utilisation d'une politique architecturale caractérisée par la construction d'ouvrages de construction massive (période de tetrarchico typique) a fait encadrer cette évolution autocratique.

Pour rendre les choses frontières plus sûres Dioclétien a entrepris une série de campagnes militaires victorieuses contre Sarmates et Carpi entre 285 et 299 et contre Alamans en 288. A l'intérieur il a supprimé plusieurs fois une rébellion dans Egypte en 297 et 298. Il a en outre affirmé leur Cesare Galerio dans les campagnes menées par ces contre les Sassanides (Aboutissant à 298 avec beaucoup de capital ennemi, Ctésiphon), Puis en négociant directement avec les Perses un pacifistes pratique et durable. La croissance de l'appareil administratif suite à la réorganisation des provinces, l'augmentation de l'armée réelle en raison de l'état de guerre permanent et la nécessité de maintenir les frontières en toute sécurité et, enfin, le programme de construction ambitieux exigeait une réforme radicale du système fiscal une fois pour assurer une couverture des coûts énormes que la politique coûteuse de dioclezianea comportait. Par conséquent, de 297 (Comme en témoigne une inscription trouvée en Egypte) la fiscalité était fondamentalement axée sur le paiement des particuliers et terrain.[11] Cependant, toutes les réformes de Dioclétien ont eu l'effet désiré et certains d'entre eux ont fait faillite alors que l'empereur était encore au pouvoir comme 'Édit sur les prix maximaux (301), dont le but était de contrôler la 'inflation (En raison de la dévaluation de la monnaie) par l'introduction des prix contrôlés, ce qui était plutôt contre-productif et rapidement oublié. De plus, immédiatement après son abdication Dioclétien à regarder, impuissants, l'effondrement du système tetrarchico depuis la tétrarchie, qui a donné l'impression d'être un système très efficace de gouvernement jusqu'à ce que son créateur est resté au pouvoir, pas moins effondré à la suite de son abdication à la suite des ambitions dynastiques de Maxence et Constantine, fils de Maximien et Constance respectivement. Enfin, la politique religieuse anti-chrétienne menée par Dioclétien entre 303 et 311 avec un persécution qui est révélée la plus violente jamais être menée contre les chrétiens n'a pas réussi à éradiquer le christianisme, ce qui fait de 313 (L 'Édit de Milan) Peu à peu supplanté le paganisme comme religion officielle.

En dépit de ces échecs sur les travaux de réforme Dioclétien ne peut être exprimé note globale positive, car elle a certainement réussi sinon d'arrêter au moins ralentir de manière significative le processus de décomposition qui a fait l'objet de l'Empire romain de la mort de l'empereur Marco Aurelio et qu'au cours du troisième siècle a subi une accélération dangereuse. Ainsi, les deux décennies Dioclétien calé, l'État romain fournissant les outils institutionnels, administratifs, financiers et militaires (par la suite exécutés par Constantine) Convient pour lui permettre d'exister en tant que grande puissance au moins pour une grande partie du IVe siècle. Un Dioclétien abdiqua affaibli par la maladie, le 1er mai 305, premier et le seul empereur à faire ce choix volontairement. Il a pris sa retraite en son palais à Split sur la côte dalmate jusqu'à sa mort au printemps 313, invitations refusant de reprendre le pouvoir dans le chaos politique qui correspond à l'effondrement Tetrarchia.

biographie

Origines et carrière militaire

Dioclétien
amphithéâtre Salona

Dioclétien On ne sait pas avec certitude ni le lieu ni la date de naissance. Bien sûr dalmatien, Il serait appelé Dioclès du nom de la mère ou le lieu de naissance présumé de Doclea ou Dioclea,[12] tandis que son père était Freedman, scribe Anullino le sénateur.[13] Si vous admettez qu'il a vécu 68 ans et est mort en 313,[14] Il devrait être né 243-244; mais il a été mis en avant est l'hypothèse[15] que Dioclétien est mort en 311 ou 312, de sorte que naîtrait 242-243, si Dioclétien est pas mort 68 ans, mais ont abdiqué à cet âge,[16] de sorte que l'année de sa date de naissance retour à 236; et il a été jugé[17] que le 22 Décembre, la date de son acclamation comme empereur, est aussi le jour de sa naissance. Quant à la ville de naissance, ainsi que Doclea, il a été décidé Salona, simplement croire qu'il a décidé de prendre sa retraite divisé, banlieue de Salona, ​​le désir de vivre ses dernières années dans sa ville natale.[7][18]

Les débuts modestes, qui n'avaient pas permettre une éducation de qualité, ils sont probablement la raison de l'absence de nouvelles de ses premières années. avant 270 il a rejoint l'armée, selon une tradition qui a vu dans 'illyrian - aujourd'hui Balkans - une région de premier recrutement de soldats et officiers subalternes des légions romaines d'autre part, de IIIe siècle être un légionnaire signifiait, pour une personne appartenant au rang de humiliores, faire partie de la catégorie supérieure honestiores. Avec les réformes faites par Gallieno, En fait, il a changé à la fois la composition sociale des commandants militaires et leurs subordonnés directs, ancien monopole aristocratique, que les officiers intermédiaires, une fois le privilège équestre après 260 le commandement des légions et le bureau de tribun militaire a été confiée à des officiers de carrière souvent faible origine sociale. Il est désormais possible, même pour un simple légionnaire se distingue par sa capacité et la discipline à gravir les différents échelons de l'armée - centurion protecteur, Dux - jusqu'à atteindre prestigieux postes administratifs, comme celle praefectus.

En ce qui concerne la carrière militaire de Dioclès, le souvent peu fiables Augusta historia rapports qui ont servi à Gaule les jours de Aureliano[19] et probo,[20] mais ces nouvelles ne sont pas confirmées par d'autres sources et ignoré par les historiens modernes.[21] Selon l'historien Giovanni Zonara, environ 280 Dioclès auraient été Dux Moesiae,[21][22] à savoir le commandant de l'armée stationnée à mesia, région correspondant aujourd'hui de Serbie, assurer les frontières de basses Danube.[21][23] lorsqu'en 282 Probus a été renversé et tué et préfet du prétoire Marco Aurelio Caro proclamé empereur, est devenu Diocle domesticus régénérations, à savoir[24] commandant Animaux Protectores, garder le cheval de l'empereur, et un an plus tard, il a été nommé consul suffect.[25]

Accession au pouvoir

La mort de Numérien

Dioclétien
Pièce de monnaie à l'effigie de Numérien

en 283 Dioclès a participé à la L'expédition de Caro contre le sassanide. Les Romains ont gagné une victoire facile sur l'ennemi, comme le souverain sassanide Bahram II se sont engagés à réprimer une rébellion dirigée par son frère Hormisdas et quelques nobles persans se levèrent contre lui,[26] mais l'empereur Caro Il est décédé subitement (283 Juillet / Août) sans être en mesure de tirer parti du succès suite à la conquête de la capitale perse Ctésiphon. Son fils et successeur Numérien, recommandé par le père, préfet du prétoire Lucius Flavius ​​Aper, Il préférait mettre l'armée romaine sur le chemin du retour, 1200 miles le long de la rivière Euphrate qui marchait dans un ordre et lentement en Mars 284 Ils devaient Emesa, en Syrie, en encore en Novembre Asie mineure.[27][28]

Lorsque l'armée a fait un arrêt à Emesa, Numérien semble qu'il était encore en vie et en bonne santé (ici, en fait, il a publié son seul rescrit conservé),[29] mais quand il a quitté la ville, ses collaborateurs ont dit qu'il souffrait d'une inflammation des yeux et Numérien a continué son voyage dans une voiture fermée.[27] Une fois dans le voisinage de Nicomédie,[30] en Bithynie,[28] Certains soldats ont entendu une mauvaise odeur provenant de la voiture;[31] Ils l'ont ouvert, et y trouvèrent le cadavre de Numérien, qui était mort depuis plusieurs jours.[27][28][32]

Les tribuns généraux et les romains se sont réunis pour délibérer sur la succession, et a choisi Dioclès comme empereur.[28][33][34] Le 20 Novembre 284[35] Dioclès fut proclamé empereur par ses généraux collègues[36] sur une colline à 3 miles de Nicomédie. Puis, devant l'armée qui l'acclamaient août, le nouvel empereur juré de n'avoir eu aucun rôle dans la mort Numérien, et j'ouvrir qui avait tué l'empereur, puis essayé de cacher la mort;[37] Dioclès tira son épée et tué Apro;[38] selon Augusta historia, Il a cité un verset de Virgilio comme il l'a fait.[39] accomplissant ainsi la prophétie qu'il avait reçu quand à environ 270, alors soigneusement compté l'argent pour payer pour le déjeuner, il avait mangé dans une auberge à la périphérie de Liège, il a approché un druide qui l'a réprimandé pour son pingrerie; à laquelle il a répondu que quand il est devenu empereur aurait épargné aucune dépense. Alors druidesse l'avertit de ne pas perdre son temps et a prophétisé qu'il deviendrait empereur après avoir tué un sanglier (Aper, ouvert en latin). Donc, il était que Dioclès tuer Apro est devenu empereur.[40]

Ce récit traditionnel des événements n'est pas entièrement acceptée par la critique historique: déjà Edward Gibbon il a affirmé[41] J'ouvre qu'il a été tué « sans lui donner le temps d'entrer dans une justification dangereuse » et le même tollé général d'innocence Dioclétien lors de la cérémonie d'investiture[42] suspect apparaît et montre au moins que la culpabilité j'ouvre était de ne pas être si évident que cela a été fait alors apparaître. Il est possible que Dioclétien était la tête d'un complot des généraux qui ont libéré les deux Numérien jeunes les plus voté en faveur de la poésie que les armes,[43] que le père-Apro.[44] De plus, historiquement Dioclétien n'a pas pour but de se présenter comme le vengeur de Numérien, si bien qu'il a exprimé clairement son nom autant de épigraphes officiels,[45] et panegirista Claudio Mamertino Dioclétien a été décrit comme le Libérateur « par une domination cruelle ».[46]

Peu de temps après la mort de Apro, Dioclès a changé son nom en plus latinizing « Dioclétien »[47] en adoptant le nom de Gaius Aurelio Valerio Dioclétien.[48]

Guerre contre Mignon

Dioclétien
Tête en marbre d'une statue de Carin, fils de Caro et de l'adversaire Dioclétien Bataille de la rivière Margus

Restait à résoudre le partage du pouvoir avec son frère aîné Numérien, mignon, que, après la mort de son père avait rapidement dirigé Rome[28] et il avait pris le consulat pour la troisième fois 285. Mignon, a été déifié Numérien, Dioclétien a déclaré usurpateur et son armée se déplaçait vers; le long du chemin, près de Vérone, Elle a vaincu dans la bataille, puis tué le gouverneur Marco Aurelio Sabino Giuliano, qui lui-même avait proclamé empereur.[49][50][51][52] Le soulèvement de Giuliano (et sa conclusion tragique) a fourni un Dioclétien prétexte pour présenter Carino comme un tyran cruel et oppresseur.[52]

Dioclétien se tourner le consulat, et a choisi Cesonio faible comme un collègue.[49][50][53][54] Basso est venu de la famille sénatoriale de la cloche Caesonii, et il a été console déjà et proconsul d'Afrique trois fois, un Empereur de distinction souhaitée probo.[49] Ce fut donc un homme politique avec l'expérience dont les affaires gouvernementales Dioclétien sans doute manqué.[53] Avec le choix de prendre le consulat (avec un collègue venant des rangs du Sénat) destinés à mettre l'accent sur son opposition au régime de respect Carino auquel a refusé toute forme de subordination,[49] démontrant également la volonté de continuer à coopérer avec l'aristocratie sénatoriale et militaire,[53] le soutien dont il avait besoin pour réaliser leur succès est présent (comme il marcha sur Rome) que dans l'avenir pour se consolider au pouvoir.[49]

Pendant l'hiver 284/285 Dioclétien a franchi la Balkans sur l'Occident, sera le traitement mignon. A l'occasion de la bataille décisive ne tarde pas à venir: au printemps de 285, juste avant la fin du mois de mai,[50][53] près de la rivière Margus (la Morava) en moesiens. Les érudits modernes croient qu'ils ont localisé le lieu de Bataille de la rivière Margus entre Mons Aureus (Seona, à l'ouest de Smederevo) et Viminacium, près du moderne Belgrade, en Serbie.[49][55][56] Malgré la plus grande place de l'armée mignonne (ainsi qu'il est d'avoir, au moins numériquement, plus de chances de gagner), a ordonné leurs légions dans une position moins favorable en ce qui concerne le déploiement adopté par Dioclétien qui a saisi l'occasion de prendre l'avantage. Selon les historiens anciens, mignon a été tué par un de ses officiers, il avait séduit sa femme.[57] Les historiens modernes, cependant, croient qu'il est mort à la suite de la trahison par son préfet du prétoire et collègue dans le consulat, Aristobulo, que assassiné au début de la bataille, après avoir été passé à côté de Dioclétien, obtenir en retour la confirmation dans les bureaux où il a couvert.[51][58]

Après la bataille, Dioclétien a reçu un serment d'allégeance autant par les légions victorieuses de défaites à peine, qui l'a proclamé Augusto, il est parti pour l'Italie.[49][50][55][56][59]

A pris ses fonctions au pouvoir, Dioclétien, convaincu que le système actuel de gouvernance de l'Empire était maintenant manifestement inapproprié d'administrer un territoire largement étendu dont les frontières ont été soumises à une pression croissante et menaçant des nations hostiles (même les événements récents ont amplement démontré ), elle a décidé de créer un nouveau. Il a établi, par conséquent, un type structure de gouvernance « quadricefalo », connu sous le nom tétrarchie, à laquelle deux empereurs ont été placés vertex (avec le titre de Augusto) Chacun à la tête des deux territoires où l'Empire devait être divisé: Ouest et Est. Les deux Augusti Ils étaient assistés par deux Cesari de leur choix, qui a exercé un contrôle presque direct sur la moitié du territoire gouverné par le respectif Augusto auxquels ils étaient tenus de se produire, en choisissant de tourner une nouvelle César. Le système de tetrarchico a été officiellement pris fin en 324, lorsque Constantin I, après avoir battu Licinio, mettant fin à une longue guerre civile qui a duré de 306, réunis dans leurs propres mains l'Occident et les Romains de l'Est.

Présentation du nouveau système de gouvernement, Dioclétien a attribué le titre de Augusto Est, établir leur capital Nicomédie, et il a nommé Augusto Ouest Maximien, il a choisi comme la capitale Mediolanum (Milan). Au cours du troisième siècle déjà d'autres empereurs, à plusieurs reprises, préférées à Rome (faite par la situation géographique trop loin des frontières turbulentes Rhin et du Danube), les villes (comme Milan) lui permettant d'atteindre rapidement les fuseaux horaires en temps menacé. Avec Dioclétien ce fait a été institutionnalisée d'une certaine façon. Rome restait l'idéal Empire de référence, qui reste le siège des institutions (comme le Sénat), qui a refusé de jouer un rôle purement symbolique après un séculaire processus d'érosion de leurs prérogatives d'origine. La puissance réelle est maintenant limitée à l'empereur et au cercle de ses collaborateurs les plus proches (Consilium et alors consistorium), Dans les nouveaux centres administratifs de l'Empire (Milan, en Pars occidentis; Nicomédie puis Constantinople, en Pars Orientis). En 293, Dioclétien nommé Galère son César, et Maximien a fait de même avec Constantius. Le territoire de l'Empire a été divisé en douze diocèses regroupés les provinces (augmentation du nombre). Suite à cette réorganisation territoriale et administrative, et est tombé tout privilège reste de l'Italie, qui se trouva complètement assimilé à d'autres parties de l'empire. Les différents diocèses ont été à leur tour regroupés en quatre grandes régions, appelées districts, chacun dirigé par un caractère de dignité impériale (préfet du prétoire).

United (284-305)

Dioclétien a peut-être été commis au combat Quades et Marcomanni immédiatement après Bataille de la rivière Margus. Il est certain que, après la victoire de Mignon, sous la direction de l'Italie du Nord pour commencer la mise en place d'un nouvel appareil gouvernemental, mais on ne sait pas si elle est à un peu Rome à cette occasion.[49][50] Il y a une émission monétaire qui suggère une adventus Empereur dans la ville,[60] mais certains historiens modernes soulignent que Dioclétien avait commencé son règne par l'armée de la date d'acclamation et non de celle de la ratification de la Sénat romain,[61] l'exemple de Caro, qui a appelé la ratification sénatoriale une formalité inutile.[62] Cependant, même dans le cas où Dioclétien avait voyagé à Rome à la suite de son accession au pouvoir, il n'y en avait pas pour longtemps,[63] Il est attesté sa présence dans les Balkans, le 2 Novembre, 285, à l'occasion d'une campagne contre la Sarmates.[64]

Sauf pour le remplacement des urbain préfet Rome avec son collègue au consulat, Cesonio faible, Il ne semble pas que Dioclétien a entrepris une purge généralisée des personnalités impliquées avec l'ancien régime. En fait, au moins pour l'instant, la plupart des fonctionnaires qui avaient servi sous Mignon ont maintenu leurs positions[50][65], inclus Aristobulo Dioclétien a confirmé que le consulat et la préfecture de la garde prétorienne, bien qu'il ait trahi Carino (peut-être comme beaucoup d'autres sont restés à leur poste), puis nommé proconsul d'Afrique et préfet urbain: un acte que l'historien Aurelio Vittore Il a défini comme un exemple unique de "clementia« Imperial.[51][55][61][66][67]

Diarchia (285-293)

Maximien César (285)
Dioclétien: or[68]
Diocletianus-RIC VI 299-77000989.jpg
IMP C C VAL DIOCLETIANVS P F août, tête graduée et le buste avec une armure à droite. IOVI CONSÉCUTIFS RVATORI ORBIS, Jupiter debout à gauche, tenant la Victoria sur un globe dans sa main droite; un sceptre dans sa main gauche.
04:49 gr, 6 h (Monnaie Cyzicus), Forgé en 286-287 (célèbre dyarchie).
Maximien: antoninianus[69]
Maximien V RIC 558-837708.jpg
IMP C M AUR VAL Maximianus PF AVG, tête radiata de Maximien et le buste drapé et de l'armure à droite. IOVI CONS-ERVAT, Jupiter debout en face de la tête vers la gauche, tenant la foudre et le sceptre; T (ertia Oficina) T XXI.
22 mm, 3,80 g, 5 h (Monnaie Ticinum, troisième atelier) de 287.

Comme les histoires de les dernières décennies avait été clairement démontré depuis le début (parfois en même temps) des crises régionales (la Gaule, la Syrie, l'Egypte, du Bas-Danube) a posé, en outre, à une grande distance les uns des autres et dans un contexte territorial très étendu, fait assez difficile ( sinon impossible) à un seul remède empereur. Cela a également appliqué dans les cas où le chef de l'Etat, il y avait des personnalités telles capables et énergiques Aureliano et probo, dont le travail a été brusquement interrompue par les conspirations de leurs officiers qui ont été victimes.[53] De telles considérations ont aidé à mûrir dans l'esprit de Dioclétien la conviction que la répartition des responsabilités entre les empereurs du gouvernement était le remède le plus approprié de « guérir » le processus de désintégration Empire.[70][71] Par conséquent, 285 à Mediolanum,[72] juste un an après qu'il est monté au pouvoir (et cela pourrait conduire à supposer que Dioclétien est venu à cette conclusion quelques années avant qu'il ne devienne empereur), Dioclétien a choisi Maximien comme son collègue, lui conférant le titre de César et en faisant en effet co-empereur.[70][73][74] La loyauté de Maximien Dioclétien a été un facteur dans le succès précoce de dyarchie (plus tard tetrarchia).[73] Les deux empereurs étaient divisés sur une base géographique la gouvernance Empire et la responsabilité de la défense des frontières et la lutte contre les usurpateurs dans leurs domaines d'expertise respectifs.[75]

L'idée de la souveraineté partagée n'était pas nouvelle dans l'Empire romain. Augusto, le premier empereur, avait partagé le pouvoir avec ses collègues, et plus les formes officielles de coexisté empereur Marco Aurelio (161-180) en avant.[73][76] Plus récemment, l'empereur Caro et ses fils avaient décidé ensemble, bien que sans obtenir un excellent résultat. Et Dioclétien était dans une situation plus difficile que ses prédécesseurs, car il avait une fille, Valeria, mais pas de fils, son co-empereur provenir de l'extérieur de son cercle familial avec tous les risques en termes de fiabilité que cela comportait.[53][71][77] Certains historiens affirment que Dioclétien avait adopté Maximien comme filius Augusti au moment de son acclamation comme empereur, à l'instar de certains de ses prédécesseurs,[50][71][78] bien que tous les historiens sont d'accord sur cette reconstruction.[50][71]

La relation entre Dioclétien et Maximien a rapidement été redéfinie en termes religieux. en 287 A propos de Dioclétien prit le titre de Jovius, Maximien Herculius.[73][79][80] Le titre a été probablement rappeler quelques traits du souverain dont il a été utilisé: Dioclétien, associée à Jupiter, Il était réservé au rôle de premier plan de la planification et de contrôle; Maximien, traités comme Hercule, Il agirait pour exécuter « héroïquement » les dispositions du collègue.[73][81] En dépit de ces connotations religieuses, les empereurs ne sont pas des « dieux » selon les caractéristiques de culte impérial Romaine, bien qu'ils puissent être salués comme tels dans panégyriques impériale; Au contraire, ils ont été considérés comme des représentants des dieux, chargé d'exécuter leur volonté sur la terre.[82] Il est vrai que sa dignité Dioclétien élevé impériale et au-dessus du niveau humain de la tradition romaine. Il voulait être intouchable. Seulement, il est apparu Dominus et deus, Seigneur et Dieu, afin que tous ceux qui lui ont été attribués autour, en conséquence, une dignité sacrée: le bâtiment est devenu sacrum palatium et ses conseillers sacrum consistorium.[83][84] Des signes évidents de cette nouvelle qualification divine monarchie étaient la cour d'apparat, les signes et les vêtements de l'empereur. Il, en fait, au lieu de l'habituel pourpre, portait des vêtements de soie or brodé, brodé avec des chaussures en or avec des pierres précieuses.[85] Son trône alors élevé au-dessus du niveau du sol sacrum palatium de Nicomédie. Il a été, enfin, vénérée comme un dieu par des parents et des dignitaires, le rituel de l'application proskynesis, une forme de prostration utilisé pendant des siècles contre les dirigeants de l'est.[84][86]

Le passage à la sanctification divine par les militaires visant à priver l'armée le pouvoir de choisir les empereurs et l'influence dans les mécanismes de succession impériale; religieux légitimisation élevé Dioclétien et Maximien au-dessus des rivaux potentiels avec une efficacité que ni la puissance militaire ni les prétentions dynastiques pouvaient se vanter.[87]

conflits avec le premier moyen inférieur germanique et Sarmates Danube (285)

Après avoir été nommé caesar, Maximien a été envoyé pour lutter contre la bagaudes en Gaule. Dioclétien, cependant, est revenu à l'est[70][88] et la ville sur la route, atteint le 2 Novembre Citivas Iovia (Près Botivo Poetovio, aujourd'hui slovénie).[89] Dans les Balkans, à l'automne de 285, d'une tribu des émissaires de Sarmates Ils ont demandé l'aide Août pour récupérer leurs terres perdues ou encore accorder des droits de pâturage dans le territoire de l'Empire. Le refus de Dioclétien a été suivie d'un conflit armé dont les Sarmates sont sortis défaits. Mais la victoire romaine, peu importe la façon dont écrasante, il n'a pas résoudre le problème de la pression croissante (et violation de propriété) des tribus nomades le long de la frontière du Danube de l'Empire serait bientôt nécessaire de les affronter à nouveau.[90]

En fait, peu de temps après Dioclétien, il a été contraint de rejeter les nouvelles invasions allemand-Sarmates, non seulement dans Pannonia, mais aussi dans mesia, favorisée par la réduction de la garnison de quotas le long de la frontières du Danube stretch mi-doux pour répondre aux besoins des troupes de guerre civile qui a pris fin récemment, de temps en temps nécessaire aux différents candidats. Après les succès de Quades et Iazyges il a reçu le surnom de "Germanicus maximus».[91][92][93][94]

En été de cette année Maximien se déplace dans Gaule, face aux rebelles bagaudes.[95] Les rapports de cette campagne d'été nous sont parvenues ne sont pas utiles pour fournir plus de détails. À l'automne, deux armées barbares, l'un des Burgondes et Alamans, l'autre Chaibones et Eruli, ils ont forcé la citrons verts Rhin et est entré dans la Gaule. Alors que l'ancienne armée était décimée par les difficultés souffert de la faim et de la maladie, Maximilien concentre ses efforts sur la deuxième qui a battu dès intercepté,[96] alors il a décidé d'établir son siège sur Reno en prévision des futures campagnes.[97] Pour ce succès, Maximilien obtenu pour la première fois le nom de "Germanicus maximus« Dioclétien et itération de cette nom de famille qui avait déjà pris précédemment.[98]

La question persane (286-287)
Dioclétien
Coin du roi des rois Bahram II

En l'hiver 285-286 Dioclétien, qui vivait dans Nicomédie,[99] les colons déplacés de province d'Asie en Thrace pour repeupler les zones rurales de cette province à la suite de l'évasion d'une partie de ses habitants causées par un soulèvement.[100] Au printemps 286, il a visité la province de Syrie-Palestine, bien que certaines sources passeraient la date au printemps 287.[101] Sa présence dans la région ressort également de la Midrash juive, selon laquelle Dioclétien, au cours de la période en question, aurait séjourné dans Panias (Aujourd'hui Banias) sur le nord du plateau du Golan.[102] Dioclétien a profité de sa proximité avec la frontière orientale d'intensifier les contacts diplomatiques avec 'Empire sassanide, conçu pour donner vie à une phase de détente dans les relations entre Rome et la Perse. Les succès afin de ne pas attendre: en 287, Bahram II Il a envoyé des cadeaux précieux, une déclaration d'amitié entre les deux empires, et une invitation à la même Dioclétien alors il est allé lui rendre visite.[103] Cependant, certaines sources romaines semble, cependant, que la bonne disponibilité persane n'a pas été le résultat de la diplomatie, mais tout simplement l'initiative spontanée.[104]

Dans la même période, peut-être 287,[105] les Sassanides, ce qui confirme la volonté de paix avec Rome a donné lieu de la réouverture récente des voies diplomatiques entre les deux empires, ils ont renoncé à toute réclamation sur la proximité Arménie Reconnaissant également l'autorité de Rome à l'ouest et au sud de la rivière Tigris. En outre, la partie occidentale de l'Arménie a été transformé en province romaine tandis que Tiridate III, Arsacid, qui revendique le trône d'Arménie depuis, étant Rome du client, a été contraint de se réfugier dans la capitale romaine suite à la conquête perse de 252-253, Il pourrait, à 287, revenir à revendiquer la partie orientale de ses anciens domaines sans rencontrer d'opposition du persan.[106] Les dons reçus par Bahram II, ont été interprétés comme des symboles d'une victoire romaine sur l'Empire sassanide (dont la solution de la question arménienne était l'aspect de fond), si bien que Dioclétien a été salué comme le « fondateur de la paix éternelle. » Ces événements auraient pu représenter la fin officielle de la Sassanide campagne Caro, il a été probablement achevée sans conclusion d'un traité de paix véritable.[107] A la fin des pourparlers de paix avec le perse sassanide, Dioclétien a entrepris une réorganisation frontière mésopotamienne au cours de laquelle la ville fortifiée de Circesium (Buseira, Syrie) placé sur 'Euphrate.[108]

Maximilien est promu Augusto (286)
Carausius: Antoniniano[109]
Carausius RIC V 204 - 2860388.jpg
IMP C C CARAVSIVUS Le P P août, tête radiata et le buste avec une armure à droite. CONCORDIA AVGGG, deux empereurs qui se font face, lui serrant la main droite; dans l'ex CPS.
23 mm, 24,4 g, 5 h (troisième marque de l'atelier en Grande-Bretagne: Londinium ou Camulodunum), Peut-être forgé en 286-287 (célèbre concorde Carausius et entre les deux Augusti).
Carausius: Antoniniano[110]
Carausius V pt RIC. 2.1- 621074.jpg
CARAVSIVS ET Fratres SVI, avec des têtes radiata et le buste avec une armure à gauche Carausius, au milieu de Dioclétien et Maximien, défini Fratres (Brothers). PAX AVGGG, la paix debout vers la gauche, la tenue d'une branche d'olivier et une tige verticale; en exergue S P / C
16,4 g (troisième atelier, menthe Camulodunum), Déjà inventé par 287.

Alors que dans l'Est addiveniva pacifiquement à un compromis avec les Perses, en Occident (en 286), Le préfet de la flotte La Manche, l'usurpateur futur Carausius, dont le siège principal de flotte la ville de Gesoriacum, repoussé avec succès les attaques de pirates Franks et Saxons le long des côtes de Britannia et Gallia Belgica,[111] si bien que pour ces victoires Dioclétien prit le titre de "Britannicus maximus".[112] En même temps, Maximien vaincu Burgondes et Alamans, comme il est montré par son panégyrique datant 289.[113][114] Mais la stabilité interne de la partie occidentale de l'Empire a commencé à se désagréger lorsque Carausius préféré s'approprier les biens confisqués des pirates au lieu de les envoyer à l'Etat. Maximien a ensuite émis une sentence de mort contre son perfide subordonné, mais Carausius préféra fuir la Gaule, se proclame Auguste et instigateur la révolte contre Maximien et Dioclétien Britannia et Gaule Nord-Ouest.[115] Au résultat de cet événement, le même Dioclétien a décidé d'abandonner le titre "Britannicus maximus" avant de prendre, pour une sorte de damnatio memoriae en ce qui concerne les victoires remportées par Carausius avant son usurpation.[116]

D'après les découvertes archéologiques sont parvenues, il est suggéré que Carausius, au moment du soulèvement, controllasse déjà quelques postes militaires en Grande-Bretagne[117] une base qui assuré de puissance solide est en Grande-Bretagne, à la fois dans le nord de la Gaule: une pièce de monnaie trouvée Rouen Il certifie que son début de la puissance de soulèvement a été prolongé jusqu'à cette zone continentale, en raison de la faiblesse du gouvernement central.[118] Carausius a lutté pour obtenir la légitimité par Dioclétien, comme un César désigné: dans son timbre (qui avait une qualité bien meilleure que celle officielle, en particulier dans ses pièces d'argent), il exalte la « harmonie » entre lui et le gouvernement central (PAX AVGGG « La paix des trois Augustes, » lu sur une pièce de monnaie en bronze de 290, où l'on trouve à l'avant de l'image de Carausius ainsi que Dioclétien et Maximien, avec la légende CARAVSIVS ET Fratres SVI,« Carausius ses frères « ).[119] Cependant, Dioclétien ne pouvait pas permettre à un usurpateur de faire partie de son gouvernement impérial, comme par le passé était arrivé posthume, juste parce qu'ils le prétendent. En fait, son échec aux demandes de Carausius constituerait un précédent dangereux pour le sceau Empire que Dioclétien se préparait à réformer, être en mesure d'ouvrir la voie à empiétements: Carausius doit donc être neutralisé.[120]

Chassé de la succession rapide des événements critiques, Dioclétien Maximien résolut d'élever le titre de Augusto le 1er Avril, 286,[121] Il a été attribué, entre autres, le nom de Nobilissimus et frater.[122] Cependant, une datation précise de cette contribution ne peut être établie avec une certitude absolue.[123] En fait, alors que certains affirment que Maximilien a été investi à Auguste depuis le début, ne jamais avoir occupé le poste de César,[124] d'autres croient que l'élévation à la dignité d'Auguste a eu lieu le 1er Mars 286.[125] Mais à partir du 1er Avril de la 286 reste la date à laquelle sont la majorité des historiens modernes.[121][126] Le mode de nomination de Maximien a certains aspects peu clairs, étant doute plutôt que Dioclétien était présent à l'événement. Il a même été suggéré que Maximilien avait d'abord usurpé le titre et que plus tard il a obtenu la reconnaissance par Dioclétien, inquiète plus pour éviter la répétition d'une nouvelle guerre civile d'avoir un collègue.[127] Cette interprétation est en grande partie une minorité se prête à la critique selon laquelle, sur la base de nombreuses indications, il serait tout à fait clairement que Dioclétien avait dès le départ établi que Maximien pourrait agir avec un certain degré d'indépendance.[128] Une partie de l'historiographie moderne soutient, enfin, que le choix de Dioclétien aurait été dicté par l'empereur Maximilien lui-même besoin de poursuivre lier, associer au trône impérial, afin de réduire le risque qu'ils pourraient faire une affaire avec le même Carausius contre lui.[129]

Dans le nouveau système de distribution de l'énergie qui avait surgi, Dioclétien se considérait comme sous la protection de Jupiter (Jovius) Pour ne pas donner lieu à des doutes quant à la position de suprématie qui vise à établir contre le collègue Maximien, associée à son tour « simplement » Hercule (Herculius, fils de Jupiter).[79] Ce système, conçu par un empereur venant des rangs de l'armée qui était Dioclétien, ne pouvait être extrêmement hiérarchique.[130]

De nouvelles réalisations des Allemands et des Sarmates (287-289)

L'année suivante (287), Maximilien, se rendant compte toujours pas être en mesure d'adresser directement l'usurpateur Carausius, préféré de grève indirectement consacrée à combattre les tribus germaniques d 'sur le Rhin.[131] Les campagnes Maximien semble, en fait, qui ont eu le but de miner l'autorité du séparatiste empereur Britannia en le privant de ses bases de soutien sur le continent,[132] Carausius ayant préalablement allié avec les Francs. Merci au succès obtenu par Maximien contre Alamans et Burgondes le Haut-Rhin,[94][133][134] et contre Saxons et Franks le long du cours inférieur de la même rivière,[135] Dioclétien a été rénové au nom de "Germanicus maximus« Deux fois au cours de l'année.

au printemps 288, Maximilien se préparait à mettre en place une grande flotte d'entreprendre une expédition contre Carausius. Dioclétien, à son tour, est venu de l'Orient pour rencontrer Maximien et d'accord avec lui une campagne commune contre la Alamans,[136] probablement pour sécuriser la frontière du Rhin en vue de la campagne contre Maximilien de Carausius. Sur la base de la stratégie pré-établie, elle fut envahie Germania à partir de deux directions distinctes: le déplacement de Dioclétien retia, tandis que Maximien a progressé de Mogontiacum (Mainz). Chaque empereur a la destruction qu'ils ont pénétré en territoire ennemi, brûlant les récoltes et les moyens de subsistance des peuples germaniques.[137] Ces succès ont provoqué l'annexion de nouveaux territoires et a permis Maximien de poursuivre ses préparatifs de guerre contre Carausius sans courir le risque d'être soumis à une agression sur son côté droit (le Rhin en fait) dès qu'il a lancé l'attaque.[138] A la fin de 288 est la quatrième datant acclamation de Dioclétien qui "Germanicus maximus».[94][139] De plus cette année, il a capturé le roi de Maximien Francs saliens, Gennobaude, en échange de sa libération le retour de tous les prisonniers romains dans les mains franques. Pour compléter le travail de pacification, il disloqué certains Francs dans les environs Augusta Treverorum et Bagacum (courant Bavay, en Belgique).[140][141]

Retour à l'Est, Dioclétien se trouva engagé une nouvelle fois dans la campagne plus loin et brève contre les Sarmates. Aucun détail des événements militaires a survécu, à l'exception de quelques inscriptions dont nous apprenons que Dioclétien a été salué pour la première fois avec le titre victorieux Sarmaticus Maximus (Dans le 289).[91][94][142] En même temps, il enregistre un nouveau succès sur Alamans qui était créateur cette fois l'avenir César, Constantius.[143][144]

Entre l'Est et l'Ouest (290-293)
Dioclétien
Chef de Dioclétien, Augusto Giovio (Musée archéologique d'Istanbul)
Dioclétien
chef de Maximien, Augusto Erculeo (Musée Saint-Raymond)

En Orient, Dioclétien a essayé, le recours à la diplomatie, de renouer avec les tribus nomades du désert stationnées dans la région près de la frontière avec la Perse, peut-être afin de réduire les incursions,[145] ou de ramener l'influence romaine dans les niveaux au moment du royaume Palmyre.[146] Ayant à l'esprit que certaines de ces tribus étaient les clients des rois persans, y compris l'attention qui leur est donnée par Dioclétien pour renforcer citrons verts Europe de l'Est, en particulier à la lumière des récentes tensions avec les Sassanides.[147] Cependant, les informations en notre possession, il ne sait pas si l'empereur a réussi à leur intention.[148] au 290 date de la première citation, historiquement prouvé, la tribu arabe de Saracens (Ce qui est considéré comme l'original la péninsule du Sinaï), Dont les Romains Enrobés une tentative d'invasion de Syrie.[92][149]

En Occident, Maximien a subi la perte de la flotte récemment préparée pour faire face à l'usurpateur Carausius, mais la date exacte de la catastrophe n'est pas certain, bien que probablement vous placez au printemps 290. La Panegyrici Latini rapport qu'il y avait une tempête à l 'origine de la perte,[150] mais cela peut être simplement une tentative de cacher une défaite militaire embarrassante.[151] Dioclétien, dès qu'il a été informé, a interrompu sa visite dans les provinces de l'Est et retourné rapidement à l'ouest, pour atteindre Emesa le 10 mai, 290,[152] et Sirmium sur Danube le 1er Juillet, 290.[153]

La rencontre entre Dioclétien et Maximien, qui a eu lieu en Mediolanum (Milan) Vers la fin de 290 ou 291 Décembre en Janvier,[154] Il a été organisé avec un décor de théâtre d'apparat solennel, avec des apparitions publiques fréquentes par les deux empereurs. Cela a conduit à l'hypothèse que les cérémonies ont été organisées pour confirmer sans conteste le soutien de Dioclétien contre le collègue malade.[146] A cette occasion, une délégation de sénateurs Rome Il a atteint les deux Augustes, peut-être de démontrer sa présence la survie d'un certain prestige de la part de l'Empire romain, souvent mis au rebut comme son siège, par divers empereurs, par rapport à d'autres villes.[155] Mais il était d'usage depuis longtemps que Rome a été utilisé comme capitale « cérémonie », alors que le siège administratif a été déterminé, de temps à autre, par la nécessité de défendre frontières impériale: déjà Gallieno (253-268), il avait choisi Mediolanum comme son siège social.[156] Si l'éloge funèbre, décrivant les détails de la cérémonie de réunion Mediolanum, affirme que le véritable centre de l'Empire était pas Rome, mais où il était l'empereur ( « la capitale semblait qu'il était là, où les deux empereurs se sont rencontrés »),[157] Ceci est tout simplement écho ce que l'historien avait anticipé hérodien début IIIe siècle, qui stipule que « Rome était là où il était l'empereur. »[156] Les décisions politiques et militaires découlant du Sommet Mediolanum Ils ne sont pas rendus publics.[158] la Augusti ils n'avaient pas d'autres réunions jusqu'à 303.[146]

Tétrarchie (293-305)

Naissance de la Tétrarchie (293)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Tétrarchie de Dioclétien.
Dioclétien
chef de Galère, Cesare Giovio (Musée archéologique d'Istanbul)
Dioclétien
chef de Constantius, Cesare Erculeo (Musée Saint-Raymond)

Quelque temps après son retour à l'Est, et avant 293, Dioclétien a transféré le commandement de la guerre contre Carausius de Maximien Flavio Costanzo. Ancien gouverneur de Dalmatie, expérience avérée dans militaire des temps de campagnes Aurelian contre Zenobia (272-273), Constantius, au moment de la nomination, il a occupé le poste de préfet du prétoire Maximien en Gaule, dont il avait épousé la fille, Teodora. Le 1 293 Mars Mediolanum (Milan) Il a été également honoré par le titre de Maximien César.[159] Au printemps de 293, à Philippopoli (Plovdiv, Bulgarie) Ou Sirmium, Dioclétien a fait la même chose avec Galère (Peut-être même son préfet du prétoire), à ​​qui il avait accordé à épouser sa fille, Valeria.[160] Un Constantius a été attribué la Gaule et la Grande-Bretagne; Galère la Syrie, la Palestine, l'Egypte, et la responsabilité de frontières orientales.[161]

Ce nouvel ordre de l'Etat qui était venu pour déterminer la suite de l'association d'un César à chaque août Il est communément appelé tétrarchie, un terme dérivé de grec ancien et dont le sens est règle de quatre ».[162] Tétrarques était plus ou moins souverains sur leur territoire; Ils sont d'avoir voyagé à suivre avec précision une vraie cour impériale (composée, entre autres, par les directeurs et les secrétaires) et une armée personnelle.[163] Rinsaldarono plus le lien entre eux grâce à une politique habile de mariage arrangé et liens sang: Dioclétien et Maximien (les deux Augusti) Ils se considéraient spirituellement comme deux frères et formellement adopté Galère et Constance (déjà leurs genres), comme leurs fils dans 293. Ces relations impliquent une ligne de succession en vertu de laquelle Galère et Constance deviendraient Augusti après l'abandon de Dioclétien et Maximien. Le fils de Maximien, Maxence, et celle de Costanzo Constantine Ils étaient prédestinés à monter au titre de César et dans la préparation des futures missions, ils ont été envoyés à la cour de Dioclétien à Nicomédie.[164]

Fin de la sécession en Grande-Bretagne (293-296)

La victoire remportée par Constantius, en 293, sur les alliés francs rebelle Carausius dans la région entre les estuaires de Reno et escaut, Dioclétien procurait dans le cinquième succès comme "Germanicus maximus».[165] Costanzo a été l'aboutissement d'une série d'opérations militaires entreprises par lui en Gaule avant même devenir César, temps de priver Carausius de ses bases de soutien sur le continent et qu'ils avaient dans la capture sanglante Boulogne, après un long siège, l'une des étapes cruciales. La perte de la Gaule a provoqué la chute de ce Carausius a été assassiné et remplacé par son assistant, Allectus. Ce dernier est devenu animateur de la résistance de la Grande-Bretagne pendant trois ans, jusqu'à ce que l'île n'a pas été soumis à une invasion que, dans un court laps de temps réprima la rébellion séparatiste.[166] Les principaux dirigeants de la révolte, y compris Allectus, ont été mis à mort après avoir été finalement vaincus, près de la moderne Farnham, par le préfet praetorian de Constance, Julius Asclepiodotus. Le même Costanzo, après l'atterrissage a eu lieu dans le sud-est de l'île, est devenu Londinium (Londres), Mis à sac par des déserteurs auparavant francs Allectus, où il a été accueilli comme un libérateur. Pour cet événement, il a gagné le surnom Redditor Lucis aeternae ( « Restaurateur de la lumière éternelle de Rome »), que le même Costanzo a fait réaliser une pièce de monnaie (un multiple de 10 aurei) inventé à Trèves et sur lequel la personnification est également représentée par Londinium qui soutient Costanzo à cheval.[167] Au résultat de la reconquête de la Grande-Bretagne, Costanzo et autres tétrarques assumé simultanément le titre de Britannicus maximus.[168]

le long de la citrons verts Ouest du Rhin et de l'Afrique (297-302)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: citrons verts rhénans et citrons verts africains.
Dioclétien
Arc de Triomphe de la Tétrarchie dans Sbeitla (tunisia)

Avec la suppression de la révolte séparatiste de Carausius fanée la menace la plus grave, jusque-là, la légitimité des Tetrarchs ce qui a permis Maximien et de se concentrer Constantius ses efforts pour contrer les menaces extérieures. Donc, à partir de 297 Costanzo est retourné à nouveau sur le Rhin pour faire face aux pirates Francs et les Alamans, alors que Maximien a commencé une campagne militaire à grande échelle, d'abord le long du Danube, puis en Afrique, contre les peuples nomades, probablement entrer triomphalement Carthage, Mars 10298.[169]

En 297, après la réorganisation de la Grande-Bretagne, en consultation avec leur Augusto Maximien, a commencé la repopulation Constantius du territoire habité par la Bataves, avec de Francs saliens Frise.[170] L'année suivante (298), toujours le César Costanzo, qui avait été chargé de la frontière du Rhin, a infligé une lourde défaite face à une coalition de tribus Alemanne dans deux affrontements majeurs (Bataille de Lingons et Bataille de Vindonissa), Qui a assuré le renforcement de ce tronçon de la frontière, au moins pendant quelques décennies.[170]

« Dans la même période, le César a combattu en Gaule Constantius avec de la chance. au Lingons en un seul jour, il a connu la mauvaise et la bonne fortune. Parce que les barbares progressaient rapidement, il a été forcé d'entrer dans la ville, et la nécessité de fermer les portes si vite, d'être hissée sur les murs avec des cordes, mais en seulement cinq heures, l'armée est venue en pièces environ soixante mille Alamans. »

(Eutropio, Breviarium ab Urbe condita, 9, 23.)

Pour ces victoires de Constance, tétrarques est épinglé itération du titre "Germanicus maximus« Le cinquième à Dioclétien,[3][94][171] tandis que dans l'année 302, il semble déplié une seconde Bataille à Vindonissa, à partir de laquelle, encore une fois, Alamans et les Bourguignons sont sortis vaincus, mais selon toute vraisemblance, devraient être les mêmes combats 298.[114]

le long de la citrons verts sources africaines font référence à un soulèvement a éclaté en 293 entre la quinquegentanei, qui a été apaisé seulement quatre ans plus tard par Maximilien.[172] Ceux-ci, en effet, à gauche pour Maurétanie vers la fin de 297 (avec une armée hétéroclite de contingents garde prétorienne, légionnaires de Aquilée, Egyptiens et les danubienne, auxiliaires coqs et canards et recrues Thrace)[173] Il a rejeté la tribu Mauri[174] DeBello et ceux de quinquegentanei, qui avait pénétré même Numidia.[175] De plus en 297 Maximien a commencé une offensive sanglante contre la Berbers qui a duré longtemps.[176] Non content de les avoir ramenés à leurs terres d'origine dans les montagnes de 'atlas, où ils pourraient poursuivre les raids, Maximien aventuré profondément dans le territoire ennemi infligeant autant que possible la destruction comme une punition, les poussant jusqu'à Sahara. L'année suivante (298) a renforcé les défenses de la frontière africaine de la Mauritanie à province de l'Afrique.[177]

le long de la citrons verts Danube (293-303)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: citrons verts Danube.
Galère: argenté[178]
Galère Argenteus 295 859322.jpg
MAXIMIANVS CAES, la tête droite graduées drapée sur ses épaules. VICTORIA Sarmat, les quatre tétrarques sacrifier sur un trépied en face d'une ville avec six tours; Γ ci-dessous.
18 mm, 03:33 g, forgé en 295-297 (Célèbre la victoire Sarmates de Galère la 294).

Dioclétien a passé le printemps de 293, se déplaçant avec leur César Galère de Sirmium (Sremska Mitrovica, Serbie) à Byzance (Istanbul, Turquie). Puis, en Octobre de cette année, il est revenu à Sirmium, où, entre l'hiver et le printemps suivant, il se plonge dans les préparatifs d'une nouvelle campagne militaire contre les Sarmates Iazyges,[91][94] il a personnellement dirigé à partir du printemps 294 jusqu'à ce que (peut-être) l'automne de cette année,[179] ramenant une victoire. L'Empire romain lui a apporté le succès maintenir le calme le long de la section du Danube de la frontière, tandis que le troisième Dicleziano lui a valu l'acclamation dans "Sarmaticus maximus».[91][94][180] Dans la même période serait placé plus de succès sur les Barbarians, cette fois-ci de Goths[181], si bien que tétrarques prit le titre de "Gothicus maximus».[182]

Pour consolider la position forte sur le Danube atteint en raison des récents succès militaires, Dioclétien a commencé la construction d'une série de forts au nord de la rivière[183] à Aquincum (Budapest, Hongrie) Bononia (Vidin, Bulgarie), Ulcisia Vetera, Castra Florentium, Intercisa (Dunaújváros, Hongrie) et Onagrinum (Begeč, Serbie). Ces nouvelles fortifications étaient destinées à faire partie d'une nouvelle ligne défensive appelée Ripa Sarmates.[184]

En été de 295 et 296 Dioclétien déchaîné à nouveau une offensive région du Danube, qui a pris fin avec la défaite du peuple Carpi,[185] et leur transfert partiel sur le territoire romain, à l'imitation de ce qui a déjà été mis en œuvre par Aureliano avec Barbarians plus de défaites.[186]

Dans l'autre 297 Augusto, Maximien, qui avait atteint la frontière du Danube pour remplacer temporairement Dioclétien et Galère (engagés dans l'Est contre Perses), Elle a rejeté une nouvelle invasion Carpi le long du cours inférieur du Danube.[187]

Plus tard, en 299, Dioclétien et Galère, une fois que vous avez terminé opérations dans l'Est, Ils sont revenus à la frontière du Danube inférieurs Mesia pour contrer la Carpi,[5] la Bastarnae et les Sarmates (ou probablement Roxolans).[188] Même à cette époque, les prisonniers ont été transférés sur le territoire romain, les forçant à stanziarvisi (Pannonia dans le nord de la rivière Drava, comme l'affirme Ammiano Marcellino[189]). La récente défaite infligée aux tribus Sarmates fait usage de se procurer Dioclétien au quatrième acclamation "Sarmaticus maximus».[190]

En 302, après le retour forcé de Dioclétien dans l'Est, la direction des opérations sur le Danube passé à Galère qui a terminé avec succès la tâche qui lui est confiée.[191] Au moment de son abdication (305), Dioclétien avait réussi à rendre plus sûres les frontières pour toute la durée du Danube, en leur fournissant un nouveau système défensif et disposent de nouveaux forts, têtes de pont, de larges rues et des villes avec des murs et en renforçant les garnisons en envoyant quinze légions ou plus pour parcourir la région. Ceci est confirmé par une inscription trouvée dans Sexaginta Prista, sur le Danube inférieur, il exalte la restauration tranquilitas de la région.[192] Ce renforcement de la politique frontalière a d'énormes efforts et coûteux, mais les coûts ont été largement compensés par les avantages obtenus en matière de défense et de sécurité lorsque l'on considère l'importance névralgique de la région du Danube.[193]

Soulèvement en Egypte (293-298)
Dioclétien
Temple Trajan sur l'île de Philae, la nouvelle frontière sud Nobati et Blemmyes et province romaine d'Egypte[194]

Entre 291 et 293, Galère a entrepris de réprimer un soulèvement local 'Haute-Egypte.[195] Deux ans plus tard (295) déplacé dans Syrie pour contrer une nouvelle menace venant de 'Empire sassanide.[196] Pendant ce temps, l'Egypte a commencé à se répandre un profond mécontentement provoqué par la décision de Dioclétien à assimiler le niveau d'imposition que celle des autres provinces romaines, qui devinrent plus tard un véritable soulèvement populaire qui a éclaté peu après le début de Galère.[197] A la tête de l'agitation prévalait Domizio Domiziano, qui, annonçant augustus en Juillet / Août 297, est devenu en fait un usurpateur qui, cependant, a réussi à obtenir le consentement de la majorité de l'Egypte, y compris Alexandrie.[196] La réaction de Dioclétien fut rapide: l'empereur qui est personnellement allé en Egypte pour restaurer en commençant par la Tebaide (Automne 297),[179] déplacer ensuite à Alexandrie, qui était en état de siège. Avec la mort de Domitien en 297 Décembre,[198] Dioclétien a repris le contrôle sur toute l'Egypte, à l'exception d'Alexandrie dont les défenses (préparé par le précédent correcteur Aurelio Achilleo)[199] Ils lui ont permis de résister jusqu'à 298 Mars, quand, après s'être rendu, a été soumis à des pillages. Une fois la rébellion matée, a repris la navigation régulière le long des côtes de mer rouge, mais il a été décidé d'abandonner et de confier à Nobati, comment foederati contre Blemmyes, les territoires de Dodecascheno.[200]

Dioclétien a profité de sa présence en Egypte pour réformer la bureaucratie de la province et d'établir un recensement de la population,[201] privant à cette occasion Alexandrie, coupable d'avoir adhéré à la révolte, la possibilité de argent monnaie.[202] Les réformes bureaucratiques de flottabilité mises en œuvre par Dioclétien, combinant avec celles faites par Settimio Severo, Ils snellirono procédures administratives égyptiennes au point d'être traités comme ceux des autres provinces de l'empire.[203] Au cours de la vie égyptienne Dioclétien monta sur le Nil en été de 298, en visitant oxyrhynchus et éléphantesque.[202] En Nubie, il a signé un traité de paix avec le peuple Nobati et Blemmyes, en vertu duquel ce dernier, devant une donative annuelle en or, rendu possible le déplacement de la frontière jusqu'à Philae. À l'automne de 298, en direction Dioclétien a quitté l'Egypte à la Syrie (où il est arrivé en Février 299), de réunion, puis, avec Galère en Mésopotamie.[194]

La guerre avec la Perse (296-298)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Sassanides Galère campagnes, citrons verts de l'Est et Strata diocletiana.
Offensive contre-offensive perse et romain

En 294, Narsete, fils de le goût, Il saisit le trône de Perse après avoir éliminé Bahram III, qui a gouverné l'Empire sassanide de la mort de Bahram II, qui a eu lieu à 293.[204] Au début de 294, Narses a envoyé une série de cadeaux à Dioclétien, selon une coutume consolidée depuis longtemps, qui a été suivie d'un échange d'ambassadeurs entre les deux empires. En Perse, en même temps, Narsete agencé de manière à effacer toute trace des monuments publics prédécesseurs, dans une sorte de damnatio memoriae. Il voulait imiter les exploits militaires des rois guerriers qui l'ont précédé comme Ardeshir I (226-241) et surtout Sapor I (241-272), qui était venu pillant Antioche faire prisonniers l'empereur romain, Valeriano (253-60), et qui ornent les murs des temples persans avec les restes des ennemis vaincus.[205]

Dioclétien
détail de Galère que les attaques Narsete sur 'arc du même nom de Thessalonica (Grèce), Accueil Galère lieu lorsqu'une de ses principaux actes administratifs[206]

Avec une telle disposition a donné lieu inévitable que Narsete déclarer la guerre à Rome en 295 ou peut-être 296. Le premier territoire romain à faire les frais de la politique agressive persane, être envahi, ce fut la partie occidentale de 'Arménie, domaine client Rome, récemment confié par les Romains Tiridate Après la paix de 287.[207] Le roi sassanide alors dirigé l'armée au sud, pénétrant dans province romaine de la Mésopotamie (En 297), où, dans la région entre Carrhes (Harran, Turquie) et Callinicum (Al-Raqqa, Syrie), l'historien Fergus Millar identifie probablement Balikh le long de la rivière,[208] Il a infligé une lourde défaite Galère, que la réunion avait fait contre elle, sans attendre les renforts que Dioclétien lui apportait.[209] Dioclétien peut avoir été présent dans la phase finale de la bataille, limitant la portée de l'inverse[210], mais il a jeté la responsabilité de leur échec militaire César, comme il est apparu clairement de la version officielle émergé au cours d'une cérémonie publique tenue à Antioche de Syrie. De plus, le 'Augusto publiquement qu'il l'a humiliée César, le forçant à marcher dans des vêtements somptueux pour un mile à la tête de la procession impériale.[211] Cependant, il est possible que le geste de Dioclétien contre Galère n'a pas été dictée par l'intention d'infliger l'humiliation, mais a manqué de peu dans un protocole normal.[212]

Galère a sollicité et obtenu par Dioclétien une seconde chance d'élever son prestige et celui des armes romaines. Ainsi, dans la seconde moitié de 297, son armée a été renforcée par une série d'extraits de différents contingents militaires légions (vexillationes), Déployée le long de la citrons verts Danube.[213] Narses, après les récents succès, il a été placé sur la défensive préférant attendre la contre-offensive romaine, qui, mise en œuvre des plans élaborés par les Romains, a appelé à une attaque par l'Arménie dans la direction du nord de la Mésopotamie.[214] Selon le guide Faustus de Byzance, est une bataille aurait lieu après Galère se mit à Satala (Sadak, Turquie) moins Arménie, son siège social, et Narses avancé de sa base Oskha pour l'attaquer,[215] bien que d'autres sources de la période ne confirment pas ces détails. On ne sait pas si Dioclétien était présent à campagne militaire de son César ou il était plutôt en Egypte ou en Syrie. Lattanzio Il critique Dioclétien son absence de l'avant,[216] mais du Sud, datant Dioclétien la campagne d'Egypte un an avant Barnes, place Dioclétien à l'arrière, pour soutenir Galère le long du front sud.[217] Ce qui est certain est que Narses a été contraint de se replier en Arménie en cours, à un net désavantage, l'initiative de Galère. Le sol arménien, particulièrement difficile, se prête plus aux manœuvres de infanterie légionnaire romain, que de ceux du cavalerie sassanide. Ces facteurs simultanés entre eux ont favorisé le succès de Galère que persane imposée à l'adversaire dans deux batailles successives. Au cours de la deuxième rencontre, les forces romaines conquises le champ Narsete, en prenant possession de ses trésors, son harem, et faisant prisonnier l'épouse du roi de Perse.[218] Galère exploité la victoire continue l'avance le long des cours inférieur du tigres, venant occuper le même capitale perse Ctésiphon, avant de retourner sur le territoire romain le long du parcours de la rivière Euphrate.[219]

Les négociations pour la paix
Dioclétien
la Augusti Ils sont assis, entouré par la respective Cesari. Sur la gauche vous voyez un groupe de prisonniers Sassanides, dont deux ont le culte de l'empereur. La composition se concentre sur la compassion et le pardon par le vainqueur romain vaincu le sassanide (Arc de Galère, Thessalonica, Grèce).

Plutôt que de continuer les opérations militaires, en tirant pleinement parti des avantages obtenus à la suite des victoires de Galère, Dioclétien a choisi de tirer parti de la position forte tenue au moment de Rome, des pourparlers de paix avec l'ennemi. Après un début décevant, il caractérisée par le refus de Galère aux ambassadeurs qui lui sont adressées par Narsete demandant le retour de la famille fait prisonnier par les Romains,[220] les véritables négociations de paix proprement dits ont démarré au printemps 299. magister memoriae (Secrétaire) de Dioclétien et Galère, Sicorio Probus, a été envoyé par le roi sassanide pour expliquer les termes de l'accord souhaité par Rome.[220] Les conditions de la soi-disant paix de Nisibe étaient lourdes:[221] L'Arménie devrait retourner sous la domination romaine, y compris une forte Ziatha, situé le long de la frontière; l 'caucasien Iberia Il serait placé sous le contrôle d'une charge des Roms; Nisibe, maintenant dans les mains romaines, il a été choisi comme la seule ville en charge du commerce entre les deux empires; Rome aurait également exercé un contrôle sur les cinq satrapies entre le Tigre et l'Arménie: Ingilene, Sophanene (Sophène) Arzanène (Arzanène) Corduene (Carduene) et Zabdicene (au moderne Hakkâri, Turquie). Ces régions comprenaient le tronçon du fleuve Tigre qui traverse la chaîne de 'Anti-Taurus Montagnes; Rome étendrait le contrôle de terrain Bitlis, (Situé le long du chemin le plus court à parcourir l'Arménie perse), et l'accès à la région de Tur Abdin.[222] Les Perses ont été contraints de céder une bande de terre sur laquelle se trouvait un certain nombre de fiefs situés entre Amida (Diyarbakır, Turquie) et Bezabde,[223] fournir une ligne fortifiée à Rome situé juste au nord de Ctésiphon, qui aurait atténué le risque d'invasion par la Perse le long de cette section de la frontière.[221] De nombreuses villes à l'est du Tigre est venu sous le contrôle des Romains, y compris Tigranocerta, Saird, Martyropolis, Balalesa, Moxos, Daudia, Arzan et, bien qu'il ne soit pas encore clair si ces villes feraient partie d'une province romaine ou un état vassal de Rome.[223] La conclusion du traité de paix, consenti à Tiridate III d'Arménie de retrouver le trône pour lui-même et ses descendants.[220] Rome est assurée, par conséquent, une grande zone d'influence culturelle, qui a conduit à une large diffusion de ce qu'on appelle l'Est christianisme syriaque, qui a pour épicentre la ville de Nisibe, et la christianisation ultérieure de l'Arménie.[221] Ces concessions arrachées par les Romains en vertu du traité de paix assuré une période relativement longue de calme à la frontière orientale, au cours de laquelle Dioclétien a pu effectuer une profonde réforme de l'armée qui ont influencé tous les avantages Plus tard Empire romain.

Il remonte à plus et cette fois la construction d'un nouveau ligne de fortifications: le Strata Diocletiana. Ce fut un via militaris, le long de la dite portion de citrons verts arabicus, et comprenant forts, casemates et les tours de guet, et est resté en usage jusqu'à la VIe siècle. La route a été équipé d'une longue ligne de fortifications, construit tout uniforme: il était castrés rectangulaire avec des parois très épaisses et des tours en saillie vers l'extérieur. Ils étaient généralement situés au mars une journée (environ 20 miles romains) de l'autre. La route a commencé à la 'Euphrate à surate, le long de frontière face à l'Empire sassanide, et continue vers le sud-ouest, en passant d'abord par Palmira puis pour Damas et se joindre, puis, avec le Via Nova Traiana. Il est à noter, enfin, une branche qui est poussé à l'est dell 'Hauran, pour IMTAN, à l'oasis de Qasr Azraq. Il était, en substance, un système continu de fortifications qui reliait à l'Euphrate mer rouge à Aila.

Dioclétien et christianisme (303-305)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: La persécution des chrétiens sous Dioclétien.
persécution Prime (299-302)
Dioclétien
Catacombes de Marcellin et Pierre le long de via Labicana. Christ parmi Peter et Paul. A leurs côtés GORGONIO les martyrs, Pierre, Marcellino et Tiburcio.

Après la conclusion de la paix de Nisibe, Dioclétien et Galère retournés Antioche de Syrie.[224] Au cours de cette année (en 299), les empereurs ont pris part à une cérémonie religieuse aboutissant à un sacrifice à des fins divinatoires. mais le augures ils ont pu lire les entrailles des animaux sacrifiés et accusés de ce que les chrétiens dans la cour impériale. Les empereurs, par conséquent, ordonné que tous les membres de la cour eseguissero un sacrifice de purification, étendant plus tard l'application à toute l'armée, établir l'expulsion des rangs de ceux qui ont refusé.[225] Dioclétien était conservatrice en matière religieuse, dans le respect des valeurs traditionnelles religion romaine y compris le rite religieux de purification.[226] cependant Eusebio, Lattanzio et Constantino Ils ont cru qu'il était Galère (motivé par des objectifs politiques) d'engager Dioclétien à la rage contre les chrétiens.[227] Il avait donc un renversement de la politique de tolérance menée plus tôt par le gouvernement impérial.[228]

Antioche était la principale résidence de Dioclétien 299-302, alors que Galère préfère utiliser des lieux différents (parfois de concert avec ses Augusto) Situé le long de la frontière du Danube moyen-bas.[229] Dioclétien revisité Egypte en hiver de 301-302, à cette occasion donner une subvention pour le blé à Alexandrie.[228] En raison de différences irréconciliables avec manichéens, émergé en particulier lors de conflits publics, l 'Augusto a ordonné que les chefs des disciples de Mani Ils ont été jetés sur le bûcher, ainsi que leurs textes sacrés en commençant une véritable répression religieuse. Le 31 Mars, 302, tel que rapporté dans un rescrit Alexandrie, il a déclaré que Manicheus de classe sociale basse ont été mis à mort, tandis que ceux de rang élevé souffriraient la peine de travaux forcés dans les mines Proconnèse (îles Mer de Marmara, Turquie) ou dans ceux de Phaeno dans le sud Palestine. Toutes les propriétés des manichéens ont été confisqués et confisqués au profit du trésor impérial.[230] L'aversion de Dioclétien contre le manichéisme était le fondement des particularités de ce nouveau credo: sa nouveauté, ses origines étrangères, la façon dont il a corrompu la morale de la race romaine, et son opposition aux traditions religieuses existantes.[231] En même temps, le manichéisme était assez répandue et tolérée Empire perse, en fournissant un prétexte supplémentaire pour aggraver les relations déjà tendues entre Rome et la Perse, parce qu'il craint l'ingérence persane Dioclétien dans la politique intérieure romaine, à travers la religion manichéenne, dans le but pour alimenter les troubles et l'instabilité.[232] Principales caractéristiques de la croyance manichéenne, énumérés plus haut, l'empereur comme prétexte pour justifier la lutte contre le manichéisme être utile, sans aucune adaptation particulière, d'organiser une persécution dans le style même au détriment des chrétiens.[233]

Grande persécution (303-305)
Dioclétien
Les quatre noms des martyrs « grande persécution » - Zotique, Attale, Kamasis, Filippos - sur leurs tombes, dans la crypte de l'église paléochrétienne Niculiţel, en Roumanie.

Dioclétien retourna à Antioche à l'automne 302. L'année suivante a effectué une première étape dans la répression du christianisme faire emprisonner et exécuter (17 Novembre 303) après la torture horrible, la diacre Roman Césarée, accusé d'avoir remis en question la légitimité de juger les cours impériales et, en particulier, pour avoir refusé d'effectuer, en ce qui concerne les dispositions de l'empereur, les sacrifices rituels aux dieux. Par la suite 'Augusto Il a déménagé à Kocaeli, accompagné de Galère, où il a passé l'hiver.[234] Selon Lattanzio, les deux empereurs au cours de leur séjour à Kocaeli prévu la politique à adopter envers les chrétiens. Dioclétien initialement destiné simplement à imposer aux chrétiens l'interdiction de couvrir les positions administratives et militaires, estimant que ces mesures suffisantes pour apaiser les dieux, mais Galère persuadé l 'Augusto de mener une action plus décisive qui a été l'occasion d'exterminer les adeptes de cette nouvelle religion. Les arguments de Galère (plus, il semble, des réunions secrètes) à l'appui de l'adoption de la ligne dure contre les chrétiens pourraient se résumer comme suit: les chrétiens avaient créé un Etat dans l'Etat, qui était déjà régi par ses propres lois et magistrats, il possédait un trésor et a gardé la cohésion grâce au travail infatigable des évêques qui a dirigé les différentes communautés de fidèles dont les décrets étaient en charge par lesquels ils obéissaient aveuglément; il fallait donc intervenir avant que le christianisme « contaminer » les rangs de l'armée sans espoir.[235] Selon des sources contemporaines, avant d'agir, il a consulté Didymaion, l 'oracle d'Apollon Didyma,[236] mais la réponse était que, « à cause des méchants sur la Terre, Apollo ne pouvait pas fournir votre aide. »[237] Le « méchant » que la référence faite oracle ont été identifiés (par une grande partie de la cour impériale) avec chrétiens et Dioclétien se laissa conduire à partager cette interprétation, sans doute heureux d'avoir une justification de caractère « religieux » pour libérer un vrai persécution universelle.[238]

La persécution a commencé le 23 Février, 303, et elle a été menée avec une grande férocité, en particulier dans l'Est où la religion chrétienne était maintenant remarquablement répandue. Le premier édit a été publié dans la capitale, Nicomédie,[239] et il ordonna:[240]

a) la combustion des livres saints, la confiscation des biens de l'église et leur destruction;[241]
b) l'interdiction pour les chrétiens de se réunir et peloter tout type de défense dans les actions en justice;[241]
c) la perte de charge et des privilèges pour les chrétiens de haut rang, l'incapacité à obtenir les honneurs et des emplois pour les ingénus, et d'être en mesure d'obtenir la liberté pour les esclaves;
d) l'arrestation de certains fonctionnaires de l'Etat.[242]

Cette nouvelle forme de persécution, qui était la base de normes juridiques précises par une main exaspéré l'esprit des chrétiens, un autre a fait l'objet de mauvais traitements et actes de violence mais, par des non-chrétiens, que les autorités de l'État chargées de la surveillance sur « application édit n'étaient pas disposés à tolérer. En quelques jours, avant la fin de Février, le palais deux fois et chambres Dioclétien a subi un incendie.[243] La coïncidence étrange a été considérée comme une preuve d'un incendie criminel des deux événements, et le suspect, engloutis par Galère, est tombé évidemment sur les chrétiens. Il a ensuite été promu une enquête, mais a donné un résultat négatif, car aucune charge n'a été trouvé. Dioclétien, puis, se sentant menacé en personne, il a abandonné toute prudence persistante et raidit persécution. En dépit de nombreuses arrestations, la torture et les exécutions partout, aussi bien dans le palais de la ville, il était impossible d'extraire une confession de responsabilité dans le complot. Certains, cependant, apparu départ précipité suspect Galère de la ville, qui a été justifiée par la crainte d'être victime de la haine des chrétiens.[244] Ils ont d'abord été mis à mort les eunuques de la cour, et Doroteo Gorgonio. la cubicolario, Pierre, a été dépouillé, a grandi et flagellé. Le sel et le vinaigre ont été versés sur ses blessures, et lentement a été mis sur le poêle et bouillies à mort. Les exécutions se sont poursuivies au moins jusqu'au 24 Avril 303, lorsque six personnes, dont trois évêques Antimo de Nicomédie, Ils ont été décapités.[245] Après le deuxième feu, qui a éclaté seize jours après la première, Galère a quitté la ville pour Rome, déclarant Nicomédie dangereux,[243] et un peu plus tard Dioclétien suivi.[245]

Dioclétien
gravure de Jan Luyken représentant la La persécution des empereurs Dioclétien et Maximien (EEGHEN 686)

Peut-être pour l'animosité initiale pauvres envers la persécution de Dioclétien, qui a même voulu vérifier les résultats vous-même avant d'avoir à intervenir sur une grande échelle, curieusement l'édit a fallu près de deux mois pour arriver en Syrie et quatre à publier dans un Afrique. Dans les différentes parties des magistrats et des gouverneurs encore appliqués avec sévérité variable Empire (et parfois légèrement) le décret, mais les victimes et la destruction de nombreuses églises étaient, combien étaient la combustion des livres sacrés (qui, cependant, grâce à leur diffusion, vanificarono les feux d'artifices).[246] Cet édit a été suivi par d'autres, où comminavano peines plus sévères, d'abord contre les fonctionnaires, et donc tous les citoyens de la foi chrétienne.[247] En dépit de la persécution de plus en plus, ceux-ci se sont avérés infructueux. La plupart des chrétiens qui ont réussi à échapper, et même les païens généralement tournés indifférent à la persécution. Les souffrances de martyrs Ils ont renforcé la détermination de leurs frères chrétiens.[248]

Eusebio définir une véritable années de guerre qui ont suivi, beaucoup ont été les lapsi, mais aussi les martyrs.[249] Le plus grand nombre de victimes a eu lieu dans la zone contrôlée par Dioclétien (Asie Mineure, la Syrie, l'Egypte), où les chrétiens étaient très nombreux; dans moins Balkans christianisés César Galère, souvent désigné comme l'instigateur de la persécution, était tout aussi difficile. Même en Italie et en Afrique de l'Ouest, gouverné par 'août Maximien, la violence était difficile et de nombreux martyrs ont été comptés, même si le quatrième décret a été appliqué de façon limitée; plutôt Britannia et Gaule la César Constantius, père Constantin I, Il a appliqué seul le premier édit.[250] En mémoire des martyrs de cette période, ils ont été reçus épigraphiques et hagiographies faisant également foi.[251]

La persécution a pris forme à une époque où le christianisme est maintenant établi empire (on estime qu'au début du règne de Dioclétien environ 10% de la population était Empire chrétien);[247] cependant pas manqué les résistances: vers la 300 Ils ont fait circuler de nombreuses publications anti-chrétiennes, allant de la philosophie à l'insignifiant.[247] Dioclétien était tolérant en général contre des adversaires politiques, mais il a été très difficile contre ce qu'il considérait comme des écarts intellectuels dans 297 Il se tourna par exemple contre manichéens. Le difficile équilibre avec le christianisme a eu lieu jusqu'à ce que le 303. Afin d'expliquer le début de la persécution ont été proposées pour différentes raisons: le renforcement des préjugés,[247] les intérêts économiques, la réaction à la christianisation de 'Arménie.

Abdication de Dioclétien 305, la persécution n'a pas obtenu les résultats escomptés, mais les attaques contre les chrétiens ont été reportés de Galère, bien que de façon intermittente, jusqu'à ce que 311.[252] au cours de la persécution Chrétiens trouvés dans de nombreux endroits, de protection, même parmi les voisins païens, un signe de plus en plus tolérance populaire contre la nouvelle religion.[247] L 'apostasie temporaire de certains chrétiens, et la livraison des Écritures, au cours de la persécution a joué un rôle majeur dans le différend ultérieur donatiste.[253] Dans les vingt-cinq ans depuis le début des persécutions, l'empereur chrétien Constantin, l'Empire se gouverner seul. Il réparer les conséquences des édits, redonnant tous les biens confisqués premiers chrétiens.[254] Sous son règne, le christianisme deviendrait la religion officielle chéri.[255] Dioclétien a été diabolisé par ses successeurs chrétiens: Lattanzio lui a fait comprendre que la montée du même était le prélude à 'apocalypse,[256] et dans la mythologie serbe, Dioclétien est connu comme le "adversaire de Dieu.[257]

réformes

Tetrarchic et idéologique
Dioclétien
reste de péristyle en Palais de Dioclétien (divisé, Croatie)

Dioclétien a vu sa tâche comme celle d'un restaurateur, une autorité dont le devoir était de mettre l'empire à la paix, pour rétablir la stabilité et la justice où des hordes barbares avaient apporté la dévastation.[258] Il a pris sur lui-même régiment, autorité politique centralisée à une échelle massive. Il a imposé un système de valeurs au public souvent différentes et par les gouvernements provinciaux peu réceptifs.[259] Dans la propagande impériale de l'époque, l'histoire récente et a minimisé déformé le sens de tétrarques comme « » restaurateurs. Les succès Aureliano ont été ignorés, la révolte de Carausius avec effet rétroactif au règne de Gallieno, la fabrication implique que le projet de tétrarques produire la défaite Aureliano de palmyréniens; la période entre Gallien et Dioclétien a effectivement été effacé. L'histoire de l'empire romain avant la Tétrarchie a été interprété comme une période de guerres civiles, sauvage despotisme et l'effondrement impérial.[260] Dans ces inscriptions qui portaient leur nom, Dioclétien et autres tétrarques ont été appelés « restaurateurs du monde entier »[261] les hommes qui ont réussi à « vaincre les nations des barbares, donnant la tranquillité d'esprit à leurs mondes. »[262] Dioclétien a été désigné comme le « fondateur de la paix éternelle. »[263] Le thème de la restauration a été jointe à l'accent mis sur l'unicité et le génie des mêmes tétrarques.[260]

Les villes les plus utilisées, telles siège impérial de cette période, ils sont les suivants: Mediolanum (Milan) Augusta Treverorum (Treves) ARELATE (Arles) Sirmium (Sremska Mitrovica) Thessalonica (Thessalonique) Serdica (Sofia) Nicomédie (Izmit) et Antioche (Antakya). Ils étaient considérés comme des solutions de rechange lieux impériaux à l'exclusion de Ville de Rome et de l'aristocratie sénatoriale.[264] Ainsi, il a perfectionné le processus de dépossédant Sénat romain comme une autorité de prise de décision: l'empire est devenu une monarchie absolue et a assumé les caractéristiques typiques des monarchies orientales, comme l'origine divine du monarque et son culte.

Il a été développé un nouveau style qui mettait l'accent cérémonial et exalté la figure de l'empereur envers les autres. idéaux presque républicains de Augusto, primus inter pares, Ils ont été complètement abandonnés par tous tétrarques. Dioclétien a commencé à porter une couronne d'or et de bijoux, il interdit l'utilisation de vêtements de couleur pourpre sauf dans les empereurs.[265] Les sujets devaient se prosterner en sa présence (adoratio); les plus chanceux ont été autorisés le privilège d'embrasser l'ourlet de son vêtement (proskynesis, προσκύνησις).[266] cirques et basiliques Ils ont été construits pour mettre en valeur la taille, la puissance et l'autorité de chaque tétrarque dans son propre siège impérial. La figure de l'empereur avait autorité transcendante, un homme au-dessus des masses.[267] Son apparence a été exécuté dans les moindres détails.[268] Ce style de présentation était pas nouvelle, plusieurs de ses éléments étaient déjà partis montrant sous les règnes de Aureliano et Settimio Severo, mais ce ne fut que sous tétrarques a expliqué que cela était tellement évident.[269]

Territoriale et administrative
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Diocèse (Empire romain).
territorial
Dioclétien
la 12 diocèse dans la nouvelle division Tetrarchic dell 'empire romain désiré par Dioclétien autour de la 300.

Le tetrarchia a été conçu d'abord sur une base territoriale, tant pour les difficultés croissantes en raison des nombreux Empire des révoltes internes, à la fois à cause de la raids dévastateurs des barbares aux frontières extérieures. Il provvedette de diviser l'empire en quatre parties, entre deux Augustes et deux Césars. Chaque partie a ensuite été composée de trois diocèse, pour un total de douze.

Le diocèse était gouverné par un vicaire préteur ou tout simplement vicaire (vicarius), Qui est soumis à préfet du prétoire (Certains diocèses, cependant, pourraient être régies directement par le préfet du prétoire). Le contrôle vicaire du gouverneurs des provinces (aux dénominations variées: proconsules, consulares, correctores, praesides) Et jugé sur les cas d'appel déjà décidé en première instance par la même (ils pourraient choisir de faire appel au vicaire ou préfet du prétoire). Les vicaires avaient pas le pouvoir militaire, en fait, les troupes du diocèse étaient sous le commandement d'un Livré militaris rei, qui dépendu directement sur la magister militum et il avait sous ses ordres la duces qui lui a été confiée le commandement militaire dans les provinces. Ci-dessous, la première réorganisation souhaitée par Diolceziano avec tétrarchie, divisé en 12 diocèses, dont 6 Ouest et 6 Est.[270]

Pour éviter la possibilité d'usurpations locales,[271] pour faciliter la collecte plus efficace des taxes et des fournitures, et de faciliter l'application de la loi, Dioclétien a doublé le nombre de provinces cinquante à cent.[272] Les provinces ont été regroupées en douze diocèse, chaque régie par un fonctionnaire nommé vicarius, ou « adjoint du préfet du prétoire ».[273]

Certains ont exigé les divisions provinciales des révisions ultérieures, ce qui a conduit à des changements immédiatement après la 293 ou au début du IVe siècle.[274] Rome elle-même (y compris son environnement pour un périmètre d'environ 150 km) a été exclu par l'autorité préfet du prétoire, parce qu'il a été administré par un préfet de la ville 'pour sénatoriale (Le fonctionnaire ne prestigieux exclusivement réservé aux sénateurs, à l'exception de certains gouverneurs en Italie sous le titre correcteur, en plus de proconsules d 'Asie et Afrique.[275]

Cette division territoriale a conduit inévitablement à un certain nombre de de plus en plus le siège impérial, alternatives à Rome:[10][276]

  • Dioclétien, qui contrôlait les provinces de l'Est et le 'Egypte, Il avait comme lieu privilégié Nicomédie et, pendant un certain temps, même Antioche;
  • Galère, qui a gouverné les provinces des Balkans, avait comme ses lieux préférés Sirmium, Serdica-Felix Romuliana et Thessalonica;
  • Maximien, qui est principalement occupé les territoires de 'Italie, de Espagne et Afrique du Nord, Il avait des endroits comme favori Mediolanum (Milan) et Aquilée;
  • Constantius, qui a régné Gaule et Britannia, Il avait comme siège principal Augusta Treverorum et Eburacum.

Le système a été efficace pour la stabilité de l'empire et a permis de célébrer le août vicennalia, à-dire vingt ans de règne, comme il était pas arrivé depuis les jours de Antonino Pio. La zone a été redessinée à partir d'un point de vue administratif, en abolissant les régions augustéenne avec sa division en « impériale » et « Sénat ». douze districts administratifs ont été mis en place (le "diocèse», Trois pour chacun des tétrarques), Soutenu par vicarii et à son tour divisé en 101 provinces. Il reste à mettre à l'épreuve du mécanisme de succession.

administratif

Conformément au fait d'être adoptée par l'idéologie républicaine à un autocrate, la cour de consigliari Dioclétien, son Consilium, Il était différent de celui des empereurs précédents. Il a complètement changé l'illusion du augustéenne gouvernement impérial, né de la coopération entre l'empereur, l'armée et le sénat.[277] Dans son palais, il a établi une structure à tous fait autocratique, un changement ultérieur au nom de synthèse consistoire (consistorium), Pas de conseils.[278] le terme consistorium Il avait déjà été utilisé pour définir l'endroit où a eu lieu les réunions du conseil impérial.[279] Dioclétien réglementé sa cour en commençant à distinguer les différents départements (sérine), Auxquels ils ont été affectés à des tâches spécifiques.[280] De cette structure ont été créées les fonctions des différents magistri, comme Magister officiorum, et secrétariats associé. Ceux-ci étaient des hommes chargés de traiter les pétitions, les demandes, la correspondance, les affaires juridiques, ainsi que des ambassades étrangères. Au sein de sa cour Dioclétien a maintenu un organe permanent de conseillers juridiques, les hommes ayant une influence notable sur la réorganisation des affaires juridiques. Il y avait alors deux « ministres » des Finances, qui devaient faire à la fois le trésor public (aerarium Populi Romani), Avec les deux domaines privés de l'empereur (fiscus Caesaris), En plus de préfet du prétoire, l'officier certainement plus influent de tous. La réduction des garde prétorienne un simple niveau de garnison Ville de Rome considérablement réduit la puissance militaire dans les mains du préfet (bien que Préfets Julius Asclepiodotus, qui a battu Allectus en Grande-Bretagne romaine, Il était un commandant militaire de talent[281]), Principalement des tâches civiles Bénéficier. Le préfet a gardé un effectif de centaines d'employés et les entreprises menées dans de nombreuses disciplines du gouvernement impérial de la fiscalité, l'administration, les questions juridiques, de réduire les commandes militaires, de sorte que le préfet du prétoire souvent avéré être en second lieu seulement à lui-même l'empereur .[282]

Dans l'ensemble Dioclétien a généré une forte augmentation du nombre de fonctionnaires dans l'administration impériale; Lattanzio utilisé pour dire qu'il y avait plus d'hommes qui ont utilisé l'argent de l'impôt de tous ceux qui ne serait pas.[283] L'historien Warren Treadgold croit que sous Dioclétien le nombre de personnes dépendantes administration impériale doublé, passant de 15 000 à 30 000.[284] Roger Bagnall a été estimé qu'il y avait un officier impérial pour chaque 5-10,000 peuple en Egypte, qui est, entre 400 et 800 fonctionnaires pour 4 millions de personnes (personne ne connaît la population de la province dans 300 D.C.;. Strabon, 300 ans plus tôt, il a indiqué à 7,5 millions, à l'exception d'Alexandrie). Et comparer l'empire de Dioclétien au cinquième siècle de la Chine dynastie des song, Ici, il y avait un représentant tous les 15.000 habitants. Jones estime 30.000 fonctionnaires pour un empire 50-65000000, égal à un fonctionnaire tous les habitants 1667-2167, en moyenne de l'ensemble de l'empire. Le nombre de fonctionnaires et le pourcentage par habitant ont varié selon le cours du diocèse, le nombre de provinces qui le composent et la population de la même. Le personnel provincial et le diocèse était d'environ 13 à 15 000 unités, conformément à la loi. Les 50% restants était avec l'empereur au sein de son comitatus, ainsi que divers prétoriennes préfets, avec les agents impliqués achats de céréales (plus tard les deux capitales, Rome et Constantinople), Alexandrie, Carthage, ainsi que des responsables des bureaux centraux de toutes les provinces.[285]

La diffusion du droit impérial dans les provinces a été facilitée par la réforme que Dioclétien a fait au niveau de la structure provinciale, maintenant qu'il y avait un plus grand nombre de gouverneurs (praesides) Qui a pris des décisions sur les petites zones géographiques et moins de personnes.[286] La réforme de Dioclétien signifiait que parmi les fonctions des gouverneurs, il devait présider officiellement les juridictions inférieures:[287] tandis que les fonctions militaires et judiciaires 'Haut-Empire romain germanique Il était typique des fonctions de gouverneur, et les procureurs étaient responsables de la fiscalité, dans le cadre du nouveau système de vicarii, les gouverneurs étaient responsables de la justice et de la fiscalité, alors qu'un nouveau type de fonctionnaire, Dux, Il a agi indépendant de la fonction publique, et a assuré le commandement militaire.[288] ces duces souvent ils ont administré les forces militaires de deux ou trois nouvelles provinces créées par Dioclétien, commandant des forces militaires qui pourraient être fabriqués à partir de 2000 à plus de 20 000 armés.[289] En plus du rôle des juges et des fonctionnaires affectés à percevoir les impôts, les gouverneurs devaient maintenir le service postal (cursus publicus) Et veiller à ce que les conseils municipaux font leur devoir.[290]

Cette réduction des pouvoirs des gouverneurs, en tant que représentants des empereurs, a pu réduire les risques politiques d'une classe trop puissante des délégués impériaux, mais ont également limité la capacité des gouverneurs de l'opposition dans les propriétaires locaux, en particulier ceux des 'pour sénatoriale, que bien avec moins de possibilités d'obtenir une certaine charge, conservé leur richesse, le prestige social et les relations clients (en particulier dans les régions relativement pacifiques, où il n'a pas été nécessaire une forte présence militaire).[291] À une occasion, Dioclétien a dû exhortez un proconsul d'Afrique, à craindre les conséquences des grands propriétaires de rang sénatoriale.[292] Si un gouverneur de rang sénatoriale était sous ces pressions, on peut imaginer la difficulté ils sont confrontés simple praeses.[293] Ceci explique la relation difficile entre la caste centrale et locale: en 303, une insurrection militaire tenté Séleucie Pieria et Antioche de Syrie Dioclétien forcé de faire une terrible vengeance sur les deux villes, mettre à mort certains membres du conseil municipal pour avoir manqué à leur devoir de maintenir l'ordre dans leur juridiction.[294]

juridique
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: droit romain et Corpus juris civilis.
Dioclétien
Une presse de 1581 Digestorum de Corpus juris civilis de Justinien (527-534). la corpus Il a été formé par les codes Gregory et Hermogène, écrit et publié sous le règne de Dioclétien.

Comme la plupart des empereurs, une grande partie de la routine Il tournait autour des affaires juridiques quotidiennes, de répondre aux appels et pétitions, émettre des jugements sur des questions controversées. rescrits, interprétations faisant autorité émis par l'empereur en réponse à une série de questions juridiques entre les deux lieux concurrents dans le domaine public et privé, avait son propre devoir commun des deuxième et troisième empereurs siècle. Dioclétien a été inondé avec une œuvre de ce genre, et n'a pas pu déléguer ses fonctions. Il aurait été vu comme un échec, le fait de les ignorer. Dans la cour impériale itinérante de l'Antiquité tardive, nous pouvons analyser les progrès de l'impériale suivi des positions auxquelles certains rescrits - la présence de l'empereur ont été délivrés a été ce qui a permis au système de fonctionner.[295] Chaque fois que la cour impériale a décidé de régler dans l'un de la capitale, il y avait un excès de pétitions, comme cela est arrivé à 294 à Nicomédie, où Dioclétien a mis ses quartiers d'hiver.[296]

sans aucun doute prétoriennes préfets (Afranio Annibaliano, Julius Asclepiodotus et Aurelio Hermogenianus) A aidé à réguler le débit et la présentation de ces documents, le sens profond de la légalité inhérente à la culture romaine signifiait que la charge de travail était lourde.[297] Les empereurs qui ont précédé Dioclétien dans les quarante années qui ont précédé son règne, avaient manqué à leurs obligations de manière efficace, et leur production attestée rescrits est faible. Dioclétien en revanche, était prodigieuse dans ses affaires: il y a au moins 1200 rescrits dans son nom encore survivants, et ceux-ci ne représentent qu'une petite partie de l'énorme quantité de travail effectué.[298] La forte augmentation du nombre d'édits et rescrits produits sous le gouvernement Diocleziano a été considérée comme une preuve tangible d'un effort continu pour réaligner tout l'empire aux conditions dictées par le pouvoir impérial central.[299]

Sous la direction des avocats tels que Gregory, Aurelio Arcadio Carisio et Hermogène, le gouvernement impérial a commencé à émettre des livres officiels sur législative précédente, la collecte et la liste de tous les rescrits qui avaient été émises de la principauté de Adriano (Règne 117-138) à celle de Dioclétien.[300] la Codex Gregorianus rescrits inclus jusqu'à 292, la Codex Hermogenianus Il a ajourné avec une vaste collection de rescrits émis par Dioclétien en 293 et ​​294.[274] Bien que l'acte de codage était une innovation radicale, qui avait le projet de construction à la première du système juridique romain,[301] les avocats sont généralement restés conservateurs, Observant la pratique et de la théorie de l'ancien passé romain comme guide.[302] Ils ont probablement donné libre cours plus libre dans la compilation des codes que ne compilateurs plus tard Codex Theodosianus (438), et Codex Iustinianus (529). Les codes de Grégoire et Hermogène encore ont été soumis à la structure de fer des anciens codes plus tard,[303] et ils ne sont pas publiés avec le nom de leur empereur (Codex Diocletianus), Mais sous le nom de leurs compilateurs.[304] Leurs fonctions officielles étaient claires. Ceux-ci ont été recueillies, par la suite reconnu devant les tribunaux, comme sources faisant autorité de la législation impériale jusqu'à la date de leur publication et régulièrement mis à jour.[305]

Après la réforme des provinces de Dioclétien, les gouverneurs ont été appelés iudex ou juge. Le gouverneur est devenu responsable de ses décisions, d'abord contre son supérieur, ainsi que ceux de l'empereur.[306] Ce fut à cette époque que les documents judiciaires sont devenus des transcriptions de ce qui a été dit au cours du processus, ce qui rend plus facile de déterminer le biais ou d'un comportement incorrect par le gouverneur. Avec ces sources et le droit universel d 'appel, les autorités impériales avaient probablement un grand pouvoir de faire respecter les règles de conduite par leurs juges.[307] En dépit des tentatives de réforme de Dioclétien, la restructuration provinciale était loin d'être évident, surtout lorsque les citoyens ont recours contre les décisions des fonctionnaires impériaux. Les proconsuls, par exemple, étaient souvent les tribunaux de première instance et la cour d'appel ultérieur, et les gouverneurs de certaines provinces recevaient des cas d'appel de ceux qui sont à proximité. Bientôt, il est devenu impossible pour l'Empereur éviter d'en traiter certains cas d'arbitrage ou d'un procès.[308] Le règne de Dioclétien marque la fin de la période classique du droit romain. Et si le système de rescrits de Dioclétien a montré l'adhésion à la tradition classique, le cas de Constantin au lieu plein d'influences grecques et orientales.[309]

militaire
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: La réforme de Dioclétien l'armée romaine et La défense en profondeur (armée romaine).
Dioclétien
tétrarques, un sculpture le porphyre limogé Byzance en 1204 (Basilique San Marco à Venise)

Dioclétien Il a réformé et organisé l'armée romaine qui était sorti de la grande la crise du troisième siècle. Il n'a rien fait, mais continuer le travail commencé par Gallieno et empereurs illyriens (à partir de Aureliano à Marco Aurelio Probo, à Marco Aurelio Caro). Certains de ses actes avaient déjà été partiellement précédée par des changements ont de ses prédécesseurs, mais Dioclétien par la poste une réorganisation organique.

hiérarchique

La vraie grande réforme militaire Dioclétien était avant tout d'ordre politique.[310] Le nouvel empereur a ordonné, tout d'abord, une division de puissance impériale suprême, d'abord à travers un dyarchie (deux Augusti, de 285/286) Et puis à travers un tétrarchie (Dans le 293, par l'ajout de deux Cesari)[10][311] rendant ainsi une première vraie « révolution » sur l'ensemble de la structure organisationnelle de l'armée de l'époque romaine Augusto. Cette forme de gouvernement à quatre, alors qu'il n'a pas été si heureux dans la transmission du pouvoir (voir qui a suivi la guerre civile), Cependant, il a eu le grand mérite de traiter en temps opportun aux dangers externes monde romain.[312]. La présence de deux Augustes et deux Césars fait facilité, la rapidité et l'intervention armée réduit le risque que l'absence continue d'un seul souverain pourrait provoquer la stabilité Empire.

Dioclétien a créé une véritable nouvelle hiérarchie militaire depuis les plus hautes fonctions de l'Etat, ceux des « quatre » empereurs, où furent plus hauts de la 'Augusto Iovio (protégé Jupiter), Assisté par un second Augusto Herculio (Protégé par un deva, Hercule)[79] à laquelle on a ajouté les deux respectif Cesari,[311] ou « successeurs désignés ».[310] En substance, il était un système militaro-politique qui a permis au mieux de répartir les tâches de la défense des frontières: chaque tétrarque, en fait, il a guéri un seul secteur stratégique, et son siège social était aussi proche que possible limites qu'il devait vérifier (Trèves et Milan en Occident; Sirmio et Nicomédie à l'Est[310]), De cette façon, il était possible d'écraser rapidement les tentatives d'incursion des barbares, la prévention catastrophique se invasions tels que ceux qui se sont produits dans IIIe siècle.

fortifications citrons verts
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Roman Limes et La défense en profondeur (armée romaine).
Dioclétien
fortifications romaines le long de la soi-disant banque Sarmates et "Dam diable».

le nouveau défense du système de frontières il a été fait plus élastique et « profond »La défense rigide vallum Il a été ajouté un réseau de plus en plus dense de châteaux intérieurs, reliés entre eux par un réseau routier plus complexe (un exemple de l'ensemble: Strata Diocletiana à l'Est). En substance est passée d'un type de système défensif « linéaire »[313] à un « profond » (mais pas dans les proportions générées par la crise du troisième siècle, quand Gallieno et empereurs illyriens avaient été contraints par les « percées » constantes de citrons verts de recourir à des « réserves » très stratégique « interne » par rapport aux frontières anglaises), qui a vu un élargissement substantiel de la « épaisseur » de citrons verts, qui a été étendu à partir d'une extrémité intérieure du territoire impérial à un extérieur, en Barbaricum, par la construction de nombreuses « têtes de pont » fortifiée (même au-delà des grands fleuves Reno, Danube et Euphrate), Avec ses avant-postes des installations de communication et de logistique.[314]

En fait, pour la sécurité de tout l'empire Dioclétien, il a été divisé [...] dans la ville, des forteresses et des tours. Depuis que l'armée a été placée partout, barbares Ils ne pouvaient pas pénétrer. Dans chaque partie des troupes qu'ils étaient prêts à résister aux envahisseurs et de les rejeter. »

(Zosime, nouvelle histoire, II, 34,1.)

Une conséquence de cette frontière de transformation a également été une augmentation de la protection des nouvelles et anciennes structures militaires, qui ont été adaptées aux nouveaux besoins défensifs (ce besoin n'a pas été si urgent dans les deux premiers siècles de l'Empire romain, dédié principalement à acquérir de nouvelles territoires). Les nouveaux forts ont ainsi commencé à construire, ou remises à neuf, d'une manière plus compacte leur taille (en réduisant le périmètre total), plus ferme dans l'épaisseur de leurs parois (dans certains cas, il est né d'une épaisseur de 1,6 m à 3, 4 mètres, comme dans le cas de forteresse de Sucidava) Et avec une plus grande utilisation de tours externe, pour améliorer la défense.[314]

Il est également vrai que d'un point de vue archéologique, il est difficile de distinguer ce sont les fortifications mises en place par Dioclétien et qui, par ses prédécesseurs et successeurs. le "Dam diable. « Par exemple, la digue construite à l'est du Danube et traditionnellement attribué à Dioclétien, ne peut être daté avec certitude d'un siècle particulier Ce que nous pouvons dire des structures construites à l'époque de cet empereur est que:

  • reconstruite et fortifiée de nombreux points forts du Haut-Rhin (où il a poursuivi le travail de Marco Aurelio Probo le long de lac de Constance-Bâle et la ligne de fortifications RhinIller-Danubio);[315]
  • le long du Danube (où une nouvelle ligne forte a été construite sur le côté opposé de la rivière, le soi-disant Ripa Sarmates, et ajoutée à l'ancienne, les places de renforcement);[316]
  • L'Egypte et le long des frontières de la Perse. la Strata Diocletiana, construit après la guerres médiques, qui a duré de 'Euphrate au nord de Palmira, puis vers le sud à la partie nord-est de 'saoudien près de la forteresse légionnaire de Bostra, Il représente le système Dioclétien classique de la frontière, se compose d'une route extérieure suivie d'un réseau dense de forte, défendue par petit contingent armé, suivi par des fortifications plus à l'arrière.[317]

Dans un effort pour résoudre les difficultés et la lenteur avec laquelle les ordres ont été envoyés à la frontière, la nouvelle siège impérial tetrarchico du système ont été placés plus près des frontières de ce qui était autrefois était Rome:[318] Augusta Treverorum Il était proche du Rhin, Sirmium et Serdica Ils étaient à proximité du Danube, Thessalonica Il est allé le long de la route menant à l'Est, Nicomédie et Antioche Ils étaient des lieux importants dans les relations avec la Perse voisine.[319]

Taille et emplacement
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: la taille de l'armée romaine et Dislocation des légions romaines.

tandis que Lattanzio était critique de Dioclétien pour son augmentation excessive de l'armée romaine réelle, déclarant que "chacun des quatre [tétrarques] avait un certain nombre d'armées considérablement plus élevé que celui de tout autre empereur avait gouverné l'Etat seul»;[320] l'autre est loué par l'historien Zosime, qui décrit l'appareil quantitativement concentré le long des frontières, contrairement à ce lieu Constantin fait que le concentré dans les villes.[321]

Ces deux points de vue avaient une certaine vérité, malgré les préjugés de leurs auteurs: Dioclétien et tétrarques potenziarono grandement l'armée et la croissance ont eu lieu en particulier dans les régions frontalières, où l'augmentation des nouvelles légions réelles de Dioclétien semble avoir été distribué à travers un réseau dense de forts.[322] Cependant, il est difficile d'établir les détails précis de ces changements, compte tenu de la rareté des sources.[323] L'armée a atteint les 580.000 hommes d'environ 285 (quand il était composé de 390000 armé), dont 310.000 ont été placés dans l'Est, en particulier le long de la frontière persane. La flotte a augmenté d'environ 45 000 à 65 000 hommes.[324] L'auteur byzantin, Giovanni Lido Il nous donne le nombre de troupes d'une précision extraordinaire: 389704 des troupes au sol et 45562 dans les mer.[325] Sa précision a intrigué les historiens très modernes. Certains croient Lido trouvé ces informations dans les documents officiels, et donc crédible et réelle; d'autres croient au contraire qu'il est une pure invention.[326]

Dioclétien, en substance, non seulement entrepris une politique en faveur de l'augmentation de la main-d'œuvre, mais aussi d'améliorer et de multiplier les bâtiments militaires de l'époque, bien que ceux-ci sont prouvés, sur la base des découvertes archéologiques, moins qu'elles ne l'ont pas dit les anciens[327] et moderne.[312]

L'augmentation du nombre de soldats et de fonctionnaires, a forcé l'impériale à devoir fournir une taxation supplémentaire. Et parce que le maintien de l'armée a agi de la part de la majeure partie du budget du budget de l'Etat, une réforme a été particulièrement coûteuse.[328] Le pourcentage de la population des hommes adultes, à l'exclusion des esclaves, qui ont servi dans l'armée est passée de 1/25 à un quinzième, une augmentation jugée excessive par certains historiens modernes. Les salaires des troupes ont été maintenues à des niveaux bas, de sorte que, souvent, la plupart des hommes ont eu recours à l'extorsion de fonds ou occupent des emplois normaux parmi les civils.[329] Les arriérés sont devenus une constante pour la plupart des troupes, dont beaucoup ont même été payés en nature au lieu d'obtenir un salaire régulier.[330] Et où il n'a pas été possible de payer cette immense armée, souvent il y avait des conflits civils et des soulèvements. Pour cette raison Dioclétien avait aussi de réformer le système anglo-saxon de la fiscalité.[329]

Economics (294-301)
imposition
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Iugatio-capitatio.
Follis
coin3.jpg Dieu
Diocletianus AUGUSTE. tête graduée tourner à droite.

en premier âge impérial (De 30 avant JC à 235 après Jésus-Christ), le gouvernement payait romain pour ce dont il avait besoin d'argent et d'or. La valeur de l'argent était si restée pratiquement stable. L'achat forcé n'a été utilisé que dans le cas où il était nécessaire, pour maintenir l'approvisionnement des armées au cours d'une campagne militaire. au cours de la la crise du troisième siècle (235-285), qui a entraîné des conséquences économiques et sociales graves, le gouvernement a eu recours souvent à l'expropriation plutôt que de payer en monnaie dévaluée, car il n'a pas été possible de comprendre ce que la valeur réelle de l'argent. L'expropriation a eu une importance égale à celle de la saisie.

Dioclétien effectué une sorte de confiscation sous la forme d'imposition. Il a introduit un système fiscal global fondé sur les individus (se produire) Et sur la terre (Iuga) Et lui lié à un nouveau recensement régulier de la population et de la richesse de l'empire. Les responsables de ce recensement voyageaient dans tout l'empire, l'évaluation de la valeur du travail et la terre de chaque propriétaire, et rejoint la valeur de tous les propriétaires fonciers au total de l'ensemble de la population vivant dans les villes, dans le but d'avoir un évaluation globale de tous se produire et Iuga tout l'empire. Il était un vrai budget annuel de l'État.[331] la iugum Ce ne fut pas une mesure réelle du terrain. Il variait selon le type de sol, de sa culture et a également été liée à la quantité de travail nécessaire à la subsistance. même la caput dépendait du type des personnes inscrites: par exemple, une femme a souvent été évaluée comme un moyen caput, ou au moins une valeur différente d'une caput Complète.[330] La ville a dû fournir des animaux, de l'argent et de la main-d'œuvre en proportion de leur se produire, et le blé devait fournir au prorata de leur Iuga.[331] Les frais de recrutement a été appelé praebitio tironum, et il pourrait être payé en nature (avec l'enrôlement de recrues parmi les membres du travail d'un propriétaire foncier), ou lorsqu'un capitule Il a été étendu à de nombreuses fermes, aidé les agriculteurs à payer le voisin qui avait été forcé de fournir des recrues. Les propriétaires de 'pour sénatoriale En outre, ils avaient la possibilité de payer des impôts avec un paiement en or (Aurum tironicum). Cette forme d'imposition a été appelé capitation.[332]

La plupart de la taxe a été payée le 1er Septembre de chaque année, et ont été recueillies à chaque propriétaire de decuriones. Ils avaient un rôle similaire à celui des conseillers, et étaient responsables de payer de leur poche pour ce qu'ils ne pouvaient pas recueillir.[333] La nouvelle réforme de Dioclétien a augmenté le nombre de fonctionnaires financiers dans les provinces plus justifications et magistri privatae Ils se sont élevés au cours de son règne que ses prédécesseurs. Ces fonctionnaires étaient chargés de la gestion des intérêts des autorités fiscales, qui percevaient les impôts en or, et les propriétés impériales.[274] Les fluctuations de la valeur de la monnaie, signifie que la perception des impôts se produit normalement en particulier dans la nature, bien que tout a ensuite été converti en monnaie, en tenant compte de l'inflation.[331] En 296, Dioclétien publia un édit qui a réformé les procédures de recensement. Il a présenté un recensement tous les cinq ans pour l'ensemble de l'empire, remplaçant ainsi les enquêtes précédentes et l'évaluation de la valeur des nouveaux changements se produire et Iuga.[334]

L 'Italie, qui avait longtemps été exonéré d'impôts, il a été inclus dans le nouveau régime fiscal de 290/291, comme les autres provinces.[335] seulement Ville de Rome et diocèse suburbicaire Ils sont restés libres, là où les sénateurs romains possédaient la plupart de leurs terres.[336]

Les édits de Dioclétien ont souligné la responsabilité commune de tous les contribuables. Les dossiers fiscaux publics ont été rendus publics.[337] La position de décurion, avec un membre du conseil municipal, était une aspiration pour les aristocrates riches et la classe moyenne, qui ont montré leur richesse en payant pour les services municipaux et les travaux publics. Mais quand les colons sont devenus responsables de tout déficit de la perception des impôts, beaucoup ont essayé de trouver des moyens d'éviter de telles obligations.[333]

Monétaire et anti-inflationniste
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Édit sur les prix maximaux, réforme monétaire de Dioclétien et monnaie Tetrarchic.
Dioclétien
Pierre tombale avec le texte de 'Prix ​​maximum sur Édit de Dioclétien, la Pergamon de Berlin.

La tentative de Aureliano de réforme monétaire avait échoué; la denarius Il était mort.[338] Dioclétien avait restauré système basé sur les trois métaux pièces de monnaie et il avait émis des pièces de meilleure qualité.[339] Le nouveau système était basé sur cinq pièces de monnaie: la aureus/solidus, une pièce d'or pesant 1/60 d'une livre, comme dans le passé avait fait ses prédécesseurs; l 'argenté, une pièce d'argent du poids de 1/96 de livre qui contenait 95% de l'argent pur; la Follis, appelé parfois laureatus A, pièce de cuivre avec addition d'argent, le poids de 1/32 de livre; la radiatus, une petite pièce de cuivre pesant 1/108 d'un livre, sans aucune addition d'argent; et une pièce de monnaie connue sous le nom d'Agios laureatus B, une plus petite pièce de cuivre pesant 1/192 d'un livre.[340] la denarius Il a été abandonné par bonbons à la menthe impériale,[338] mais la valeur des pièces de monnaie a continué à mesurer sur la base de cette pièce.[339] Et parce que la valeur nominale de ces émissions était inférieure à leur valeur intrinsèque en tant que métal, la condition était à la menthe ces pièces à perte. Cette proximité pourrait être soutenue qu'en réquisitionnant les métaux précieux des citoyens privés en échange de nouveaux argent juste inventé, dont la valeur était bien inférieur au prix de l'exigence de métaux précieux.[341]

De 301, le système était encore en difficulté, frappé par une nouvelle attaque inflationniste. Dioclétien afin de contenir ses effets ont donné l 'Édit sur les prix maximaux (Edictum De Rerum pretiis venalium), Un acte qui a créé un nouveau tarif sur toutes les dettes de telle sorte qu'un nummus, la monnaie en circulation le plus courant a été dévalué de moitié.[342] Dans l'édit, conservateur dans une inscription de la ville de Aphrodisias en Carie (Near Geyre, Turquie), Il a été déclaré que toutes les dettes avant le 1er Septembre de 301 ont été remboursés avec l'ancienne valeur, alors que les contrats postérieurs à cette date ont été remboursés à la nouvelle valeur.[343] L'édit avait été fait pour préserver le prix actuel de l'or et de garder la monnaie d'argent, le métal traditionnel monnaie romaine.[344] Cet édit risquait de donner un nouvel élan à la croissance inflationniste, et comme cela était arrivé après la réforme monétaire de Aurelian. La réponse du gouvernement central impérial avait été à tâtons pour geler les prix.[345]

Dioclétien
Une partie de la « »Édit sur les prix maximaux« dans grec, dans l'original dans une église médiévale (Geraki, Grèce).

L 'Édit sur les prix maximaux Il a été publié deux ou trois mois après la réforme monétaire,[338] entre 20 Novembre et 10 Décembre 301.[343] L'enregistrement est cette découverte le meilleur qui nous a gardés en Grèce orientale reçu,[346] bien que l'édit survit dans de nombreuses versions, sur différents matériaux comme le bois, le papyrus et la pierre.[347] Dans l'édit, Dioclétien a déclaré que la crise de ce moment historique est principalement due à la cupidité incontrôlée des marchands, qui avaient apporté une grande gêne pour la masse des citoyens ordinaires. Le langage édit rappelle tétrarques bienveillance envers son peuple et les exhorte à appliquer les dispositions du décret pour rétablir la perfection du monde. L'édit se poursuit à la liste en détail plus d'un millier de biens de consommation et demandant de ne pas dépasser les différents prix de détail. Ils ont été prévus pour des sanctions contre ceux qui ont désobéi à ces tables de prix.[348]

Ces mesures, cependant, ont échoué: le nouvel argent a disparu rapidement du marché parce qu'ils ont préféré garder (thésaurisation) et les prix fixes ne disparaissent produits du marché officiel à être vendus sur le marché noir, puis le même Dioclétien a été forcé de se retirer l'édit. Entre-temps, cependant, les conditions de vie de la population se sont aggravés: les impôts étaient lourds et beaucoup ont abandonné leurs activités productives, non rentables, souvent à vivre comme des mendiants. Dioclétien a alors recouru à injonction, à savoir l'obligation pour les habitants de l'empire de poursuivre leur travail et le refus du libre choix de la profession, ce qui oblige les habitants de l'Empire romain à prendre aux pères dans leurs activités productives.

Dans la plupart des termes de base, l'édit ne connaissait pas les lois de la offre et la demande: Il a ignoré le fait que les prix peuvent varier d'une région à, en fonction de la disponibilité des produits, et ne pas prendre en compte le coût du transport dans le prix de vente au détail. Dans le jugement de l'historien David Potter, l'édit était "un acte de folie économique».[349] L'édit a commencé par une rhétorique à long préambule et moralisatrice, qui comprenait peu de l'économie et que de simplement criminaliser une pratique courante, il espérait remédier à la période de forte crise.[350]

Il n'y a pas de consensus sur la façon efficace l'édit a été imposé.[351] On peut supposer que d'une inflation de côté, la spéculation et l'instabilité monétaire continue à persister, alimentant un marché noir, Non officiel généré par ces produits dont le prix avait été imposé dans l'édit.[352] Les sanctions édit ont été appliquées de manière très différente dans les différentes parties de l'empire (certains chercheurs pensent qu'ils ont été mis en œuvre que dans le cadre de l'empire situé sous le domaine de Dioclétien)[353] partout avec une grande résistance, alors peut-être même lettre morte après un an d'émission de l'édit.[354] Lattanzio a écrit la façon perverse dans laquelle il a été appliqué à l'édit; des produits retirés du marché, des rixes de variations mineures des prix, les morts lorsque les dispositions ont été appliquées. Cette histoire est peut-être qu'il est vrai, bien qu'il semble historiens modernes exagérés et hyperbolique,[355] Alors que l'impact législatif n'a pas été mentionné dans aucun autre document ancien.[356]

La mobilité sociale et professionnelle

En outre, en réponse à des pressions économiques et pour protéger les fonctions vitales de l'Etat, Dioclétien limité la mobilité sociale et professionnelle. Je me suis tourné paysans attachés à la terre de telle sorte que cela indiquerait un Settle plus tard dans des professions qui a donné lieu héréditaire, comme dans le cas des propriétaires fonciers ou les boulangers de professions, armuriers, artistes du spectacle et les travailleurs de la menthe.[357] Les enfants des soldats ont été recrutés par la force, ce qui est devenu une tendance spontanée, mais ont aussi exprimé les difficultés croissantes dans le recrutement des armées.[358]

Les dernières années (303-313)

La maladie et l'abdication (303-305)

Dioclétien est entré dans la Ville de Rome hiver au début du 303. Le 20 Novembre, célébrée avec le Maximien vingt ans de leur gouvernement (vicennalia), Le dixième anniversaire de tétrarchie (decennalia), Et le triomphe à la victoire sur les Perses. Il est vite devenu impatient avec la ville, parce que les Romains avaient contre lui, comme l'a souligné Edward Gibbon, en fonction de ce qui est transmis Lattanzio, une « familiarité licencieux ».[359] Le peuple romain avait pas assez de déférence à son autorité suprême; Il était prévu que la même récitait une partie d'un souverain démocratique, et non la monarchie. Le 20 Décembre, 303,[360] Dioclétien a décidé de se éloigner de la capitale, déçu (après la construction ont aussi consulté des plus grands thermes romains, qui lui sont dédiés)[361] et il est allé au nord. Il n'a même pas attendu la cérémonie qui investirait le neuvième consulat; Au contraire, il a fait une Ravenne le 1er Janvier de 304.[362] Selon la narrer Panegyrici latine et Lattanzio, Dioclétien a organisé le retrait de sa vie politique et Maximien, abdique en faveur des deux Caesars. Maximien, selon ces comptes, jurant de se conformer aux souhaits dall'Augusto Jove, lors d'une cérémonie tenue à Temple de Jupiter Maximus Optimus.[363]

De Ravenne, même allé pour le Danube. Ici, sans doute en compagnie Galère, il a participé à une campagne militaire contre la Carpi.[360] Il est tombé malade au cours de cette période, et sa santé se détériore rapidement, si bien qu'il a dû être transporté dans une litière. En fin d'été, il est parti pour Nicomédie. Le 20 Novembre, il est apparu en public pour inaugurer nouveau cirque, en face du palais impérial. Il est effondré immédiatement après les cérémonies. Pendant l'hiver 304/5 était tout le temps à l'intérieur du palais de Nicomédie. Certains répandre la rumeur selon laquelle Auguste lui-même était mort et que tout avait été gardé secret jusqu'à Galère qu'il ne pouvait pas prendre le contrôle de la puissance sur la ville. Le 13 Décembre, certains bifurqué les fausses nouvelles qu'il était mort. Il a été proclamé jour de deuil, jusqu'à ce qu'ils ne sont pas démenti les rumeurs de sa mort. Lorsque Dioclétien est réapparu en public le 1er Mars, 305, il était émacié et à peine reconnaissable.[364]

Galère est arrivé dans la ville plus tard, en Mars. Selon Lactance nous dit, il est venu armé avec des plans pour reconstituer la Tétrarchie, Dioclétien forcé de démissionner et d'inclure dans les hommes impériaux des bureaux, il fait confiance. Il semble que mis en danger Auguste lui-même, si bien qu'à la fin il a réussi à lui faire tenir à son plan. Lattanzio affirme également que fait la même chose à Maximien Sirmio.[365] Le 1 305 mai, Dioclétien à l'assemblée, ses généraux, comites traditionnels et les représentants de leurs légions respectives. Ils sont tous réunis à la même colline, à trois miles de Nicomédie, où l'empereur avait autrefois été proclamé Dioclétien.[366] Devant la statue de Jupiter, sa divinité tutélaire, Dioclétien adressé à la foule avec des larmes dans ses yeux. Il leur a parlé de sa faiblesse, son besoin de repos et de retraite. Il a déclaré qu'il y avait un besoin de passer la commande à ceux qui étaient plus forts que lui.[367] Il est ainsi devenu le premier empereur romain à abdiquer volontairement.[368]

La plupart pensaient qu'ils savaient ce qui se passerait: un Constantine et Maxence, les seuls fils adultes de l'empereur régnant, les hommes qui avaient préparé beaucoup de temps pour arriver à leurs pères, le titre seraient autorisés à Cesari. Constantin avait traversé la Palestine aux côtés de Dioclétien, et était présent dans le palais de Nicomédie en 303 et 305. Il est probable que Maxence avait reçu le même traitement.[369] Dans l'histoire de Lattanzio, quand Dioclétien a annoncé sa démission, toute la foule se tourna vers Constantine.[370] Ils ne devaient pas être déclarés Cesari, Flavio Valerio Severo et Massimino Daia. Les dernières robes sont apparues et se sont Dioclétien. Le même jour, Severus a reçu les Maximien Mediolanum (Milan). Costanzo est devenu le nouveau Augusto Ouest au lieu de Maximien, et Constantin et Maxence ont été totalement ignorés dans la nouvelle transition du pouvoir. Cela n'a pas de bon augure pour la sécurité future de tetrarchico système.[371]

Retrait et la mort (305-313)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Palais de Dioclétien et Guerre civile romaine (306-324).
Dioclétien
reconstruction Palais impérial de Dioclétien à divisé au moment de son achèvement en 305, Ernest Hebrard.

Après une cérémonie solennelle le 2305 mai, a porté l'accusation et le titre de Auguste, Il se retira dans un merveilleux palais construit spécialement pour lui divisé, non loin de Salona, le centre provincial importante Dalmatie (Aujourd'hui, Croatie). Il était un bâtiment fortement fortifiée près de la mer Adriatique. Maximilien, cependant, se retira dans une villa Campanie ou Lucania.[372] Leurs nouvelles maisons étaient éloignées de la vie politique, mais les deux exAugusti Ils étaient assez proches de rester en contact étroit les uns avec les autres.[373] Galère a assumé la fasces consulaire 308 avec Dioclétien comme son collègue. À l'automne de cette année, Galère Dioclétien a demandé de participer à une conférence Carnuntum (Petronell-Carnuntum, Autriche). Les deux exAugusti ils sont allés à la forteresse légionnaire sur le Danube, où cette réunion a eu lieu le 11 Novembre, 308, où Galère a remplacé la fin Severo Licinio, parce qu'il avait été tué par Maxence. Dioclétien interdisaient Maximien d'avoir de nouvelles aspirations à pourpre impériale après sa retraite, qui devait être destiné final. A Carnuntum Beaucoup supplié Dioclétien de revenir au pouvoir, pour résoudre les conflits qui ont surgi avec la montée au pouvoir de Constantin et l'usurpation de Maxence,[374] Mais il a répondu:

« Si vous pouviez montrer le chou que je plantais mes propres mains à votre empereur, il aurait jamais osé suggérer de remplacer la paix et le bonheur de ce lieu avec les tempêtes de la cupidité jamais satisfait»

(Aurelio Vittore, Liber de Caesaribus 39.6.)

A Carnuntum Il a donc été mis en place pour la dernière fois de manière pacifique, la hiérarchie tetrarchical:

  • Galère Auguste de l'Est (Provinces illyriennes, Thrace, Dacia, Grèce, Macédoine, Asie Mineure);
  • Licinio, Auguste de l'Ouest (Pannonia, Norien, Rezia);
  • Massimino Daia, César de l'Est (Proche-Orient, Egypte);
  • Constantine, Cesare West (Grande-Bretagne, la Gaule, l'Allemagne Haut et le Bas, Espagne).

Maxence a été reconnu pour la énième fois, et usurpateur Maximien forcé de prendre sa retraite à la vie privée.[374] Il est curieux de noter que, dans l'Est de la puissance tétrarques fermement, tandis que les usurpateurs Maxence dans l'Ouest et Domizio Alessandro Ils ont régné, respectivement, de l'Italie, la Sicile, et Maurétanie Tripolitaine la première, et la Sardaigne, en Afrique et Numidie Proconsolare le second. Dans les plans de Galère, la tâche du Licinio néo-augusto était de retrouver les territoires usurpés par Maxence et Domizio Alessandro.

Dioclétien a passé les dernières années de sa vie dans ses jardins du palais. Il a vu le système de tetrarchico échouent, sous les coups des ambitions de ses successeurs. Il était également au courant de la troisième tentative de Maximilien de reprendre le pouvoir impérial, de son suicide forcé de son damnatio memoriae décrétée par Constantin en 310 qui a également frappé sa personne, car dans de nombreux portraits de statues et de peintures et Maximien Dicoleziano étaient représentés ensemble[375]. Il était encore en vie au début de 313, quand il a été invité par Constantin au mariage entre sa sœur Constance et Licinius, célébré à Milan en Février de cette année.[376] Il est mort quelques mois plus tard, probablement entre Mars et Avril, cependant, avant la défaite Massimino, qui a eu lieu à l'été 313 pour la main Licinio.[377]

intitulant impériale

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: monnaie Tetrarchic.
Imperial Dioclétien Titrage Nombre de fois événement de rencontre
tribunicia potestas 20 années consécutives: du 20 Novembre 284[94] 1er mai de 305.
consulat 10 fois: en 284 (I), 285 (II), 287 (III), 290 (IV), 293 (V), 296 (VI), 299 (VII), 303 (VIII), 304 (IX) et 308 (X).
salutatio imperatoria 21 fois:[94] le premier 284, puis dans 285[378] (2e et 3e), 286 (4 °), 287[379] (5 et 6) 288[380] (7), 289 (8), 293[381] (9), 294[180] (10 °), 295 (11 °), 297[382][383] (12 ° et 13 °), 298;[382][383] (14 ° -19 °), 299[3] (20 °) et 301[3] (21 °).
Titres victorieux Adiabenicus en 298 (I);[3] armeniacus Maximus en 298 (I);[3]Britannicus Maximus en 297 (I);[5]Carpicus Maximus en 296 (I)[3] et quatre itérations dans la période 301-304 (V);[5]Germanicus Maximus en 285 (I),[378] en 286 (II), dans 287 (III), dans 288 (IV), dans 293 (V), et 299 (VI);[3]Maximus Gothicus en 294 (I);[182]Medicus Maximus en 298 (I);[3]persicus Maximus en 290 (I)[2] et 298 (II);[3] restitutor orbis et conservator orbis en 286 (I) et 293 (II);[381][384] Sarmaticus Maximus en 289 (I), 292 (II), 294 (III) et 299 (IV).[4]
autres titres Auguste (Dans le 284[94]) pater patriae (Dans le 284[94]) Jovius (Dans le 286[94]) et pontifex maximus (Dans le 284[94]).

notes

  1. ^ Barnes 1982, p. 4.
  2. ^ à b CIL III, 5810.
  3. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou AE 1890, 66.
  4. ^ à b CIL III, 6151.
  5. ^ à b c et CIL XVI, 157.
  6. ^ Barnes 1982, p. 31; Bowman 2005, p. 68; Williams 1997, p. 32.
  7. ^ à b c Barnes 1982, pp. 30 et 46; Bowman 2005, p. 68.
  8. ^ à b Roberto 2014, pp. 252-255.
  9. ^ Roberto 2014, p. 31.
  10. ^ à b c Aurelio Vittore, de Caesaribus, 39,30; LattanzioDe mortibus persecutorum, 18.
  11. ^ Le Glay-Le-Bohec Voisin 2002, p. 442.
  12. ^ Aurelio VittoreEpitome de Caesaribus"Matre pariter atque Oppido rendez-vous de Dioclée, vocabulis quorum, Donec Imperium sumeret, Dioclès appellatus." aussi LattanzioDe mortibus persecutorum 9, fait référence à ses Dioclès nom. Les ruines de Doclea, maintenant Duklja, sont au Monténégro, près de la capitale Podgorica.
  13. ^ Eutropio, IX, 22; Aurelio VittoreEpitome de Caesaribus.
  14. ^ Aurelio VittoreEpitome de Caesaribus.
  15. ^ T. D. Barnes, Le Nouvel Empire de Dioclétien et Constantin, En 1982, selon les nouvelles rapportées par Lattanzio, alléguant que Dioclétien aurait laissé mourir de faim lorsque Constantin a décrété la destruction de ses statues et Maximien.
  16. ^ A. H. M. Jones, J. R. Martindale et J. Morris, Prosopographie du Bas-Empire, 1971.
  17. ^ T. D. Barnes, p.30.
  18. ^ Tel que rapporté par S. Williams, Dioclétien, p. 32, n. 20.
  19. ^ SHA, Aurelianos vie 15, 3.
  20. ^ SHA, Probi vie 22, 3.
  21. ^ à b c Williams 1997, p. 26.
  22. ^ Zonaras, résumé XII, 31; du sud 2001, p. 331.
  23. ^ Mathisen, "Dioclétien".
  24. ^ SHA, la vie chère; Aurelio Vittore, Liber de Caesaribus 39, 1; Zonaras XII, 31.
  25. ^ Alors, dit-il chronicon Paschale: Après tout, son premier empereur consulat, à 285, est enregistrée en tant que second consulat. Voir. Aussi W. Seston, Et la tétrarchies Dioclétien, p. 46.
  26. ^ Roberto 2014, p. 28.
  27. ^ à b c Leadbetter, "Numerianus."
  28. ^ à b c et Barnes 1981, p. 4.
  29. ^ le Code Justinien 5.52.2; Leadbetter, "Numerianus"; Potter, 279.
  30. ^ D'autres à Chalcédoine: voir. SHA, La vie Numeriani, 12, 13; Eutropio IX, 18; Aurelio Vittore, 38; résumé 39; Zonaras XII, 90.
  31. ^ du sud 2001, p. 133.
  32. ^ Odahl 2004, p. 39; Williams 1997, p. 35.
  33. ^ Bowman 2005, p. 68.
  34. ^ Williams 1997, pp. 35-36.
  35. ^ Selon W. Seston, cit., P 49, le 17 Septembre; selon Eusebio, De la Palestine 1, 5 et 2, 4 et Lattanzio, cit., 17, 1, 17 Novembre.
  36. ^ Aurelio Vittore 39, 1: "ducum Consilio tribunorumque."
  37. ^ Barnes 1981, pp. 4-5; Odahl 2004, pp. 39-40; Williams 1997, pp. 36-37.
  38. ^ Barnes 1981, pp. 4-5; Leadbetter, "Numérien"; Odahl 2004, pp. 39-40; Williams 1997, p. 37.
  39. ^ SHA (la vie chère 13.2) avec le détail de la ligne de Virgile prononcée par Dioclétien, tuant Lucio Apro « se vanter, Aper, Aenaee Magni cadis dextra », en jouant sur le sens de aper, « Sanglier »; Williams 1997, p. 55-56.
  40. ^ Flavio Vopisco, Augusta historia
  41. ^ E. Gibbon, Le déclin et la chute de l'Empire romain I, 12.
  42. ^ Aurelio Vittore, Liber de Caesaribus, 39; Eutropio IX, 20.
  43. ^ SHA, La vie Numeriani, 11; E. Gibbon, cit. I, 12: « Il a gagné toutes les couronnes contre Némésien avec qui participé à la poésie de l'enseignement. »
  44. ^ V. A. Sirago, Dioclétien, p. 584: « La mort de Numérien donc été recherché par Dioclétien, certainement pas avec le consentement des soldats, mais de ses généraux collègues. La suppression spectaculaire de Apro doit servir à deux fins, pour se débarrasser d'un rival et pour apaiser la colère des soldats ".
  45. ^ Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), VIII, 2529, 2530, 2532, 10382; XI, 727, 3580; XII, 110; XIV, 126.
  46. ^ Panegyrici Latini, III, 5, 3.
  47. ^ Corcoran, "Avant Constantin", 39.
  48. ^ Barnes 1982, p. 31; Bowman 2005, pp. 68-69; Potter, 280; du sud 2001, p. 134; Williams 1997, p. 37.
  49. ^ à b c et fa g h Barnes 1981, p. 5.
  50. ^ à b c et fa g h Bowman 2005, p. 69.
  51. ^ à b c Leadbetter, "Carin."
  52. ^ à b du sud 2001, pp. 134-135; Williams 1997, p. 38.
  53. ^ à b c et fa Potter, 280.
  54. ^ du sud 2001, p. 134.
  55. ^ à b c du sud 2001, p. 135.
  56. ^ à b Odahl 2004, p. 40.
  57. ^ Aurelio Vittore, 39,11
  58. ^ Aurelio Vittore, résumé 38; Liber de Caesaribus 39, 1; Zosime, historia nova I, 73; SHA, la vie chère XVIII; Eutrope, cit., IX, 20.
  59. ^ Williams 1997, p. 38.
  60. ^ Roman Imperial Coinage 5.2.241 pas. 203-04; Barnes 1981, pp. 5, 287; Barnes 1982, p. 50.
  61. ^ à b Williams 1997, p. 41.
  62. ^ Aurelio Vittore, de Cesaribus, 37.5, cité dans Carrié Rousselle, L'Empire Romain, 654
  63. ^ du sud 2001, pp. 135, 331.
  64. ^ Potter, 281.
  65. ^ Barnes 1981, pp. 5-6; Barnes 1982, p. 113;Williams 1997, p. 41-42
  66. ^ Aurelio Vittore, 39,15, cité dans Leadbetter, "Carin."
  67. ^ Barnes, "Deux sénateurs" 46; Barnes 1981, pp. 5-6.
  68. ^ RIC VI 299; DEPEYROT 2/3; Calicó 4524.
  69. ^ RIC V 558.
  70. ^ à b c Barnes 1981, p. 6.
  71. ^ à b c du sud 2001, p. 136.
  72. ^ Barnes et Bowman sont de 21 Juillet (Barnes 1981, p. 6 Barnes 1982, p. 4; Bowman 2005, p. 69) 25 Potter Juillet (Potter, 280-81).
  73. ^ à b c et Corcoran, "Avant Constantin", 40.
  74. ^ Barnes 1982, p. 4; Bowman 2005, p. 69; Bleckmann; Potter, 280-81; Williams 1997, pp. 43-45.
  75. ^ Grant, p.265; Chris Scarre, Chronique des empereurs romains, New York, 1999, pp.197-198.
  76. ^ Williams 1997, pp. 48-49.
  77. ^ Williams 1997, p. 43.
  78. ^ Odahl 2004, pp. 42-43; Williams 1997, p. 45.
  79. ^ à b c Aurelio Vittore, résumé 40, 10; Aurelio Vittore, Caesares, 39,18; Lattanzio, De mortibus persecutorum, 8 et 52,3; "XII Panegyrici Latini"Panegyrici Latini, II, XI, 20].
  80. ^ Bowman 2005, pp. 70-71; Liebeschuetz, 235-52, 240-43; Odahl 2004, pp. 43-44; Williams 1997, pp. 58-59.
  81. ^ Barnes 1981, pp. 11-12; Bowman 2005, pp. 70-71; Odahl 2004, p. 43; du sud 2001, pp. 136-137; Williams 1997, p. 58.
  82. ^ Barnes 1981, p. 11; Cascio, "Le nouvel état de Dioclétien et Constantin" (CAH), 172.
  83. ^ Aurelio Vittore, Caesares, 39.4.
  84. ^ à b E.Horst, Constantin le Grand, p.49.
  85. ^ Aurelio Vittore, Caesares, 39,2 à 4; Eutrope, IX, 26; Zonaras, XII, 31.
  86. ^ Aurelio Vittore, Caesares, 39,2 à 4; Eutrope, IX, 26; Eumène, Panegyrici Latini, V, 11.
  87. ^ Williams 1997, pp. 58-59. Voir aussi: Cascio, « Le nouvel état de Dioclétien et Constantin » (CAH), 171.
  88. ^ du sud 2001, p. 137.
  89. ^ Codex Justinien 4.48.5; Fragmenta Vaticana 297; Barnes, Constantine et Eusebius, 6; Barnes, nouvel Empire, 50; Potter, 281.
  90. ^ Sud, 143; Williams, 52.
  91. ^ à b c Mócsy, p. 268.
  92. ^ à b Grant, p. 265.
  93. ^ CIL XIV, 128 (P. 613).
  94. ^ à b c et fa g h la j k l m Scarre 1999, p. 197.
  95. ^ Barnes, nouvel Empire, p. 57; Bowman 2005, pp. 70-71.
  96. ^ Barnes, nouvel Empire, p. 57; Bowman 2005, p. 71; Rees, Couches de fidélité, p. 31.
  97. ^ Williams, p. 46.
  98. ^ Ensslin 1930, col. 2496.
  99. ^ Il semble que résidait dans la ville de Nicomédie le 3 Mars, 286. Voir. Fragmenta Vaticana 275; Barnes, Constantine et Eusebius, 6; Potter, 281, 649.
  100. ^ Panegyrici latine 8 (5) 21,1; Barnes, Constantine et Eusebius, 6.
  101. ^ Il est certifié que Dioclétien était en Syrie-Palestine le 31 mai 287. Voir. Codex Justinien 4.10.3; 1.51.1; 5.17.3; Barnes, Constantine et Eusebius, 6; Barnes, nouvel Empire, 50-51; Potter, 281, 649.
  102. ^ Béréchit Rabba, ed Vilna, Parashas Toledos 63:. 8.
  103. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 6; Millar, 177.
  104. ^ Sud, 242.
  105. ^ Barnes, nouvel Empire, 51; Bowman 2005, p. 73.
  106. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 6; Bowman 2005, p. 73; Potter, 292, 651; Sud, 143; Williams, 52.
  107. ^ Sud, 242, 360-61.
  108. ^ Bowman 2005, p. 73; Millar, 180-81; Sud, 143; Williams, 52.
  109. ^ RIC V 204.
  110. ^ RIC V pt. 2, 1; N. Shiel, "Carausius Sui ET Fratres," BNY 48 (1978), p. 8, 10; R.A.G. Carson, "Carausius et Fratres sur: A reconsidération," dans SPNO, 5.
  111. ^ Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, 09h21; Grant, p. 279.
  112. ^ CIL XIV, 128; CIL III, 4826.
  113. ^ Sud, p. 209.
  114. ^ à b Sud, p. 214.
  115. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 6-7; Bowman 2005, pp. 70-71; Potter, 283-84; Sud, 137-41; Williams, 45-47.
  116. ^ Seston 1946, p. 75 n. 1.
  117. ^ Southern, 138
  118. ^ Potter, 284
  119. ^ Southern, 138 140
  120. ^ Williams, 61/62
  121. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 6-7; Bowman 2005, p. 69; Potter, 282; Sud, 141-42; Williams, 47-48.
  122. ^ CIL VIII, 22116-CIL VIII, 22187.
  123. ^ Corcoran, avant Constantin, 40; Sud, 142.
  124. ^ Potter, 281; Sud, 142; suite de Caesaribus 39,17.
  125. ^ Bowman 2005, p. 69; à suivre BGU 4.1090.34.
  126. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 7; Bleckmann; Corcoran, avant Constantin, 40; Potter, 282; Sud, 141-42; Williams, 48 ​​ans.
  127. ^ Potter, 649.
  128. ^ Potter, 282; Williams, 49.
  129. ^ Southern, 141
  130. ^ Y.Le Bohec, Armes et guerriers de la Rome antique. De Dioclétien à la chute, Roma 2008, p.33.
  131. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 7; Bowman 2005, p. 71; Corcoran, "Avant Constantin", 40.
  132. ^ Williams, 62
  133. ^ CIL XI, 1594; CIL XIII, 5249; Grant, p. 273.
  134. ^ Panegyrici Latini, II, 5 XII Panegyrici Latini.
  135. ^ Panegyrici Latini, II, 7-8; VI, 8 XII Panegyrici Latini.
  136. ^ Panegyrici Latini, II et III.
  137. ^ Rees, Couches de fidélité, 31; Sud, 142-43; Williams, 50.
  138. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 7; Corcoran, "Avant Constantin", 40; Sud, 143.
  139. ^ CIL III, 22; CIL III, 13578.
  140. ^ Sud, p. 218.
  141. ^ Gregorio di Tours, Histoire des Francs, Livre II.
  142. ^ Barnes, nouvel Empire, 255; Sud, 144.
  143. ^ Panegyrici Latini, III, 7, 1; VI, 4.
  144. ^ Orose, Historiarum adversum paganos, VII, 25, 7.
  145. ^ Williams, 63.
  146. ^ à b c Potter, 285.
  147. ^ Williams, 78.
  148. ^ Sud, 144.
  149. ^ Panegyrici Latini, III, de 5 à 7.1.
  150. ^ Panegyrici latine 8 (5) 12,2; Barnes, Constantine et Eusebius, 7, 288; Potter, 284-85, 650; Sud, 143; Williams, 55 ans.
  151. ^ Sud, 143; Williams, 55 ans.
  152. ^ Codex Justinien 9.41.9; Barnes, nouvel Empire, 51; Potter, 285, 650.
  153. ^ Codex Justinien 6.30.6; Barnes, nouvel Empire, 52; Potter, 285, 650.
  154. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 8; Barnes, nouvel Empire, 52; Potter, 285.
  155. ^ Panegyrici latine 11 (3) 2,4, 8,1, 11,3 à 4, 12,2; Barnes, Constantine et Eusebius, 8, 288; Potter, 285, 650; Williams, 56.
  156. ^ à b Elsner, Rome impériale, 73.
  157. ^ Panegyrici latine 11 (3) 12, qtd. Williams, 57.
  158. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 8; Potter, 285, 288.
  159. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 8-9; Barnes, nouvel Empire, 4, 36-37; Potter, 288; Sud, 146; Williams, 64-65.
  160. ^ Les dates proposées pour l'élévation César Galère sont de 1 Mars et le 21 mai. À l'heure actuelle il n'y a pas de consensus parmi les historiens modernes à ce qui est correct: Barnes, Constantine et Eusebius, 8-9; Barnes, nouvel Empire, 4, 38; Potter, 288; Sud, 146; Williams, 64-65.
  161. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 8-9; Williams, 67 ans.
  162. ^ Southern, 145.
  163. ^ Corcoran, "Avant Constantin", 45-46; Williams, 67 ans.
  164. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 8-9.
  165. ^ Barnes, nouvel Empire, p. 255.
  166. ^ Jill Harries, Rome impériale.
  167. ^ Williams, 74
  168. ^ Roberto 2014, p. 105.
  169. ^ Williams, 75
  170. ^ à b Grant, p. 284.
  171. ^ seston 1946, p. 111.
  172. ^ Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, 9,22.
  173. ^ Barnes, nouvel Empire, p. 59.
  174. ^ Panegyrici Latini, III, 17; IV, 5-6; VI, 8; VIII, 6.
  175. ^ Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, 9,23.
  176. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, p. 16; Barnes, nouvel Empire, p. 59.
  177. ^ Grant, p. 274.
  178. ^ Roman Imperial Coinage, Galère, VI, 39; Jelocnik 84b; RSC 208.
  179. ^ à b Odahl 2004, p. 59.
  180. ^ à b Supit-16-R, 50.
  181. ^ Grant, p. 287.
  182. ^ à b AE 1995, 1345; AE 1936, 10. Le titre, qui aura aucun statut officiel, ne figurent plus dans les documents officiels de retour à 301.
  183. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 17; Williams, 76-77.
  184. ^ Williams, 76.
  185. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 17; Odahl 2004, p. 59; Sud, 149-50.
  186. ^ Aurelio Vittore, de Caesaribus, XXXIX, 43.
  187. ^ Grant, p. 274 et 287.
  188. ^ Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, 9.25.
  189. ^ Ammiano Marcellino, Res Gestae, 27.5.5.
  190. ^ AE 1890, 66
  191. ^ Carrie Rousselle, L'Empire Romain, 163-164
  192. ^ Carrié Rousselle, L'Empire Romain, 164
  193. ^ Williams, 77.
  194. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 17-18.
  195. ^ Carrié Rousselle, L'Empire Romain, 163
  196. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 17.
  197. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 17. Voir aussi le sud, 160, 338.
  198. ^ DiMaio, "Domitius".
  199. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 17; DiMaio, "Domitius".
  200. ^ Procopio di Cesarea, Guerres: persan, le vandalisme et gothique, I, 19; Robert B. Jackson, Au bord de l'Empire. Explorer la frontière égyptienne de Rome, p. 152; Mazzarino, p. 588.
  201. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 17-18; Southern, 150.
  202. ^ à b Southern, 150.
  203. ^ Harries, 173.
  204. ^ Potter, 292; Williams, 69.
  205. ^ Williams, 69-70.
  206. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, 14; Sud, 151.
  207. ^ Ammiano Marcellino 23.05.11; Barnes, Constantine et Eusebius, 17; Bowman 2005, p. 81; Potter, 292; Sud, 149.
  208. ^ Millar, 177-78.
  209. ^ Eutropio 9,24 à 25; Barnes, Constantine et Eusebius, 17; Bowman 2005, p. 81; Millar, 177-78.
  210. ^ Potter, 652.
  211. ^ Eutropio 9,24 à 25; Theofane, année 5793; Barnes, Constantine et Eusebius, 17; Bowman 2005, p. 81; Potter, 292-93.
  212. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, 14.
  213. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 18; Bowman 2005, p. 81; Millar, 178.
  214. ^ Millar, 178; Potter, Empire romain à Bay, 293.
  215. ^ Bowman 2005, p. 81.
  216. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 9.6.
  217. ^ du sud, Severus Constantine, 151, 335-36.
  218. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 18; Potter, 293.
  219. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 18; Millar, 178.
  220. ^ à b c Barnes, Constantine et Eusebius, 18.
  221. ^ à b c Potter, 293.
  222. ^ Millar, 178-79; Potter, Empire romain à Bay, 293.
  223. ^ à b Millar, 178.
  224. ^ Sud, 151.
  225. ^ Lactance, De Persecutorum de 10,1 à 5; Barnes, "Sossianos Hiéroclès", 245; Barnes, Constantine et Eusebius, 18-19; Burgess, "date de la persécution", 157-58; Helgeland, « Les chrétiens et l'armée romaine, » 159; Liebeschuetz, 246-8; Odahl 2004, p. 65.
  226. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 20; Corcoran, "Avant Constantin", 51; Odahl 2004, pp. 54-56 et 62.
  227. ^ Lactance, De Persecutorum de 10,6, 31,1; Eusebius, Histoire ecclésiastique 8, a1, 3; Constantine, Oratio ad Sanctum coetum 22; Barnes, Constantine et Eusebius, 19, 294.
  228. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 19.
  229. ^ Barnes, nouvel Empire, 49; Carrié Roussele, L'Empire Romain, 163-164
  230. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 660; Barnes, Constantine et Eusebius, 20.
  231. ^ Lactance, De Persecutorum de 33,1; Barnes, Constantine et Eusebius, 20; Williams, 83-84.
  232. ^ Williams, 78-79, 83-84.
  233. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 20.
  234. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 20-21.
  235. ^ Gibbon, op. cit., pp. 265-266.
  236. ^ Lactance, De Persecutorum de 10,6 à 11; Barnes, Constantine et Eusebius, 21; Odahl 2004, p. 67.
  237. ^ Eusebius, Vita Constantini 2,50.
  238. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 21; Odahl 2004, p. 67; Potter, 338.
  239. ^ Selon le témoin Lattanzio (rapporté dans L. Pietri, cit., P 174 et Gibbon, cit., P. 266-267) déjà la veille de la fête de Terminalia, Nicomédie l'église, situé en face du Palais de Dioclétien, a été rasé. Les portes, brûlé écritures ont été ouvertes, détruit le sanctuaire (Barnes, Constantine et Eusebius, 22; Odahl 2004, pp. 67-69; Potter, 337; Sud, 168).
  240. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 22; Williams, 176.
  241. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 22; Liebeschuetz, 249-50.
  242. ^ Frannzen août, Bref historique de l'Eglise, 1987 Publication Queriniana
  243. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 24; Sud, 168.
  244. ^ Gibbon, op. cit., pp. 268-269.
  245. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 24.
  246. ^ Gibbon, op.cit., P. 269-271.
  247. ^ à b c et Chester G. Starr, Histoire du monde antique, Progress Publishers, 1977; Barnes, Constantine et Eusebius, pp. 23-24.
  248. ^ Treadgold, 25.
  249. ^ Le nombre total de victimes est estimé extrêmement difficile: C. Lepelley (Les chrétiens et l'Empire romain en AA.VV., Histoire du christianisme - Vol. 1 édité par L. Pietri Le nouveau peuple: de ses origines à 250, 2003 Borla / Nouvelle Ville, Rome, p. 248) fait valoir que jusqu'avant la persécution de Dèce les martyrs seraient « plusieurs milliers ». Les chiffres n'avaient pas varier beaucoup plus tard: selon W.H.C. Frend (Martyre et la persécution dans l'Église primitive, 1965 Basil Blackwell, Oxford, p. 413) étaient probablement des centaines sous Dèce; pour la « grande persécution », A. Marcone (La politique religieuse en AA.VV. Histoire de Rome - vol. 3 Antiquité tardive, Volume I La crise et les transformations, 1993 Einaudi, Torino, p. 239) estime le chiffre de 91 victimes fournies assez fiables par Eusebius pour la seule province de Syrie Palestine. Solidoro Maruotti montre une estimation globale de 18 mille martyrs ou moins (en Laura Solidoro Maruotti, La base juridique de la persécution des chrétiens, Discours prononcé au siège du napolitain AST 17 Février 2009).
  250. ^ Marcone, cit., P 235; p. 236 montre comment à la fin de la persécution lapsi les zones régies par Constantius ont été réprimandés seulement après avoir vendu les livres sacrés, le signe d'une conduite plus douce. Sud, p. 168.
  251. ^ L. Pietri, cit., P 172 ss. - Frend 2006 cit. p. 519-520.
  252. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 39.
  253. ^ Tilley, xi.
  254. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 48-49, 208-213.
  255. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 208-213.
  256. ^ Lactance, Divinae Institutiones 7,16 à 17; cfr. Daniel 7: 23-25; Digeser, 149-50.
  257. ^ Š. Kulišić, P. Ž. Petrović et N. Pantelić, Српски митолошки речник, Belgrade, Nolit, 1970, pp. 111-12.
  258. ^ Potter, 294-95.
  259. ^ Potter, 298.
  260. ^ à b Potter, 296-98.
  261. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 617, traduit dans Potter, p. 296.
  262. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 641, traduit dans Potter, p. 296.
  263. ^ Inscriptiones Latinae Selectae 618, traduit en Potter, p. 296. Voir aussi Millar, p. 182, le tetrarchico de triomphalisme dans le Proche-Orient.
  264. ^ Corcoran, avant Constantin, pp. 44-45.
  265. ^ Corcoran, avant Constantin, p. 43; Potter, p. 290.
  266. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), pp. 171-72; Corcoran, avant Constantin, p. 43; Liebeschuetz, pp. 235-52, 240-43.
  267. ^ Potter, p. 290.
  268. ^ Sud, p. 163.
  269. ^ Sud, pp. 153-54, 163.
  270. ^ T.Cornell J.Matthews, Atlas du monde romain, Novara 1984, pp.172-173.
  271. ^ Carrié Rousselle, L'Empire Romain, p. 678.
  272. ^ Comme transcrit laterculus veronensis ou Liste de Vérone, traduit par Barnes nouvel Empire, 12-13 (avec des corrections T.D. Barnes, Empereurs, panégyriques, Préfets, les provinces et les palais (284-317), en Journal de l'archéologie romaine 9 (1996), pp. 539-42). Voir aussi: Barnes, Constantine et Eusebius, 9; Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin, en CAH, p. 179; Rees, Dioclétien et la tétrarchie, pp. 24-27.
  273. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, p. 9; Rees, Dioclétien et la tétrarchie, pp. 25-26.
  274. ^ à b c Barnes, Constantine et Eusebius, 10.
  275. ^ Carrié Rousselle, L'Empire Romain, pp. 655-666
  276. ^ Lattanzio, De mortibus persecutorum, VII, 1.2.
  277. ^ Sud, pp. 162-63.
  278. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), pp. 171-72; Sud, pp. 162-63; Williams, p. 110.
  279. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), p. 172, il cite la Codex Iustinianus 9:47:12.
  280. ^ Sud, pp. 162-63; Williams, p. 110.
  281. ^ Williams, p. 107/108.
  282. ^ Williams, p. 110.
  283. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 7.3, cité dans Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), 173.
  284. ^ Treadgold, Une histoire de l'État byzantin et société, 19.
  285. ^ Roger S. Bagnall, Egypte dans l'Antiquité tardive, Princeton, éd. Princeton University Press, 1993, p. 66, et A.H.M. Jones, Le plus tard Empire romain, 284-602: social, économique et administratif Enquête, Oxford, éd. Blackwell, 1964, p. 594, cité dans Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), p.173.
  286. ^ Potter, 296.
  287. ^ Harries, 53-54; Potter, 296.
  288. ^ Et bien qu'il y avait encore des gouverneurs - comme Arpagio, gouverneur 298 Britannia Secunda - qui encore pris soin des affaires militaires dans des circonstances particulières (Williams, p. 107).
  289. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, pp. 9-10; Treadgold, pp. 18-20.
  290. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, p. 25, cite Simon Corcoran, L'Empire des Tetrarchs: Imperial et gouvernement de notre ère Prises de position 284-324 (Oxford: Clarendon Press, 1996), pp. 234-53.
  291. ^ Salzman 2009, p. 31; Mennen 2011, p. 77.
  292. ^ Codex Iustinianus 2.13.1, traduit par Carrié Rousselle, Empire Romain, p. 678.
  293. ^ Carrié Roussele, L'Empire Romain, p. 678
  294. ^ Veyne 2005, p.64, note 208.
  295. ^ Serena Connolly, Vit derrière les lois: Le monde du Codex Hermogenianus, Bloomington, Indiana University Press, 2010, ISBN 978-0-253-35401-3, p. 61.
  296. ^ Karen Radner, Correspondance État dans le monde antique: De l'Egypte Nouvel Empire à l'Empire romain, Oxford University Press, 2014, ISBN 978-0-19-935477-1, p. 181.
  297. ^ Williams, p. 53-54 et 142-43.
  298. ^ Johnston, "Loi Epiclassical" (CAH), p. 201; Williams, Dioclétien, p. 143.
  299. ^ Potter, p. 296 et 652.
  300. ^ Harries, pp. 14-15; Potter, p. 295-96.
  301. ^ Potter, p. 295-296.
  302. ^ Harries, pp. 21, 29-30; Potter, p. 295-296.
  303. ^ Harries, pp. 21-22.
  304. ^ Harries, pp. 63-64.
  305. ^ George Mousourakis, Principes fondamentaux de droit privé romain, Berlin, Springer, 2012, p. 64, ISBN 978-3-642-29310-8.
  306. ^ Harries, p. 162.
  307. ^ Harries, p. 167.
  308. ^ Harries, p. 55.
  309. ^ Johnston, loi Epiclassical, (CAH), p. 207.
  310. ^ à b c G. Cascarino, L'armée romaine. Armament et organisation, Vol III. - A partir du troisième siècle jusqu'à la fin de l'Ouest, p. 33.
  311. ^ à b Yann Le Bohec, Armes et guerriers de la Rome antique. De Dioclétien à la chute, Rome, 2008, p. 33.
  312. ^ à b Yann Le Bohec, Armes et guerriers de la Rome antique. De Dioclétien à la chute, Rome, 2008, p. 41.
  313. ^ E.N. Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain, Milano 1981 pp.75-170.
  314. ^ à b G. Cascarino, L'armée romaine. Armament et organisation, Vol III. - A partir du troisième siècle jusqu'à la fin de l'Ouest, pp. 46-48.
  315. ^ Carrié Rousselle, L'Empire Romain, p. 166
  316. ^ Edward Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain, Baltimore, JHU Press, 1979, ISBN 0-8018-2158-4, p. 176.
  317. ^ Luttwak, p. 167; Campbell, l'armée (CAH), pp. 124-26; Sud, pp. 154-55. Voir aussi: Rees, Dioclétien et la tétrarchie, pp. 19-20; Williams, p. 91-101.
  318. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), p. 171; Rees, Dioclétien et la tétrarchie, 27.
  319. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, p. 27.
  320. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 7.2; Corcoran, avant Constantin, p. 46.
  321. ^ Zosime, Livre II, 34, en nouvelle Histoire.
  322. ^ Christol Nony, Rome et empire fils, p. 241.
  323. ^ Sud, p. 157; Treadgold, p. 19.
  324. ^ Treadgold, p. 19.
  325. ^ Giovanni Lido, de mensibus 1.27.
  326. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, p. 17.
  327. ^ Zosime, nouvelle histoire, II, 34; Panegyrici Latini, V, 18; Ammiano Marcellino, histoires, XXIII, 5.1-2.
  328. ^ Sud, p. 158; Treadgold, pp. 112-13.
  329. ^ à b Sud, p. 159; Treadgold, pp. 112-13.
  330. ^ à b Sud, p. 159.
  331. ^ à b c Treadgold, p. 20.
  332. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), 173. Voir aussi Rees, Dioclétien et la tétrarchie, 18.
  333. ^ à b Sud, p. 160; Treadgold, p. 20.
  334. ^ Potter, p. 333.
  335. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, pp. 9 et 288; Rees, Dioclétien et la tétrarchie, pp. 28-29; Sud, p. 159.
  336. ^ Carrié Rousselle, le « Empire Romain, pp. 187-188.
  337. ^ Williams, p. 125.
  338. ^ à b c Sud, p. 160.
  339. ^ à b Potter, p. 392.
  340. ^ Potter, p. 392-93.
  341. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin, (CAH), p. 176.
  342. ^ Potter, p. 334, 393; Sud, p. 160.
  343. ^ à b Potter, p. 334-35.
  344. ^ Potter, p. 393.
  345. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), pp. 176-77.
  346. ^ Potter, p. 336.
  347. ^ Sud, pp. 160 et 339.
  348. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin, (CAH), pp. 177-78; Potter, p. 335; Sud, p. 161.
  349. ^ Potter, p. 335.
  350. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, pp. 42 et 44.
  351. ^ Rees, Dioclétien et la tétrarchie, p. 44
  352. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin, (CAH), p. 178.
  353. ^ Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin, (CAH), p. 177.
  354. ^ Potter, p. 336; Sud, p. 161.
  355. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 7,6 à 7, cité dans Cascio, Le nouvel état de Dioclétien et Constantin (CAH), p. 178 et Southern, p. 161.
  356. ^ Potter, p. 336; Williams, p. 131-32.
  357. ^ Richard Lim, fin Antinquity, en Le compagnon d'Edimbourg à la Grèce antique et à Rome, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2010, p. 115.
  358. ^ Christol Nony, p. 241
  359. ^ Gibbon, Déclin et la chute, I, p. 153 et 712, note 92,
  360. ^ à b Potter, 341.
  361. ^ Eutrope, IX, 27,2; Lattanzio, De mortibus persecutorum, 17.
  362. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 24-25.
  363. ^ Panegyrici latine 7 (6) 15:16; Lactance, De Persecutorum de 20,4; Sud, 152, 336.
  364. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 25; Sud, 152.
  365. ^ Lactance, De Persecutorum de 18,1 à 7; Barnes, Constantine et Eusebius, 25; Sud, 152.
  366. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 19,1-2.
  367. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 19.3.
  368. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 25-27; Lenski, "Règne de Constantin," 60; Odahl 2004, pp. 69-72; Potter, 341-42.
  369. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 25-26.
  370. ^ Lactance, De Persecutorum de 19,2 à 6; Barnes, Constantine et Eusebius, 26; Potter, 342.
  371. ^ Lenski, "Règne de Constantin," 60-61; Odahl 2004, pp. 72-74; Sud, 152-53.
  372. ^ Barnes, Constantine et Eusebius, 27; Sud, 152.
  373. ^ Sud, 152.
  374. ^ à b Barnes, Constantine et Eusebius, 31-32; Lenski, 65; Odahl 2004, p. 90.
  375. ^ Lattanzio, De Persecutorum de 42.1.
  376. ^ Aurelio Vittore, Epitome de Caesaribus, 39,7
  377. ^ Roberto, Dioclétien, p. 255.
  378. ^ à b CIL XIV, 128 (P 613).
  379. ^ CIL XI, 1594; CIL XIII, 5249
  380. ^ CIL III, 22; CIL III, 13578
  381. ^ à b CIL III, 14148,11; CIL III, 13578; CIL III, 22.
  382. ^ à b AE 1959 290
  383. ^ à b AE 1973 526 a.
  384. ^ VI 299 RIC; DEPEYROT 2/3; Calicó 4524.

bibliographie

sources anciennes
  • Histoire ecclésiastique livre 8;
  • De Martyribus Palestine.
Sources de historiographiques modernes
en italien
  • André Chastagnol, Le tableau de bord du système: la Tétrarchie et Constantine, dans: Divers auteurs, Histoire de Rome, Einaudi, Torino, 1993, vol. III, Volume 1; Aussi réédité comme Einaudi Histoire des Grecs et des Romains, Ediz. "Il Sole 24 Ore", Milan, 2008 (v. Vol. 18 °)
  • Michel Grant, Les empereurs romains, l'histoire et les secrets, Rome, 1984 ISBN 88-541-0202-4.
  • Eberhard Horst, Constantin le Grand, Milano, 1987.
  • Marcel Le Glay, et Jean Louis Voisin Yann Le Bohec, Histoire romaine, Bologne, 2002.
  • Santo Mazzarino, L'Empire romain, vol.II, Roma-Bari, Ed. Laterza, 1973.
  • Roger Remondon, La crise de l'Empire romain, Marc-Aurèle à Anastase, Milano, 1975.
  • Umberto Roberto, Dioclétien, Rome, Salerne Editrice, 2014, ISBN 978-88-8402-905-8.
  • Vito Antonio Sirago, Dioclétien, en AA.VV. (Eds), De nouvelles questions d'histoire ancienne, Milano, Marzorati, 1969.
  • Stephen Williams, Dioclétien. Un réformateur autocrate, Genova, 1995 ISBN 88-7545-659-3.
en anglais et en français
  • Banchich, Thomas M. "Iulianus (Californie. 286-293 de notre ère)." Imperatoribus De Romanis (1997). Consulté le 8 Mars de 2008.
  • (FR) Timothy D. Barnes, Lactance et Constantine, Le Journal of Roman Studies, vol. 63, 1973 pp. 29-46.
  • (FR) Timothy D. Barnes, Constantine et Eusebius, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1981 ISBN 978-0-674-16531-1.
  • (FR) Timothy D. Barnes, Le Nouvel Empire de Dioclétien et Constantin, Harvard University Press, 1982 ISBN 0-7837-2221-4.
  • Timothy D. Barnes, Deux sénateurs sous Constantin, en Le Journal of Roman Studies, Vol.65, 1975, pp. 40-49.
  • (FR) Bruno Bleckmann Diocletianus, New Pauly Brill, IV, Leiden, Brill, 2002, p. 429-438, ISBN 90-04-12259-1.
  • (FR) Alan Bowman, Dioclétien et la Première Tétrarchie, en L'histoire ancienne Cambridge, XII: La crise de l'Empire (CAH), New York, Cambridge University Press, 2005 ISBN 0-521-30199-8.
  • Brown, Peter. La montée de la chrétienté occidentale. Oxford: Blackwell Publishing, 2003. ISBN 0-631-22138-7
  • Burgess, R. W. « La date de la persécution des chrétiens dans l'armée. » Journal of Theological Studies 47: 1 (1996): 157-158.
  • Carrié, Jean-Michel Rousselle, Aline. L'Empire Romain en mutation- Sévères à des Constantin, 192-337. Paris: Seuil, 1999. ISBN 2-02-025819-6
  • Christol, Michel . Nony, Daniel "empire fils Rome et de" .paris: Hachette, 2003.ISBN 2-01-145542-1
  • Corcoran, Simon, L'Empire des Tetrarchs, Imperial et gouvernement AD Prises de position 284-324, Oxford, Clarendon Press, 1996. ISBN 0-19-814984-0
  • Corcoran, Simon. « Avant Constantin. » en Le Compagnon de Cambridge à l'âge de Constantine, édité par Noel Lenski, 35-58. New York: Cambridge University Press, 2006. Hardcover ISBN 0-521-81838-9 ISBN 0-521-52157-2 Broché
  • Digeser, Elizabeth DePalma. Lactance et Rome: La fabrication d'un empire chrétien. Ithaca: Cornell University Press, 1999. ISBN 978-0-8014-3594-2
  • Di Maio, Jr., Michael. "L. Domitius Domitianus et Aurèle Achillée (Californie. 296 / 297-Californie. 297/298)." Imperatoribus De Romanis (1996c). Consulté le 8 Mars de 2008.
  • Elliott, T. G. Le christianisme de Constantin le Grand. Scranton, Pennsylvanie: University of Scranton Press, 1996. ISBN 0-940866-59-5
  • Jas Elsner, Rome impériale et Triumph Christian. Oxford New York: Oxford University Press, 1998. ISBN 0-19-284201-3
  • Gibbon, Edward. Le déclin et la chute de l'Empire romain. Chicago, Londres Toronto: Encyclopædia Britannica, Inc., 1952 (Great Books du monde occidental coll.). En deux volumes.
  • Ensslin, Wilhelm. « Maximien », en Pauly-Wissowa Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, XIV, 2, 1930, coll. 2486-2515
  • Harries, Jill. Droit et Empire dans l'Antiquité tardive. Cambridge: Cambridge University Press, 1999. Hardcover ISBN 0-521-41087-8 ISBN 0-521-42273-6 Broché
  • Helgeland, John. « Les chrétiens et l'armée romaine. » 173-337 après Jésus-Christ Histoire de l'église 43: 2 (1974): 149-163, 200.
  • (FR) Arnold Hugh Martin Jones, Bas-Empire: 284-602. Social, économique et administratif Enquête, Baltimore, 1986 ISBN 0-8018-3285-3.
  • Arnold Hugh Martin Jones, John Robert Martindale, John Morris, Prosopographie du Bas-Empire, Cambridge, Harvard University Press, 1971
  • Leadbetter, William. "Carus (282-283 A.D.)." Imperatoribus De Romanis (2001a).
  • Leadbetter, William. "Numerianus (283-284 A.D.)." Imperatoribus De Romanis (2001b).
  • Leadbetter, William. "Carinus (283-285 A.D.)." Imperatoribus De Romanis (2001c).
  • Lewis, Nephthali, et Meyer Reinhold. Civilisation romaine: Volume 2, L'Empire romain. New York: Columbia University Press, 1990. ISBN 0-231-07133-7
  • Liebeschuetz, J. G. W. H. Continuité et changement dans la religion romaine. Oxford: Oxford University Press, 1979. ISBN 0-19-814822-4.
  • Mathisen, Ralph W. "Dioclétien (284-305 A.D.)." Imperatoribus De Romanis (1997).
  • Mackay, Christopher S. "Lactance et la succession de Dioclétien." philologie classique 94: 2 (1999): 198-209.
  • Ramsay MacMullen, Réponse du gouvernement romain à la crise, A. D. 235-337, New Haven, Yale, 1976
  • Mathisen, Ralph W. "Dioclétien (284-305 A.D.)." Imperatoribus De Romanis (1997). Consulté le 16 Février de 2008.
  • (FR) Inge Mennen, Le pouvoir et le statut dans l'Empire romain, AD 193-284, Leiden, Brill, 2011 ISBN 978-90-04-20359-4.
  • Fergus Millar, Le Romain Proche-Orient, 31 B.C.-A.D. 337, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1993 ISBN 0-674-77885-5.
  • Charles Matson Odahl, Constantin et l'Empire chrétien, New York, Routledge, 2004 ISBN 0-415-17485-6.
  • Potter, David S. L'Empire romain à la baie: AD 180-395. New York: Routledge, 2005. Hardcover ISBN 0-415-10057-7 ISBN 0-415-10058-5 Broché
  • Rees, Roger. Couches de fidélité en latin panégyrique: AD 289-307. New York: Oxford University Press, 2002. ISBN 0-19-924918-0
  • Rees, Roger. Dioclétien et la tétrarchie. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2004. ISBN 0-7486-1661-6
  • Rostovtzeff, Michael. L'histoire sociale et économique de l'Empire romain. Oxford: Oxford University Press, 1966. ISBN 978-0-19-814231-7
  • (FR) Michele Renee Salzman, La fabrication d'un Aristocracy Christian: Changement social et religieux dans l'Empire romain d'Occident, Harvard University Press, 2009, ISBN 0-674-00641-0.
  • (FR) Chris Scarre, Chronique des empereurs romains, New York, 1999 ISBN 0-500-05077-5.
  • William Seston, Et la tétrarchies Dioclétien, Paris, Bibliothèque des Ecoles Françaises d'Athènes et de Rome, 1946
  • Pat Southern, L'Empire romain de Sévère à Constantine, Routledge, 2001 ISBN 0-415-23944-3.
  • Tilley, Maureen A. Donatiste Martyr Histoires: L'Eglise dans les conflits en Afrique du Nord romaine. Liverpool: Liverpool University Press, 1996.
  • Paul Veyne, L'Empire gréco-Romain, Paris, 2005 ISBN 2-02-057798-4.
  • Treadgold, Warren. Une histoire de l'État byzantin et société. Stanford: Stanford University Press, 1997. ISBN 0-8047-2630-2
  • Stephen Williams, Dioclétien et la reprise romaine, Routledge, 1997 ISBN 0-415-91827-8.
Pour en savoir plus
  • M.T.W. Arnheim, L'aristocratie sénatoriale dans l'empire romain plus tard, Oxford, Clarendon Press, 1972 ISBN 0-19-814299-4.
  • George C. Brauer, L'âge des empereurs soldat: Rome impériale, après Jésus-Christ 244-284, Park Ridge, NJ, Noyes Press, 1975 ISBN 0-8155-5036-7.
  • Averil Cameron, le Bas-Empire romain: AD 284-430, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1993 ISBN 0-674-51193-X.
  • C.H.V. Sutherland, L'État du Trésor impérial à la mort de Dioclétien, en Journal of Roman Studies, vol. 25, 1935, pp. 150-162.
  • C.H.V. Sutherland, La réforme de Dioclétien du monnayage, en Journal of Roman Studies, vol. 45, 1955, pp. 116-118.
  • C.H.V. Sutherland, Le Denier et Sestertius dans la réforme monnayage de Dioclétien, en Journal of Roman Studies, vol. 51, 1961, pp. 94-97.
romans historiques
  • Giulio Castelli, L'empereur guerrier. Le roman de Dioclétien, persécuteur, Roma, newton Compton, 2014, ISBN 978-88-541-6731-5.
  • Simone Sarasso, Invictus: Constantin, l'empereur guerrier, Milan, Rizzoli Max, 2012, ISBN 978-88-586-2939-0.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Dioclétien

liens externes

prédécesseur empereur romain successeur Rome Projet logo clear.png
mignon 284 - 305 (avec Maximien) Galère (avec Constantius)
autorités de contrôle VIAF: (FR70259756 · LCCN: (FRn81127262 · ISNI: (FR0000 0001 1833 4613 · GND: (DE118679651 · BNF: (FRcb121834979 (Date) · ULAN: (FR500115704 · BAV: ADV12594310 · LCRE: cnp01066071

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez