s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Adriano (désambiguïsation).
Publio Elio Adriano Traiano
Bust Hadrien Musées Capitoline MC817 cropped.jpg
Buste d'Hadrien
empereur romain
au bureau 11 août 117 - 10 Juillet 138
prédécesseur Trajan
successeur Antonino Pio
Nom complet Publius Aelius Hadrianus
Caesar Traianus Hadrianus Auguste
autres titres pontifex maximus
pater patriae de 128
naissance Italica, 24 janvier 76
mort baie, 10 juillet 138
Lieu d'inhumation Mausolée d'Hadrien
dynastie antonini
père Publio Elio Adriano Afro
mère Paulina
époux Vibia Sabina[1]
enfants aucun.
adoptive:
Lucio Elio Cesare
Antonino Pio

Publio Elio Adriano Traiano, simplement connu sous le nom Adriano, en latin: Publius Aelius Traianus Hadrianus (Italica, 24 janvier 76 - baie, 10 juillet 138), Il a été un empereur romain, de dynastie adoptive des empereurs, qui a régné de 117 sa mort.

Il était l'un des « bons empereurs », selon l'historien Edward Gibbon. Il a maintenu les réalisations de Trajan, à part Mésopotamie qui il a confié à un vassal souverain. Son gouvernement a été caractérisée par tolérance, l'efficacité et la splendeur de lettres et philosophie.

biographie

Les origines de la famille

A la naissance de sources Adriano en désaccord: certains (comme Elio Sparziano) Selon la revendication qui est né en Rome, où son père exerçait des fonctions publiques importantes; d'autres (comme dione Cassio) Adriano est né en Italica, 7 km de Séville, Bétique. Sa famille est venue de la ville picena de hatria, le courant Atri, mais installé à Italica immédiatement après sa fondation par Scipion. Le père, Publio Elio Adriano Afro, Il était lié à Trajan. La mère, Paulina, Il était à l'origine de Cadix. Adriano avait une sœur aînée (Elia Domizia Paolina), Un neveu (Giulia Serviana Pauline) et une arrière petite-fille (Gneus Pedanius Fusco Salinator). Ses parents sont morts dans '85/86, Adriano quand il avait seulement neuf ans.

Adriano
L'empereur Trajan

jeunesse

Trajan, qui n'a pas eu d'enfants, est devenu de facto tuteur Jeune après la mort de ses parents. Sa femme de Trajan, Plotine, il a grandement contribué à honorum cursus, traitant comme leur propre enfant. Il semble également lui avoir été de le conduire à se marier Vibia Sabina, elle relative de Trajan. la mariage plus le futur empereur aux couloirs du pouvoir, grâce aux excellentes relations avec la mère-frère Matidia. Pour le reste du mariage a été un échec. Après l'empereur Nerva Trajan avait nommé son successeur, en présentant sénat en 97, La carrière de Adriano a été grandement facilitée.

charges obtenues

Les charges accumulées dans la honorum cursus le futur empereur étaient nombreux. Lorsque Nerva est mort en 98, Hadrien se précipita pour informer personnellement Trajan. Il a également Archon à Athènes pendant une courte période, et a été officiellement élu en tant que citoyen d'Athènes[2]. Sa carrière complète avant de devenir empereur se présente comme suit:

  • décemvir stlitibus iudicandis
  • sevir turmae equitum Romanorum
  • praefectus URBI feriarum Latinarum
  • tribunus militum avec Legio II Adiutrix piae Fidelis à 95, Pannonie inférieure
  • tribunus militum avec Legio V Macedonica en 96, en inférieurs Mesia
  • tribunus militum avec Legio XXII Primigenia en 97, en Allemagne supérieure; par la suite transférée à la Legio I Minervia.
  • directeur (En 101)
  • ab Actis Senatus
  • tribunus plebis (En 105)
  • praetor (En 106)
  • Legatus legionis de Legio I Minerviae piae Fidelis (106, en Allemagne moins)
  • légat Augusti pro praetore Pannoniae inferioris (107)
  • consul suffectus (108)
  • septemviro epulonum (Avant 112)
  • Sodales Augustales (Avant 112)
  • Archon à Athènes (Entre 112/13)
  • légat en Syrie (117)[3]

Montée sur le trône

Adriano
Plotine
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Adoption dans la Rome antique.

Contrairement à son prédécesseur, Hadrien n'a jamais été adopté officiellement, par la présentation au Sénat. Sur ce point, le 'Augusta historia Il énumère plusieurs théories, dont une a sous son accession au pouvoir par une nomination présumée de Trajan mourir, très probablement un canular organisé par Plotine, il orchestré adroitement l'opération, ainsi que le préfet du prétoire Attiano. La question, en fait, semble beaucoup plus complexe. Il semble peu probable que Adriano ait pris le rôle de successeur Trajan intercession en solo Plotine et certains de ses collaborateurs. Certaines pièces Cônes titre ATTESTÉ César pour Adriano déjà dans une période comprise entre la 114 et 117.

À la suite de ces données, l'adoption d'Adriano semble moins obscurci par des doutes et une intention délibérée de Trajan. Adriano, monté sur le trône, loin des lieux de pouvoir une grande partie du suivi et de l'administration de Trajan, dont il faisait partie, y compris les chefs militaires.[4] En tout cas, la ratification par l'armée, qui a salué le nouvel empereur, a fermé la question.

Principauté (117-138)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Monnayage de Nerva à Hadrien.

Le Sénat, a reçu un message du nouveau élu, dans lequel il a indiqué qu'il ne pouvait pas échapper à l'armée, aligné à son tour. Les deux militaires et les sénateurs ont attiré de grands avantages de leur consentement: le premier a reçu le don traditionnel plus visible que par le passé et aussi les membres du Sénat avait ses avantages. La soudaineté de la montée en puissance, accompagnée par l'élimination des principaux dissidents potentiels physiques ou concurrents, a conduit à un règlement rapide, suivi d'un renforcement continu qui a duré tout au long des deux décennies où Adriano est resté au pouvoir. L'opposition à néo princeps Elle était composée de généraux qui, comme le même Hadrien, Trajan avait suivi dans les batailles les plus importantes pour l'expansion territoriale, dont Mirna, dont la mort a provoqué des émeutes de la rébellion en Maurétanie. Adriano a été l'un des empereurs sont morts de causes naturelles et non assassinèrent dans une conspiration. Même la désignation de son successeur et il a pris ses fonctions après la mort d'Hadrien, ne sont pas entravés.

politique intérieure

Adriano
Portrait d'Hadrien la Musée des Bains à Rome, un des plus cool des répliques du portrait officiel de l'empereur après l'accession au trône de 117
tolérance
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Rescrit d'Hadrien à Minucius Gaius Fundanus.

Une des pierres angulaires de la politique d'Hadrien était l'idée d'étendre, lorsque cela est possible, les niveaux de tolérance. Il est devenu un promoteur d'une réforme législative pour faciliter la position de esclaves, qui étaient dans des situations inhumaines se produire lorsqu'un crime contre la Dominus. Même contre les chrétiens a montré une plus grande tolérance de ses prédécesseurs. Il reste témoin, autour de l'année 122, dans un rescrit adressée à Gaius Minucius Fundanus, proconsul de province d'Asie. Dans ce l'empereur, qui avait été demandé comment se comporter envers les chrétiens et les accusations qui leur sont adressées, a répondu à procéder contre eux que pour des nouvelles détaillées de nouvelles poursuites judiciaires et non sur la base d'accusations générales.

Réforme Édit prétorienne

Une autre réforme introduite par Hadrien était celle de 'L'édit de préteur. Cet instrument juridique a consisté en une exposition de principes généraux, énonça que le juge au moment du règlement. Avec le passage du temps, ces principes forment un noyau de normes consolidées (edictum Vetus ou tralaticium), À laquelle tout magistrat a ajouté les affaires qui vise à protéger. Techniquement, le but de décret était d'accorder une protection judiciaire des relations pas non plus prescrits ius civile. Avec la réforme d'Hadrien, l'empereur confié à juriste romain Salvio Giuliano dans les années 130 un 134, l'édit fut codifié, il a été approuvé par un sénatus et il est devenu permanent (edictum perpetuum).

Toujours dans le domaine juridique, Adriano a mis fin au système mis au point par Augusto qu'en accordant à certains juristes ius respondendi ex auctoritate principis, Il avait laissé le droit espandesse progressivement par le travail créatif de certains experts choisis par l'empereur lui-même. Adriano a remplacé au groupe de blocs d'un des avocats de schéma Consilium principis, qu'il a contribué à l'institutionnalisation progressive de cette figure, la suppression de la gauche sur l'indépendance.

réforme de l'administration publique

En dépit d'avoir personnellement suivi plus d'une campagne militaire (Dacian que le plus difficile dans le sillage de Trajan), Adriano a prouvé, ainsi que d'experts dans les affaires militaires, ce qui était attendu, même un grand réformateur de l'administration publique. Son discours sur les structures administratives de l'empire était profonde et radicale, montrant qu'il faisait partie d'un plan global que l'empereur appliquait, main à la main, la structure de l'armée, la défense des frontières, la politique étrangère, la politique économique. Adriano avait sa propre vision de l'empire et a essayé de normaliser les différentes parties à son plan.

au lieu de freedmen Césarienne a donné l'espace et de l'importance aux nouveaux fonctionnaires de la classe des chevaliers. Ils étaient responsables des différentes branches administratives divisées par sujets: les finances, la justice, les actifs, le grand livre, et ainsi de suite. Les carrières ont été déterminées, ainsi que les salaires et l'administration publique est devenue plus stable et moins sujette aux changements liés à la succession des empereurs. administrateur prudent, Adriano a également pensé à protéger les intérêts possibles de l'Etat avec la mise en place de 'advocatus fisci, à savoir une sorte de Statut juridique qui a été pris en charge de défendre en justice les intérêts des finances publiques (fiscus). Il faut considérer que dans les derniers temps-impériale bipartition originale entre aerarium (Finances publiques zone sénatoriale) fiscus (Finances publiques de la compétence princeps) Il avait été en train de disparaître pour l'unification réussie des deux zones entre les mains de l'empereur.

Les voyages et la visite de tout l'Empire
Adriano
Porte d'Hadrien, à Antalya, Turquie Sud, construit pour célébrer la visite de l'empereur a eu lieu en 130.

Dès que son pouvoir était suffisamment consolidée, Adriano a commencé une série de voyages à travers l'Empire (Gaule, Allemagne, Britannia, Espagne, Mauritanie), pour voir lui-même les exigences et prendre des mesures pour rendre le système de défense efficace. en 123 Il a commencé la longue inspection de voyage des provinces de l'Est qui l'a occupé pendant deux ans. en 128 Il a inspecté la province de l'Afrique. L'année suivante, il est venu à nouveau à l'Est. Sa philosophie est évidente par ses actes: le retrait des territoires indéfendables, le contrôle des frontières en fonction des défenses permanentes, la politique des accords avec Etats tampons qui a servi interposant entre l'Empire et le territoire des peuples voisins.

Dans ces longs trajets, où pratiquement couvert tout l'empire, il ne portait pas seulement sur les questions de défense des frontières, mais aussi aux besoins administratifs, bâtiments de bâtiments publics et, plus généralement, pour essayer d'améliorer le niveau de vie les provinces. Contrairement à d'autres empereurs, qui gouverna l'empire sans bouger presque jamais de Rome, Hadrien a choisi une méthode de connaissance directe, ce qui pourrait être mis en œuvre grâce à la consolidation de la situation intérieure: se éloigner du siège du pouvoir pendant des périodes si longues présupposé une certitude absolue étanchéité du système. Un autre élément est la curiosité de son caractère et sa propension pour Voyage, qui l'a accompagné tout au long de la vie.

Adriano
Statue de l'empereur Hadrien en costume grec, tout en offrant un sacrifice Apollon, marbre, 117-125, du temple d'Apollon à Cyrène, actuellement Londres, British Museum.

politique extérieure

Adrien et les campagnes militaires
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Mur d'Hadrien et Armée romaine.

Le règne d'Hadrien se caractérise par une pause générale dans les opérations militaires. Il abandonna les conquêtes de Trajan en Mésopotamie, compte tenu de leur indéfendable, en raison de l'immense effort logistique nécessaire pour atteindre l'approvisionnement sous ces latitudes et l'extension beaucoup plus grande de la frontière qui aurait été nécessaire pour défendre[5]. La politique d'Hadrien avait pour but de tracer des limites contrôlables à un coût abordable. Les frontières les plus turbulents ont été renforcés par des travaux de fortification permanents, dont le plus célèbre est le puissant Mur d'Hadrien en grande-Bretagne. Ici, Adriano, après avoir terminé la conquête du nord de l'île, construit un fort longtemps pour endiguer les peuples Calédonie. Même la frontière Danube Il a été renforcé par différents types de structures.

Le problème des structures de défense a été étroitement liée avec le territoire et le type de défense que vous vouliez établir. En fait, particulièrement lourd et des structures de longue durée, ainsi que nécessitant des temps de production et des coûts très lourds, mal adaptés aux changements dans les lignes défensives stratégiques. Si un territoire est particulièrement vulnérable aux attaques sur une période donnée, une structure légère, comprenant des fossés, des remparts et des palissades, pourrait fournir une bonne étanchéité, donnant les troupes à l'époque des fortifications d'intervenir. Contrairement à ce fut le cas avec ses incursions profondes ou véritables et invasions, ce qui nécessitait des structures beaucoup plus résistantes, qui, cependant, une fois construit, est devenu définitif et n'a pas suivi l'évolution politique et stratégique des terres. De nombreuses régions adoptées par des situations d'emploi état réel des protectorats, les soi-disant « états clients » qui ont changé de manière significative les besoins défensifs.

Lorsque la politique de protectorat a été consolidée, ils ont été maintenus sur place des ressources strictement nécessaires, les ressources libérées par le déplacement dans les régions plus chaudes. Ce système, connu sous le nom vexillationes, dire des détachements pris d'une légion et contrôlés ailleurs, ces excellents résultats conférant l'élasticité de manœuvre considérable. Le système des détachements a également permis de ne pas perturber l'équilibre régional laborieusement atteint, pourquoi ne pas déplacé une légion, mais chacun des ministères. Ce qui, avec la consolidation d'une défense de plus en plus sédentaire et les obligations qui en découlent qui établissaient entre les légionnaires et les résidents locaux, a permis de maintenir le contrôle du territoire et ont encore une masse de manœuvre à utiliser dans les opérations militaires si elle était nécessaire.

Adriano
Vibia Sabina

Pour maintenir le moral des troupes et ne pas les laisser se paresseux, Adriano réglé tours d'entraînement intense, inspecter personnellement les troupes au cours de ses voyages se poursuivent. Parce qu'il n'a pas été incliné, depuis l'époque des campagnes Daces, pour se démarquer des objets de luxe spéciaux, des chevaux et rode partagé à travers la rude vie des légionnaires. Cette activité reste dans la mémoire soi-disant Inscriptions de Lambesi[6], qu'il a été érigé après un séjour à l'empereur castrum homonyme, le siège de la Legio III Augusta stationnée à Numidia. Le document décrit un ensemble d'exercices très complexes que la légion a joué avec succès dans l'année 128, démontrant la nouvelle doctrine défensive d'Hadrien, qui vise à atteindre une efficacité maximale même militaire en quadrants, comme numide, tout à fait pacifique.

D'un point de vue de la structure organisationnelle pas apporté de grandes innovations dans l'armée, à l'exception de créer (selon certains, renforcer) les organes existants, sur la base du levier local, dénommé numéros, afin d'apporter une contribution aux troupes auxiliaires, le soi-disant Auxilia. Les raisons étaient différentes, d'abord des techniciens: il a été mis en ligne des troupes très spécialisées, comme des cruches, ou destinés à des sols particuliers, ou équipé d'une manière non conventionnelle (comme certains corps de cavalerie lourde). De plus, les numéros pas bénéficié comme Auxilia le droit de voir leurs enfants régulièrement inscrits dans les légions et ont contribué à maintenir la main-d'œuvre en nombre constant.

Les chiffres étaient beaucoup plus proches des groupes ethniques Auxilia installés dans les territoires qui sont destinés à contrôler et ont gardé leur organisation et leur armement. Tous à des prix nettement inférieurs à ceux qui préconisaient pour légionnaires réguliers, qui, en plus d'un salaire de respect, ont bénéficié de dons occasionnels et validés à la fin du service, consistant souvent du droit à la propriété des terres.

Le soulèvement en Judée (132-135)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Troisième Guerre juive.
Adriano
la province de Judée.

Le problème de la Judée se manifeste dans toute sa gravité par les premiers temps de soulèvement, en 66, lorsque les troupes Cestius Gallus, gouverneur de Syrie, ont été écrasés avec des pertes très considérables (un peu moins de six mille hommes, selon Giuseppe Flavio) Et la perte des signes par la Legio XII Fulminata. Tous les mains des troupes qui ne pouvaient pas définir techniquement la hauteur des romanos. Cela montre la forte motivation des combattants et des juifs, en particulier les Zélotes. La révolte a duré jusqu'à la destruction de Jérusalem la 70, par le général Tito, fils de Vespasien, et la chute de la forteresse de Masada eu lieu dans 73, qui a pris fin avec la mort par suicide de tous les résistants et les membres de leur famille.

en 115, dessous Trajan le soulèvement évasée Cyrène, en Egypte et Chypre Les Juifs se sont joints aux effets dévastateurs. Le problème était d'ordre structurel, puisque les habitants de la romanisation loin refusé la Judée, tant pour des raisons nationalistes, en particulier pour des raisons religieuses. En fait, professant une religion monothéiste qui, en tant que telle, n'a pas fourni d'autres l'encadrement des divinités comme cela avait eu lieu dans toutes les provinces, l'intégration est devenue tout à fait impossible. Quand Adriano se trouva avoir à faire face à la reconstruction de Jérusalem Il a revisité les formes architecturales et urbaines appliquées dans tout l'empire, alors que la population juive exigeait une reconstruction sous la forme antérieure à la destruction de 70.

Suite à la visite des ruines de la ville 130 a commencé les travaux de reconstruction permettant d'abord la reconstruction d'un Temple troisième, mais selon le témoignage de Midrash[7] quand il a été dit par Samaritains que cela déclencherait continu sédition, Il avait l'air de changer d'avis. Comme un peu plus loin, le choix d'ériger, à la place de l'hébreu (comme ce fut le cas dans le reste de l'empire) un temple au dieu romain Jupiter sur le site de Mont du temple[8], et d'autres bâtiments dédiés à différents dieux romains dans l'ensemble de Jérusalem, y compris un grand temple à la déesse Vénus[9].

Il fit aussi renomme la ville qui est devenue Aelia Capitolina en l'honneur de lui-même et Jupiter, la principale divinité romaine. selon Epifanio (De ponderibus et mensuris, cap. XIII-XVI;. ed. Migne, II. 259-264), Adriano nommé Aquila de Sinope - gendre de l'empereur - comme « superviseur de la construction de la ville »[10]. On dit aussi qu'il a travaillé à mettre un trou, qui aurait dû être le centre de rencontre sociale primaire de la nouvelle ville, à l'intersection des rues principales de fondation et decumano, maintenant partie du carré formé par la Muristan. bientôt Juifs, qui avait espéré quoi que ce soit, ils ont été très déçus de constater ce qui se passait à leur terre sacrée, ils ont commencé de plus en plus un travail d'opposition.

Adriano visite Judée
La visite d'Hadrien à Judea.jpg
HADRIANVS AVG COS III P P - gradué buste d'Hadrien, face à droite ADVENTVI AVG IVDAEAE, S C en exergue. A droite droite Adriano à gauche, la droite Judée, dont les côtés sont trois garçons.
Æ Sesterzio, ca. 117-130 apr. J.-C.

Donc, une cause de la révolte était le nationalisme des habitants de la Judée. Une autre cause, selon une tradition basée sur Augusta historia, suggère que les tensions sont progressivement développées jusqu'à aboutir à un affrontement ouvert lorsque Adriano voulait abolir la circoncision rituel religion juive (la Brit Milah)[11] il, à partir hellénistique tard il était, serait interprété comme une simple mutilation physique[12]. Cependant, sur ce point particulier de l'examen moderne a souligné que de nombreux peuples sous domination romaine, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, pratiqué sans restrictions et apparaît donc une interdiction spécifique singulière; un savant, Peter Schäfer, insiste sur le fait qu'il n'y a jamais eu de preuves pour suggérer une hypothèse similaire prohibitionniste[13][14][15].

en 132 enflamma Bar Kokhba révolte, avec les rebelles commandés par Simon Bar Kochba (Simon, fils de l'étoile). Les pertes des Romains étaient si lourds que le rapport d'Hadrien au Sénat a omis la formule habituelle: « Moi et mon armée sont bien. » Nous avons besoin d'un bon 12 légions pour réprimer le soulèvement, ou à peu près 5/6 de toute la puissance militaire de l'Empire: ce fut le seul moment où le Sénat renonce au retour de triomphe empereur après une victoire militaire.[16]. Malgré leurs pertes, la 135 Adriano réussira à détruire la ville fortifiée de Betar et étouffer la rébellion dévastatrice Judée (580000 Hébreux Ils ont été tués, 1,5 million de personnes déplacées dans le marché des esclaves dans Hadrians Gaza, 50 villes et 985 villages ont été détruits fortifiés), Adriano a tenté d'éradiquer 'judaïsme compte tenu de la cause de soulèvements continus. Il a interdit de suivre La loi juive, tenir à calendrier juif et il met aux chercheurs de la mort torah (la martyre). La « Scrolls sacrée » des écritures ont été formellement et solennellement brûlé sur Mont du temple. Pour tenter d'effacer le souvenir de la Judée, il rebaptisa la province Syrie-Palestine (Du nom de leurs anciens ennemis, la Philistins, Hébreu « Philistin » פְּלִשְׁתִּים qui signifie « envahisseurs ») et la Juifs à partir de ce moment, il était interdit de pénétrer la capitale à reconsacrée paganisme.

Plus tard, il leur a permis de faire le deuil de leur humiliation une fois par an sur Ticha Be Av. Il était évident que l'empire ne pouvait pas se permettre de garder en vie un foyer potentiel de rébellion dans un domaine aussi sensible, en particulier compte tenu de la présence de communautés juives dans de nombreux pays en dehors de la Judée résultant de diaspora Il a eu lieu après les événements de 70. Lorsque les sources juives parlent d'Adriano est toujours avec l 'épitaphe « Peut être brisé ses os » (שחיק עצמות ou שחיק טמיא,[17] Araméen équivalent), une expression jamais utilisé même contre Vespasien ou fils Tito ils l'avaient fait pour détruire la deuxième Temple.

Adriano
statue porphyre dépeignant Adriano trouve à maritime Césarée.
Dans la littérature rabbinique

la la littérature rabbinique Il est généralement très critique de sa politique étrangère, en particulier en ce qui concerne l'intolérance religieuse qui se sont révélées aux Juifs; ses politiques ont été, en fait, vu et compris par rabbins comme une atteinte à leur liberté religieuse, qui est, de continuer à étudier la torah et de suivre les enseignements de La loi juive. La plupart des histoires racontées par les « Sages d'Israël » reflètent une approche à deux faces de son travail: dans une histoire est racontée de la façon dont réprime un Juif qui n'a pas réussi à le saluer dans le temps. A la question qui lui est posée sur ce qui était la logique de sa sévérité à frapper les hommes, Adriano a répondu: « Vous auriez peut me donner des conseils sur la façon de tuer mes ennemis? »[18].

Dans une autre histoire, cependant, Adriano de son char et se prosterna devant une jeune fille juive souffrant de lèpre. Interrogé par ses soldats pourquoi il avait fait, l'empereur a répondu avec un verset de la double Livre d'Isaïe - démontrant ainsi le connaître très bien - à la gloire de la nation d'Israël: « Ainsi parle Dieu le rédempteur d'Israël pour l'âme de la nation opprimée devant la repoussante, et des rois sortiront vers le bas »[19].

la Malbim, dans son commentaire Livre de Daniel[7] Adriano dit alors qu'il a érigé une statue de lui-même sur le site de la HaMikdash Bet (l'endroit où se trouvait autrefois le saint Temple de Jérusalem) Un jour pour célébrer l'anniversaire de la destruction du Temple par Titus[20]. Selon les documents historiques juifs de cette époque, le célèbre rabbin et érudit ainsi qu'un contemporain de Adriano, Rabbi Yehoshua fils d'Ananias, opposé à toute intervention militaire juive contre l'armée romaine d'occupation, malgré les décrets sévères promulgués à Rome contre la population, comme beaucoup d'autres.

Adriano
triomphe colossal Hadrien statue avec un globe dans une main et le sceptre, tout conservé 'Ermitage.

Les activités culturelles et de la protection des arts

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Histoire de la littérature latine (117-192) et Âge Trajan et Hadrien.
(LA)

« Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quae nunc abibis dans loca
Pallidula nudula rigide
Nec semelles ut Dabis de [...] »

(IT)

« Âme peu perdu et doux,
partenaire et invité du corps,
Maintenant t'appresti tomber dans des endroits
incolore, ardu et nu,
où vous n'aurez pas le divertissement d'habitude. [...] »

(poème composé par Adriano, peu avant sa mort, traduit par Lidia Storoni Mazzolani)
Adriano
Canopus de la Villa d'Hadrien.

Adriano a été décrit, par Ronald Syme entre autres, comme le plus polyvalent des empereurs romains. Il aimait prouver à payer dans tous les domaines intellectuels et littéraires; mais surtout il a assisté et protégé l 'art, lui-même étant une extrémité intellectuel, amoureuse de arts visuels, de poésie et littérature. Même le 'architecture le très passionné et pendant son règne, il cherchait à donner une impression de style personnel aux bâtiments construits progressivement.

le grand villa qu'il construit, Villa Adriana à Tivoli (Tibur), ce fut le plus grand exemple de Roman « Alexandrine Garden » qui recrée un paysage authentique sacré à l'intérieur; Il a été mis en grande partie perdue en raison de la cession par les ruines cardinal Ippolito II d'Este qui a supprimé une grande partie du marbre utilisé pour construire son Villa d'Este (Tivoli). La villa d'Hadrien est l'exemple le plus remarquable d'une grande maison construite avec passion, comprise comme un lieu de mémoire, entrelacée avec des citations architecturales et paysagères, des reproductions sur des échelles différentes, dans des endroits tels que Stoa Poikile Athènes ou Canopus en Egypte.

Adriano
la panthéon de Rome, construit par Agrippa, Il a été restauré par Adriano

même la panthéon à Rome, construit à l'origine par Marco Vipsanio Agrippa mais il a été détruit suite à un incendie en 80, il a été reconstruit juste sous l'égide d'Hadrien en forme de dôme caractéristique, il tient toujours; c'est parmi les mieux conservés des anciens bâtiments de la capitale impériale et sa structure, il a été influencé par la suite quelques-uns des plus grands architectes de Renaissance italienne et la période baroque. En outre, la ville a été enrichie de temples, comme le Temple de Vénus et Rome et les bâtiments publics. Depuis bien avant de monter sur le trône, il avait un vif intérêt pour l'architecture, mais il semble que cela n'a pas toujours bien reçu aussi.

Par exemple, il semble que, souvent, l'empereur lui-même mis la main à des projets qui, selon Cassio Dioné, Il a conduit à un conflit avec Apollodore de Damas, célèbre architecte de la cour d'affectation de projet a officiellement investi Forum de Trajan qu'il a rejeté ses conceptions et propositions de changements apportarne. quand Trajan Apollodoro appelé à des consultations sur un problème qui a surgi au sujet du travail, voici, Adriano interrompu pour commencer à donner des conseils, si Apollodore a ainsi répondu:. « Allez-vous et continuer à dessiner vos citrouilles Vous ne savez rien de ces problèmes "[21]. « Pumpkins » se réfère aux dessins des dômes d'Hadrien comme la Sérapion puis il a installé dans sa villa. Selon l'historien, une fois Hadrien devint empereur, agacé par le mépris de l'architecte que peu de réflexion plus qu'un amateur, viendrait au point de lui envoyer d'abord exil puis de le mettre à mort.

Encore une fois, comme Tacite et Suétone vers Tibère, Claudio et Nerone, Il est difficile de comprendre ce que l'historien rapporte les faits réels et non la spéculation dictées par l'animosité envers l'empereur. Hadrien a écrit la poésie en latin et grec; de ses différentes collections, aller complètement perdu, l'un des rares exemples ont pu atteindre jusqu'à nous est un fragment rapporté par Augusta historia[22], qu'il semble qu'il devrait faire partie d'un poème latin composé, ou plutôt ne dictera, sur son lit de mort. Il a également écrit un 'autobiographie - apparemment il ne fonctionne pas sur toute la largeur ou grande profondeur psychologique, mais surtout conçu pour insérer diverses nouvelles ou des faits importants de sa vie et d'expliquer les raisons pour les différentes actions effectuées par lui pendant son règne.

Adriano
Tondo dell 'Arc de Constantin représentant la chasse au lion Hadrien.

Adriano était alors un chasseur passionné, et cela depuis l'époque de sa jeunesse, selon une source[23]Dans le nord-ouest de l'Asie, il a fondé et dédié une ville pour commémorer un ours qui avait réussi à traquer et tuer[24]. Il a également été documenté que si dans le long voyage 'Egypte romaine - en même temps que son fils bien-aimé Antinoüs - tué un lion[24]. A Rome, huit reliefs caractérisent l'empereur à différents stades de la chasse; ils décorent un bâtiment qui a été conçu à l'origine comme un monument qui devait célébrer l'un de ces événements[24].

Adriano, bien que, selon Cassio Dioné, néglige Homère,[25] Ce fut un proche profondément humaniste à 'hellénisme les goûts; sur le plan culturel, il connaissait bien le travail des philosophes Epictète, exposant stoïcisme ainsi que son ami personnel, Eliodoro et Favorino; mais il a étudié à la fois en profondeur Platon que Epicure,[26] en plus de Langue grec ancien. Refermer aussi aux besoins sociaux plus concrets a atténué la L'esclavage dans la Rome antique, en lui donnant un code juridique réglementation plus humanisé interdisant, par exemple, torture sur les personnes réduites esclavage. il a construit bibliothèques (Un exemple est le Bibliothèque d'Hadrien à Athènes) aqueducs, thermes romains et théâtres.

Adriano
La barbe d'Hadrien.

Pour beaucoup d'historiens, il est considéré comme sage et juste: Schiller il a pu appeler « le premier serviteur de l'Empire », et l'historien britannique Edward Gibbon il admirait son « travail vaste et actif du génie », ainsi que sa « équité et de modération ». En 1776, il a dit que, à Adriano aussi faisait partie avait été le « temps le plus heureux dans l'histoire humaine. » Une autre des contributions d'Hadrien à la « culture populaire » a été formée par la barbe roulement qui est également entré pour symboliser son philhellénisme; en hommage à la philosophie grecque, Ce fut le premier empereur d'apporter plus[27].

Depuis les jours de Publio Cornelio Scipione (Appelé « Africanus ») avait en effet été à la mode chez les Romains toujours être glabre; Aussi tous les empereurs romains devant lui, à l'exception Nerone (Pas par hasard aussi un grand admirateur de la culture grecque), ont été rasés. La plupart des empereurs après Hadrien au lieu seraient dépeints avec des barbes. Leurs barbes, cependant, n'a pas été apporté autant un signe d'appréciation de la culture grecque, mais parce qu'elle, grâce à Adriano, était devenu à la mode; un but qui sera ensuite repris par plusieurs de ses successeurs (y compris Antonino Pio, Marco Aurelio, Settimio Severo et Flavio Claudio Giuliano).

Cette nouvelle mode a duré jusqu'au règne de Constantin I[28] et il a été relancé à nouveau que par 'empereur byzantin Foca début du VIIe siècle[29]. Ce fut aussi le premier empereur romain à être initié dans le rituel du grec mystères d'Eleusis et à part Caligula et Néron, intéressé vivement à l'empire des cultures orientales, mais en même temps réaffirmé les origines anciennes de Rome, l'évaluation des éléments archaïques dell 'âges dirigé par Roma et augustéenne de religion romaine, la référence à Romulus et Numa Pompilio.[30] Il rétablit le culte de Vénus Genitrice, institué par César puis abandonné, en l'associant à celle de déesse Roma, reconstruction de la temple dédié.[31]

Adriano
Portrait d'Antinoüs découvert Villa Adriana à Tivoli et gardé la le musée du Louvre.

Relation avec Antinoüs

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Antinoüs.

Le plus connu est la relation d'amour qui se est écoulé entre l'empereur et un jeune grec natif de Bithynie nommé Antinoüs, afin de se tenir au cours du temps comme l'une des représentations les plus célèbres de « couples homosexuels » l'ensemble histoire LGBT; il est en tout cas une preuve non équivoque que entre les deux il y avait une relation du type éraste-éromène, comme dans la tradition érotique-pédagogique pédérastie grecque: Nous savons encore que le jeune homme se trouvait en contact étroit avec Adriano pendant au moins cinq ans et qui le suivaient dans tous ses voyages jusqu'à ce que, est tombé juste mystérieusement dans dix-neuf Nil et il est mort.

Adriano
Antinoüs comme Osiris, avec Nemes et l 'ureo.

Accablé par la douleur, en l'honneur du défunt Adriano, elle a fondé la ville égyptienne de Antinoé, où il a construit un temple dédié au culte d'Antinoüs divinisée, assimilée à dieu égyptien Osiris et aussi par la suite Ermes et Dionysus, ainsi qu'un patron des cultures[32]. Pour le reste de la vie d'Hadrien commandé des centaines (voire des milliers) de statues d'Antinoüs, ainsi que faire des bustes, des pièces de monnaie dépeindre, des bijoux et autres objets d'artisanat: la passion et la profondeur de Adriano a été montré dans ces œuvres , qui sont parmi les meilleurs exemples de 'art Hadrien et présente dans tous l'est de hellénisé 'empire romain, représentant un jeune homme avec un charme mélancolique à travers, avec un visage rond aux joues pleines dépourvues de cheveux, des lèvres sensuelles et les cheveux épais en mèches frisées épais couvrant ses oreilles.

Le garçon est venu de Claudiopolis (Bithynia) Adriano et probablement l'ont rencontré pendant son séjour à Asie mineure eu lieu dans la période 123/24[33]. Pour l'environnement contemporain n'a pas été tellement tendance homoérotique de l'empereur envers les jeunes d'être irritant - ces relations avaient toujours été évidente aussi dans le prédécesseur Trajan - Comme l'insolite apothéose post-mortem affecté, semblable à culte impérial et appartenant uniquement au droit de la famille royale, ainsi que l'expulsion définitive de sa femme et la mélancolie profonde qui caractérise les dernières années de son règne, aussi augmentée par la perte de sa sœur bien-aimée Paulina peu après[34] (Qui n'a pas, cependant, jamais les honneurs qui ont été attribués à Antinoüs apparemment considéré comme l'abandon sentimental de frère pratique et excessive[35]).

Tout de suite aussi aussi des rumeurs ont commencé à circuler sur ceux qui avaient en fait avoir été la réelle entourant l'accident est survenu à Antinoüs; en plus de la mort naturelle de tomber dans la rivière pour se noyer puis immédiatement après, il y eut d'autres interprétations que l'adolescent se sont suicidés[36] parce qu'il était en danger de rester pas beaucoup plus dans les bonnes grâces de l'empereur commençait à perdre les attraits spécifiques de l'adolescence; mais il a également suggéré la mort du sacrifice rituel magique pour faire don de la pleine santé Adriano à ce moment était venu d'être assez pauvre[37].

Adriano
Hadrien et Antinoüs, peintre de la conception et du XIXe siècle Pierre Bouillon graveur français.

Le modèle déification à titre posthume de ses proches - qui a commencé à se produire pendant 'hellénisme entre les différents rois proche-Orient - il était Alessandro magno, qui s'attribue l'honneur et adorer notre bien-aimé camarade Hero Hephaestion après sa mort est survenue. Mais l'étendue de respect envers Antinoüs était de nature à inclure les CatasterismiAdriano a dit qu'il avait vu briller dans le ciel l'étoile de l'être aimé et serait donc se transformer en constellation avec son nom, celui de Antinous (constellation)[38].

La croyance en la divinité du jeune homme est mort, ressuscité et monté au ciel est apparu sous diverses formes et gagné une large diffusion, non seulement dans la partie orientale de l'empire, mais aussi en Grèce et en Asie mineure jusqu'à rejoindre l'Italie[39]; ayant un suivant parmi les masses qui le rappelèrent à leur espoir dans une vie future éternelle, son visage a commencé à apparaître même dans des lampes, des vases en bronze et autres objets de la vie quotidienne plus[40]. Seul Augusto et Adriano de même ont été transmis un certain nombre d'images supérieur à cette empreinte les caractéristiques de Antinoüs[41].

Mort et monument funéraire

Adriano
Source baptismaux vatican, dont le bassin en porphyre peut être le couvercle du sarcophage Adriano

Adriano morì à son domicile dans la baie œdème pulmonaire, 62 ans que le prédécesseur Trajan. Cassio Dioné Cocceiano Il apporte une chanson de « Histoire romaine »[42]

« Après la mort d'Hadrien pour une immense statue équestre a été érigée il représente lui un quadrige. Il était si grand qu'un grand homme aurait pu marcher dans les yeux des chevaux, mais, en raison de la hauteur exagérée de la base, les passants ont eu l'impression que les chevaux et Adrian étaient très petites. »

En fait, il est pas certain que la tombe a commencé après la mort de l'empereur et fut très probablement commencé par Hadrien 135 et, après la mort, complété par son successeur, officiellement adopté avant de mourir, Antonino Pio. Il a été, pendant des siècles, à plusieurs reprises transformé et est aujourd'hui l'un des monuments les plus célèbres Rome: Château Saint-Ange, qui est en fait appelé aussi Adriana Mole. Il y a des théories que le sarcophage porphyre Empereur (en particulier la couverture) a été réutilisée comme une baignoire de la police par Saint-Pierre[43].

intitulant impériale

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Monnayage de Nerva à Hadrien.
intitulant impériale Nombre de fois événement de rencontre
tribunicia potestas 22 fois: en Décembre 117 jusqu'à la vingt-deuxième (XXII) en Décembre 137.
consulat 3 fois: en 108, 118 et 119.
salutatio imperatoria 2 fois: la première au moment de la consommation de puissance impériale 117 et le second en 135 à la fin du soulèvement des Juifs.
autres titres 2 fois: pontifex maximus au moment du trône 117 et pater patriae en 128.

représentations historiques

  • The Lost authentique biographie Hadrien a été réinterprété sous forme de autobiographie, basé sur une étude approfondie des sources originales Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien (Mémoires d'Hadrien) Dans le 1951 (New York 1954).
  • Une autre représentation de Adriano et sa cour est l'école classique d'Elizabeth Speller, Suite à Hadrien: un voyage du deuxième siècle la 2003 (Suite à Hadrien: Voyage au deuxième siècle). Le livre mêle des histoires de voyage, de faux souvenirs et biographie authentique, vu par les yeux du poète et de l'histoire d'Hadrien, Julia Balbilla.
  • Une autre représentation de Adriano, dérivée de Mémoires d'Hadrien Marguerite Yourcenar, est le jeu de Giorgio Albertazzi, « Mémoires d'Hadrien » réalisé par Maurizio Scaparro.

notes

  1. ^ Antinoüs Il était l'amant et le favori de l'empereur officiel
  2. ^ L'inscription à Athènes, année 112 AD: CIL III, 3 = 550 = InscrAtt IG II, 3286 = 308 = Dessau IDRE 2, 365: P (ublio) Aelius P (Ubli) f (ilio) Serg (ia) Hadriano / co (n) s (uli) VIIviro epulonum associe jambe Augustali (de ato) pro pr (aetore) Imp (eratoris) Nervae Traiani / Caesaris août ( Usti) Germanici dace Pannoniae inferioris praetori eodemque / jambe tempore (ATO) jambe (ionis) Le Minerviae P (iae) F (Idelis) bon article dace TRIB (un) pleb (est) quaestori Imperatoris / Traiani et Comiti Expeditionis Dacicae Donis militaribus ab eo donné bis TRIB (une) patte (ionis) II / Adiutricis P (iae) F (Idelis) point legionis V article Macedonicae Legionis XXII Primigeniae P (iae) F (Idelis) sevir / turmae eq (uitum) R (omanorum) Praef (ecto) feriarum Latinarum Xviro s (tlitibus) i (udicandis) // ... (en texte grec)
  3. ^ H. W. Benario dans Roman-emperors.org
  4. ^ Alberto Angela, Empire. Voyage dans l'empire de Rome suite à une pièce de monnaie, Mondadori, 2010
  5. ^ Les conquêtes de Trajan avaient permis d'acquérir la Mésopotamie et la partie nord de la Perse à la mer Caspienne, mais les nouvelles réalisations étaient deux zones à peu près triangulaires avec des petits côtés de l'Euphrate et ayant comme frontière les autres côtés.
  6. ^ Sur ce point, voir: M.A. Levi, Adriano, vingt ans de changement, cit. dans la Bible. pag. 44 et suiv.
  7. ^ à b Midrash Rabbah, Genesis Rabba 64 (fin).
  8. ^ Cassio Dioné, Augusta historia 69.12.1.
  9. ^ Virgilio Corbo, Le Saint-Sépulcre de Jérusalem (1981)
  10. ^ Epiphane, Traité sur les poids et mesures - Version Syriaque (ed. James Elmer Dean), University of Chicago Press, c1935, p. 30
  11. ^ Peter Schäfer, Judéophobie: Les attitudes envers les Juifs dans le monde antique, Harvard University Press, 1998, pp. 103-105, ISBN 978-0-674-04321-3. Récupéré le 1er Février 2014.
    « [...] l'interdiction d'Hadrien sur la circoncision, aurait Imposée quelque part entre 128 et 132 CE [...]. La seule preuve de l'interdiction d'Hadrien sur la circoncision est la courte note dans la Augusta historia: « A cette époque Aussi les Juifs début de la guerre, parce qu'ils étaient interdits sur les parties génitales mutilées (quot vetabantur mutiler les organes génitaux). [...] La crédibilité historique de cette remarque est sujette à controverse [...] La première preuve de la circoncision dans la législation romaine est un édit par Antonin le Pieux (138-161 CE), successeur d'Hadrien [...] [I] l est pas tout à fait impossible que Hadrien [...] en effet, la circoncision Considéré comme une « mutilation barbare » et a essayé de prohihit il. [...] Cependant, cette proposition ne peut pas être plus qu'une conjecture, et, bien sûr, il ne résout pas les questions de Quand Hadrien a publié le décret (avant ou pendant / après la barre guerre Kokhba) et si elle était exclusivement dirigée contre les Juifs En outre ou contre d'autres peuples »..
  12. ^ Mackay, Christopher. Rome antique en histoire militaire et politique 2007: 230
  13. ^ Le Bar Kokhba Guerre reconsidéré: Nouvelles perspectives sur la seconde révolte juive contre Rome, Peter Schäfer Mohr Siebeck, 2003, p. 68.
  14. ^ L'histoire des Juifs dans le monde gréco-romain: Les Juifs de Palestine d'Alexandre le Grand à la conquête arabe, Peter Schäfer Routledge, Septembre 2, 2003, p. 146.
  15. ^ Augusta historia, Adriano 14.2
  16. ^ Gérard Nahon, l'article Bar-Kokhba, Encyclopédie Universalis, DVD, 2007
  17. ^ La version araméen, "שחיק טמיא", est utilisé, par exemple, Genesis Rabbah 78: 1. Dans ce qui se réfère Rachi dans son commentaire de l'expression, « טמא לנפש », en commentaire sur Nombres 5: 2. Dans deux autres occasions alors Rachi se réfère ensuite à Bereshit (livre) dans son commentaire, 10: 3 et 28: 3, en utilisant la version hébraïque, "שחיק עצמות"
  18. ^ Midrash Rabbah (Lamentations Rabbah), section 3
  19. ^ midrash HaGadol Deutéronome 26:19
  20. ^ Malbim à Daniel 09:27
  21. ^ Cassius Dio 69,4,2; Übersetzung nach Opper 2009, S. 102.
  22. ^ Augusta historia, Hadrien 25,9; Antony Birley, p. 301
  23. ^ Augusta historia, Adriano 2.1.
  24. ^ à b c Fox, Robin Le classique du monde: Une histoire épique d'Homère à Hadrien Basic Books. 2006 pg 574
  25. ^ Cassio Dioné, Histoire romaine (Cassio Dioné) LXIX 4.6 « Chaque fois ignoré Homer, en le remplaçant par Antimaque, dont le nom, auparavant, avait été en grande partie inconnue.
  26. ^ http://www.puntoerre.eu/pegaso/wp-content/uploads/2009/12/Plotina.pdf
  27. ^ Fündling 2006 Bd 4.2, S. 1128-1131. Paul Zanker, Die Maske des Sokrates: Das Bild der des Intellektuellen dans Kunst antiken. München 1995, S. 206-221.
  28. ^ A. E. Conway, ?, en Burlington Magazine pour les épicuriens, vol. 25, n ° 138, 1914, pp. 346-349, JSTOR 859783.
  29. ^ Faits sur les empereurs byzantins, Web2.airmail.net, le 7 Septembre 2001. Récupéré le 7 mai 2012.
  30. ^ Alessandro Galimberti, Adriano et l'idéologie de la principauté.
  31. ^ Mario Attilio Levi, L'âge des guerres civiles, en Histoire: Rome - Des origines à Auguste, mondadori
  32. ^ Peut-être symbolique de l'espoir de l'immortalité et de la renaissance des princeps. (Fündling 2006 Bd 4.2., S. 698.)
  33. ^ Fündling 2006 Bd 4.2., S. 687/689.
  34. ^ Cassio Dioné 69,11,4; Fündling 2006 Bd 4.2., S. 690.
  35. ^ Fündling 2006, S. 692.
  36. ^ Fündling 2006 Bd 4.2, S. 692-695. Birley 2006, S. 90.
  37. ^ Cassio Dioné 69,11,2 f.; Augusta historia, Hadrianus 14.6.
  38. ^ Fündling 2006 Bd 4.2., S. 696/698.
  39. ^ Fündling 2006 Bd 4.2., S. 697.
  40. ^ Opper 2009, S. 189.
  41. ^ Opper 2009, S. 186. Avec pas moins de sept statues d'Antinoüs d'un Tivoli (Fündling 2006 Bd. 4.2, S. 700).
  42. ^ LXIX
  43. ^ Federico Zeri, ouvert Orto, Longanesi, 1990, p. 26.

bibliographie

sources primaires
  • Cassio Dioné, Histoire romaine
  • (LA) Augusta historia, De Hadriani de Aelii (La vie d'Hadrien, Spartiano).
sources secondaires
  • Albino Garzetti, L'Empire de Tibère à Antonini, . Cappelli, Bologne, 1960 (v P. 393 et ​​suivants de.: Adriano).
  • Royston Lambert, Bien-aimé et Dieu: l'histoire d'Hadrien et Antinoüs, Meadowland Books, New York 1988. ISBN 0-8216-2003-7.
  • Mario Attilio Levi, Adriano Augusto: études et recherches - L'Erma di Bretschneider, 1993. ISBN 88-7062-843-4.
  • Mario Attilio Levi, Adriano vingt ans de changement, Bompiani (1994). ISBN 88-452-9061-1.
  • Edward N. Luttwak, La grande stratégie de l'Empire romain Bur (1997). ISBN 88-17-11541-X.
  • Mario Pani, La principauté par Flavian Adriano dans: Divers auteurs, Histoire de Rome, Einaudi, Torino, 1990, vol. II, volume 2; Aussi réédité comme Einaudi Histoire des Grecs et des Romains, Ediz. de Il Sole 24 ORE, Milano, 2008 (v. Vol. 16 °).
  • Ben Pastor, Le Voleur d'eau, (2007), Thomas Dunne Books, New York, publié en Italie sous le titre de Le voleur d'eau, Frassinelli, Milan.
  • Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, (1951), Einaudi, Torino. (Novel, mais à partir des données historiques précises).
  • Roberto Paribeni, "Adriano", en AA.VV. (Eds), Encyclopédie biographique universelle, Rome, Ist. Enc. Ital., 2006, p. 106-115, SBN IT \ ICCU \ IEI \ 0255605.
  • Giuseppe Antonelli, Les hommes qui ont fait une grande Rome antique, Roma, Newton Compton, 2002 ISBN 88-8289-635-8.
  • Alessandro Galimberti, Adriano et l'idéologie de la principauté, Rome, L'Erma di Bretschneider, 2007 ISBN 88-8265-436-2.
  • Elena Calandra, En plus de la Grèce. Les origines de philhellénisme Adriano, Napoli, Editions scientifiques italiens, 1996 ISBN 88-8114-424-7.
  • Jörg Fündling: Commentaires sur la vie Hadriani der Augusta Historia (= antiquitas, Reihe 4: Beiträge zur Historia-Augusta-Forschung, Série 3: Kommentare, Bände 4.1 und 4.2). Habelt, Bonn 2006, ISBN 3-7749-3390-1 (analyse complète sur « La vie Hadriani » sur la base de l'évaluation de la performance de la recherche d'aujourd'hui sur Adriano; révision).
  • Thorsten Opper: Hadrien: Machtmensch und Mazen. Darmstadt 2009, ISBN 978-3-8062-2291-3 (publié initialement en anglais Hadrien: Empire et Conflit, Londres 2008).

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Adriano
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Adriano
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Adriano

liens externes

prédécesseur empereur romain successeur Rome Projet logo clear.png
Trajan 117 - 138 Antonino Pio
autorités de contrôle VIAF: (FR82440741 · LCCN: (FRn50030000 · ISNI: (FR0000 0001 0844 9425 · GND: (DE118544373 · BNF: (FRcb11954875z (Date) · ULAN: (FR500022200 · LCRE: cnp00871103