s
19 708 Pages

Eglise catholique en France
Emblème du Saint-Siège usual.svg
Lourdes basilique vue depuis château (2) .JPG
la Basilique des apparitions de Lourdes
année 2008
catholiques 46000000
population 61000000
paroisses 16553
Les prêtres 15863
séminaristes 1299
diacres permanent 2099
religieux 8115
religieux 39521
primate André Vingt-Trois (Primat de France)
Philippe Barbarin (Primat des Gaules)
Président de
Conférence des évêques
Georges Paul Pontier
Nunzio apostolico Luigi Ventura
code FR

la Eglise catholique en France Il fait partie de Église catholique universelle, sous la direction spirituelle de papa et Saint-Siège.

Il y a 47 millions baptisé catholiques France (77% de la population), organisé en 98 diocèse et avec environ 19.640 prêtres (2008). Le nombre de pratiquants est nettement plus faible.

Histoire de l'Eglise en France

Eglise catholique en France
la Cathédrale de Reims où ils ont été couronnés les rois de France depuis mille ans

Ancien régime

avant Révolution française, Le catholicisme est la religion d'Etat en France depuis la conversion Clovis, qu'il donnait à la France le titre de fille bien-aimée de l'Eglise. Depuis un certain temps, en XIVe siècle, La France a également la résidence des papes dans la ville de Avignon. la Roi de France Il était aussi connu comme Roi Très Chrétien. L'Église en France à plusieurs reprises a montré une autonomie marquée de Rome, une tendance connue sous le nom gallicanisme.

Révolution française et l'époque napoléonienne (1789-1815)

avec révolution française a été consacré la liberté de conscience, qui a été suivie, cependant, une persécution forte de l'Eglise. en 1801 napoléon signé un convenu avec l'Eglise, avec laquelle l'Etat a accordé des subventions à la religion catholique (qui a reçu le statut de la religion de la majorité des Français), ainsi que judaïsme, un luthéranisme et calvinisme.

Restauration (1815-1830)

dessous Louis XVIII, du point de vue juridique, la France se tient le Concordat napoléonien de 1801. Il y avait, en effet, une tentative d'annuler cet accord pour revenir au fait que la 1516. Mais l'accord n'a pas été ratifié au Parlement pour l'opposition des juristes gallicans et libéraux, qui a vu les demandes excessives mal des ultras (intransigeants catholiques). Pie VII, qui a obtenu de la restauration de Louis XVIII du diocèse supprimé par Napoléon, il a donné un nouveau Concordat.

la période 1815-1830 (Celle de restauration Français) France voit le mouvement politique de plus en plus à droite, surtout après l'assassinat de Duc de Berry (Prince héritier) et l'ascension au trône de Charles X (1824). Ils sont promulgué des lois en faveur de l'Eglise:

  • repos dominical obligatoire,
  • interdiction de toute attaque contre l'Eglise,
  • loi sur le blasphème,
  • loi de 1825 favorable aux Congrégations religieuses (approbation unique sur le plan administratif).

Il y avait des lois contraires, l'aversion publique libérale (pas encore suffisamment représentés au Parlement): par exemple la loi de 1828 des séminaires (limitation des étudiants, des professeurs interdisent les membres des congrégations religieuses non autorisées). En fait, cette loi a frappé l'école libre, parce que les séminaires étaient pour la plupart des collèges. En général la politique religieuse de Charles X est très controversée et va se retourner contre bientôt contre l'Eglise que le roi fit semblant de servir.

Du point de vue purement religieux est connu à cette époque une augmentation de réveil remarquable des vocations, l'émergence de nombreux instituts religieux masculins et féminins, la rénovation de l'épiscopat avec la présence des évêques, cependant, trop administration que la plupart dédiés aux initiatives pastorales, le développement un plus attentif à la formation sacerdotale pastorale (voir l'exemple de Curé d'Ars), La diffusion des missions populaires pour la re-christianisation du pays après la vague révolutionnaire.

En même temps, il a développé, par ailleurs, également commuté anticléricalisme, en réponse à la tentative de la reconquête chrétienne de la société. Les exemples sont: presse anticléricale, la crise de la foi et le déclin de la pratique religieuse (en particulier dans les villes et dans les classes moyennes), plusieurs publications des œuvres de Voltaire et de Rousseau, les tabloïds anticléricales (Censeur et Constitutionnel), Antigesuitismo Strong (i jésuites retour en France dans cette période).

Monarchie de Juillet (1830-1848)

la Révolution de Juillet (1830) Était une révolution bourgeoise et décidément anticleriale le lien étroit entre le trône et l'autel, entre les Bourbons et l'Eglise. La révolte a conduit au trône « roi bourgeois » Luigi Filippo, immédiatement reconnu « Roi Très Chrétien » par papa Pio VIII 25 septembre (malgré les différents avis de certains cardinaux). Il y avait des réactions légitimisteL'archevêque de Parigi Hyacinthe-Louis de Quélen a fini par causer des accidents tandis que le nonce Lambruschini Il a été rappelé à Rome.

le "Monarchie de juillet« (1830-1848) a maintenu une position équilibrée à l'égard de l'Église (mais essentiellement détaché). Les exemples sont bons rendez-vous des évêques en accord avec l'épiscopat. Un coup dur pour gallicanisme a été donnée par la réaction de nombreux évêques contre Dupin , auteur d'un manuel de gallicaneggiante.

Toujours dans cette période continue la vitalité de l'Eglise française. en particulier trois points:

  • retour des anciens ordres déjà précédemment jésuites; en 1833 la bénédictin ; solesmes en 1841 la dominicain;
  • la vitalité intellectuelle est de se rappeler le travail de Federico Ozanam, fondateur de « Conférences de Saint-Vincent », depuis longtemps l'un des rares remèdes à la question sociale; et Migne, organisateur plutôt que intellectuelle, collier patristique qui porte son nom;
  • la lutte pour la liberté des écoles, avec prise en charge L'Avenir et Montalembert; La loi Guizot de 1833 livrera la liberté pour l'école primaire; la lutte a vu les jésuites impliqués grâce à la loi a ouvert un certain nombre de collèges.

Bottom Line: les conditions du bas clergé, « desservantes » désigne un amovible et pauvre.

selon XIXe

Au cours de la Troisième République le mécontentement de certains domaines de la politique à l'influence croissante de l'Eglise dans l'éducation et dans la vie publique a conduit à une série de réformes visant à réduire cette influence, parmi les protestations des groupes ultramontains.

début du XXe siècle

Enfin, 1905, la loi sur La séparation de l'Église et de l'État supprimé le statut spécial des quatre religions (à l'exception de 'Alsace - moselle), Mais leur permettant l'utilisation des églises, appartenant à l'Etat, déjà utilisé avant 1905. Depuis lors, la doctrine dominante est celle de l'État laïque, à savoir la neutralité envers la religion et la séparation de la religion de la sphère publique.

D'après le XXe siècle

En France, il y a une forte baisse des vocations à la vie religieuse, en partie depuis la la cinquantaine la XX siècle, mais, d'une manière particulière (comme dans le monde catholique), à ​​partir de Vatican II et les réformes liturgiques ultérieures. la Conférence épiscopale française Il fournit les données statistiques actualisées[1]. Notez qu'en France, plus qu'ailleurs, est florissante liturgie latine traditionnelle (forme extraordinaire du rite romain libéralisé par Benoît XVI en 2007) qui utilise les livres liturgiques de 1962, à savoir avant les réformes liturgiques conciliaires et post-conciliaires. Nombreux sont les prêtres, laïques et religieux, qui font usage de cette forme de fête et un nombre croissant d'hommes et de vocations religieuses féminines qui y sont liées, soit exclusivement, comme dans le cas des institutions « Ecclesia Dei » et ceux en cours d'exécution aux côtés de la liturgie post-Réconcilier réformé (de forme ordinaire du rite romain). On estime qu'au moins un quart de toutes les vocations dans le pays est désormais directement liée à la liturgie « plus antiquo ». Et les données sont en constante expansion.

Les prêtres (2008): 19.640; Diacres permanents (2008): 2.250; Soeurs de la vie apostolique (1er janvier 2009): 31,121; Religieuse de la vie monastique (1 Janvier 2009): 3689; non-prêtres religieux (1er janvier 2009): 7.514; séminaristes (2009/10) (non compris préparatoire): 756.

subdivisions

provinces ecclésiastiques français après 2002

France métropolitaine

Diocèse de rite latin

  • Province Ecclésiastique de Marseille: Archidiocèse catholique de Marseille

Diocèse de rite oriental

France Outre-mer

  • Province Ecclésiastique de Fort-de-France[3]: Archidiocèse de Fort-de-France
  • Province Ecclésiastique de Numea[4]: Archidiocèse de Nouméa
    • Diocèse de Wallis et Futuna
  • Les districts immédiatement soumis au Saint-Siège:
    • Diocèse de Saint-Denis-de-La Réunion[6]
    • Vicariat Apostolique des Iles Saint-Pierre-et-Miquelon[7]

Mayotte Il appartient à la juridiction ecclésiastique Vicariat Apostolique des îles Comores[8].

nonciature apostolique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Nonce apostolique en France.

Conférence des évêques

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Conférence épiscopale française.

Lieux de pèlerinage

Eglise catholique en France
la Sanctuaire marial de La Salette

La France est également l'un des endroits les plus visités de pèlerinage, le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes.

D'autres lieux de pèlerinage sont:

  • la basilique de Santa Teresa Lisieux
  • le sanctuaire de La Salette

notes

  1. ^ http://vocations.cef.fr/IMG/pdf/Fiche_16.pdf
  2. ^ Jusqu'au 29 Mars 2008 le métropolite était l'archidiocèse de Cambrai: Annonce de l'élévation à une métropole du diocèse de Lille sur le site de Saint-Siège.
  3. ^ Les diocèses de cette province ecclésiastique se trouvent dans régions d'outre-mer de Martinique, de Guadeloupe et Guyane française; Ils sont sous Délégation apostolique aux Antilles. Leurs évêques sont membres de la Conférence épiscopale des Antilles.
  4. ^ Les diocèses de cette province ecclésiastique se trouvent dans pays et à l'étranger de Nouvelle-Calédonie et collectivité d'outre- de Wallis et Futuna; Ils sont sous Délégation apostolique dans l'océan Pacifique. La province comprend également Diocèse de Port-Vila en vanuatu. Leurs évêques sont membres de Conférence épiscopale du Pacifique.
  5. ^ Les diocèses de cette province ecclésiastique se trouvent dans le collectivité d'outre- de Polynésie française; l'archidiocèse de Papeete comprend également colonie britannique tout Pitcairn; Ils sont sous Délégation apostolique dans l'océan Pacifique. Leurs évêques sont membres de Conférence épiscopale du Pacifique.
  6. ^ Ce diocèse est situé dans département d'outre-mer de réunion; ses évêques sont membres de Conférence épiscopale de l'océan Indien. Le représentant du pape est nunzio apostolico en Madagascar, que l'attribution subjective délégué apostolique La Réunion.
  7. ^ Ce vicariat apostolique est situé dans collectivité d'outre- de Saint-Pierre et Miquelon. Le représentant du pape est nunzio apostolico en Canada, que l'attribution subjective délégué apostolique Saint-Pierre et Miquelon.
  8. ^ Il est inclus dans le Délégation apostolique aux Comores.

bibliographie

  • G. Martina, L'Église au XIXe siècle. Directives générales: principes et réalité. (Téléchargeable gratuitement sur le site de la Treccani [1])

Articles connexes

  • Conférence épiscopale française
  • Nonce apostolique en France
  • Religions en France

liens externes